predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE]




Partagez | 
 


 Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Mer 8 Nov 2017 - 22:31
✫ We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Allyson, Colton & Yu
Masculin Personnage sur l'avatar : Remus Lupin [Harry Potter] by Natello's Art
Âge, classe & année : 19 yo ♦ 8B Hôtellerie & Restauration

Prism' : 996

Messages : 50
Date d'inscription : 04/09/2017

✫ We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Le moment Killiam-Sven étant terminé, vous pouvez faire réagir vos personnages.
N'oubliez pas, la faute vient de Sven ayant perdu une fois le contrôle de son don, affectant ainsi Ezéchiel. Sven l'a caché à l'administration. Sa sentence attendra son rétablissement après 3 jours à la clinique.

Danse Macabre
feat. Killiam Kenneth
Donne moi ta main, camarade... Que l'on s'entraîne dans cette danse macabre... 7

Peur.

Elle te glace jusqu'aux os Sven. Tel un poison s'étant lentement répandu dans ton organisme depuis ton "erreur". Faute involontaire et qui pourtant pèse sur ta conscience comme tel.
Tu marches sur des oeufs, pesant chaque pas, chaque mot. Te terrans dans ta chambre et pourtant, restant à la vue de tous, tel un criminel se montrant devant les policiers le recherchant, leur tenant la porte.

Quel ironie, d'avoir tenu la porte et sourit à celui qui te recherche sans pitié. Quel ironie qu'il t'ai sourit et remercié.  

Pourtant tu le fuis. Dissimulant ton pouvoir comme une tare honteuse, comme ce que tu n'as jamais voulu et pourtant eu.

Et maintenant Sven ?
T'es figée à l'entrée du couloir des B.
Killiam te cherche qu'ils disent. Sûrement une histoire de cours qu'ils disent. Pourtant, Killiam, toi tu sais ce qu'il veut.
Tu sais qu'il était en chasse. Et tu sais aussi qu'il a finalement flairé sa proie.

Toi.

Réflexe inné ancré dans tes muscles depuis ton plus jeune âge athlétisme obligatoire tu cours tu fuis ne respire plus ou peut-être trop vite pour fuir le yang a ton yin tu as si peur Sven pour la première fois tu veux juste

Disparaître.

Inspiration. Expiration.

Tu te calme soudainement, en le voyant entre deux colonnes de casier. Le regard envenimé.

Tu souris a ton terrible karma.

- Killiam.


And he keeps waking up
But it's not to the sound of birds
The tyranny, the violent streets
Deprived of all that we're blessed with


Dernière édition par Sven V. Pszaniawski le Jeu 9 Nov 2017 - 22:13, édité 1 fois
Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Jeu 9 Nov 2017 - 17:26
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3521

Messages : 402
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Danse Macabre
feat. Sven V. Pszaniawski - date. 6 novembre






Sven Pszaniawski. 8ème année de classe B. Je n'ai aucun doute sur les paroles de mon informateur, je me suis montrée persuasive. Si j'ai tort, c'est qu'il était mal informé.

Et tu as eu cette haine qui est montée, d'un coup, sans que tu ne puisses la retenir. Tu as répondu à Amelia de manière brouillonne, rapide, et tu as quitté ta chambre que tu avais rejoins pendant ta pause parce que tu avais pris l'habitude de manger avec Ezéchiel au self, la plupart du temps, et sans Ezéchiel, tu n'arrivais tout simplement pas à y être. Et il y a eu cette haine, qui est montée, cette haine, qui est restée. Elle était là depuis des jours, des semaines, tapie dans l'ombre, attendant son heure, et maintenant que tu sais, maintenant que tu as quelqu'un sur qui balancer toute cette haine... Sven ne fera pas long feu.

Peut-être que tu le secoueras dans tous les sens, que tu le plaqueras sur un mur et que tu le menaceras de toute ta prestance, peut-être que tu arriveras à contenir toute cette haine, cette horrible haine qui tord ton estomac, qui vient faire serrer tes poings, bander tes muscles. Oui, peut-être arriveras-tu à contenir cette haine.

