» prédéfinis

» mini news
15.06 N'importe quel adulte peut maintenant avoir en filleul un élève de D ou E.

07.05 Prismver a 6 ans ! Le temps file ♥
» intrigue

» rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Ne jamais déranger une pirate en pleine activité ♦️ Ashley Mera

Ballon prisonnier ♦️ Amélie Langevin

Drinking 'til we all get sick ♦️ Cattleya A. Taylor

Sunday Afternoons ♦️ Alice K. Andel

ajouter le mien ?
» à l'honneur

Amélie Langevin
www.

» infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
catch me if you can // athena







Partagez | 
 


 catch me if you can // athena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans catch me if you can // athena | le Ven 20 Juil 2018 - 20:54
avatar
Invité
Invité


Catch me if you can // Athena
Attrape-moi si tu peux, Athena.
Attrape ces désirs virevoltant aux quatre vents, ventant les vices de mes humeurs, vendant les vils revirements d'une personnalité sans attache que rien ne semble pouvoir vraiment comprendre. Attrape-moi si tu peux, au détour d'une courte hésitation, par le regard d'une brève sincérité que nul ne semble pouvoir repérer.
Attrape-moi si tu peux,
Arrache-moi à ma liberté, à cet ennui que je hais.

Nous avons rendez-vous aujourd'hui, il paraît. Le chemin vers les égouts est une aventure en soi, puisqu'il abrite le QG des Voltor, et de fait, parmi les pires élèves de l'école.
(Les plus violents, privés de paix ;
Les plus libérés, privés d'un ennui répété)

Les élèves craints, dorlotés dans une peur si dégoulinante de lâcheté qu'elle en accentue le plaisir du mal effectué.
Penses-tu comme moi, à tout l'espoir effacé ?
Penses-tu comme moi, Athena ?

Je me nourris de ces sentiments, du paroxysme d'un désespoir créé, comme la preuve absolue d'une domination sur les autres. Le pouvoir ne m'intéresse pas, mais la liberté découle d'un force à laquelle il semble si facile de devenir addict.
Je me nourris de la peur et du courage qu'ils déploient.

Attrape-moi si tu peux, Athena.
Attrape cette ombre qui observe, couvre ce regard qui décrypte ; noue ces mains qui châtient.
Attrape-moi, et maintiens-moi en vie.

« Désolée, je suis en retard. »

Sans l'être pour un sou, et le quart d'heure se présente comme la première mise-en-abime d'une haine qui n'aura cesse de croître. Je refuse de me laisser balader comme la simple égale des autres Voltor, et le paradoxe s'installe dans sa simple présence dont elle me gratifie.
Les dés sont déjà jetés.
Le destin se plie en une faveur qui m'est accordée.

Je traverse le QG pour rejoindre Athena dans le coin où elle s'est installée et saute à pieds joints sur la table avant de m'y asseoir en tailleur. Les objets, comme les mets, sont plus attrayants quand ils portent le parfum de l'interdit.
Comme un destin, portant celui du danger.
Elle m'a convoqué ici pour une raison - mission, recadrage ou une simple discussion personnelle, je n'ai pas envie d'y penser. Mon esprit vagabonde, s'écarte des moindres préjugés pour n'en laisser que la surprise intacte d'un futur imminent.

« Allez, dites-moi maintenant. Pourquoi m'avoir donné rendez-vous ici, madame la chef ? »


Message Dans Re: catch me if you can // athena | le Sam 21 Juil 2018 - 13:43
Selfishness and rage
avatar
Pseudo du joueur : Lily
Autre(s) compte(s) ? : Lexi, Songli, Wolfy † Niniels
Personnage sur l'avatar : Kurisu Makise (Steins;Gate) + red head girls || Rose Leslie + Karen Gillan (IRL)

Féminin Âge, classe & année (ou poste) : 18 (04/07) • 7B • Astronomie
Prism' : 8973

