predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
Une simple promenade qui tourne au cauchemar




Partagez | 
 


 Une simple promenade qui tourne au cauchemar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans Une simple promenade qui tourne au cauchemar | le Lun 26 Aoû 2013 - 21:52
avatar
Invité
Invité





Une simple promenade qui tourne au cauchemar


★ Lottie Yami★  





Bon sang mais qu'est ce qu'il m'étais passé par la tête ? Je me maudissais et me maudissais encore et toujours pour avoir eu cette idée vraiment mais... Stupide au possible ! J'avais oublié que j'étais aveugle ou quoi ? Alors qu'est qu'il m'avais pris de vouloir absolument me rendre à cet endroit, bondé de monde, ou les gens normaux pouvaient se perdre facilement alors je ne vous raconte pas moi....
Enfin, heureusement que Haru était là mais... Ce n'était pas facile non plus pour mon pauvre animal. En effet, les animaux ressentent tout ce que ressentent les humains et, en ce moment, je ne pouvais pas dire que j'étais nerveux, j'étais ULTRA nerveux, j'avais vraiment du mal à me calmer et ma main, qui tenait la laisse d'Haru tremblait.
Mon compagnon essaya cependant de tout faire pour me rassurer, tout d'abord en marchant lentement mais, parmi la foule qui traversait la Grand Place, se déplacer n'était pas si simple que ça, surtout pour moi :

« Ne t'inquiètes pas... Haru... Tout va bien.... Je n'ai qu'à me dire que je n'ai pas quitté le pensionnat hein ?...Et puis, tu es avec moi donc... Je ne crains rien n'est ce pas ?... »

Bon sang de bonsoir ! Je disais cela dans l'espoir de me rassurer alors pourquoi cela faisait strictement l'effet inverse ? Non... Calme toi Eden... Marche tranquillement et surtout... Respire... Au pire je n'avais qu'à me mettre dans un coin et attendre que la foule se dissipe parce que je peux vous dire que mes pauvres oreilles n'en pouvaient plus...
Oui, c'était peut être la meilleure chose à faire, s'assoir tranquillement quelque part, guidé par Haru et, surtout, ne plus bouger ! Avec un peu de chance même peut être tomberais je sur un étudiant de Prismver ? Enfin bon... Même s'il s'agissait de quelqu'un d'autre, vu que je ne pouvais pas le voir, je n'aurais aucune idée de qui il s'agit sauf s'il décidait de se présenter à moi.
Poussant un soupir de résignation, ma main se crispa sur la laisse d'Haru, faisant ainsi comprendre à mon chien de m'emmener dans un endroit un peu plus calme où il y avait des bancs ou au moins quelque chose pour s'assoir. Heureusement, Haru compris rapidement et m'emmena à l'endroit voulu.
Ce ne fut que plusieurs minutes plus tard cependant, que j'atteignis l'endroit désiré. Les bruits s'étaient amoindris mais étaient toujours nombreux, ce qui me signalais que nous n'avions pas quittés la Grande Place. Cependant, je n'en pouvais plus : il fallait que je m'assois. Pliant alors les jambes, j'atterris sur mon fessier, mon chien se couchant docilement à mes cotés, alors que je prenais la parole, me rassurant moi même :

« Ne t'inquiètes pas Haru... Je suis juste un peu fatigué... Nous retournerons sur nos pas quand je me serais reposé, d'accord ?... »

La langue râpeuse de mon chien me lécha la joue en poussant un léger aboiement, alors que je tendais les bras pour le ramener contre moi, enfouissant mon visage contre son pelage. Non, rassurez vous, je n'étais pas entrain de pleurer même si je devais avouer que mon moral n'était pas au plus haut. Heureusement, j'avais Haru !
De plus, j'imaginais que je m'étais assis à même le sol et, vu comment je tenais mon chien, certains passants me prendraient sans doute pour un sans abri mais... Encore une fois, je ne pouvais rien voir, enfermé dans mon éternelle obscurité...
 

Message Dans Re: Une simple promenade qui tourne au cauchemar | le Jeu 29 Aoû 2013 - 23:28
avatar
Invité
Invité




Une simple promenade qui tourne au cauchemar.

