predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong




Partagez | 
 


 This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong | le Mer 17 Fév 2016 - 9:34
I am almost the law.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Vladimir le A / Faust le S / Casimir le C / Hamlet le E
Masculin Personnage sur l'avatar : Akira Kurusu/Joker @ Persona 5, IRL Ben Whishaw
Âge, classe & année : 24 ans, Apprenti prof d'Informatique, ex-ACDC

Prism' : 229

Messages : 168
Date d'inscription : 25/12/2015

I am almost the law.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Ce soir, c'était la soirée des amoureux et en toute logique, Merlin s'était amusé à proposer à son ex favorite de passer la soirée à enquiquiner les couples à ses côtés. Je ne sais pas vous, mais moi, je trouve ce genre de plan hyper foireux. Après, je pense qu'il vaut mieux ne pas chercher à comprendre comment fonctionne l'esprit embrouillé par le manque de sommeil et les litres de café de ce jeune hurluberlu. De toute façon c'était ça ou passer sa soirée à fumer clopes sur clopes tout en se demandant de quelle façon Midona l'aurait envoyé chier s'il avait tenté quoi que ce soit en ce 14 février. Il lâche un soupir blasé à cette simple idée.

Bref, le rendez-vous était fixé à 21 heures au Neverland et quelque chose disait à Lucifourchette que Song n'allait peut-être pas se montrer aussi aimable qu'il l'aurait souhaité. En effet, si l'échange ayant conduit nos deux apprentis professeurs à se donner rencard était plutôt cordiale, le dernier lms que par la belle avait envoyé tout en précisant qu'elle était en route et qu'il était inutile de tenter de lui répondre sentait bon la rancœur... Ce qui était dans son droit, au vu de leur passif.

Je vais le dire franchement : Merlin, en tant que petit ami, c'est tout sauf un cadeau lorsque l'on prend en compte le caractère de la sino-américaine. De plus quelle femme n'en voudrait pas un minimum à son ex d'être sorti pendant des mois avec elle sans jamais avoir prononcé les trois mots magique ? Sérieux mon Merlin, tu portes bien ton titre d'enchanteur pour faire tourner la tête de ces dames malgré ta personnalité tordue. Si la moitié voyait la différence d'allure flagrante entre le masque que tu portes à l'extérieur, basé sur des vêtements classes, un sourire mystérieux et un regard plein de confiance, versus la grosse feignasse en pull trop grand, pantoufles et cheveux en vrac que tu es en intérieur, tout porte à croire qu'il n'en resterait pas une seule.

Bref, Merlin était donc sur son 31 ( Enfin, il avait sa dégaine habituelle quoi. ), sa choucroute noire était à peu près coiffée et il attendait non loin du Neverland, la bouteille promise comme cadeau de St Valentin à la main. Un homme dans la cinquantaine, sale, semblait lui tenir compagnie. Enfin... Il avait surtout un visage sentant bon le désespoir et l'envie de fuir au loin.

- ... Et donc, c'est comme ça que je suis arrivé à inviter ma pote, qui est aussi mon ex. Tu en penses quoi ?
- Je... Je voulais juste une petite pièce, a-arrêtez de me suivre !
- Hum ? Si c'était un bon coup ? Voyons, ce ne sont pas des questions à poser comme ça, tu sais ?
- J'ai rien demandé, partez !!!
-  Disons qu'elle savait manier sa langue...
- Tu vas me lâcher oui ?! Une question légitime, l'enchanteur retenait en effet son interlocuteur par le bras.
- Toi aussi tu penses que j'ai merdé avec elle, hein ? J'aurais dû être un meilleur petit ami, t'as raison.
- JE M'EN BAS LES COUILLES DE TA VIE PUTAIN !!!
- Surtout qu'elle est cool, vraiment. Et canon. Ouaip. Tu verrais ses fesses, pfffiouuu, un vrai bolide. Je dois avoir un grain.
- Je.. Je vais appeler les fl-
- Ah ! Regarde, c'est justement elle qui arrive ! Allez, pense à prendre soin de toi... Bidule.

Sur ces belles paroles, Merlin relâcha son super pote Bidule, la mort dans l'âme, s'en alla au loin...

- NE REVIENS PLUS JAMAIS SALOPERIE DE CINGLÉ !!!!

... Pour mieux revenir, un sourire malicieux collé sur le visage, en direction de son super coupaing cinquantenaire.

- Juste pour information : tu as perdu. Je t'avais parié que tu serais incapable de finir la discussion sans m'insulter, pas vrai ? Comment tu vas morfler niveau malus, hahahahaha ! Allez, bonne soirée, Bidule.

Il pressa enfin le pas en direction du bar, et surtout, de Song, fier de voir son plan machiavélique porter ses fruits. Car oui, si vous ne le savez pas, entendre quelqu'un parler de ses histoires d'amour, c'est super gavant. Surtout un soir de Saint Valentin. Alors si en prime vous venez taper la discussion à un célibataire avec vos conneries... Sa seule envie sera de vous pousser sur la route dès qu'un bolide passe. Mais laissons-là les combines du Corbac pour faire rager la populace et intéressons-nous à ce qu'il avait à dire à sa complice.

- Bonsoir, ma chère et tendre Song ! Tu es ravissante, comme toujours ! Mais laissons-la les compliments et entrons dans le vif du sujet : voici la seule chose provenant d’Écosse te donnant envie de pointer le bout de ton museau ici, en dehors de ma personne.

Il déposa entre les mains de la damoiselle une bouteille de Johnnie Walker Swing 40% ( Non, ceci n'est pas une opération spéciale. ) ( Ni même un "clip de fans". ) ( C'est le nouveau terme en vogue pour parler d’une pub, si si. ) et lâcha, sur un ton perplexe :

- Tu savais que certaines bouteilles de cette marque se vendent entre 230 et plus de 19.000 £? Je me demande comment on peut dépenser autant dans du whisky, hum. T'as intérêt à prendre soin de celle-là, même si je ne l'ai pas payée dans ces tarifs, c'est autre chose que tes piquettes tout juste bonne à se bourrer la gueule.

