predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
NO CHURCH IN THE WILD




Partagez | 
 


 NO CHURCH IN THE WILD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans NO CHURCH IN THE WILD | le Mer 18 Oct 2017 - 16:01
avatar
Autre(s) compte(s) ? : x
Masculin Personnage sur l'avatar : sharrkan - magi
Âge, classe & année : 20 D 9

Prism' : 25

Messages : 1
Date d'inscription : 11/10/2017




JALEL

jalel zakariah benjeddi shakur, vingt ans, classe d, adhérant kiwi, neuvième année, kabyle, né à béjaïa en algérie.

griffes rétractiles. il y a trois raisons pour lesquelles personne ne fait chier jalel. elles sont longues, très bonnes, et si tu les multiplie par deux, ça fait six lames de dix pouces dans ta face. si t'es pas doué en calcul, dis-toi que jalel c'est wolverine venu d'orient. et c'est le sbeul quand il dégaine.

prolongement des métacarpes au délicieux goût de fer, les jolis bébés feraient un bruit de chaton broyé en passant à travers ta carotide. heureusement jalel préfère les utiliser pour retourner les merguez et grinder la bonne herbe. afin de les garder bien tranchantes, il les affûte sagement chaque jour, et prie le seigneur pour que ce soit pas sur ton crâne.

loin d'être artisan coutelier, monsieur ne fait pas dans la dentelle et embroche les éventuels dindons qui lui causent du souci avec une déconcertante facilité. ça passe à travers un arbre comme dans du beurre ou dans ta tête, le tout sans aucune résistance à l'air. d'ailleurs le seul poids de la lame sur ta peau ferait une entaille souvenir bien sympa. malheureusement, ça fait bobo quand ça sort, et ça saigne c'est assez dégueulasse. parce qu'il faut souffrir pour avoir la classe.

sinon il peut faire la même avec les pieds, mais ça sert surtout à niquer la nouvelle paire.
jalel est capable de craquer tous les os de son corps d'un seul mouvement - il s'est décoloré parce qu'il a perdu un pari et déteste ça très fort - il mange tellement épicé qu'il sue par tous les pores à chaque gueuleton - la bouffe est d'ailleurs son principal centre d'intérêt - si tu veux faire copain copain, barbecue - ses lames s'émoussent extrêmement vite et c'est leur plus grande faiblesse - il fume de tout - et revend le meilleur hasch de prismver - il déteste l'alcool de toute son âme - il a quatre sœurs,
deux petites et deux plus grandes, encore pires que lui - elles lui ont appris le respect des femmes - ça reste un fuckboi incapable d'avoir une relation stable avec qui que ce soit - mâle alpha dans l'âme mais prêt à déconstruire sa masculinité - daddy issues très destructrices - il déteste la médecine occidentale et vous ne le verrez jamais à l'infirmerie même s'il se pète les deux bras - il écoute principalement des chants kabyles et de la techno - gros teufeur, tu le verras souvent en festival près du mur de son
il n'aime ni le rap ni ses sous-genres - c'est un passionné de cartes à jouer et de tours de magie - jamais tu le verras dépenser un centime dans une grande surface, le vol c'est la vie - il est très respectueux de ses aînés et ne lève jamais la voix devant un membre du personnel - fan de bmx et autres deux roues - déteste avec passion la télévision - dort beaucoup trop et ne loupe ses 8h de sommeil sous aucun prétexte - les seules fois où il arrive à l'heure c'est à midi à la cafet - il a longtemps pratiqué la boxe - s'il en a déjà possédé, il ne s'est jamais servi d'armes à feu, ça lui fout les foies - c'est un lecteur assidu, surtout de poésie - c'est le mec le moins matérialiste du campus et il prête toujours ses affaires au premier clampin - la seule chose qu'il partage pas c'est la bouffe - il ne s'énervera jamais contre un gosse - il les adore, il y peut rien - spécialiste des pokémon, il est incollable sur la stratégie - il n'a jamais porté une seule marque - il veut découvrir le monde et ne sera pas sédentaire après son diplôme
Une putain de bête sauvage.
Voilà, vous avez le topo. Jalel est juste un gros animal en liberté, et je vais pas vous rassurer des masses en vous disant qu'il est armé et dangereux.

