predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ]




Partagez | 
 


 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Lun 5 Juin - 16:46
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 987

Messages : 170
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



「Hello darkness my friend. 」
ft Hadès Bae c:


 
「dans les vibrations de son désespoir,
se dessinait, les fils, à l'encre noir,
des roses tachetées de sang,
qui crevaient au fond de l'océan. 」


ça trottait dans sa tête, une petite machinerie qui glissait comme une putain d'évidence. Ce sentiment d'attention ne l'avait jamais autant pris aux tripes ou traversé son coeur sans aucune méfiance. Au début ça l'avait rendu un peu fou, cette incompréhension de son fort intérieur l'avait déstabilisé, c'était comme si qu'une manivelle s'était enclenchée. Mais...C'était comme se faire une raison, puis un jour sauter sur l'occasion. Narcisse ne pouvait pas avoir peur d'un simple désir. Un connard de souhait qui faisait chavirer le bateau de son palpitant. Ouais, c'était un tremblement inconnu de son être, une idée saugrenue.


Ainsi Narcisse s'était retrouvé à attendre devant les casiers des A. Un autre monde, une sorte d'autre vie, lui n'appartenait qu'à ceux qui ont des ennuis. Y'avait ces gens qui le fixaient, puis les autres qui avait une mine totalement dégoûtée, ouais ils te regardaient tous Nar, ils épiaient chacun de tes mouvements, une hiérarchie et des différences. On l'avait jugé d'un roulement de sourcils, une lèvre s'esquissait dans un sourire, mais ça passait au-dessus de lui, il s'en fichait de ce genre d'abruti.


-On fout quoi là putain ? T'es sérieux ? Attends t'étais  sérieux quand tu m'as fais comprendre que tu voulais te faire un ami ? Non mais t'es d'venu barge mon pauvre. Gronda cette voix de supplice, cette voix qui te prends, qui t'arrache de ta rêverie.


La mer d'émeraude glissa sur son pouvoir qui s'évaporait autour de lui. Ouais Calipso, c'était vrai. D'un mouvement de bras habituel il le fit s'écarter, Narcisse n'avait rien à faire de son avis, pour une fois il avait une idée. Bien-sûr qu'il allait lui balancer son venin, l'empoisonner pour qu'il soit épuisé demain. Peut-être qu'il n'allait pas s'en remettre et que cette bulle allait l'enfermer, le rendre amorphe, fallait pas le connaître. Pourtant, il avançait.


「c'était une silhouette au loin,
une envie de lui tendre la main,
au fond de lui il se faisait violence,
il savait les humains faits de méfiance. 」


Devancé. Il se faisait arnaquer. Saloperie de pouvoir, il devrait finir à l'abattoir. Un casier claqua, un sourire se forma. Calipso était dans son élément, il s'amusait, pourrir sa vie pour son plus grand plaisir. Un instant cette envie de fuir serra sa gorge, mais elle fut brisée par le second bout de ferraille qui s'était abattu dans son enclos, devant le nez d'Hadès dans un foutu concerto. On sentait les regards sur Narcisse, mais il ne faisait rien pour arrêter son pouvoir de semer le malheur. Personne ne se doutait de ce qui se passait, personne ne pouvait savoir que c'était Calipso qui s'éclatait.


Son pied claqua, il ne reculait pas, non Narcisse ne savait pas reculer, il savait juste jouer. L'air de rien, les rires filaient, foutu vaurien, abruti de péché. Enfin il se tenait devant celui aux cheveux bordeaux, son regard le croisa discrètement alors que le casier d'Hadès s'éclatait et que Calipso tournait autour d'eux. C'était comme un déclic, comme si qu'il savait ce qui allait se passer, tout allait foirer.


Avec un rire profond aux creux de ses tympans, Narcisse vu Hadès se faire bousculer par l'arrière, car c'était sa façon, sa façon à l'autre con pour que ce soit Narcisse qui reçoive toutes les misères.


-Bonjour.



© by Narcisse & Solvia c:



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart


Dernière édition par Narcisse E. Holm le Jeu 17 Aoû - 15:40, édité 1 fois
Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Mar 6 Juin - 15:41
Get on your knees ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles, Amelia, Finn
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 2063

Messages : 99
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


C’était pas marrant, pas même un peu, car l’effarante idée d’une entrée indiscrète dans ta vie te paraissait trop impossible pour être réelle. De la crainte pure et simple au respect de la pat des proches, tu avais toujours vécu dans l’intimité la plus totale - et le fait que ce type, un inconnu de la classe C, se dévoile comme un tel emmerdeur te paraissait être une conclusion trop facile. Ceux qui cherchaient à t’emmerder cachaient logiquement leur identité, n’ayant aucun intérêt au cas contraire autre que ta vengeance qui précipiterait l’arrêt des problèmes. Même avec un pouvoir dangereux, personne n’avait d’intérêt à se risquer dans une confrontation - et si tant est que quelqu’un te voulait du mal, il se manifesterait directement.