Passant l'entrée du Neverland, Merlin jeta un coup d’œil dans la salle et, comme prévu, y trouva pas mal de duos venant, pour une raison obscure, passer leur soirée en amoureux ici et, plus majoritaire, des individus justement à la recherche de l'amour ou, dit d'une façon moins édulcorée, d'un bon coup de rein.

- Alors, ma chère, veux-tu profiter de la "baisse de Q.I" de la jeunesse et me voir te prouver que tu n'as aucune chance face à mon charme d'hypersomniaque Écossais, ou préfères-tu enchaîner les shots histoire d'avoir une excuse face à mon indéniable victoire ?

Le vilain programmeur pencha la tête sur le côté, jouant de ses traits encore jeunes pour se donner un côté faussement innocent.

- Tu peux toujours abandonner, si le challenge te semble trop difficile. Que pourrait bien faire un petit colibri face à un renard ?

Bien entendu, il savait que Lulli n'allait pas prendre ses jambes à son cou ( Quoi que, plus tard dans la soirée, ce serait jouable, si vous voyez où je veux en venir... /PAN ), mais il aimait beaucoup trop la provoquer pour ne pas s'en priver. Pas étonnant qu'elle surnomme cette saloperie de nerd "Troll Raven".

Voyons maintenant si Merlin l'Emmerdeur allait survivre à cette soirée. J'ai peu d'espoir.
©Gau


None of this counts, a few dreams, plowed up



Dernière édition par Merlin L. Pratchett le Sam 19 Mar 2016 - 4:12, édité 2 fois
Message Dans Re: This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong | le Sam 27 Fév 2016 - 23:56
sinking like a siren that can't swim anymore
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Lexi, Wolfy, Lily † Niniels
Féminin Personnage sur l'avatar : Taiwan (APH) || Chloe Bennet (IRL)
Âge, classe & année : Ex-D Apprentie prof de maths (2e sup) + prof principale de PUMA ▬ 23 hivers (10/01)

Prism' : 1108

Messages : 146
Date d'inscription : 02/01/2016

sinking like a siren
that can't swim anymore
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


play with your mind & body
Look Mr. Simple, Simple / You are you are cool just like that / Look Miss Simple, Simple / You are pretty just like that ♫♪ Δ Super Junior (Mr. Simple)

Printemps. Vivement le retour du printemps. Les fleurs manquent aux arbres et à tes cheveux, alors tu compenses avec les motifs de tes vêtements. Tu serais presque sobre ce soir, presque bien sûr parce qu’il faut bien un peu dévoiler pour faire croire que tu es un appât alors que c’est toi qui chasses. Ah ça oui, cette soirée s’annonce bien. Tu comptes sur Merlin pour être le complice idéal… et de savoir gérer la récompense. Tu veux bien jouer mais pas pour rien. Oh… il y aura toujours la fille. Tu te l’imagines déjà : une frêle ou une soit disant forte ? Une petite rousse ? Une grande blonde ? Une brune aux formes généreuses ? Mmm… une fille qui résiste ce sera plus amusant, plus intéressant qu’une proie qui ne demande que ça. Bien qu’en réalité, elles ne demandent que ça quand tu te présentes à elle.

Tes pensées et tes désirs s’agitent alors que tu te diriges vers le Neverland. Tu as fait un petit tour avant chez Mony. Il y a toujours assez de temps pour prendre un petit verre avec Mony. Toujours, bien que t’aurais aimé discuter un peu plus avec elle mais ce serait injuste de laisser le Corbeau seul en ce 14 février. Mais tu peux te permettre de le faire attendre. Tu sais bien qu’il trouvera de quoi faire en cas de retard, avec son don ou sa personnalité… Cela pourrait presque te faire regretter d’avoir accepté. Presque car voir sa bouille à tignasse brune te manque au fond. Tu le regrettes pas en tant que petit-copain – on peut vraiment dire que vous étiez ensemble ou c’était juste pour être intimes officiellement ? – mais plutôt pour ce petit tu-ne-sais-quoi d’attirant quand il piégeait les gens, ce petit mystère derrière ses sourires en coin, cette ruse derrière ses lunettes ou ses lentilles multiples. Alors, aller piéger des gens avec lui, ça, ça serait un bon retour aux sources.

T’as pas bu tant que ça mais ta démarche est toujours la même. Bancale. Un peu dansante aussi. Faut dire que t’accompagne de gestes – et de ta voix – les chansons que diffuse ton casque rose flashy. T’as retrouvé un vieux CD de k-pop la veille alors tu révises ton coréen en déconnant sur les boy bands que tu kiffais alors. Ha. Tu dis que c’est du passé mais tu chantes fort et avec joie, faisant coucou aux passants qui t’insultent. Bande de nuls : la liberté des uns s’arrête à ta propre liberté et ta propre liberté prend de la place alors qu’ils virent si ça les fait chier. Tu continues ta danse et ta marche, risquant plusieurs fois de te péter la cheville en marchant comme les gamins sur les petits murets. En talons. Nah, descend de là Songli. Surtout qu’il a flotté le matin. C’est pas le moment de se retaper des semaines d’attèle.

