» prédéfinis

» mini news
15.06 N'importe quel adulte peut maintenant avoir en filleul un élève de D ou E.

07.05 Prismver a 6 ans ! Le temps file ♥
» intrigue

» rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Ne jamais déranger une pirate en pleine activité ♦️ Ashley Mera

De l'or liquide ♦️ Adoré I. Daston

ajouter le mien ?
» à l'honneur

S. Tyler Petrasson
www.

» infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
monsters ▬ ragnar







Partagez | 
 


 monsters ▬ ragnar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans monsters ▬ ragnar | le Jeu 17 Mai 2018 - 21:53
Run for your lives ✧
avatar
Pseudo du joueur : Xueia
Autre(s) compte(s) ? : Cassou
Personnage sur l'avatar : Illyasviel Von Einzbern

Féminin Âge, classe & année (ou poste) : 17 ans - 7E
Prism' : 271

Messages : 27
Run for your lives ✧
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12178-zelda-wish-that-you-were-here http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12196-listing-rp-zelda#173214 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12201-ocarine-lms-zelda#173269




monsters
Je n’arrivais pas à dormir ce soir. Cette nuit, les monstres étaient sortis de leur cachette. Alors, terrifiée, je m’étais dirigée vers le jardin, afin de trouver les ingrédients nécessaires à ma potion - celle que ma sœur fabriquait pour repousser les monstres. Tout en cueillant quelques plantes, agenouillée dans la pelouse, je pousse un soupir las. Je n’aimais pas l’admettre, ni le montrer d’ailleurs, mais plus le temps passait et plus Hannah me manquait. Et plus ce sentiment m’envahissait, et plus les monstres venaient me troubler.  C’était peut-être la faute de la malédiction après tout. J’avais poussé ma sœur à se tuer, il était donc normal que je sois punie. Mais il était hors de question de me laisser faire. Parce que le vrai monstre, la cause de tous ces troubles, c’était Paul. Et un jour, je finirais par le tuer, par me venger. Tout était sa faute. Si j’avais perdu ma candeur et si Hannah avait voulu me quitter. Je le savais, j’en été persuadée, il avait toujours désiré me la voler.

Il y’a quelqu’un pas très loin de moi, équipé d'une lampe torche, mais je n’y prête pas attention. Je n’ai aucune d’idée de qui il s’agit, et de toute façon je n’en ai que faire. Qui qu’il soit, je n’ai pas besoin de lui, pas maintenant. Tout en écrasant les plantes que j’ai ramassé dans un mortier, je viens remettre l’un de mes mèches de cheveux derrière mon oreille. Il ne me manque que quelques goûtes de pluie. Tout en me redressant, je viens rajuster la paire d’ailes de fée se trouvant dans mon dis. J’ai cru apercevoir une gouttière tout à l’heure, je devrais pouvoir y trouver ce que je cherche.

Je comptais passer à côté de ce type sans lui adresser le moindre regard. Pourtant, lorsque j’ai aperçu le faisceau de lumière – probablement un gardien, je n’ai pas pu m’empêcher de l’attraper par le poignet, et de le traîner derrière un mur, lui faisant signe de se taire, en lui montrant la personne chargée de la sécurité. J’avais agi instinctivement, d’une je ne pouvais pas prendre le risque qu’il me dénonce, et de deux, avec Hannah, nous avions souvent l’habitude de nous cacher, les soirs où nous fraquions nos potions, dans le dos des gouvernantes.

Tandis que l’homme fait sa ronde, je pose mes yeux sur lui, le détaillant du regard. Je pousse ensuite un soupir, amusée.

▬  Heh, tu pourrais me remercier, sans moi tu te faisais pincer.

Puis je hausse les épaules :

▬ Mais qu’importe. Qu’est que tu fais dehors à cette heure toi ?

Je ne savais pas quand ce foutu surveillant allait daigner partir. Alors autant faire passer le temps. Rapidement, je vérifie contenu de mon mortier. Tout était encore là, bien heureusement. Au moins, je n’aurais pas à recommencer.

