predefinis
mini news
05.07 Pensez à changer vos codes de LMS si vous utilisez ceux en libre-service ! www.

28.02 Déménagement de la Chatbox !

30.01 Nouveau système de récompense pour les votes aux top-sites ~
intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

nom du rp •• votre pseudo

ajouter le mien ?
à l'honneur


infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. & www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. recensements des évènements
www. top-sites
Au plaisir de se revoir un jour




Partagez|

 
Au plaisir de se revoir un jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Message Dans Au plaisir de se revoir un jour | le Jeu 8 Juin 2017 - 20:03
★ Délégué A ★ Purple Queen, kneel fools.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Ezio, Delphia, Fen, Kei, Giulia
Féminin Personnage sur l'avatar : Miss Fortune
Âge, classe & année : 18 ans , A, 7ème année

Prism' : 790

Messages : 248
Date d'inscription : 17/04/2015

★ Délégué A ★
Purple Queen, kneel fools.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Au plaisir de se revoir un jour

Feat. Hadès

De retour. Que pouvait signifier ces deux mots de la part de celui qui fut l’être le plus cher à mes yeux dans cette école ? Deux options s’offraient à moi : C’était les mots que j’avaient attendu depuis des mois, mon parrain, mon mentor, Hadès avait recouvré la mémoire. Sinon, il avait un plan pour me faire tourner en bourrique et avait décidé que je devais faire partie de sa vie à nouveau. Quelque soit la solution, je ne savais pas comment réagir, comment appréhender ce qui était en train de se passer. Mon instinct me hurler d’y aller sans réfléchir, mais j’avais était tellement blessée. Tout ce temps brutalement volé m’avait presque brisée. C’était si soudain, sans raison, sans alertes. Je me suis retrouvée seule face à un reflet sans âme ni émotions. Seule avec nos souvenirs devenus unilatéraux.

Je rangeais le papier dans le tiroir de mon bureau, la où j’avais l’habitude de garder nos LMS. J’ai hésité à les jeter pendant un instant, à quoi bon garder des reliques qui ne reflétait plus aucun passé ? Je n’en avais pas été capable au final, je me suis accordé cette faiblesse en croyant que j’aurais la force un jour de tout jeter. Je partis alors vers son bungalow, sentant mon cœur s’accélérer de plus en plus. Un tract inexplicable me nouais les entrailles, j’avais bien analysé son écriture, j’avais reconnut Niké, mais mon esprit refusait d’y croire. Mon blindage ne m’autorisait aucune fissure pour espérer. Je revenais de loin et à présent je ne voulais plus dépendre d’une personne, comme je m’y attendais, ça faisait trop mal. Quelle ironie, je me suis forcée à ne pas trop m’attacher à des camarades de classe, à des filles de mon âge, même à Faust, j’ai résisté tant que j’ai pu. Mais je ne voyais que la personne à qui je m’attachais le plus, c’était en réalité Hadès.

Le jour où je l’ai vu avec cet air détendu sur le visage, aux cotés de cette garce de Delphia, mon monde à commencé à se craqueler. Je sentais que quelque chose vacillait mais je n’ai pas pu l’admettre de suite. Et si cette fois ci, c’était elle qui jouait avec son esprit ? Si elle l’avait contraint de m’écrire afin de mieux s’acharner sur moi ? Si c’est ça, certes, je mordrais la poussière, mais une Redbird ne reste jamais au sol bien longtemps, je la détruirais, je m’attaquerais à chaque parcelle de bonheur dans sa vie et je détruirais son esprit malade. Je me rendis compte que je serrais les poings à m’en blanchir les phalanges. Je m’arrêtais un instant et inspirais profondément. Il fallait que je me calme, Hadès disait toujours que j’agissais trop vite, mue par mes émotions.

J’essayais de passer en revue tous les scénarios dans ma tête, mais rien ne me préparait à ça. Comment serait ces retrouvailles s’il s’agissait bien de cela ? Il fallait que je garde la tête froide par-dessus tout et que je ne l’assomme pas de question, je devais être patiente quitte à jouer le jeu de la fille détachée. Je dois le laisser parler plus que moi et écouter chaque détail. En analysant bien, je pourrais déterminé si c’est vraiment lui, si il est bel et bien de retour et si il à retrouvé ses souvenirs. J’ai passé des nuits à me demander si il jouait la comédie, si tout ça faisait partie d’un plan machiavélique dont lui seul avait le secret. Et puis d’autre nuits, je me torturais à me demander pourquoi ? Et qu’est ce qui en vaudrait tant le prix ? J’avais beau essayer de créer des connexions je n’en trouvais aucune. Je me suis rendue compte à quel point c’était stupide quand j’ai commencé à croire qu’il se détachait de moi à cause de mon rapprochement avec son rival.