Et il t'a fallu bien une bonne demie-heure à aller et venir, à demander à untel ou untel s'il avait vu Sven. Dénégation, secouement de tête de gauche à droite, quelques excuses lâchées à demi-mot, des suppositions, mais rien de concret. Et ta haine Killiam, ô ta haine, elle a le temps de rugir, elle a le temps de monter, monter, monter encore et encore, elle a le temps de faire monter la pression, elle a le temps de susurrer à l'oreille à quel point il mérite le pire sort que tu pourrais lui réserver.

Et tu sais Killiam, peut-être que tu avais vraiment juste envie de le secouer quand tu es parti de ta chambre, quand tu partais à sa recherche, peut-être que tu avais juste envie de lui faire peur... juste lui faire peur. Et pourtant, quand vos regards se croisent, là, à quelques mètres l'un de l'autre, quand sa voix atteint tes oreilles alors que tu marches vers lui le plus calmement possible dans ton état actuel, quand tu le vois et que tu te rends compte, ô Killiam, quand tu te rends compte qu'il est celui qui a fait du mal à Ezéchiel... ton corps agit tout seul. Il agit tout seul, comme cette fois-là, au bar, où cet inconnu à agrippé Ezéchiel par le cou et où ton poing est parti sans même que tu ne t'en rendes compte, il agit tout seul, comme cette fois-là où tu t'es mis entre ton père et Théa. Tu sais, Killiam ton corps agit tout seul.

Y'a ton poing, qui part, faisant un arc de cercle jusqu'à sa mâchoire, violemment, brusquement, avec toute cette haine, cette haine, si forte, si forte Killiam qu'il n'y a que ça qui t'anime, qu'il n'y a que ça qui vibre en toi, rien d'autre. Il n'y a que cette haine, Killiam, que cette haine, cette haine, cette horrible haine, intrusive, violente, impétueuse. Et tu sais Killiam, tu frappes, avec cette envie de frapper, avec ce désir de frapper, avec ce désir, ce besoin de lui faire mal, si mal, tellement mal. Lui faire mal autant qu'il lui a fait du mal, lui faire mal autant qu'il t'a fait du mal.

Lui faire si mal qu'il te supplierait d'arrêter.
Lui faire si mal qu'il te supplierait de l'achever.

Tu ne sais pas où tu frappes, tu ne sais même pas pourquoi tu ne t'es pas arrêté de le frapper quand tu l'as bousculé par terre, tu ne sais même pas pourquoi tu t'es mis au-dessus de lui, maintenant sa chemise de ta main gauche, tu ne sais pas pourquoi tu as continué, continué, encore, et encore. Pourquoi tu as frappé sa mâchoire, pourquoi sa tempe, pourquoi son œil, pourquoi sa bouche, encore, encore, et encore, pourquoi tu l'as frappé jusqu'à ce que ton poings en tremble, pourquoi tu l'as frappé jusqu'à ce que tu en aies mal, mais sans t'arrêter, jamais t'arrêter.

Jamais t'arrêter, jusqu'à ce qu'il te supplie de l'achever.

Et y'a toute cette haine en toi Killiam, toute cette haine en toi qui te fait le frapper, toute cette haine en toi qui te détruit, qui te fait si mal, qui te donne envie de pleurer. Toute cette haine, toute cette haine qui te définit, toute cette haine qui te contrôle. Il n'y a que ça, Killiam, que ça en toi, désormais. Et peut-être qu'en fait, t'as besoin, ce besoin de lui faire mal, mais ce besoin, ce besoin de frapper, d'évacuer, cette pression, cette frustration, cette haine. Évacuer cette haine que tu lui portes, que tu te portes, d'être aussi inutile. Cette haine Killiam, qui restera toujours là, toujours, tapie, latente.

Et tu ne sais plus, tu ne comptes plus le nombre de poings qui se fracassent sur son visage déjà tuméfié, ensanglanté. Et tu ne sais plus si cette haine est tournée vers lui, lui qui l'a détruit, ou contre toi, toi qui n'a pas pu le protéger.




Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Jeu 9 Nov 2017 - 19:25
✫ We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Allyson, Colton & Yu
Masculin Personnage sur l'avatar : Remus Lupin [Harry Potter] by Natello's Art
Âge, classe & année : 19 yo ♦ 8B Hôtellerie & Restauration

Prism' : 996

Messages : 50
Date d'inscription : 04/09/2017

✫ We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


Danse Macabre
feat. Killiam Kenneth
Donne moi ta main, camarade... Que l'on s'entraîne dans cette danse macabre... 7


Tu as tenté de résister Sven. Mais tu ne t'étais jamais rendu compte que tu étais si faible. Incapable de le repousser malgré tes bras poussant son torse aussi loin que possible pour ton corps malmené. Le premier coup t'a attrapé à l'angle de la mâchoire, et désormais démise d'un côté, tu souffres le martyre. Mais ce n'est pas la fin.

Et tu la souhaites soudainement. Priant pour que l'inconscience te cueille. Et cela arrive presque, lorsque Killiam frappe violemment ta tempe droite, explosant finalement ton arcade. Le sang n'attend pas pour remplir ton oeil, mais ta bouche reste résolument serré. T'es assez lucide pour savoir que si tu mords ou avale ta langue, t'es foutu.

Et t'as peur. T'as peur alors que la douleur fuse soudainement dans ta pommette gauche, exposée alors que tu tentes de protéger ton oeil meurtri.

Les mains qui tentaient de repousser le B tombe mollement au sol. Tel un pantin désarticulé, tu perds tes repères.

Son poing s'abat inlassablement, mais tu ne sais plus où il frappe. Tu ne comprends plus la douleur qui incendie ton visage.

Respiration soudaine, pause dans la torture. Tu entends soudainement l'agitation qui vous entoure. Les cris aussi. Et les flammes attaquent tes poumons, et ton épaule. Dieu ton épaule, sur laquelle tu es tombé de tout ton poids, sans compter celui du brun bien plus musclé.

Tu entends les cris Sven, mais tu ne comprends pas.

On te touche, un glapissement franchit tes lèvres vermeilles. Et soudainement tes barrières s'abaissent au touché délicat des doigts frôlant ton visage. Tu pleures. Sanglots pitoyables.

- J'suis désolé, désolé, désolé-

Oh. Sven...
[/quote]


And he keeps waking up
But it's not to the sound of birds
The tyranny, the violent streets
Deprived of all that we're blessed with
Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Jeu 9 Nov 2017 - 21:50
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Aslinn E. Devnet // Julian T. Blake
Masculin Personnage sur l'avatar : Oikawa Tooru ∇ Haikyuu!!
Âge, classe & année : 19 ans ∇ 8B

Prism' : 3521

Messages : 402
Date d'inscription : 20/04/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Danse Macabre
feat. Sven V. Pszaniawski - date. 6 novembre






Et y'a toute cette haine en toi, cette haine qui te fait le frapper, encore, encore et encore, qui te fait trembler, qui te donne envie de vomir, de hurler, de pleurer. Et t'as si mal, Killiam, si mal que tes poings en tremble, si mal, tellement mal que quand tu sens des bras te tirer, te relever et te remettre sur tes jambes et t'empêcher de le frapper, y'a tous tes nerfs qui lâchent, et tu hurles, tu hurles quand tu l'entends dire qu'il est désolé, et ça te donne encore plus envie de le frapper :

Ne l'approche plus jamais Sven ! JAMAIS !

Et y'a cette haine, cette haine qui te tue, cette haine que tu dois hurler, cette haine impétueuse qui te dit de le tuer.

SI J'ETAIS PAS LA IL FINISSAIT EN HOPITAL PSY, CONNARD !

Et tu te débats, Killiam, et tu cries, tu cries que c'est un connard, tu leur cries de te lâcher, parce que t'as cette haine viscérale, cette haine en toi qui rugit, rugit encore et encore, cette haine qui te donne envie de hurler, cette haine qui te dit que lui, dans les bras de cette fille, ensanglanté, c'est pas assez. C'est pas assez, Killiam. Tes mains qui tremblent et couvertes de son sang, c'est pas assez. C'est toujours pas assez comparé à ce qu'il a fait.

