predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
Isn't it nice we hate the same things? ••• Malice




Partagez | 
 


 Isn't it nice we hate the same things? ••• Malice

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans Isn't it nice we hate the same things? ••• Malice | le Lun 22 Mai 2017 - 22:11
don't you worry child see heaven's got a plan for you
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Lexi, Songli, Lily † Niniels
Masculin Personnage sur l'avatar : Edogawa Conan (Détective Conan) || Asa Butterfield jeune (IRL)
Âge, classe & année : 3A ▬ 12 étés (12/06)

Prism' : 363

Messages : 42
Date d'inscription : 12/06/2016

don't you worry child
see heaven's got a plan for you
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Just this time, we are allies
Wolfgang Wilhelm & Malice D. Rammstein
Refuge (n.) : 1. Asile ; retraite ; lieu où l’on cherche un abri.
2. (Figuré) Bienfaiteur dont on attend, dont on implore la protection, le secours.

Calme. Tranquillité. Pause. Accalmie. Silence. Rien. Nul. Vide. Néant. … L’encyclopédie sur pattes se perdait mentalement dans les mots et synonymes pour ne plus se faire happer par les pensées et impressions. Cela faisait un quart d’heure qu’il avait eu une trop forte émotion et que ses cinq clones étaient apparus de manière impromptue. Et il essayait de se calmer. Et il essayait de contrôler. Et il n’essayait surtout plus grand-chose, comprenant que la situation lui échappait. Il savait que sa mère n’allait pas bien et il ne pouvait pas retourner la voir car elle allait encore trop bien, aux dires de la direction. Son père adoptif avait fait un saut sur l’île, amenant un nouvel élève, mais il était reparti bien vite à ses devoirs de traqueur. À peine s’il avait pris de ses nouvelles, se contentant de lui glisser un « Travaille bien surtout ». Une blague ce Florian Wilhelm. Et je sais de quoi  je parle, l’ayant créé pour ajouter une touche tragi-comique à l’histoire…

Et le petiot avait beau essayer de se concentrer sur autre chose, Prismver comme le reste du monde ne lui permettait pas l’assurance et la stabilité. Chacun voulait ajouter son petit grain sel au débat « pro-mages vs pro-non-mages », les uns piaillant face aux autres, personne ne s’écoutant vraiment. Wolfy s’en fichait de tout cela. Il n’affichait pas de badge, pas d’avis, pas d’intérêt. On se trompait même de débat selon lui. Ce n’était pas « les non-mages doivent ou non interagir avec les mages », mais plutôt « les non-mages doivent ou non permettre la destruction de la magie ». OUI PARCE QUE LA MAGIE C’EST LE MAL. Enfin… selon le gosse, qui n’avait pas changé d’avis même après un an et demi passé dans une école de magie. (Soit l’école de rêve pour tous les potterheads du coin pourtant. Quel chieur insatisfait et ingrat.) Au contraire. Quelques jours plus tôt, deux missions PUMA avaient rapporté des infos de l’extérieur peu rassurantes. La répression des mages faisait perdre le contrôle à ces derniers et ça allait tourner en vilaine troisième guerre mondiale tout ça. On peut s’en passer, je vous jure. Alors que, hein, honnêtement : pas de magie, pas de problème.

Cependant, il avait beau faire genre, le mini-brun, à faire son taciturne et à fusiller du regard tous les magic maniacs, il l’utilisait aussi. La magie. Même dans ce post, il l’utilise, c’est dire. Bon, comme j’ai écrit plus haut, ce n’était pas tout à fait son intention et pour un A, il craint un peu le génie de pas savoir contrôler… M’enfin, faut bien ça pour voir le pote Bob. Alors Bobby, je l’appelle ainsi même si je n’ai pas le droit – d’après Gautier les clones, ce ne sont pas des personnages donc tu ne leur donnes pas des prénoms parce que sinon c’est de l’arnaque par rapport aux autres membres etc. – mais je suis modo donc zut hein. Le Cinquième-Clone-Sans-Nom-Mais-En-Gros-C’est-Le-Gamin, vous savez, Le-Pote-De-Casimir, mais si… enfin… voyons… ce n’est pas comme si vous aviez besoin d’un rp avec lui pour connaître le gus. Un peu d’effort, je ne vais pas tout faire.

