predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
Solve it ! [PV : Alec ]




Partagez | 
 


 Solve it ! [PV : Alec ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans Solve it ! [PV : Alec ] | le Mar 5 Fév 2013 - 16:58
avatar
Invité
Invité



Cookie envolé.



Alors là, aujourd'hui, il faisait extrêmement beau. Moi et Alec étions sorti pour profiter du beau temps et parce qu'il voulait mes cookies, voilà, c'est dit . Aha. Je parie que vous avez des yeux aussi ronds que le soleil. Vous vous dîtes sûrement " WHAT DA PHOUAQUE COMMENT T'AS PU SORTIR AVEC CE THON ?! ". Laissez-moi vous expliquer les gars. Tout d'abord, non, nous ne sortons pas ensemble, comme beaucoup pourrait le croire. Après l'incident qui s'était déroulé en classe, nous nous sommes " rapprochés " pas dans le genre " TEMA COMAN T BAUNE VIEN J'TE BZ ", non, mais dans le genre potodelamorkitu. On s'est trouvé des points communs. Il aime snoober des gens, j'aime snoober des gens. J'aime cracher des injures soutenues, il aime cracher des injures soutenues. On insulte et le type devant pige que dalle. Si c'est pas trop la classe ça. Alec & Lemon, c'est THE team roxxor, le team ou tous les autres nous craignent, le team ou on te fait pisser dans ton froc en deux secondes. Alec te fait perdre la mémoire pour que tu sois invulnérable, et Lemon t'achève pour terminer. On est inséparable comme l'index et le majeur, ça forme le signe V de victoire. Même si on est super pototoussa, on ne se prive pas de se cracher dessus. Je me moque tout le temps de son monocle inutile, sa cape inutile, son haut-de-forme inutile. Lui continue sur mes vêtements. Triste cercle vicieux. Si un jour, aucun ne fait de commentaires désagréable, c'est qu'il y en a un qui est malade, c'est logique. Bref, nous puons atrocement la classe.

Nous nous dirigeons vers le parc pour aller prendre un petit dîner sur l'herbe. J'avais trouvé un petit coin tranquille qui cache le soleil. Je donne le draps aux binoclard pour qu'il dresse la table. Je me demande comment il allait faire avec tous ses abits. Ahlalala. Une fois le drap dressé, on s'installait et le moment tant attendu de la journée. Enfin, le moment tant attendu pour le binoclard. Ses yeux brillaient, son sourire s'illuminait. Il allait presque bavé ou me draguer pour ces cookies. Dans les deux cas, c'est tout aussi dégoûtant l'un que dans l'autre. J'ouvrai mon sac et là. Vide. Sérieusement ?! EEEEH. Il n'y avait rien là-dedans, nada walou. J'étais consternée. Je me retournais vers le binoclard et je lui ai annoncé :

- Les cookies ne sont plus là.

Son visage était aussi dessiné qu'une pierre, pour peu, il aurait craqué et engendré une inondation. Quand je foullais bien, je vis un petit papier. Il y'avait une énigme écrite dessus. Ca doit être le type qui nous a volé notre repas, il a nous a joué un tour.

- Et binoclard, regarde-ça ! Il y'a une énigme, ça nous mènera peut-être au voleur.

"Je suis la couleur vive, la couleur du bonheur. On me confond tout le temps avec la lumière qui illumine votre journée. Quelle couleur suis-je ? Trouvez moi et vous aurez votre peut-être votre repas
. "

Je cogitais. Je cogitais. La couleur... oui ! J'ai trouvé. C'est aussi con qu'une chaise. Mais pourquoi cette couleur ? Je me suis tournée vers le binoclard, et je lui ai demandé avec un sourire mesquin :

- Alors professeur Alec, me ferez-vous l'honneur de résoudre cette énigme ? Ou bien cela, est-il peut-être trop difficile pour vous ?

Une occasion comme celle-ci ne se présente pas deux fois. Toutes les occasions de foutre le cafard au binoclard est premis. Tout façon, c'est amitiément ( quoi ? ça existe pas ? Tant pis ) amicale.

codage par langweilen sur apple-spring



Dernière édition par Lemon Holt le Ven 8 Fév 2013 - 22:20, édité 1 fois
Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Jeu 7 Fév 2013 - 12:47
avatar
Invité
Invité





Let's have some fun!
Ouais, il a raison le petit citron. Aujourd’hui, il faisait très beau. C’était le retour triomphant de l’été, cette saison ou le soleil brillait de toute sa force, et durant laquelle il était en conséquence impossible pour Alec de porter sa cape ou même un haut-de-forme. Il en aurait crevé de déshydratation successive à une transpiration excessive. Pas très glamour. Qu’est-ce qu’on lui mettrait, comme épitaphe après, hein ? Bah, la question ne se posait pas. Aujourd’hui, Alec était resté dans le soft, et se contentait d’une chemise. Et de sa cravate, évidemment.
Mais malgré ça, Lemon trouverait bien un moyen de se moquer de lui et de sa façon de s’habiller. Sinon, ce ne serait pas Lemon, ou alors, ce serait le signe qu’elle serait au bord d’une terrible dépression. Si elle ne faisait pas au moins une remarque à propos de son monocle, le jeune homme s’inquièterait vraiment. Il n’aurait en outre pas eu l’occasion de lui lancer des piques sur sa propre tenue vestimentaire –option de facilité…, sa petite taille ou ses cheveux de blondasse.

Ah oui, peut-être vous demandez vous pourquoi ils traînent ensemble, alors qu’entre eux, c’était à priori si mal parti. Eh bien, c’est atrocement simple, Alec a eu pitié de Lemon lorsqu’elle s’est agenouillée devant lui pour lui demander, avec des larmes pleins les yeux, de lui accorder son amitié éternelle.
Bon, en fait, ce n’est pas tout à fait exactement vrai. En réalité, après cette intercours mouvementé qui avait marqué leur rencontre, ils s’étaient découvert lot de passions communes, dont la plus sérieuse était certainement de faire chier les gens. Ca les purifiait, c’était important. Et lorsqu’ils s’y mettaient à deux, personne ne leur résistait. D’ailleurs, la plupart de leurs innocentes victimes ne pigeaient même pas leurs insultes. Ensemble, ils étaient juste invulnérables. Juste trop puissants. Juste trop géniaux de la mort qui tue tout. Alec et Lemon. Lemon et Alec. On avait trouvé le couple –attention, le couple de poto, surveille ce que tu penses, faut pas exagérer non plus !- le plus fantastique de tout Prismver.
Mais ca ne les empêchait pas de se cracher à la face en interne. Constamment. C’était comme ça qu’ils fonctionnaient, et Alec n’aurait pas du tout souhaité changer dette façon de faire. Même pour des cookies.
N’empêche, warning, la team de la mort qui foudroie tout instantanément est dans la place. Face à eux, une horde de E enragés s’enfuit en courant. Sauf que eux, contrairement à ces sous-Hommes adolescents en échec scolaire, ils puent la classe à des kilomètres à la ronde.