Messages : 255
Selfishness and rage
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11372-in-between-being-young-and-being-right-you-were-my-versailles-at-night-label http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9555-we-re-all-stories-in-the-end-make-it-a-good-one-eh#166044 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11398-you-and-i-were-fire-fire-fireworks http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12502-we-are-like-young-volcanoes#175750



❝ you're in
or you're out. ❞
- Ame'n'Athe -
Say You're One of Them ~ a fiction by Uwem Akpan
 Attendre. Toujours, encore, toujours, encore, toujours. Merde. Je n’aime pas ça. Je perds mon temps je le sens. Enfin, je me mens. Ce que je ressens vraiment dans mes tripes c’est une intuition. Que ça vaut le coup ce rendez-vous. Elle a dû recevoir le LMS qui la convie à se bouger le cul jusqu’au QG qu’elle délaissait bien trop souvent. Raison pour laquelle elle mérite un rappel à l’ordre, et même plus que cela dans le cas d’Amelia : un appel tout court.

Elle est space mais ça ne justifie pas tout.

On est tous space dans ce pensionnat, sur cette île même. Alors qu’elle rejoigne les Vautours, très bien. Mais qu’elle soit invisible alors que ce n’est même pas son putain de don, non. J’en connais qui passe une fois de temps à autre, plus vengeur que suiveur, mais c’est pas grave. On est pas un groupe de potes soudés qui tapent des gueules. On est pas dans un dessin-animé. Personne n’est fidèle et on se serre les coudes juste pour un objectif commun, même éphémère. Car chacun doit y trouver son compte dans ce groupe.

Mais elle, c’est autre chose. On sait pas trop ce qu’elle fout là.

Alors j’ai envie de savoir. J’ai envie de l’activer car, sous ses airs de dérangée, je me dis qu’on pourrait en faire quelque chose. En attendant… bah j’attends et je supporte pas ça. Cette inaction subie alors que des militaires et autres touristes s’en prennent peut-être à mes protégés ce soir. Et je suis bloquée dans ces égouts plus ou moins nauséabonds, à tourner en rond, à même laisser divaguer mon esprit entre la danse exécutée plus tôt dans la journée - je danse un temps malgré moi dans le QG abandonné - et l’Histoire comme première matière de ma future journée - j’ai déjà bien préparé mes sujets, il faut juste espérer ma venue à l’heure. Et vu comment cette dernière tourne, je sens que c’est pas forcément gagné.

Finally.

Putain enfin ! Elle me lance des excuses de son visage impassible qui enclenche à l’inverse le nerf de l’agacement sur le mien, je lâche d’un ton dur et froid, reprenant en anglais : Pas besoin de faire mine d’être désolée quand tu ne le penses pas Amelia. Si je ne supporte pas attendre, les faux-culs c’est pire.” Elle s’approche et s’installe sur la table devant mon œil bleu blasé et déjà saoulé. Okay, elle fait bien ce qu’elle veut. Mais si elle la casse, elle la repaye. Je crois que par rapport à moi et beaucoup de notre groupe, le fric n’est pas un problème pour elle. À sa réplique, je crois que je vais la baffer mais je me contiens. Je crois que gérer quelques débiles ayant rejoint ma Milice de Vautours a augmenté ma patience. Ou presque.

Madame la chef va te demander d’arrêter ça tout de suite. Je suis pas là pour jouer à la plus maline avec toi. Je souffle par le nez, agacé, puis reprend : J’ai pas que ça à foutre de te donner rendez-vous… surtout en le commençant en retard : donc on va faire ça vite et bien. Je lui indique le lieu de mes deux bras écartés, paumes ouvertes : Il n’y a pas de chef ici, il n’y a que des gens avec des buts personnels qui tentent de les mettre en commun… acceptant la violence pour réussir. Je connais pas tout le monde à la perfection chez les Voltors, certains passent rarement… comme toi. Mais dans l’ensemble, je capte ce qu’ils cherchent à faire.

