predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
" T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO




Partagez | 
 


 " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le Ven 1 Sep 2017 - 18:20
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Le paysan, le nazi, le justicier, le narcoleptique.
Masculin Personnage sur l'avatar : Kanba Takakura @ Mawaru-Penguindrum, Wesley MacInnes IRL
Âge, classe & année : 17E7 - non non, ce n'est pas une erreur.

Prism' : 132

Messages : 36
Date d'inscription : 25/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


William Hamlet Oxford
ÂGE ► 17 ans, né un 14 février pour l'amour du troll.
CLASSE ► E7. Oui, ce blaireau a sauté une classe.
BIRD TEAM ► Voltor en scred tavu.
FILIERE ► Glandouille Arts visuels option photo bikoz rizone.
MATIERES SUIVIES ► Architecture, musique, sports, médecine, japonais.
NATIONALITÉ ► America fuck yeah!
POUVOIR ► Échangeur de don/magie/pouvoir/capacité/pick one motherfucker.

Si ce perturbateur de Hamlet n'est certainement pas l'élève le plus intelligent de l'établissement et encore moins le plus doué en terme de maîtrise, il brille néanmoins de par le caractère extrêmement rare de son pouvoir qui se trouve être une variante du déjà très peu commun détraqueur de dons. Mais trêve de bla bla, mon objectif pour cette fiche étant de ne pas me perdre dans des pavés dont 3/4 du forum se fout, je vais faire court. Ou tout du moins, essayer. Ce qui devrait vraisemblablement donner quelque chose de deux fois moins long que d’habitude, mais toujours trois fois plus qu'une description normale. ( Edit du futur : Au moins j'étais réaliste, c'est bien ! Je mérite un cookie. )

Alors, l'échange de pouvwar, qu'est-ce que ça peut bien faire ? Oh, je ne sais pas moi, peut-être qu'il te suffit de lire un peu un peu mieux le nom pour trouver tout seul, connard. Hein ? Trop agressif ? Moi ? Vraiment ? D'accord, j'ai compris, il ne faut pas heurter le tas de fragiles me lisant, je vais donc me faire pédagogue - tout en vous crachant au visage de temps à autre, comme ça, pour le fun. Bien. Tu vois l'élève mystère qui sert d'excuse pour que tout le cast du coin change de dons à l'envie ? Oui ? Eh bien voilà, c'est à peu de chose près la même avec votre nouvel ami aux cheveux rouges... Sauf que de son côté, l'effet n'est que temporaire. Bah oui, faut bien trouver une limite pour en faire un personnage jouable et ne pas me faire taper sur les doigts par cette modération pleine de gonzesses, duh. Heureusement que la femme est idiote et facilement manipul- non mais ça va je déconne roh.

Mais pas d'inquiétude à avoir, avec moi tu connais les bails : ni vu ni connu j't'embrouille le staff la main dans le slip. Du coup, je l'ai joué fine en mode " Non mais moi c'est pas définitif tkt j'suis réglo. " alors que derrière, BIM, le Willy se retrouve avec la possibilité de faire le fifou en effectuant plusieurs échanges d'un coup et ainsi provoquer la destruction inéluctable de l'univers - ou au moins d'une salle de classe. C'est beau, non ? Non. Tout simplement parce qu'il suffit d'une dizaine d'échanges au cours d'une journée pour envoyer l'autre abruti piquer un roupillon les pattes en l'air. Ajoutons à cela que plus il y a d'échanges en cours, plus la durée se retrouve amoindrie et vous comprendrez pour quoi il assez rare de le voir s'embêter à user de son pouvoir au maximum de ses capacités.

Pour abréger, disons que s'il venait à Hamlet le désir de n'activer qu'un seul échange actif, il aurait alors la possibilité d’embarrasser ses cibles pendant quelques heures mais, si à contrario, il décidait de maintenir, disons, 5 échanges, ils s'annuleront naturellement dans la demi-heure. Alors imaginez s'il lance ses 10 échanges en même temps... Inutile au possible, bien qu'amusant lorsque l'on s'y essaie la première fois.

Un autre paramètre à prendre en compte est le moyen par lequel William active sa magie. Par exemple, disons qu'il sélectionne ses cibles d'un coup d’œil furtif, alors l'effet sera bien moindre qu'avec un contact direct du genre pelotage de popotins et autre nibards. Aussi, notons qu'une fois sa première victime désignée, il doit décider dans la minute qui seront les autres heureux élus de toute cette orgie échangiste de pouvoir et dans le cas où il n'y parviendrait pas, ce serait alors la punition, car bien que sa magie s'en retrouverait inactive il lui en coûterait tout de même la moitié de l'énergie nécessaire à un échange réussi. Et si le coup de barre n'est pas suffisant en soin il n'est pas rare qu'il se retrouve en plus avec un creux à l'estomac. Mais pas le genre sympa, non non, plutôt celui qui te met à terre tellement tu crèves la dalle.

Voilà, je pense qu'on a fait le tour et que... Quoi ? T'as toujours pas percuté, il t'en faut plus ? Rah bordel mais t'es aussi con qu'un E à la recherche du respect toi ! Soit. Je vais te raconter une jolie histoire pour que les quelques neurones se battant en duel dans la boîte à merde te servant de cerveau intègre ce flot d'informations. Prêt ? C'est tipar.