J’étais devant la porte ça y est. Le trajet m’avait parut à la fois interminable et pourtant trop court. J’avais l’impression que mon corps pesait une tonne et que mes pieds était plombés. Je n’arrivais pas à frapper, pourtant j’étais courageuse, pas une mauviette, pas une dégonflée. Mais là c’était trop, je craignais tellement la déception. Mais si je voulais être fixée, il fallait que j’essaie, une dernière fois. Mon poing se leva lentement, comme mû par un muscle qui ne m’appartenait pas. Je le fis toquer sur le bois et attendit. Au bout de quelque secondes, je tournais la poignée et bloquais mon souffle. Dans cette fraction de seconde je me rendis compte que j’avais volontairement esquivé Hadès tout ce temps. En photo, en réalité, sur l’intranet, dans les groupes de travail, dans la salle commune. Je le fuyais plus que tout.

Il se tenait devant moi, à quelque pas, dans ses vêtements trop grands, dans cette posture jamais droite. Le silence, moment où on se jauge, où on s’observe comme si on pouvait scruter les pensées de l’autre. Pas de Delphia, il n’y avait personne avec lui. La pièce était vide, le bungalow semblait l’être aussi. C’est à ce moment que je me rendis compte du sentiment qui l’emportait sur les autres : La haine. Une haine terrible, irrationnelle et incontrôlable. Toute la haine dont j’étais capable se dirigeait vers lui. Je le détestais tellement pour tout ça, pour m’imposer ce moment, pour tous ces mois sans nouvelles, comme si il était mort sans avoir laissé de lettre derrière lui. Je m’avance d’un pas et de deux. La scène est claire dans mon esprit, je sais comment je vais réagir et qu’importe si ça nous brouille à jamais. Je le hais comme je n’ai jamais haï quiconque. Une fois assez près de lui, je lève la main prête à tirer un trait définitif sur tout ça.

Un autre temps mort. Mes yeux croisent les siens et reconnaissent un instant le rubis vif qui flamboie à leur centre. Je lis l’intelligence, le calcul, la férocité. Alors ma main retombe et ce sont mes yeux qui se remplissent de façon incontrôlable, ils se remplissent de tout ce que j’ai retenu jusque là. Les nerfs me lâchent et qu’importe ce qu’il en pense, je passe mes bras derrière son dos et enfouit ma tête dans son épaule. Deux ou trois larmes s’échappent et c’est avec du mal que je les contiens, j’ai envie de hurler, de le frapper, mais je ne peux que me rassurer dans la texture un peu usée de son t-shirt, près de cette éternelle coupe en épis. J’avais presque oublié à quel point il était maigre et grand. Je me rends compte que je n’avais fait ça avec personne, et encore moins avec lui. Pourtant je surmonte ma gêne un instant, je persiste à le tenir, convaincue qu’il est vraiment de retour. Puis je relève un peu la tête et en étouffant ma voix, je lâche d’un ton plein de frustration.

-Je te déteste, tu es le pire parrain au monde, non… le pire ami qu’on puisse avoir !



Je me tais, je sens que si je continue, je vais vraiment devenir pathétique. Que doit-il penser de moi à présent ? Que je suis devenue une vieille loque sentimentale ? Peu importe, c’est lui qui doit se faire pardonner, pas moi.

