Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMar 24 Déc 2013 - 2:34
- ASHLEY
- MORGAN (becauz principaux concernés en priorité)
- NEMOU
- SARAH "si jamais je bloque le tour de quelqu'un qui n'en peux plus dans ses ovaires je lui laisse la place *quellegénérosité*"
- ANSHU
- BETSY
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMar 24 Déc 2013 - 4:04
Doux cauchemar

Tu tiens le coup ? Je pars quand je pars, tu sais. Une main sur ta cuisse, Cale. Tu souris, attendrie.
Ouais ça va aller, t’en fais pas. Long soupire, tu mens. Ça ne va pas et ça n’ira jamais. Tu le sais, vous le savez tous les deux. Mais vous faites comme si de rien n’était, juste pour le plaisir d’être ici et de ne pas gâcher la soirée. Juste parce que tu veux rester avec tes amis et ne pas abandonner face à tes sentiments, face à Jim et Morgan qui ont l’air un peu trop heureux. Enfin.. Tu les comprends, t’as vécu ça toi aussi y a pas si longtemps. Ton regard se porte sur une silhouette qui te rejoint alors que Gautier vient de partir vadrouiller tu ne sais trop où. C’est James qui te dépose un doux baiser sur la joue avant de s’installer face à toi. T’es perplexe, surprise et totalement gênée. Qu’est-ce qu’il vient de faire là ? C’est rien Ashley, juste un bisous, juste un bisous sur la joue, juste… Tu rougis, un peu. Parce que tu trouves ça mignon, parce que tu te dis que James est pas aussi idiot qu’il en a l’air parfois, parce que tu songes à pleins de choses à la fois et que ton coeur s’y perd un peu.

Désolé pour cette question totalement stupide. Il rit, nerveux. Tu sors de tes pensées, reprenant ton sérieux. Non vraiment, y a un truc de bizarre là. Il est pas comme d’habitude, non il est différent et tu sais pas vraiment pourquoi. Tu sais même pas si t’as envie de savoir en fait.
C’est loin d’être stupide, enfin.. Un peu quand même mais c’est pas si grave au fond. Big smile à la Ashley, peu convaincant. T’essaie de montrer à tout le monde que tout va parfaitement bien mais on le sait tous que t’as mal Ashley. T’as le droit de craquer et de pleurer, t’as le droit de vouloir partir et de les laisser s’amuser sans toi. Oui vraiment, t’as tous les droits. Mais tu feras rien parce que t’es pas réellement certaine de le vouloir.

Tu remarques Gautier qui se pointe entre vous deux, plaçant une part de gâteau au chocolat sous ton nez. Erm. Il est un peu con. Mais il est marrant. Il a ces réactions d’un gamin de 3 ans un peu attardé, quand t’es avec lui t’es juste obligée de sourire. Parce que voilà, Gautier il a un don, le don d’être idiot mais au moins c’est utile, la preuve. Gautier il est attentionné aussi, comme un enfant. Il est chou Gautier, pas autant que toi certes. C’est Gautier. Swassanteneuf 4ever, tu peux pas test, Bitch. Tu le remercies donc en lui ébouriffant les cheveux avant de le gratifier d’un sourire ravi, puis tu le laisses s’éloigner reportant toute ton attention sur James, et la part de gâteau.

Si t'as besoin de quelque chose, je suis là.
C’est gentil. Erm.. T’en veux ? D’un mouvement de tête tu désignes le gâteau dans tes mains, une façon plus ou moins amicale de lui dire que tu ne le remercieras jamais assez d’être là pour toi. C’est pas que t’as besoin de soutien, hein. Mais des amis comme James, Cale ou encore Gautier ça court pas les coins de rues et t’es juste super heureuse de les avoir rencontrés. Mais t’es tellement triste que ça se voit pas tant que ça, même si un bon observateur peu aisément le discerner dans ton regard.

