predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
[FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar]




Partagez | 
 


 [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message Dans [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Sam 5 Aoû 2017 - 20:44
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Tu étais passé à la salle du club de boxe pour récupérer ton sac de sport que tu avais laissé là-bas après être passé à l'infirmerie la veille. Un bandage autour du poignet gauche au lieu d'une attelle – t'en avais pour deux semaines et demi pas question de porter une attelle pendant deux semaines et demi, d'un, parce que c'était chiant et gênant, et de deux, parce que tu avais clairement dit à Ezéchiel que d'ici deux jours, ce serait passé et que tu pourrais faire ce que tu veux. Mensonge éhonté certes, mais obligatoire pour sa santé mentale. Du coup, sac de sport sur l'épaule, tu passes par les jardins pour profiter un peu du soleil et de la beauté du lieu avant de rentrer à ton bungalow. Tu as prévu de traîner un peu, et tu as prévenu Ezéchiel que tu rentrerais plutôt tard, alors tu prends le temps, marchant tranquillement.

Ton regard va et vient, se perd dans le paysage quand tu aperçois un corps allongé dans l'herbe. Tu reconnais Narcisse au bout de quelques secondes et tu te diriges vers lui, changeant de direction. Tu t'approches de lui, mais il semble être dans un tout autre univers, les yeux fermés, allongé, avec des écouteurs sur les oreilles. Tu laisses tomber ton sac de sport sur le sol à ses pieds et tu t'assois en tailleur à côté de ses jambes, appuyant ton index sur son genou. Tu attends qu'il retire ses écouteurs et qu'il ouvre les yeux pour lui sourire et ouvrir la bouche :

Hey. Ça va ?

Vous n'aviez pas eu l'occasion de vous voir ou de beaucoup parler depuis qu'Ezéchiel était revenu, car tu te concentrais seulement sur Ezéchiel, à défaut de laisser tomber un peu les autres, et tu sais que c'était une mauvaise idée. Il avait juste énormément besoin de toi en ce moment, alors tu repoussais un peu les autres sans le vouloir vraiment.

Désolé, j'ai pas vraiment été super présent ces temps-ci...

Et tu t'excuses, parce que tu es vraiment désolé d'être devenu un peu invisible, c'était quelque chose que t'avais pas l'habitude, d'être là, présent, voyant. Alors tu t'excuses Killiam, parce que tu es vraiment désolé d'avoir été absent.







Dernière édition par Killiam Kenneth le Jeu 31 Aoû 2017 - 16:18, édité 1 fois
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Dim 6 Aoû 2017 - 0:24
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 969

Messages : 166
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:





« — Et ça fait boum. »



L'univers se composait parfois de vent, ces bouts de tornades qui viennent caresser tes cheveux infâmes. Tu fermais les yeux et tu la laissais glisser entre tes doigts; sans muraille pour l'arrêter, sans ces trucs déprimants. Puis tu souriais, ça faisait du bien de se sentir libre et sans loi. Narcisse t'es qu'un bout de lune qui gravite autour de sa terre, t'as la tête qui penche et tes idées datent d'hier.


Tu te sentais au large d'Amsterdam, à son port et ses oiseaux qui braillent comme des insultes qui naissent de ton âme. Tu t'rappelais ces ivrognes qui bouffaient leurs frites aux pieds de leurs bateaux, tu te souvenais de l'odeur océanique, l'odeur de poisson qui danse dans l'eau. Et tu te remémorais ces mouettes qui ne tardaient pas à hurler de panique. Ce vent ressemblait à celui d'un autre, celui qui te brouillait l'esprit comme la liqueur d'hier soir qui était bien trop forte. Alors d'un coup d'pied tu balances tes chaussures, tu t'en fous, après tout l'herbe te rend de meilleure humeur que les rires qui éclatent dans les embrasures. T'es désemparé face à ce soleil, perdu dans une foule inexistante qui t'entraîne dans un amas d’immondice et non de merveilles. Puis, tu fermes tes yeux, ces faibles souvenirs meurent dans la chaleur épaisse des cieux.


Tes gestes restent calculés, moins tu bouges moins tu te sens t'animer. Tu n'aspires qu'au calme, à la tranquillité qui bouffe tes organes. Ainsi tes écouteurs s'accordent à tes songes pour qu'enfin tu croules sous les mélodies où la quiétude t'aspire comme une éponge. Tes désirs s'envolent dans des constellations qui se rejoignent et tu cesses de maudir ta vie sur terre, tu ne retiens plus rien Nar. Tu ne retiens plus aucun muscle de ce corps que tu portes, tu laisses l'herbe se coller à toi, la musique tourner ; ensemble vous ne faite qu'un.


Et là ton coeur se stoppe, la musique passe.


s'il faut mourir sur une stèle je veux graver que nos rires ont berné la mort et le temps.


Puis, plus rien, tu vires tes écouteurs violemment en regardant Killiam apparaître dans ton champ. Tu lui souris et tu te redresses, au creux de ton estomac tu sens le vide se combler alors ton sourire s'esquisse plus vite ; comme ton sang.


— Désolé, j'ai pas vraiment été super présent ces temps-ci...


Ces temps-ci. Nar, ton coeur se met à grincer de douleur, vriller de ces jours qui t'ont semblé comme un mauvais rêve sans couleur. Et tu te souviens. Les mains de ce gars qui s'étaient baladé sur ton torse, de ces rires horribles qui te donneraient des entorses. Puis y'a ces brides dans ta mémoire, ces flashs de tes soirées où tu buvais pour noyer ton putain de chagrin. Ouais parce que t'avais fini par souffrir de ces jours sans lendemain. De ces jours où il n'y avait plus l'ombre d'espoir. Toutefois, tu n'en voulais à personne. On t'avait engueulé et presque giflé de mots durs, de syllabes qui raisonnent. D'un regard ailleurs tu balayes tes pensées, tu oublies ces temps-ci pour te concentrer sur Killiam, car ces pensées resterons à toi, ces larmes que t'as balancé un soir dans la nuit, dans l'effroi.


— Pas de soucis, t'excuse pas. It's alright. J'peux comprendre tu vois ? Tu t'occupes du mieux d'Eze et il a besoin de toi à ses côtés. Un sourire, franc, puis une grimace en regardant le bandage. La poisse hn ? Tu t'es fais mal comment ?


Tu t'inquiétais, tu savais. Alors tu lui lançait tes iris marons dans le coeur espérant de ce regard effacer un peu sa douleur. T'aurais aimé l'aider, être là toi aussi, ne pas te morfondre et mourir dans ta vie.

© by Narcisse.



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Dim 6 Aoû 2017 - 1:00
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Et il ouvre la bouche, te répond, et ce n'est pas pour autant que tu te sens moins mal. Moins mal de l'avoir laissé tomber ces temps-ci, moins mal de l'avoir abandonné pour te concentrer seulement sur Ezéchiel. Narcisse était ton ami, un véritable ami, que tu appréciais vraiment, une personne que tu comprenais, que tu voulais aider le plus possible. Le laisser tomber t'avait rendu malade. Il lance la conversation sur ton poignet et tu jettes un regard au bandage, secouant ensuite la main en lâchant :

Boxe. J'ai mal tapé le sac. Rien de grave, ça arrive de temps en temps. C'est une foulure de merde, demain ça ira mieux.