Avec toi : non.

Je comprends pas ce que tu viens foutre ici Amelia. Quand t’as voulu rejoindre les Voltors, on était okay : c’est pas comme si on refusait les coups de mains et autres coups de poings en plus. Mais depuis le temps, qu’est-ce que tu as fait pour la cause ? Je te demande sincèrement car pour moi, c’est que dalle. Tu n’as ni envie de défendre, ni envie d’attaquer. Et franchement, et c’est le seul vrai problème que j’ai avec toi, je refuse d’avoir des spectateurs qui en foutent pas une alors que d’autres se saignent littéralement pour leur objectif. Si t’es lâche, tu peux bien te casser, te réclamer Adler et rejoindre leur nouveau Leader futuriste à la con.


Je viens de balancer une tirade, elle a beau être ferme, je n’ai pas eu à hausser le ton, juste par endroits à poser des silences d’accentuation. Je sais bien qu’elle va pas me sortir des excuses à la con, des “je vais m’y mettre, promis !” et autres “donne moi des missions alors”. Je n’attends pas ça d’elle. Si elle veut se barrer, je veux juste qu’elle le fasse honnêtement. Je supporte pas sa lâcheté et je préfère qu’elle l’assume au lieu de souiller de l’intérieur notre mouvement que je juge salvateur malgré nos méthodes. So Ame, you’re in or you’re out?
code by lizzou — mardi 26 juin 2018 — midnightblue



- Memories turn into daydreams
Baby we built this house On memories Take my picture now Shake it till you see it And when your fantasies Become your legacy Promise me a place In your house of memories I think of you from time to time More than I thought I would You were just too kind And I was too young to know That's all that really matters I was a fool × code by lizzou.
Message Dans Re: catch me if you can // athena | le Dim 22 Juil 2018 - 17:59
avatar
Invité
Invité


Catch me if you can // Athena
C'est le croisement de deux esprits dont les formes s'opposent, une rencontre électrique ponctuée d'un agacement compréhensible et qu'elle ne manque pas de faire valoir. Une réponse directe, et elle ne la ménage pas, mais ce n'est qu'un prélude au long discours qu'elle déroule, privée de la moindre gêne comme d'un quelconque tact. Je ne suis pas sûre de quoi que ce soit, en l'instant même, alors que ses mots résonnent avec cette honnêteté écœurante et que ses principes frappent avec tant de violence à la porte de ma conscience. Je nage en un doute vibrant, oppressée entre l'envie de laisser couler mes instincts et la patience de laisser la fleur se faner.

La culture d'un esprit humain se réalise dans un instant éphémère, au paroxysme de sa beauté, quand  la moindre pétale se dévoile et avant qu'elles ne commencent à tomber.
Ils se travaillent au fil d'efforts, d'une attention particulière - et si j'éprouve un intérêt indiscutable pour elle, nos rapports viennent de débuter et je veux chercher à la cerner avant de chercher à déformer la moindre parcelle de son identité.

Elle m'apparaît comme une tempête dévastatrice, ignorant les moindres obstacles pour laisser place à sa propre force, un objectif concret à la forme unique que rien ne semble pouvoir troubler.
Athena resplendit, dans cette confiance, dans cette droiteur accablante - et je me laisse porter pour un certain temps, dans ces discours si francs et ce charisme violent. Je me laisse mener en silence, hochant simplement la tête avec un sourire si ravi de la force qu'elle m'oppose.
Mon esprit s'évade, étranger à l'atmosphère, submergé par l'amusement que ton être éveille et par la volonté que tu m'imposes. Choisis, Amelia - c'est comme un ordre, le rideau d'une pièce levée par un acteur mécontent des réalités mélangées.

« Oui madame Athena, j'ai compris~ »

Il y a méprise, pourtant, car cette hypocrisie que tu décryptes n'est qu'une des expressions de mes désirs versatiles. Ce n'est qu'une humeur de l'instant, comme une teinte qui change selon la présence de la lumière - et la tienne éblouie mes moindres pensées.