Donc, l’équipe la plus classe du roxxor de tout le pensionnat était de sortie. Pour un petit pique-nique. Avec, sans doute le plus important, des cookies à la clé. C’était une raison de plus pour laquelle Alec adorait Lemon. Ces cookies étaient juste délicieux. Mais jamais il ne lui dirait, évidemment. Etendre le drap qu’avait préparé la demoiselle sur la partie de la pelouse épargnée par le soleil qu’ils avaient choisie pour s’installer ne fut l’affaire que de quelques secondes,
Mais le jeune homme devait rapidement déchanter.

-Les cookies ne sont plus là.

………………………………………………………………………………………………….............
Imaginez une super poker face d’Alec. Au début, il crut que c’était une blague de la jeune blonde qui lui servait de poto. Mais il fut bien obligé d’admettre l’horrible, l’atroce, l’affreuse vérité. IL N’Y AVAIT PLUS DE COOKIES.
Son met favori au monde. Surtout ceux de Lemon, mais il ne fallait pas lui dire, sinon elle prendrait la méga grosse tête.(comment ça, je me répète ?!). Et ils n’étaient plus là. Est-ce qu’elle les avait déjà fait, au moins, ou est-ce que c’était juste dans le but de lui faire une suuuuuper blague qu’elle lui avait fait croire à leur existence ? Le jeune homme en doutait fortement. Elle avait eut une expression reflétant une réelle surprise lorsqu’elle avait ouvert son sac, et l’avait probablement découvert vide.
Il récupéra un peu d’espoir lorsque l’adolescente lui parla d’une énigme. Et en effet, elle sortit un petit papier de son sac. Une énigme ? Chouette. Alec aimait jouer. Une chance que leur voleur aussi. Peut-être qu’ils auraient une mince chance de récupérer des miettes de cookies. M’enfin bref, c’était mieux que rien.
Lemon lut ce qu’il était marqué sur la feuille, et sembla cogiter quelques secondes avant que son visage ne s’illumine. Jor, elle était trop bonne, et elle avait trouvé la solution à l’énigme, yagataga, sortez les confettiiiiiiis. Mais, comme il s’y attendait, elle ne lui donna pas la solution, et se contenta de lui glisser avec un sourire mesquin ;

- Alors professeur Alec, me ferez-vous l'honneur de résoudre cette énigme ? Ou bien cela, est-il peut-être trop difficile pour vous ?

Ah. C’était pour ce genre de réaction qu’il l’appréciait tant. Lemon, ne change pas, s’il te plaît.

-Tsk tsk tsk. Passez-moi le papier, au lieu de raconter n’importe quoi, petit citron. répondit Alec sur le même ton, et avec un sourire suffisant.

"Je suis la couleur vive, la couleur du bonheur. On me confond tout le temps avec la lumière qui illumine votre journée. Quelle couleur suis-je ? Trouvez moi et vous aurez votre peut-être votre repas"

………… C’était une blague ?

-« Jeune assistante Lemon, cette énigme est d’une simplicité enfantine. Je pensais que même vous seriez capable de la résoudre. Dans l’imaginaire collectif, le jaune est associé à la joie. Alors que c’est aussi la couleur du pouvoir et de l’ego. Eh, tu savais que c’est la couleur associée à l’Empereur de Chine ? Bref, pour en revenir à l’énigme, de plus, bien que la lumière du soleil soit en réalité blanche, on le considère souvent comme jaune. »

Alec s’arrêta un instant pour vérifier ce qu’il disait. S’il commençait à raconter des cracks, il en entendrait parler pour les quinze prochaines décennies. Peut-être qu’il y avait un piège dans cette saleté d’énigme. Il la relut une seconde fois. Non, vraiment, il ne voyait rien.

-« Donc, je crois que l’on peut assumer, sans trop s’avancer, que la réponse à la question est "le jaune". Mais sans doute passons-nous à côté de la vraie interrogation. POURQUOI LE JAUNE ? Il me semble que les élèves de la classe D sont de petits poussins… Au plumage blond. »



Spoiler:
 
Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Lun 11 Fév 2013 - 15:07
avatar
Invité
Invité



Facepalm ?
Facepalm.




Après que je lui ai demandé de résoudre l'énigme, Alec prit un air d'amusement, à croire qu'il avait complètement zappé les cookies. Genre c'était une fois mes cookies chérie, une fois l'énigme chérie. Peut-être que c'était aussi un énigmezoophile, ça m'étonnerai pas trop, quoique. Il me tendait la main pour faire signe de lui donner la carte.

- -Tsk tsk tsk. Passez-moi le papier, au lieu de raconter n’importe quoi, petit citron.

Il s'est moqué de moi. Il s'est moqué de moi. On va voir un peu si il était aussi intelligent le binoclard. Il avait prit le papier, il a lu. Il a cogité quelque temps. Il a eut un sourire qui lui montait jusqu'au oreilles. J'écoute ta réponse binoclard.

-« Jeune assistante Lemon, cette énigme est d’une simplicité enfantine. Je pensais que même vous seriez capable de la résoudre. Dans l’imaginaire collectif, le jaune est associé à la joie. Alors que c’est aussi la couleur du pouvoir et de l’ego. Eh, tu savais que c’est la couleur associée à l’Empereur de Chine ? Bref, pour en revenir à l’énigme, de plus, bien que la lumière du soleil soit en réalité blanche, on le considère souvent comme jaune. »

D'où je suis son assistante moi, vous me voyez avec un chignon et des lunettes rouges pour vieilles ? Faudrait me payer cher pour que je sois aussi ridicule. Bon, il a dit que cette énigme est d'une simplicité déconcertante, il a parlé d'une couleur jaune, il est sur la bonne voie. Pour être sûre et certaines, je lui posa la question :

- Votre réponse professeur ?