C'est faux. Demain ça n'ira pas mieux, et tu ne devrais pas lui mentir comme ça, mais tu ne veux inquiéter personne. Tu as l'habitude de ce genre de blessures, ça arrivait tout le temps, c'était pas inhabituel ou rare. Alors tu dis que ça va passer, vite. Parce que tu espères que tout va passer, vite. Tu espères qu'Ezéchiel reprendra le contrôle de son don, que t'auras plus à te taper le pieds contre les meubles et tes coincer les doigts dans les portes, que t'auras plus à faire attention dans les escaliers et à mal taper les sacs alors que tu boxais depuis des années.

Et y'a quelque chose qui cloche, quelque chose qui va pas, quelque chose qui te serre l'estomac. Tu restes là, un instant, à le regarder silencieux, à attendre, à chercher les mots avant d'ouvrir la bouche, quelque peu hésitant toutefois sur comment le dire :

Tu sais que... tu peux m'envoyer un message n'importe quand à n'importe quelle heure, je viendrai ? J'suis pas un mec présent en général même. Même sans l'histoire d'Ezéchiel je serais pas hyper présent mais genre, tu m'appelles je viens direct. Donc. Qu'est-ce qui va pas ?

Parce que finalement, tu le connaissais un peu, tu avais cette sensation de savoir. Peut-être que tu te trompais, sûrement même. Peut-être que tout allait bien, mais tu en doutais fortement d'un coup. Rien que l'histoire d'Ezéchiel ne devait pas être facile à avaler. Alors tu restes là, assis en tailleur dans l'herbe, à l'observer et à attendre, chose que tu aurais dû faire bien avant, mais tu es tellement centré sur toi-même Killiam, que tu oublies que tu es loin d'être le personnage principal de la pièce de théâtre de ta vie.





Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Mar 8 Aoû 2017 - 1:25
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 969

Messages : 166
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:






« — Et ça fait boum. »



Pas besoin de pouvoir pour comprendre les choses qui entoure ton monde, pas besoin de savoir pour qu'les mots qu'on te balance sont des idées vagabondes. Nar ça te chatouille au creux de l'échine, ces petites syllabes qui te creuse pour combler un putain de vide. Ton corps se fait las, ton corps se dit que c'est plus le moment, ton esprit prend sa place. D'un regard presque absent tu lorgnes ces bouts de tissus qui entourent le bras de Killiam ; un arsenal mal foutu. Alors au fond de toi t'as pas besoin d'avoir compris la sorcellerie des phrases pour comprendre les mots, ça se traduit comme ça au fond de ton cerveau. Et tu soupires, songes ivres, songes qui se baladent pour que tu vives.


Puis ça part dans tous les sens, tes mains se serrent. Tu contournes le vent et sa misère. Narcisse, t'as envie de le prendre dans tes bras, de le serrer en lui murmurant ces douceurs tout bas. T'aimerais lui donner un coup dans l'épaule, lui dire que ça changera d'ici demain, dès l'aube. Pourtant tu vois cette fatigue qui fragilise ses iris, Killiam tu n'es pas un dieu qui a toutes les forces qu'il puise. Alors tu compatis et tu laisses les bobines de fil t’amener à des souvenirs. Ezechiel. Tu peux pas t'empêcher de laisser un sourire discret se dessiner sur tes lèvres, ce gars t'évoque tellement de choses ; presque un rêve. Toutefois, tu es loin toi aussi. Assis là dans l'herbe à se noyer dans une musique presque évanouie. Tu tapotes le sol, demandant calmement à son copain de s'asseoir. Il en a besoin pour son bien, pour qu'il puisse respirer ; éviter l'abattoir. Tu l'écoutes et ton cœur explose, tu sens une pointe de métamorphose.


— Tu sais que... tu peux m'envoyer un message n'importe quand à n'importe quelle heure, je viendrai ? J'suis pas un mec présent en général même. Même sans l'histoire d'Ezéchiel je serais pas hyper présent mais genre, tu m'appelles je viens direct. Donc. Qu'est-ce qui va pas ? 


Une pointe d'inquiétude traverse ton palpitant, tu le sens dans ses cordes vocales qui te tendent. T'as pas l'habitude qu'on prête si attention à toi Nar, deux trois personnes, parfois par hasard. Tantôt on s'en fichait tu étais qu'un être totalement invisible, tantôt on t'aimait pour tes qualités ; ces choses subtiles. Puis, y'avaient ceux comme tes amies, un fragment de douceur qui rejoint même la nuit. Eux ils aident ton bateau à avancer. Tu souris, sincère ; un peu désarçonné.


— Reste auprès d'Eze, il en a besoin. Il a besoin de toi plus qu'il a besoin des autres. J'sais il me lâchera pas, j'sais que ça va pas tarder à devenir tendu, j'sais que je peux pas le voir sinon j'me prendrais une baffe ou un poing. J'le forcerais pas à me voir, j'sais que son pouvoir peut aussi couiller, j'en ai déjà fais les frais. Mais franchement kill, te presse pas, t'en fais pas. Prends soin de lui j'peux prendre soin de moi. J'ai pas perdu ma sœur, lui si. Donc, j'pense que si je t'appelle un jour, ce sera après ça. Et tu te stoppes, un peu con de dire ça. Pourtant, tu refuses pas son aide, l'amour qu'il possède. Désolé, j'veux juste dire...j'te rejette pas ok ? Juste j'ai peur de...j'veux pas que tu le laisses seul ? J'veux pas que tu me voies comme le pauvre gars qui marmonne de douleur dans son coin.


Pourquoi tu laisses la barrière des abysses s'ouvrir, pourquoi d'un coup t'ouvre ta bouche pour souffrir ? Alors Nar, tu baisses les yeux. Tu baisses les yeux comme l'idiot que tu es, pour ces mots que tu oses jeter. Puis tu t'inquiètes, Eze s'est ton frère ; tu te prends la tête ; l'rideau tombe sans les lumières.
© by Narcisse.



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Mar 8 Aoû 2017 - 15:33
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Un instant de silence qui se propage comme une traînée de poudre. Tu attends qu'il te réponde et il évite, la question, tournant la conversation sur Ezéchiel. Ezéchiel, Ezéchiel, Ezéchiel. Et il continue de parler, de dire que ça va aller pour lui, qu'il a pas besoin de toi, mais en réalité, Killiam, il te hurle qu'il va mal, il te hurle qu'il a besoin de toi, et pourtant, pourtant tu hésites à creuser, tu hésites à rester, de peur qu'il te repousse, de peur qu'il te dise de t'en aller. Et il reprend, après une pause, et y'a ton cœur qui tambourine, encore et encore. Tu t'en voudrais de le laisser tout seul, t'as déjà tout foiré avec tout le monde : avec Laurent, avec Théa, avec Aaron, avec Narcisse. Et tu en as marre de tout foirer, de rester passif, de t'énerver pour rien sans réfléchir.