Il avait pas le droit, pas le droit de le toucher, pas le droit de lui faire du mal. Il avait pas le droit de lui refiler ces voix dans sa tête, il avait pas le droit de devenir son pote, son ami, avant de lui enfoncer un poignard dans le dos, et puis de disparaître. Il avait pas le droit de se servir de lui comme ça, il avait pas le droit, non. Quel intérêt, quel principe ? Si t'avais pas été là... non, non, tu n'oses même pas imaginer ce qu'il se serait passé, si tu n'avais pas été là. Ezéchiel, enfermé avec ses démons, loin de tous, à l'hôpital... non, non tu ne pouvais pas, tu ne voulais pas imaginer. Mais il allait aller bien, maintenant. Il allait aller bien parce que tu l'avais su, parce que tu l'avais compris. A combien de personne a-t-il fait ça ? Ezéchiel était-il le seul ici ?

Et il continue, continue de te dire qu'il est désolé, désolé, désolé. Et tu ne sais pas, tu ne sais pas si tu dois le croire, mais ça t'apaise, ça te calme, un peu. Même si y'a toute cette haine, toute cette envie, ce besoin horrible de taper, taper, encore et encore, et lui faire si mal... même avec toute cette haine, tu te calmes, un peu.

Et finalement, tu arrêtes de te débattre, tu calmes tes bras, tes poings qui ont envie de rejoindre son visage, encore et encore, comme si ce n'était pas assez. Mais y'a ces bras, ces gens qui te retiennent, que tu ne connais pas, ou peut-être que si, mais tu n'y fais pas attention, tu ne sais pas qui s'est, et tu t'en fous, ce n'est pas important. Non. Non, rien n'est important.

Ne l'approche plus jamais.

Et la menace est là, latente, puissante, violente. Et on te retient toujours, on te fait reculer, on te fait t'éloigner de lui, et on t'emmène Killiam, loin, très loin de lui.




Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Jeu 9 Nov 2017 - 23:50
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : dallas
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 1960

Messages : 427
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



if karma does'nt hit you,
i fucking will


entend cette voix qui t'appelle
cette voix d'une douceur éternelle
qui chante en litanie, cette chanson infinie
celle d'une jeune fille qui est partie

((ah)) -- respire, inspire, expire.

« j'ai mal, j'ai mal, ça fait trop mal, pourquoi, pourquoi --

chut.
tais-toi.
écoute.

« ...ta faute, rien que ta faute, tu m'as abandonné, tu m'as laissé tombée --

tu l'as
a b a n d o n n é

laissé
tom

e

((ah)) -- et tes prunelles croisent ce beau ciel gris ; et qu'il est beau avec tout ces nuages, cette grisaille froide et glaciale qui ne s'attarde pas, qui s'envole et déjà, déjà tu ne le vois plus.

tu ne vois plus rien

r i e n

Tu es là sans l'être réellement, debout dans cette foule silencieuse et horrifiée, encrée dans tes éternelles converses trop usées, dans ce sweat trop large, trop grand, comme si tu pouvais t'y cacher ; t'es là, debout et t'observe comme les autres, tout les autres, comme un autre.

T'entends sa voix.

Ne l'approche plus jamais Sven ! JAMAIS !

Puis t'entends la sienne.

Ça a toujours été ta faute Ezéchiel ! TOUJOURS !

Et le gris se couvre de rouge et qu'il est beau ce rouge, qu'elle est belle cette couleur - et t'es tout petit Ezéchiel, t'es tout petit dans cette masse d'élève, t'es tout petit dans cet éclat, dans cette rage, dans ce combat, t'es tout petit dans ta tête, Ezéchiel.

Et t'es tout seul.
Pas vraiment.

Il est là.

Même si c'est ta faute.

Il est là.

Et tu sais, Ezéchiel, tu sais ? T'aimerais t'avancer, lentement, doucement, t'aimerais le rejoindre comme il t'a rejoins dans cet enfer personnel, t'aimerais le rejoindre et l'aider, t'aimerais le frapper ((ah)) - t'aimerais le tuer.