DEV NERD GIRL





You'll never see it coming
You'll see that my mind is too fast for eyes

Message Dans Re: Au plaisir de se revoir un jour | le Sam 10 Juin 2017 - 14:35
Get on your knees
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles S. Finch
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 568

Messages : 36
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Ta tête se reposa sur le coussin, ton regard vint trouver le plafond et tu t'accordais quelques instants d'une réflexion que tu imaginais devenir bien vite compliquée lorsqu'elle aurait passé la porte de ta chambre. Tu savais à quoi tu t'exposais, à des retrouvailles stupides, faire face à tout ce que tu détestais de plus. Il y avait tant de tension dans l'air, tant de doutes, de possibilités, et celle que tu étais redevenu toi-même semblait si improbable que tu avais toi-même du mal à y croire. Mais tu te rappelais de tout, à présent. Tu connaissais les causes, l'étincelle qui avait mis le feu à ton esprit, brûlé tes souvenirs et éparpillé ton peu d'affection aux quatre vents. Tu étais redevenu toi-même et cette fois, tu en étais certain. Cette fois, il n'y avait aucun effacement dissimulé aux tréfonds de ta mémoire - tu étais redevenu la même personne si tant est que ça pouvait être possible. Tu avais toujours été faux, guidé par les mensonges. Qui étais-tu vraiment ? La question te trottait dans la tête, une question dont la réponse te semblait sans importance jusqu’à ce que tu sois confronté à cette situation. Isalynn était en chemin. Tu te retrouvais face à tout ce qui avait composé ta personne, à cet entourage envahissant, à ces nouvelles émotions qui constituaient ta nouvelle vie - ces nouveautés étranges que tu n’avais jamais complètement assumé sans en nier l’existence. Tout était différent depuis qu’elle avait été là et tout s’apprêtait à changer alors qu’elle était en chemin.

Était-ce ce qui définissait l’importance d’une personne ? Était-ce ce sentiment d’angoisse ou cette boule au ventre qui se serra lorsqu’elle passa la porte ? Redevenu toi-même, tu ne pouvais définitivement pas l’énoncer, mais tu comprenais, tu n’avais plus l’intention de nier - elle était là, et ce n’était qu’avec elle que tu embrassais de nouveau l’entièreté de ton être. Le geste, si inattendu qu’il soit, ne te surprit pas vraiment, et tu te mordis les lèvres sous un agacement qui s’estompa très vite sous une déferlante d’émotions face à laquelle tu ne pouvais rester de marbre. Un maigre soupir vient ponctuer ce comportement qui s’opposait tant à tes principes, sans doute légèrement teinté de soulagement - mais tu te contentais d’un silence évocateur, t’accordant le droit de passer ta main dans son dos comme pour la conforter. Même ici, il fallait qu’elle retienne ses émotions, alors qu’elle avait déjà craqué. Même avec toi, il fallait qu’elle se montre malhonnête - et elle était certainement venue ici au terme d’une détermination sans faille, une volonté de mettre fin à tout ça de façon expéditive. Ses doutes, ses peurs, cette amnésie. Et voilà qu’elle cédait sans rien en faire - révélant cette humanité qui l’avait toujours défini dans une évidence que tu étais l’un des rares à entrevoir.

Vraiment, quelle filleule - et tu lui accordais quelques instants de plus, sans un mouvement, avant de répondre dans un murmure. "Tous mes souvenirs sont revenus. Et même d'autres, d'avant ma vie ici."

La phrase était simple, mais se suffit à elle-même. La réponse à ses interrogations, à cette peur qu'elle tentait bon an mal an de masquer.

Tout était là, dans ta tête, à portée de main, et tout te constituait à nouveau, inconsciemment, forgeant des envies, des décisions, une nouvelle façon d'être. Tu te rappelais ta mère, toute cette affection oubliée, ce côté humain, tout ce qui aurait pu faire de toi une personne différente - un bout entier de ton univers disparu, effacé au profit de ce que tu avais été. Delphia avait joué avec ta mémoire, et sans autre forme de procès, tu racontas tout à Isalynn. L'illusion qu'avait créé Delphia. Les années passées seul, les faux souvenirs, les anciens qui t'étaient revenus. Ta mère, le piano, une famille détruite dont tu ne voyais plus que les ruines. Au fond, tout ça n'avait plus vraiment d'importance. Plus personne n'était là, et quels que soient les souvenirs, c'était une vérité indéniable. Peu importe à quel point l'illusion demeurait, jamais ils ne te reviendraient - et tu t'étais fait à cette idée depuis si longtemps que la vérité ne t'avait même pas blessé. C'est ça la vie Hadès, celle à laquelle tant de gens ont droit, celle qu'avait connu ta filleule et qui forgeait l'expérience - celle en dehors de tes jeux vidéo et qui rendaient mature, et qui, maintenant, t'avaient donné ce réalisme qui faisait de toi une véritable personne.