Pas qu'il soit taré, débile, atteint de dysfonctionnement cérébral ou qu'il lui manque un chromosome. Jalel est un pur concentré de violence qui vous explose à la gueule si vous ne savez pas vous y prendre.

Converser avec Jalel sans le connaître c'est un peu comme manipuler une bombe à fragmentation, marcher dans un champ miné ou jouer à la roulette russe. On sait jamais quand ça va péter. Sachez que vous seriez fort aise d'avoir un Jalel dans votre camp. Car en général, s'il n'est pas avec vous, il est contre vous. Et nous ne voulons pas ça.

Dès l'instant où vous coupez le mauvais fil, c'est fini. Il vous déchiquète. Comme ces gros chiens tantôt amorphes tantôt tueurs qui végètent dans les patios des riches. Sauf que Jalel est pas riche. Mais alors pas du tout. C'est sans doute le fait d'avoir trimé la gueule dans la panade le plus clair de ses jeunes années qui l'a rendu nerveux. Jalel connaît la précarité, connaît le bas de l'échelle, et il préfère crever que de s'y repointer un jour.

On ne parle pas la langue de Jalel sans s'y connaître un peu en inégalités sociales. Le gredin vient d'un quartier sensible, comme disent les blancs dans les reportages, au fin fond d'un bled algérien, bien loin de la côte où les salauds de touristes se dorent la graisse en sifflant des cocktails dégueu.

Jalel on la lui met pas à l'envers. Il a du batailler ferme pour sauver sa peau. Il a foutu les mains dans la crasse, les pieds dans la mort, les dents dans le sang et la gueule dans le sale. Jalel a longtemps eu la misère pour seule petite copine. Il a fait face à la méchante réalité du tiers-monde, piétiné par des colons qui n'ont toujours pas cessé de s'en mettre plein les fouilles. Et c'est pas joli joli, j'te le dis à toi, petite baltringue capitaliste lovée dans ses Santoni et enfarinée à Fenty Beauty.

Mais Jalel, du reste, s'en fout éperdument que tu jettes tes biftons par la fenêtre. Il est blasé et ne croit plus en rien. Il milite pas. Il cause pas. Il espère pas. Il n'a aucun noble dessein dans lequel investir son temps et sa formidable énergie. Amer au possible, il se marre en tirant sur le spliff, en tirant sur la corde raide à laquelle il ne sait pas s'il faut s'accrocher ou se pendre. Il sait qu'au fond les pauvres sont pareils que les riches. Et s'ils étaient à leur place, ils seraient peut-être pires.

Jalel est un pragmatique. Il a eu tout le temps de voir le dessous des cartes. Pas de jugement ni rien, il n'aura jamais la bêtise de vous reprocher votre train-train, vous vivez votre petite vie. Après, si vous jouez les fouille-merde dans la sienne, c'est son poing dans les gencives.

Jalel a la sale manie de frapper le premier et sans échauffement. Jalel est brute de décoffrage. Parce que Jalel, en plus d'être fier, est un prédateur. On lui a appris à partir au quart de tour pour éviter d'y rester. Quand il tue, c'est par nécessité : l'homme, le vrai, l'animal conscient, il tue par plaisir. Et c'est bien le seul. Heureusement pour vous, Jalel est pas comme ça. Jalel il a une éthique, il frappe pas dans le dos. Même s'il vaut pas grand chose, il vaut mieux que ça.

Je vous rassure, il est loin pour autant d'être un enfant de choeur. Il s'y connait en principes à la con, qu'il évite soigneusement. Jalel ce qui le fait marrer, c'est que la plupart des gens qui l'entourent s'obstinent à croire aux grands préceptes moraux qui servent à les enculer à ceux même qui les gouvernent. Les grands aphorismes style "la vie n'a pas de prix"... Ah, les occidentaux. Quelle bonne blague.