Et tu te vois comme dans un rêve, tu te vois t'avancer, lentement, doucement, tu te vois le rejoindre, sans faire attention à cette agitation, sans faire attention à tout ces gens, t'aimerais te positionner au dessus de lui, laisser ton regard implacable tomber sur ce visage qui ne ressemble plus à rien et t'aimerais, de tes mains, de tes toutes petites mains (et quelles sont petites tes mains Ezéchiel, comparé à ses poings) glisser tes dix petits doigts sur sa gorge --

-- et serrer un peu fort, un peu plus fort, un peu trop fort.

T'aimerais l'étouffer comme étouffer ces voix, cette voix, sa voix ; étouffer sa voix et son image que tu voies, ces hallucinations que tu entends, ces cauchemars qui te hantent, ses vomissements qui s'enchaînent, cette peur qui s'engraine.

Regarde Ezéchiel - il est là pour toi.

Et c'est ta faute.
Ta faute.
Rien que de ta faute.

Ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute, ta faute.

Tes mains tremblent, elles tremblent si fort comme si elles avaient froid, comme si elles avaient peur, comme si elles avaient envie de frapper fort, plus fort, toujours plus fort et tu sens quelque chose Ezéchiel, tu sens cette humidité aux coins de tes yeux quand tu le vois, quand tu le vois frapper pour toi, quand tu le voix frapper fort, plus fort, toujours plus fort --

-- pour toi.

Ne l'approche plus jamais.
Ta faute, toujours.

Désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé, désolé.

T'as l'impression de te noyer dans tes larmes, de te noyer dans ton cœur, dans ta tête et dans ton âme - délires.

Tu pivotes sur tes pieds, sur tes éternelles converses usées et tu creuses dans cette foule de gens que tu connais, dans ce bleu que tu ne connais pas et que tu ne connaîtras jamais - tu ne vois que le gris Ezéchiel, le bleu, le rouge, qu'importe, il n'y a que le gris dans ta vie, que cette couleur grisâtre qui fait battre ton coeur si vite, trop vite, bien trop vite.

Alors tu cours, tu cours, tu fuis, tu cours à en perdre haleine, tu ne sais pas où mais tu cours, tu cours et tu sens ton palpitant mourir, pourrir, se ternir - tu déboules dans les toilettes, t'enfermes dans l'une d'elle et te laisse glisser sur le sol ((et la pluie s'écoule dans ton petit ciel gris qu'est ta vie))

Il y a tes sanglots.
Cette douleur sans un mot.

Alors tu hurles, tu hurles comme tu as jamais hurlé et qu'importe, qu'importe on ne t'entendra jamais, parce que la voix dans ta tête surplombe la tienne, alors tu hurles, tu hurles et tu sais Ezéchiel, tu vas vomir, tu vas vomir alors tu dégueules dans la cuvette et tu pleures, tu pleures et tu pleures encore jusqu'à en être crevé - t'es pathétique tu sais, tu fais pitié tu sais, mais c'est ta faute, tu sais.


-- t'as juste de la malchance.

la vie est une pute
le karma aussi





Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Ven 10 Nov 2017 - 0:13
Our job is called discord
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Miles, Hadès, Finn
Féminin Personnage sur l'avatar : Chara (Undertale)
Âge, classe & année : 16 ans; 6A (a sauté une classe) ; classe S

Prism' : 851

Messages : 79
Date d'inscription : 18/06/2017

Our job is called discord
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


danse macabre
I paced around for hours, I'm empty - et la mélodie m'attire, guide mes pas sautillants dans les couloirs guidés par les voix entre la surprise et l'excitation cachée de pouvoir assister à ce genre de scènes. Et je prends mon temps parce que je connais la cause, le résultat et les sentiments mélangés. Je sais déjà tout. Le pas tranquille, et c'est confiante que j'arrive à portée, les iris brillants de ce désir qu'ils ont reniflé, l'instinct attiré par ce liquide à l'origine de la vie comme de mes actions les plus pourries - et le sang coule, devant mes yeux calmes de satisfaction, et le sang coule comme la culpabilité. Je m'avance doucement, curieuse. Je m'avance doucement et regarde les coups s'enchaîner, et que j'aime ça, et que je l'aime, cette colère, que je l'aime cette humanité. Et que je veux la détruire.