▬ Si tu veux pas te faire pincer, tu ferais mieux d'eteindre ta lampe.
Message Dans Re: monsters ▬ ragnar | le Jeu 17 Mai 2018 - 23:04
★ Anything but ordinary
avatar
Pseudo du joueur : gau
Autre(s) compte(s) ? : orson, amelia, taari, idalia
Personnage sur l'avatar : kaneki ken (tokyo ghoul)

Masculin Âge, classe & année (ou poste) : 18 ans, 7c
Prism' : 45

Messages : 38
★ Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12185-monsters-don-t-get-happy-endings-ragnar http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12350-listing-rp-gau-orson-amelia-ragnar-taari#174426 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12188-ragnar-relations http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12187-maybe-lms-ragnar

Tu peux sentir sa proximité douloureuse à chaque pas, cette voix doucereuse, la présence dangereuse de celui qui a toujours été là. Chaque mouvement se ponctue d'une respiration saccadée, un regard fuyant vers des alentours que tu surveilles avec attention, une peur presque normale lorsque tu essaies de te rappeler la dernière fois que tu as pu sentir ton ventre dénoué. Il fait nuit déjà et tu n'as toujours pas réussi à dormir, comme bien des jours lorsque tu restes debout assez longtemps pour que la nuit tombe. Tu es un couche-tôt, mais lorsque ta conscience passe le cap du crépuscule, tu luttes contre ce sommeil trempé dans la terreur perpétuelle de ce monstre détesté.
Laisse-toi aller, sifflotent les voix, crisse sa voix glaciale, mais tu te refuses à perdre ton peu de lucidité. C'est tous les jours pareils et tes cernes s'amplifient, et tu n'essaies même pas, tu n'essaies même plus et tu te refuses à risquer une rencontre pour le soulagement de laisser ton corps se reposer. Le jeu n'en vaut pas la chandelle, et pourtant, tu donneras tout pour en avoir une - au lieu de quoi tu te trimballes avec cette vieille lampe défectueuse qui clignote parfois, laissant ton corps vriller durant le court instant où tu aperçois sa silhouette déployée. Ne t'éteins pas, ne t'éteins pas, ne t'éteins pas. Tes ongles d'ébène grattent ta joue avec nervosité et tes pas se font plus prudents au milieu de ces terres d'hostilité.

Les jardins sont plongés dans un noir bien trop profond pour que tu n'en acceptes le naturel mais tu y apportes un peu de vision avec ces chaussures qui clignotent et cette lampe dont le revers du faisceau suffit à te maintenir humanisé. Tout va bien, Ragnar.

Du moins, tout va bien se passer - et le silence t'apaise comme la certitude absolue qu'au moins ici, si le pire arrive, tu seras seul à l'affronter et à vivre ce que tu as supporté pendant de longues années.
Tu en es capable, Ragnar.
Capable d'endurer, de lui faire face, de tout accepter.
Tu peux le faire, mais non, n'essaie pas hurlent les voix ; ferme les yeux et attends au milieu de cette lumière salvatrice, empêche-le de venir, d'exister et reste toi, toi, ce gamin si lâche qu'il ait à devenir pour ne pas se laisser dévorer. Tes mains passent devant tes yeux pour les recouvrir et tu songes l'espace d'un instant à te laisser aller, à éteindre cette lumière pour te noyer dans cette douleur qui tiendrait presque du soulagement. Tu y penses, au comble d'un désespoir que la folie dessine et elle apparaît, inattendue, apporte un peu de chaleur à tes mains glacées lorsqu'elle te tire derrière un mur. La logique vole en éclats et tu oublies tes propres démons, tes envies ridicules et l'entièreté de la bêtise à laquelle tu as failli céder.

Plus rien n'existe et n'a d'intérêt si ce n'est cette certitude qu'elle ne la touchera pas, qu'elle n'éteindra pas ce seul vestige de ton être et de tout ce qu'il ne t'a pas pris, lui, ou elle, ce monstre tant haï.

- Non, non, non, non. Oh non, ne t'en fais pas. Je crèverai avant de laisser cette lumière s'éteindre.

Tes yeux s'écarquillent et la dévisagent, tu serres contre toi la lampe torche qui se reflète sur ton visage. On dirait une mauvaise histoire d'horreur mais tu es immensément sérieux, nourri par toute la folie qu'a fait naître en toi la peur de ce monstre omniscient. Tu observes son expression, décortiques le scepticisme que ta réaction provoque et ton sérieux s'effrite au profit d'un gloussement amusé.

