predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
Hope for the Hopeless // Etienne




Partagez | 
 


 Hope for the Hopeless // Etienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans Hope for the Hopeless // Etienne | le Sam 16 Sep 2017 - 23:51
★ Délégué B ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Féminin Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin
Âge, classe & année : 20 ans - B - 9ème année

Prism' : 2570

Messages : 482
Date d'inscription : 25/12/2014

★ Délégué B ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Friday, September the 15th.

♡ ft. Etienne Casanova
hope for the hopeless
Elle avait encore cet air perdu sur le visage, le regard perdu entre sa monture et sa trousse entrouverte. Ca lui arrivait de plus en plus souvent, ces genre de blancs, ces moments de déconnexion totale de la réalité. De temps en temps, y avait cette toute petite chose qui attirait son regard et qui lui rappelait Joshua. Un simple rire dans le fond de la classe, un élève qui traverse la cour de l'école quand elle regarde par la fenêtre ou une simple pensée qui vient chambouler son esprit. Son faible sourire disparaît, ses yeux remplit d'intérêt perdent leur éclat et tout à coup, elle a l'air ailleurs.

Ca n'a échappé à personne, bien qu'on n'ose pas vraiment lui en parler. L'anglaise elle-même n'arrive pas à aborder le sujet avec ses proches. C'est compliqué. Elle s'en veut, en plus. C'est sa faute. On va ne faire que lui répéter ce qu'elle sait déjà. Plus gentiment peut-être, avec des gants, mais le résultat sera le même et sa culpabilité ne fera qu'augmenter. Les étés déprimants, ça commençait à devenir une habitude. La dernière fois, c'était quand Il était passé en S. Quand Leann avait enfin réaliser ses sentiments à Son égard. Elle soupire. Ces souvenirs ne cessent de revenir, lui donnant l'impression qu'elle ne sera jamais capable de passer à autre chose. Elle se l'était promis pourtant, après avoir pleuré toutes les larmes de son corps. Elle s'était promis de continuer ce qu'elle avait toujours voulu accomplir, de faire de son rêve d'unité entre mage et non-mage une réalité. Mais malgré sa détermination, elle semblait incapable de réaliser le moindre projet.

Projet… Soudain, elle se souvient qu'elle est en cours. L'étudiante se redresse de quelques centimètres, comme si elle se réveillait brusquement après quelques minutes assoupies. M. Casanova est toujours à son bureau, continuant d'expliquer le déroulement de la fondation de l'Europe, ses iris vertes fuyant le regard de son élève quand elle reprenais conscience. Il l'observait. Se rendant compte que son comportement n'était pas passé inaperçu, la brune se hâta de reprendre ses notes, honteuse.

Il ne fallut pourtant pas longtemps pour que son attention diverge à nouveau. Et bien que la déléguée fasse de son mieux pour faire honneur à son statut de bonne élève, elle ne cessa de rêvasser et brièvement revenir à elle jusqu'à la fin du cours. Et c'est ainsi que lorsque la sonnerie retenti et qu'elle commençait à ranger ses affaire, elle se fit interpeller par son professeur.


I speak in #cc99cc.
Message Dans Re: Hope for the Hopeless // Etienne | le Mar 19 Sep 2017 - 14:40
I am the law.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Colombe V. Spam
Masculin Personnage sur l'avatar : Loki Laufeyson de Marvel
Âge, classe & année : 30 ans Professeur d'histoire-geo

Prism' : 178

Messages : 24
Date d'inscription : 12/09/2017

I am the law.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Drink, speak and listenLeann & EtienneEst-ce que ça vous est déjà arrivé de voir une expression d’un personne dans la foule et de vous dire que vous avez eu exactement la même face à votre miroir a un moment dans votre vie ? D’avoir l’étrange impression de comprendre sans savoir. Effleuré du bout du doigt ce qui se passe. C’est ce qu’il t’arrive en regardant Leann pendant le cours. C’est désagréable comme sensation, car au fond il ne sait rien, mais l’impression est tout de même là sans explication.

Quand son regard croise quelque micro seconde le tien, tu préféré reprendre l’observation de l’ensemble de la classe en continuant sans aucun arrêt son cours. La fixer et visiblement lui prouver qu’elle a retenu ton attention n’est pas forcément l’idée du siècle. Elle ne va visiblement pas bien. Que ça soit ses résultats qui baissent ou son attitude si absente. Soyons honnête Etienne, tu sais parfaitement que même un aveugle pourrait voir qu’elle va mal. Puis il l’a connait en plus.