Tu n'avais rien à dire de plus. Silencieux, tu attendais la conclusion, une fois ton récit terminé. Tu attendais le jugement, la conclusion de cette affaire, car au fond, son avis est tout ce qui aurait pu donner une importance à ce passé sur lequel tu avais déjà tiré un trait.
ft. Isalynn •• Mai (cycle 3)


Message Dans Re: Au plaisir de se revoir un jour | le Jeu 15 Juin 2017 - 18:30
★ Délégué A ★ Purple Queen, kneel fools.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Ezio, Delphia, Fen, Kei, Giulia
Féminin Personnage sur l'avatar : Miss Fortune
Âge, classe & année : 18 ans , A, 7ème année

Prism' : 790

Messages : 248
Date d'inscription : 17/04/2015

★ Délégué A ★
Purple Queen, kneel fools.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Au plaisir de se revoir un jour

Feat. Hadès

J’ai quitté cette curieuse étreinte. Curieuse car inédite, inattendue et réconfortante. J’essayais de chasser la honte sur mes joues car même si j’avais apprécié ce moment, je trouvais ça extrêmement gênant… Mes pensées commencèrent à se fluidifier et à se lisser, comme si cinq minutes avaient suffit à démêler cet énorme nœud qui semait la discorde dans ma tête. Il n’était plus temps de penser au rôle de délégué, au futur incertain de l’école ou à tous les problèmes du moment. J’étais loin de ça pour un instant, je voulais axer toute mon attention sur ce qu’il aurait à me dire. Inutile de redire à quel point j’attendais ce moment et avec quelle avidité je boirais ces paroles. Les explications tant attendues n’allaient pas tarder à arriver.

Déjà, je notais un détail : Hadès avait dit que ces souvenirs étaient revenus, par qu’il avait oublié ou qu’il s’était effacé la mémoire. Non, ils étaient partis, avait il était victime de quelqu’un ? C’était un scénario que j’avais déjà envisagé vu sa popularité et sa capacité à la discrétion. Il commença à parler pour m’expliquer toute l’histoire et je dû ronger sérieusement mon frein pour ne pas l’interrompre quand il mentionna la culpabilité de Delphia. Cette psychopathe y était bien pour quelque chose, j’avais vu juste et je n’arrivais même pas à me satisfaire de mon flair. J’aurais préféré un million d’autre scénario plutôt que celui qui l’impliquait, elle.

Cette fille c’était payée ma tête à plusieurs reprises, jalousant mon lien avec Hadès. Elle avait essayé de me mettre plus bas que terre quand il avait perdu la mémoire, et je lui avais même abandonné la compagnie de ce dernier. J’avais été meurtrie de la voir se pavaner autour de lui comme si ils étaient meilleurs amis. Cette fille m’exaspérait, elle était toujours sur ma route, elle s’en prenait à mes amis, elle avait même réussit à me prendre la personne la plus importante pour moi sur cette fichue île. Maintenant que je savais ce qu’elle avait fait, j’allais tout faire pour lui renvoyer l’appareil, quitte à la faire renvoyer une bonne fois pour toute.

J’écoutais la suite de l’histoire et en appris un peu plus sur la vie de celui qui fut mon parrain. Je suis choquée de me rendre compte qu’en réalité je ne savais sur lui. Ou plutôt, je ne savais sur « l’avant Prismver », avant que je ne le rencontre même. On est tous habitués à se juger et à se connaitre par l’école, mais je ne savais même pas qui il était avant. Quel genre d’enfant, dans quel genre de famille ? Je ne savais rien sur ses parents et il n’en parlait presque jamais. Je ne l’avais jamais entendue mentionner sa mère en tout cas et par  respect de sa vie privée, je n’avais jamais demandé. J’étais aussi étonné de découvrir un Hadès plus émotif, je pouvais voir toutes sorte d’émotions passer sur son visage pendant qu’il parlait, ça aussi, c’était nouveau. Quand il eut fini de parler, je savais que c’était à mon tour.