- Ne t'en fais pas, je ne vais pas mourir. J'essaierai d'abord de tuer celui qui voudra éteindre ma lampe mais comme je ne pense pas gagner, je suis prêt à tout. Mais, à vrai dire, j'aimerais vraiment pouvoir passer mon examen de maths, demain, avant tout ça.

Tes chaussures continuent de clignoter dans un concert de lueurs étranges et tes doigts serrent si fort la lampe que ta peau se détache de tes doigts à certains endroits. Avec curiosité, tu observes la raison de cette douleur soudaine avant de t'y résigner au travers d'un soupir agacé. Ton regard glisse au bout de tes doigts que tu lèves au niveau de ton visage et la vue de tes ongles parfaitement colorés te rassure. Un autre détail te tortille l'esprit et tu quittes à nouveau ta bulle d'égocentrisme pour observer la petite demoiselle.

- Tiens, je crois qu'on est dans la même chambre. Tu n'as vraiment pas de chance. C'est un premier point commun.


Message Dans Re: monsters ▬ ragnar | le Ven 18 Mai 2018 - 11:57
Run for your lives ✧
avatar
Pseudo du joueur : Xueia
Autre(s) compte(s) ? : Cassou
Personnage sur l'avatar : Illyasviel Von Einzbern

Féminin Âge, classe & année (ou poste) : 17 ans - 7E
Prism' : 271

Messages : 27
Run for your lives ✧
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12178-zelda-wish-that-you-were-here http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12196-listing-rp-zelda#173214 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12201-ocarine-lms-zelda#173269




monsters
 Une fois derrière le mur, je me laisse tomber, avant d’enrouler mes bras autour de mes genoux. Je ne sais pas quand ce stupide surveillant va daigner partir. Et cela m’énerve. Je n’ai pas que ça à faire. Ma chambre grouille de monstres, je dois m’en débarrasser vite, très vite. Mais qu’est-ce que je pourrais bien faire ? J’avais un don, certes. Mais je ne savais pas m’en servir, il y’avait de fortes chances qu’il ne s’active pas. Je ne pouvais pas prendre le risque de me faire pincer. Il valait mieux que je reste discrète pour le moment. Cependant, mes mains tremblent – je crois, je veux qu’il parte, vite, vite. S’il ne part pas comment vais-je bien pouvoir faire pour chasser ses créatures qui avaient élu domicile sous mon lit, ou dans mon armoire ? La peur me noue l’estomac mais je m’efforce de ne pas le montrer. Ne jamais révéler ses faiblesses. Il pourrait s’en servir contre moi un jour.

Il n’a pas l’air de vouloir éteindre sa lampe, soit. En fait, la lumière ne me dérange pas vraiment – elle me rassure même. Le seul problème, c’est ce type qui avait décidé de venir m’emmerder en venant faire sa ronde, et il prenait bien son temps – comme s’il suspectait quelque chose. Je plonge mon regard dans le sien, arquant un sourcil, tout en essayant de calmer mes tremblements :
 
▬ Ok. Tu peux la laisser allumer. A vrai dire, je m’en fiche – moi aussi je préfère la lumière à l’obscurité. Mais, fait attention à ne pas attirer l’attention de l’autre idiot avec le faisceau. C’est tout ce que je te demande.
 

Au regard de la situation, on se serait cru dans un mauvais film d’horreur – nous étions les protagonistes, tentant vainement de fuir ce vilain gardien – et c’était plutôt amusant comme situation à vrai dire, bien que je n’aimais pas vraiment ce type de films. Je détourne finalement le regard, jetant un coup d’œil discret derrière le mur. Il était toujours là :

▬ Hm, à vrai dire, si tu pouvais éviter de mourir, ça m’arrangerait. Je n’ai pas envie d’être tenue comme responsable. J’ai déjà assez de problèmes à régler.
 
A le voir serrer sa lampe contre lui, j’ai l’impression qu’il est comme moi – effrayé par toutes les créatures de la nuit – et je ne peux que le comprendre. Mais je n’en dirais rien, du moins pas pour le moment. L’occasion ne s’y prêtait pas. Je me contente de hausser les épaules :

▬ Bonne chance pour ton examen, je suppose.
 