I jumped at the slightest of sounds - et la foule me surprend, leurs réflexes humains agaçants, gâchent le plaisir de cette scène splendide - et j'ai envie de les écarter, de les détruire eux aussi, et j'ai envie de tout faire disparaître parce qu'ils ont démonté mon plaisir. C'était bien trop court Killiam, bien trop court, bien trop peu, bien trop faible, et cette haine était bien trop hésitante, bien trop différente et il l'est bien assez. Ce n'est pas ça Killiam. Ce n'est pas la haine, la vraie, et cet amour est bien trop fort, bien trop évident, bien trop réel pour que je puisse l'ignorer. J'ai bien compris Killiam, car je t'ai renseigné et je sais déjà tout - et cet amour crève les yeux de ta haine et l'empêche de s'exprimer. Ce n'est pas ça, ce n'est pas moi, ce n'est pas ce que je voulais - et j'en veux encore, je veux le vrai.

Je veux cette haine viscérale qui a détruit les moindres sentiments dans son regard de folie. Mais je soupire parce qu'ils l'ont emmené. Je soupire parce que les adultes se ruent et que rien ne servirait de se déchaîner. Je soupire car il ne reste rien, rien que lui, si bien entouré. Il ne reste que lui, cette victime ignoble et pitoyable si désolé - et mon regard croise le sien, une seconde, un instant, et je sais qu'il sait, je sais qu'il se reconnait comme je l'ai fait. Et il n'y a pas besoin de plus, et le maigre sourire se dessine, l'amusement pétille et mes pas m'éloignent ici, privée des regrets que je commençais à formuler. Mes pas me guident, suivent, comme un instinct, les traces humides de l'unique personne vraiment affectée par tout ça - parce que la foule se disperse, en manque de sensation, neutre et curieuse, comme des hyènes cherchant la moindre chair pourrie à disposer dans leur appétit morbide.
Je l'entends hurler, désespéré, en proie à la culpabilité. Je l'entends hurler, au point de rupture, et ma voix glisse, comme innocente, monotone, suite d'une conversation issue de cet imaginaire cruel, comme une civile lambda, passant, comme des ragots tombés ici par hasard au pire moment.

"Il paraît que c'était une dispute amoureuse. Si le troisième avait fait quelque chose, ça ne serait pas arrivé. Peut-être qu'il aime se faire désirer. Cette façon d'être, ça me débecte."

And I couldn't stand the person inside me - et toi aussi, bien que je n'en sache rien. Il n'y a que moi, et ce ricanement silencieux qui tranche mes pensées. Mes pas me guident en dehors des toilettes, légers, rapides, insouciants, comme cette haine qui se développe et je poursuis ma course tranquille dans la neutralité la plus totale, désireuse de voir les choses empirer.
I turned all the mirrors around - et maintenant qu'ils sont sur le point de se briser, mon intérêt s'éveille enfin.


robb stark



Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Ven 10 Nov 2017 - 0:29
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : dallas
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 1960

Messages : 427
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Il paraît que c'était une dispute amoureuse. Si le troisième avait fait quelque chose, ça ne serait pas arrivé. Peut-être qu'il aime se faire désirer. Cette façon d'être, ça me débecte.

Y a ces paroles que tu ne connais pas, que tu ne comprends pas, qui se mélangent avec les sienne, qui se mélange avec les tienne -- tu fermes les paupières, abaisse le rideau, replis tes jambes sur toi même, t'entoure de tes deux bras ; et tu sembles te protéger du monde et du reste, tu semble te protéger de ces mots qui s'alignent et qui forment des phrases qui n'ont pas vraiment de sens ; que tu ne comprends pas, qui n'ont rien à faire là.