Et il continue, continue, et dès que les derniers mots meurent sur ses lèvres, tu réponds, sans réfléchir, sans prendre le temps de peser tes mots, sans prendre le temps de trouver les bons :

Alors déjà, je laisse pas tomber Ezéchiel, mais je peux pas être H24 avec lui, il a besoin de ses moments seul aussi, y'a des trucs que je peux pas faire avec lui, et qu'il a besoin de faire tout seul ? Enfin, moi à ça place j'aurais besoin de les faire tout seul ou juste, d'avoir un moment, tout seul, pour moi et elle donc. Bref. Ezéchiel peut vivre sans moi une heure ou deux, même trois. Dans le pire des cas, il m'envoie un message sur l'intranet ou il envie numéro 8, ou même Léo. Donc, no problem. Et pour ce qui est de toi... j'te vois pas comme le mec qui broie du noir dans son coin. Alors, well, bien, accepte mon aide et c'est tout. Je suis là et je compte pas partir.

Tu te redresses un peu, te rapproches même de lui, poussant ton sac de sport du pied et faisant attention de ne pas t'appuyer sur ta main gauche avant de lâcher :

Dis moi ce qu'il se passe, j'suis là pour toi.

Et au fond de ça, t'as ton égoïsme qui te dit que bordel de merde, ça fait tellement du bien d'être utile aux personnes que l'on aime.





Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Mer 9 Aoû 2017 - 1:19
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 969

Messages : 166
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:






« — Et ça fait boum. »


La blessure traverse ton coeur et le poison fait son boulot, ça t'écrase ton espoir, ça étripe tes idées qui tapent contre les barreaux. T'es dans une prison Narcisse, t'es enfermé dans cette cage où rien ni personne n'arrive à te faire sortir et ton esprit morose pourrit dans la projection de ton avenir. Plus tu traînes tes chaînes, plus t'sens le sang calciner tes peines. Et tu sais pas pourquoi mais tu ne réussis pas. ça coule lentement dans ton corps, plus ça te noie plus tu sens ton âme se rétracter ; peur. Faiblesse. T'aimerais hurler au monde que tu n'es pas qu'un être de maladresse. Oui Nar tu ressens des émotions, tu ressens la peine et la dévotion. Tu te sens un peu jaloux quand tu regardes Killiam qui remue l'couteau dans ta plaie béante, tu sens cette jalousie affreuse qui te poignarde comme un monstre aux idées éloquentes. Et tu l'écoutes, ses phrases entrent dans ta tête ; t’attaquent. Nar, ton palpitant se déchire sous l'sentiment d'amour qui t'prend face.


Si les larmes savaient tomber de tes iris, t'serais déjà là à hurler ta douleur auprès de lui ; pleurer de détresse pour ta vie. Rien d'cela, ça reste des cicatrices.


Some peope got real problems.



Après tout t'étais qu'un humain qu'avait besoin d'gens autour de toi pour exister, car après tout t'étais Narcisse, né fou dans une foule de gens qui ne voient pas qu't'essaies d'te tuer. Alors quand Killiam vient près de toi t'aimerais poser ta tête sur ton épaule, regarder les étoiles qu'tu vois pas par le ciel bleu et oublier ce que tu espères de ton monde. Tu arraches l'herbe d'un regard perdu, tu cherches un dieu qui n'a jamais répondu. Puis, tu crispes le poing ; effrayé par ce que seraient tes mots sous la crainte. Oui, Nar, tu ne sais pas te confier, tu ne sais que laisser tes paroles parcourir tes pensées. Enfin ton coeur rate à un battement et tu lèves ce regard presque amorphe, tu lèves le regard et tu cherches une aide peut-être vivante.


— Dis moi ce qu'il se passe, j'suis là pour toi.


We don't talk anymore like we used to do sometimes.


— y'a des trucs qui s'passent en moi tu vois ? Un peu de tout, Eze, moi, l'autre, Aaron, les merdes qui me poursuivent. J'ai l'impression d'être un mauvais mélange de cocktail molotov. Il soupire, s'allonge dans l'herbe avec lenteur avant de se relever brutalement. J'en ai marre merde. J'sais pas putain, entre mes pensées, mon coeur, les autres j'sais plus quoi faire j'suis putain de paumé. J'ai envie d'chialer mais même mes larmes me foutent le seum. Et tu le regardes, l'envie d'vider un sac plein l'coeur. J'ai t'sais, envie d'vivre sans souffrir ?


Tes yeux s'brouillent sans que tu puisses faire quoi que ce soit, parce que tu t'en veux d'être l'être qui s'broie. Tu mords ta joue et tu saignes, tu regardes tes genoux avec des idées malsaines. Et tu te sens comme le connard qui veut que se suicider, Nar, le connard de service qui veut en finir parce qu'il sait plus quoi faire à part t'lamenter.


Comète d'une vie qui cherche son chemin ; comète d'envie qui désire qu'on lui tende la main.
© by Narcisse.



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Mer 9 Aoû 2017 - 10:22
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Un silence, et enfin, les vannes s'ouvrent. Il se confesse, t'avoue tout ce qu'il se passe dans sa tête. Il parle, parle, et continue de parler, et plus il parle, plus ton cœur se serre. Comment faire pour être à la hauteur de ses attentes, pour l'aider au moins un petit peu, pour pouvoir l'aider à se relever, à sortir la tête de l'eau, à respirer ? Comment faire quand tu ne sais pas le faire pour toi-même, quand tu n'as jamais vraiment été doué pour ça ? Comment faire pour l'aider à survivre ? Au moins survivre...

Et son regard qui vient se plonger dans le tien, et ses yeux qui se brouillent de larmes et ta gorge se serre. Tu es si empathique, trop sensible à la détresse des autres, surtout quand ces autres là, tu les aimes. Et bordel, quoiqu'on puisse en dire, tu l'aimes, Narcisse, tu l'aimes vraiment beaucoup, et tu as envie de le prendre dans tes bras, et de lui dire que tu es là, comme ce grand frère trop protecteur que tu es envers Théa, que tu es envers lui, au fond de toi, sans oser le lui montrer.

Ton bras passe en travers de ses épaules, le rapproche de toi, dans cette étreinte un peu bizarre, un peu gauche et maladroite, mais tant pis. Tant pis parce que, bordel Killiam, tu veux tellement être là pour lui, être là pour les personnes que tu aimes, tu en as marre de n'être qu'une tapisserie qui voit les autres se déchirer entre eux ou se déchirer eux-même, ton cœur se serre à l'idée que Narcisse soit en train de se déchirer lui-même, et jamais, jamais, tu ne le laisseras faire.