JIM T'AS VRAIMENT DES AMIS DE MERDE. j'espère que je suis le premier de la liste. Tes mirettes se posent sur Cale. Ok, what’s the problem my friend ? T'es intriguée.
T’as été l’premier dans mon pieu Cale, tu peux pas TOUT avoir, arrête de réclamer. T’es attentive là, dans ta bulle. Tu veux comprendre pourquoi la tension monte doucement, tu veux comprendre pourquoi tu sens vraiment pas la suite.
Elle va se la fermer, Barbie ? Ou faut que j’lui crame sa permanente pour qu’on ait un peu la paix ? Euh.. Ok ? Là c’est mort, t’es out. Complètement. Tu captes pas la situation. Tu captes pas pourquoi Cale s’énerve, pourquoi il s’en prend à Jim et Morgan. Tu comprends pas pourquoi ces deux débiles entrent dans son jeu, ils le connaissent pourtant, Cale a toujours été d’un naturel à s’emporter facilement, à être trop franc. Y avait pas de quoi tuer un âne pour ça, vraiment…

Finalement James n’aura pas sa part de gâteau au chocolat, lui semblait aussi captivé que toi par la situation. Seulement personne n’osait intervenir. C’est con. Sans poser un regard sur tes gestes, tu attrapes la bouteille que te tend Sarah avant d’en avaler quelques grandes gorgées. T’espères juste une chose là, que ça ne vire pas aux main. Marrant de me faire traiter de barbie par une pute aux cheveux blonds.

BANG!

Peur. Surprise. Du sang. Jim vient de frapper Cale.
Il l’a.. Frappé. Tu bug. Attends mais pourquoi il a fait ça ?! Silence radio, personne ne bouge vous êtes en état d’arrestation ! On se croirait dans ce genre de film débile à l’eau de rose où le mari follement amoureux défend sa femme quitte à faire une scène au serveur un peu pervers devant tout le monde dans une salle de restaurant. C’est ça, à quelques détails près. Cale n’est pas pervers, juste un peu bourrin dans sa façon de s’exprimer. Un peu beaucoup.

Serait-ce du vent ? Je crois bien, allez Reed je saigne à peine, fais- moi cracher mes boyaux, fais moi saiiiiiiiiigner, fais moi me sentir vivant, putain de merde ! Je commence à pourrir, mon coeur, mon âme tout ça et à jeter à la poubelle, on m'a arraché au coeur, je le sens plus, je ne ressens plus rien je te dis, connard ! Les larmes te montent aux yeux. Parce que tu le savais mal dans sa peau depuis sa rupture avec Skygge, mais tu le savais pas mal à ce point. Non vraiment, tu te sens bête, complètement nulle de n’avoir pensé qu’à toi sur ce coup. T’as pas calculé que lui aussi il souffrait, sans doute plus que toi. Certainement plus que toi.

Il crache, parle. Provocation.
Cale arrête, ne joue pas à ça. S’il te plaît …

Jim le bouscule de nouveau, c’est trop. Beaucoup trop. La violence c’est déjà pas ton truc alors lorsque ce sont tes amis qui se tapent sur la gueule ça te rend tellement mal… Instinctivement tu te lèves, laissant tomber le pot de glace et la bouteille qui étaient sur tes genoux. T’as complètement oublié que t’as du gâteau dans les mains quand tu t’interposes entre eux. Tu veux simplement qu’ils arrêtent. Mais vous êtes cons ou quoi ? On n’est pas là pour se taper dessus, ok !? Personne ne t’écoute, Nemesis retient Jim. Et toi t’écoutes Cale. T’écoutes Cale parler à Jim, lui dire qu’il ne supporte pas la façon dont Jim se comporte avec toi. Il lui donne tous les torts, absolument tous. Attends Cale, c’est moi qui ais décidé de venir… Tu sais… ? Les mots se bloquent dans ta gorge, tu sais pas où te mettre.

Et toi Ashley... Ma Ashley... arrête de tout garder en toi et vient lui foutre un poing à ce connard, c'est pas à moi de le faire, peuh Cale… C’est pas l’envie qui te manque, mais tu peux pas. Juste parce que tu l’aimes trop et que t’as pas envie de lui faire du mal. T’as l’air un peu bête comme ça, plantée entre les deux à regarder Cale se forcer à sourire pour garder la tête haute. Tu vas pour le prendre dans tes bras, t’as pas le temps.

