predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
Ce n'est pas une partie de plaisir [PV Alvin]




Partagez | 
 


 Ce n'est pas une partie de plaisir [PV Alvin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans Ce n'est pas une partie de plaisir [PV Alvin] | le Mar 5 Fév 2013 - 18:29
avatar
Invité
Invité


Alvin & Darren
« nous sommes des A qui sèchent, EWAI la classe »


Je me réveille, je pose les pieds par terre et la routine commence. Mes fringues sont déjà prêts, mon sac est fait et mes devoirs aussi. Je n’ai donc pas grand-chose à faire alors je file sous la douche pour m’habiller. J’ai l’impression que je ne vais rien louper d’extraordinaire en cours, mais j’y vais tout de même. Je ne peux pas imaginer une seule fois que je sècherais les cours, oh non. Ce n’est pas le fait de rattraper les cours après qui me dérange, au contraire, c’est juste qu’en cours je ne m’ennuie pas comme on s’ennuie seul dans son lit.

Arrivée en cours, rien de bien important. Je me mets au premier rang sans hésiter et je m’installe, posant mon sac à mes pieds après avoir parfaitement aligné sur la table la pile de mes manuels, ma trousse et mon bloc-notes. A côté de moi, d’habitude il y a Alvin mais bizarrement il n’est pas là. Je pense à toutes les issues possibles. Non, il ne peut pas devenir si mauvaise élève, ça ne lui ressemble pas ! Ou alors je le connais trop peu et son rêve est d’aller chez les E. Je grimace à cette idée. Non. Il doit certainement être malade… Je soupire. Je passerais à sa chambre ensuite pour savoir, je ne peux pas le laisser sans les cours !

Puis là, mon portable vibre dans ma poche alors que vingt-cinq minutes de cours se sont déroulées. J’hésite avant de sortir mon portable et de regarder le message qui s’affiche. Sans attendre je fais glisser le contenu de la table dans mon sac et me lève, quittant la pièce d’un pas rapide sans dire un mot. Le professeur crie mon nom mais je ne dis rien. Quel con cet Alvin parfois… Trois heures alone dans des putains d’égouts. Pour son anniversaire je lui achète un plan des dessous de la ville pour qu’il soit au courant des pièges que lui réserve le sous-sol. Et si j’ose quitter la salle c’est bien pour l’aider à remonter, on ne laisse pas pourrir ses amis dans un endroit si peu confortable.
Je vais directement dans ma chambre. Elle est tout aussi simple que les autres je pense. Avec quatre lits pour le bon nombre de pensionnaires et mes valises sont pliées au lit qui m’appartient. Je dépose sous le lit mon sac et me change. Hors de question d’aller dans un lieu si sale en compagnie de mon uniforme. Comme d’habitude, je le plie, retire toutes les saletés une par une en oubliant le temps. Dès que j’entends la sonnerie je sursaute et laisse tomber les habits sur le sol et me mets à courir à travers les couloirs vides du dortoir. Puis je quitte Prismver pour aller vers les rues bondées de monde.

Je n’aime pas ce paysage, cette pollution omniprésente. Le béton noir absorbe énormément le peu de rayons de soleil qu’il y a, les murs sont des briques qui nous écorche la moitié du visage si on se prend dedans, les vitres des boutiques sont parsemées d’affiches blanches qui ressortent tellement que nos yeux n’en peuvent plus. Et les sombres ruelles par lesquelles je passe pour rien sont si oppressantes qu’on se demanderait si ça ne faisait pas plus mal qu’une lame tranchante. Je regarde autour. C’est si sombre que je sens un truc mou sous mon pied et je glisse. Je me rends compte que c’est une crotte de chien et je me mets à jurer, ce qui n’est pas très charmant je l’avoue. Je ne fais pas demi-tour et continue mon chemin. De toute façon les égouts doivent être à peu près pareils, il faut que je m’habitue à la mauvaise odeur. Je ferais penser à mon pote d’aller acheter de nouveau fringues pour qu’on mette les nôtres à la poubelle, ils seront dans un trop piteux état pour être lavés par la suite, je pense.