Nous sommes différentes, et cette vérité s'inscrit dans le calme que mon regard oppose à ta colère contrôlée, que tes principes déposent sur ma nonchalance quotidienne. Peux-tu comprendre ta limite, Athena ? Peux-tu comprendre mon esprit, ne serait-ce qu'un simple fragment de ces pensées uniques ?
Je ne comprends pas le tien, tu sais.
Je ne comprends pas l'humain, cette colère qui résonne et dont l'expression sincère me fait vibrer d'amusement.

Le monde semble tourner en sens inverse, dans ce mécanisme si différent de moi que je passe mon temps à rechercher les raisons de mon existence ici.
Le monde est chaotique, mené par les désirs égoïstes, par les gens malins - et ni toi ni moi n'y avons notre place. Un peu de rigueur ne changera rien, Athena - et cela fait bien longtemps que j'ai cessé de chercher ma place ici bas.

« Autrement dit, tu veux que je te donne les raisons qui m'ont poussé à venir ici, et que je m'investisse un peu plus dans ce charmant regroupement de brutes. »

Mes pieds se balancent à un rythme régulier, marquant le pas de ma respiration inchangée. Peux-tu lire au fond de moi, Athena ?

J'aimerais trouver quelqu'un qui comprenne, quelqu'un qui partage mes pensées. J'aimerais sortir de cette solitude forcée, trouver des gens pour mieux m'en débarrasser - et je veux contrôler la moindre parcelle de cette existence à la raison inexpliquée.
Je veux briser ce destin écrit, contrôler ma propre existence.

Peux-tu comprendre, Athena ? Peux-tu voir comme ce groupe est insignifiant, en comparaison avec les forces que je cherche à défier ?
L'autorité n'est pas invisible, elle est simplement dérisoire quand on cherche à comprendre les fondements de l'univers, et à en défier les divinités.

« Je n'ai pas vraiment de but, en fait. »
Si ce n'est de comprendre.
« Les gens, parfois je leur tape dessus, parfois je leur fais des câlins. Je n'ai pas besoin de raison - pour ça comme pour le reste, d'ailleurs. Je fais ce dont j'ai envie. C'est un problème ? »

Je hausse les épaules légèrement, plongeant un regard interrogateur dans le sien.
En soi, c'est mon but personnel à moi - et je comprends qu'elle cherche davantage à cerner mes intentions plutôt qu'à vraiment les remettre en cause.
Elle veut que j'agisse, et je doute que le reste l'intéresse.
Chanteuse solitaire, prisonnière d'un monde qu'elle cherche à changer.

« Si tu as envie, je peux taper des gens pour toi. Et même plus. Tu me plais bien, tu sais ? Tu as l'air d'être du genre à se perdre dans ses idéaux et se faire engloutir par le monde en voulant le changer. »


Message Dans Re: catch me if you can // athena | le Jeu 26 Juil 2018 - 11:36
Selfishness and rage
avatar
Pseudo du joueur : Lily
Autre(s) compte(s) ? : Lexi, Songli, Wolfy † Niniels
Personnage sur l'avatar : Kurisu Makise (Steins;Gate) + red head girls || Rose Leslie + Karen Gillan (IRL)

Féminin Âge, classe & année (ou poste) : 18 (04/07) • 7B • Astronomie
Prism' : 8973

Messages : 255
Selfishness and rage
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11372-in-between-being-young-and-being-right-you-were-my-versailles-at-night-label http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9555-we-re-all-stories-in-the-end-make-it-a-good-one-eh#166044 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11398-you-and-i-were-fire-fire-fireworks http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12502-we-are-like-young-volcanoes#175750