-Je ne peux pas m’empêcher de penser qu’il faudrait interner cette fille. Tu te rends compte qu’elle à voler des instant de ta vie ? Et des souvenirs auxquels tu avais le droit puisque c’était les tiens ! Et dire que cette Zelda dont tu me parlais tout le temps n’a jamais existée… C’est irréel tout ça, comment tu peux le supporter ?



On aurait dit que quelqu’un avait rallumé une lumière à l’intérieur de lui, il n’était pas encore chaleureux et débordant de joie et d’énergie, mais il était changé c’était indéniable. Je me demandais comme il pouvait vivre tout ça, avec de fausses personnes qu’il était convaincu d’avoir connu, de faux souvenirs. Sa force de caractère était incroyable, et dire que moi je me lamentais d’avoir perdu une seule personne. Sachant que c’était sûrement embarrassant pour lui de me livrer tout ça, je décidais d’en faire de même. Juste une fois pour égaliser tout ça.


-Puisqu’on ne se parle jamais de nos vies d’avant, sache que moi j’ai toujours vécut dans la villa de Rochecombe dont je t’ai  souvent parlé, que mon père est un féru de l’armée et ma mère du droit et de la justice. Un bon mélange pour grandir dans la droiture loin de toute « distraction futile ». Contrairement à toi, je crois que j’ai toujours attendu une chance de partir de là bas pour évoluer seule par moi-même. Jouer au bon petit soldat m’a plu pendant mon enfance et je remercie mon père pour tout ses cours de survie et de simulation, mais quand j’ai pu évoluer vers ce qui me plaisait vraiment, j’ai saisit l’opportunité. Maintenant ma seule peur c’est que l’école ferme et que je soit obligée de retourner là bas pour reprendre des études barbantes, ils ne me laisseraient jamais vivre avec Faust ils jugeraient ça « indécent » sans doute. Tout l’inverse toi tu vois.



Il savait peut être déjà tout ça, ou il s’en fichait, mais je me sentais moins mal à l’aise au moins. Même moi au moins, j’avais un lieu où revenir et de la famille au bercail. Maintenant que les bases étaient posées, je continuais sur un ton plus sérieux.


-Et sinon, tu comptes te venger ? Je suis prête à repasser de ton coté, j’ai un filleul à protéger maintenant moi aussi, et quelque chose me dit qu’il va grandement en avoir besoin avec cette garce qui lui tourne autour.


DEV NERD GIRL





You'll never see it coming
You'll see that my mind is too fast for eyes



Dernière édition par Isalynn Redbird le Jeu 22 Juin 2017 - 18:52, édité 1 fois
Message Dans Re: Au plaisir de se revoir un jour | le Ven 16 Juin 2017 - 17:19
Get on your knees
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles S. Finch
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 568

Messages : 36
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Tu te rends compte, Hadès ?

Tout ce que tu as subi, les lavages de cerveau, les manipulations, ces sentiments inavoués et incompris menant à de tels actes. Tout ton passé, ta vie inventée, tes années gâchées sous le joug d'un pouvoir idiot. Tu devrais être énervé, en vouloir au monde entier, haïr la responsable, mais tu en es incapable. Tu devrais être différent, sans doute plus humain mais ce n'est pas comme ça que tu es. Tu n'es pas dans la revanche, les réponses immédiates, l'impulsivité humaine. Elle devrait le savoir depuis le temps, et sûrement qu'elle s'en doute déjà étant donné le ton de sa question mais tu n'as pas l'intention d'agir en ce sens. La vengeance t'est également, qui plus est quand la partie est terminée. Delphia a mené à bien son plan, et maintenant qu'il a échoué, elle n'a plus l'intention d'agir - c'est ainsi que tu vois la chose.

Son opportunité est terminée. À présent, le bal de Noël te parait sans intérêt, votre relation semble estompée - et ton peu de confiance a disparu en même temps que toute sa crédibilité. Delphia ne fait plus parti de ton entourage. Tu pourrais simplement conclure qu'Isalynn avait raison de se méfier depuis le début mais tu n'avais pas besoin de te le rappeler - et tu étais certain qu'elle aurait préféré avoir tort. Tu avais péché de confiance, non pas d'arrogance, mais d'avoir voulu lui accorder la tienne - et tu en payais les conséquences.

Tu te rends compte, Hadès ?