Ça n’avait pas de sens. Quelque chose n’allait pas, et lorsque tu arrivais aux casiers, ce doute s’intensifia - ton interlocuteur était en face de toi, réprimant un sourire lorsque quelque chose te bouscula, te forçant à jeter un coup d’œil en arrière. Rien ni personne. Ou rien d’assez lent pour que tu ne le remarques, mais tu ne sentais la présence de personne - tu n’avais pas cette impression étrange lorsque quelqu’un demeurait près de toi et que beaucoup parvenaient à ressentir. La situation était étrange, et ton agacement avait beau être réel, il était atténué par un profond désir de comprendre - le joueur qui voyait le problème comme un défi à relever, un nouveau jeu à terminer. C’aurait été trop facile de considérer Narcisse comme un responsable moqueur, et quand bien même il aurait été coupable, c’aurait été trop facile de l’emmener visiter ses propres enfers.

Télékinésie, contrôle de l’air, vitesse surdéveloppée, clonage, ami imaginaire, invisibilité, portail, illusions. J’ai recensé les dons connus qui te rendraient responsable de ces… méfaits ? Si on peut les appeler comme ça.

C’étaient plutôt des gamineries. Hadès était à Prismver depuis un moment et il avait connu des choses. Il avait connu les cravates grises. Il avait connu RED démolissant le hall, le Ranker tabassant des élèves, les S en corrigeant d’autres, les débats des différents mouvements se disputant la Guerre des Classes, les tortures, la haine réelle. Ce genre de choses, c’étaient des gamineries, une rancœur d’enfant. Des actes si peu de sentiments qu’on finissait par les oublier plutôt que de se donner la peine de tout mettre à l’œuvre. Tu voulais pas croire à la réponse facile, peut-être parce que d’un côté, tu désirais tellement le retour d’un adversaire digne de ce nom.

Tu voulais une réponse excitante, quitte à en sacrifier sa vérité, quelque chose à même de t’apporter un peu d’amusement.

"J’ai du mal à te croire responsable. Si tu veux une vengeance, j’ai des arguments et je te l’apporterai, mais je pense que ça n’arrangera rien. Et puis, j’ai d'autres choses à faire."

Des jeux à terminer. Une nuit à commencer. Des choses autres que de perdre ton temps ici. Tu jugeais ce garçon de haut en bas, son apparence, l’aura qu’il dégageait, son regard. Ça n’arrangerait rien. Pour une raison obscure, tu en avais la certitude - et elle t’agaçait, car ce manque de réponses t’empêchait de comprendre.
Tu détestais ne pas comprendre.
Tu détestais l’idée de ne pouvoir réduire ta liste de possibilités, si tant est que Narcisse était le réel responsable de ces bêtises. C’était un corps humain, tu l’avais très vite compris, il restait simplement à comprendre de quelle manière il entrait en contact avec toi. Il n’aurait si choisir un passe-temps moins dangereux et plus agaçant.

"Mais tu connais le responsable. "

Un silence. Il le jauge. En réalité, ça n’avait pas de sens. En réalité, tu avais déjà ta réponse.
Tu sentis ton pouvoir s’agiter, l’Ombre, le démon intérieur se titiller - la réponse à portée, un rire glauque de l’intérieur, comme un crissement, signalant ta justesse d’esprit. Et maintenant… il ne suffit qu’à extirper la réponse. Il ne te suffisait qu’à fouiller dans un esprit bientôt brisé - mais tu n’en avais pas la motivation, surtout quand la parole semblait être une alternative suffisante.

"C’est une information que je suis prêt à négocier."
ft. Narcisse •• Juin (cycle 3)


Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Mar 6 Juin - 17:15
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 987

Messages : 170
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



「Hello darkness my friend. 」
ft Hadès Bae c:


 
On sentait autour de lui un poids, une foutue tempête qui s'abattait tout autour de son corps, ça faisait mal comme la première fois. En à peine quelques secondes l'atmosphère s'était écroulé, les chiens de l'enfer étaient lâchés. Ils couraient comme des massues, ça s'accentuait fur et à mesure et le corps de Narcisse commençait à se broyer, s'inonder de tant de choses qu'il aurait pu s'accabler là. Là. Devant les pieds de celui que peut-être il avait recherché. Dans le creux de son désespoir il fit taire cette envie, dégage connerie, retourne à ta place, dans le noir. Chacun de ses neurones s'activait, toutes les ficelles du roi des poupées s'emmêlaient. En Narcisse aucune autre terreur existait. C'était comme un amas de toutes choses, un amas de sensation.