C’est rare que la délégué ne demande pas le silence quand le bruit ce fait un peu trop présent. Le fait que tu es dû reprendre deux fois les élèves pour ça prouve bien qu’elle n’est pas dans son assiette. Cela fini simplement de mettre une crois rouge sur tes doutes. Elle est ailleurs. Pas ici. Terriblement loin. Avec une personne qui n’est plus là. Il n’aime pas te battre pour ceux qui ne font aucun effort, mais n’apprécie  pas non plus voir sombrer ceux qui en font. Alors, tu vas gratter ce qui ne vas pas pour savoir et au moins commencer à lui faire revoir la surface qu’elle semble avoir définitivement oublié pour le moment. En tout cas c’est ce qu’il te semble.

« Mademoiselle tulipe douce-amère, veuillez rester s’il vous plait. Nous devons discutez. »

Deux ou trois regard sur toi suite à cette remarque, autant de soupire. A croire qu’ils ont espoir qu’un jour tu ne fasses plus cela. C’est amusant à entendre. Tu range toi-même tes affaires, la classe a beau être agréable, pour la suite de la discussion que tu auras avec elle, il vous faudra bouger surement. Puis même, elle ne va pas avoir besoin de tes notes de cours, mais plus d’un bon thé. Une fois tout mis dans ta sacoche tu lèves les yeux vers elle avant d’attraper une chaise et de lui l’installer face à ton bureau.

« Veuillez-vous assoir. Cela ne sera pas très long, mais je pense que cela te fera du bien pour attendre. »

Passez du vouvoiement au tutoiement est ta manière à toi de vouloir la mettre à l’aise. Surtout pour faire une rupture avec le cours qui a eu lieu un peu plus tôt. Créer une proximité propice à une conversation à cœur. En tout cas tu le souhaites réellement. T’asseyant à ton bureau tu places tes main croisées sous ton menton en continuant de la fixer avec la plus grande attention, attentif à la moindre de ses mimiques.

« Souhaites-tu parler de ce qui empoisonne ton esprit devant un thé ou préfères-tu un chocolat chaud ? »

Car après tout, comment vraiment parler au une personne sans avoir de quoi réchauffer la gorge quand nos soucis nous glace le sang ? Tu ne lui laisse pas vraiment le choix. Cela dépasse certainement tes fonctions de professeur, toutefois tu n’en as cure.
© 2981 12289 0
Message Dans Re: Hope for the Hopeless // Etienne | le Jeu 21 Sep 2017 - 0:08
★ Délégué B ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Féminin Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin
Âge, classe & année : 20 ans - B - 9ème année

Prism' : 2570

Messages : 482
Date d'inscription : 25/12/2014

★ Délégué B ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


[quote="Leann De Laine"]
Friday, September the 15th.

♡ ft. Etienne Casanova
hope for the hopeless
Elle ne peut s'empêcher de baisser la tête, honteuse, à l'appel de son professeur. Les joues légèrement rosées par la gêne d'être retenue en fin de cours pour son comportement, Leann se dirigea d'un pas presque tremblant vers le bureau de M. Casanova. Il avait cette carrure assez impressionnante, de celles qui force le respect des élèves, une sorte de charisme naturel qui résidait plus dans son regard sombre que dans sa stature, ce petit quelque chose dans son expression qui mettait au pas.

Un peu comme Joshua.

Elle ravala sa salive à cette simple pensée, s'asseyant en un geste tendu sur la chaise qu'on lui montrait. La déléguée était sur le point d'immédiatement formuler ses excuses quand elle remarqua cette petite différence dans les mots de son professeur. Ce passage discret mais néanmoins présent de son vouvoiement habituel à un tutoiement qui sonnait si étrange dans sa bouche. Intriguée, elle osa pour la première fois croiser son regard, les prunelles verdoyantes de la jeune femme rayonnant d'une curiosité soudaine.