Tu déambules dans les allées commerçantes avec difficulté, y'a tant de monde. Tu te rends à l'une de tes associations. Celle des handicapés. Tu es bénévole là bas. Tu fais un tas de chose qui aide les handicapés ou personnes atteintes de maladies, à s'intégrer dans la société. À ne plus se sentir inférieur aux autres. À accepter de vivre avec leurs handicapes où à s'en sortir. Ça t'apporte tant de chose. Ça t'apporte de la patience, de la compréhension, de l'humanisme. Tu ferais tout pour eux. T'aimerais prendre leurs handicapes, leurs peines, leurs moment d'incertitudes. Juste pour qu'ils se sentent bien. Pour qu'ils se sentent vivres. Mais ça tu ne peux pas. Et tu dois leurs faire comprendre que même avec leurs handicapes ils peuvent vivre comme les autres. C'est difficile. La tension là bas est morbide. Toi, tu apportes la bonne humeur. Tu leurs fais faire des activités, comme par exemple allez visiter des parcs. Les écouter, les conseillers. Les aider dans leurs courses, dans leurs ménages. C'est tout un travail. Et c'est pas toujours de repos. Tu vois des cas extrêmes. «Pourquoi est- elle anorexique ? Elle c'est faite violer pendant 7 ans par son père. » Ça te met le moral au plus bas. Tu ne comprends pas comment c'est possible de faire ceci à ta propre fille, mais c'est fait c'est fait. Maintenant, elle doit vivre avec ça. Elle doit surpasser ça. Et c'est ça qui est difficile. Les cauchemars qui la tue toujours un peu plus. Et puis il y a ces gens avec des handicapes plus visible. « Pourquoi n'a t- il plus de bras ? Il était passionné de la plongée mais c'est fait bouffer le bras par un requin. »Une passion que t'aime et à la fois maintenant que tu détestes. Il y a toute sorte de cas ici.  Enfin, bref. T'aimes ce que tu fais et c'est le principal. Alors que tu arrives à destination. Tu vois un jeune homme assit par terre au bord d'un trottoir accompagné d'un chien. Il semble fatigué. Il parle à son chien et c'est la que tu captes que c'est une personne aveugle. Tu te diriges alors vers lui. Voulait-il rejoindre l'association ou trouver un coin tranquille ?  Quoiqu'il en soit tu n'allais pas le laisser là. Alors que tu t'approches de lui, son chien avance vers toi et te lèche la main. Tu t’accroupis et viens te mettre à sa hauteur. Le caressant.

- Bonjour, il est mignon votre chien.

C'est tout ce que tu as dit pour l'instant. Tu ne voulais en aucun cas le brusquer. Tu n'allais pas lui taper la causette comme ça, alors que tu ne le connaissais pas. En mode. «  Yo, mon pote. Tu veux un endroit calme ou allez dans ce truc d' handicapé ? ». Tu avais un minimum de tact quand même.
 
Crédit. Morgan O. Bloomkvist

Message Dans Re: Une simple promenade qui tourne au cauchemar | le Ven 30 Aoû 2013 - 15:23
avatar
Invité
Invité





Une simple promenade qui tourne au cauchemar


★ Lottie Yami★  





Je suis fatigué certes, mais je ne me plains pas. Je ne suis pas tout seul. Après tout j'étais dans un quartier animé... Peut être même trop animé d'ailleurs. Les bruits qui me parvenaient étaient tellement nombreux que j'avais bien du mal à me repérer mais, j'essayais de ne pas trop me concentrer dessus.
Mon chien, Haru, m'apportais toute l'aide dont j'avais besoin. Il était là tout le temps et ne me laissais jamais tomber. D'ailleurs, en ce moment, il était entrain de me réconforter rien qu'en restant couché à coté de moi, alors que j'étais assis sur le bord du trottoir. C'était amusant non : j'avais beau être né dans une grande famille, je ne pouvais pas m'en vanter à cause de mon handicap et, de toute façon, je n'avais pas un tel caractère.
Soudain, je sentis Haru se lever. Que se passait il ? Où allait il ? Un peu paniqué tout de même, je ne fus rassuré que lorsque je l'entendis japper : apparemment, il était allé à la rencontre de quelqu'un et il devait avoir déjà apprécié cette personne, d'après le bruit du frottement de sa queue contre le sol.
J'eus un petit rire lorsque j'entendis une voix qui semblait s'adresser à moi. Une voix féminine, plutôt jeune, même si je ne pouvais pas deviner son âge dans l'état où je me trouvais. Elle se mettait à complimenter mon chien. Je levais donc la tête, essayant de m'orienter dans la direction de la voix, pour répondre :

« C'est gentil de le complimenter ainsi. Il s'appelle Haru et, à ce que je peux entendre, il a l'air de vous avoir adopté. Non pas qu'il soit forcément sélectif mais les animaux ont tendance à sentir les gens qui leur veulent du mal et ceux qui n'ont aucune mauvaise intention et, apparemment, vous faites parti de la deuxième catégorie mademoiselle »