C’est avec Mr. Simple des SuJu que t’aperçois Troll Raven, en train de taper la discut’ avec un SDF. Tu le plains. Le SDF évidemment qui, même de loin, semble déprimé. L’effet « raven » est encore efficace : tant mieux. T’affiche un sourire franc et mauvais, troller retrouvant troller devant le Neverland. T’enlève ton casque pour sourire avec plus d’intérêt en examinant la bouteille que Merlin te tend. De la qualité, sans en douter, mais cela ne se constatait vraiment qu’au passage du gosier et non au passage en caisse. « Raven… Promet-moi de penser à toi… quand j’aurais besoin d’une bouteille de qualité. Pour les soirées de qualité, nous allons voir ça tout de suite. Et… Tu rentres dans le bar mais tu précises en te retournant à demi : Laisse-moi me bourrer la gueule, j’ai un don pour ça. » Lui, il fume autant que tu bois, mais il n’a pas un gène pour éviter d’en crever. Enfin, seul le futur en jugera…

Le Corbeau et le Panda jugent la salle et en concluent une clientèle qui fera l’affaire. Entre les couples à briser et les corps déjà délaissés. A table. Face à la prétention de ton partenaire, tu prends le temps de le juger à ton tour : « Raven, raven, raven… Mon petit corbeau des bois voyons. Ici c’est chez moi. L’alcool a raison d’eux tous… Toi… Toi tu ne fais que jouer avec les animaux déjà à terre. Sans mes shots, ils seraient vifs et dressés face à toi. Ne me remercie pas. » Prétention ? Non, assurance car tu te sens vraiment à l’aise ici. Bien plus qu’à Prismver, entre tes élèves n’aimant pas les maths « parc’que miss, y a les calculatrices, v’savez ! » et Vassili qui avait du mal avec tes méthodes et les élèves qui, d’une manière générale, foutaient le bordel. Là, il n’y a que du plaisir en bouteille et en chair. Tu sais que tu l’emporteras quoi qu’il arrive. Car le jeu même est ta victoire.

Tu poses tes coudes sur le bar, restant dos au barman alors que tu fixes tes cibles qui se présentent face à toi. Tu glisses ta main sur ta nuque, dans tes cheveux aux pointes blondes et tourne la tête vers un client seul assis au bar. Tu plisses les yeux, te mord la lèvre et souris. Il te regarde. Non, il te désire. C’est trop simple mais il est hors de question que tu payes une consommation. Tu laisses ta main gauche pianoter sur le bar, te rapprochant de ta démarche glissante, envoutante, de cette démarche qui fait que les hommes – c’est tellement plus facile avec les hommes – tendent vers toi sans y penser. « Un Blue Lagoon. », tu lances au barman sans délaisser ton regard brun sur les yeux bleus pâles de ta victime.

Ridicule victime, bien entendu délaissée, encore plus en cette soirée. Simple porte-monnaie pour démarrer la soirée. Tu prends ton verre de ta main droite, en boit une gorgée, puis tu passes derrière lui, laissant juste tes doigts fins lui offrir un frôlement sur l’épaule. Trop généreuse. Mais peut-être pas tant. Tu délaisses l’homme qui n’a ni le charme ni la résistance suffisante pour t’intéresser. Revenant vers Merlin alors que quelques minutes viennent à peine de s’écouler : « Alors, quel jeu ce soir ? On fait un challenge en quantité ou en qualité ? Tu bois une gorgée : ce n’est pas assez fort même si le goût du curaçao te plaît. D’un autre côté… J’aime bien jouer mais j’aime aussi tes défis… alors si l’on pouvait faire du PvE au lieu du PvP, je ne dirais pas non. » Tu ne dirais pas non au point de sortir des termes vidéo-ludiques alors que tu ne les emplois jamais. C’est Merlin le geek, toi t’es une newbie. Mais pas dans ce genre de map. Pas avec ce genre de cibles. Pas en cette journée où la passion et le pêché se mêlent. Et pas avec Troll Raven avec qui tu formes un duo déjà bien confirmé.
14 february 2016 Δ ft. Merlin Δ Neverland  Δ © GASMASK


Hrp : Tout d'abord, DÉSOLÉE DU RETARD !
Ensuite, je n'ai pas encore mes marques avec Song donc j'espère que ça ira /o/


— I can't remember the verse
Your songs remind me of swimming, Which I forgot when I started to sink Dragged further away from the shore, And deeper into the drink Sat on the bottom of the ocean, A stern and stubborn rock 'Cause your songs remind me of swimming, But somehow I forgot, I was sinking and now I'm sunk, I was drinking and now I'm drunk × code by lizzou.


Dernière édition par Song Luli Carroll le Mar 26 Juil 2016 - 11:19, édité 1 fois
Message Dans Re: This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong | le Sam 19 Mar 2016 - 6:16
I am almost the law.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Vladimir le A / Faust le S / Casimir le C / Hamlet le E
Masculin Personnage sur l'avatar : Akira Kurusu/Joker @ Persona 5, IRL Ben Whishaw
Âge, classe & année : 24 ans, Apprenti prof d'Informatique, ex-ACDC

Prism' : 229

Messages : 168
Date d'inscription : 25/12/2015

I am almost the law.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



- Raven… Promet-moi de penser à toi… quand j’aurais besoin d’une bouteille de qualité. Pour les soirées de qualité, nous allons voir ça tout de suite. Et…Laisse-moi me bourrer la gueule, j’ai un don pour ça.

Ma foi, tout cela annonçait fort la couleur et mine de rien, l'étrange bigleux était excité de retrouver sa comparse dans ce lieu où les âmes perdues venaient se perdre. Joueur, le brun rétorqua d'une voix se voulant séductrice :

- Parce que tu ne penses pas déjà à moi en temps normal ?

Et enfin, l'étrange duo pénétra dans le Neverland :  l'odeur de la cigarette et de l'alcool s'en dégageant pourrait assommé quelques instants un non habitué. Le plus frappant était ensuite les clients s'y trouvant : il y avait de tout. Ici, un jeune qui devait tout juste avoir atteint l'âge de boire, là un vieillard enchaînant les shots, à une table, tout un groupe de femmes dans la quarantaine dont les intentions étaient évidentes...