Hamlet arrive dans une salle, il fait beau dehors, les oiseaux chient sur les passants, la dignité de Warren se fait nucléariser le fondement à coup de pieds au cul, les S pissent partout en pensant que le précieux liquide doré fera comprendre à tout le monde que l'établissement est leur territoire et, bien sûr, Ruthel parvient à rester à son poste grâce à son don surpuissant : le contrôle du Scénarium. Une journée parfaitement banale à Prismver, donc. Mais revenons-en à l'autre trou d'balle qui, dans la salle évoquée, croise non pas un, non pas deux, mais trois, oui, TROIS A discutant probablement politique, rapport de soi à l'autre et véganisme car comme tout le monde le sait, les A sont le level zéro du fun et adorent se prendre la tête - et celles de ceux qui se fichent de leurs problèmes. Ces violets, je vais les nommer A, B et C car j'ai beaucoup d'imagination, moi, monsieur/madame/non-binaire/gender-fluid/fosse à purin.

A, B et C sont donc des SJW et comme chacun s'en doute, rien de bon ne peut être tiré de ces bobos new-age nocifs pour la santé mentale du Narratroll en chef rédigeant ce torchon servant de fiche de présentation. C'est pourquoi, en toute parcimonie, je décide de leur jeter un perturbateur comme Willou sur le coin de la gueule. Je suis comme ça moi, super sympa et ouvert au dialogue, tant qu'à la fin ce sont mes idées qui l'emportent à coup de pieds dans les valseuses. Le brave rouquin à peine arrivé en vient alors à la conclusion que c'en est trop de ces discours de hippie et que bordel de zut, on est des bonhommes ici ! De ce simple constat, il en vient à la conclusion qu'il faudrait plutôt établir des plans pour la prochaine fête des D, parier sur quelle équipe remportera le prochain tournoi de basket et surtout, oui, surtout, quelle nana a le plus beau derrière du pensionnat ! Mais, hélas, tout ce bon sens se retrouve balayer par la chiantise du vil trio ABC.

Ni une ni deux, Hamtaro dévoile son talent caché afin d'échanger ceux de ces énergumènes qui, d'après leurs cernes, ont passé la Nuit Debout ! Et là je ne vais rien t'apprendre mais comme t'es un peu autiste il est bon de te le rappeler : Bien qu'un A gère son pouvoir à la perfection, s'il se retrouve par surprise  avec une autre magie, la probabilité qu'il le manie aussi bien qu'un manchot joue du piano est forte. Bref, cri, larmes, désespoir, la rengaine habituelle. Parait même qu'il y a des morts dans la version non-censurée - disponible pour toute précommande du pack collector. Voilà voilà. C'était complètement inutile mais j'ai beaucoup aimé te faire perdre ton temps avec cette mise en situation.

Maintenant, le véritable schéma pour les nuls : Hamlet touche A et désigne ensuite B et C du regard. A se retrouve de fait avec la magie de C, C avec celle de B et B avec celle de A.

— Oh bah oooooh, c'était vraiment trop compliqué à comprendre tout seul ! Merci Narratroll !, dit le lecteur subjugué devant tant d'amertume.
— Mais de rien, un plaisir !, rétorqua avec sourire le Narratroll avant de faire rencontrer au faciès de son interlocuteur la tendre caresse de son poing vengeur.

Ouais, j'ai décidé que la fin était elle aussi en DLC. Pour le respect, vous pouvez toujours vous gratter.

Just
shut up

and
kiss me
Aaah, le physique, quelle merveilleuse partie inutile d'une fiche ! Sincérement, ça me donne toujours envie de vous indiquer qu'il vous suffit de jeter un œil sur l'avatar du monsieur pour vous en faire une représentation visuelle et ainsi ne pas m'emmerder avec vos conneries. Mais vu que c'est interdit il va bien falloir m'y mettre. Meh. Allez, je vais faire en sorte de voir le côté positif de la chose en me disant que cette fois je suis - presque - convaincu d'être capable d'expédier le plus rapidement possible cette section.

Alors, que dire sur William ? Eh bien si l'on se focalise sur sa taille, il saute aux yeux que ce dernier n'est pas particulièrement petit mais on ne va pas se mentir, il reste loin, trèèès loin des quelques géants peuplant l'établissement. Mais vous désirez un chiffre précis afin de visualiser la chose, alors moi, bon prince, je vous le donne : l'américain mesure tout pile 1 mètre 77. Une taille pas trop dégueulasse pour un garçon de son âge, certes, mais ne lui permettant pas de dominer beaucoup de ses camarades. Et encore moins de lui garantir une bonne place dans une équipe de basket où, de ce que j'ai compris en regardant le yaoï sportif KnK, la taille moyenne est fixée à pas loin de 4 mètres. Ouais, on y trouve des japonais gigantesques, alors aucun doute : cette œuvre est bien une fiction.