C'est étrange pour quelqu'un comme Leann, si respectueuse de l'autorité, qui se tient à distance hiérarchique suffisante de ses professeurs. Elle est toujours resté tellement scolaire, tellement dans les droites lignes de ce qu'on lui a appris que ce genre de rapprochement soudain la trouble. Que peut-on lui vouloir? De quoi peut-il bien s'agir? Est-ce une mauvaise nouvelle qu'on veut lui annoncer sur un ton plus paternaliste? Un instant, elle se demande si ses résultats n'ont pas trop chutés, si elle va se retrouver en C. Ou qui sait, depuis le temps qu'elle a pas eu de nouvelles d'elle, peut-être que sa mère à un problème. Déjà, la paranoïa s'empare de la brune qui s'imagine le pire : hospitalisation, accident, maladie grave? Ses muscles se crispent, de son dos à ses doigts qui s'enroulent les uns autours des autres, juste là sur ses genoux.

- Souhaites tu parler de ce qui empoisonne ton esprit devant un thé ou préfères-tu un chocolat chaud?

Elle jauge l'homme déconcertée, prenant quelques secondes pour analyser son expression faciale afin de déterminer le degré de sérieux de la question. Elle l'était.  Son premier réflexe, relever ses mains, amorçant un signe de refus mal à l'aise. Ses yeux ont déjà fuient ceux de l'historien et ses jambes se sont déjà resserrées dans un mouvement de repli spontané. Mais quelque part dans son cœur, y a cette partie d'elle-même qui a besoin de se confier à quelqu'un. Quelqu'un d'autre qu'un lézard dont le comportement plus qu'aléatoire ne fait que renforcer le sentiment d'incompréhension qui envahit l'anglaise. Lentement, ses mains retombent sur ses cuisses, elle pince ses lèvres et son expression se transforme en quelque chose de plus calme. Une sorte de masque de sérénité qui cache assez mal la période difficile qu'elle vit depuis plusieurs mois.

- … Un thé s'il vous plait.

Elle n'ose pas vraiment reprendre la parole, s'exprimer dans l'immédiat.  Tout ça est resté caché trop longtemps pour qu'elle arrive à mettre les mots sur son problème. C'est sentimental, c'est assez gênant d'en parler avec un référant. A plusieurs reprise, elle ouvre la bouche, prend une grande inspiration puis la referme. Ses pupilles se baladent alternativement entre le professeur, son bureau et ses chaussures dans une danse presque régulière. C'est quand sa boisson arrive que Leann s'essaye finalement à parler.

- C'est … c'est assez personnel à vrai dire, je ne sais pas si… si c'est très pertinent d'en parler avec quelqu'un comme vous, commence-t-elle d'une voix posée. Vous avez probablement mieux à faire que d'écouter les peines de cœur de vos élèves.

Court silence. L'anglaise inspire profondément l'odeur boisée qui se dégage de l'infusion, les yeux fermés, comme si elle aillait y trouver les mots de sa confessions. Elle qui était pourtant toujours si sentimentale, elle semblait incapable d'ouvrir son cœur à qui que ça soit.

- Ca n'excuse en rien mon comportement en cours, mais … comme vous le savez sûrement, il s'est passé beaucoup de choses cette année, commençant par mon changement de don d'ami imaginaire à clairsentience, puis mon changement de filière en mars et … plus récemment je… Enfin depuis un peu plus d'un an je … je fréquentais Joshua Pierce, en 10 A Physique et…

C'est finalement plus dur que ce qu'elle pensait. Elle lâche un soupire saccadé, pense une seconde à poser la table sur le bureau et s'enfuir, puis revient finalement à ses esprits avec un comportement plus mature.

- Disons que nous étions en mauvais terme quand il est parti par ma faute. Il   … ne veut plus entendre parler de moi. J'ai dit quelque chose que je n'aurai pas dû et il n'a pas accepté mes excuses.

L'anglaise à beau essayer de se retenir, mais elle sent ses yeux qui se mettent à rougir et des spasmes nerveux sur son visage. Elle ne pleure pas, pas encore, mais elle a de plus en plus de mal à s'exprimer.

- C-c'est … C'est tout… J-je sais que c'est ridicule… et que… que je devrai pas… être dans cet état-là pour ça mais je… j'arrive pas à… je ne sais pas… si c'est juste que je continue de m'en vouloir ou … ou si j'aimerai lui en vouloir à lui… ou que je… je n'arrive juste pas à avancer…



I speak in #cc99cc.
Message Dans Re: Hope for the Hopeless // Etienne | le Sam 23 Sep 2017 - 9:40
I am the law.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Colombe V. Spam
Masculin Personnage sur l'avatar : Loki Laufeyson de Marvel
Âge, classe & année : 30 ans Professeur d'histoire-geo

Prism' : 178

Messages : 24
Date d'inscription : 12/09/2017

I am the law.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Drink, speak and listenLeann & EtienneElle souhaite fuir. Il ne faut pas être un génie pour le voir. Instinctivement tu as invoqué petite fée capucine à qui tu indiques de refermé la porte. Ce qu’elle effectue contre un tic-tac à la menthe avant de se poser sur le bureau pour observer tout ce qui allait se passer. Les émotions fortes attirent les fées. Elles communiquent ainsi la plupart du temps après tout. Leann est une boule d’émotion pour elle. Comme un énorme être de chair qui allait raconter tout une histoire.