D'ailleurs, Merlin n'en était pas bien sûr, mais il lui semblait avoir passé une nuit avec l'une de ces couguars, les milfs rousses n'étant à vrai dire pas légion. Il nota dans un coin poussière de sa cervelle que la dame pourrait toujours lui servir de plan de secours si la proie de cette soirée se révélait uniquement intéressé par Song et son charme oriental. Vitn alors la réplique provocatrice de Merlin à laquelle la belle métisse répliqua :

- Raven, raven, raven… Mon petit corbeau des bois voyons. Ici c’est chez moi. L’alcool a raison d’eux tous… Toi… Toi tu ne fais que jouer avec les animaux déjà à terre. Sans mes shots, ils seraient vifs et dressés face à toi. Ne me remercie pas.

Le sourire du diable s'étira. Si la nuit était plus avancée, il l'aurait embrassé avec ardeur tant sa confiance en elle avait la fâcheuse tendance de réveiller la libido - pourtant équivalente à un iceberg en perdition le reste du temps - du programmeur. Il s'inclina, théâtrale, et d'un ton fort narquois répondit cela :

- Il est vrai que sans vous, mon sex-appeal ne peut faire flancher ces damoiselles, ô ma reine.

Une fois redressé, Merlin tira sa révérence dans un salut militaire et en la voyant se diriger vers le bar, délaissa la belle pour partir s'adosser et observer la scène, les bras croisés. Il assista alors au petit jeu de Song. Il n'y a pas à dire, ça sert d'être une jeune femme sulfureuse pour faire tourner les têtes : en plus de l'homme qui n'allait pas tarder à se faire pigeonner, Merlin remarqua rapidement les autres regards se diriger sur son ex petite aie.

Sans compter monsieur pigeon, miss panda avait déjà éveillé les instincts prédateurs de 4 autres mâles. Et, à moins que Lucifer ne se fourvoie sur son interprétation en captant leurs regards se porter sur Song, deux femmes. À croire qu'un joli derrière remportait toujours un franc succès, même avec un mini-short à motifs floraux. Le brun s'attela par la suite à poser ses iris bleu acier sur le reste de la foule tout en tirant sur sa cigarette.

Il accrocha alors le regard d'une femme aux yeux verts clairs, aux cheveux chocolats et à la peau bronzée trahissant des origines variées qui détourna bien vite son joli minois pour discuter avec l'une de ses comparses que Merlin s'imaginait être une amie. Miss Choco arborait un sourire timide sur les lèvres. Sûrement une romantique hélas célibataire traîner au Neverland par son groupe de copines et sans grande expérience dans le domaine de la séduction. L'une de ces femmes à la beauté subtile trop occupée à avoir la tête dans leurs études pour remarquer leurs prétendants.

Potentiellement intéressante, mais la difficulté du défi était plus que floue. Première hypothèse : elle cherchait à se relâcher un peu pour une raison ou une autre ( Ras-le-bol général, une rupture difficile ou tout simplement le manque, faites vos jeux. ) et l'emmener à l'attirer dans son filet serait simple comme bonjour. Deuxième hypothèse : c'était une fille sérieuse ne cherchant pas une aventure d'un soir - ou le niant - et dans cas de figure, il allait falloir à Merlin une certaine délicatesse pour la mettre échet et mat. Quoi qu'il en soit, la belle prof de math revint vers l'enchanteur se contentant pour le moment du rôle de spectateur, son pigeon étant cuit.

- Alors, quel jeu ce soir ? On fait un challenge en quantité ou en qualité ?

Lucifer s'amusa à modeler la fumée qu'il relâcha en un rond éphémère et porta son regard vers les bouteilles servant de mur décoratif derrière le bar, restant pour le moment muet.

D’un autre côté… J’aime bien jouer mais j’aime aussi tes défis… alors si l’on pouvait faire du PvE au lieu du PvP, je ne dirais pas non.

Il hausse un sourcil en entendant les propos de sa chère poivrote et reporte ses yeux grisâtre sur celle-ci.

- C'est bas de me chauffer en te faisant passer pour la gameuse que tu n'es pas, Song. Tu n'as vraiment pas idée de l'effet que peut faire une geekette sur un nerd comme moi.

Merlin se rapprocha de la métisse et tira une nouvelle fois sur sa cigarette - bientôt en fin de vie - tout en la dévorant du regard.

- Quoi que c'est vrai que tu as déjà joué ce rôle... Le corbeau retire ses lunettes et les dépose délicatement sur le nez de Song, sa face de renard dévoilant ses crocs. ... Tu étais bien plus convaincante que moi en policier. Je ne dois pas être aussi bon acteur que toi. Il ramène ses lunettes sur son joli visage pâle et achève l'innocente cigarette. Heureusement que je me rattrape dans le maniement de la matraque et des menottes.

Un autre sourire charmeur et voilà que Merlin s'en allait sans prévenir, le tout en se jouant de sa complice car tout en ignorant royalement sa question, il se contenta de faire glisser ses doigts le long de son dos, lui rendant ainsi hommage comme la grosse fourbasse ironique qu'il peut être, avant de se diriger en direction du bar et de demander à une serveuse de livrer un " Sex on the beach " pour chaque femme présente à la table de Miss Choco. Pour sa part il se contenta d'un simple cola, quasi sûr que Song profiterait de la moindre goutte d'alcool présente dans son sang pour s'amuser avec ses sens.

Quelques secondes plus tard, Miss Choco et ses amies dirigèrent leurs regards sur le diablotin et l'une d'entre elles, une blonde, lui fit signe de se rapprocher. Le nerd engloutit son soda sans plus attendre et s'en alla rejoindre ses proies, mais, à mi-chemin, il préféra stopper sa course et se glisser derrière Song afin de l'enlacer lentement, tandis que celle-ci semblait occuper à jouer de ses charmes avec une énième jeune femme faisant les yeux ronds à la vue du renard noir surgissant de nul part.

- PvE. J'ai déjà une table dans le viseur. Et comme je vise le loot légendaire, va pour quantité ET qualité. Le gamer jette un rapide coup d’œil à la proie de sa partenaire et relâche son étreinte tout en douceur. Eh bien, tu commences fort sur le plan qualitatif. Il se rapproche de la jeune femme et se penche vers elle. Je vous laisse prendre soin de mon ex, milady, mais attention : je la veux intacte après utilisation.