「Tu sentais son regard,
jauger ta misérable vie,
la pâleur de tes envies,
amitié ou cauchemar ? 」


Silencieux Narcisse ne bougeait pas, il était en proie à un combat interne que le forçait à serrer ses poings, couper ses veines. L'autre lui non plus ne semblait pas se déplacer pour quoi que ce soit. L'autre. Hadès. Mais qui était-il justement ? Ce gars qu'une fois dans un couloir tu t'es dit "ouais et si j'allais voir s'il était différent ?" Y'avait eut ce brouhaha de dire, ces mots qui se balancent et qui crachent. Ces mots qui peuvent détruire, une bande de lâches. Narcisse n'avait rien écouté, il s'était seulement garder un jugement approprié. Certains disaient qu'il faisait flipper, d'autres disaient qu'il était le plus beau, tout le monde s'excitait. Les rumeurs s'enlaçaient, les gamins s'amusaient, détruire une personne sans pouvoir la toucher. Toutefois, Narcisse comprenait, que ces phrases aux allures de poison, n'avait jamais touché Hadès pour quelconque raison. On la voyait cette tour de chaînes, qui s'enroulaient autour de son corps, qui l'immobilisait comme un putain de bon sort. Une saloperie de barrière invisible qui semblait de loin indestructible.


-J’ai du mal à te croire responsable. Si tu veux une vengeance, j’ai des arguments et je te l’apporterai, mais je pense que ça n’arrangera rien. Et puis, j’ai d'autres choses à faire.


ça sonnait comme une porte qui se ferme, comme un avion qui s'écrase dans les lignes de sa phrase. C'était ça de vouloir sortir de ta banalité Narcisse, c'était ça de croire que tu pouvais être quelque chose d'autre, quelqu'un qui appartient à un monde. Tu voulais peut-être des amies, des personnes qui t'accompagnent et qui rient.


-Tu vois Nar, tu n'as pas besoin de lui, il s'en branle de toi, t'es qu'une putain de poussière parmi des milliers de renvois.
Calipso claqua son poing contre un casier. Il est pas con en plus, mais c'est toi Nar, ce sera toujours toi.


La ferme. La ferme. La ferme. Lentement la machinerie prit forme, il bougeait enfin les membres de son corps. Narcisse ferma les yeux, glissa sa main entre eux. Le casier d'Hadès s'ouvra tandis que les crépitements de son cœur brouillaient sa voix. Y'avait ce battement incessant de ses nerfs dans les courbes de son cou alors Narcisse tentait par les forces de son âme d'arrêter Calipso qui s'amusait derrière Hadès à faire son numéro. En y réfléchissant Hadès n'était pas parti, il le jugeait du regard, mais ne l'avait pas laissé ici, car oui il tentait surement de comprendre ce qui se passait, ces bruits horribles de casiers qui se fermaient.


「Il connaissait le responsable,
il aimait tournoyer comme une âme,
on le sentait rire dans le vent,
et soupirer dans le néant. 」


-Oui je connais le responsable. Qu'il souffla ancrant son regard dans les falaises d'Hadès. Et ce n'est pas moi, mais je suis prêt à négocier.


Puis y'a des jours où Narcisse ne sait plus ce qu'il fait, il serait presque capable de balancer le pouvoir qu'il cachait.



© by Narcisse & Solvia c:



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Jeu 8 Juin - 16:51
Get on your knees ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles, Amelia, Finn
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 2063

Messages : 99
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


La situation devenait bien plus simple que tu ne le pensais. D'expérience, tu savais que ce genre de rendez-vous ne finissait jamais bien : ce n'était pas qu'un cliché de film, car quand des personnes qui ne s'appréciaient pas voulaient se retrouver, ils attendaient quelque chose de leur présence physique.
Si tu avais tenu à retrouver Narcisse quelque part, ce n'était pas vraiment du fait de la vengeance prévue (que, de toute façon, tu aurais trouvé un moyen d'appliquer - si quelqu'un était assez déterminé pour t'embêter de la sorte, tu étais prêt à lui rendre la pareille.) mais pour discuter plus franchement. Face-à-face avec lui, la situation te semblait plus réelle - comme si tu avais cherché à t'y pousser toi-même. À retrouver la réalité.

Il y avait sans doute de ça également : échapper à ta flemmardise et à ce vice de nonchalance qui te touchait depuis un moment. C'était une bataille contre cette nouvelle personnalité, contre le confort de cette amnésie qui, malgré la pause qu'elle t'avait permit d'avoir, ébranlé maintenant tes convictions. Il n'était pas question que tu finisses comme durant ces mois d'inactivité, à l'écart de tes passe-temps, privé d'une personnalité qui dessinait ton goût pour la vie - la recherche incessante de l'amusement, une curiosité interminable pour tout ce qui semblait être à même de changer ton quotidien. Il n'était pas question que tu te laisses oublier, que tu ne règles pas ces problèmes dont l'existence ne t'aurait même pas semblé possible auparavant. Tu avais changé Hadès. Indiscutablement.

Affaibli par l'oubli.
Et petit à petit, tu redevenais toi-même.

"Bien. Qu'est-ce que tu veux ?"

Question claire, précise, le son sec, froid, direct, yeux plantés dans les siens, dans cette négociation qui n'en est pas vraiment une. Tu le saurais. D'une manière ou d'une autre. C'était plus de la gentillesse que d'agir de la sorte, mêlée à une impatience à l'idée de comprendre. C'était le fondement de tout ; comprendre, analyser les situations, négocier la réponse d'une situation qui en devenait frustrante.