Philosophiquement plutôt que par religion, Jalel est musulman. Ca fait partie de lui. Pas qu'il croie en Dieu ou des conneries du genre. L'être humain s'est inventé un être supérieur à son image, et cet être change d'aspect de continent à continent. Pour certains c'est une statuette sur une commode. Pour d'autres un connard sur une croix. Les religions se valent toutes, ont toutes les mêmes massacres dans leur patrimoine, et on lui fera jamais courber l'échine devant un tapis face à la Mecque. Tout ça, il l'a envoyé chié malgré les coups de martinet qu'il s'est mangé. Il se revendique pourtant de foi musulmane en mémoire de sa mère. Même si c'est une connerie, même s'il sait que c'est triste, c'est la seule chose qu'elle lui a laissé, et Jalel chérit les souvenirs. Les tributs du passé.

En tout et pour tout, Jalel est un battant. Si rien ne saurait le détourner de la désillusion, il lui reste encore les fruits de la colère, mûrs à point et plus juteux que ta tête écrasée dans le sang. Jalel couve une rage si dense qu'elle pourrait bien éteindre le soleil si jamais il entrait en collision avec. Une rage sans père ni mère, une rage apatride, arrachée à son sol et à toute forme de raison. Ne jamais sous-estimer la rancoeur qui pourrit.

Et pour ceux qui se demandent, S'il se retrouve en D chez les bras cassés, c'est qu'il n'a absolument rien à foutre de sa scolarité. La politique du pensionnat, les gueguerres à tour de bras, ça lui a toujours filé la chiasse, et courir après le grade c'est bon pour les chiens de la casse.

Dédicace à tous mes srabs.

I don't really care if you cry
On the real, you shoulda never lied
Shoulda saw the way she looked me in my eyes
She said: "Baby, I am not afraid to die"

Il regardait la courroie se lever et s’abattre dans un mouvement mécanique. Un certain relâchement dans les coups trahissait la fatigue, la rétroaction des trois verres de liqueur, ou le simple ennui.

Ses dents se serraient. Il n’était plus question de résister aux morsures répétées de la lanière, mais bien de bomber le dos, garder la bouche et les yeux fermés, et attendre que la douleur passe le seuil de tolérance. Enfin ses nerfs succomberaient à la divine délivrance. Fondu au noir.

Il se réveilla en sursaut, à plat ventre sur le canapé, l’estomac entre deux coussins. Un éclair lui parcourut la colonne vertébrale alors que ses yeux gonflés gravitaient, se perdaient dans les lignes du salon, pour enfin rencontrer un visage qu'il n'associait pas au danger.

- Jalel, pardon. Une voix fluette s'éleva dans les ténèbres. Sa soeur n'osait plus l'approcher. Rien de ce qu'elle pouvait dire ne rendrait les choses meilleures, mais au moins, elles ne pourraient pas être pire.

Le garçon ne lui répondit pas et laissa retomber sa tête comme un ballon de foot.

Toujours la même histoire.

Un papa imbibé, une maman en photo sur le buffet en ébène, une baraque insalubre avec un toit en tôle sur lequel tape le soleil de Béjaïa, et qui arrose tout ça pire que l'alcool fort. C’était un tous les jours peint au couleur du sang, neuf et vineux, qui coulait de son dos rompu par cette ceinture, ou cette branche, ou ce n'importe quoi à même de frapper que son père se trimballait dans toute la maison, déambulant avec peine. Parfois il disparaissait. Ça durait des jours, des semaines. Il priait devant le portrait de sa mère pour qu'il lui soit arrivé un accident, pour qu'il soit mort, enfin. Mais il revenait toujours. Comme une marée.

- Vas-y, répète ça à ton vieux, petit enfant de putain.
- Tu la touches pas.


Le premier choc est toujours le plus dur. C'est le signal qu'il faut immédiatement passer en mode cuirasse. La bouteille éclata sur son crâne et il crut tanguer pour de bon.

- Qu'est-ce que t'as dit, j'ai rien entendu.
- Tu la laisses...