La jolie inconnue vira au rouge cramoisi et Merlin, pas peu fier de son impertinence, adressa un dernier regard complice à Song avant de reprendre sa route en direction du champ de bataille s'offrant à lui. Avec un peu de talent, qui sait, peut-être que ça que l'opération St Valentin allait finir en véritable partie de mmo une fois la porte de l'appartement se refermant derrière l'ange déchu jadis favori du tout Puissant.
©Gau


hrp : à mon tour de m'excuser pour l'attente !
comme j'apprivoise doucement merlin, ça ne me dérange pas que tu tâtonnes toi-même avec song, bref, pas de problèmes me concernant. =u=


None of this counts, a few dreams, plowed up



Dernière édition par Merlin L. Pratchett le Lun 4 Avr 2016 - 0:58, édité 1 fois
Message Dans Re: This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong | le Dim 3 Avr 2016 - 0:21
sinking like a siren that can't swim anymore
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Lexi, Wolfy, Lily † Niniels
Féminin Personnage sur l'avatar : Taiwan (APH) || Chloe Bennet (IRL)
Âge, classe & année : Ex-D Apprentie prof de maths (2e sup) + prof principale de PUMA ▬ 23 hivers (10/01)

Prism' : 1108

Messages : 146
Date d'inscription : 02/01/2016

sinking like a siren
that can't swim anymore
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


play with your mind & body
Yes, she likes me / Yes, she wants me / Yes, she needs me ♫♪ Δ M.I.C (Rockstar)

Désir. Tu sens la tension et l’attention tourner autour de toi et tu aimes ça. Tu as besoin de ça au fond. Que l’on te regarde, que l’on te veuille. Que tu existes, même juste par ton corps. Et tu souris grâce à ça. Encore plus, quand tu sens que ton Corbeau a ce même regard. Car ce ne sont pas seulement des paroles, aussi séductrices qu’ironiques, qui vont nier ce que tu sais et ce que tu vois. Au contraire, cela confirme que tu as encore une influence sur lui comme eux tous. Tu te mords la lèvre au souvenir de vos soirées regrettées, ton regard brun cherchant son regard gris, ta vue troublée par les verres de ses lunettes. Ton sourire devient rieur mais quelque peu carnassier : oui, tu es une bonne actrice mais à cet instant, le souvenir de sa propre performance te donne envie d’en redevenir spectatrice. Tu veux bien faire des bêtises et qu’il doive t’arrêter…

Tu relâches tes épaules alors qu’il te laisse, offrant à peine une caresse dorsale. Tu lèves les yeux au ciel en soupirant dans le reste de fumée qu’il a expirée. Il ne t’a même répondu. Tu te détournes doucement vers lui, alors qu’il s’est dirigé vers le bar. Oui, après tout, qu’il aille chasser et que tu continues ta propre chasse. Tu te retournes vivement – intentionnellement – vers une cliente sur qui tu renverses quelque peu ta boisson. La tâche envahit le chemisier blanc – mauvaise ou bonne idée – révélant sa poitrine à travers le tissu humide. Quelle actrice tu fais, c’est vrai. Tes doigts sur tes lèvres mimant la surprise, les yeux bruns ouverts pleins d’innocence, les excuses balbutiantes chargées d’honnêteté.

La rousse semble timide et non fâchée, juste embêtée. Tu te penches, refusant à marcher pour mieux dévoiler ta cambrure et tes formes, attrapant une serviette en papier que tu appliques de manière légère mais sûre sur la tâche bleue. Tu la regardes d’en dessous, proche, intime. Tactile tu l’es, mais c’est plus que cela. La rouquine rougissante lève ses mains frêles pour t’arrêter, niant la nécessité d’une telle « aide ». Ta main droite continue te veiller sur son chemisier. Et ta main gauche attrape sa main droite, doucement puis fermement, ton sourire se fait rassurant, charmeur. « Je suis vraiment désolée… Mais je peux… je vais arranger ça… » Ta main droite glisse lentement vers sa nuque, ta main gauche assurant sa prise…

Tu perds ses petits yeux verts qui s’agrandissent en regardant derrière toi. Raven est de retour, possessif, t’enlaçant, retrouvant ses marques auprès de ton corps. Tu penches ta tête sur son épaule, appréciant ce toucher familier, serrant la main de ta proie que tu tiens toujours. Proie qui reste muette et immobile devant votre proximité. Tu lâches un rire, pleinement à l’aise, heureuse que vous faites équipe ce soir. L’oiseau noir te libère, jugeant de manière incisive ta renarde avant de la mettre en garde. Vous échangez un regard complice avant qu’il ne se dirige vers sa « table ». Tu le suis quelques instants, ce corps qui était si près à présent s’éloignant, avant de revenir sur ta proie dont les joues rouges juraient avec sa chevelure. « Mon ex est quelque peu… possessif. Mais… »

Tu as délaissé la serviette en papier et ta main droite emprisonne la main encore libre de ta victime.  Tu avances plus encore dans sa bulle, brisant sa protection déjà fissurée. Tu portes ses doigts si près à ton visage, tes lèvres les caressant, faisant glisser ses mains sur ta gorge, puis sur ta poitrine... « Je peux aussi l’être. Être là. Près de toi. » Tu rapproches ton visage du sien, glissant doucement tes lèvres à son oreille. Elle est immobile mais fébrile. Tu sens ses veines battre à son poignet droit. Ton don s’éveille sans même y penser. Tu as à peine à forcer puisqu’elle semble ne rien refuser, son rythme cardiaque témoignant du trouble mais pas un trouble négatif. Elle est à toi. Et l’alcool ne fait que lui affirmer ce qu’elle désire. « Doucement, tendrement, amoureusement…, lui murmures-tu, penchée près d’elle. Juste pour toi. Il n’y a que toi. Que toi. »