Sa reddition pour accepter ton thé ne fait que renforcer ton idée qu’elle touche beaucoup trop le fond pour son propre bien. Reste à voir si elle en parlera ou restera la bouche close devant sa tasse. Parce que ça aussi cela peut parfaitement arriver. Avoir le droit à ce silence long et gênant. Attendre que l’autre parle. Laisser les minutes s’écouler, mais ne rien voir venir dans un sens ou dans l’autre. Avoir seulement deux tasses pleines de thé qui refroidisse pendant qu’une luciole vous guette.

C’est un scénario que tu as imaginé. Plusieurs fois. A chaque fois que tu proposes un thé ou un chocolat à un élève pour discuter quand il a l’air au bout du bout. Ou simplement complétement ailleurs comme là tout de suite. Quel part cela fait partie de ton job, mais pas seulement. Enseigné fait bien partie de ton travail et pourtant tu as baissé les bras pour ceux qui ne travaille pas vraiment de base. Ce n’est pas une obligation quelque part. C’est juste mieux.

Ce n’est pas important que tu es imaginé ce que ça aurait pu donner, cat ce n’est pas arrivé. Avec des si on referait le monde et tu serais bien loin d’ici. Elle semble à nouveau être perdu et tu en profite pour faire chauffer un peu d’eau dans une bouilloire qui ne quitte au final pas vraiment la salle. Le thé est vraiment mieux que le chocolat chaud pour le coup. Le chocolat à l’eau à un sale gout qui ne réconforte pas vraiment. Les yeux fermés tu attends, mais seul le silence est là, comme en attente. Pas comme, c’est une attente.

Le léger bruit de l’eau qui frémis te fait rouvrir les yeux et attraper rapidement deux tasses et des sachets de Earl Grey, tu ne demandes même pas, c’est le plus passe partout que tu trouves dans ce genre de situation. Alors que la machine se s’arrête dans un léger bruit de bouillonnement tu te dépêche de servir l’eau puis de lui mettre la tasse sous le nez. Prêt du nez pour que l’odeur la réveille un peu. Lui fasse surtout reprendre un peu place dans la réalité et arrête de jouer au poisson hors de l’eau avant de t’installer à nouveau face à elle. Même si elle a plus de grâce qu’un poisson, les mots ne sont tout de même jamais sortit de sa bouche à chaque ouverture alors que tu préparais le thé.

Il semblerait que la boisson fut son déclencheur qu’elle avait besoin. Enfin sa voix se fait de nouveau entendre. Elle tes referais presque rire jaune avec ses mots, mais tu gardes tes répliques ironique en toi. Tout le monde, qu’importe son empathie ou sa dévotion à mieux à faire que d’écouter les blessures de cœur d’une personne. Absolument tout le monde à mieux à faire que cela et pointer le doigt dessus ne changera rien. Le tout est de savoir si cela en vaut la peine ou non. La laisser crever comme une plante à qui on ne donne plus d’eau ne te dit absolument pas. Pas alors qu’elle pourrait être une si belle tulipe et pas un bout d’herbe séché.

Dans ses mots tu le vois qu’elle est au bord des larmes et ta fée se met en mouvements vers elle. Trop d’émotion pour qu’elle ne soit pas complétement attiré par celle-ci et lui donne des sorte de baiser papillon au coin des yeux comme pour en faire sortir les larmes traites qui s’y cache. Tu sais aussi qu’au la première goute qui sortira que le petit être l’attrapera et la boira d’une traitre. C’est ainsi qu’elle fonctionne, mais tu n’as pas le temps pour cela. Tu sors ton sachet de thé de ta tasse pour le mettre dans une petite coupelle et avec le même ton doux que celui que tu utilises pour raconter des histoires avant de dormir à Mélusine tu lui réponds.