((tu bloques tes poumons))

mais tu ne sais pas combien de temps






Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Mar 14 Nov 2017 - 15:20
I am the law.
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Colombe V. Spam
Masculin Personnage sur l'avatar : Loki Laufeyson de Marvel
Âge, classe & année : 30 ans Professeur d'histoire-geo

Prism' : 238

Messages : 28
Date d'inscription : 12/09/2017

I am the law.
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
En ligne


Danse macabreLibreTu détestes cela, genre complétement. Il y a toujours trois mille merdes à régler. Tout le temps. Toujours une plainte en cours, toujours un élève qui merde, toujours un pouvoir qui ne tourne pas rond, toujours et encore des grains de sable dans l’engrenage que tu dois faire semblant d’arracher à la matrice. Cela aurait été les A ça t’aurais moins déranger. Un peu moins. Il y a cette préférence pour cette classe qui coule dans tes veines, seulement voilà. Tu as hérité des C. Des cravates vertes. Dans gens dans la moyenne. L’entre tout. La frustration a son paroxysme pour toi. Entre ce qui est possible de mieux et ce qui est de pire, le bof. C’est ça. Tu as hérité du bof complet.

Même avec le bof complet pourtant il y a des merdes qui arrivent. Heureusement. Sinon ton esprit ne supporterait ce surplus de calme, de neutralité, de rien, de vide. Pourtant, il manque un grain de piquant. La journée d’aujourd’hui avait été trop calme. Pas de crise de nerfs, aucun devoir non fait, pas de C qui part en cacahuète, aucun tremblement de terre, rien, nada, l’horreur sur terre. Même les fées avaient été d’un calme des plus flippant, des plus serein. Une tempête approche. Ce sont les signes avant-coureurs cette quiétude parfaite. Même les fées avaient été d’un calme des plus flippant, des plus serein.

Ce sont les signes avant-coureurs cette quiétude parfaite. Un cri, puis deux, deux bruits de pas, de course, une agitation qui se fait dehors. Les putains de grain de sable qui semblent venir tout d’un seul coup. L’agitation prend la classe où tu donnes cours et toi-même veux savoir ce qu’il se passe dehors. La porte s’ouvre en grand, un gars, une cravate jaune, hurle à la bagarre et tout le monde, même toi suit le mouvement vers les casiers. Là, face à toi, deux élèves que tu connais bien Pigeon Hippocrate et Goutte Gonflé, deux qui suivent tes cours d’histoire, deux B, pas ta classe, pas ta merde. Pourtant un peu si.

TA langue passe sur tes lèvres face à ce spectacle qu’ils t’offrent, enfin de l’agitation, enfin du chaos, enfin de la joie pour toi. Ça coule dans tes veines et tu regardes leur spectacle macabre avec un frétillement sous la peau. Tu voudrais presque enfoncer ton poing de bas en haut dans l’organisme de Goutte Gonflé, mais tu ne peux pas. Tu ne dois pas surtout. Pense à Mélusine. Pense au chaos après coup, en cendres qui vont brûler suite à tout cela. Sois adulte. Soit ce que tu dois être. Agis comme tel.

D’un mouvement de poignet souple, tu invoques cinq fées de vingt-cinq centimètre. Des fées arc-en-ciel, celle plein de vie et de couleur, celle qui représente un peu ce que ce moment donne pour toi actuellement. D’une forte émotion, tu les pousses vers Killiam pour le stopper, pour l’éloigner, pour l’empêcher de fuir si jamais ça avait été son idée-là. Tu crois voir les yeux de Sven s’attarder dessus quelques secondes avant de sombrer. Il faut définitivement agir, le jeu commence maintenant.

« On se pousse. »

Ta voix tonne, claque, ordonne et certains élèves obéissent, te laissant passer. Gentils petits. Le geste premier que tu as est de vérifier l’état de santé du moins bien portant. On parlera d’agresseur et de victimes plus tard. Pour le moment, parlons de bien ou mal portant. Son état nécessite un long passage à l’infirmerie, et même sans être un pro des premiers secours, tu le sais que trop bien. Rapidement, tu rédiges une note pour l’infirmerie et une autre pour le haut du gratin de l’administration.

Dans un long soupires, tu agites les bras et invoque une dizaine de fées pour faire reculer les plus curieux. Comme un bon adulte. Comme une personne responsable, la bonne blague dit donc. Comme une personne qui souhaite disperser les miettes de la discorde, car c’est quand on en sait le moins qu’on en raconte le plus. Tu entends les murmures, ceux qui parlent de tumulte romantique et ça t’apporte une grimace de pur dégoût. Encore et toujours cette merde. Les ragots se forment déjà.