Tu m’fais bien rire... Tu m’parle de fierté, elle était où ta fierté quand tu baisais avec les trois quart de tes connaissances ? Tu crois que t’en a pas brisé toi des coeurs, Mister Prismver ? Elle était où ta fierté quand tu fouttais ta bite dans tout ce qui bougeait, sans te soucier des sentiments d’ces filles ? Elles étaient où tes putains de bonnes manières quand t’offrait ton cul pour de la thune, connard ?! Tu te figes. T’en crois pas tes oreilles. Avait-il vraiment dit ça, était-il réellement entré sur ce terrain ? C’est bas, Jim. Très bas. Tu n’es qu’un salop. Un connard de première, t’as pas le droit de t’attaquer à lui comme ça. Pas avec ces arguments. T’as pas le droit de lui faire ça. J’suis dingue de lui putain, et tu sais très bien c’que ça fait, alors si t’es mon bro tu respecte, point ! Tu trembles.

Fermes-là. Murmure inaudible. Parce que tu ne supportes pas qu’on s’en prenne comme ça à tes amis. Une larme coule sur ta joue, t’enrages.

Retournes baiser tes putes, ça a toujours été ton truc ça, pas le mien ! Ton poing s’écrase dans son visage, tu peux plus. Adieu belle part de gâteau au chocolat. ...
Ta gueule Jim! Non mais tu te rends compte de c’que tu dis là !? Tu te rends compte que tu deviens complètement con ?? Non mais qu’est-ce qui te permet de critiquer son passé comme ça hein ? Dis-moi qu’est-ce qui te permet de le faire !!?? Tu veux le frapper encore et encore, ne plus t’arrêter. Mais les bras de Bestabe t’en empêchent. Elle est là, te retenant toi alors que lui n’oppose plus aucune résistance. Elle est là, à te retenir toi, l’enragée, la fille un peu folle au sens de la justice et de l’amitié exemplaire. Et lui… Lui il est allé beaucoup trop loin.

Jim mais merde quoi ! Tu arrêtes de bouger, ne cessant pas pour autant de pleurer. Tu peux pas c’est comme ça, t’as les nerfs en vrac et le coeur totalement perdu. Betsabe relâche la pression, une seconde. Et il ne t’a fallut que celle-ci pour lui foutre de nouveau ton poing dans la figure, avant qu’elle ne te rattrape. T’es qu’un imbécile! ... On sent le désespoir dans ta voix, la résignation. T’es amoureuse d’un bel abrutit, un gars qui comprend rien et qui est ô combien égoïste. Tant pis tu fais avec. Tu le savais juste pas con au point d’en arriver là. L’amour rend aveugle, pas vrai ? Tss.. C’est bon lâche-moi, j’ai plus rien à faire ici de toute façon. Douces paroles à l’égard de la cuisinière. Elle te lâche. Tu prends la main de Cale pour l’attirer à ta suite, plus loin sur la plage, loin des tourments de cette fichue soirée. Tu t’attendais à ce qu’elle soit nulle, t’as été servie. Et sur un plateau d’or en plus.

Tu te laisses finalement tomber dans le sable, près de l’océan. Il t’imite et, légèrement inquiète, tu t’attardes sur sa blessure à la lèvre.
T’es bête toi aussi, pourquoi t’es allé le provoquer comme ça… ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMar 24 Déc 2013 - 16:16

Some vodka to keep us warm w/

Anshu, Ashley, Betsabe, Cale, Gautier, James, Jessica, Jim, Keith, Levy, Maryne, Nemou, Sarah & Selwyn

notes: Souris, connard
How he dresses I care zero as long as he don't steal my drink



« Marrant de me faire traiter de barbie par une pute aux cheveux blonds. Huuum, viens me faire brûler les cheveux ça me donnera une occase de te faire une p'tite chirurgie, gratos, j'attends que ça. »

Sourire. Ouais c’est marrant. Ce que je trouve plus horripilant encore c’est sa répartie, vu le contexte. J’pensais pas que l’appeler Barbie le ferait réagir de cette manière. Et c’est hilarant. Sûrement un traumatisme de son enfance, haha. « Quand tu veux. Vu que j’suis une pute tu dois te douter que j’suis un mec dispo. » Mais pas ce soir si possible. Ça pourrait s’arrêter là, ça y est on s’est chacun lancé une remarque bien désobligeante. Désormais chacun retourne dans sa moitié de ring et on s’adresse plus la parole de toute la soirée.