« Avec des si on referais le monde. Tu aurais encore ton ancien don. Tu serais encore avec lui. Tu ne lui aurais jamais dit de mot que tu regrettes. On n’aurait jamais été découvert. Il n’y aurait que la paix dans le monde. Le ranker n’aurait pas créé autant de chaos. Tu serais peut-être sortit avec une autre personne. Et, au final, eu une vie complétement différent. Jamais on n’aurait eu cette discussion et tu ne serais pas là devant un thé pour parler de cela. Avec des si tu aurais eu le cœur en cage et tu n’aurais connu cette douleur que celle que tu ressens. Peut-être même tu ne saurais pas qui il aurait été. »

Parce qu’on passe tous par cette phase de mille et un regrets. Est-ce que le monde aurait été autrement si j’avais agis d’une autre façon ? Est-ce que je suis responsable pour ne pas avoir fait les bonnes choses ? Est-ce que si je tente de réparé les pots casser maintenant c’est une bonne chose ? Est-ce que ce n’est pas déjà trop tard ? Est-ce que je si je laisse passé du temps ? Est-ce que si je lui avais dit ça avant cela aurait été mieux ? Si je me l’étais fermé ce jour-là on n’en serait pas ici ? Cela empoisonne l’esprit peu à peu si on se laisse envahir.

« Qu’est-ce que tu aurais tant voulu lui dire ? Qu’est-ce que tu as gardé autant en toi pour te faire autant du mal de ne pas l’avoir sorti ? Est-ce si important que tu oublies de vivre ? »

Tu n’es pas son ex et tu ne le seras jamais, mais le dire pourrait peut-être lui faire lâcher un poids dans sa poitrine. Sa situation ta rappelle encore une fois pourquoi tu hais tous ses couples. Leurs niaiseries te renvoient à la tête ta propre solitude et la chute au final qui arrive toujours à un moment ou un autre est juste horrible à voir. Comme la tienne. Ta fée viens s’agiter vers toi, trop d’émotion autour pour qu’elle reste tranquille.

« Pour qu’une dispute est lieu il faut que les deux partie soit en fautes. Tout le monde à sa part de responsabilité dans ce genre de cas, sinon c’est une attaque et non une dispute. L’un plus que l’autre à certainement les tords dans une rupture de couple, mais c’est l’ensemble des deux ensemble qui se détruit. Alors ne pas lui en vouloir est simplement ne pas voir ses propres erreurs et te replier sur les tiennes. »

Puis instinctivement et avec beaucoup de prudence, car ça pourrait aussi expliquer son état. Que cela demandera des mesures différent en plus tu lui demande l’une des raisons qui pourrait aussi selon toi faire que ça la touche autant. Qu’il est important si ce n’est pas le cas d’éloigné aussi cette possibilité.

« Est-il possible que tu sois enceinte et que cette situation te retourne encore plus ? »
©️ 2981 12289 0
Message Dans Re: Hope for the Hopeless // Etienne | le Lun 25 Sep 2017 - 23:58
★ Délégué B ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Féminin Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin
Âge, classe & année : 20 ans - B - 9ème année

Prism' : 2570

Messages : 482
Date d'inscription : 25/12/2014

★ Délégué B ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Friday, September the 15th.

♡ ft. Etienne Casanova
hope for the hopeless
Tu ne remarques pas son regard légèrement agacé quand tu parles, mais tu fini par réagir quand la petite créature invoquée par ton professeur se pose sur ton visage rougit par les émotions. T'as jamais vraiment aimé ses créatures, trop influencée par les Chroniques de Spiderwick dans ton enfance pour ignorer le folklore qui les entoure, assez éloigné des embellissement de Walt Disney. Alors tu plisses les yeux, rebuté par la présence de ces petites choses envers lesquelles tu es si suspicieuse. T'écoutes attentivement les mots de ton professeur, t'abreuvant de ses conseils. Il fait tellement d'hypothèse que tu ne peux même pas imaginer, des choses qui te paraissent tellement insensée, mais t'as l'impression que petit à petit, ça te fait relativiser. Si tu ne t'imagines pas ne pas l'avoir rencontré, tu n'imagines pas avoir un jour aimé quelqu'un d'autre que lui et tu trouves ces deux idées terrifiantes. Sa présence depuis six ans, bien que longtemps amicale, t'as toujours largement influencé. T'aurai jamais été la personne que tu es aujourd'hui sans lui. T'aurais jamais réussi à faire tout ce que t'avais fait, tu serai resté cette personne bien trop timide pour faire quoi que ça soit, et au fond, tu préférais probablement la souffrance que tu vivais aujourd'hui à l'idée de ne jamais l'avoir rencontré.