Concernant sa peau, là encore, rien de bien particulier à en dire : c'est le caucasien de base, sans variante de type blanc comme un cul de vampire ou légèrement bronzée par le soleil de Los Angeles. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé, hé, mais la génétique étant une catin il n'a rien tiré de ses tentatives de bronzage si ce n'est des coups de soleil. Bref, son épiderme tire sur un espèce de rose-beige tout ce qu'il y a de plus classique. La seule particularité notable à ce niveau est qu'il fait partie de ces chanceux ne rencontrant que très rarement des problèmes d'acné, ce qui lui donne l'avantage de ne pas se ruiner en produit cosmétique afin d'échapper à une façade de calculatrice. Plutôt sympathique mais foncièrement inutile.

En opposition à ces caractéristiques assez communes ses yeux n'ont eux rien de banals car ses iris tirent sur une couleur proche d'un vert menthe très clair et légèrement grisé, on est donc bien loin d'un banal marron, joli bleu ou doux ambre doré. Une teinte très rare qu'il aime mettre en avant en jouant de son regard de pervers lubrique. Sa chevelure sort elle aussi des standard habituels, non pas en vertu de sa longueur, très courte car ne recouvrant jamais sa nuque - et encore moins l'ensemble de son front, mais plutôt grâce au rouge bordeaux tout sauf naturel qu'elle arbore. Mais quelle idée de se promener avec cette crinière écarlate, hum? À cette question, j'ai envie de vous rétorquer qu'il n'y a pas vraiment à chercher loin pour trouver l'explication...

Vous savez, nous parlons ici de William, de là la réponse coule de source : par pure superficialité. Ah et aussi parce que cette couleur est sa préférée, ce qui doit pas mal jouer là-dedans. Notons cependant que sans l'aide de l'un de ces élèves portant le surnom de change couleur, Hamlet se promènerait toujours avec son blond vénitien naturel ( Vous savez, la couleur de ces roux qui ne s'assument pas. ) qui fût  source de bien des moqueries durant ses années en primaire. Parce que oui, la simple idée de passer par la case coloration le ferait naturellement fuir. La paresse, un, la coquetterie, zéro.

Pour ce qui est de son style vestimentaire à l'extérieur, son look se trouve être très proche de celui conféré par l'uniforme scolaire, à savoir veste, chemise, pantalon en toile et mocassins / chaussures de ville. Il se permet tout de même un look un peu plus casual en portant, entre autres, des t-shirt unis sous ses vestes. Aussi, lorsque le froid et/ou le vent se mêlent à la fête, l'écarlate troque ses vestes contre un long trench-coat noir du plus bel effet. Bien que ce soit très rare, il lui arrive également de se promener en converse rouges, costume bleu foncé, cravate sombre et pardessus marron... Pour une obscure raison, il exige alors de se faire appeler Tenth.

M'enfin, c'est bien beau de dire qu'il a généralement bon goût mais pour ce qui est de sa dégaine une fois qu'il se retrouve dans sa chambre, le bonhomme se relâche quelque peu et troque alors ses chemises et pantalons pour des t-shirts à manches longues et pantacourt... Et ça, c'est le plus tolérable, car pour peu qu'il est convaincu de pouvoir traîner sans âme qui vive aux alentours, sa nature profonde reprend toujours le dessus et le pousse alors à glander seulement habillé d'un kigurumi renard. Hop hop hop, je comprends bien que cette vision vous rend toute chose, mais un peu de tenue mesdemoiselles : retirez de suite vos mains de ces culottes que je ne saurais voir !

Maintenant, que dire de plus ? Huuuum, oui, je pourrais éventuellement mettre en avant l'évidence même en vous disant que Hamlet a tout simplement une belle gueule et qu'il fait fondre la plupart des filles - ce qui n'aide pas à calmer son narcissisme , voir même les garçons aimant beaucoup les sucettes - étrangement, là, ça le refroidit pas mal... Et après ? Sa corpulence ? Bwarf. Disons qu'il est évident après un simple coup d’œil que oui, monsieur fait du sport mais certainement pas au point d'y gagner une carrure de rugbyman et autres baraqués du genre. Pour la faire simple, Hamlet a tout bêtement le physique type d'un sprinter finement musclé et élancé.  Après, voyons... Le regard d'autrui ? Chacun a le sien, mais allez, on va jouer le jeu en donnant le ressenti général selon les rôles.

Déjà, si vous êtes un A, William sera pour vous l'incarnation même du E cherchant les embrouilles et ce même si tu es un nounours pacifiste se sentant l'âme d'une colombe. Yep, ton raisonnement tu peux de suite te le foutre dans le derche car ce vilain garçon jouera quoi qu'il arrive la carte de la GdC, point barre. Ceci dit, il vous reste peut-être une chance d'échapper à son courroux, il vous suffit pour cela d'être une fille relativement mignonne ! Notez aussi que Hamlet se révèle parfois plus sympathique avec les rares violets qu'il fréquentait du temps où il était en D, mais ces derniers étant rares, ne comptez pas trop là-dessus.