❝ you're in
or you're out. ❞
- Ame'n'Athe -
Say You're One of Them ~ a fiction by Uwem Akpan
 Expiration. Elle persiste à m’appeler madame... Elle croit me respecter en disant ça ? Non, elle cherche juste une baigne, je vois pas d’autres explications… Je dois continuer de rester calme : malgré l'absence de public et la présence de violences chez moi, je sais que je ne dois pas devenir ce genre de personnes. Mais elle ne m’aide pas à me calmer. Je déteste son ton. Son allure. Son vocabulaire. Elle me cherche, elle risque de me trouver plus vite que prévu. Je tente l’acquiescement, les dents serrées : “Oui. C’est ça. J’aimerais comprendre.” Comprendre pourquoi tu es chez les brutes, c’est ça. Elle va rapidement saisir que je le suis…

Non. Non, attends encore Athe : tu es responsable et pas si brutus qu’on te l’a toujours dis. Tu peux te contrôler.

Sa réponse ne me désarme pas mais soulève bien un de mes sourcils. Non, ce n’est pas un problème. Je lui explique d’ailleurs : “Non, c’en est pas. On fait tous ce dont on a envie ici… Et les plus violents sont aussi parfois tactiles dans l’autre sens… Cela m’arrive, rarement et avec mes proches, mais ça arrive. Pas besoin d’être une machine froide, une machine de guerre, avec un objectif développé dans un plan en trois parties. Tu peux improviser parfois… Tu peux être plus… câline aussi. C’est pas ça le problème Amelia.

Sa réponse me désarme cette fois-ci. Mon visage entame un léger mouvement de recul, ma lèvre se pince avec rejet. Qu’est-ce qu’elle insinue ? Je veux pas de ça, moi. Qu’elle joue avec moi. Je le sens, je le sens venir l’appât et le filet derrière. Je t’aide un premier temps, je te tue à la mi-temps. J’ai pas envie qu’on m’aide, juste de comprendre. Et là, ça empire dans le flou, l’énigmatique, l’inquiétant. Tout ce que j’ignore m’inquiète. Tout ce qui échappe à mes prises m’inquiète.

C’est pour ça qu’elle m’inquiète.

Est-ce que je suis effrayée par elle ou compatissante ? Un mélange des deux ou une troisième option, pleine d’ignorance et d’espérance. Je mords ma lèvre inférieure gercée, avale ma salive et lâche finalement : “J’ai peut-être l’air de ça… Je le suis peut-être…. Mais je me débrouille. Si j’ai lancé la Milice et encouragé les Voltors, c’est que je respecte le travail de groupe. Le collectif, en sport par exemple, c’est toujours du bon. Ceci étant posé… je n’ai besoin de personne. Je hoche négativement de la tête : Je n’ai pas besoin de toi Amelia. Mes poings et ma tête me suffisent. Je veux pas d’un petit chien obéissant. Ce que je veux encore une fois : c'est comprendre qui tu es… Non seulement pour toi, non seulement pour moi, mais aussi pour les autres.

Passage aux aveux. J’ai peur des traîtres. J’ai peur des défaites oui. Mais je n’ai pas peur de me battre seule. De douiller dans le combat. J’y survivrai… ça oui, j’y survis. Respiration un temps. Alors oui et non : je ne veux pas te donner de missions si tu ne les saisis pas. Je veux que tu trouves un but si tu n’en as pas, ta place si tu ne la connais pas. Il faut arrêter d’être spectatrice au bout d’un moment, au risque de te faire mal : car le gain est grand. Je la fixe du regard, jouant avec la bague de mon index, pensive : Tu me sembles intelligente mais ce que tu fais, c’est de la connerie. Tu es paumée comme tout le monde et faudrait que tu saches où aller. Un minimum du moins. Je te propose les Voltors pour ta quête… mais je parie pas que tu sauras trouver toutes les réponses de ton enquête.” Je peux rien lui assurer, je la connais même pas assez pour qu’elle saisisse le sens profond de mes paroles. Mais je peux au moins tendre la main : non pour l’aider à se relever, mais lui pointer une direction possible. Peut-être que la différence va s’effacer sur le même chemin ?
code by lizzou — mardi 26 juin 2018 — midnightblue



- Memories turn into daydreams
Baby we built this house On memories Take my picture now Shake it till you see it And when your fantasies Become your legacy Promise me a place In your house of memories I think of you from time to time More than I thought I would You were just too kind And I was too young to know That's all that really matters I was a fool × code by lizzou.