Well... en tant que mauvais cocktail molotov, n'explose pas. J'suis là. C'est pas grand chose, mais, on peut parler, si tu veux, si t'as envie, on que t'en as besoin, ou quoique ce soit. On peut parler d'Ezé, ou d'Aaron, ou de l'autre, aussi. Ou de n'importe quoi d'autres. Ou je peux juste rester là et... pas bouger. Et juste être là pendant que t'évacues un peu. Si tu veux. On fait comme tu veux.

Comme il le veut lui, comme il le désir lui. Tu n'étais que son outil, tu étais heureux de l'être s'il avait besoin de toi. Tu veux juste qu'il aille mieux, que tu l'aides à aller mieux. Tu veux juste enlever les larmes de ses yeux et voir le sourire apparaître sur son visage... un désir sûrement trop utopique pour la vie de merde qu'était la vôtre.





Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Lun 14 Aoû 2017 - 21:48
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 969

Messages : 166
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:






« — Et ça fait boum. »



Ta rétine te fait mal sous l'effet d'l'eau qui bouillonne dans tes yeux. T'as l'univers tout entier qui s'effondre sur toi, les étoiles aux flammes éternelles te ravagent de tracas. T'as l'esprit qui part en fumée sous l'effet trop dur des vérités. Narcisse tu ravales toutes ces émotions qui s'allient avec les ténèbres, tu lâches l'encre dans la mer, l'inonde de noirceur et tu fermes les yeux dans c'destin funèbre.


Or tu sens ce bras qui vient s'enrouler autour de toi, tu sens cet étrange sentiment qui s'anime dans l'dernier des fracas. Les portes ne se ferment plus, la vie vaut peut-être la peine d'être vécue. T'voudrais crever mais cette simple étreinte t'en empêche pour les quelques années à venir et tu sens cette chaleur. T'as envie de sourire. Tes poings se serrent sous l'effet boum. Songes en vracs dans l'cosmos, idées qui frissonnent jusqu'à dans tes os. Nar tu t'sens comme une putain de fleur qui renait sous le soleil, un phoenix qui brûle sous les rayons de l'ennuie et qui jaillit dans sa brûlure pour revivre sans l’orgueil.


T'aimerais t’effondrer comme un immeuble sans façade, t'aimerais te dire que t'as jamais de quoi t'faire passer l'envie de foutre une corde à ton âme. Mais lui il est là et il te parle, lui il est là avec ses mots  peu banales.


Killiam.


Alors tu te laisses faire comme dans un rêve, tu plonges dans l'eau et tes syllabes se déchaînent.


—Y'a trop de choses qui alimentent ce truc dans mon cœur. Y'a ces trucs avec Aaron qui me stressent, je le comprends pas et j'arrive pas à comprendre vraiment ses attentes, j'arrive pas à me dire qu'il s'intéresse à moi...putain je te jure ça me fout la trouille, j'suis effrayé à l'idée de sortir avec lui...le pire c'est que...oh my god...what...I have done... ?
Et il se stoppe, yeux rond en se redressant pour fixer Killiam. J'l'ai...kiss on his lips ? Putain que j'suis con en plus là...Puis y'a Eze qui m'rend fou, j'lui donne tout le temps qu'il désire mais il veut pas d'moi, j'aimerais tellement l'rassurer ce con. Lui dire que ça va aller mais cet idiot en fait qu'à sa tête et il se rend compte de rien. Il souffle, le cœur battant trop vite. Et Calispo...t'sais mon pouvoir ? Il me joue des tours, des mauvais tour...mais je devrais pas...


Tu baisses la tête encore une fois ; arrachant l'herbe sous toi.
Pincement aux creux de ton palpitant,
images incessantes, Nar, tu deviens fous dans cette vie un peu trop palpitante.
© by Narcisse.



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Lun 14 Aoû 2017 - 23:21
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Il a le cœur au bord des lèvres, au bout d'exploser, d'imploser tellement il ne supporte plus la pression, tellement il ne comprend plus ce qu'il se passe, tellement il n'arrive pas à faire la part des choses. Et toi t'es là, inutile et incapable, tu ne peux qu'être là, sans pouvoir l'aider plus que ça. Tu restes silencieux quand il ouvre la bouche, quand se déverse de ses lèvres un flot de paroles. Et il t'avoue, qu'il l'a embrassé, et tu ne peux t'empêcher de sourire un peu, parce que ça te faisait plaisir, parce que malgré tout, t'aimais bien Aaron, parce que t'avais était un peu con, l'année précédente, parce que, d'un certain côté, tu te dis qu'ils iraient bien ensemble. Et Aaron fait beaucoup trop d'effort pour Narcisse pour que ce soit juste comme ça.

Et il se défoule, arrache l'herbe comme il arracherait les mauvaises herbes de son cœur et ça te fait te mordre la lèvre. Ta main droite vient arrêter sa main et tu lui donnes un léger coup d'épaule pour que toute son attention soit attirée vers toi, pour qu'il ne pense qu'à toi juste un instant, toi, et surtout, surtout, à ce que tu vas lui dire.

Aaron t'aime bien. Je sais pas s'il t'aime tout court, mais je sais qu'il t'aime bien. Et pas il t'aime bien en mode « j'le baise c'est un challenge et ensuite j'lui parle plus ». Non. Il t'aime bien. Donc, assume le fait que tu puisses plaire à quelqu'un. T'es un mec bien, et t'es loin très loin d'être moche, c'est normal que tu plaises à quelqu'un.

Aaron. Fait. Peut-être qu'il faudrait que tu en parles à Aaron, de toutes les craintes de Narcisse ? Sans pour autant lui dire clairement, juste, lui dire, qu'il était pas sûr de lui ; un truc du genre. Aaah, tu n'es tellement pas doué pour ça, Killiam.

Pour Ezéchiel... mh, c'est compliqué, je sais pas trop quoi te dire. Je sais que c'est bien qu'il reste seul un peu, et en même temps... je sais que toi, c'est pas pareil, c'est différent du coup, well, du coup j'en sais rien.

Ezéchiel est tout de même un sujet assez difficile à aborder, surtout en ce moment.

Pour Calipso. Mh. Quel genre de trucs ?

Puis, dans un murmure, un peu taquin, te rapprochant de lui comme pour lui dire un secret, tu reprends :

Et avec Aaron... c'était bien ?

Parce que tu voulais tout de même, lui changer un peu les idées, le faire se découvrir et s'aimer.





Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Jeu 17 Aoû 2017 - 1:03
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 969

Messages : 166
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:






« — Et ça fait boum. »






Le silence est comme une femme. Elle se dresse devant tes yeux et déshabille ton âme. De son regard, elle pourrait te statufier comme le ferait dans la mythologie la Méduse bien aimée. Pourtant, telle cette femme aux multiples serpents acerbes, nous détestons ce qui nous broie et nous enchaîne. Narcisse tu ressens ce sentiment aigre-doux qui prend ton coeur, attendant qu'on lâche une bombe pour effacer toute cette douleur. Pourtant on entend ce bruit écrasant, celui de l'herbe qu'on arrache sous le poids d'un millier d'ouragan. Tes doigts se brisent et tu sens ceux de Killiam qui te stoppent, toujours dans ce vide qui le rend loufoque. Alors tu lèves le regard vers lui, serrant tes poings pour qu'ils en deviennent blancs jusque dans la nuit. Dans ses iris, tu vois plus qu'une couleur, t'entrevois une vie nouvelle, une vie qui épargne ton orgueil. Tu y lis des vagues dans d'l'eau douce, Killiam.