Vient ensuite les rares membres de l’administration, autrement dit, ses ennemis naturels après les A. Willy étant en effet révolté depuis que la Vice l'a injustement jeté chez les E, il se fait un malin plaisir à remettre en doute l'autorité des adultes. Sachez donc, mes braves vieillards, qu'à moins de faire partie des professeurs versant dans la branche artistique, l'écarlate passera son temps à jouer les rebelles en ne se gênant pas d'être bruyant, bavard et distrait au point de tout faire sauf suivre vos cours. Bref, il sera pour vous l'incarnation du sale gosse irrespectueux et ne se gênera pas le moins du monde pour vous faire comprendre qu'il se torche avec le respect vous étant dû. Au passage, vos heures de colle ne risquent pas de l'impressionner le moins du monde, pas plus que vos pouvoirs dans la mesure où il peut vous les échanger d'un simple claquement de doigts...

Enfin, si vous êtes une damoiselle n'entrant dans aucuns des exemples donnés plus haut, eh bien... Disons que tout dépendra de votre tolérance à la bêtise et surtout à votre sens de l'humour, car le William peut tout aussi bien être perçu comme un jeune homme amusant et doué de ses mains ( Rah mais non, ce n'est pas un sous-entendu graveleux ! ) ( Je parle d'art, tas de pervers ! ) ( Vous êtes tous irrécupérables. ) que comme un type prétentieux, peu fiable et dénué de toute subtilité. Ah, mais j'ai oublié une dernière caste : celle du commun des mortels et autres mecs avec qu'il serait susceptible de discuter.

Bah. Pour eux pas besoin de pousser bien loin l'analyse : Hamlet aura probablement tout d'un fêtard extraverti et très sympathique pour peu que l'on tolère son côté con-con. Bref, le bon pote avec qui s'amuser et faire des conneries, mais certainement pas celui avec qui l'on peut avoir des discussions philosophiques et profondes. Alors ? C'est bon ? On en a terminé avec cette partie osef ? Je peux y aller ? Hein ? L'inventaire ? Mais on s'en balance de ça. Obligatoire vous dites ? Mais quelle bande de casse-burnes vous faites. Tch. On va faire ça vanilla alors, parce que j'en ai mais alors rien à péter de faire un effort pour ces conneries.

• Inventaire : le fameux kigurumi renard mentionné plus haut, des carnets de croquis dans lesquels il a déjà dessiné les 3/4 de la population féminine de l'île apwal, des crochets qu'il utilise pour se faufiler un peu partout lors de ses fameuses "missions" et enfin, dans la catégorie important, ses appareils photos, la dignité de Warren et le premier baiser de Leann. Oui, les deux derniers sont du troll pur et dur, mais ça n'en reste pas moins vrai.

Voilà, maintenant que tout le monde est content, je vais enfin pouvoir passer aux choses sérieuses et rédiger des pavés encore plus indigestes.

Youpi tralala itou.

Pour la majorité de l'établissement, Hamlet n'a qu'un seul prénom •• on le trouve souvent beau et charismatique jusqu'à ce qu'il ouvre sa grande gueule et ne parle que de faire la fête et s'envoyer en l'air •• en parlant de fête, il tient très bien l'alcool; encore heureux vu les murges qu'il se met •• parfois malin, souvent crétin •• la maturité, ça le fait chier •• a un humour de beauf mais le vit bien •• incapable de dissimuler ses émotions •• les rouquines et filles à lunettes lui font tourner la tête •• mais tant qu'une femme est belle, il n'hésitera pas à l'aborder, hé •• il peut être aussi sympathique et drôle qu'incroyablement provocateur et lourdingue •• si vous êtes en A, attendez-vous à l'avoir souvent sur le dos et à le mépriser autant qu'il vous hait •• faut dire qu'il a un sale passif avec tout ce qui est intello ne se sentant plus pisser •• n'hésite pas à faire parler les poings en cas de conflit •• pas vraiment surprenant de la part d'un membre du fight club •• bien qu'il se démerde en sports, c'est dans la musique, le dessin et la photographie qu'il révèle un skill monstrueux •• dommage que ça ne compense pas ses résultats tout bonnement médiocres dans les autres domaines •• restera à jamais un D malgré la cravate rouge imposée par cette sombre connasse de Staunton •• sous ses airs de tombeur yes life se cache un wapanese refoulé prenant énormément sur lui pour ne pas réagir aux références propres à la culture otaku •• les gens pensant le connaître disent de lui que c'est un type un peu lourd et insouciant mais dans le fond, Hamlet est un garçon paumé, stressé, pas mal blasé, de ceux qui ont la haine envers cette grosse putain qu'est la vie et n'en attend plus rien si ce n'est s'en venger. Quel personnage dark, olala.
I've got more wit
a better kiss, a hotter touch, a better fuck
Than any boy you'll ever meet
Lorsqu'il croise le garçon aux cheveux bordeaux pour la première fois, l'élève lambda pourrait voir en lui un homme confiant, sûr de ses capacités, leader dans l'âme et foutrement classe, car force est d'admettre que ce petit con sait comment présenter Hélas, l'illusion est bien souvent de courte durée dans la mesure où il suffit que cette grande gueule de William l'ouvre pour mettre fin à l'illusion de bel éphèbe BCBG qu'il dégage. De plus, ce ne sont pas ses sujets de conversations - triste reflet d'un jeune homme orgueilleux se fichant des convenances - qui vont aider à redorer son image.