Alec hésitais. C'est sûr, il voulait gaffe. Il avait la réputation de sa vie entre ses mains, soit il réussissait et aucun problème, soit il ratait et sa réputation en prend un coup. Malheureusement, le sort n'étais pas clément avec lui ce jour-là.

- Donc, je crois que l’on peut assumer, sans trop s’avancer, que la réponse à la question est "le jaune". Mais sans doute passons-nous à côté de la vraie interrogation. POURQUOI LE JAUNE ? Il me semble que les élèves de la classe D sont de petits poussins… Au plumage blond.

Le jaune. Binoclard, tu me déçois. Et pourquoi le mec il parle de poussin ? Allez savoir, il est zinzin. Il est passé à côté de l'énigme principale, c'est décevant, mais comme toute bonne amie, je lui aidais.

- Oh binoclard, tu me déçois. Le jaune est bon mais c'est pas tout. Et pourquoi tu parles des poussins ? Tu veux les marraves ?

Il a pas cru ses oreilles. La gentille assistante en Lemon, c'est choquant. Je lui riait au nez, je tomba sur la nappe qui était censé servir pour nous asseoir, et je riais atrocement atroce. Mes larmes me sont encore montés, et j'ai encore eu des crampes aux estomacs. Le binoclard est contagieux, faut que je fasse gaffe. Un peu de sérieux. Hum hum. J'arrêtais de rire, et je repris le rôle de l'assistante.

- Non non professeur, la couleur est juste, mais vous êtes complètement à côté de la plaque.

Je me levais et avançait vers le soleil pour lui montrer la solution. J'avançais, et le binoclard restais par terre comme un idiot, il devait être trop tourmenté d'avoir sa réputation salie.

- Allez professeur, un peu de nerf, suivez-moi !

Je lui faisait signe avec ma main pour qu'il approche, il avança doucement, encore sous le choc j'imagine. Pauvre âme binoclard innocent. Je souleva ma feuille vers le soleil et je me tournais vers le binoclard.

- Vous voyez professeur ? Il y'a un dessin dessiné derrière la feuille. On ne la vois pas l'oeil nu, même si on la retourne. Mais on la voit quand elle est sous le soleil.

Analysons maintenant l'image. L'image n'était pas flou, elle était clair et nette. C'était un banc, voilà la solution, un banc jaune.

- Eh bien professeur, dîtes-moi quelle est la solution ? Je connais la réponse, mais rattrapez-vous.

Je n'ai pas pu m'empêcher de sourire pour le nargué, allez binoclard, rattrape-toi.
codage par langweilen sur apple-spring


Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Mer 13 Fév 2013 - 18:17
avatar
Invité
Invité





Facepalm? Yeah.
-« Oh binoclard, tu me déçois. Le jaune est bon mais c'est pas tout. Et pourquoi tu parles des poussins ? Tu veux les marraves ? »

666 mètres. 4 kilomètres. 69 années-lumière.
C’était la hauteur de laquelle Alec estima être tombé lorsque le sens de cette phrase, et toutes ses implications explosèrent dans sa tête. Il s’était trompé. Lamentablement. Alors qu’il trouvait cette énigme si simple. Il le savait, qu’il aurait du se méfier. Il n’arrivait pas à y croire. Alors que finir tous les "professeur Layton" ne lui avait pas pris trois jours, il butait sur ces deux ridicules phrases. N’importe quoi. Quel que soit le fourbe qui ait écrit sur cette saloperie de papier, lorsqu’il le retrouverait, il lui ferait manger tout un tas de trucs de couleur jaune. De la craie. Un canard en plastique. Du sable. Des figurines Pikachu. Une bougie. Il avait même un vieux T-shirt, qui lui servait de pyjama, et qui était jaune. Il le sacrifierait pour venger son honneur, aucun souci.
Mais pour l’instant, il ne pouvait pas le racheter, et il devait donc supporter le rire strident de Lemon, qui en tomba à la renverse en se tenant les côtes –tiens, Alec avait comme une impression de déjà-vu. Elle allait se remettre à pleurer de rire, tellement elle trouvait cela hilarant. Le jeune homme fronça les sourcils et fit la moue, mortellement vexé. Il devait être vert. Il était sûr que son hypothèse se tenait, en plus.
Merde.

Sa réputation était foutue.
Sa réputation était foutue.
Sa réputation était fo…

-« Non non professeur, la couleur est juste, mais vous êtes complètement à côté de la plaque. »

Sans dec’. Je pensais que tu rigolais parce que tu avais un peu trop bu ce midi. Pourquoi, à chaque fois qu’on se voit, il faut que tu finisses par péter un plomb ? Je vais finir par croire que tu as un gros problème dans ta tête. M’enfin, que tu te foutes de moi parce que je me suis lamentablement trompé, c’est de bonne guerre. Je suppose. Sinon, je me serais inquiété. Même si je préfèrerais que là, tu la fermes, avec ce ton goguenard. Je vais partir en dépression.

Ma vie est foutue.
Ma vie est foutue.
Ma vie est fo…

Pourquoi tu te lèves ? Tu veux plus qu’on traîne ensemble ? Tant mieux. Attends, trois secondes, je te regarde dans les yeux, je te fais oublier cet affreux moment d’erreur qui ruine ma vie, ma réputation, mon ego et on sera quittes. Voilà. Même des cookies ne peuvent compenser cette honte intersidérale que je me tape.

Alors qu’Alec restait assis, immobile, encore sous le choc d’avoir vu sa réputation voler en éclat, et fixait Lemon avec de grands yeux écarquillés, en mode bigbug dans sa tête, celle-ci reprit la parole, sans doute exaspérée par son immobilité. Rendu obéissant par son précédent échec, le jeune homme se leva doucement pour aller la rejoindre, encore au ralenti. Pourquoi elle s’était fichue sous le soleil ? Ils étaient tellement mieux à l’ombre. Alec appréciait le soleil, mais modérément et uniquement tant que celui-ci ne lui tapait pas dans les yeux.
Mais comme il ne tarda pas à le comprendre, il était nécessaire d’aller sous les rayons du soleil pour découvrir la seconde partie de l’énigme. Contrairement à lui, Lemon avait compris que l’évocation de la lumière qui illuminait la journée n’était pas anodine. Le jeune homme se mordit la lèvre pour la deuxième fois en trente secondes, en fixant l’image claire et précise d’un banc qui s’était esquissée à la lumière de cette saleté d’étoile qui brillait en plein jour.
Quel idiot.