C'est surtout sa question suivante qui te perturbe, pourtant. Qu'est-ce que t'aurai voulu lui dire de plus? Qu'est-ce que tu te reproches vraiment? Qu'est-ce que tu aurais pu faire de plus? Tu retournes le problème, mais tout à coup, tu te rends compte que tu as déjà été au bout de tes possibilités. L'origine de la dispute venait peut-être de toi, de ton reproche sur son manque d'engagement, mais au final, t'avais fait tout ce que tu pouvais. Avais-tu réellement des regrets à avoir sur ce qu'il c'était passé ce jour-là? Avais-tu vraiment encore besoin de pleurer les décisions que tu avais prise? Ce que tu avais fait était-il si grave, méritant la punition que tu t'infligeais actuellement? Peut-être pas. Peut-être qu'après tout, tu avais toujours eu le droit de dire ce que tu pensais de son inaction, et ce même si cela ne correspondait pas à son mode de fonctionnement. Peut-être que Piercy, lui le premier, n'aurai pas dû réagir comme ça? Peut-être qu'au fond, tu n'étais pas la plus fautive de l'histoire. Peut-être qu'en fait, tu n'avais pas à pleurer.

Tu lèves mollement la tête vers Etienne qui semble avoir du mal à comprendre comment tu as pu te mettre dans cet état. Sans non plus avoir l'air sincèrement inquiet, son visage affiche néanmoins une expression tout à coup plus concernée.

- Est-il possible que tu sois enceinte et que cette situation te retourne encore plus?

La seconde d'incompréhension pendant laquelle tu te demandes si tu as bien entendu ce que tu as entendu passée, tu piques un fard. Le sujet était tout à coup devenu tout ce qu'il y a de plus embarrassant. Rouge comme une pivoine, tu passes tes mains sur tes joues brulantes et plante à nouveau ton regard sur les bottines de ton uniforme avec un bégaiement gêné.

- C-comment- euh - non - bien sûr que non! Je- j'ai encore mes études et - je - enfin non! Impossible !

Le fait qu'il évoque cette idée te déstabilise énormément. Tu te caches de longues secondes derrière ta tasse de thé, avalant presque d'une traite le contenu du mug. Le regard toujours fuyard, ça t'a tout de même donné le temps de reprendre tes esprits.

- En fait, je pense que c-c'est surtout l'enchainement des évènement qui a … enfin qui m'a tant retourné… plus que … ça. Enfin.

T'avais pas vraiment envie de parler beaucoup plus de ça. De la façon dont tout s'était précipité récemment, de ton entraînement suite à ton changement de don qui t'a fait voir de moins en moins de gens pour ne pas changer de classe, de ce renouveaux de camarades en milieu d'année suite à ton passage en droit, de la quantité de travail que t'avais du abattre pour rester au niveau, de l'impression de solitude que t'avais depuis le départ de ton ex-petit-ami. Il n'y avait finalement beaucoup trop de choses en même temps.

- Je pense que … j'ai essayé d'en faire trop pour rester à niveau, et que c'est arrivé au mauvais moment. Avec tout le travail que j'avais pour rester en B en changeant de don et spécialité, je pense que c'était un peu la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Surtout pour des bêtises comme une simple histoire de piaf, finalement. C'est bien une dispute stupide.

Tu ris nerveusement, essayant de dissiper ton malaise. Moins de temps tu resterai ici, plus vite tu oublierai cette phase de remontée émotionnelle qui venait de te saisir. Car tu savais que ce soir, quand tu regarderai bêtement le plafond dans ton lit pour trouver le sommeil, tu t'en voudrait déjà d'avoir accordé tant de pensées à ce moment, et que tu te remettrai à déprimer aussi sec.