Inutile alors de chercher un discours subtil, un débat intéressant ou un échange mature avec l'ami Angelin ( Oui, c'est comme ça que l'on appelle les habitants de Los Angeles. ), ce serait espérer bien trop de son maigre intellect. C'est bien triste, mais il faut bien vous mettre en tête que cet énergumène aime surtout parler du dernier match du club de boxe, débattre sur qui est la fille avec le plus beau derrière de l'île ou, lorsqu'il est d'humeur vantarde, des dernières avec qu'il a - par on ne sait quel miracle - partager les mêmes draps... Tout en gardant sous silence qu'avant de tomber sur une fille ne s'intéressant probablement qu'à son physique, il s'est mangé une bonne dizaine de râteaux. Comme quoi être mignon ne fait pas tout : avoir du charme et de la tchatche, c'est cool, être intéressant et habile, c'est mieux. Un concept bien lointain pour William qui se trouve être aussi fin et délicat qu'un éléphant perdu dans une boutique de porcelaine.

Peu surprenant alors de s'apercevoir que même s'il aime s'imaginer être un génie, Hamlet est en réalité très loin d'être un élève raflant bonnes notes et récompenses sans rencontrer la moindre difficulté. Du moins, pas dans les matières faisant appel à autre chose que sa fibre artistique : aussi surprenant que cela puisse paraître, le bougre se révèle d'un haut niveau dès lors qu'il se retrouve avec un appareil photo, des pinceaux ou même un violon entre les mains. Là, vous pouvez éventuellement vous poser la question : comment ce branlos peut-il se montrer aussi bon dans ces domaines ? Hé. Je vous accorde qu'il est déconcertant de le savoir doué tant ses tendances beauf ressortent, mais il faut savoir que sa mère l'a toujours poussé à s'intéresser aux arts.

De fait, si Hamlet se montre talentueux dans le domaine, ce n'est en rien le résultat d'une profonde passion ou même de l'envie de se dépasser. C'est en réalité pour une cause bien moins noble : de son point de vue, l'art ne sert à rien d'autre qu'épater la galerie et se mettre en avant pour impressionner les damoiselles les plus crédules. Même chose pour le sport soit dit en passant : faire mumuse avec une baballe, courir sur des dizaines de kilomètres ou soulever de la fonte ne l'a jamais passionné plus que ça, mais si ça lui permet de jouer le rôle du mâle alpha et d'être relativement bien fait de sa personne, alors vous imaginez bien qu'il ne va pas dire non. En conclusion, Hamlet est tout simplement un type touché par la grâce mais beaucoup trop con pour en faire autre chose que de l’esbroufe. Vous avez envie de lui coller des baffes ? C'est compréhensible.

Mais revenons-en un instant à l'aspect de sa personnalité se voulant extraverti. Si dans le passé William était l'incarnation même du D joyeux, sociable et fêtard et que, quelque part, l'on peut encore deviner des traces de ces aspects en lui, il est difficile de nier que tout cela s'est peu à peu estompé depuis la révélation de la magie au monde entier et l'arrivée d'une certaine vice directrice - qu'il aimerait bien voir crever la gueule ouverte. Assurément, beaucoup de ceux connaissant le jaune devenu rouge avant sa chute le présenteraient comme un individu amical, festif, détendu et très porté sur la déconne. Bref, un bon vivant ne se prenant pas la tête avec les guéguerres du coin. Il n'empêche que son passage chez les E en a fait un élève beaucoup moins paisible, la faute à la vioque qui, à peine débarquée, l'a expédié illico presto dans la classe des perdants. Une condamnation plus que sévère pour un garçon qui n'avait pour seules fautes que d'être un peu trop dissipé et bavard en cours.

Sans grande surprise, la pilule est plus que mal passée et c'est pourquoi un étudiant qui se moquait complètement de la GdC se montre maintenant provocateur et agressif dès lors qu'il croise une cravate violette : il est même devenu courant de le voir fomenter des mauvais coups afin de pourrir la scolarité des A. Ajoutons au tout son insubordination envers le personnel de l'établissement, le tout en prônant un soi-disant côté Pro-E indigné par les conditions que l'on leur impose, et vous obtenez un parfait petit chieur. Mais ne vous y trompez pas : si Hamlet est bel et bien révolté, ce n'est pas pour autant qu'il porte la cause Rouge dans son cœur, pas plus que les Voltors d'ailleurs : ça ne lui sert que de prétexte pour se venger indirectement de cette vieille pétasse imbaisable qu'est Staunton.

Ah, oui, histoire de le préciser, sachez que même s'il n'est pas rare de le voir traîner avec Warren, ce n'est pas pour autant qu'ils sont de grands amis : la pauvre mascotte des E est juste incapable de gérer son "camarade" et se retrouve bien souvent embarqué de force dans les plans tordus - et souvent mal foutus - de celui-ci. Par ailleurs, là où le côté salaud de notre échangeur se manifeste, c'est bien souvent pour faire porter le chapeau aux délégués en racontant aux surveillants qu'il ne fait que suivre les ordres... Le tout en de désignant Warren et le délégué des E comme ses supérieurs directs. Tout ça pour dire que si William était autrefois un lycéen sans histoire, son envoi chez les rouges et la naissance des vautours n'ont fait qu’exacerber ses plus mauvais côtés, au point de le rendre plus rancunier, têtu, égoïste et superficiel que jamais. Ceci dit, comme la superficialité était déjà son plus gros défaut auparavant, le changement est ici beaucoup moins radical.