Un passé gâché, jeté aux oubliettes pour mieux repartir dans le présent. Tu te rends compte de tout ce que tu perds, du futur qui t'est offert. Tu te rends compte qu'elle reste là, malgré tout ça, malgré ton absence, malgré les épreuves qu'elle a enduré - et votre lien semble plus fort que jamais, reconstruit au terme de tout cela. Tu ne t'attendais pas à ce qu'elle te laisse tomber mais elle prend cela avec une facilité surprenante, n'hésitant pas, au contraire, à mettre de côté sa situation présente sans autre forme de procès. Tu te dégages, lui proposes d'un geste de bras de s'asseoir où bon lui semble et prend un ton plus sérieux pour poursuivre la conversation.

"Tu n'es même pas certaine que ce soit vraiment moi."

La réponse fait mal, et le visage fermé, tu énonces son unique erreur, celle de n'avoir pas considéré la possibilité d'un mensonge. D'un côté, c'est aussi ton cas, mais tu es certain de pouvoir reconnaitre un fake au premier coup d'œil - tandis que, dès ton retour, tu étais différent. Elle pouvait être bernée facilement dans la situation présente et les erreurs mises sur le compte de ces changements. Justifiés par cette histoire inventée. Les possibilités étaient nombreuses et tu lâchais un bref soupir - que serait ta filleule sans quelques erreurs de la sorte ?

Elle s'était laissée surprendre par ses émotions et toi-même tu ne t'attendais pas à une telle entrée en scène. Peut-être que ce geste avait suffit comme preuve - peut-être qu'il y avait autre chose que les déductions qu'elle avait acquis et qui renforçait ses certitudes. Et puis, son récit était crédible.
Tu avais écouté attentivement et ta réponse avait brisé le silence de fin de son histoire - comment pouvait-elle se dévoiler ? Il y avait quelque chose, définitivement. Un lien plus fort entre vous, une véritable amitié que tu n'étais plus en capacité de nier, même un peu.

"Je ne me vengerai pas. Mais je ne m'approcherai plus d'elle et elle ne devrait pas chercher à le faire. Peut-être qu'une dernière discussion sera nécessaire - mais ça s'arrête là, tu peux en être certaine."

Fin du débat. Tu haussais les épaules, montrant ton indifférence qui n'était même pas feinte : tu étais passé à autre chose. C'est cette façon d'être qui te rendait si peu en colère - tu n'avais pas envie de perdre davantage de ta vie pour quelqu'un qui n'en valait pas la peine. C'était ce qu'elle voulait, à n'en pas douter.

"Peu importe. Parlons plutôt de toi, très chère ex-filleule. Comment vont les choses ? Tu as mentionné Faust - où en êtes-vous ?"
ft. Isalynn •• Mai (cycle 3)


Message Dans Re: Au plaisir de se revoir un jour | le Jeu 22 Juin 2017 - 18:55
★ Délégué A ★ Purple Queen, kneel fools.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Ezio, Delphia, Fen, Kei, Giulia
Féminin Personnage sur l'avatar : Miss Fortune
Âge, classe & année : 18 ans , A, 7ème année

Prism' : 790

Messages : 248
Date d'inscription : 17/04/2015

★ Délégué A ★
Purple Queen, kneel fools.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Au plaisir de se revoir un jour

Feat. Hadès

Je me retiens de pouffer quand Hadès me dit que ce n’est pas « vraiment lui ». Qui est ce « vraiment moi » dont il parle au fond ? Lui-même vient de le découvrir ou plutôt, de le redécouvrir. En fait, tout ce temps, le Hadès que j’ai connu était altéré. Je ne dirais pas un Fake, puisqu’il était quand même lui-même, avec ses mots et ses pensées, il avait juste été modifié à un moment donné de sa vie, à cause de faux souvenirs. Si je commence à penser comme ça, je vais me jeter dans les mises en abyme et je deviendrais dingue à force de me demander à qui je parle. Pour moi, Hadès est Hadès, et si il se souvient de moi et de ce qu’on à traversé, ça me suffit.