Dernière édition par L. Athena Bottero le Dim 12 Aoû 2018 - 14:22, édité 1 fois
Message Dans Re: catch me if you can // athena | le Dim 29 Juil 2018 - 16:10
avatar
Invité
Invité


Catch me if you can // Athena
J’aimerais comprendre.
Moi aussi, Athena. J’aimerais lier ce fil du destin avec celui de mes pensées, nouer mon futur avec mes plus profonds désirs. J’aimerais avoir le contrôle, pouvoir décider de ce que je saurai, de ces gestes imprévisibles et de ce qui ne semble pas être le problème selon toi. J’aimerais être différente pour le simple plaisir de le découvrir, j’aimerais être moins changeante pour mieux répondre à tes paroles d’une unité illusoire.
J’aimerais comprendre, comprendre comment je pense.

Ne trouves-tu pas que ce serait moins amusant et que l’accomplissement n’ôterait pas le plaisir qui découle de toute cette recherche ? J’ai toujours cherché la réponse à mon existence, ignorant que tout se résumait sans doute à la simple existence.
J’ignorais, parce que ça semblait moins facile.
J’ignorais, parce que c’est tout ce qui demeurait.
La réponse est là, quelque part, enfoui sous des millions d’années de théologie et d’une science où les limites s’arrêtent à la raison-même. La réponse est là, brillant au regard de sa propre existence, invisible ux concepts de simples enfants de boue.

C’est pas ça le problème, Amelia.
Le problème c’est tout le reste, tout ce qui m’entoure comme la représentation stérile d’une comédie sans but, parce qu’il vaut mieux sourire que céder à la solution facile. Parce qu’il vaut mieux se mentir que de pleurer, parce qu’il vaut mieux se donner la force de penser que tout n’est pas qu’une conséquence grossière d’un plan déjà tout écrit.
Cette unité n’existe pas, Athena.
Elle n’existera jamais, et cette organisation n’est que l’illusion enfantine des plus mensongers. Elle n’existe pas, et tu n’as besoin de personne, tout comme moi, et cette bonté ne sauvera pas les moindres d’entre nous d’un destin inévitable.

C’est contre ça que je me bats. C’est au summum du doute que j’incarne l’humanité, à la frontière des réalités que je me sens vivre, dans une spiritualité nullement atteinte et la certitude d’une réalité qu’incarnent mes différences.
Je ne suis pas Voltor, Athena. Pas intelligence, humaine, seule ni même existence. Je ne suis que le reflet d’un doute constant, d’une conscience trop étirée et la colère que n’être que reflet de quelques mots issus d’un esprit innovant. La théologie m’agace tout autant que l’humanité que ton message m’évoque, et je ne veux pas de ça, de ces compromis idiots et d’une solidarité qui ne signifie rien.
Je ne veux pas de qui que ce soit à mes côtés.

« Tu sais, madame Athena, tu es la première personne qui est aussi honnête avec moi. Je ne pense pas que ça changera quoi que ce soit, mais d’accord, je vais t’expliquer. »

Mes jambes battent la mesure, encore et toujours, imperturbables. Imperturbable. Ce n’est pas vraiment un avœu, juste la pensée à la base de toute une existence, juste une évidence lointaine dont l’incompréhension n’est qu’une nouvelle preuve de cette solitude bien plus profonde qu’elle ne paraît l’etre.
Des mots ne suffisent pas, Athena.
La vérité ne suffit pas, de même qu’un groupe ou l’ensemble des coups qu’il pourra porter.