Aussi, je sais d'avance que vous allez vouloir en apprendre plus ( Ou pas, mais faisons comme si. ), alors entrons dans le vif du sujet. Pour quoi donc l'écarlate se trouve être si porté sur la forme et non le fond ? Vraisemblablement parce qu'il a été élevé dans un monde où tout n'est qu'apparence et faux semblants. Peut-être que sa mauvaise habitude de juger tout le monde à l'emporte-pièce - en allant jusqu'à refuser de traîner avec certaines personnes juste pour ne pas ternir son image - vient de là, peut-être que c'est juste dans son caractère, allez savoir. De toute façon ce n'est pas comme s'il avait besoin de qui que ce soit pour se forger une réputation sulfureuse. Tant qu'à faire, je vous souhaite bon courage s'il vous vient l'idée de lui faire changer d'avis sur votre personne... Même si franchement, je ne comprends pas en quoi l'avis d'un type pareil pourrait vous paraître important.

M'enfin bref, tout ça pour dire qu'au final l'image que ce cher Hamlet souhaite - ou pense - renvoyer n'est pas si importante que cela. Dans le fond, il est avant tout un adolescent paumé cherchant à faire le beau devant un public qui, s'il n'existait pas, le laisserait complètement désorienté. Eh oui, s'il y a bien une chose qui angoisse le beau William, c'est tout simplement la solitude. Avec cette donnée à l'esprit, il devient plus facile de saisir les raisons le poussant à chercher une occupation en groupe dès que l'ennui se fait ressentir, ou même pour quoi il aime tant jouer le charmeur un peu frivole et quelque peu fantasque - quitte à en devenir agaçant pour les plus asociaux d'entre nous.

C'est également cette peur de l'isolement qui le pousse à chercher un sujet de conversation, quel qu'il soit, le silence et les blancs étant pour lui source d’anxiété pour diverses raisons que je n'ai pas envie de développer ici. Pour faire simple, disons que Hamlet déteste ressentir l'impression de perdre son temps, ce sentiment provoquant en lui un effet boule de neige expliquant pour quoi il se montre impatient au point de tout envoyer chier à l'instant même ou quelque chose ne va pas dans son sens. Autre moyen permettant de l'irriter à coup sûr : le mettre face de ses erreurs car, comme dit plus haut, le rouquin est extrêmement borné. Lui faire reconnaître ses torts est donc un véritable tour de force, ce qui montre là encore que plus que n'importe quel autre adjectif, c'est bien celui d'immature qui colle à la peau de ce coureur de jupons incapable de prendre en compte d'autre avis que le sien.

Dans le fond, le plus triste n'est pas ce déluge de travers le rendant profondément imparfait - malgré tous ses efforts pour renvoyer une bonne image, mais bien ce refus de s'accepter tel qu'il est en essayant d'incarner cette image qu'il s'est inventé de l'homme populaire réussissant tout ce qu'il entreprend. Je ne sais pas ce que vous en pensez - et à vrai dire je m'en cogne, mais m'est avis qu'il est toujours dommageable de renier ce que l'on est. Une position qui ne devrait pas vous surprendre plus que ça : après tout, j'ai passé une grande partie de ce descriptif à vous rabâcher que William n'a pas vraiment de goûts propres et se contente d'être bon là où il le peut tout en souhaitant taire ses nombreuses faiblesses.

Alors, à quoi bon cette mascarade ? Qu'est-ce qui le pousse à désirer plaire au plus grand nombre - le tout en se foirant admirablement ? Pas besoin de chercher bien loin : l'écarlate cache tout simplement un terrible secret, une honte qu'il sait impossible à assumer devant le grand public et n'arrive toujours pas à accepter. Oui... Hamlet est bel et bien l'un de ces êtres étranges et craint de tous : un rageux égocentrique otaku !!! .... Bah quoi ? Vous vous attendiez à un truc ultra dark et badant ? C'est ça ouais. Jean-Drama c'est la porte à côté, merci bien.

Mais un instant, j'ai dit otaku ? Hum... Non, en réalité le terme est bien trop gentil. Dans un tel cas de dégénérescence nous pouvons carrément parler d'un putain de weeaboo de merde. Mais si, vous savez, ces dégénérés plaçant plein de suffixes à la con genre " sama / kun / senpai " pour faire genre, idéalisant le Japon - quand bien même ce pays va droit dans le mur - et ne jurant que par les tapis de souris 3d et autres dakimakura à l'effigie de la waifu du moment. Waifu qui, lorsqu'il n'est pas complètement hype par le dernier anime à la mode, se trouve généralement être Yoko Littner, ce qui me laisse croire qu'il semble apprécier les histoires de mecha équipé de foreuse capable de faire la nique à l'univers lui-même. Ou qu'il aime beaucoup les rouquines avec beaucoup "d'arguments". Huuuum... Vérifions cela avec sa seconde régulière. Alors qui c'est ? ... Euh... Erza Scarlett ? Genre, vraiment ? Je... Okay.