Ses mots sont comme de petites particules de musique, des notes que tu écoutes et qui, dans ton esprit, s'imbriquent. C'est une tendre syllabe qui virevolte  contre tes oreilles et qui de sa raison t'endort ; t'achève. Killiam n'a pas les ''do'' justes  qui font vibrer ton coeur mais son concerto semble éteindre en toi toute cette noirceur. Alors tu frissonnes en écoutant chaque tonalité qui en ressort, tu écoutes et comme un con Nar, tu te dis que ce gars sait y faire avec des efforts. Ton palpitant gonfle à ce moment-ci. Tu sembles plus léger d'être enfin compris.


« Please don't make any sudden moves, u don't know the half of the abuse. »



Et tu souris.
Comme un con au milieu de ce jardin.
Tu souris à ces mots,
qui valent bien plus qu'un.



ça retentissait dans tes plus intimes secrets, ça faisait ce son de cloche au plus profond de ton être. T'es un mec bien. Tu sais Nar, tu sais qu'il n'est pas le seul à le dire, Eze et Aaron te l'ont déjà dit eux aussi, Ambroise te l'as craché de son venin d'ironie mais l'effet que cela te fait est toujours aussi fou ; ahuri. Ainsi tu sens les barreaux de ta prison qui s'arrachent, tu sens les chiens de l'enfer qui s'en branlent cette fois-ci et qui se cassent. Oui tu le sens Nar, tu sens cette sorte de vérité qui pointe l'bout de son doigts, tu la sens oui car c'est celle qui essaie de te hanter à chaque fois. Tu sais que tu doutes de tout, tu sais que tu nies tout en bloc pour tenter de cacher les blessures et les coups. Narcisse, tu n'as jamais su ce que tu méritais dans ta vie, mais sur ce que te dis Killiam tu es sûr d'en avoir envie. Tu aimerais qu'Aaron t'aimes, tu aimerais qu'Eze revienne. Oui, tu voudrais rire avec Olivia jusqu'à la fin de ta vie et parler avec Killiam de tous vos soucis. Te fighter avec ton cousin. Tu le désires. Plus encore.


Tu reviens à toi. Tes iris partant voyager dans l'ciel, tes songes s'envolant dans ces trucs artificiels.


—Peut-être que je lui plais mais j'arrive toujours pas à me l'avouer, c'est encore trop bizarre dans mon coeur, trop bizarre pour que j'arrête de nier tout. Je nie son intérêt, je ne comprends pas son intérêt pour moi alors que je n'étais qu'une partie de rigolade. Je comprends pas pourquoi il aimerait un gars comme moi qui est putain de glauque. Je comprends pas pourquoi il me préserve autant, pourquoi il est aussi doux et pourquoi je me mets en colère dès que je sais qu'il a couché avec untel.


Pause, arracher l'herbe. Regard qui se perd dans des milliers de mots et d'verbes.


—Pour Eze ça va aller, j'le sais mais ça m'embrouille l'esprit. Je m'inquiète beaucoup pour cet idiot qui veut pas voir ma gueule. Tu pinces ta lèvres, Calipso. Il arrive encore à me faire croire des choses, me faire croire l'inverse de ce qu'on me dit. Mais ça je gère j'crois..


Un sourire, encore un.


—C'était dans la nuit, il dormait. Vu que tu sais que je dors pas mal avec lui maintenant. C'était son idée pour éloigner Calipso, pour me faire dormir, me faire manger aussi. Puis j'ai commencé à apprécier sa présence, ses attentions, aussi futiles soient-elles. Et..Je sais pas ce qui m'a pris mais il dormait et...fuck. J'ai l'impression d'être une gamine de 15 ans qui mouille dans sa culotte face à son copain Thomas. J'ai 19 ans et on dirait une pucelle oh my god..C'était putain de léger. Doux.


Et tu sens Nar, tu sens en y repensant, ces putains de papillons qui volent dans ton estomac tout en dansant.
© by Narcisse.



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Jeu 17 Aoû 2017 - 14:22
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Il y a ce flot de paroles qui s'échappent de ses lèvres, ce flot qui semble lui échapper sans qu'il n'en donne vraiment l'ordre, sans qu'il le souhaite véritablement. Et en fait, tu as l'impression d'entendre Ezéchiel, un moment, à se demander pourquoi Aaron s'intéressait à lui, à se demander pourquoi lui ? Et t'as sûrement pas la bonne réponse, Killiam, mais t'as une réponse. Une réponse qui ne lui plaira sûrement pas, mais une réponse quand même. Et il enchaîne sur Ezéchiel et tu baisses les yeux. Il fallait que tu parles à Ezéchiel de ça. Narcisse était trop important pour lui pour qu'il continue de l'éviter comme la peste. Et la réciproque était vraie aussi.

Puis Calipso, sur lequel il passe plutôt vite. Et Aaron. Tu vois ce sourire qui fend son visage, tu vois ses yeux briller à ce souvenir et tu ne peux t'empêcher de laisser échapper un doux rire, un léger rire qui secoue tes épaules et tu tournes la tête vers lui, réponds sans même y penser, sans même y réfléchir :

Ça rend con d'être amoureux hein ?

Tu le regardes, lui souris doucement avant de regarder devant toi, tes yeux se perdant dans le vague. Tu ne sais pas trop quoi lui dire, par quoi vraiment commencer, comment lui dire les choses. Tu laisses Ezéchiel de côté, car il ne peut pas s'arrêter de s'inquiéter pour lui et tu le comprends, alors tant pis, tu laisses Ezéchiel de côté, t'occupant de ce qui le préoccupe le plus : Calipso, puis Aaron.

Quand il te dit des trucs de merde, envoie moi un LMS et je viendrai casser en deux tout ce qu'il dit. Même si je dois te répéter huit mille fois les choses, je le ferai.

Tu le ferais sans hésiter, même. Lui dire, encore et encore, toutes ces choses que tu lui as dites le soir où vous avez discuté au détour d'un verre. Toutes ces choses que tu lui dis maintenant encore, toutes celles que tu lui dis, quand vous parlez. Tu étais prêt à lui répéter, encore, encore et encore, jusqu'à ce qu'il les retienne.

J'ai une réponse au pourquoi toi, mais je suis pas sûr que tu l'aimes beaucoup. Mais je vais la dire quand même. C'est juste, juste parce que c'est toi. C'est toi qu'il apprécie, qu'il aime et genre, tu peux pas te poser des questions sur ça, ça se contrôle pas, c'est juste toi. Et well, tu t'énerves parce que tu l'aimes bien plus que tu ne veux bien te l'avouer, c'est tout.