« Je suis paumée, sans aucun doute, alors je cherche à savoir ce que je fais là. Je veux les réponses que ma conscience réclame, un bonheur au-delà de ce que les gens ont trouvé. Ou un malheur, je ne sais pas trop. Je crois que ça m’est égal. Peu importe ce que ça m’apportera. Mais je suis prête à détruire l’univers si ça signifiait que mes réponses sont au bout. »

Je lève mon regard vers le plafond, pensive, un sourire rêveur aux lèvres. Tout semble si lointain quand on en parle, comme une vérité qui s’échappe. La réponse ne viendra jamais, c’est sans doute ce qui rend le tout si excitant. Pour autant, je ne perds pas la moindre part de ma volonté. Je n’abandonnerai pas cette quête, puisque dès lors, je perdrai toute raison d’être.
Tu ne peux pas comprendre, Athena.
Personne ne le peut. Chacun a abandonné, réduisant ces réponses à un doute nécessaire, comme une défaite si fataliste que nul n’a jamais cherché à la remettre en question. Personne ne le peut, pas même moi, mais ce sentier infini me semble autrement plus vivant que n’importe quel autre chemin.

« Les Voltors sont les plus proches de moi parce qu’ils se moquent des méthodes. Le but du groupe, ça m’est égal, et ça ne changera rien au mien. Et puis, vous êtes tous si autodestructeurs que je ne peux m’empêcher de regarder. »

Comme chaque élève, comme chaque espoir.
Comme chaque groupe, chaque oiseau lorsque sonnera le gong, lorsque le doute cèdera place au gigantisme de ce que les futuristes au prévu au nom d’une paix menteuse.
Comme moi, depuis ma simple naissance.

« Je me moque du groupe, mais j’agirai en son sens si tu m’affirmes que ça peut m’apporter un bout de réponse. Tu n’auras qu’à me donner les missions que tu veux. Si ça te suffit, alors je m’arrêterai à ça. Sinon, je partirai. Je n’aurai jamais de sentiment d’appartenance à ce groupe alors je ne vais pas faire semblant. »

C’est l’avantage, j’imagine. Je me lève de la table pour faire le tour de la pièce dont j’observe les éléments de décoration avec intérêt. Athena ne rigole pas, chacun s’est investi ici. Cette évidence se voit tout autour, dans chaque détail, chaque élément, dans cette propreté inattendue. Pour un QG secret au milieu des égoûts, c’est même irréprochable.
L’unité donne une force que je ne peux comprendre.

« Si tu n’aimes pas les traitres, autant que tu le saches. Un jour ou l’autre, je m’en irai d’ici et je continuerai mon chemin seule, bien plus loin. »


Message Dans Re: catch me if you can // athena | le Dim 12 Aoû 2018 - 14:55
Selfishness and rage
avatar
Pseudo du joueur : Lily
Autre(s) compte(s) ? : Lexi, Songli, Wolfy † Niniels
Personnage sur l'avatar : Kurisu Makise (Steins;Gate) + red head girls || Rose Leslie + Karen Gillan (IRL)

Féminin Âge, classe & année (ou poste) : 18 (04/07) • 7B • Astronomie
Prism' : 8973

Messages : 255
Selfishness and rage
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:

http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11372-in-between-being-young-and-being-right-you-were-my-versailles-at-night-label http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9555-we-re-all-stories-in-the-end-make-it-a-good-one-eh#166044 http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11398-you-and-i-were-fire-fire-fireworks http://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12502-we-are-like-young-volcanoes#175750






❝ you're in
or you're out. ❞
- Ame'n'Athe -
Say You're One of Them ~ a fiction by Uwem Akpan
 Intriguée. Je l’étais déjà bien assez mais sa nouvelle introduction d’explication me rend encore plus attentive. Je sais que mon petit cerveau magique me rappellera tout mais autant l’aider en captant correctement ses paroles jusqu’à son intonation si particulière. Ce qui ne me surprend pas en revanche, c’est l’hypocrisie générale qu’elle doit se taper habituellement : entre ceux qui ne la comprennent pas et ceux qui ne veulent même pas le faire, par crainte et préjugés, trouver un interlocuteur ouvert mais surtout honnête, ça doit être rare. Elle et moi devons au moins partager ce point commun, cette rareté dans la vérité.