Il attrapa le garçon et le fit rouler comme une balle dans les débris de verre. Les coups de pieds fusèrent comme des comètes alors que l'enfant se tordait, démantibulé, crachant la bile sur le parquet. Le paternel vacille, tout à coup silencieux, dégoûté par la vue de son rejeton à moitié crevé, s’accrochant lamentablement à une moustiquaire. Il se saisit d'un verre Coca-Cola bleu posé sur une desserte et l'éleva au-dessus de sa tête comme on élève le glaive au-dessus du gladiateur condamné.

- Sale cafard, petit ingrat. T’oublies qui je suis alors je vais te le rappeler : je suis ton père.

Il hoquète et chancelle, les yeux hagards. Jalel roule sur le côté, s’accroche aux premiers meubles, agitant ses bras hérissés de petits morceaux opalescents. Il ahane et gémit. Il se relève comme un chiot qui ne sait choisir entre la peur, la douleur, les instincts contraires qui gravitent. Mais il ne ressent plus rien. Cela fait longtemps qu'il a anesthésié, tué dans l’œuf toute velléité de sentiment. La haine ne sert de rien. Il ne peut l'affronter. Alors pour résister, pour revoir le soleil, il est vide.

Devant le miroir au-dessus le lavabo, qui se remplit de sang et de tessons, Jalel examine une blessure à l’arcade qui suinte sur son visage. Il s’effondre sur le sol de la salle de bains alors que le paternel, qui a renoncé à poursuivre son rituel, titube à la jusqu’à sa chambre.

Une porte qui se ferme sur un trou noir.

Il n’est jamais revenu chez lui, cette vieille bicoque perdue dans le ghetto. L’air chargé de mouches, lourd de graillon infâme, de cris épouvantés. Il laissait derrière lui deux sœurs qu'il ne pouvait sauver. Il regrettait simplement la photo de sa mère laissée sur la commode. Perdre foi en un homme revenait à perdre foi en tout l'humanité. Mais il continuerait à prier pour elle.

La rancœur devait désormais couler, irrémédiable, dans les veines. Et Jalel arpenterait les rues mortes comme on traverse un cimetière. Il le savait, de toutes façons. Il allait mal tourner. Tout s’effriterait lentement, comme la lumière blanche qui décline dans le ciel pour laisser s’écraser la nuit sur la Kabylie. Les yeux de Jalel s’étaient baissés sur le trottoir. Ils n’en décolleraient plus pour quoi que ce soit.

Il subit la misère, l’errance sur les plages et les docks. Il connut les enfants des rues et les bagarres pour un quignon sur les trottoirs puants. La soif, la chaleur, la faim, les blessures qui ne se refermaient que dans une gangue de crasse. Il étai un souillon de plus, recraché par les rues des rues, recraché par la ville et la vie qui ne voulait certainement pas d'une autre bouche affamée. Voler, mendier, dormir au sommet les ruines, éventrer les poubelles, faire les poches de ceux qui font les poches, voir la fin s’approcher. Si la colère n'avait pas sédimenté ses vertèbres pour le tenir debout, le petit hargneux aurait passé l'arme à gauche. Autour de lui des gamins tombaient. Étrangement Jalel ne pouvait pas les suivre. Il ne pouvait pas mourir. Pas encore. Parce qu’il avait la haine.

Une haine incommensurable. Sous l'indifférence, sous les coups qui avaient tanné tous ses rêves quand il avait encore l'espoir d'en faire quelque chose. Une rage sans orée ni frontière, dont les deux confins s’étendaient plus loin encore que son esprit ne pouvait le voir, le concevoir, pour se dédoubler, se démultiplier, se défaire et se refaire encore, à l’infini. Et un ersatz de cœur prit la place du vrai.

Jalel grandit d’un coup sec. Il devint adulte si subitement qu'il lui sembla l'avoir toujours été. Les années passèrent et il devint ce qu'il était appelé à être depuis qu'on avait enterré sans son accord l'enfance d'un petit garçon brave et extraverti. Sa peau durcit, son âme se recouvrit d’une douleur immuable. Devant lui devait à présent défiler les rouages d'un monde abject. Trafic, violence, ripoux qui t'attrapent par la nuque et tout à coup prennent le large avec tes espérances. Que font mes frères si ce n'est des sous. Sans vergogne ni jugement, bien sûr.