J’arrive à une bouche d’égout, assez éloignée des gens –c’est pour cette raison que je l’ai choisi. Je l’ouvre et commence à m’engouffrer à l’intérieur.
Message Dans Re: Ce n'est pas une partie de plaisir [PV Alvin] | le Mar 5 Fév 2013 - 19:46
avatar
Invité
Invité


La nuit brillait, parsemée d'étoiles. Alvin était installé face à la fenêtre, lampe à la main. C'était une simple nécessitée psychologique. Cette nuit, il la passera éveillé, observant seulement le paysage qui s'illuminait proportionnellement à l'éveil de l'énorme astre. Alvin pouvait faire preuve de patience, puisqu'il se résignait à passer de nombreuses nuits sans s'engouffrer dans le sommeil. 

La ridicule aiguille avait fini par s'arrêter sur le chiffre cinq. Le blond se redressa, dans un souci de discrétion il le fit sans un bruit. Il ne passa que rapidement sous la douche, s'étant déjà lavé le soir. Ses pas le menèrent ensuite à l'extérieur, à l'air fraic. Il l'inspira d'ailleurs à plein poumon. Trois longues heures étaient à combler.

C'est ainsi qu'Alvin avait fini dans les égouts, portable comme seule source de lumière. Il avait pris soin de parsemer son chemin de signes distinctifs. En effet, des morceaux de métal avaient été déformé pour qu'il puisse revenir au point de départ. Le problème fut qu'Alvin tourna de nombreuses fois en rond. Et avait marqué un tel nombre de mur qu'il finissait par ne plus trouver le bon chemin à choisir. 
C'est au bout de trois heures, qu'il s'arrêta de marcher, soupirant toute l'exaspération qu'il accumulait. L'odeur ne l'avait pas dérangé. Après tout, étant gosse, la maison n'avait pas eu une hygiène irréprochable. Loin de là. 
Il se retourna, examina chaque chemin qui s'offrait à lui et... Gueula quelques injures. Il se sentait moins seul en compagnie d'Echo tient. 

Il plaça son téléphone sous ses yeux pour le déverrouiller, après tout, il n'avait pas d'autres choix. Rapidement, il marqua son texte. Sauve moi. Je me suis perdu dans les égouts, je cherche la sortie depuis trois heures. Sèche les cours et viens m'aider. et après un instant d'hésitation, il l'envoya. Ô monde cruel. Il repris sa marche, entamant une conversation avec lui même, ou Écho, le destinataire était au choix. Il alignait des mots sans logique successivement, jurant parfois contre les égouts. 

Une demi heure sembla passer. Aucun signe de vie de la part de Darren. Merci mec. De nouveau il soupira. Il entreprit d'envoyer un nouveau message. Si tu veux plus de précision sur ma localisation, à ma droite et à ma gauche il y a des murs. Tout ça pour dire qu'il allait devoir le chercher, sinon il y avait peu de chance pour qu'ils se croisent. À peine le message expédié qu'Alvin glissa. Le sol était humide certes, mais l'eau sur laquelle il glissa n'était poussa un cri. Oh, un rat. Il finit étalé au sol, écrasé lamentablement. Combien de fois s'était il ramassé de la sorte à cause de Mike? Il releva finalement la tête pour voir l'animal s'enfuir et avec lui, toute potentiel distraction. Parce qu'Al commençait sérieusement à s'emmerder. Depuis minuit il ne foutait rien, soit environ neuf heures. Neuf heures à glander. De nouveau, il s'adressa à l'Echo, toujours présente.

- Je veux sortir. Montre moi le chemin, s'il te plaîîîît. À droite? Ou à gauche? Allez. À droite alors. ATTENDS. Darren?

Un animal non identifié lui indiqua que non. Merde. Il se mettait à regretter les cours. Il avait peut être l'air assez déséquilibré ainsi, mais c'était le seul moyen de patienter tout en indiquant le chemin à Darren. Il pouvait suivre le son de sa voix. Facile avec l'écho hein? En définitif, ça ne servait strictement à rien.

Il l'appela un nouvelle fois de manière à la fois théâtrale et désespérée. Il en avait marre. S'il se montrait dans la minute qui suivait, il l'épouse. 