J'eus un petit sourire alors que mes yeux vide essayaient toujours de s'orienter vers mon interlocutrice. J'avais toujours entendu dire que les bonnes manières voulaient qu'on regarde l'autre dans les yeux quand on parle, sinon ça pouvait être considérer comme un manque de respect, mais je ne pouvais, malheureusement pas suivre cette règle. Après tout, chaque règle avait bien son exception non ?
Après réflexion, je me demandais pourquoi cette jeune fille s'était arrêtée. Non pas que je sois forcément paranoïaque mais il était vrai que je ne pouvais pas m'empêcher de penser à mal et j'avais toujours tendance à croire qu'on ne m'abordais pas sérieusement et qu'on profitais de cela pour pour me railler par la suite.
Enfin, apparemment, ce n'était pas l'avis d'Haru qui continuait à japper, réclamant ainsi des caresses à la demoiselle. J'en profitais également pour prendre la parole :

« Je ne voudrais pas paraître indiscret mais, au son de votre voix, vous semblez avoir le même âge que moi ou presque. Pourrais je vous demander si vous êtes élève au Pensionnat Prismver par le plus grand des hasards ? Si tel est le cas vous me sauvez la vie. Voyez vous, je pensais pouvoir me promener seulement avec Haru mais je n'ai apparemment pas dû prendre la bonne destination... »

J'eus un petit ricanement gêné avant de crisper mes doigts sur mes genoux, un peu mal a l'aise tout de même, mais cela pouvait aisément se comprendre
Message Dans Re: Une simple promenade qui tourne au cauchemar | le Ven 13 Sep 2013 - 17:23
avatar
Invité
Invité




Une simple promenade qui tourne au cauchemar.


- C'est gentil de le complimenter ainsi. Il s'appelle Haru et, à ce que je peux entendre, il a l'air de vous avoir adopté. Non pas qu'il soit forcément sélectif mais les animaux ont tendance à sentir les gens qui leur veulent du mal et ceux qui n'ont aucune mauvaise intention et, apparemment, vous faites parti de la deuxième catégorie mademoiselle.

Un petit rire. Toi tu souris. Il lève la tête en ta direction, essayant de trouver où tu étais. Ce qu'il te dit te surprend. Te réchauffe le cœur. Tu t'étais toujours dit que le mal et le bien étaient en soit si proche qu'on ne pouvait les différencier. Tu avais toujours penser aux autres sans vraiment te demander si tu étais une personne respectable. Une personne qui n'avait pas vraiment de mauvaise intention. Et ça remarque te fit réfléchir. Alors pouvions nous en déduire que tu étais une bonne personne ? Qu'est ce qu’être une bonne personne ? Chacun à sa définition propre à ce terme. La tienne était qu'une bonne personne réglait les conflits par voix oral, calmement. Mitigeant le chèvre et le chaud. Être le plus neutre possible. Et savoir donner pour recevoir. En pleine réflexion, le jeune homme la fit sortir de ses pensées.

- Je ne voudrais pas paraître indiscret mais, au son de votre voix, vous semblez avoir le même âge que moi ou presque. Pourrais je vous demander si vous êtes élève au Pensionnat Prismver par le plus grand des hasards ? Si tel est le cas vous me sauvez la vie. Voyez vous, je pensais pouvoir me promener seulement avec Haru mais je n'ai apparemment pas dû prendre la bonne destination...

Tu remarques qu'il n'est pas vraiment méfiant. Enfin d'un coté son chien était là pour le guider. Malheureusement ce n'est pas une raison. Tu aurais pu être une tueuse et venir le poignarder dans le pensionnat maintenant que tu sais dans quel établissement il est. Bien évidement il est tombé sur la bonne personne. Comme si tu allais faire ça. Tu ne ferais pas mal à une mouche. Caressant toujours Haru. Tu souris. Bon et bien, tu iras plus tard à ton association. Le devoir t’appelle.

- C'est exacte. Hum et bien je serais votre guide!

Putain Lottie. Qu'est ce que t'as pas dit. T'es la pire des merdes en orientation. C'est limite si t'arriverais pas à retrouver ton dortoir. M'enfin bref toujours est- il qu'il fallait que tu trouves un endroit au calme. Tu en connaissais plein mais en aucun cas comment y aller... Tu pris alors délicatement sa main.

- Let's go ?

Tu dis ça avec un air enjoué. Il avait l'air gentil. Tu contemplas par la suite l'association. Je devrais peut- être y aller pour au moins prendre une carte ? Même si tu savais qu'elle te serait d'aucune utilité, oui parce que même avec une carte t’arrive à te paumer.

- Hum, ça vous dérange si on passe à l'association en face. J'aimerais prendre une carte au cas où...