Je comprends cette volonté de se chercher, de trouver quelque chose, de tout faire pour, au risque que ça tourne mal, dans le but même que ça tourne mal. Juste se sentir exister, vraiment. J’en ai fais des conneries par le passé. Ha, j’en refais quotidiennement : erreur humaine que je suis. Mais ce n’est pas grave car je sais pourquoi je le fais. Mes échecs me font également avancer, me font mûrir. Le malheur n’est qu’un voyage avec le bonheur comme destination inatteignable. Mais il faut se persuader d’avancer au moins, toujours essayer du moins. Amelia a la volonté, il lui manque un élan.

Elle poursuit et je ne peux m’empêcher de contracter la mâchoire, léger rictus de haine incontrôlable. Qu’elle ne soit pas une vraie Voltor, je m’en doutais et l’accepte. Qu’elle nous observe comme des rats de labos avec un sourire cynique de laborantine folle : non merci. On vaut mieux que ça. Peut-être qu’elle aussi vaut mieux que ça. Oui, elle propose des solutions mais je refuse le faux de cette situation. On m'a déjà dit que faire semblant de sourire fait sourire à la longue mais c’est de la connerie : à l’intérieur, ce ne sont que des dents serrées pour résister à son âme en douleurs. Là c’est pareil. Qu’elle fasse semblant ne l’aidera pas au final, ni à s’intégrer, ni à trouver sa place à côté.

*Je me suis trompée.*

Sa dernière phrase me le confirme et je lâche sans chaleur ni froideur : “Tu n’es pas une traître Amelia : car à aucun moment tu n’as été fidèle. À part peut-être - en effet - à toi-même. Je me lève et m’étire avant d’ajouter. Il n’y a pas de chef ici, je l’ai déjà dis. Je ne te demande pas de partir ni de rester car je n’ai aucun ordre à te donner. Mais un conseil : les Vautours peuvent se tourner autour et, même avec toute ta volonté et ton mépris, tu seras peut-être une proie. Mais pas aujourd’hui. Pas avec moi. J’ai une Milice à gérer et tu seras peut-être contactée. Comme outil. Car si tu ne me conviens plus, je pourrai aisément te remplacer. De ton côté, tu es libre. C’est une expérience à prendre, un recul sur soi à faire. Je ne vais pas faire de philo ou de morale : c’est que de l’abstrait pour toi. Alors je te propose uniquement la pratique. Les coups. Ces mêmes coups qui pourront t’atteindre alors que tu te crois inatteignable. Mais personne ne l’est.

Après ce murmure contre son oreille, je me dirige vers la petite cuisine et chope un paquet de biscuits emballés et je finis encore plus bas et neutre : “Personne ne l’est. Car c’est au moment où tu auras saisi que tu es fragile que tu seras vraiment forte en ce bas monde.” Et la porte se claque derrière moi, me laissant seule dans les égouts où résonne mon pas rapide. J’aurais dû prendre une meilleure décision mais comme souvent, j’ai trop d’espoir dans les gens.
code by lizzou — mardi 26 juin 2018 — midnightblue



- Memories turn into daydreams
Baby we built this house On memories Take my picture now Shake it till you see it And when your fantasies Become your legacy Promise me a place In your house of memories I think of you from time to time More than I thought I would You were just too kind And I was too young to know That's all that really matters I was a fool × code by lizzou.
Message Dans Re: catch me if you can // athena | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-