Un peu comme toi et Ezéchiel, au tout début, quand tu l'as fuis. Et tu ne sais pas quoi dire d'autre, alors tu restes silencieux, les yeux glissant sur l'herbe verte devant toi, et tu détailles ces brins d'herbe arrachés de ses doigts habiles.





Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Jeu 17 Aoû 2017 - 23:21
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 969

Messages : 166
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:






« — Et ça fait boum. »




Amoureux.
Amoureux.
Amoureux.
Putain.



Ton cerveau ouvre une porte. Ton corps se met à trembler comme un con. Et tu te sens hors de tout l'univers, d'ses constellations. T'es un putain d'accordéon d'émotion forte. Narcisse t'es bien plus qu'une comète qui n'a jamais su où atterrir, t'es aussi une montagne russe qui n'a jamais pu finir. Tu tournoies comme un imbécile dans ses pensées, tu écoutes ce qu'on te dit avec un regard quelque peu perdu dans un ciel faussement étoilé. Et quand on te dit ce simple mot tout explose. Toute ta bulle se détruit sous tes pieds comme du savon qu'un enfant venait juste de créer. Amoureux. ça tape encore contre tes nerfs, ça gigote contre tes veines et putain on dirait que ton coeur saigne.


Ton regard se fait vague. Une mer et ses abysses qui coulent dans ton âme.


Tu vas nier.
Comme un idiot aux songes malmenées.
Tu vas nier parce que tu sais que tu as peur d'un jour, aimer.



Et ce petit bout d'mot continue de virevolter comme une feuille dans ton esprit, il semble avoir pris une place lorsqu'il fut simplement dit. Narcisse, t'es pas qu'une fleur qui sait fleurir devant un rayon de soleil, t'es un humain qui sait ressentir des sentiments pareils. Pourtant tu continues d'être effrayé, d'avoir cette peur qui s'accroche à ta gorge et qui te fait trembloter. Tu te souviens d'ces regards qui t'ont percé à jour, de ces sourires que tu voulais voir à ton retour. De ces nuits que tu as passé, enroulé dans une couette, toujours à ses côtés. Les flash back du début de ta vie commence, c'est des moments qui planent comme une crise dans l'adolescence. Et quand Killiam te balance ça sans se soucier de la répercution sur ton palpitant, tu te dis qu'il a raison et que tes illusions n'étaient pas qu'une perte de temps.


Et ça fait boum encore une fois. Parce que tu essaies dur Nar. Tu comprends toujours pas et des questions se posent. ca fait boum. T'aimerais qu'Aaron te dise ces choses ; qu'il ose. Toutefois tout semble s'effacer, un aquarium de pensées afflue dans tes méandres cachées. T'enfouis tout dans la quiétude des abysses.


— Merci Killiam, j'essayerais, je te promets rien, mais merci.


Et tu le penses. Tu es putain de sincères. T'aimerais que toutes ces personnes réussissent à effacer toute cette misère. Celle qui fait pourir ton existence, celle qui enracine et qui déchaîne ton impuissance. Pourtant, pourtant. Le silence s'est brisé depuis lors, il a quitté cette bulle que tu avais forgé avec de l'or. Tu ne veux pas te l'avouer c'est tout.


Bam. ça fait mal. Dangereusement Killiam tape où la douleur est fatale. Tu pinces ta joue à sang et tu paniques comme un idiot ; un enfant.


— Je..


Tu arraches l'herbe. Impossible de calmer cette émotion qui fait battre tout en toi.


— Je...J'ai envie de putain de pleurer j'crois ? Mais je le ferais pas. Mais...Je, c'est pas possible. C'est pas vrai, ni réel. Putain non. Je...Je peux pas. Y'a trop de chose là dans ma tête.. Tu frappes le sol, éparpillant ce que tu venais d'arracher. C'est possible qu'il couche avec des gars dans mon dos alors qu'il me fait la cour, c'est possible qu'en fait il aime Crane et que j'suis qu'un jouet amusant. Trop de possibilités, si je pars d'un simple chiffre c'est...Non. Tu paniques. C'est pas possible Killiam. Ok j'ai des trucs chelous et je l'ai embrassé pour voir, mais ça signifie rien, si ? Non..non non non. Il me rend fou, certes et j'arrive plus à dormir seul, mais ça veut rien dire.


La panique envahie ton esprit. Et tu hurles parce que ça fait du bien. Tu hurles comme un fou dans tout l'espace qui vout entoure. Tu t'en fous, tu arraches tout tes liens, tu es libre sans aucun vautours. Tu hurles Narcisse. Tu hurles tellement fort que tes cordes vocales se brisent, que tout ton être se casse en millier d'bouts d'mirroir, chacun refletant toutes les facettes de ta vie et de ton desespoir. Et là.


Là tes larmes putain. Tes larmes se font la malle. Elles se barrent de ton corps et quittent pour toujours cette prison qu'avait créer tout cet amalgame. Toute ta fausseté.


— Putain. Putain. Non Killiam, non je peux pas. Je peux pas. Je peux pas aimer, apprécier ce gars. Je peux pas devenir comme ça. J'ai trop peur. J'ai putain de trop peur. J'ai peur de tout. J'ai peur pour Eze, pour toi qui se confie pas trop non plus et putain. Non. Non. Et j'ai peur pour mon putain de cousin que je rejette comme une grosse merde. J'ai peur de tout. Alors...je peux pas rajouter ça. Je peux pas..j'y arriverais pas. C'est pas possible.


Recroquevillement. En boule. Narcisse tu te protèges de tes bras et tu serres, cachant ton visage de cette étrange atmosphère. Et tu pleures silencieusement après ces notes que tu as balancé ; ce haut hurlement.


Et ça fait boum.
© by Narcisse.



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Ven 18 Aoû 2017 - 14:30
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Il te remercie, et tu hausses les épaules, comme pour le dire que ce n'est pas grand chose, comme pour lui dire que c'est normal, naturel, que tu n'hésiterais pas à le refaire. Et tu sens sa panique, il te la transmet sans y penser, et tu le regardes, et tu le vois se tuer, s'emmêler, se perdre. Il a si peur, il a si mal, il est si paniqué. Tu le vois, tu le sens, tu le sais. Il nie, nie encore et encore, comme si ce n'était pas vrai, comme si ce n'était pas une réalité, comme si c'était faux, un autre monde, un autre univers, loin de celui dans lequel il vit et évolue, comme si sa bulle de réalité ne pouvait être concentré que sur Calipso qui l'enferme dans sa prison, entouré de ronces et d'une étendue d'eau salée.

Narcisse...