« Retournez en cours. Maintenant. »

Qu’importe ton ordre, ça semble plus être une pierre dans une mare. C’est toujours ainsi quand le sang de tout le monde est encore chaud, trop frais. Ça attire les requins que sont les autres. Qu’importe qui ils sont. Alors tes fées s’agitent, celles qui ne sont pas sur le B que tu veux garder sous tes doigts d’une certaine façon pour faire partir les moins invasifs. Ta langue claque et le brouhaha reste le même.

« Vous dégagez. Le spectacle est terminé. Il n’y a plus rien pour vous. Revenez pour la prochaine manche. »

L’ironie dans ta voix. Tu ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais ça t’électrise. Tu te tournes vers le seul des combattant à vraiment pouvoir saisir ce que tu vas dire ensuite.

« Je ne sais pas pourquoi ça a eu lieu, mais je t’assure que c’était une idée purement de merde. »

Et là, tu as presque envie de lui rire au nez. À la place, tu vas simplement être adulte. Laisser l’administration gérée. Mais quelle que soit la peine, tu viendras y mettre ton nez dedans au nom du chaos. Au nom d’un jeu qui commence à peine.
©️ 2981 12289 0
Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le Dim 19 Nov 2017 - 17:43
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : Jack Crane// LOL
Féminin Personnage sur l'avatar : Neopolitan
Âge, classe & année : 16 ans, classe B, cinquième année

Prism' : 73

Messages : 43
Date d'inscription : 01/06/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


  • NOM Prénom
  • NOM Prénom
Danse Macabre
Amy, tu déambules. Tu ne sais pas où tu vas, laissant tes pas te conduire. Tu sautilles presque, mâchant un chewing-gum que tu jettes bientôt dans une poubelle. Tu continues ta route, te faufilant dans la marée d'élèves.
Tu essayes d'observer chaque visage des personnes qui rencontre ton chemin. Tentant en sachant pertinemment que cela est quasiment impossible. Mais cela t'amuse alors tu continues, dommage que tu n'es pas un petit carnet pour que tu puisses les dessiner ! C'est Humains méprisables, tu les hais. Tu veux aider Amelia à les détruire depuis qu'elle t'a ouvert les yeux. Pourtant, tu sais que ce sont ses mêmes humains qui t'ont créer, façonner. Leurs haines contre toi, leurs moqueries, insultes, leurs violences t'ont permis d'être quelqu'un à part. Une entité en quête de chaos et d'anarchie. S'amuser, semer la discorde. C'est ainsi que tu t'occupes dans ta vie, dans ce monde ô combien ennuyant.


Tu sors de tes pensées en remarquant que tu es arrivée aux casiers. Tu jettes un coup d’œil, il semble se passer quelque chose. Te rapprochant, tu sers ton sac en bandoulière contre toi. Tu reconnais les deux personnes, Sven, le meilleur ami de Jack et Killiam. Un ennemi de ton ami blondinet. Tu écarquilles les yeux quand ce dernier frappe Sven. Tu ressens un frisson terriblement excitant en entendant le bruit, le répétant en boucle dans ton esprit malade.


Tu regardes le spectacle, c'est amusant ! Vas-y frappe le ! Ouais, comme ça ! Parfait ! Tu jettes un regard vers ton sac et une idée germe dans ton esprit. Tu l'ouvres et sors un petit appareil photo. Discrètement, tu prends des photos de la scène.


Puis, tu t'arrêtes, jugeant en avoir assez. Tu quittes le lieu, voyant un professeur arriver. Chantonnant une comptine. Un plan malicieux qui te vient en tête, c'est l'heure de s'amuser !
Informations



I carry on like a princess,
but man i've got them fooled
cause underneeth my Business
I'm cold, I'm hard, I'm cruel


[...]

I'm evil
open your eyes i'm all a discuise
I'm gonna find some trouble, trouble
I'm gonna make some trouble
I'm gonna find some trouble

Message Dans Re: Danse Macabre ft. Killiam & [LIBRE] | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «établissement :: Rez-de-chaussée :: Casiers-