Ta voix répète et hypnotise. Plus qu’un panda, tu serais un serpent qui immobilise ses proies et les rend euphoriques d’être ton repas. Alors doucement, comme annoncé, tes lèvres glissent jusqu’aux siennes, l’embrassant avec une maîtrise propre à l’habitude. C’est plaisant mais c’est elle qui semble le plus absorbée par le baiser, ses yeux verts disparaissant sous ses paupières closes. « Mag ? Qu’est-ce que tu fous ?! » Tu t’écartes lentement du visage de porcelaine, te retournant vers l’homme qui vient d’interpeler ta victime. Tu n’es pas contente car elle s’est raidie, s’est écartée quelque peu. Tu gardes ses mains dans les tiennes, jugeant celui que tu supposes être son petit copain. Vraiment, quel gâchis. Tu lui dis d’ailleurs, à ta renarde : « Ne me dis pas que tu gâches ton potentiel avec ce mec ? » La rousse balbutie, regardant alternativement son mec et toi. Ce dernier réagit de nouveau, se penchant vers toi, voulant écarter sa copine de ton étreinte. Que tu resserres, joueuse et confiante. Mag, c’est ça ?

« Maggie m’avait parlé de toi mais… osez revenir après ce que tu as fait ! » Il se redresse, surpris : « Que… Que j’ai fait quoi ? Mag, c’est quoi cette embrouille ? » Tu gardes le poignet gauche de Maggie solidement dans ta main droite, passant devant elle, comme pour la protéger. Mais surtout pour l’empêcher d’intervenir, amplifiant le taux d’alcool qui s’élève déjà en elle. « Elle n’a plus rien à te dire ! Elle… Elle aimerait seulement vivre une belle histoire. Comme avant. Comme avec moi. » Est-ce si simple de mentir ? Tu n’en sais rien, laissant ton imagination où fourmillent mille histoires d’amour et de tromperies s’animer par ton jeu de comédienne. Mais, à la réflexion, tant qu’à troller, ton Raven te manque. Encore quelques répliques et tu quittes cette scène.

Le copain de ta renarde semble refaire l’historique des relations amoureuses de Maggie et ne pas trouver d’arguments à ce qu’on vient de lui révéler. Tu lèves ta main gauche pour l’arrêter, hochant même la tête d’une mine désolée. « Mais c’est vrai que vous devriez vous expliquer… » Tu lui laisses place, attrapant son poignet pour que sa main puisse reprendre celle de sa tendre et chère – et soûle – augmentant d’un même coup, sa propre alcoolémie. Cadeau. S’ils s’aiment, ce n’est pas de la boisson et un baiser qui vont tout chambouler, si ? Tes yeux bruns se lèvent une dernière fois vers les verts : « Foxy, my little Maggie… Je prendrais le temps qu’il faudra… et si tu le veux, dis-toi que je le veux aussi. » Tu les libères, un sourire innocent qui est en réalité mauvais flottant sur ton visage alors que tu disparais derrière des couples. Le mec semble vouloir t’arrêter mais sa copine, qui semble lui avoir bien caché des choses, est à disposition : autant lui demander directement.

Tu rejoins ton Corbeau, délaissant le ton qui monte et le couple plein d’incompréhension qui va s’embourber dans ses propres doutes. A la découverte de la table, tu souris, gourmande. En effet, c’est un bon menu. C’est toujours agréable quand les filles viennent entre copines, offrant une brochette de belles créatures. Tu hausses la voix en appelant : « Abby ? C’est toi ? Tu te rapproches de la table et de la blonde que tu as choisie comme ouverture, laissant la brune aux beaux yeux à Raven. Oh non, tu n’es pas Abigaël… Excuse-moi ! Tu ressembles énormément à une amie à moi… Ce même sourire et ces mêmes cheveux… Tu te fais moins désolée et plus curieuse. D’ailleurs, ils sont vraiment magnifiques et brillants ! » Tu lui souris, comme une copine complimente une autre copine. Ce n’est rien encore. C’est innocent. Enfin, ça semble l’être… mais toi tu sais que tu es entrée dans leur zone. Puis tu tournes la tête vers le brun, souriante, à l’aise comme toujours. Tu glisses aux filles : « Je vois que vous êtes déjà en bonne compagnie… Je ne vais peut-être pas rester. » Tu ne bouges pas, évidemment. La main sur la table comme pour signifier ta possession, debout et quelque peu penchée vers elles. Tu ne sais pas ce que Troll Raven a prévu… Mais tu sais que s’il peut avoir un bijou entre ses pattes, il saura comment le ramener au nid.
14 february 2016 Δ ft. Merlin Δ Neverland  Δ © GASMASK


Hrp : De nouveau, désolée du retard ><
Je trouve que tu t'appropries vite et bien tes personnages, dont Merlin o/
En tous cas... merci d'être patient ^^'


— I can't remember the verse
Your songs remind me of swimming, Which I forgot when I started to sink Dragged further away from the shore, And deeper into the drink Sat on the bottom of the ocean, A stern and stubborn rock 'Cause your songs remind me of swimming, But somehow I forgot, I was sinking and now I'm sunk, I was drinking and now I'm drunk × code by lizzou.
Message Dans Re: This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong | le Ven 5 Mai 2017 - 15:00
I am almost the law.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Vladimir le A / Faust le S / Casimir le C / Hamlet le E
Masculin Personnage sur l'avatar : Akira Kurusu/Joker @ Persona 5, IRL Ben Whishaw
Âge, classe & année : 24 ans, Apprenti prof d'Informatique, ex-ACDC

Prism' : 229

Messages : 168
Date d'inscription : 25/12/2015

I am almost the law.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Merlin commençait à peine à faire mine de s'intéresser à la vie de "Miss Choco" ( Une histoire peu intéressante à base d'études dans le commerce et de célibat depuis quelques mois... Bref, un moyen peu subtil de faire comprendre qu'elle était disponible. ) que déjà, la chanson s'amusant à lui rester dans la peau s'approchait, probablement fière d'elle suite à son petit manège. Mais qui ne le serait pas ? Il est toujours plaisant de semer la discorde dans un couple. Du moins, ça doit être le cas lorsque l'on est aussi tordu et joueur que ces deux électrons libres. Mais bref. Song était donc là, avec son sourire de séductrice si efficace pour forcer les hommes à lui payer plusieurs verres.