Sauf que Jim a décidé d’intervenir. Et sur le coup je réalise pas. Pas possible. Aux premières loges, j’assiste à la scène. Le poing de Jim dans la figure de Cale sonne comme un glas et c’est le silence général dans l’assemblée. À terre le traître. Y a la moitié des invités qui se lève, indignation du public, je préfère rester assis. Parce que j’suis qu’un con, j’aurais mieux fait de me la fermer. Si j’avais gardé ma remarque pour moi tout ça ne serait pas arrivé. Masochisme avéré chez Cale qui en redemande, la folie dans les yeux. Toujours en tailleurs, je lance ma clope dans le feu. Tant pis.

« Je commence à pourrir, mon coeur, mon âme tout ça et à jeter à la poubelle, on m'a arraché au coeur, je le sens plus, je ne ressens plus rien je te dis, connard ! »

Je déteste, je hais tellement ce genre de scène. Drama à la con. Le mec qui crache sur les autres parce que “je souffre la vie c’est d’la merde et les gens ils sont méchants fuck u all owi frappe moi pour que j’ressente quelque chose”. T’inquiète Cale. Personne n’y croyait à ta comédie, à tes faux sourires, ton rire sonnait faux, c’était une torture de l’entendre. Sauf que ça marche pas comme ça. La souffrance ça justifie pas la méchanceté gratuite.

« Oh je suis désolé, hello pétasse blonde tu peux venir enlever ce crachat de ton proxénète ? »
Jim le bouscule et je pouffe de rire malgré tout. « J’y peux rien si tu sais pas t’tenir, Barbie. » Mais ça fait mal, ça fait mal de voir ce mec pour qui j’avais tellement d’estime me cracher son venin à la gueule pour me faire soi-disant la leçon. Reste assis Morgan, ferme la.
Tant mieux si on me croit lâche au point de me planquer derrière Jim, alors que d’habitude je suis le premier sur le front. Tant mieux si je passe pour le dernier des enfoirés, l’hypocrite, l’agressif, le mec hautain qui toise du regard le monde entier. J’ai pas envie de m’expliquer, de me justifier. J’vois pas pourquoi. J’me sens pas concerné. Il lui faut un coupable et il me pointe du doigt, déverse sa rage. Morgan qui passe sa vie à niquer le couple des autres pour son petit plaisir, vas-y appelle moi Judas aussi tant que t’y es, bouffon. Qui il est pour me parler de respect alors qu’il m’appelle ‘pute’ ou encore ‘pétasse’ ? Il sait même pas c’que ça veut dire. Il a trouvé que ça à répondre. C’est bas. J’aurais aimé qu’il finisse au même niveau que ses propos, qu’il soit roué de coups, qu’on le mette à terre. Qu’on lui fasse ravaler son beau discours, et si il a dû mal on peut faire passer tout ça avec du sable. Mais on tient fermement Jim, alors j’imagine que c’est compromis. Cale le démagogue qui continue son speech. Écœurant.

Jusqu’à ce qu’il aborde un sujet qu’il maîtrise pas. La fierté. Même pas la sienne en plus, mais celle des autres. Il me connaît pas, il sait rien, et il évoque ma fierté, je crois rêver.
« Et t'aurai beau me frapper tu ne retrouveras pas ta fierté, ni celle de Momo »
« On l’a jamais perdue notre fierté, connard; on assume tout et on vous emmerde, t’entend ? » Il m’ôte les mots de la bouche. Et puis à force de la voir se faire tabasser sans pitié, ça fait longtemps que j’en ai plus, de fierté. Lui par contre il pense en avoir une, et une belle, vu comment il se permet de juger chacun des invités. Un par un, il dénonce. Mêle toi de tes affaires mec, on t’a pas élu conseiller matrimonial officiel de Prismver. Barbie croit connaître les mœurs de tous, c’est génial. Génial.