Je marque une pause, avant de me mordre la lèvre inférieure :
 
▬ Ta lampe. Elle n’est pas en super état.
 
Comment réagirait-il si elle venait à s’éteindre ? Je n’en savais rien, mais quelque chose me disait qu’il était préférable de l’ignorer. Rapidement, je fouille dans mes poches, sortant une petite lampe de poche, que je pose ensuite dans ses mains :

▬ Allume la. Mais fait attention, elle est un peu plus puissante. Évite d'attirer l'autre con.
 
J’arrive un peu mieux à distinguer les traits de son visage, qui m’ait d’ailleurs étrangement familier.
 
▬ Effectivement, nous sommes colocataires. Ragnar, je crois.

Je ne lui ai jamais vraiment parlé. À vrai dire, je ne parle pas beaucoup avec mes colocataires. Je reste enfermée dans ma chambre, chassant les monstres qui l'ont envahie.

▬ Tu crois qu'on a d'autres points communs ? Les coïncidences, c'est amusant.
 
Mes tremblements semblent cesser doucement depuis que la luminosité est un plus forte. Toutefois mon anxiété elle, est toujours là. Je pousse un soupir las :
 
▬ Il faut qu’il s’en aille. Je dois finir ma potion.



Dernière édition par A. Zelda Boström le Ven 18 Mai 2018 - 18:54, édité 2 fois
Message Dans Re: monsters ▬ ragnar | le Ven 18 Mai 2018 - 12:46
★ Anything but ordinary
avatar
Pseudo du joueur : gau
Autre(s) compte(s) ? : orson, amelia, taari, idalia
Personnage sur l'avatar : kaneki ken (tokyo ghoul)

Masculin Âge, classe & année (ou poste) : 18 ans, 7c
Prism' : 45

Messages : 38
★ Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12185-monsters-don-t-get-happy-endings-ragnar http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12350-listing-rp-gau-orson-amelia-ragnar-taari#174426 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12188-ragnar-relations http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12187-maybe-lms-ragnar

Monstre, si tu es là, dis-le-moi.
Monstre, si tu es là, disparais, et surtout, ne reviens pas.
Disparais comme tous les autres une fois arrivé à l'adolescence, disparais de ma tête, qui que tu sois, Mr B ou Megan, homme ou femme, monstre ou humain à l'enveloppe menteuse. Monstre, si tu es là, tue-moi pour ne pas avoir à te supporter, pour qu'enfin nous soyons séparés et que la peur de ta présence disparaisse.


Les ombres dominent, s'engouffrent dans ton esprit, polluent tes pensées. Tu as l'habitude. Tu sais ce que c'est, après des mois dans la cave, après avoir tant désiré le soleil que tu en as oublié l'aspect. Tu connais cette peur qui t'entoure, tu sais éviter les ténèbres et te cacher dans ce poison de lumière.
Tu sais lutter, tu peux lutter, et pourtant rien ne t'effraie plus que de faire face à cette obscurité, à ce monstre avec qui tu es si familier et dont tu sembles être le principal jouet. Elle te rassure, elle laisse tomber, elle semble conciliante mais tu restes aux aguets, méfiant.

Tu es un être solitaire, ayant bien trop subi pour ne voir la confiance qu'autrement que comme cette faiblesse qui t'a mené à te faire si longtemps torturé.
Tu n'es pas bête Ragnar, ta lucidité a disparu depuis longtemps déjà et le noir t'a rendu fou - mais pas assez pour que tu oublies d'en avoir peur. La lampe ne quittera pas tes mains jusqu'à que ce que le soleil se lève, quoi qu'on en dise, peu importe qui et quelle que soit l'autorité - car rien ne saurait t'effrayer davantage que d'avoir à le revoir. C'est une peur qui s'affaisse parce que tout allait bien, selon lui, parce que cette certitude est ancrée, et maintenant qu'elle s'effrite la peur remonte comme si tu remarquais véritablement le danger que le monstre pouvait représenter dans ce monde innocent.