M'est avis que beaucoup devaient maudire leur faiblesse face à l'appel de la luxure. Comme quoi, être aussi radin que le binoclard n'était pas plus mal dans cette configuration. Quelque part, la simple idée de vexer des femmes trop sûres de leurs beautés rendait presque Merlin fier. Il en esquissait même un petit sourire que Miss choco, qui avait révélé se prénommer Tatiana, ne pouvait s'empêcher de prendre pour elle. Ce qui eut pour effet de la rendre un peu plus bavarde encore, ainsi que maladroitement séductrice, à jouer ainsi avec ses cheveux.

Mais voilà que l'ex extravertie se lança à l'abordage du petit groupe avec la tactique du " Oh, je t'ai confondu avec quelqu'un d'autre ! ", une approche tellement simpliste qu'elle ne devait fonctionner qu'à l'intérieur des bars et autres lieux festifs. Ceci dit, c'était certainement plus simple à caser en ne faisant pas partie de la caste masculine. Quoi qu'avec cette histoire de beaux cheveux et de sourire resplendissant, l'apprentie prof se montrait un peu plus directe quant à ses intentions et l'envie de mettre des bâtons dans les roues de sa complice commençait à caresser l'esprit du corbeau. Hélas, la damoiselle venait lui couper l'herbe sous le pieds à coup de :

— Je vois que vous êtes déjà en bonne compagnie… Je ne vais peut-être pas rester.

Forcer ainsi le groupe à t'accepter en faisant mine de jouer l'exclue, hum ? En voilà, un stratagème bien sournois. Mais ça ne surprenait pas vraiment Merlin qui était plus que bien placé pour être au fait des micro-chantages de l'amie poivrote. Surtout lorsqu'une bouteille est en jeu. Soit.

— Allons, tu peux rester, je ne suis pas jaloux.

Malgré une moue sur le visage de Tatiana, il n'en fallait pas plus pour que le reste du groupe accueille l'amie panda qui, évidemment, ne se gêna pas pour prendre place aux côté de la blonde qui ressemblait à son amie imaginaire. Merlin y jeta un rapide coup d’œil, profitant de la proximité pour mieux l'observer et c'est après quelques secondes qu'il se désintéressa de l'inconnue aux cheveux dorés pour mieux planter son regard gris dans les émeraudes de la jolie brune... Qui n'était vraiment pas habituée à flirter de la sorte. À moins que fuir le regard de la personne en face en tripotant nerveusement ses doigts sur son verre ne soit une nouvelle forme pour exprimer la confiance en soi.

Le nerd retint un sourire carnassier : s'il se laissait aller à afficher ses intentions, la jolie métisse prendrait probablement peur. Il décida donc de parler de tout et de rien avant de rentrer dans le vif du sujet quelques minutes plus tard, laissant à Song le champ libre pour charmer le reste du groupe : elle était bien plus à l'aise que lui dans le rôle de la bonne vivante appréciée de tous et toutes.

— ... Et donc, je ne pense pas me tromper si je te dis que tu n'es pas ici de ton plein gré.
— Huh ? Ça se voit à ce point ?
— Oui, mais je triche un peu vu que je suis un habitué. ... Enfin... Certains de mes proches.
— Donc, tu es aussi venu avec un groupe d'amis ?
— Avec une amie pour être précis, mais elle 'ma lâchement abandonné en croisant le regard du premier type venu. Si la musique n'était pas bonne, je serai déjà rentré chez moi.
— Mais rentrer seul un soir de St Valentin serait un peu triste...
— Vraiment ?
— Oui ! Enfin... Je n'ai peut-être pas le droit de dire ça, vu que sans mes amies, je ne t'aurais sûrement pas fait signe de venir.
— Je dois donc me considérer comme un rencard improvisé ?
— .... C'est très présomptueux de votre part, monsieur.
— Je m'inspire d'un ami l'étant bien plus, madame.
— Hum... Je me disais aussi que ça ne collait pas avec votre physique !
— Ah oui ? Et qu'est-ce qui correspond à mon physique de dieu grec ?
— Laissez-moi réfléchir... Des cheveux bruns en bataille, des lunettes... vous m'avez tout l'air d'un sorcier, Merlin !
— Plaît-il ? Mon prénom serait donc une mauvaise couverture ?!
— Ne vous inquiétez pas, je suis une moldue en qui vous pouvez avoir confiance.
— Et il serait dommage de vous jeter un sort d'amnésie !
— Maiiis nooon, en plus elle dirait pas non à voir ta baguette, huhuhu !


Plantant d'abord son regard sur la blonde qui venait de s'incruster à la conversation, Merlin le dirigea ensuite puis Song. Cette dernière devait déceler dans les yeux du jeune homme quelque chose comme " Mais bordel de merde qu'est-ce que tu fiches, tu peux pas garder ta proie de ton côté sombre conne ? Putain je vais t'arracher la tête et te chier dans le cou si tu ne te grouilles pas de récupérer l'attention de ta pimbêche, sale pétasse. ", ou pas loin. Tatiana, pour sa part, essayait tant bien que mal de faire taire son amie, gênée face aux révélations que Blondie, vraisemblablement bien pompette ( L'équivalent de " j'suiiis commmmplètement torchée. " chez la gent féminine. ), car je doute qu'être sans-gêne et rire aussi bêtement soit naturel pour autre chose qu'un D.