Et tu l'appelles, pour le calmer, pour qu'il se concentre sur toi, pour que sa panique ne soit pas si horrible, pour que sa panique ne le fasse pas trembler, ne le tue pas, ne le fasse pas hurler. Et tu l'appelles une nouvelle fois, mais il craque, n'en peut plus et il crie, il crie sa haine il crie sa peau il crie sa colère. Il crie cette terreur, cet amour impossible et difficile. Il crie cette panique horrible comme pour la faire fuir et, là, agenouillé devant lui, paniqué autant que lui, inquiet, tu te sens si inutile. Tes appels ne l'arrêtent pas, ne le calment pas, tes mains sur ses genoux, puis sur ses bras, rien n'y fait. Et tu continues de l'appeler, comme pour le faire se redresser, comme pour lui sortir la tête de l'eau, comme pour lui dire de ne pas se noyer.

Narcisse. Narcisse Narcisse Narcisse.

Et sa voix se brise comme s'est brisé son cœur, de cette même façon horrible, à force de trop avoir forcé. Et à genoux devant lui, tu l'écoutes parler, cherchant son regard empli de larmes, cherchant ce regard qui te fuit tellement, qui ne veut pas te rencontrer. Et il te dit qu'il ne peut pas, comme s'il n'en avait pas le droit, comme si ça lui était interdit. Au-dessus de cette peur insupportable et insoutenable, de cette peur qui le tue et l'assassine, le poignarde dans le dos, prenant plaisir à écarter les chairs pour le faire agoniser. Il ne peut pas l'aimer, parce que c'est trop compliqué, parce que ça signifie trop, parce qu'il n'y survivra pas. Parce qu'il a peur, si peur, tellement peur.

Et tu l'appelles encore.
Narcisse. Narcisse Narcisse.

Et tu voudrais qu'il relève la tête, après t'avoir avoué tout ça, tu voudrais qu'il ne se cache pas, qu'il ne te fuit pas, pas toi. Et tu voudrais pouvoir l'aider, le relever et lui montrer, lui montrer comment toi tu le vois, de tes yeux qui n'ont pas vu grand chose. Tu voudrais lui montrer, lui faire comprendre, comment Aaron le voit, de cette même façon que tu vois Ezéchiel. Et tu voudrais lui dire, mais tu n'y arrives pas, et tu ne fais que l'appeler, l'appeler, l'appeler encore.

Narcisse. Narcisse Narcisse Narcisse.

Narcisse...

Tes mains glissent dans ses cheveux emmêlés pour lui redresser la tête, et enfin, enfin quand vos regards se croisent, tu ne le lâches plus des yeux. Tes yeux gris ne lâchent plus les siens et tu le forces à te regarder, tu le forces à ne pas baisser la tête, abandonner. Tes mains viennent se poser sur ses joues, tes pouces essuient ses larmes.

Narcisse, Nar, ça va aller, okay ?

Et ta voix tremble, un peu, t'as le cœur en miette de le voir dans cet état, et t'aimerais l'enfermer avec toi, dans une bulle d'amour et de tendresse, et ne laisser plus jamais personne lui faire du mal ou le toucher. Plus jamais. Comme ce frère protecteur que tu es.

Tu peux aimer, t'as le droit d'aimer. T'as le droit de l'aimer. Et t'as le droit de flipper, c'est normal de flipper pour les gens qu'on aime. T'as le droit d'aimer, Nar, et t'as le droit d'être aimé aussi putain c'est...

Et ton cœur qui tambourine dans ta poitrine te dit qu'il faut que tu le serres contre toi, qu'il faut que tu le protèges de toutes ces merdes qui lui arrive. T'as ce sentiment, ce coup de cœur qui te dit de prendre soin de lui, comme le petit frère que t'as pas eu, avec cet amour inconditionnel et tendre que tu portes à Théa. Et tu essuies ses larmes, une à une de tes pouces, avant de l'entourer de tes bras pour le serrer contre toi, dans une étreinte un peu gauche et malhabile, parce que tu ne sais pas quoi faire, tu ne sais pas comment l'aider, et ça te détruit le cœur, Killiam, ça te fait mal au cœur de le voir dans cet état, et pas pouvoir le faire sourier.

Ça va aller. T'as le droit de ressentir tout ça, t'as le droit...

Et tu ne sais, ne sais pas du tout, si c'est ce qu'il faut que tu lui dises, si c'est ce qu'il faut faire, si c'est bien, ou pas, si c'est trop, ou pas assez. Mais tu ne sais pas quoi faire, alors tu te contentes de le serrer dans tes bras, et de lui répéter que ça va aller, et qu'il a le droit, oh oui il a le droit, de ressentir tout ça.





Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Sam 19 Aoû 2017 - 1:43
Anything but ordinary
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Chrome
Masculin Personnage sur l'avatar : OC de Cynthia Tedy
Âge, classe & année : 19, classe C, 8ième année

Prism' : 969

Messages : 166
Date d'inscription : 26/05/2017

Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:






« — Et ça fait boum. »


C'est un bâteau qui tangue sur une mer d'eau trop salée. T'as beau lâcher l'encre cela ne cesse de s'arrêter. Et ça coule comme une rivière qui vient s'jeter dans un océan, t'peux prendre toutes les forces qui te restent Narcisse, tu peux pas arrêter ce petit torent. Chaque perle c'est un pic qui va tout droit dans ton coeur, chacune des molécules viennent t'enfoncer un peu plus dans c'trou béant ; c'trou rieur. Alors tu résistes. Comme un con tu serres tes bras et tu t'caches encore plus dans cette bulle de plastique. Cette bulle qui t'as protégé de tout, cette bulle qui fait que tu peux nier sans avoir peur d'la faucheuse aux grands yeux. D'celle qui viendra couper ta tête quand t'aurais l'dos tourner et qui t'mettra l'feu. Ouais t'expirera tes pêchés, ceux qu'tu pourras pas exprimer tellement tu crois en aucun saint, mais que tu aimerais crier au monde pour cracher toutes cette douleur d'un jour au lendemain.


Narcisse, tu t'laisses fondre dans des amas de sentiments. C'est étrange tellement tu as peur, c'est étrange de ressentir ces émotions d'effroi ; coup d'vent qui t'fais frissonner de terreur. Pauvre idiot qu't'es tu sombres dans une faiblesse sans nom, restant silencieux dans c'moment d'folie, restant mort d'l'intérieur à chercher l'pardon. Tu sens cette amertume pointait l'bout d'son doigt, t'sens dans toute l'aigreur qui jaillit dans les profondeurs de ton estomac.


Mélancolie qui s'colle à ta peau. Atroce symphonie qui vient jouer en concerto. Doux tourment qui s'envole dans les cellules de ton corps, cherchant en vain à faire souffrir un peu plus pour qu'tu pleures un peu plus encore. Narcisse, t'sais plus ce que tu fais, ton esprit s'échappe dans une guerre. Une guerre entre toi et le reste. Une guerre qui t'met une armure que tu n'es pas sur de porter ; t'aimerais tourner ta veste. Alors dans un bruit infernal qui fait clic dans tes songes tu laisses l'armistice calmer l'jeux avant que tu tombes.


Plus on te lâchera de haut, plus tu seras sûr de tomber, mais ce sont ces mots qui on su te relever. Killiam. Alors d'un coup, en sentant ces doigts effacer tes connasses d'armes. D'un coup tu reviens à toi, le hurlement incessant de toute ton existence s'arrêtant avec les mots de killiam qui revenaient en écho. Et ça t'remet en place, ça efface tout sans laisser de traces.