Zelda a beau parler, tu sembles passer à côté de la moitié des paroles et ce n'est que lorsqu'elle évoque l'examen que tu hoches doucement la tête. Tout comme le tien, l'état de ta lampe t'est bien égal pour autant qu'elle s'allume mais le fait qu'elle le relève te fait tiquer véritablement. Tu comprends, à cet instant, comme si la réalité te rattrapait, et comme pour appuyer tes propos, elle clignote, provocatrice. Tout fait sens, à présent. Elle est complice des monstres - et un petit rire nerveux t'échappe avant que tu ne la jettes par terre et la frappe, une, deux, trois, quatre fois, et au-delà des comptes nécessaires, parce que tu ne peux plus lui faire confiance.

Tu frappes jusqu'à ce que tu réalises ton erreur lorsque les ombres surgissent, lorsqu'elles t'enveloppent et tu hurles, mais ça n'a rien d'humain ; tu hurles comme le monstre que tu es, mais plus que cette magie, c'est la peur qui t'enveloppe - et cette longue main crochue vient saisir la lampe que tu allumes, reprenant aussitôt ta forme humaine. Tu as pu sauver ta lucidité mais tu l'as vu, une fois encore, une fois de trop, comme à chaque fois, sans réaliser l'évidente vérité. Tes mensonges te guident dans cette peur qui t'a fait transpirer et tu souffles doucement pour calmer ta respiration, car cette seconde était bien trop longue et tu aimerais déjà l'oublier.

- Ça va mieux, il est parti. Tu avais raison. Merci.

Comment le regarder en face, ce visage qui semble si candide, quand on sait ce qu'il est capable de devenir ?
Tu ne réalises pas ce que tu es, Ragnar, parce que la vérité te détruirait. Tu le sais sûrement déjà, quelque part au milieu de cette logique en morceaux, au fond de ce cerveau détraqué, il y a la réponse à tout, enfouie derrière tout ce qui te définit et cette manie de mentir pour te protéger.
Tu ne peux pas y croire ni même y penser parce que ça semble si ridicule et si terrifiant, parce que ce serait la pire des journées, le pire des moments dont une seule seconde a suffi à te terrifier ainsi.

- Je te fais confiance, puisque tu as dénoncé son complice. Je viens avec toi. De toute façon, le gardien est parti, l'école est trop grande pour qu'il ne s'attarde dans les jardins Retournons dans la chambre.

Un maigre soupir de soulagement vient précéder tes gestes et tu te relèves d'un coup, braquant ta lueur devant toi. Tes chaussures continuent de s'allumer, éclairant le sol à chaque pas que tu fais.

- Je suis Ragnar. Et tu es Zelda, je crois. Tu es en E. Tu devrais peut-être étudier pour les examens à la fin du mois, tu pourrais monter en D. Mon père m'a toujours que la connaissance est une grande arme, c'est ce qui m'aide à m'en sortir.


Message Dans Re: monsters ▬ ragnar | le Ven 18 Mai 2018 - 14:00
Run for your lives ✧
avatar
Pseudo du joueur : Xueia
Autre(s) compte(s) ? : Cassou
Personnage sur l'avatar : Illyasviel Von Einzbern

Féminin Âge, classe & année (ou poste) : 17 ans - 7E
Prism' : 271

Messages : 27
Run for your lives ✧
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12178-zelda-wish-that-you-were-here http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12196-listing-rp-zelda#173214 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12201-ocarine-lms-zelda#173269




monsters
 
Il n’est très bavard, et ne semble même pas m’écouter. Mais peu importe, nous ne devrions même pas être ensemble, le destin avait simplement forcé les choses.  Habituellement, je suis plutôt solitaire – c’est d’ailleurs pour ça que je ne sors que pas de ma chambre, l’idée même de la partager m’horripile, parce que personne ne les voit. Ces monstres qui me tourmentent. Personne ne comprend, et personne ne comprendra probablement jamais. Il n’y Hannah qui était capable de les voir : parce qu’elle aussi était une fée. Le jour ne semble pas prêt de se lever – pour mon plus grand désarroi, et si je terminais pas rapidement mon incantation j’étais bonne pour ne pas fermer l’œil de la nuit.

Ragnar ne semble pas me faire confiance – et je ne peux pas lui en vouloir, parce que je ne suis pas une bonne personne. Je n’ai aucune pitié, mais pourtant je me montre inhabituellement compréhensive à son égard. Je ne sais pas pourquoi, c’est peut-être la peur ainsi que l’obscurité qui jouent. Va savoir.  