-« Eh bien professeur, dîtes-moi quelle est la solution ? Je connais la réponse, mais rattrapez-vous.»

Arrête de te foutre de ma gueule. Arrête ou je pète un câble et je me mets à chialer. Argh, hors de question, qu’est-ce que je raconte. J’ai encore un petit peu de fierté. Un vieux reste. Même si tu es train de sauvagement le piétiner. Avec beaucoup de joie. Je te jure que je comprends. Je sais que c’est jouissif. Je ferais pareil. Peut-être que je ferais bien pire. Mais je te déteste quand même pour ça. Je te hais, Lemon Holt. Remballe ce sourire de ta face. S’il te plaît. Je suis en train de mourir de l’intérieur.

De mouriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir.

-« Eh bien, je… Je suppose qu’il faut trouver un banc. Au soleil. » dit Alec, d’une voix hésitante qui ne lui ressemblait pas.

Il se détestait pour ça. Jamais il ne s’était détesté. C’était une expérience assez perturbante. Il se demandait comment faisaient les gens qui ne se supportaient pas au quotidien. Ceux qui avaient des problèmes de confiance en eux. Il savait comment ils fonctionnaient, mais passé de l’autre côté du miroir, il se demandait comment ils faisaient pour survivre.
Lui, en tout cas, il fallait qu’il se ressaisisse. Pas la peine de rajouter encore une couche de ridicule à la situation.

-« Il doit y en avoir dans ce parc. »

Alec songea qu’en l’absence de cookie, et qu’avec l’appel de ce mystère prenant forme d’énigmes, il n’était plus question de continuer à pique-niquer tranquillement. Ils auraient mangé quoi, d’ailleurs ? Bon. Alors le jeune homme se mit en devoir de remballer le drap qu’il avait étendu avec tant de précautions sur l’herbe. Sans le moindre pli, sans la moindre irrégularité, un carré blanc parfait. Ca lui faisait mal au cœur de le remballer si vite, mais bon… C’est la vie. La vie est injuste et cruelle.
Le duo se mit dont en quête de ce fameux banc, qui ne fut pas très compliqué à trouver. Il était en effet immédiatement repérable par le papier jaune qui y était déposé.
Mais c’était là tout le problème. Le papier était jaune, tout simplement. Signe s’il en était besoin qu’ils étaient arrivés au bon endroit, non ? Alec saisit la feuille et la montra à Lemon.

-« Et voilà. Votre opinion, assistante ? »

Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Dim 10 Mar 2013 - 0:44
avatar
Invité
Invité


bravo sherlock !



















Rien que d'y penser, j'ai pitié pour Alec. Franchement, c'était pas comme si il m'avait fait quelque chose... Quoique. Quand je lui ai demandé de me donner la réponse, bien qu'il avait fait un effort pour ne pas paraître détruit, je savais qu'il était. Il s'était senti comme une grosse crotte tombé du ciel. Le pauvre, et dire que cette énigme, ce n'est que le début. Je me demande si au prochain énigme, il va pleurer. Tiens, le voir pleurer. Huhuhu. J'ai envie. J'ai envie de le voir pleurer, ce sera rigolo. Lui et son ego surdimensionné, ils vont prendre un coup cher, ça va être drôle, à coup sûr. Suite à cela, il put me donner la réponse. Moi, en tant que son fidèle amie et assistante, je devais sortir cette réplique, qui est, incontournable.

- Non sérieux ?

Ahahahahaha. Le pauvre. J'ai plus encore pitié de lui. En plus de ça, il m'avait donné la réponse avec une drôle de voix, genre il était gêné. ALEC QUI HESITE. Je suis diabolique, ahahaha. Le pauvre. Il a ensuite trouver le comment trouver le voleur.

- Il doit y en avoir dans ce parc.

Oui Alec, c'est aussi évident qu'une femme forte à côté de deux gringalets. En tant que fidèl.. Oh bon ok, je vais pas refaire le sketch hein, vous me connaissez quoi.

- Non sérieux ?

Je sens que cette phrase, ça va être ma réplique préférée, de tous. Alec, qui comprenait qu'on devait se déplacer, avait remballé son drap. Le pauvre était tout écoeuré, Il avait tellement bien dressé ce drap, son expression de dégoût et de tristesse était plus que visible.

Une fois fini, nous nous mettons donc en route pour trouver ce voleur. Nous nous sommes dirigés vers le banc jaune. A vrai dire, le banc jaune n'était pas très dur à trouver, parce que au centre du parc, il y avait un groupe en plusieurs couleurs, bleu, jaune, vert. Arrivé devant le banc, nous remarquâmes qu'il y avait un papier jaune coller sur le blanc. Alec l'arracha de toute sa haine contre cette pauvre bout de papier jaune qui ne lui avait rien fait, me le tendit et me demanda :

- Et voilà. Votre opinion, assistante ?

- Bravo Sherlock !

Fidèle à moi-même hein. Je déplia la feuille.


« Je me lis par delà le ciel, sous un rayon lumineux et fort.
Je ruisselle doucement mais sûrement.
Je suis au centre, foncez pour votre nourri
ture. »

Ce mec qui a fait l'énigme, c'est un rigolo. Je cogitais une nouvelle fois, je trouvais l'énigme rapidement. Ce qui me choqua là-dedans, c'est que le voleur doit bien connaître Alec pour être aussi sûr de lui.

- Je vois que celui qui a volé notre nourriture est un de tes amis...






by Lime, please don't touch.





Spoiler:
 
Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Dim 17 Mar 2013 - 2:05
avatar
Invité
Invité







I'm having a bad bad day.


Qu’est-ce qu’on s’éclate. Franchement, quelle SUBERBE après-midi, une des meilleures de la vie d’Alec. Ha ha. Non, c’est une blague. C’est dans ses moments-là qu’il se dit qu’être amnésique, si c’est pour oublier ce genre de passages embarassants, c’est pas si mal que ça.
Il n’arrivait même pas à rétorquer vertement aux « Non, sérieux ?! » on ne peut plus moqueurs de sa blondasse d’amie. La honte, lui qui avait habituellement la répartie cinglante. Non mais allo quoi ! Alec, on se réveille, hop hop hop ! Vous me recevez ?

ALLO QUOI.

Impossible, le jeune homme ne captait pas. Il passait sous un tunnel, il n’y avait plus de réseau, même Nabilla aurait été impuissante à obtenir une réponse.