"J'ai de l'argent, de l'influence ici, je suppose, et un pouvoir utile pour bien des choses. Et quoi que disent les rumeurs à mon sujet, je suis un homme de parole."
ft. Narcisse •• Juin (cycle 3)


Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Ven 9 Juin - 16:14
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 987

Messages : 170
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



「Hello darkness my friend. 」
ft Hadès Bae c:


 
C'était comme se retrouver dans une pièce où le vide prenait toute la place. Comme se laisser tomber sans même comprendre ce qui se passe. Un piano battait fortissimo dans le rythme de ses nerfs, un concerto enchanté se jouait dans son corps tant la panique coupait l'atmosphère. Il ne sentit ni les regards qu'on portait sur sa pauvre personne, ni les pique qui se baladaient comme des démons dans leur zone. Narcisse, oui toi, Narcisse. Tu avais au fond des constellations de ton cœur, un souhait, trouver quelqu'un qui effacerait ta noirceur.  C'était peut-être qu'un putain de rêve qui allait rester enterré dans un coin de sa conscience avant d'être brouillé, noyé et de disparaître.  


Dans l'infinité de ses veines couraient de la boue qui venait l'immobiliser. En sentant un coup de vent crouler le long de sa colonne vertébrale Narcisse se déplaça avec agilité pour se coller au casier dans un petit bruit de fracas incessant. De la peur ? L'effroi de se faire hanter par quiconque, celle qui te broie de l'intérieur et qui t'inonde. Enfin il lança son regard dans les encres de celui qui n'était qu'un hémisphère imaginaire, t'sais ce truc qui ressemble à une illusion vaine ? ce truc que les enfants pensent pouvoir voir et qui dans un 'pouf' insonore s'évapore. Sur le coup Narcisse eut envie de rire, de laisser ses organes se plier et laisser le son d'un éclat traverser sa gorge. Que foutait-il au juste ? Il se battait contre lui-même pour quoi ? Pour ce gars ?


-Bien. Qu'est-ce que tu veux ?"


「Parfois fallait se lancer,
se laisser tomber,
peut-être que ça pouvait marcher
fallait juste essayer.」


-Je ne veux pas ce que tu as à me proposer, je n'ai pas besoin de ton pouvoir, de ton argent ou de quoi que ce soit d'autre, je suis pas venu pour ça. Narcisse marqua une pause en mordillant sa lèvre. Je m'en branle des rumeurs, de ce que ces fourmis peuvent dire sur ta personne, j'ai d'autres choses à m'inquiéter que de savoir si tu es dangereux ou doux comme un agneau.


Un grand coup et il inspira, puis s'arrêta simplement pour reprendre une bouffée d'air. La panique grignotait son corps et alimentait son stresse. Tu n'avais pas l'habitude de cela Narcisse, tu n'avais pas l'habitude de laisser ces barrières se briser juste pour essayer d'avoir quelqu'un à tes côtés. Lentement tu te replaças en face de ton camarade sans même remarquer que l'autre qui était intenable n'était plus autour de vous. La franchise allait peut-être l'aider, mais peut-être que cela allait l'enfoncer. Cette fois-ci il n'allait plus avoir peur, ne plus échouer et avoir de la rancœur.


-Je ne sais pas qui tu es et si je devais apprendre à savoir qui tu es Hadès alors je te demanderais une seule chose en échange de mes aveux. Il tendait ses doigts face à lui. J'te demanderais juste de devenir mon ami, enchanté moi je suis Narcisse.


「puis il s'en foutait en faite,
ça allait être encore une défaite,
il aura au moins essayer,
de faire ce qu'il fallait. 」



© by Narcisse & Solvia c:



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Lun 12 Juin - 16:03
Get on your knees ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles, Amelia, Finn
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 2063

Messages : 99
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


La situation était tellement improbable qu’elle en devenait risible. Tu t’attendais à bien des possibilités, car après tout, les gens savaient se montrer inventifs et ne manquaient jamais de te surprendre, mais ça, c’était nouveau. Un ami. Le dernier qui t’avait fait ce coup, c’était Delphia, et il se trouve qu’elle avait joué avec ta mémoire de telle sorte que tu t’étais retrouvé avec une meilleure amie imaginaire et un cerveau bousillé. Tu te mordis la lèvre, le regard durci rivé dans le sien, incapable de comprendre. Pourquoi déciderait-il de devenir ton ami ? Ça n’avait aucun sens.
Tu admettais la curiosité à ton égard, l’envie de dénouer des rumeurs effrayantes voire de comprendre ton fonctionnement, mais l’amitié était en dehors de ta juridiction. Quand bien même tu l’aurais voulu, ça ne marchait pas comme ça. Quand bien même tu accepterais sa demande, tu étais incapable de définir l’amitié de la même façon et encore moins de te comporter en conséquence. Quand bien même tu serais son ami, ça ne changerait rien à cette malédiction qui te traînait autour et à laquelle il était lié - et s’il fallait se débarrasser d’un ami pour que ça s’arrange, tu n’aurais pas d’hésitation. N’étaient-ils pas là pour ça ? En ce sens, l’amitié te convenait très bien. Si tu pouvais en tirer le meilleur pour un pseudo statut d’amitié, c’était parfait.