Bref.

Où en étais-je ? Ah oui. Donc le Cinquième « Bobby » Clone était parti en vadrouille en riant et même s’il avait la même constitution que Wolfy Premier Du Nom, il allait vite le bougre par rapport à l’original. Qui, de toute manière, était bien trop blasé pour lui courir après. Fort probable que Fifth ait filé rejoindre son poto blond… Mais on pouvait espérer qu’ils ne déclencheraient pas trop de bordel ensemble in real life ou sur la chatbox comme ça avait déjà été le cas. (Bon courage pour récupérer la réputation de petiot brun ténébreux muet après.) Et surtout, que Fifth n’irait pas voir Destiny qui ne méritait pas une telle présence néfaste de crétinerie joyeuse. Brrrr. Alala… La petite rose était bien trop occupée par le pseudo-super-héro et cela agaçait mon perso de plus en plus malgré ses silences explicites. Sa patience diminuait à la même vitesse que Casimir courant habillé en The Reaper, c’est-à-dire plutôt vite. Au fil des mois, l’asocial avait malgré lui – ou pas – influencé ses clones à trouver la situation passablement exténuante et le quintet de mini-pianistes acquiesçaient qu’il méritait mieux. Tout ça pour dire qu’il est possible que Bob-ième clone est cafté. A moins que ce soit le Troisième, je laisse le choix à ma fille partenaire d’écriture pour prévenir son perso.

Third était également parti car il ne tenait pas en place – pour changer – et avant qu’il ne se mette à chercher des noises aux Adlers voire même aux Voltors, Wolfy lui avait donné comme mission d’aller espionner les PUMA qui avaient un cours en extérieur dans le parc. Il était curieux de savoir ce que ça donnait… mais il n’était pas d’humeur à observer des Colombes se préparer à douiller en manifs. À la place, il avait sauté le repas et juste après le cours de physique, il avait quitté le labo pour rejoindre la salle de musique, à quelques couloirs de là mais au même étage. (Ce qui n’était pas un mal pour les petites jambes du dispensé de sport… le seul qui rageait encore parce que les salles des A étaient au quatrième étage.) La salle était éclairée d’une belle lumière naturelle qui se déversait des larges fenêtres et révélait un grand nombre d’instruments de tous les pays, avec une petite estrade pour les accompagnements en chant. Et elle était déserte. Comme souvent à cette heure-ci en pleine semaine. Bon, il y avait toujours le risque qu’une Myr sauvage apparaisse mais elle devait être occupée avec un autre asocial si un jour il est vraiment créé. (Qui sait ?)

W. s’était installé à un des pianos et tentait de se détendre en jouant. Il remarqua que le Trio d’Obéissants Clones était toujours là, debout, à attendre patiemment. Ah oui… il ne les avait pas envoyé voir ailleurs s’il y était. La Quatrième Digression s’était déjà à moitié assoupie dans un coin à côté de la fenêtre, comme si elle voulait récupérer l’énergie que son Original avait perdue en la faisant apparaître. (La logique, messieurs-dames lecteurs. Ou le soutien passif, plutôt.) Et puis il y avait le Premier. First exposait à Wolfgang tout ce qu’il pouvait faire pour avancer dans leur plan de destruction de la magie et était passablement décontenancé que son possesseur ne soit pas enthousiaste comme à son habitude. « Pas maintenant… Je ne voulais pas vous voir de base… Juste… chut. Va faire des trucs intelligents, comme je sais faire. » marmonna-t-il en allemand au Clone Savant. Ce dernier, après avoir penché sa tête sur le côté, sortit un livre sur la physique quantique du sac de cours et alla se poser dans un coin, sachant sûrement que Wolfgang changerait d’avis à terme. Car les ambitions qui changent la face du monde, il n'y a que ça d’important.