Tout ce qu’il était capable de se dire, c’était « Ouais bah ca va, on sait que tu avais compris avant tout le monde Lemon, il faut se calmer maintenant, tu vas prendre le melon, ca serait quand même le comble pour le petit citron que tu es, aaaaaargh, mais en même temps quel con, c’était trop évident pour moi, c’est pour ça que j’ai pas trouvé, voilàààààà, exactement, mais quand même, elle va me la ressortir pour des siècles et des siècles, alors qu’elle a juste eu de la chance, alors que moi j’ai émis des hypothèses trop compliquées et intelligentes, c’est pour ça que je me suis trompé, je me suis embrouillé tout seul, empêtré que j'étais dans mon génie, voilà, voilà, c'est tout à fait ça. »

Oui, bien sûr Alec, t’es mignon, on y croit tous. Même lui n’arrivait pas à se convaincre. La preuve ? Sa belle assurance en miettes étalées à ses pieds.
Bref, ils étaient arrivés à ce maudit banc, avaient trouvé ce maudit papier, Lemon avait fait son maudit sourire triomphant, avec une maudite remarque moqueuse qui lui fit grincer des dents –il préférait quand c’était Gautier qui l’appelait Sherlock, au moins c’était un signe d’admiration….-, et ils avaient découverts une nouvelle maudite énigme.

« Je me lis par delà le ciel, sous un rayon lumineux et fort.
Je ruisselle doucement mais sûrement.
Je suis au centre, foncez pour votre nourriture. »


Quelques nouvelles secondes suffirent à la jeune blonde qui l’accompagnait pour déduire de ces trois phrases que ce salopa... celui qui avait pris leur dessert était un de ses amis.
Alec s’assit brutalement, et avec beaucoup de lassitude sur ce banc qui n’avait commis aucun autre crime que d’être celui choisi par le voleur de cookie pour y déposer son indice.

« Non, sérieuuuuux ? » parodia-t-il Lemon sur un ton moqueur, genre il avait déjà tout compris.

Alors qu’au fond de lui, il n’en menait pas large, complètement incapable de réfléchir, mortifié qu’il était.
Tout ce qui lui venait à l’esprit, c’était un arc-en-ciel. Il ne voyait pas quel était le rapport avec un de ses amis. Notre semi-binoclard était donc bien loin de ses habituels éclairs de génie qui auraient pu le sortir de cette mauvaise passe. Il buguait, il était dans une impasse. Vu l’expression réjouie de la blonde qui lui servait d’amie, ca devait d’ailleurs se voir comme le nez au milieu de la figure. Comme pour tous les surdoués, et pour lui encore plus que tous les autres, le moindre échec était extrêmement difficile à supporter, à oublier, et surtout à dépasser. Et donc il n'y arrivait pas.
Alec aurait voulu utiliser toutes ses ressources pour résoudre cette nouvelle énigme, mais il ne pouvait s’empêcher d’en perdre une partie pour ressasser son erreur précédente. Avec un soupir, il ôta son monocle et le fit tourner d’un air faussement tranquille entre ses doigts.


-« Je sais pas, Lemon. T’es contente ? Je sais pas. » avoua-t-il avec agressivité, en mode "je veux te décourager de te foutre de ma gueule", alors qu'il savait bien que ca ne fonctionnerait pas, ha ha, cette bonne blague, c'est de Lemon qu'on parle.

Il fallait vraiment qu’il se sente dépassé, lassé, désespéré, pour abandonner de la sorte. S’il avait su, il ne se serait probablement pas levé ce matin. Peut-être même que déprimé à l’avance, il aurait hiberné six mois. Pffff, il avait vraiment envie de pleurer, mais c’aurait bien été la dernière chose à faire, va. Genre, continuer à creuser encore plus fort pour sa propre tombe, comme s'il allait s'abaisser à ce genre de choses. C'aurait été quoi, la prochaine étape? Se mettre au service de Lemon pour l'année à venir? Plutôt crever.
Il aurait bien proposé un truc, genre partir sur une idée d’arc-en-ciel, mais ca ne le menait nulle part. Cette solution ne le satisfaisait pas, elle ne produisait en lui aucun éclat tellement révélateur qu’il en devenait violent, comme celui qu’on ressent lorsqu’on trouve enfin la réponse correcte à une question qui nous donne du fil à retordre. Et puis, vu le tollé qu’avait fait sa dernière proposition, il préférait se taire. N’importe quoi plutôt que de dire à nouveau une bêtise.

Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Ven 5 Avr 2013 - 8:48
avatar
Invité
Invité



© L i m e ; don't touch.

ϟ Ta tête de zombie binoclard, c'est moche.

Elle avait tilté. Elle avait tilté sur l'énigme en un fraction de seconde. Alec eut très vite compris. Un peu trop même. Enfin soit. Il regarda bizarrement la jeune blonde.

- Non, sérieuuuuux ? avait-il lancé.

Quel prétentieux. Déjà qu'il avait raté l'énigme alors en plus, il se permettait une remarque. Bouh ! Lemon n'hésita pas une seconde et se jeta sur sa joue pour lui faire comprendre qu'ici, c'est elle la bosse. Enfin non, c'était juste une excuse pour pincer les joues d'Alec. Ses joues était élastique, vraiment. Elle s'amusait tellement qu'elle rit de bon coeur, même dans une situation où on eut dérobé son bien.

- E-s-p-è-c-e d-e b-i-n-o-c-l-a-r-d. lui disait-elle en articulant chaque syllabes.

Elle rigola un bon coup et regardait Alec avec ses petits yeux qui signifiaient: "Allez binoclard, fighting !". En fait, Lemon n'avait pas si mauvais fond que ça. De toute façon, c'était Alec. Ce serait trop méchante d'être ignoble avec lui, déjà que les cookies lui sont passés entre les doigts. Bon, Alec cogita bien mais il ne trouvait rien. Dans sa tête, c'était un carnage, le total chaos. Tous était mélangé. Et ça, Lemon l'avait remarqué. Elle tapota l'épaule d'Alec pour l'encourager même si ce geste fût inutile car elle aurait pu directement lui donner la réponse. Enfin, l'esprit sadique de Lemon avait fait surface. Alec, désespéré se tourna vers Lemon avec une mine à tomber par terre.

- Je sais pas, Lemon. T’es contente ? Je sais pas.

Encore un peu et Alec aurait sauté sur Lemon vu le ton qu'il adressait à Lemon. Il devait être tellement épuisé par cette énigme, longue et lassante.