Crédit. Morgan O. Bloomkvist

Message Dans Re: Une simple promenade qui tourne au cauchemar | le Sam 14 Sep 2013 - 18:19
avatar
Invité
Invité



Une simple promenade qui tourne au cauchemar

♣Feat  Lottie Yami







    Seulement après avoir parlé, je me rendis compte de mon erreur. Oui, quel idiot avais je été pour donner tout de suite ce genre de renseignements à une parfaite inconnue que je ne pouvais et ne pourrais jamais, voir ? Peut être que je pourrais compter sur la chance mais je savais que celle ci était aléatoire.
    Enfin, apparemment, la jeune femme n'était pas le genre à avoir de mauvaises intentions mais comment pouvais je en être sûr ? Peut être parce que j'entendais toujours Haru qui n'arrêtait de japper de bien être ? À mon avis, si cette personne représentait un danger pour moi, il aurait grogner et se serait montré agressif.
    Par contre, cela voulait il signifier que je devait lui faire confiance ? Pas en totalité. C'était encore trop tôt pour pouvoir accorder ma confiance à qui que ce soit, alors j'écoutais attentivement les paroles de mon interlocutrice, le visage relever, dont les yeux essayaient toujours de croiser le regard de la jeune femme sans jamais les voir. J'avais tellement entendu dire qu'il fallait regarder les autres dans les yeux quand on parlait pour être poli alors, je ne voulais pas l'offenser de cette manière même si mon regard serait a jamais vide.
    « C'est exact » ? Elle répondait à ma question à savoir si elle était étudiante à Prismver?Je rappelais mon chien dans un sifflement, avant de prendre la parole :

    Eden : « Je vous remercie de votre sollicitude mademoiselle. Pourrais je cependant connaître l'identité de mon guide dans ce cas ? La politesse voudrait que je vous donne également mon identité malheureusement je me suis rendu compte que j'ai déjà trop baissé ma garde donc, ce n'est pas spécialement contre vous mademoiselle mais quand on se trouve dans mon état, on apprend rapidement a se méfier de n'importe quoi et de n'importe qui. J'espère cependant que vous me comprenez et que vous ne vous en offusquerez pas »

    Oui, parce que je m'étais rendu compte que j'avais agi plus facilement que je ne l'aurais voulu. Normalement je ne l'aurais pas repoussée bien sûr, mais je ne me serais jamais laissé allé à lui donner de tels renseignements alors même que je ne la connaissais pas. De plus, j'avais toujours eu du mal à interagir avec les femmes...
    Enfin bon, elle me proposais d'être mon guide et je me voyais mal refuser une telle offre. Cependant, je fus surpris lorsqu'elle me pris directement la main. D'accord, ce geste avait beau être délicat, je n'y étais pas habitué et je pouvais sentir le rouge me monter aux joues, signe que j'étais embarrassé.
    En tous les cas, je n'avais pas trop le choix que de me lever pour être à sa hauteur tandis qu'elle me demandais d'y aller. Tiens, elle parlait anglais ou ce n'était qu'une expression comme ça ? Étrangement, cette jeune femme arrivait à me mettre à l'aise même si, évidemment, je n'étais pas tout a fait détendu. Souriant cependant, comme pour faire bonne figure, je répondis :

    Eden : « Yes let's go ! I'm ready ! Come Haru, please »

    Mon chien poussa un aboiement étonné du fait que je m'étais soudainement mis à parler anglais. Il était vrai que j'étais anglais d'origine mais c'était rare que je donnais des ordres à mon chien comme ça. Cependant, après cet instant d'étonnement, mon compagnon se décida à nous suivre. Cependant, notre périple ne dura pas très longtemps.
    En effet, nous nous arrêtâmes rapidement et la jeune femme s'excusa auprès de moi en me demandant si cela ne me dérangeais pas de passer à l'association pour prendre une carte. Tournant la tête vers le son de sa voix, je répondis dans un sourire :

    Eden : « Vous vous occupez d'une association ? Cela doit vous prendre du temps j'imagine. Pour répondre à votre question, non cela ne me dérange pas d'attendre. De toute manière je ne bouge pas d'ici à moins que Haru m'entraîne quelque part donc vous pouvez aller une carte sans crainte »

    J'y avais mis un peu d'humour et je m'en surprenais moi même mais cette fille dégageait une telle aura de sympathie que je ne pus faire autrement. Haru poussa alors un aboiement et je me penchais pour le caresser, lui demandant doucement de rester bien sagement assit et d'attendre le retour de notre âme charitable



Message Dans Re: Une simple promenade qui tourne au cauchemar | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: Poubelle !-