Il n'avait pas seize ans lorsqu’il trouva l'opportunité de se barrer loin, très loin de la maudite cité qui l’avait vu naître. Ça se résumait à quelques potes à lui qui partaient en road-trip avec un pactole chouré après un coup d'éclat. Il ne fallut pas plus d’une minute à Jalel pour passer en revue sa vie, ou plutôt la bouillie informe d'existence dans laquelle on l'avait craché comme une glaire.

Marre de la pègre, marre des souvenirs qui font mal et marre des mêmes gueules cassées qui te volent la moitié du moindre centime arraché. Quand il ouvrit la portière, il ne se retourna même pas pour cracher par terre. La jeep volée démarra en hurlant sur l’asphalte.

- PUTAIN Jalel !!! T’as des putain de couteaux de boucher au bout des mains !!!

La première fois que ça arriva, il y avait de l'hémoglobine partout sur le pare-brise. Tous avaient fait un bond de dix mètres en arrière et criaient comme des nouveaux-nés. La réalité était devenue en deux secondes une saloperie de film de sci-fi et il n'était plus sûr de rien. Est-ce que c'était un retour d'acide ?

Ça faisait plusieurs mois qu’ils avalaient les kilomètres à travers le continent, et là, au beau milieu de nulle part, quelque part entre l’Égypte et le Soudan, des putain d’immenses lames lui sortaient des phalanges. C'était l'heure du dîner et ses amis firent tomber les quartiers de mouton cru dans le sable puis se mirent à hurler. En plus de la douleur qui lui écrabouillait les main, Jalel se garda bien de péter un câble. C'était pas le moment de perdre la boule face à un phénomène paranormal.

- CALMEZ-VOUS BANDE DE TROUS DU CUL !!! JE PIGE RIEN NON PLUS BORDEL !! VOUS ÊTES MES POTES OU PAS ???

Quelques heures plus tard Jalel était assommé et ligoté dans le coffre et ses « potes » le larguèrent à la frontière.

Il ne s’en remit pas. Enragé, il dut se résoudre à faire cavalier seul et à rentrer ses griffes, comme sa haine, à l'intérieur de lui-même. Il avait l'habitude. Avec pour seuls bagages sa colère et son dégoût, et ses nouvelles potes les lames rétractiles, il se banda solidement les mains et décida de partir vers des horizons plus compréhensifs. Jalel résigné se traîna jusqu’au port le plus proche : de là il s'embarqua clandestinement dans la soute à charbon d'un ferry en partance pour il ne savait quel pays du monde occidental.

Une fois arrivé sur place, un enfer tout neuf l'attendait pour lui latter la face. Il dut batailler ferme pour qu'on ne le cueille pas une fois le pied à terre et dut se réfugier comme un rat dans une structure sociale miteuse aux subventions coupées et au personnel à bout de nerfs. Cela s'appelait ne s'attendre à rien et être quand même déçu.

Neutre et froid à l'encontre de ce pays dont on lui avait rabâché les esgourdes, auquel il n'avait rien demandé et qui le lui rendait bien, Jalel décida de braver l'adversité. Il allait s’adapter. Ravaler sa colère. Apprendre à vivre chez les soi-disant civilisés. Même si ça devait lui prendre des années. Bien entendu, il ne rentrait pas plus dans ce système ici qu'ailleurs. Et on le regardait tout aussi mal que dans les rues pourraves de Béjaïa. C'est bien connu, à l'étranger t'es un étranger, inutile d'être raciste.

Après l'annulation d'un mariage blanc avec une gourde d'amerloque qui lui assurerait ses papiers à terme, des cours fastidieux pour apprendre une langue qu'il détestait et un investissement de temps et de fric incroyable dans une formation de technicien de surface aussi déprimante que les séries à la télévision, Jalel finit par tout envoyer péter. C'était presque aussi casse-couilles de se faire un trou sur les terres de la liberté que dans son taudis du tiers-monde.