— Killiam. Killiam. Killiam. Douce répétition de rancoeur, douce répétition qui appelle à l'aide depuis tout à l'heure. Tu t'sens con ainsi dans l'herbe, à t'accrocher d'un coup à ce gars. A t'accrocher à ces mots, ses faux pas. T'cherches des défauts, t'cherches des mots qui vont faire battre ton coeur. Killiam est un peu comme Ezechiel, un baume qu'on t'rajoute après t'avoir dit bonjour t'es mon âme-soeur. Alors enfin tu souffles, calmant toute la panique qui t'anime, calmant les flashs qui essaient de broyer chaque parcelle de ta vie. Chaque parcelle que tu essaies de sauver pour continuer ; pour que tu ris.

Ton palpitant ne s'arrête que peu, ça fait moins mal.
Tes mains viennent tenir les tissus de Killiam.


Amour, douceur, jolie tendresse.


T'sens au fond de lui toute cette panique, ce tremblement dans sa voix ; on aurait dit de l'ivresse. Ainsi tu souffles Nar. Tu souffles, tu dégages tout de toi et tu le laisses encore une fois t'atteindre lui aussi. Tu l'écoutes, tu le laisses. Oui tu le laisses. Et tu te le répètes comme une putain de musique ancrée dans ta tête. Ca fait du bien. Une liberté s'insinue dans ta poitrine. Plus besoin d'prendre cette sorte d'antitoxine. Tu vis Narcisse, tu vis. Puis enfin, t'as ce sentiment un peu dur qui vient prendre place en toi, c'est cette tristesse de voir que tu as pu le mettre dans cet état. Tu t'sens si pathétique, si idiot dans ta prison totalement unique.


Calme.


— J'suis désolé...J'sais pas..j'ai l'esprit trop plein. J'suis crevé..Je..- Pardon. D'un revers de manche tu balayes ces larmes à ton tour. J'ai peur et ça devient un peu trop présent en ce moment. T'sais genre...j'aimerais lui dire des trucs à Aaron ? Lui dire que j'veux être moi-même, mais j'suis trop habitué à n'être qu'un reflet idiot et faux. J'me protège même des gens que j'aime et j'me sens putain de nul. J'fais pitié putain. Bref..Je bref. J'crois il faut juste que j'accepte que j'puisse changer et que j'devrais m'avouer que bah...il me plait ce con. Bref...Pour ton bras j'veux pas que ça empire t'sais ? J'ai aucun talent mais je sais soigner, j'ai étudié pas mal en secret on va dire donc si ça te fait mal j'y regarderais et si ça empire beaucoup trop on ira à l'hôpital je sais pas..truc du genre quoi. Hum...et hum...j'voulais te dire encore merci je sais pas...j'suis pas l'centre du monde -heureusement- et hum...j'voulais pas trop exploser comme un idiot...j'ai juste...j'pleure jamais de base..fin voilà...bref.. Pardon pour ça..Avec Eze ça se passe comment ? Tu vas bien toi ?


T'pas l'centre du monde,
t'es juste un peu trop con pour vivre dans ces absurdités immondes.
Alors t'changes le cours des choses, tu l'écoutes, tu comprends ; pour la bonne cause.
© by Narcisse.



Perfection is, after all, a form of banality.

Demons stuck inside our blood
we got drugs inside our heart
Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le Sam 19 Aoû 2017 - 14:01
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3119

Messages : 365
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Et ça fait « boum » au cœur
feat. Narcisse E. Holm - date. début août






Et il se calme, petit à petit. La tempête cesse, les vagues arrêtent de le noyer, de l'étouffer en leur sein. Et il respire. Oh les nuages sont encore là, mais la tempête est passée, il s'est accroché à toi comme il s'accrocherait à un bout de bois à la dérive, et tu veux le soutenir le plus possible, tu veux le soutenir sans flancher, même si toi-même, t'es à deux doigts de t'écrouler.

Et enfin, il te répond, il t'appelle aussi, comme un écho à tes propres appels, comme un écho à ta propre voix. Et à chaque Narcisse, un Killiam résonne. Et y'a toutes ses ondes qui se propagent et qui fusionnent.

Il s'excuse, demande pardon et tu secoues doucement la tête de gauche à droite, te reculant pour pouvoir le regarder, pour pouvoir lui sourire, pour lui faire comprendre que ça va aller Et y'a Aaron, qui reste et qui reste encore, qui lui réchauffe le cœur et qui le refroidit les entrailles. Toi, t'es là, à le regarder, à l'observer, et à vouloir lui dire que tout va aller. Mais c'est un peu comme le mensonge que tu as sorti à Ezéchiel, ça va pas aller, y aura toujours quelque chose qui ira mal, le ciel aura toujours quelques nuages.

Tu fais pas pitié...

Mais il continue, change de sujet, se concentre sur toi et pendant sa tirade, tu t'assois en tailleur en face de lui, abandonnant ton rôle de bouclier protecteur. Et il parle parle, de toi, de ton poignet, puis il s'excuse de nouveau, demande pardon, change de sujet encore, et peut-être que c'est trop pour lui, peut-être qu'il ne veut plus en parler, qu'il a eu assez d'émotion pour aujourd'hui. Alors tu attends, tu attends encore et encore, et le silence prend place entre vous. C'est un silence qui fait du bien, qui ne fait pas mal. Un silence pour pouvoir vous calmer, pour pouvoir vous poser, respirer.

Tu t'humidifies les lèvres de ta langue, déglutis et réfléchis.

Avec Ezé... ça va, on va bien tous les deux. Enfin, notre relation quoi. Lui c'est pas la forme, mais il essaie d'aller mieux. Il est pas vraiment au courant pour mon poignet, enfin, il sait que genre, j'me suis fait mal et tout, mais il sait pas que c'est une entorse et que j'en ai pour deux/trois semaines, j'ai pas osé lui dire, genre t'sais, il s'en veut déjà à chaque fois que je me prends un coin de table ou que je m'assomme avec un placard, alors si j'lui dis que j'en ai pour deux semaines et demie avec le poignet immobilisé, il va être malade.

Et tu ne réponds pas à ses autres questions, parce que tu les oublies un peu, parce que tu pensais plus aux autres que ce que tu ne pensais à toi ces temps-ci, surtout avec Ezéchiel, et puis il y avait Laurent, aussi, que tu n'avais pas encore osé voir. Tes yeux trouvent les siens, et tu reprends :

T'as le droit de craquer de temps en temps. Vaut mieux ça que s'enfermer dans l'alcool ou quoi.

Et dire ça, Killiam, c'est montrer à quel point tu es de mauvaise foi, car dès que tu as besoin de craquer, tu vas boire et fumer.





Message Dans Re: [FINI] Et ça fait BOUM au cœur [Nar] | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «établissement :: Extérieurs :: Jardins-