Mais un détail chamboulait le tout. C’était une coïncidence trop grosse pour être réelle, comme une blague énorme, et tout à coup, chaque détail prenait un sens. Ces problèmes pour t’attirer, une haine à peine crédible, un personnage qui portait ce nom si particulier et bourré de sens. Narcisse. Tu serrais légèrement les dents, pensant aux années passées. Votre relation était unique, influencée par la magie certes, mais plus sincère derrière. Tu détestais avoir à comparer les gens mais si l’on cherchait à te tromper d’une manière pareille, tu n’aurais pas de scrupule. À mi-chemin entre méfiance et curiosité, tu t’interrogeais. Le regard dans le vague un instant durant, tes iris vinrent de nouveau croiser les siens, tes sourcils se levèrent dans une surprise feinte, teintée d’ironie. Vraiment ? Tout ça pour ça ?

C’est ce que tu semblais penser. Tout ça pour ça, au bout du compte, mais tu aurais aimé que ce soit infiniment plus compliqué - car les solutions simples n’étaient pas forcément les plus faciles à accepter.

"C’est d’accord. Dis-moi tout."

S’il voulait de l’amitié, tu allais lui en donner. S’il voulait connaitre Hadès, ce serait son cas. Tu ne mentirais pas, oh non. S’il désirait te connaître, ce serait le cas. Tu étais plutôt bon pour les conversations après tout - et tu n’avais jamais été un manipulateur, mais un malfaiteur agissant avec franchise. Tu n’étais pas de ceux qui n’assumaient pas leurs mots, qui tournaient le dos au moindre sentiment, qui se refusait à considérer les gens comme autre chose qu’un simple objet. Il y avait des gens intéressants. Tu avais des proches, un entourage dessiné, quelques amitiés. Celle d’Isalynn n’avait-elle pas commencé comme ça, imposé par le destin ? Peut-être que Narcisse deviendrait une personne de confiance - tu aimais à penser qu’il pouvait se montrer intéressant, que quelque chose soit susceptible d’attirer de nouveau ton intérêt, mais rien n’était moins sûr. Même dans une école de magie qui se voulait être le centre d’attention du monde, les gens étaient incroyablement prévisibles.

"J’ose espérer que ce n’est pas une blague."

Tu restais là, les bras ballants, attendant la conclusion de cette affaire. Tu n’avais rien contre une amitié de plus en grande partie parce que tu en avais ta propre définition. Ce qui t’intéressait, en outre mesure, c’était de comprendre l’origine de cette situation. Comprendre, connaître, la recherche incessante du savoir. Le monde n’était rien sans ça - et c’est parce que tu l’avais compris que tu avais toujours un cran d’avance.
ft. Narcisse •• Juin (cycle 3)


Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Sam 17 Juin - 19:14
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 987

Messages : 170
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



「Hello darkness my friend. 」
ft Hadès Bae c:


 
Tu ne connaissais rien de lui. Même si tout l'univers avait conspiré à te rapprocher d'un parfait étranger, d'une personne qui te collait de sacrés frissons le long de ton cou, tu ne savais toujours pas pourquoi tu t'étais jeté sans aucune crainte, quoiqu'un peu, dans les abysses les plus profondes. Pourquoi tu avais fait ça Narcisse ? Pourquoi tu n'avais pas reculé pour te brouiller dans le noir, boire un verre de vin dans ton désespoir. Ce n'était que l'illusion de tenir la main de quelqu'un sans jamais vouloir la lâcher, poussé par l'envie de changer. Maybe it was a perfect illusion.


Pourtant il sentait au fond de ses organes se nourrir de sa force, les ailes de ce qu'il désirait avoir. Pas besoin d'avoir peur, pas besoin de laisser les fines lamelles glisser sur sa torpeur. Narcisse s'appuya sur le casier, laissant ses jambes légèrement flageoler. T'sais quoi y'avait rien à faire peut-être que c'était ça ton destin ? Attendre le parfum de ta colère. Il laissa ses fines boucle de miel caresser son front avant de les violenter en arrière. Narcisse pouvait trouver des milliers de raisons pour fuir ce gars, pourtant une était venue comme une putain d'évidence pour rendre le flou dans son esprit. C'était peut-être une envie de changer ? Une envie d'honnêteté ? Arrêter de laisser paraître autant de fausseté pour tendre sa main à ce gars qu'il voulait pourtant connaître ?


「tu ne savais pas ce qu'il se passait,
alors tu t'es redressé
tu as regardé au fond de ses yeux
et tu y a vu un amas de feu. 」


-C’est d’accord. Dis-moi tout.