Ne restait plus que le Deuxième Clone qui était dans la Lune mais le plus patient et adapté à cette situation. Le brun continuait de se plaindre dans des murmures baragouinants mais il savait qu’étant dans cette salle et ayant un très bon pianiste avec lui – un autre lui-même en fait – il saurait se calmer. Il fit signe à son double de prendre place à côté de lui, devant un Yamaha aussi brillamment blanc que le sien était noir en Nouvelle-Zélande. Et sans se concerter, avec un sourire de plaisir si semblable, ils entamèrent une mélodie de Ludovico Einaudi. Bon choix (et je ne dis pas ça parce que j’adore assez ce pianiste pour être allée le voir en concert). Et il gérait le gamin, comme toujours avec cet instrument. Et les notes s’envolaient dans l’air, doucement, paisiblement. Nuvole Bianche ne devait pas s’entendre dans le couloir grâce à la bonne insonorisation du lieu… à moins que la porte ne soit mal fermée. Mais c’était presque dommage.

Le petit allemand au carré avait fermé sa double paire d’yeux, les deux copies concentrées sur le jeu. Peu à peu, Little Wolf oubliait le bruit et les problèmes qui continuaient de chuter sur cette foutue île. Il respirait calmement et souriait, sentant presque la présence de sa mama par la douceur de la mélodie. Car elle lui manquait beaucoup plus qu’il ne le dirait jamais. Il avait l’apparence d’un gosse de dix ans, pas encore treize réellement et il tentait d’afficher une maturité de vingt. Mais il était bien un gamin, jaloux et capricieux qui voulait qu’on s’occupe de lui. Même en fuyant ainsi, le petit introverti ne faisait que bouder les gens pour ne pas conclure le fait qu’on ne voulait juste pas de lui. Cette phrase de petiot rejeté est triste. Ce n’était pas voulu : désolée mon petit. Et évidemment que maintenant, je repense à Destiny. Elle te manque, avoue. Oui, tu ne me répondras pas… Même si tu le pouvais, jamais tu n’exprimerais à quel point l’asociale te paraissait changée depuis que bébé Blade avait « conquiert son cœur » ou tu ne savais quel autre truc bizarre incluant des émotions. Et cela signifiait que pour côtoyer l’anglo-suisse, il fallait se coltiner le franco-anglais débordant d’énergie. Alors merci mais non merci. Mais franchement, c’était injuste de ne plus pouvoir trainer en bons introvertis une fois par semaine devant une console sans échanger la moindre parole… Dans quel monde fictif, vivait-il, sérieux ?! Vivement que ce ship implose et ravive les amitiés silencieuses entre le brun et la rose.


mardi 18 avril 2017 Δ ft. Malice Δ ©️ Gasmask


— But boys are meant to flee
Boy, we're dancing through the snow Waters freeze, the wind blows Did you ever feel We're falling as we grow No I would not believe The light could ever go But the golden age is over Listen, I can hear the call As I'm walking through the door Did you ever dream We'd miss the mornings in the sun The playgrounds in the streets × code by lizzou.
Message Dans Re: Isn't it nice we hate the same things? ••• Malice | le Dim 12 Nov 2017 - 19:19
Just let it rocks
avatar
Autre(s) compte(s) ? : M. Abigail Davis
Féminin Personnage sur l'avatar : Umaru Doma from Himouto! Umaru-chan - IRL : Kiernan Shipka
Âge, classe & année : 14 / D / 3

Prism' : 15

Messages : 114
Date d'inscription : 02/02/2016

Just let it rocks
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


sharks make me wanna put the hammer to my head

Les yeux figés sur tes petites mains, tes doigts frêles aux ongles laqués de rose bonbon légèrement plus froid que le reste de tes paumes, habillées d'une paire de mitaines rayées de bleu ciel et de mauve, tu marchais à tâtons. Certes, le printemps s'était confortablement installé en traînant avec lui ses brises douces et sa myriade de bourgeons, mais rien d'assez agréable pour une tenue très légère. Tu relevas un peu le menton pour fixer l'azur, où Hélios jouait à courir et se dissimuler derrière les cruches des Néphélées. Les paupières légèrement plissées, tu laissas un soupir las s'échapper de tes lèvres légèrement rosées par un baume coloré à la fraise. Il y avait aussi un peu de rose sur tes joues, et une douce odeur sucrée qui se dégageait de ton cou.