Quoi qu'il en soit, c'est après une autre gorgée qu'un fait un tantinet déplaisant commença doucement à se faire sentir chez le monsieur aux cernes marquées : il n'avait pas ingurgité de son précieuse boisson, aka le café salvateur lui permettant de survivre dans ce monde terrible en lui évitant de s'écrouler, par exemple, en plein milieu d'une route. Du coup, est-ce que je vais partir du principe que Merlin, en plein milieu du Neverland, va s'en aller à la recherche d'un liquide autre que l'alcool coulant dans les veines de Song ? Hum... Oui. C'est exactement sur ça que l'on va dériver.  Et ce pour une seule et unique raison : votre Narratroll n'a absolument aucune idée de comment développer une intrigue basée sur la drague d'un pnj random. On va donc faire comme n'importe quel gendre en face de belle-maman : esquiver le problème et, dans le cas où ce dernier persiste, faire en sorte de s'en débarrasser après un malencontreux accident domestique.

Maintenant que la quête " Trouver Café " est acceptée, à toi de lancer les dés du destin, mon bon Lulu !

— Si vous voulez bien m'excuser, j'ai un verre qui ne demande qu'à être de nouveau plein.

Hum. Un jet de 58 sur 60 de social, ça passe tout juste mais c'est valide, je te permets de fuir le versus pour te restaurer au bar. Non je déconne, zou, intervention divine, je te jette un couple à moitié beurré au milieu du chemin. Tu vas faire quoi ? Un jet d'esquive ? Ok, mais je te colle un malus de 30 pour les besoins du scénario voulant que la fatigue ralentit ton temps de réaction. Ainsi, t'as pas le choix, tu te prends la collision de plein fouet et pendant que le binôme rigole bêtement, tu te retrouves le cul par terre, la tête en arrière.

Allez, j'ai un peu pitié de toi et je fais intervenir un aimable client pour t'aider à te relever en demandant si tout va bien. Il est tellement sympa qu'il t'accompagne même jusqu'à la sacro-sainte tasse de café. Là où tu étais moins chanceux, c'est qu'il semblait lui aussi avoir un coup dans le nez et, ô grand malheur : il ressentait le besoin de parler de sa vie. Saloperie de poivrot. C'est donc après 5 bonnes minutes que tu décidas de te tirer de cette situation pour retrouver le sourire de la belle Tatiana. Si elle était encore là... Et en espérant que Song ne se soit pas mise en tête de lui faire découvrir les vertus de son matelas sans toi.

— ... Et là, d'un coup, tout est parti en vrille... Je... J'aurai pas dû lui dire ça....
— ... Huhum.
— T'en penses quoi ? Je devrais peut-être... Partir la retrouver... Mais elle ne va pas m'répondre après tout ça, hein ? ... Hein ????
— ... Probablement pas, non.
—  Tout ça ne serait pas arrivé sans l'autre pétasse ! Si je la retrouve... Elle a quoi à remuer la merde dans notre couple, hein ?!

Tiens... Ça te rappelle quelque chose... Oh. Oooooh. Ironie du soir, bonsoir !

— ... C'est donc à cause d'une inconnue que vous vous êtes embrouillés ? C'est vraiment une sale histoire...
— Ouais ! y a vraiment des gens qu'on rien à foutre  ! Comment je vais faire pour que Mag se calme... Je... Je... Mag...
— Aucune idée. Sur ce, il se fait tard et j'habite loin. Bon courage.

Ni une ni deux, tu lèves ton derrière du siège et sans même prêter un dernier regard à l'homme à l'âme et à la kikoute malheureuses, tu décides de retourner sur le terrain, fort de toute cette caféine coulant dans tes veines et te permettant de ne pas sombrer dans les bras de ce libertin qu'est Morphée. Sauf qu'en fait, non, l'amant solitaire t'attrape le bras, un air misérable sur le visage.

— M-mec ! Regarde par là-bas ! Ouais ! J'en suis sûr ! C'est ELLE qui a foutu sa merde !

Effectivement, à plusieurs mètres de là, Song prenait du bon temps en dansant avec sa blonde, à croire qu'elle ne se posait pas de question quant à la disparition de l'écossais. Allez, on ne va pas trop lui en vouloir, ça ne faisait que quelques minutes qu'il s'était éclipsé... Mais tout de même, ça restait un poil vexant.

— Écoutes l'ami, tu as visiblement plusieurs grammes dans le sang, alors je doute que tu vas reconnaître une brune parmi tant d'autres. Tu devrais te contenter de rentrer.

— Non non non ! J'suis sûr qu'c'est cette nana !!

Merlin fixa quelques secondes son interlocuteur et soupira tout en dégageant son bras de son emprise. Il n’allait vraisemblablement pas lâcher l'affaire et le brun n'avait pour sa part plus aucune patience, c'est pour quoi il en vint à la conclusion que le mieux à faire était de laisser ce pauvre bougre se faire humilier une fois de plus.

— Très bien, vas donc vérifier ça avec elle. Je suis prêt à parier que tu vas le regretter.

Il faut dire que sur ce coup, le bougre ne se mouillait pas trop : un type complétement torché contre une femme capable de contrôler le taux d'alcoolémie de l'ensemble des personnes peuplant les lieux ? Le match était d'ores et déjà plié. Ceci dit, comme nous ne sommes jamais à l'abri d'une mauvaise surprise, Merlin se tenait prêt à intervenir : souvenez-vous de ce que je disais à propos de malencontreux accident domestique... C'est qu'il n'est pas difficile de louper une marche lorsque l'ivresse entrave nos mouvements. Mais tout ceci n'est qu'une simple hypothèse, bien entendu.
©Gau


hrp : la longue attente de cette réponse est bien sûr un hommage à ce pétard mouillé qu'est ff15.


None of this counts, a few dreams, plowed up

Message Dans Re: This is the Neo St. Valentine's massacre - MerSong | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «ville & monde :: Quartiers :: Quartier festif-