Fallait savoir se lancer, sans jamais regarder en arrière et éviter le passé.



Tout allait le détruire, il savait qu'il allait laisser la façade de tant d'années s'effondrer, mais il n'allait pas fuir. Narcisse pensait à toutes ces fois où Ezechiel lui avait parlé, il lui avait dit qu'il devait se montrer comme il l'était. Ne pas lâcher sa personnalité et expliquer qu'il n'était jamais seul dans son monde. Narcisse devait dire qu'il cohabitait avec un serpent, qui s'enroulait autour de lui et qui lui pompait le sang. Il prenait toutes ses forces quitte à le tuer, c'était atroce. Ce vent de panique le fit trembler. Mais tu n'avais pas à laisser cet effroi te traverser, peut-être que tout pouvait être différent et que tu allais vivre autrement.


-Ok. Il inspira essayant de ne pas laisser ce silence pesant envahir son être. J'ose espérer que tu es franc, je n'aime pas trop quand on me prend pour un con tu comprends ? Peut-être qu'on va pas s'entendre, qu'tu vas pas m’apprécier, mais ça vaut le coup d'essayer.


Au moins Narcisse tu te laissais libre d'avoir de l'espoir, tu te laissais vivre sans regretter ce qui tu voulais savoir. Y'avait rien de bien méchant à vouloir connaître quelqu'un, le supporter et même parfois lui tendre la main. Personne ne voyait la même définition de l'amitié, mais Narcisse sentait cette aura qui voulait tout dire, celle qu'un Hadès qui vient et qui l'attire comme si que ça pouvait marcher. Ainsi il s'accrochait à des impressions, celle d'une personne qui rêve et qui se fait des illusions.


「Jamais il ne l'avait dit
personne n'avait compris
Narcisse niait qui il était
son pouvoir qu'il détenait. 」


-C'est mon pouvoir qui a cherché à t'emmerder, il a voulu te faire partir pour que je n'ai pas à te rencontrer j'pense. Je suis désolé pour ça, les casiers, ce genre de truc. Et là, discrètement Narcisse souriait, un peu gêné. J'ai un ami imaginaire.

Tout du moins, un ennemie.



© by Narcisse & Solvia c:



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Dim 16 Juil - 12:29
Get on your knees ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles, Amelia, Finn
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 2063

Messages : 99
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Ce n’était pas vraiment un mensonge, et ce qui te poussait à y croire sincèrement, c’était ce désir enfoui de normalité et d’amitié, d’une personnalité si banale que tu en viendrais à te détester - un ennui tel que tu en oublierais cette haine de ce que tu désirais devenir. C’était si paradoxal que tu avais mis de côté ces espoirs, absolument persuadé que tu n’étais pas fait pour être une personne comme ça - mais il faut croire que le passé t’avait rattrapé. Depuis tout petit, différencié du fait de ton intelligence, tu avais cherché à rester sur le chemin duquel la vie t’éjectait. Tu avais cherché une vie simple, aimante, quelque chose que l’absence d’une mère et le rejet d’un paternel ne permettait pas d’obtenir. Tu avais cherché des amis, une envie secondé par une peur et une haine sans précédent du reste de gens. Tu n’étais pas fait pour ce monde, c’est peut-être pour ça que tu avais été doté de la capacité d’en créer d’autres. Tu étais devenu tout ce que tu t’étais promis de ne pas être, tout ce que tu haïssais au point d’en faire disparaitre ces désirs particuliers, devenus presque honteux et dégoûtant d’une humanité avec laquelle tu ne voulais plus rien avoir à faire. Tu t’étais éloigné de ta propre personnalité pour en construire une nouvelle si parfaitement huilée qu’elle avait fini par devenir la véritable. Ce retour des souvenirs te confrontait avec tes plus vieux désirs, avec cette recherche de normalité et des premières amitiés.  Narcisse n’était pas qu’une malédiction, c’était la réponse qui frappait régulièrement à ta porte - ta vie qui n’était pas chamboulée par ces interventions incompréhensibles mais presque bénie.

La réponse du pouvoir te semblait logique, et pourtant, le fait qu’il s’agisse d’un ami imaginaire était surprenant - ce n’était pas le fait de Narcisse mais d’une personne qui ne souhaitait pas que tu le rencontres. C’était idiot, quelque part, car sans ça, tu ne l’aurais jamais croisé - et tu n’aurais jamais repensé à ces vieux désirs dont, malgré l’authenticité, tu n’étais plus certain de vouloir. Et puis, il n’y avait pas que ça, car si tu avais décidé de changer, ce fait aussi n’était plus seulement de l’ordre du désir : tu étais devenu une personne totalement différente et te souvenir de cela ne t’aidait pas quant à la possibilité de les mettre en place, si tant est que tu essaierais.