- Bouh, si t'es aussi abattu par un truc aussi minable, je t'appellerai plus le binoclard. Puis, faut pas avoir honte, je pense que t'as pas remarqué.

Elle essayait de rassurer Alec par tous ces événements. Il ne fallait pas être Sherlock, moins avoir un monocle pour remarquer qu'Alec était mal au point. Il devait sûrement faire face à cette humiliation première de sa vie. Lemon, marre de ce Alec, pas du binoclard actuel lui chipa les monocles et lui fait signe de la suivre. Ils se retrouvèrent tous deux devant une magnifique fontaine qui, malheureusement ne fonctionne plus, ou presque. Un seul tuyau était encore prêt à projeter de l'eau.

- Vois-tu Alec, le ruissellement parlait de quelque chose qui ruisselle au centre du parc. Et la seule chose qui ruisselle au centre, c'est la fontaine.

Bah oui. C'était très facile de remarquer vu sa taille, c'était assez difficile de passer inaperçu. Elle regarda le soleil et trouva la bonne angle pour refléter le soleil avec le monocle. Elle passa le reflet du soleil vers le seul jet d'eau présent. Peu à peu, un arc-en-ciel apparaît.

- Tu vois, c'était pas sorcier.

Elle s'approcha de l'arc-en-ciel et on put apercevoir une écriture blanc. Lemon arrivait à lire même si ce n'était pas tâche facile.

- 1, 2, 3. lisait-elle à voix haute.

Sur ces mots, ils furent tous les deux transportés vers une salle en bois sans porte, ni fenêtre. On était dans une salle fermé. Sur le mur, il était marqué « Escape » en noir. Bon. Lemon était sans voix. Elle analysait tout sans trop réfléchir de comment sortir. Elle était plutôt nerveuse. Elle analysait la salle. Un armoire, un lit, une chaise, une table, un pot de fleur sans fleur et tous en bois sauf un objet, un marteau en fer.

- Bon Alec, faut vraiment trouver la sortie.

C'est pas qu'elle n'avait pas trouver la solution, elle voulait juste rendre les choses palpitante en faisant l'ignorante.


Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Sam 13 Avr 2013 - 17:30
avatar
Invité
Invité




Ce jeu est de moins en moins drôle. Je commence à croire que nous n'en verrons jamais le bout. Tout ce que je voudrais savoir, c'est... Ou sont les cookies? Hein?


Grrrrrrr. Qu’est-ce qu’ils avaient tous avec ses joues, hein ?
Alec se le demandait. Ok, il était awesome, et tout le monde avait envie de le toucher pour espérer être un minimum contaminé par l’aura d’intense classe et bogossitude qui se dégageait de lui. Ouais, ca il pouvait le comprendre, lui-même, tous les matins devant son miroir, il se surprenait d’être aussi extraordinairement magnifique. Il se vendait du rêve à lui-même, ouais.
Mais de là à ce que tout le monde se jette sur ses joues pour les tripatouiller…

Ouh, quelle journée de merde.

-« Gn. Arrête-ça, tu n’es pas ma mère. Tu es en manque d’affection, ou bien ? » grogna-t-il en tapant du bout des doigts les mains intrusives de Lemon, tandis que celle-ci lui parlait comme à un abruti de seconde zone.

Roway, roway, il commençait à retrouver un peu d’aplomb. Ce qui était sans doute précisément le but de l’opération. Ou peut-être que le but était simplement d’être désagréable. Qu’on lui tripatouille les joues lui rappelaient de très mauvais souvenirs… Impliquant un certain prof pédophile sur les bords… Qui s’amusait à lui poker le visage en le serrant contre lui…

Brrrrr. Alec frissonnait rien que d’y songer.

Mais bon, son amie eut beau lui tapoter l’épaule dans un geste d’encouragement qu’il n’avait guère l’habitude de recevoir, il fut quand même obligé d’avouer son impuissance –à résoudre cette foutue énigme, seulement, hein…

-« bouh, si t'es aussi abattu par un truc aussi minable, je t'appellerai plus le binoclard. puis, faut pas avoir honte, je pense que t'as pas remarqué. »

Ouh, quelle journée de merde. Il devait vraiment avoir une sale mine pour que Lemon lui parle comme ça. Il fronça encore plus les sourcils. Il n’avait pas besoin de la pitié de la blonde. C’était dégradant, pour chacun d’eux.

Ouais, c’est bien, fight, Alec, retrouve ta fierté, tu es sur la bonne voie !

Tout content qu’il était de retrouver un minimum d’esprit combattif, il n’eut guère le temps de réagir lorsqu’elle lui chipa le monocle qu’il tournait et retournait entre ses doigts. Avec un haussement d’épaule surpris, il se contenta d’ailleurs de suivre la jeune fille jusqu’à ce qu’ils se retrouvent devant la fontaine.
Et que tout fasse ENFIN sens dans sa tête. Il était temps, dirons-nous.
Il se contenta donc d’écouter les explications de Lemon d’un air distant. A ce moment précis, il regrettait de n’avoir pas poussé plus loin le raisonnement qu’il avait commencé avec l’arc-en-ciel. Mais sur le coup, encore choqué de son échec et de la disparition prématurée de ces cookies qu’il attendait avec impatience, il avait complètement oublié qu’une fontaine était censée ruisseler au centre du parc.
Donc ouais, effectivement, la solution, c’était pas sorcier. Ce qui l’était déjà plus, c’est que 1, 2, 3 et ils se retrouvèrent bloqués dans une salle vers laquelle ils avaient été transportés on ne sait comment.

Ouh, quelle journée de merde.

Alec regarda avec toute l’impassibilité dont il était capable cette pièce complètement close. C’est-à-dire que malgré toute sa surprise, son expression faciale était d’une neutralité absolue, perturbée seulement par des sourcils un peu trop haussés.

Il était temps de redevenir le fier et hautain Wellsenstein de d’habitude.

Il s’assit avec nonchalance sur le lit, face au mot "escape" défigurant le mur de ses immenses lettres noires –esquissées avec une écriture d’un vulgaire rare…-, en regardant Lemon jauger les lieux avec un peu de nervosité qui ne passait pas inaperçue aux yeux entrainés du jeune homme. Son amie serait-elle claustrophobe, ou simplement emplie d’une inquiétude légitime ?

-« bon alec, faut vraiment trouver la sortie.