Je me fiche qu’il a cru à une fille imaginaire, qu’il se soit fait berner par Delphia ou qu’il soit le petit fils de l’empereur de chine, tout ce qui m’importe c’est qu’il soit de nouveau là. Plus que tout, je ne voulais jamais revivre ce calvaire, être seule, trop tôt face à des situations et des choix épuisants à gérer. Il balayait mes doutes sur son affinité avec Delphia d’ailleurs, et je hausse les épaules. Je me rends compte qu’en réalité je m’en fiche, si il ne veut pas se venger, alors e ne le ferait pas on plus. Elle doit déjà être bien punie, qu’elle se débrouille avec son sort. En revanche je n’aimerais pas être elle quand elle croisera de nouveau la route de Hadès. Il à beau faire celui qui se détache de tout ça, ce n’est pas rien, et je vois bien une pointe de mépris percer dans son regard.

Nous passons à un tout autre sujet de discussion. Au moins il se rappelle que Staunton à rompu notre lien Parrain-Filleule prétextant la mauvaise influence de Hadès sur « ma vie scolaire ». Après ça on m’a obligée à prendre un filleul à cause de ma majorité, et bien sûr on ne m’a pas laissée choisir, c’est ainsi que je m’étais retrouvée avec Casimir. Parfois rien que d’y penser j’avais al migraine, et puis je me rappelais que ça avait dû être pareil pour Hadès… Il fini sa phrase par Faust et là je sens clairement poindre la migraine cosmique. Comment expliquer tout ça et par où commencer ?

-Tu sais ils m’ont refilé ce gamin qui se prend pour un super héros et qui cours partout avec la ptite Destiny. Casimir n’est pas si terrible qu’il n’y parait mais ce n’est pas un cadeau non plus. Il faut tout lui apprendre, et je passe mon temps à me demander s’il se paie ma tête. J’étais aussi… « coriace » à l’époque ? J’essaye de bien faire avec lui, comme tu l’as fait pour moi, mais il comprend toujours tout de travers.



Est-ce que c’était le bon moment pour parler de Faust vraiment ? Il faut dire qu’il nous embarquait dans une étrange situation depuis un moment. Il y avait d’abord eu la création de ces groupes de piafs, puis des conférences de presses mages et non mages, des apparitions publiques, des conflits qui s’annonçaient plus rudes que pendant la guerre des classes…Je ne sais pas si je pouvais de nouveau impliquer Hadès là dedans, après tout, il avait peut être décidé de laisser tomber tout ça, de ne plus entrer dans les intrigues de Prismver. En plus c’était un peu violent comme retour à la réalité, mais si Faust l’approchait avant moi…J’avais un mauvais pressentiment, entre ces deux là. Ils n’avaient jamais été franchement amis, et j’en avais eu la preuve à mon anniversaire.

-Justement avec Faust…Il est un peu étrange en ce moment, enfin je veux dire, pas comme d’habitude. Il est presque trop calme, je sens qu’il prépare un truc. Avec d’autres groupes où avec les S qui sais…S’il t’approche, méfie toi, je ne saurais pas te dire ce qu’il prépare, mais ça sent encore les embrouilles. Et par pitié, ne me dit pas que tu as lu la presse, toutes ces interview sur lui, sur nous, sur les mages c’est vraiment gênant… Je suis proche de lui et pourtant, je me demande ce qu’il prépare. Et si je dois prendre parti un jour, je ne veux pas que ce soit entre toi et lui.



Peut être que je me fais du souci pour rien, peut être qu’il est juste lui, mais je sens qu’il se trame quelque chose, à l’occasion je devrais sonder un peu les leaders des différents groupes.


DEV NERD GIRL






You'll never see it coming
You'll see that my mind is too fast for eyes

Message Dans Re: Au plaisir de se revoir un jour | le Dim 16 Juil 2017 - 12:27
Get on your knees
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles S. Finch
Masculin Personnage sur l'avatar : Sora - No Game No Life
Âge, classe & année : 20 ans ; 9A