Tu avais accepté un peu trop facilement, persuadé de pouvoir te débarrasser de lui une fois que tu aurais ta réponse ; c’est ce qu’aurait fait le vieil Hadès, mettant de côté ses sentiments sans chercher à les comprendre une fois qu’il les aurait masqué derrière des excuses pitoyables. C’est ce qu’aurait fait la personne d’il y a quelques mois qui faisait la fierté de tant de gens mais qui attirait presque ta honte - et aujourd’hui, tu n’avais pas envie de suivre ce chemin si machinalement tracé. L’amitié n’était pas une honte et Isalynn te l’avait prouvé de la plus belle des manières.

"Je préfère être clair avant toute chose, Narcisse."

Tu soupirais doucement, comme un professeur sur le point de rendre une mauvaise copie à un élève. C’était une réalité, pas assez grave pour s’en morfondre, mais il devrait en assumer les conséquences.

"J’essaierai de répondre à ta demande mais il va de soi que si nous ne nous entendons pas, je n’insisterai pas. C’est inutile de se forcer si on est pas faits pour s’entendre."

Ça semblait logique. La difficulté, c’était de savoir si tu essaierais véritablement, mais un refus n’y changerait rien : tu n’imposais pas vraiment une condition mais énonçais l’une des failles évidentes de votre accord. C’était aussi ce qui le rendait avantageux pour toi, bien que, dans les faits, tu aies l’intention de remplir ta part du contrat. Essayer de devenir son ami ne te coûtait rien, et même si ça ne marchait pas, tu avais l’information dont tu avais besoin - au sujet de laquelle il fallait discuter, d’ailleurs.

"Autre chose, avant tout. Tu comprendras que je ne peux pas laisser ton ami imaginaire continuer d’agir ainsi - mais plutôt que de prendre des mesures qui risqueraient de te déplaire et de gâcher toute possibilité d’amitié, peut-être que tu devrais t’occuper de lui."

C’aurait pu être interprété comme une menace, et quelque part, c’en était une, bien que le ton n’y était pas. Ça aussi, c’était un fait incontournable : tu étais venu ici de te débarrasser de ça, et même si tu gagnais un ami dans l’affaire, tu refusais de laisser ton quotidien ressembler à ça pour toujours.
ft. Narcisse •• Juin (cycle 3)


Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Lun 17 Juil - 12:40
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 987

Messages : 170
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



「Hello darkness my friend. 」
ft Hadès Bae c:


 
Tu sens au fond de toi cette vile odeur de démon qui te pourris. Tu sens qu'cela cherche à te briser, ça cherche à prendre ton coeur pour le démolir. T'as jamais laissé autant ces ombres embrumer ton esprit, t'es tellement perché à ce moment-là que t'entends que vaguement ces voix internes qui t'veulent du mal ; t'anéantir. Pendant ces longues minutes tu t'imagines Nar, tu t'imagines couler dans l'eau d'un bain, fermer les yeux sans rien penser pour demain. L'eau n'a aucun scrupule, elle te noie de sa franchise, te tue petit à petit et t'enlise. Pourtant, c'est lorsque tes pupilles dilatées osent s'ouvrir au monde que tu réalises. Narcisse, comète d'un jour qui s'explose contre la terre, tandis que la nuit il s'évanouit dans la bêtise.


Narcisse, tu te redresses, prêt à t'enfuir loin de cette connerie. Loin de ces rêves, ces illusions qui t'ont bercé dans ton lit. Mais tu ne pars pas et tu écoutes ces mots qui te poignardent avec douceur. Douce souffrance, douce enivrance, qui te prend et qui te descend, d'son poison et de tout ce qui t'attend. Tu hoches la tête sous les phrases que balance Hadès. Il établie les règles, il établie une barrière entre vous, celle à ne pas traverser ; il risquerait de t'arrêter.


"J’essaierai de répondre à ta demande mais il va de soi que si nous ne nous entendons pas, je n’insisterai pas. C’est inutile de se forcer si on est pas faits pour s’entendre."


Et il te répète ces choses que tu sais déjà. Ces choses que tu savais déjà qu'il allait te dire parce que t'es comme ça. Nar, tu prévois toutes les éventualités à la l'avance, tu attends que le couteau plonge dans ton torse. Pourtant, c'est une sorte de victoire, il t'a laissé approcher, tu ne t'es pas fait avoir. Car cette fois-ci c'était différent, c'était un truc que tu avais décidé de toi-même, t'as juste pris la décision d'avoir des couilles et ne plus être un enfant.


-J'laisserais pas l'autre foutre la merde, tout du moins, je vais essayer. Anyway, j'pense que c'est clos ? J'suis pas sûr, mais bon, j'me dis que je préfère me lancer face à toi, y'a pas de soucis si on s'entend pas, après tout c'est humain. Et il marque une pose.


Au creux de son estomac il sentait la faible menace qu'avait sifflé Hadès. ça réveillait en lui un serpent de rancoeur, un serpent qui te prend les tripes et qui te fait peur. Pourtant Nar, tu t'laisses pas abattre, tu ignores presque cet avertissement qui sonne comme un crépitement aigu que tu aimerais combattre.