Comme je m’y attendais, sa lampe torche fini par clignoter – comme si elle cherchait à appuyer mes propos. Et soudain je le vois jeter la source de lumière, avant de la frapper, encore et encore. Mais je ne bouge pas, je me contente simplement de le regarder se donner en spectacle. Qu’est que je pourrais bien y faire ? Je ne contrôlais moi-même pas ce genre de pulsions, alors je n’étais encore moins en mesure de venir en aide à quelqu’un d’autre, peu importe ce que cela pourrait bien m’apporter.

Mais il finit par arrêter, ses cris déchirants dans la nuit. Je me lève soudainement, vérifiant que nous n’étions pas repérés avant de diriger mon regard vers lui.

Des montres.

Il y’avait des monstres près de lui.

Ils étaient sortis.


Je reste pétrifiée, tandis qu’il ramasse la lampe que je lui avais donné pour l’allumer, chassant alors immédiatement tous les montres aux alentours. Et mon regard se perd alors dans le sien, incompréhensif. Est-ce qu’il voyait les monstres lui aussi ? Est-ce que lui aussi été hanté par ce monstre ? Ragnar finit par briser le silence, confirmant alors – ou du moins en partie – mon hypothèse :

▬ Tu vois les monstres toi aussi ?..

C’est un simple murmure, parce que j’ai peur, peur de me tromper.

▬ Moi, je les vois. Toutes les nuits.

Le silence est pesant. Je ne sais pas, je ne sais pas comment il va réagir. Est-ce qu’il va se moquer lui aussi ? Est-ce qu’il va se moquer comme le faisait Paul ? Rire, me frotter les cheveux, et me toucher de ses mains sales... Je me ronge la peau – celle autour de mes doigts, allant même jusqu’à me faire saigner. Mais l’angoisse, l’anxiété me gagnent et c’est le seul moyen de me calmer.

Il confirme bientôt mes soupçons – lui aussi les voit. Alors je laisse retomber mes bras le long de mon corps, respirant bruyamment :

▬ Oui, retournons à la chambre. Mais avant j’ai besoin d’aller, à la gouttière, il faut que je récupère de l’eau.

Je ne lui laisse pas vraiment le choix, et conduit mes pas vers ladite gouttière, où je prélève de l’eau à l’aide d’une pipette, avant de la laisser s’écraser au fond de mon mortier. Puis, à l’aide du pilon je mélange le liquide, qui prend alors sa couleur lugubre habituelle.

▬ Voilà c’est prêt. Avec ça, les monstres vont me laisser tranquille cette nuit.

Puis je fais volteface vers Ragnar. Il me connaît, peut-être un mieux que je ne le pensais.

▬ Hmph, mon père me répétait la même chose.

Frisson à la pensée de mon paternel. Je suis bien mieux loin de lui :

▬ Mais, je suis bien, en E. Alors je fais exprès de rater mes examens finaux... Mais dit-moi, comment tu fais pour t’en sortir ? En quoi est-ce que la connaissance t’aide ?


Dernière édition par A. Zelda Boström le Ven 18 Mai 2018 - 18:55, édité 1 fois
Message Dans Re: monsters ▬ ragnar | le Ven 18 Mai 2018 - 14:56
★ Anything but ordinary
avatar
Pseudo du joueur : gau
Autre(s) compte(s) ? : orson, amelia, taari, idalia
Personnage sur l'avatar : kaneki ken (tokyo ghoul)

Masculin Âge, classe & année (ou poste) : 18 ans, 7c
Prism' : 45

Messages : 38
★ Anything but ordinary
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12185-monsters-don-t-get-happy-endings-ragnar http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12350-listing-rp-gau-orson-amelia-ragnar-taari#174426 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12188-ragnar-relations http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12187-maybe-lms-ragnar

Quelque chose cloche.

Il y a un malaise qui flotte, un doute incandescent, quelque chose qui te retient d'apprécier pleinement cette confiance. Il y a un élément perturbateur, une réalité désagréable qui se cache dans l'ombre de ce nouveau confort. Le doute persiste, et pour preuve, tu n'as toujours pas éteint la lumière, tu restes accroché à cette lampe comme le nécessaire d'une vie, de la sainteté de ton esprit.