« Pardon momo d'avoir gâché ta nuit de noce, ça recommencera plus. »

Ma nuit de noce, haha. Allez Jim, c’est le moment de balancer une bonne grosse vanne bien sentie pour calmer le jeu. T’as frappé, tu sais que t’es allé trop loin, faut que tu redeviennes le Jim qu’on connaît tous, celui qui s’en fout, qui rit au nez des rageux.
Mais nan.
Là tout de suite il a la haine dans les yeux, sincèrement ça lui va pas, ça détonne beaucoup trop. Personne n’ose ouvrir sa gueule, parce qu’on n’avait jamais vu Jim dans cet état. Et plus je l’entends s’énerver, plus je baisse la tête. T’es vraiment qu’un con Morgan. « Elles étaient où tes putains de bonnes manières quand t’offrait ton cul pour de la thune, connard ?! » C’est difficile à entendre, comme mots. Mes dents malmènent ma lèvre inférieure. Comment ça a pu partir aussi loin sérieux ? Ils se rendent compte qu’au départ j’ai juste prié Barbie de bien vouloir fermer un peu sa grande bouche ? Je me lève, parce que ça dégénère, mais Jim hurle sur Cale et je n’ose pas m’avancer.
« J’suis dingue de lui putain, et tu sais très bien c’que ça fait, alors si t’es mon bro tu respecte, point ! » Je crois que j’ai pas écouté, trop occupé à me donner du mal pour rester de glace... « Retournes baiser tes putes, ça a toujours été ton truc ça, pas le mien ! »

Done. Y a un silence. Y a Ashley qui vient ponctuer le discours avec le point final. Le poing final. C’la même.
« Ta gueule Jim! Non mais tu te rends compte de c’que tu dis là !? Tu te rends compte que tu deviens complètement con ?? Non mais qu’est-ce qui te permet de critiquer son passé comme ça hein ? Dis-moi qu’est-ce qui te permet de le faire !!?? »

Elle suit les même étapes, elle a rien changé. Une baigne dans la gueule de Jim, elle chiale et elle lui crie dessus ensuite. Parce que visiblement Cale a le droit de m’appeler “pute blonde” mais Jim a pas le droit de lui rétorquer la même chose. Il a le droit de critiquer le présent mais Jim a pas le droit de critiquer le passé. Et elle a frappé Jim. Jim qui est peut-être en tord, sûrement en tord, mais qui m’a défendu et qui reste Jim. On le touche pas, c’est tout. Je m’approche, la fusille du regard, on frappe pas les filles Morgan, on frappe pas les filles.

« T’es qu’un imbécile! … »

Je la pousse, l’éloigne, pas bien fort mais assez pour me mettre devant Jim, montre les crocs.

« Et toi tu sers à rien, tu te la joues Hélène de Troie mais tu sers à rien Ashley. Tu parles et tu viens chialer juste après parce que t’assumes que dalle. Si Cale avait pas ouvert sa gueule t’aurais même pas réagi. Tu t’serais écrasée, comme d’habitude. Alors fais pas comme si tu te réveillais que maintenant. T’es même pas foutue de te battre pour ta propre fierté, j’t’annonce que ça sert à rien de faire semblant de te battre pour celle des autres. »

Elle s’adresse à Betsabe, qui retient la furie et finit par la lâcher. Dégage. Dégagez tous. Le prochain qui s’approche il bouffe ses dents.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMar 24 Déc 2013 - 16:30




PEOPLE & NEMESIS

les petits boivent de la vodka
moi je bois du whisky



Il te semble que Selwyn rougit, mais tu n'es pas vraiment en mesure de le confirmer. Ta main ayant rompu tout contact avec sa tête, tu ne peux pas lire les battements de son coeur pour déterminer plus ou moins ce qu'elle ressent.