Deux années passèrent et elles passèrent mal, comme un gros coup de trique à sec et au verre pilé dans le fion. Le long déni qui suivit la découverte de ses griffes à la Wolverine passa lui aussi, et il se mit à s'entraîner à les utiliser dans le secret, les mains toujours gantées pour n'alarmer aucun fouille-merde quant aux plaies béantes sur ses phalanges.

Il mit des mois avant de trouver un boulot sous-payé dans un squat en attendant sa naturalisation. En bon pragmatique, il se renseigna le plus tard possible sur la malédiction style X-Men qui lui était tombé sur le coin de la gueule, et finit après moult recherches par mettre la main sur une brochure très intéressante et très à même de le sortir de la merde. Prismver, ça s'appelle.

Vous imaginez la suite.

salut moi c lil uzi chartreuse ii, peut-être que jalel vous dit quelque chose c'est normal je l'ai paumé à la garderie ya longtemps et jsuis revenu le chercher. de rien. jai pas dautres comptes je ressort juste wolverine de la poubelle, miskine, j'ai l'âge du capitaine et un énorme sexe, c'est pas moi qui connait le forum c'est le forum qui me connaît, j'utilise sharrkan en tarva. Code validé par Lexi


Dernière édition par Jalel Shakur le Ven 20 Oct 2017 - 18:35, édité 3 fois
Message Dans Re: NO CHURCH IN THE WILD | le Mer 18 Oct 2017 - 18:35
We got science ✫
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Etienne Casanova // Tuathal Ginty
Féminin Personnage sur l'avatar : Fujioka Haruhi deOuran High School Host Club
Âge, classe & année : 19 ans, classe B, 8ème année

Prism' : 5400

Messages : 120
Date d'inscription : 26/07/2017

We got science ✫
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


WAHOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUU !

Tout d'abord bienvenue !

Jalel est super captivant à lire. Une partie de moi souhaite voir le moment exact où il explose, ce moment où jouer avec le feu reviens dans la tête et que jouer à la roulette russe en plus du reste est définitivement une mauvaise idée. (et tu m'a donner aussi envie de barbecue rien qu'en le mentionnant ...) Sinon j'ai la même tête que mon chat voulais de la nourriture quand c'est écrit "je vous laisse imaginez la suite" ... JE VEUX PAS L’IMAGINER MOI ! JE VEUX LIRE !

Love on you ♥️

PS useless, mais la première fois que j'ai lu le nom de ton perso je me suis demandé pourquoi des parents donneraient le nom de javel à leur enfant ...
Message Dans Re: NO CHURCH IN THE WILD | le Jeu 19 Oct 2017 - 10:43
K1000 pr T yeu
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Andy / Cha
Masculin Personnage sur l'avatar : Kuroo Tetsurou - Haikyuu!!
Âge, classe & année : 17 ans - 6E

Prism' : 20189

Messages : 254
Date d'inscription : 23/03/2017

K1000 pr T yeu
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Sharrkan j'aime. Wala.


Kamyl joue de ses poings en PowderBlue ~
Message Dans Re: NO CHURCH IN THE WILD | le Jeu 19 Oct 2017 - 13:43
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Nope
Féminin Personnage sur l'avatar : personnage original
Âge, classe & année : 17 ans // B // 6ème année

Prism' : 144

Messages : 18
Date d'inscription : 24/09/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Olalalkalalalalalalalalala mais olalala quoi
Ce code ??? Ce perso ??? CETTE PLUME ??? l'écriture est fantastique, dang, ça nous laisse avec la bouche béante et une envie de plus
Puis Jalel est tellement intéressant et cool et fkfjdbsksksjdhfhdbdjdjsjdjfjf fjdjgjfjdbdjfjfjhd VOILÀ
omg mais j'ai toujours pas dit bienvenue
BIENVENUUUUE *donne des cookies*
Message Dans Re: NO CHURCH IN THE WILD | le Jeu 19 Oct 2017 - 15:04
avatar
Autre(s) compte(s) ? : ollie — figaro — cecil
Masculin Personnage sur l'avatar : oc by mel tow || DEAN
Âge, classe & année : 20 || puma || 9°