La plupart de ton humanité s'est déjà envolée, emportée par le vent d'une folie intarissable mais tu continues de t'accrocher à cette lueur comme si rien ne pouvait t'en séparer. Imperturbable, comme si ce cerveau assombri de sombres croyances était assez familier pour t'ouvrir la porte vers un quotidien décent.
Quelle naïveté Ragnar, et cette réalité frappe, et c'est le bruit de l'eau, cette fois, qui te ramène à la réalité. Elle les voit, du moins, elle voit des chooses, parce qu'il n'y en a qu'un, et tu la trouves bien bête, tu la trouves folle, idiote, et pourtant tu te sens proche d'elle.

Les ombres sont là, dansantes autour de vous près de l'eau claire et votre chambre semble si proche, si paisible, et pourtant même vos camarades endormies semblent prêts à prendre une toute nouvelle forme, à devenir monstres à tout moment lorsque tu aurais perdu ton peu de lucidité.
Rien ne va, Ragnar, parce que tout ça te taraude, parce que tu réfléchis à ses mots, parce que sa voix semble différente, plus profonde, que tu as envie de croire et que ces sentiments créent une contradiction parfaite avec le genre de personnes que tu es.

Parce que cette sensation désagréable te rappelle quelqu'un, quelque chose, et que tu veux élucider ce monstre là, maintenant, et tu ne t'approcheras pas d'elle, tu ne la laisseras pas te berner et tu restes loin, l'observant, les yeux plissés, méfiant et te remplissant petit à petit de cette haine que tu connais bien. Le problème, tu as l'impression de mettre le doigt dessus et tu fouilles au fond de ta mémoire, entre les pensées monstrueuses et les réflexions de folie.

Le problème semble si proche et tu tapotes tes doigts sur le manche de la lampe avec impatience envers ton manque de pertinence.
Alors, tu réalises.
Tes yeux s'agrandissent de surprise, parsemés d'une haine que tu as du mal à contrôler et tu recules à nouveau, prenant tes distances avec elle, avec ce souvenir, avec ce démon de ton passé.

- Toi... ton pouvoir, c'est la persuasion ?

Elle est comme lui, comme elle, comme cette chose. Elle est comme ce démon, ce fautif, cette ignoble chose que tu n'oublieras jamais. Elle est comme celui qui t'a rendu ainsi, peut-être que c'est elle, non, elle doit l'être, parce que si ce n'est pas elle, à qui pourrais-tu faire endosser ce fardeau ? Elle sera la coupable par sa simple présence, elle et personne d'autre, avec ce pouvoir maudit, cette malédiction pire que la tienne. Qu'importe si la maison a brûlé, si tu ne l'as plus jamais vu, qu'importe si tout s'est arrêté - l'important n'est pas de savoir si on est en paix mais quand commencera la prochaine guerre, et pour toi, il n'est pas question de t'y laisser entraîner.

- Je le déteste. Et je déteste tous ceux qui ont cette magie. Je te déteste. C'est toi qui m'a fait détruire ma lampe, hein ? C'est toi qui l'a fait venir ? À moins que ce ne soit toi, B, depuis le début ? Je n'y comprends rien. Je ne comprends rien du tout à tes manigances.

Bien sûr, ce n'est pas elle. Ça n'a jamais été elle - et c'est bien la première fois que tu la vois de ta vie, mais la logique n'a plus vraiment sa place au milieu d'une telle crise. Ta main passe devant ton visage, et les deux, lâchant cette lampe qui frappe le sol sans pour autant s'éteindre. Elle clignote lors de sa chute, laissant apparaître ta silhouette monstrueuse un instant avant de se rallumer.

Tu ne peux pas lui faire confiance, tu ne sais même pas si elle ne te manipule pas déjà depuis longtemps. Pourquoi a-t-il fallu qu'un autre se trouve là ? Pourquoi est-ce que ce devait être elle ?
Tu n'en peux plus, peux plus, peux plus... et tu les détestes tous, lui, maintenant elle, et tous ceux qui dorment. Tu as envie de pleurer, de hurler, et le sang te monte en même temps que ces idées noires, mais pourquoi Ragnar, avec tes ongles noirs et ta lumière qui persiste, tu devrais être en sécurité. Tu ramasses ta lampe et continues de l'observer en reculant. Tu as envie de disparaître loin, loin de ce monde parce que tu en as assez de toujours le détester.