Tu avais fait un effort, dans ton apparence vestimentaire. Tes cheveux, soyeux et lisses, avaient été sagement coiffés et ils tombaient avec grâce sur tes épaules. Tu en avais pris une partie supérieure pour la tirer à l'arrière et l'attacher avec une barrette ornée d'un nœud immaculé. Tu portais un tee-shirt à manches longues bleu ciel, uni, avec ton imperméable préféré de couleur lilas, et un jean de couleur noire habillait tes fines jambes. Légèrement retroussé, il laissait voir si on avait l'œil la subtile coordination de couleur de tes chaussettes mauves et de tes tennis bleu ciel, puisque tu avais poussé le détail jusqu'au bout. Sous les longues manches de ton imperméable, on pouvait voir quelques bracelets fantaisies plutôt mignons, mais il te couvrait assez pour qu'ils passent inaperçus pour le moment. D'ailleurs, tu glissas la capuche au-dessus de ta tête en sentant quelques gouttes de pluie, puisque tu étais à l'extérieur.

Si tu n'étais pas à l'intérieur, Malice, c'est que tu étais partie pour voir ton bien-aimé. Malheureusement, il était encore une fois – et tu aurais dû t'en douter d'ailleurs – en compagnie de sa chère et tendre – cette insupportable gamine nommée Destiny. Passée de présence pénible à ennemie publique numéro 1 à tes yeux depuis le bal de Noël, auquel cette teigne sur pattes avait eu l'audace de se montrer en compagnie de ton héros préféré, la seule vue de sa chevelure barbe à papa avait suffi à te faire perdre toute joie de vivre. Tu n'avais même pas eu la force de t'imposer pour les déranger, pas assez de pouvoir pour supporter la douleur, alors tu avais juste tourné les talons.

Bougonne, tu t'étais assise à quelques mètres du cabanon de ton héros, contre les racines d'un arbre, dans un angle qui te cachait relativement, tu avais sorti ta bonne vieille console GBA pour jouer un peu et faire passer le temps. Certainement, vu la joie avec laquelle tu étais sortie, chantonnant à tout le monde que tu serais loin pour un moment puisque tu allais voir ton meilleur ami, rentrer immédiatement ne serait pas une bonne idée. Ils se moqueraient de toi. Sans parvenir à te concentrer, tu fixais les pixels colorés de Kingdom Hearts : Chain of Memories lorsque des bruits vifs de pas te parvinrent. Quelqu'un étais en train de courir derrière toi. Rangeant rapidement ta console dans ton sac et jetant un regard de l'autre côté de l'arbre, tu aperçus une chevelure brune familière se diriger vers l'habitation dans laquelle tu n'avais pas osé entrer.

Tu mordillas un peu ta lèvre inférieure, te redressant soudainement pour t'approcher de lui au pas de course. Wolfgang courait, ce qui signifiait qu'il était dans l'un de ses bons jours. Tu avais du mal à le comprendre, lorsqu'il avait ses périodes de tsundere. Parfois il jouait avec Casimir et toi joyeusement, et parfois il vous ignorait et vous lançait des remarques acerbes en préférant la compagnie de Destiny. D'autres fois encore, il semblait un peu plus nuancé. C'est un jour, il y a quelques mois, les amoureux passaient du temps ensemble, que tu avais semblé détecter quelque chose. Il ne semblait pas être heureux que les deux enfants passent autant de temps ensemble, qu'il avait exprimé quelque chose. Tu avais reconnu sur son visage une expression bien spéciale. Tu la connaissais par cœur. Une jalousie réprimée bien familière.

En prévention donc, tu avais rejoint le petit brun et posé ta main sur son épaule. Oh tu aurais même pu la poser sur sa tête, le dépassant largement, mais tu n'avais pas jugé cela poli ou gentil. Lorsque tu t'étais assurée d'avoir attiré son attention avec ce petit geste, tu te laissas un peu balancer d'un pied à l'autre, une moue pas vraiment dissimulée devant lui. Tu n'en trouves pas l'utilité. Tu sais au fond de toi que ce n'est pas nécessaire après tout.

▬ Tu venais jouer toi aussi ? Euhm... tu sais... Casimir il joue avec Destiny alors on peut pas y aller. Ou alors on pourrait genre... y aller ensemble ? A trois c'est un peu bizarre mais à quatre ça va non ?

Tu ferais n'importe quoi pour te trouver un allié. Alors autant profiter de BobbyWolfgang dans cette situation, pas vrai ?
MITZI
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «établissement :: 1er étage :: Salles de musique-