Elle se moque de moi en plus. Bien sûr qu’elle a trouvé la solution. Elle me prend juste –une fois de plus- pour un imbécile. Mais c’est mort, fini la rigolade maintenant, Lemon Holt !

-« Ah ? Je trouvais que nous étions vraiment bien, ici, pourtant… Quel dommage de devoir partir si vite. »

Sans un mot supplémentaire, Alec se releva, et saisit le marteau en fer qu’il avait repéré très rapidement. Celui-ci était d’ailleurs plus lourd que ce qu’il avait escompté, mais l’adolescent ne laissa rien paraitre.
Et sans même accorder un regard à celui-ci, il enfonça violemment cette masse improvisée dans le mur peinturluré. Il entendit le bois craquer, et il devait avouer que cela faisait du bien à ses nerfs malmenés jusqu’ici.


Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Jeu 23 Mai 2013 - 18:55
avatar
Invité
Invité





Le binoclard me regardait un peu bizarrement. Genre il avait trouvé la sortie, genre il avait tout capitcher en 3s top chrono. Bon, franchement. C'est marqué "escape" fin allô, même un gamin de 3ans l'aurait trouvé. Enfin, je l'ai laissé se réjouir, c'était quand même le seul énigme dont il a pu déchiffrer. Pauvre chose, se réjouir pour si peu, s'il trouve le cookie à la fin, je devrais appeler la SPA, je sais pas s'il récupère les animaux morts.

- Ah ? Je trouvais que nous étions vraiment bien, ici, pourtant… Quel dommage de devoir partir si vite.


Franchement, déjà qu'il allait verser des larmes pour faire couler l'Arche de Noé alors en plus, s'il continu à jouer le malin, ça va pas le faire, c'est pas crédible.

- T'es sûr ? T'allais pleurer pour tes cookies là-tantôt, ça aurait été vachement rigolo, m'enfin, c'cool que tu sois de nouveau de bonne humeur, je dois plus jouer la maman.

Après ça, il a commencé a soulever le marteau. Oh début, j'étais un peu inquiète. Je me demandais toujours s'il avait que du muscle au niveau du cerveau mais après, il m'avait vachement étonnée. Je le pensais pas capable de soulever un marteau de ce poids. Ironie quand tu nous tiens. Il s'était acharné sur le bois, tel une bête... attendez, arrêtez, c'est Alec, je stop.

Il finit par casser le mur et j'apercevais un doux soleil tapé sur mon visage. Je sortais et voilà qu'un coup de fouet de vent me traversait le visage, c'était agréable. Vraiment. Même que j'ai voulu faire une sieste et profiter de ce beau temps. M'enfin, il y avait le binoclard derrière, je peux pas me relâcher ou je vais me faire laminer. J'analysais autour de moi toute ces choses, c'était un champ de fleurs, il y avait des fleurs partout, c'était un spectacle magnifique. Mais rien d'être une énigme, il fallait avancer et avancer.

Au bout de quelques minutes de marche, j'apercevais une forêt, c'était sûrement la clé de sortie.

- Eh binoclard, ça va toujours ? Avec tout ton costume, je serai déjà rouge comme une tomate.

En vrai, il jamais contesté que je l'appelle binoclard, je pense qu'il est masochiste. Au secours, mon ami est un masochiste. S'il me demande de le fouetter, je me barre, j'ai peur.

Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Lun 27 Mai 2013 - 15:39
avatar
Invité
Invité




Le soleil. Le retour. Argh. S’il avait su, Alec aurait sans doute attendu un peu avant d’exploser ce pauvre mur qui n’avait rien demandé à personne. Pour sûr que la blondinette qui lui servait de pote aurait été incapable de soulever la masse, avec ses bras frêles. Il l’aurait raillé, oui, c’aurait été drôle, mais elle aurait rétorqué en disant que s’il ne faisait rien, c’était parce qu’il n’avait pas compris. Alors que là, OLOL, c’était vraiment trop simple, et il y avait un moment, il fallait quand même qu’il se montre à la hauteur de sa réputation.
Masochiste, si vous voulez, mais jusqu’à un certain point.

Crispant les dents à la remarque du genre « t’allais pleurer ta mère et les soixante-neuf apôtres quand tu t’es gouré tout à l’heure », le jeune homme cherche toutefois à rester impassible, comme il sait si bien le faire, flegme britannique oblige.
Oh, laisse tomber, on oublie ça et on repart du bon pied, hein ?, qu’il a pourtant envie de répondre.
Hmmmm… On oublie, hein ? Quelle excellente idée.

Petit sourire narquois ; Alec vient de trouver comment mettre fin à tout ses problèmes. Mauvaise humeur définitivement envolée, il croise les bras derrière sa nuque et avance d’un air tranquille.
Un regard circulaire autour de lui ; aussi beau que soit celui-ci, les champs de fleurs n’avaient jamais été son truc. Contrairement à Lemon qui, si elle s’appliquait à le cacher, semblait cependant ravie d’être ici. Vrai que c’était objectivement superbe si on appréciait les fleufleurs et les z’oiseaux et toutes ces foutaises ; si on était en harmonie avec la nature.

Alec était de manière générale trop impatient pour être en harmonie avec la nature.

Il se demande déjà quelle sera la prochaine étape –parce que marcher sans but, bon… Il ne sait même pas ou ils sont, et rien de rien ne ressemble à une énigme, à moins qu’ils ne se mettent en tête d’observer chaque fleur pour y trouver un papier caché- lorsqu’une forêt se profile à l’horizon. Une forêt ; de quoi se débarrasser du poids de ce fuckin’ soleil. PARFAIT.

- « Eh binoclard, ça va toujours ? Avec tout ton costume, je serai déjà rouge comme une tomate. »

Monsieur Wellsenstein proteste d’un simple claquement de langue.

-« Monoclard. Binoclard, c’est quand il y a deux verres. Tu vois bien que c’est un monocle que je porte, et pas des lunettes. Ou bien tu en as besoin aussi. Je connais une bonne adresse, si tu veux. »

Rigueur et exactitude ; si elle veut lui attribuer un surnom ridicule, que Lemon le fasse correctement au moins. S’il y a une chose qu’il supporte encore moins que les gens médiocres, c’est l’imprécision. L’à-peu-près, signature des esprits médiocres et facilement contentés. En bon A imbu de sa personne et en quête permanente de l’excellence, Alec n’acceptait que la perfection.