-J'me disais que j'allais faire une partie en rentrant, j'pensais à The last of us, si ça te tente on peut s'faire une partie où j'sais pas, un autre jeu ?


「Emporté par le néant qui t'éblouie,
l'annonce de la fin d'une vie,
au crépuscule tu t'laisses emporter,
par ces sentiments tant désirés.  」



© by Narcisse & Solvia c:



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Mer 9 Aoû - 23:32
Get on your knees ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles, Amelia, Finn
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 2063

Messages : 99
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


The Last of Us. La boule au ventre.

Tu mets un temps avant de répondre, plongé dans tes pensées de ton expérience précédente sur ce jeu. Le "votre" a failli t'échapper, preuve des restes de ton passé effacé et que tes sentiments n'ont pas bêtement disparu. Tu pensais l'avoir fait avec elle, plaisanté sur votre identification aux deux personnages, les mauvais côtés en moins. Le jeu n'était pas difficile mais l'idée de le refaire était difficile bien qu'elle ne te déplaise pas : c'était ainsi que tu pouvais passer à autre chose.

Sans un instant d'hésitation supplémentaire, tu fis signe à Narcisse de te suivre, te dirigeant à pas lents vers ta chambre. Tu avais toujours été un défenseur de la marche lente : la précipitation n'apportaient que des mauvaises choses et personne ne prenait le temps d'observer son entourage alors que l'observation était l'arme la plus terrifiante de l'humanité.
L'inventivité aussi, mais sans l'observation, elle ne valait rien.

"Je ne savais pas que tu aimais les jeux vidéo. J'y suis plutôt bon - d'ailleurs, peu de gens continuent d'y jouer avec moi. Un jeu scénarisé, c'est sans doute une bonne idée."

Tu ouvris la porte de ta chambre et le laissais entrer. Tu avais aéré ce matin mais la chambre était toujours sombre, et bien que mal rangée, elle restait modérément propre. Une chambre classique de jeune adulte, à vrai dire - et tu allumais la lumière pour ajouter un peu de vie à ce paysage morbide.
L'écran était déjà tourné sur le lit au bord duquel tu t'assis, et sans perdre une seconde, tu mis en place tout ce qui était nécessaire à une parfaite expérience de jeu - c'est-à-dire le minimum, dans ton cas. Tu écrasais ta propre sauvegarde sans regret, réglais le jeu sur difficulté maximale et tendis la manette à Narcisse avec un maigre sourire.

"À toi l'honneur. On alterne à chaque mort à toutes les demi-heures, cinématiques incluses. Ça te convient ?"

Les efforts étaient fournis, c'était une chose.
Après tout, tu étais un homme de parole.
ft. Narcisse •• Juin (cycle 3)


Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le Jeu 17 Aoû - 15:31
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 987

Messages : 170
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



「Hello darkness my friend. 」
ft Hadès Bae c:


 

Silence.
Attendre.



L'horloge invisible de ton subconscient laisse les minutes passer dans un petit clic insupportable. Plus le son vibre dans les tissus de ton corps plus cela devient intenable. Alors tu fermes les yeux sous la lourdeur du bruit du silence. Tu fermes les yeux, les battements de ton coeur se réduisant dans ton aisance. Oui. Putain que tu pouvais enfin souffler Nar. Tu pouvais lâcher ces trucs qui te retenaient, tu pouvais envoyer foutre l'univers parce que tu t'étais lancé. Alors tu serres tes doigts contre ton corps qui reste tendu, puis tes iris s'ouvrent dans l'espace, t'as plus aucune retenue.


Et ça sonne, ça annonce l'heure. Fin du calvaire qui s'accroche à ton coeur.


Nar, tu sais que tes démons sont ensevelis sous ton sang, à l'affut ils attendent un jour pour te descendre. Pourtant tu es là comme un con qui cherchait à s'ouvrir, comme cet idiot que tu es et qui cherche à sourire. T'as pas regardé sous tes pieds, t'as pris ton élan et tu t'es balancé. T'sors de tes songes, prends la porte de la réalité, t'sors des mensonges et tu marches vers ce truc ; amitié.  Alors dans un mouvement presque de légereté tu suis Hadès dans cette étrange atmosphère, tu le suis comme si que tu avais réussi à écraser toutes les vipères.


Tu entres, automatisme, tu ne regardes rien autour de toi, cette curiosité ne te va pas. Assis, puis tu sens ce point en commun un peu loufoque. Tu sens cette noirceur qui ennivre la pièce, sensation d'l'air qui suffoque.


-Ouais je joue pas mal, c'est un peu la seule chose que j'sais faire correctement. Il regarde autour de lui en faisant une pause. Ok, j'suis chaud, let's go.


Et tu sentais qu'il tenait sa parole, qu'il tentait d'être honnête face à ta demande. Tu souriais discrètement Nar, tu souriais.





© by Narcisse & Solvia c:



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: 「Hello darkness my friend — ft Hadès」[ fini ] | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «établissement :: Rez-de-chaussée :: Casiers-