HRP:
 
Message Dans Re: Ce n'est pas une partie de plaisir [PV Alvin] | le Mar 12 Fév 2013 - 19:52
avatar
Invité
Invité


Ça fait bizarre. Vraiment bizarre de se retrouver dans un endroit si sombre et de voir en plein jour. Eh oui, bien que j’ai ça dans le sang depuis mon plus jeune âge j’en éprouve encore quelques frissons. Ce peut être un avantage tout comme un inconvénient. Imaginez-vous, perdu au plein milieu de l’océan, sans heure. Il suffit de s’endormir et de se réveiller plus tard, vous ignorez si c’est le jour ou la nuit. La mer est autant agitée dans les deux cas. Ou alors, une fille qui est votre colocataire se change dans le noir, pour ne pas que vous voyez. Ça, ça peut être cool pour les pervers et les irrespectueux mais croyez-moi, je m’en passerais bien. Bref, le sujet n’en ai pas là. Je cause, ou plutôt je pense alors que je ne fais pas attention où je vais. De plus, cette odeur de « merde » sous ma chaussure me dérange. J’ai envie de crier que je hais Alvin. Certes, ce n’est pas à cause de lui si je me pose des questions sur tout ce que je vois, et que dans ma tête c’est un vrai débat philosophique.

Je soupire et je continue de mettre un pied devant l’autre, en évitant de faire trop de bruit. J’évite à plusieurs reprises de tomber à l’eau, me rattrapant à des tuyaux dégoûtants, gluants et puants. J’ai peut-être été trop habitué à la propreté, donc certains ne me comprendront pas. (Oui, même dans la forêt j’ai été propre oh). Donc voilà, j’avance à la recherche de mon ami. Ce foutu ami qui vous entraîne partout pour rien. Ce foutu ami qui est tellement gentil qu’on ne peut rien refuser. Ce foutu ami qui vous fait sécher les cours alors que vous détestez ça. Mais je le tirerai vers le haut, il ne finira jamais chez les E, je refuse. Pour sa propre survie avant tout, et parce qu’avoir un ami qui est un putain de rebelle, ça me dégoûte. Parce que je sais que les coups foireux dans mon dos parce que je suis un intello seront nombreux, et donc je le perdrais. Mais perdre quelqu’un qui vous est cher vous fait regretter, je vous le confirme, mais je ne m’étalerais pas plus de détails sur la tartine avant un bon bout de temps, le temps de digérer mes actes impardonnables.

- Je veux sortir. Montre-moi le chemin, s'il te plaîîîît. À droite? Ou à gauche? Allez. À droite alors. ATTENDS. Darren?

OMG. C’est lui je reconnais sa voix. Et pourtant je garde le silence ! Je devrais dire « Oui mon petit Alvin, je serais à tes côtés dans deux minutes, si j’me goure pas de chemin ! Je t’aime beaucoup, attends-moi ». Non, je ne dis rien parce que je suis face à une situation compliquée. En fait, il y a trois chemins différents. Je pourrais me croire comme dans un film, un livre ou un jeu vidéo à chercher quel est le bon chemin. Comme si j’étais dans un labyrinthe, mais plus sale vous voyez ? La seule chose à faire est de se poser et d’attendre que le temps passe d’après moi. Or, je m’y abstiens. Puis je lance un grand : « ALVIN ! » en gueulant bien fort pour qu’il m’entende. Après tout, si je m’installe comme je viens de le faire sur le sol ce n’est pas pour rien. J’ai besoin de RE-FLE-CHIR. Pour savoir quel chemin prendre et ne pas me tromper.

Ce Monde de magie me fait un peu peur. Ce n’est pas avec mes talents d’arts martiaux qui vont m’aider à me rattraper pour remonter si je tombe dans un trou. Si tu gesticules pour rien, tu t’épuises pour rien et tu meurs. Ou alors, des araignées géantes ! On peut voir de tout. Si un monstre comme ça vous fonce dessus, sur faites-vous ? Vous vous faites manger ! Ah ah. D’accord, je devrais penser plus sérieusement mais je n’y arrives pas, alors je patiente encore.



HRP:
 
Message Dans Re: Ce n'est pas une partie de plaisir [PV Alvin] | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «administration :: Vie du forum :: Questions & sugg. :: R.I.P-