-« Et tout mon costume… Ce n’est jamais qu’une chemise et une cravate. Si ton corps n’est même pas capable de supporter cela sans virer au cramoisi… Je comprends mieux pourquoi tu portes des vêtements aussi bas de gamme. »

En parlant de cravate… Même lui commençait à avoir chaud. Tirant doucement sur le nœud pour que celui-ci arrête de l’étrangler comme une corde le faisait pour un pendu, et tant pis s’il devait être moins impeccablement apprêté. Parait que c’était la mode.
Vivement qu’ils se retrouvent sous le couvert des arbres.



Dernière édition par Alec Wellsenstein le Mer 29 Mai 2013 - 18:19, édité 1 fois
Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Mar 28 Mai 2013 - 8:58
avatar
Invité
Invité





- Eh binoclard, ça va toujours ? Avec tout ton costume, je serai déjà rouge comme une tomate.

- Monoclard. Binoclard, c’est quand il y a deux verres. Tu vois bien que c’est un monocle que je porte, et pas des lunettes. Ou bien tu en as besoin aussi. Je connais une bonne adresse, si tu veux.

Je le regardais bizarrement. Ce mec. Il me prend vraiment pour une cruche. Je vais le. Le. DZFNBPZIFHBFBZPEIBFIFSDFNSDPIFSBFQ. On est en plein forêt, je pourrai lui faire toutes les choses horribles et inimaginables, y a pas de témoins 'toute façon.

- Tu veux savoir pourquoi je t'appelle binoclard à la place de monoclard ? Parce que monoclard, c'est moche.

Ouep, le mot monoclard est moche. Fin, avis personnel hein. Je trouve le mot mono horriblement moche. Je suis sûrement traumatisée dans mon enfance avec ce mot maudit mais je sais pas quoi, allez savoir.

- Et tout mon costume… Ce n’est jamais qu’une chemise et une cravate. Si ton corps n’est même pas capable de supporter cela sans virer au cramoisi… Je comprends mieux pourquoi tu portes des vêtements aussi bas de gamme.

Il faisait le malin. Grave. Il se sentait plus après avoir frapper pas plus de trois coups sur un pauvre bois. En plus, impossible de ne pas avoir chaud, après avoir soulevé ce gros marteau, il doit suer. Normalement. Même que MONSIEUR viens de tirer sur le noeud de sa cravate. Je vais pas lui faire la remarque, ça va blesser son égo de mâle.

- Allez viens au lieu de causer, on a des cookies à finir.

Je continuais à avancer vers la forêt sans trop de difficulté. Il faisait chaud et ensoleillé mais le vent était agréable.

Nous voilà devant la forêt. Je me mettais devant Alec et je tirais la révérence.

- Bienvenue dans le monde d'Alice au Pays des Merveilles.

S'il critique la façon dont je tire ma révérence, je lui ferai remarquer qu'il a grave chaud en vrai, tant pis pour son égo de mâle.

Dans la forêt, il y avait deux passages. Sur une plaque au millieu, il était écrit :

«Que mange le panda ?»


Les deux passages était deux longs tubes. En haut du passage à gauche, il y avait marqué "Feuille". A droite, il était marqué "Bambou". Je me tournais et regardait Alec.

- A vous l'honneur, professeur.

Je savais déjà la réponse mais je voulais juste sortir ce rime. Je m'aime.



Jay retrouvé le rythme. (*o*)/
Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le Mer 29 Mai 2013 - 18:17
avatar
Invité
Invité




-« Tu veux savoir pourquoi je t'appelle binoclard à la place de monoclard ? Parce que monoclard, c'est moche. »

Alec ricane, moqueur. Elle pense qu’il la prend pour une abrutie… Ce qui n’est sans doute pas tout à fait faux. Il a la fâcheuse habitude de considérer l’ensemble du genre humain comme inférieur à sa propre personne. Même les rare qu’il apprécie. Nuance fondamentale entre apprécier et estimer ; ou simple taquinerie.

-« Tsk. Mais bien sûr. Tu ne pourras pas éternellement masquer ton ignorance derrière une prétendue laideur, p’ti citron. »

Un peu de vent. La fraicheur est agréable, mais l’ombre des arbres lui fait envie. La blonde qui lui sert de camarade d’infortune fait une remarque à laquelle il a fortement envie de répliquer ; il se contentera de marmonner.

-« Pour les finir, il faudra déjà les avoir commencé. »

C’est vrai quoi.
La lisière de la forêt est apparemment synonyme de mise en scène ; arquant un sourcil, le garçon se demande si mademoiselle sort le même discours à chaque fois qu’elle se retrouve devant un bois. Si elle fait la révérence à chaque fois, c’est la honte. Son expression hautaine, suffisamment éloquente en elle-même, se passe du moindre autre commentaire.
Alice au Pays des Merveilles. Ce qu’il ne faut pas entendre. Il a lu le livre ; et n’a jamais totalement compris pourquoi tous les bobos en faisaient le phénomène qu’il représente aujourd’hui. Et pourtant, lui aussi a rêvé devant, même s’il ne s’en souvient plus.

Promptement enveloppé par la fraicheur d’une forêt ombragée, Alec retint un soupir satisfait ; ca ferait trop plaisir à Miss Holt.
Et voilà que les choses sérieuses reprennent. Une autre question, deux réponses possibles, deux voies.
Simple. Trop, sans doute.

-« A vous l'honneur, professeur. »

Ha ha. Ca allait devenir une habitude.

-« Le panda est, phylogénétiquement parlant, classé parmi les carnivores. Et pourtant, le bambou est l’élément principal de son alimentation. A hauteur de quelque chose comme 95%. »

L’encyclopédie Wellsenstein est là ; il étale sa science mais ne se décide pas sur une direction. La logique voudrait qu’il se dirige vers la droite, évidemment ; il fixe le tube géant, cette chose qui n lui inspire pas confiance. Se demandant vaguement ou il mène sans pouvoir obtenir de réponse dans l’immédiat.

-« Tu ne savais pas ? »

Insinuation ; qu’elle le laisse faire en attendant impatiemment qu’il se plante à nouveau commence à le lasser. Ce n’est pas comme s’il avait jamais apprécié cet état de fait, de toute façon. Un claquement de langue pour attirer l’attention sur lui ; d’un geste du menton, il désigne la voie de droite.
Flemme de faire des phrases complètes. Ca arrive même aux meilleurs.



HRP:
 
Message Dans Re: Solve it ! [PV : Alec ] | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-