Prism' : 28

Messages : 4
Date d'inscription : 23/09/2017



TU MDIS TROP 1 TRUC WLH
G DJA VU JALEL
C S^R
BIENVENUE


f*ck with myself
Message Dans Re: NO CHURCH IN THE WILD | le Lun 30 Oct 2017 - 10:56
And I'm ready to suffer  and I'm ready to hope
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Songli, Wolfy, Lily † Niniels
Féminin Personnage sur l'avatar : Annabeth Chase (PJ) || Emma Stone
Âge, classe & année : 9D Informatique ▬ 21 étés (01/08)

Prism' : 1826

Messages : 1323
Date d'inscription : 27/04/2015

And I'm ready to suffer
and I'm ready to hope
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Hello Jalel~ (ou rebienvenue du coup)

Désolée pour le retard.

Le code est sympas - mais illisible ha - et l'écriture appréciable, je dois le dire. Mais je ne peux te valider malgré tout. Cinq choses :

1) Il manque la partie physique, à savoir remplir ces questions (sous forme de paragraphe ça passe bien aussi) :
Code:
[b]• Taille :[/b]
[b]• Couleur de la peau :[/b]
[b]• Couleur des yeux (si non-naturels, lentilles obligatoires OU l'élève couleur: [url=http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t10801-legendes-histoires-face-them-if-you-re-able]voir ici[/url]) :[/b]
[b]• Couleur et longueur des cheveux (si non-naturels, teinture obligatoire) :[/b]
[b]• Style vestimentaire :[/b]
[b]• Signes distinctifs :[/b]
[b]• Regard d'autrui :[/b] (la façon dont les gens voient votre personnage, l'impression qu'ils ont en le regardant)
[b]• Inventaire : [/b] ( Les objets qui ont de la valeur pour ton personnage, ou des objets qu'il utilise souvent au quotidien, ces informations sont à ajouter aussi dans ton profil car elles peuvent servir à l'animation )

2) Le pouvoir. J'aime bien le concept mais il manque un effet secondaire "véritable". Le fait qu'il douille et saigne n'est... pas suffisant, désolée. En fait, faut voir la magie comme un effort physique. Donc ajoute un peu de fatigue voire migraine, ce serait mieux.
D'autre part, ça manque de limites. Je veux bien accorder la possibilité d'avoir des griffes aux pieds ; mais j'aurais besoin de savoir s'il est limité dans le temps et doit à un moment les rétracter, s'il est limité à un nombre d'utilisation par jour ou semaine... Ce genre de choses. Même s'il est en D à cause du scolaire, j'aimerai savoir son niveau de maîtrise au final.

3) Le caractère. Alors, l'écriture rend ça très beau mais je voudrais que tu saches où tu vas quand même (ça se ressent aussi quand tu décris le don). Que monsieur soit violent, pas de problème... irp parlant... et dans une certaine mesure. Tu emploies beaucoup le verbe "tuer" et je veux juste qu'on mette au clair que ça n'arrivera pas. Jalel pourra avoir des crises de colère et blesser ses camarades, avec ou sans ses griffes, mais pas quelque chose de fatal... Et même là, pense qu'on est dans une école et plus dans une zone où "faut bien ça pour survivre".