I speak in #cc99cc.
Message Dans Re: Hope for the Hopeless // Etienne | le Lun 2 Oct 2017 - 22:33
I am the law.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Colombe V. Spam
Masculin Personnage sur l'avatar : Loki Laufeyson de Marvel
Âge, classe & année : 30 ans Professeur d'histoire-geo

Prism' : 178

Messages : 24
Date d'inscription : 12/09/2017

I am the law.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Drink, speak and listenLeann & EtienneRouge est une belle couleur. Enfin plus le rose particulier que prends les joues, enfin l’intégralité du visage même, sous l’effet de ta dernière question. La gêne des gens est toujours des plus plaisantes à regarder. La voir sans en être victime un petit plaisir solitaire pour le coup. Ta fée semble apprécier ses émotions qui se lisent sur son visage pour s’approcher un peu plus de ce dernier. Même si tu as clairement vue de la gêne par rapport à la petite créature tu ne l’as rappel pas. Avoir un point de distraction même déplaisant est bon pour ne pas se laisser à trop déprimé.

Un léger rire le prend après sa mention du mot impossible. Ce n’est pas comme c’était si improbable que ça comme situation ou bien si des accidents n’arrivaient pas régulièrement, et ça même en se protégeant. Alors de la part d’adolescent tout est tellement possible, quel que soit leur sérieux. Dans tous les cas ça la rassurait pour elle. Une grossesse juvénile, même avec ses vingt ans, seule ou encore supporter un avortement avec en plus un conflit avec le père dans la balance n’est jamais évident.

« Respire. Je n’aurais pas jugé. »

Le commentaire avait été à peine soufflé pour la laisser continuer en paix sans qu’elle ait besoin de forcément y réagir. Tu l’écoute simplement pour la suite. L’enchainement a été assez rude pour elle. Le changement de don toujours éprouvant, surtout avec l’objectif de rester en B. Le travail demandé est éreintant et il veut bien imaginer sans peine que ça l’a coupé du monde pour le faire. Surtout en fin de scolarité alors que le pouvoir devrais être maitrisé pour une élève de sa classe. Le changement de filière à cette période-là avait encore plus donné d’effort en plus de ça. Beaucoup de travail qui avait porté leurs fruits vu qu’elle était encore en B, mais le prix à payer a été important aussi.

La rupture avec son copain avait fini de mettre un coup dans sa santé psychique bien fatigué par tous ses efforts et mis déjà à rude épreuve. C’était désolant ce genre de chose. Voilà vraiment une autre des raisons pour lesquels les relations de couple te sortent par les yeux, les tensions d’une paire sont la meilleure façon de faire plonger une personne déjà fatigué par les épreuves de la vie de façon générale. Il a une pensée pour sa sœur qui au départ de Julie lui avait dit « Tu sais, un couple c’est résoudre à deux des emmerdes qu’on aurait jamais eu tout seul, c’est mieux qu’elle dégage, moins de merde pour toi. ». Tellement vrai.

Comme elle semble avoir fini d’épancher son cœur avec ses mots pour tout de suite il te semble être le bon moment pour enchainer. D’un geste habille tu lui donne une pichenette sur le nez avant de prendre la parole.

« Si c’était si stupide que ça comme dispute et qu’il ne souhaite plus réentendre parlé de toi, c’est simplement qu’il n’en vaut pas la peine. Quand on est adolescent on croit trouver le grand amour, que c’est le seul, l’unique, qu’on va se marier avec, habiter ensemble, avoir des enfants, des animaux, une vie heureuse et tout le tralala qui vas avec. Même sans être naïf on a tous ce stupide espoir que ça fonctionne. »

Tu ne le sais que trop bien, beaucoup trop bien.

« Ça fait rire quand ça arrive aux autres, mais quand ça nous arrive c’est plus la même. Seulement la réalité du monde est souvent bien plus moche. Au moins même si la rupture est rude et les regrets présent ça vas finir par passé et tu passeras a autre chose. Le plus vite ça sera le mieux pour toi. Puis c’est toujours mieux que de te laisser seul avec un gamin sur les bras pour partir s’occuper d’un orphelinat à l’autre bout du monde avec une autre. »


Tu tentes de faire un peu d’humour. C’est tellement bateau que tu secoues la tête de dépit envers toi-même de façon un peu théâtrale.

« Dans tous les cas tu ne peux plus revenir en arrière et il ne te reste plus qu’à te tourner vers l’avenir. Même si je ne pense pas que les Colombes soient l’avenir, mais si tu baisse toi-même les bras, tu les laisses tomber par la même occasion et ta dispute avec ton ex en sera encore plus inutile. »

Tu n’aimes pas encourager son combat pour les piafs, mais il faut aussi qu’elle aille de l’avant.
©️ 2981 12289 0
Message Dans Re: Hope for the Hopeless // Etienne | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «établissement :: 4ème étage :: Salles de cours des B-