Prism' : 568

Messages : 36
Date d'inscription : 18/05/2017

Get on your knees
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Elle ne méritait plus ton attention. Elle ne méritait plus tes pensées, tes réflexions, tes inquiétudes. Delphia avait forcé son entrée dans une partie de ta vie et il était hors de question qu’elle puisse y rester. Une dernière discussion, c’est tout ce qu’elle te coûterait. Une discussion exempte de pouvoir, car tu ne lui faisais plus confiance - et il te fallait savoir, il te fallait comprendre ce qui avait poussé quelqu’un à t’influencer de la sorte. Il fallait que tu saches, qu’importe si tu prenais le risque de retomber là-dedans, car tu ne pourrais pas être tranquille tant que tu n’aurais pas cerné une ultime fois les raisons de son choix. Pourquoi toi, Hadès ? Par simple coïncidence ? Parce que tu habitais là, sur son chemin, et qu’elle avait masqué cette raison banale et ses agissements ignobles derrière un faux intérêt à ton égard ? Tu ne voulais même plus y penser, pas maintenant, pas aujourd’hui, pas avec Isalynn ; et tu notais dans ta tête l’obligation de mettre tout ça au clair une dernière fois. Ta vie prendrait ce tournant, mais une dernière fois peut-être, tu t’accordais la possibilité de graver un nouveau souvenir avec ta filleule qui l’avait tant mérité.

Votre relation avait évolué, c’est vrai, et le récit de sa vie te rappelait comme la sienne avait continué tout ce temps. Était-il arrogant de penser que rien ne changerait en ton absence ? Tu avais aidé Isalynn à grandir et à changer sur bien des points mais ça ne s’était pas fait tout seul : elle avait prit les initiatives par elle-même et bien que tu puisses affirmer avoir été un modèle (sans doute pas le bon, cela dit) tu ne te permettrais pas de dire que tu l’avais changé. Elle avait évolué à la force de son caractère et même si tu disparaissais de nouveau, elle continuerait à avancer. Par ailleurs, ce contact physique t’avait bien découragé de disparaître une seconde fois - bien que ce petit séjour loin de l’école t’ait fait beaucoup de bien. Peut-être qu’elle en avait besoin, elle aussi - tu l’entendais raconter avec un entrain presque dissimulé les histoires sur son nouveau filleul que tu connaissais par toi-même, et tu songeais que tu lui ressemblais davantage maintenant. Il y avait cette observation humaine dans ton regard maintenant, cette part nouvelle de ta personnalité qui te permettrait de comprendre ce qui te manquait auparavant.

Isalynn n’était plus ta filleule mais une personne responsable à qui l’on avait confié l’apprentissage d’une autre personne ; cette pensée t’emplit d’un peu de fierté - et tu te contentais de hausser les épaules, sans savoir quoi dire, car malgré tes progrès, tu restais bien incapable de la conseiller dans le baby-sitting et que de vous deux, elle resterait toujours celle qui se débrouillerait le mieux avec les gens et qui te conseillerait sur le sujet.
Si tu l’avais pu, tu aurais aimé faire preuve des mêmes sentiments à l’égard de sa relation avec Faust - tu ne détestais pas le garçon et leur relation, bien qu’imprévisible et surprenante, prenait une tournure assez sérieuse. Faust et Isalynn était une chose maintenant.

Si cette dernière se confiait à toi sur ses doutes, tu savais que tu étais censé l’aider non pas dans leur relation mais pour comprendre ce qu’il manigançait. Il avait peu de personnes à même de rivaliser avec lui en terme d’intelligence et tu en faisais largement parti. Tu estimais qu’il faisait parti de ton entourage - à défaut d’être un ami - et tu le connaissais assez bien pour pouvoir se mettre à sa place. Dans ta situation actuelle, il était difficile de raisonner convenablement : tu n’étais pas familier avec les événements récents ou l’ambiance alentour (l'état d'esprit des humains normaux) deux éléments essentiels qui détermineraient ta prise de décision, à sa place.

"Je ne saurai dire. Mais je l’ai rencontré en rejoignant Adler et je doute de la sincérité de ses intentions quant au mouvement."

C’était peu, mais ça la rassurerait déjà un peu. Tu n’étais pas conseiller conjugal de toute façon, à moins d’avoir passé le diplôme dans une seconde amnésie - mais ce serait aussi absurde qu’un manchot qui jouerait au basketball.

"Je ne suis au courant de rien depuis mon départ, ou très vaguement. J’ai l’intention de reprendre mes marques avant de faire quoi que ce soit. Cependant, si tu as prévu quelque chose, je te suivrai aussi fidèlement que tu l’as fait pour moi."
ft. Isalynn •• Mai (cycle 3)


Message Dans Re: Au plaisir de se revoir un jour | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «établissement :: Dortoirs :: Bungalows :: Bungalow 4-