4) Un peu le même commentaire que ci-dessous sur la violence mais je tolère pour sa jeunesse un poil compliqué (c'est un euphémisme).
La découverte du pouvoir est présente mais quelques points sont flous : d'une part, l'âge (toujours seize piges ?) et la "raison" (souvent une forte émotion et pas juste le road trip entre potes). J'accepte les réactions qui sont un peu hard mais possibles.
Pour son émigration aux États-Unis (si j'ai bien saisi), c'est pas très clair non plus justement. Surtout que mon cerveau a du mal à saisir comment on passe de l'Égypte disons à vivre de l'autre côté de l'Atlantique. Il a pris un bateau genre ? J'aimerai ce petit détail parce que c'est le genre d'ellipse qui me laisse perplexe. Soit dit en passant, je te laisse gérer ton histoire mais Prismver étant britannique, ce serait plus simple de remonter vers l'Europe, ce qui est déjà un bon périple.
Prismver enfin recrute par traqueur ou par lettre. Pas par prospectus (à moins que tu me dises que la révélation de la magie ait fait connaître également l'école comme ça). Quoi qu'il en soit, je ne sais pas à quel âge il rentre (vingt ans peut-être ?) mais c'est bien trop tardif par rapport à la découverte du don. En théorie, ça dure maximum un an avant de de faire repérer. On peut supposer qu'étant en vadrouille, il n'était pas facile à trouver le Jalel mais une fois émigré et en plus sédentaire (même s'il n'aime pas le terme), ça m'étonne que ça ait trainé. Bien sûr, il peut refuser d'y aller tout de suite, c'est ton choix.
Par ailleurs, même si c'est bien sympas de laisser une phrase d'ouverture, la fiche doit servir hrp et il manque des infos qu'on ne peut pas imaginer pour le coup. À savoir :
Code:
[b]• Réaction lors de la réception de la lettre / de la visite d'un traqueur :[/b]
[b]• Age d'entrée à Prismver :[/b]
[b]• Ancienneté à Prismver :[/b]

[b]• Les ressentis du personnage concernant le secret des pouvoirs dévoilé dans le monde entier :[/b]
[b]• L'avis du personnage au sujet de la vice-directrice et du projet PUMA :[/b] (Précisez si vous rejoignez ce projet)
[b]• Est-il actif dans son groupe (Adlers, Colombes, Kiwis, Pinguinos ou Voltors) :[/b]

[b]• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, sa filière :[/b] (voir système scolaire [url=http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t10799-systeme-scolaire-let-s-just-get-to-the-point]ici[/url])
[b]• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, ses 4 matières choisies :[/b] (La maitrise du pouvoir étant obligatoire dans les matières choisies, il ne reste donc entre 4 et 7 matières maximum à choisir, sans compter la matière obligatoire de la filière - voir système scolaire [url=http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t10799-systeme-scolaire-let-s-just-get-to-the-point]ici[/url])

5) C'est subsidiaire mais tant que j'y suis, je te le précise : ton avatar fait du 200*320 et non du 200*350 comme demandé.

Voilà pour les précisions et modifications à faire. Même si ta fiche est cool, tu entends bien qu'elle n'est pas complète. Modifie l'icône et up le sujet quand tu la penses achevée pour de bon et je viendrai te valider. Courage et bonne journée~


— She ran away in her sleep
When she was just a girl She expected the world But it flew away from her reach And the bullets catch in her teeth Life goes on, it gets so heavy The wheel breaks the butterfly Every tear a waterfall In the night the stormy night she'll close her eyes In the night the stormy night away she'd fly And dreams of paradise × code by lizzou.
Message Dans Re: NO CHURCH IN THE WILD | le Ven 8 Déc 2017 - 19:31
★ Déléguée E ★
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Shanilae / Aiden / Autumn / Robin / Shannon / Aaron
Féminin Personnage sur l'avatar : Shibuya Rin de The idolmaster Cinderella Girls / IRL : Jeong Eun Ji
Âge, classe & année : 18 ans, classe E, 7ème année

Prism' : 444

Messages : 434
Date d'inscription : 28/01/2015

★ Déléguée E ★
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Hello !

Tu t'en sors avec les modifications de ta fiche ? Comme ça fait plus d'un mois que les modification t'ont été demandé, ta fiche passe en danger. Tu as 10 jours pour faire signe à un membre du staff (mp ou discord) sinon ta fiche sera archivée et ton compte supprimée.

Bonne soirée !


Min Jee parle en Crimson

I can hear your thought. Always.
code par Summer's Desire pour Epicode
Message Dans Re: NO CHURCH IN THE WILD | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «administration :: Présentations :: Fiches en Danger-