Ce n'est donc clairement pas la qualité qui l'intéresse dans un manga, vu l'énorme étron d'où cette miss à gros seins provient. Je me demande comment j'ai pu avoir une once d'espoir te concernant, Hamlet. ( Ah, oui, moi aussi j'adore cracher gratuitement sur les goûts de la plèbe sale et puante des autres. ) ( D’ailleurs, Re:Zero c'est nasse et SAO est l'une des pires daubasses japoniaise qu'il m'a été donné de voir. ) ( Des bisous quand même. )

Mais allez, je vous connais et sens d'ici que vous souhaitez un exemple concret, n'est-ce pas ? Fort bien. Mais attention, cela risque de provoquer chez vous des pulsions meurtrières. Toujours partants ? Aaah, folle jeunesse. Vous ne pourrez pas dire que vous n'étiez pas prévenus. Mais sérieusement, vous êtes sûrs de vous hein ? Oui ? Bon bah alors allons-y Alonso.

Pour se mettre dans la situation, disons qu'une jeune adolescente de 14-15 ans vient de débarquer sur l'île et que cette dernière se trouve être très mignonne. Par tout hasard, disons aussi que cette information parvient aux oreilles de notre ami à la tignasse bordeaux. En tant qu’individu fiable et bien sous tout rapport, ce cher William rétorquera avec désintérêt qu'il se fiche bien de savoir que cette jeune damoiselle existe, comme tout individu de son âge normalement constitué... Sauf que comme nous parlons en réalité d'un type avec un pet au casque, le wapanese Hamuretto vivant en interne hurlera quelque chose comme " Omfg !!! Cette loli est tellement kawaiiiii desuuuu ! Je suis sûr que d'ici 4 ans elle fera une waifu parfaite ! Huhuhuhu ! (⊙ꇴ⊙) ", voilà voilà.

C'était très gênant. Bordel ce que ça fait peur. On dirait un putain de pedobear fiché Ashton. Je dois bien admettre que j'en tremble d'effroi. Heureusement qu'il ne fait qu'envisager la possibilité que la jeune plante devienne une belle fleur dans le futur, car même si ça reste putain de malsain c'est toujours mieux que de vouloir la cueillir avant maturité. Mais tout de même, ça n'en reste pas moins flippant. Bref, évitons de nous enfoncer encore plus dans le malaise, vous avez saisi l'idée.

Bon. À vrai dire, je devais aussi vous parler d'autres aspects de sa personnalité mais j'ai la flemme de développer plus que ça, alors on va faire vite pour le reste, hé.

Tout d'abord, Hamlet est de ces gens incapable de dissimuler leurs émotions : qu'il soit heureux, énervé, préoccupé ou en rogne, son état d'esprit s'affichera comme un livre ouvert sur sa jolie petite gueule. Cette "franchise" involontaire le rend de fait incapable de manipuler qui que ce soit ( Il n'en a de toute façon pas envie. ) et encore moins de masquer sa déception lorsqu'une fille qui l'intéresse réellement le rejette. D'ailleurs, c'est très facile de savoir si une femme lui a vraiment tapé dans l’œil : il suffit de guetter le regard assassin qu'il lancera aux hommes s'en approchant. Ceci dit, quand bien même l'attirance soit réciproque, ça ne mènerait probablement à rien, l'Angelin étant de ces hommes refusant de s'engager dans une relation sérieuse. Pour ce qui est des raisons, nous y reviendrons plus tard dans son histoire. Ou pas. Disons que cela dépendra de mon inspiration et que je vous emmerde.

Pour le reste, l'on peut ajouter qu'il est très observateur, au point d'avoir bon lorsqu'une fille lui pose la question piège " Tu ne remarques rien de différent ???? ", ce qui est, quoi qu'on en dise, un super pouvoir. Alors petit conseil, oubliez l'idée même de vous jouer de lui : s'il ferait un bien piètre menteur, il est en revanche très doué pour déceler les experts dans le domaine : ton de la voix, taille de la pupille, gestuelle, Hamlet repère très vite les contradictions dans les signaux envoyés par une personne et est donc plutôt doué pour démêler le vrai du faux.

Enfin, je pourrais également mettre un peu plus en avant la face sombre du personnage en évoquant, par exemple, l'utilisation qu'il fait de son don pour menacer certains élèves - majoritairement des A, of course! - de leur faire rater leurs examens et ainsi obtenir un peu d'argent facile ou, à contrario, la promesse d'un futur service, mais maintenant que j'y repense, j'ai dit que je voulais faire court avec cette fiche et c'est déjà bien assez long pour un torchon qui se voulait être rapidement torché, alors zut, moi j'me tire voir ailleurs si j'y suis.