- Ça m'est égal. Va-t'en. Je ne veux plus te voir.


Message Dans Re: monsters ▬ ragnar | le Ven 18 Mai 2018 - 19:17
Run for your lives ✧
avatar
Pseudo du joueur : Xueia
Autre(s) compte(s) ? : Cassou
Personnage sur l'avatar : Illyasviel Von Einzbern

Féminin Âge, classe & année (ou poste) : 17 ans - 7E
Prism' : 271

Messages : 27
Run for your lives ✧
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12178-zelda-wish-that-you-were-here http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12196-listing-rp-zelda#173214 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12201-ocarine-lms-zelda#173269




monsters
 
Et puis tout semble basculer lorsqu’il me demande si mon pouvoir est la persuasion. Comme s’il m’accusait de mentir, comme s’il me considérait comme une simple victime de mon pouvoir. Et c’était faux, parce que je le savais, je le savais qu’ils existaient vraiment. Et je n’étais pas la seule témoin, Hannah, et lui-même le savait.

Les monstres nous guettent.

▬ Et alors ? Tu insinues quoi ? Que je ne suis qu’une menteuse ? Que les monstres n’existent pas, et que c’est juste un effet de mon pouvoir ? C’est ça ? Toi aussi tu es comme eux au final. Je pensais que tu étais spécial, mais je me trompais.

Alors je me laisse envahir par la colère, parce qu’il n’a pas le droit. Il n’a pas le droit d’insinuer que je mens. Je ne contrôle plus l’intensité de ma voix, je ne sais pas si je crie, si je hurle, ou si je murmure.

Les fées existent, les monstres existent.
Les fées existent, les monstres existent.
Les fées existent, les monstres existent.
Les fées existent, les monstres existent.
C’est Hannah qui l’a dit.
Et s’il contredit Hannah.
Je vais l’anéantir.
L’anéantir.

Le bruit du mortier qui s’écrase au sol me ramène à moi. Je serre les poings, mordant à nouveau ma lèvre inférieure. Calme toi Zelda, contient ta colère. Respire, ne le frappe pas. Il n’en vaut pas la peine. Ne t’attire pas plus d’ennuis.

▬ Les monstres existent. Et tu le sais.

Mais peut-être qu’au fond, on se ressemble trop. Qu’on se ressemble tellement qu’on ne pourra jamais s’entendre. Nous sommes tous les deux hantés par nos démons, par ces monstres qui nous empêche de fermer l’œil chaque soir. Et au fond je m’en fiche, parce que je n’ai besoin de personne. Je n’ai pas besoin de lui. A la base, il était simplement une distraction, juste là pour faire passer le temps. Mais j’avais envie de croire, de croire que quelque chose de bon pouvait se passer, que l’on pourrait chasser nos démons ensemble, comme nous le faisions avec ma sœur :


▬ Et moi ? Tu ne crois pas que le déteste ? Mais pour qui tu te prends ? Est-ce que tu crois que c’est pouvoir facile à supporter au quotidien ? Je dois surveiller le moindre de mes mots, sinon qui sait quelles conséquences ils auront. Puis tu sais quoi ? Maintenant je m’en fiche. Tu m’as ouvert les yeux. Merci. Ça ne vaut plus la peine de faire confiance.

Je n’ai rien fais et je le sais. Je ne suis responsable de rien. Ce n’est pas comme ce jour-là. Je n’ai rien fais, rien dit, je ne lui avais jamais adressé la parole. Alors je ne l’avais pas manipulé. Il était juste complètement paranoïaque.

La lampe tombe et il révèle alors sa vraie forme. Mais je n’ai plus peur. Parce que je le sais désormais, ce ne sont pas mes monstres. Ce sont les siens.

▬ Tu es vraiment complètement stupide. Mais tu sais, moi aussi je m’en fiche. Je n’ai besoin de personne. Ne t’approche plus de moi, et reste loin de ta chambre. Reste avec tes démons. Moi je tiendrais compagnie aux miens.

Et je fais volteface avant de complétement dérailler.
Je n’ai pas besoin de ça cette nuit.
Parce que le sortilège s’est cassé et que les monstres me tiendront compagnie jusqu’au petit matin.

Message Dans Re: monsters ▬ ragnar | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «établissement :: Extérieurs :: Jardins-