Sur ce, niquez-vous bien.
Ici le Narratroll, mais vous pouvez aussi m'appeler Greg. Je suis toujours un vil mâle blanc hétéro cis-moncul niquant des mères et je viens d'une époque où Sega c'était plus fort que toi. C'est Kanba Takakura qui sert d'avatar à mon petit Voltor et franchement, même s'il a fait de la merde dans Mawaru-Penguindrum, il ne méritait certainement pas ce sort, mais que voulez-vous, je suis un être abject. Sinon, mon petit fétiche pervers dans la vie c'est de ne jamais finir mes fiches.






Dernière édition par W. Hamlet Oxford le Jeu 7 Sep 2017 - 7:46, édité 6 fois
Message Dans Re: " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le Ven 1 Sep 2017 - 18:21
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Le paysan, le nazi, le justicier, le narcoleptique.
Masculin Personnage sur l'avatar : Kanba Takakura @ Mawaru-Penguindrum, Wesley MacInnes IRL
Âge, classe & année : 17E7 - non non, ce n'est pas une erreur.

Prism' : 132

Messages : 36
Date d'inscription : 25/02/2016

Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


It's all a lie
So I don't have to try


bla bla bla story bla bla bla






Dance, fucker, dance!
let the motherfucker burn!



Dernière édition par W. Hamlet Oxford le Jeu 7 Sep 2017 - 8:41, édité 3 fois
Message Dans Re: " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le Ven 1 Sep 2017 - 19:13
Just let it rocks
avatar
Autre(s) compte(s) ? : M. Abigail Davis
Féminin Personnage sur l'avatar : Umaru Doma from Himouto! Umaru-chan - IRL : Kiernan Shipka
Âge, classe & année : 14 / D / 3

Prism' : 15

Messages : 114
Date d'inscription : 02/02/2016

Just let it rocks
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


R-R-R-R-RRRREBIENVENUE P'PA

p'têtre qu'on va enfin pouvoir en voir le bout, de ce perso c:
Message Dans Re: " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le Sam 2 Sep 2017 - 11:34
✫ Get on your knees
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Othello ; Théa ; Magnus
Féminin Personnage sur l'avatar : Matsumoto Rangiku (bleach)
Âge, classe & année : .

Prism' : 190

Messages : 48
Date d'inscription : 29/05/2017

✫ Get on your knees
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Grouille toi on attend stp.
Olivia attend aussi un peu *tape du poing*
(Courage pour le reste et re du coup x))

PS : Greenday mdrr j'kiffe beaucoup
Message Dans Re: " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le Sam 2 Sep 2017 - 19:57
Suppléant E ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aisha, Chan, Destiny || Flore
Masculin Personnage sur l'avatar : shouma takakura - mawaru penguindrum
Âge, classe & année : 18 ans 7E

Prism' : 12095

Messages : 128
Date d'inscription : 15/07/2017

Suppléant E ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Zut, Warren va finalement en baver
Du moins si un jour c'est fini :smile:
(courage)


maybe i'm a dreamer, but i still believe i believe in hope, i believe the change can get us off our knees and i believe that everybody can be a great person if they try ©️ by anaëlle.
Message Dans Re: " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le Dim 3 Sep 2017 - 15:51
Get on your knees
avatar
Autre(s) compte(s) ? : non.
Féminin Personnage sur l'avatar : Oc. signé Tnkt & Avatar par Ezrah. ♥
Âge, classe & année : 20 ans, classe A & neuvième année.

Prism' : 896

Messages : 321
Date d'inscription : 27/08/2016

Get on your knees
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Irrécupérable.
Inclassable.

Aboule la suite.




               

    Vous me dégoutez tous avec votre bonheur. Avec votre vie qu'il faut aimer coûte que coûte. Et cette petite chance pour tous les jours, si on n'est pas trop exigeant. Moi, je veux tout, tout de suite, -et que ce soit entier- ou alors je refuse ! Je ne veux pas être modeste, moi, et me contenter d'un petit morceau si j'ai été bien sage. Je veux être sûre de tout aujourd'hui et que cela soit aussi beau que quand j'étais petite -ou mourir.
Message Dans Re: " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le Mar 12 Déc 2017 - 20:06
i can't remember just how to forget
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Lexi, Songli, Wolfy † Niniels
Féminin Personnage sur l'avatar : Kurisu Makise (Steins;Gate) + red head girls || Rose Leslie + Karen Gillan (IRL)
Âge, classe & année : 18 (04/07) • 7B • Astronomie

Prism' : 3457

Messages : 213
Date d'inscription : 18/07/2015

i can't remember
just how to forget
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Hey there.

Du coup, ça fait depuis septembre que la fiche stagne. On te laisse les classiques 10 jours pour finir la fiche comme annoncée ; sinon, on sera obligés de supprimer fiche et compte.

Allez. You can write it.

(Et oui, j'utilise ma rousse pour te dire ça intentionnellement.)


- Memories turn into daydreams
Baby we built this house On memories Take my picture now Shake it till you see it And when your fantasies Become your legacy Promise me a place In your house of memories I think of you from time to time More than I thought I would You were just too kind And I was too young to know That's all that really matters I was a fool × code by lizzou.
Message Dans Re: " T'es comme des pâtes au beurre : t'es bonne mais commune. " - WHO | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «administration :: Présentations :: Fiches en Danger-