▬ Hm… Un cocktail avec du Soho. S’il te plait. S’il vous plait. Oh…

Tu esquisses un sourire amusé, attrapant les bouteilles à proximité pour lui préparer son cocktail. Tu lui tends son verre. Elle rougit et ça t'amuse. Aurait-elle eu peur que tu te fâches à cause du tutoiement ? Anshu le fait bien en privé. Et puis, il n'y a pas mort d'homme. Selwyn est une fille qui traverse une période difficile, comme d'autres. Mais elle reste polie. Elle n'a pas l'air de passer ses nerfs sur tout le monde en accusant la terre entière d'être responsable de son malheur. Elle fixe un moment tes tatouages avant de te dire qu'elle t'en dessinerait un nouveau. Tu hausses un sourcil surpris. Un léger rire amusé avant de tourner la tête vers l'agitation naissante, mais tu t'adresses toujours à elle.

▬ J'ai hâte de voir ça.

Tu n'envisageais pas vraiment d'en refaire un nouveau, mais qui sait ? Tu sens quelques regards se poser sur toi et tu tournes la tête, curieux. Tu aperçois Anshu et Betsabe en train de discuter, puis tu regardes ailleurs, te disant que tu as du rêver. De toute façon, tu n'as pas vraiment le temps de t'attarder sur eux. La tension a grimpé d'un cran, et tu n'y es pour rien étrangement. Tu esquisses un sourire amusé. C'est un peu mal placé de se moquer, mais t'as toujours été le genre de mec à s'amuser lors des disputes. Tu aimes la discorde. Quand Summers évoque le fait que Betsabe a un crush sur toi, tu regardes la concernée, sourcil arqué. Tu es surpris. Puis, soudain, une bombe est lâchée. Par Morgan.

Tu hausses un sourcil, ton sourire s'effaçant. Les choses se corsent et deviennent sérieuses là. Tous les regards sont rivés sur Summers, Reed et Blookmvist. Summers en rajoute une couche. Puis Bloomkvist. Tu secoues la tête en te disant qu'ils sont encore des gamins pour se provoquer de la sorte. Ils cherchent les coups. Et c'est lorsque Reed se lève que tu sais que ça va dégénérer. Tu confies ta bouteille de whisky à Selwyn et te lèves, rejoignant rapidement les deux garçons. Pas assez cependant pour épargner à Summers un coup de poing percutant.

D'un geste presque brutal, tu passes tes bras puissants en dessous de ceux de Jim, le faisant reculer. Summers s'époumone. Tu bloques les bras de Reed avec puissance. Ils se mettent dessus, se disant leurs quatre vérités. Il parvient à glisser hors de ton emprise l'espace d'une fraction de secondes, mais tu le maîtrises de nouveau.

CALMEZ-VOUS IMMÉDIATEMENT !

Ashley vient alors s'en mêler, ce qui a pour effet de n'aggraver que davantage la situation. Tu peux gérer les deux garçons, mais trois personnes, ça risque d'être un tantinet difficile. Betsabe vient heureusement à la rescousse, immobilisant Ashley. Mais ta collègue fait preuve d'une courte faiblesse, laissant le temps à Ashley de coller un poing à Reed. Bloomkvist vient alors aussitôt défendre Reed, poussant Ashley. Tu lâches Reed pour t'interposer, leur offrant ton regard le plus noir, le plus dangereux. Une main sur l’épaule d’Ashley et l’autre sur le torse de Bloomkvist, tu uses de ton don pour ralentir leur rythme cardiaque et les calmer. Puis, la rousse entraîne alors Cale avec elle, plus loin. Sage décision. En attendant, tu poses ta main sur l'épaule de Reed et l’autre sur celle de Bloomkvist, les forçant brutalement à s'asseoir, tes yeux plantés dans les leurs. Tu te sers une nouvelle fois de ton don, les empêchant de faire un seul mouvement.

▬ Maintenant vous allez rester ici et vous calmer. La violence n'est JAMAIS une solution. Et je me fous bien de savoir les raisons qui vous ont poussé à le faire. Vous êtes plus des gosses bordel ! Faut apprendre à vous contrôler un minimum !

Ta main ne quitte pas leurs épaules mais tu arrêtes d'exercer ton don sur eux. Tu adresses un regard aux autres à proximité. Le regard signifiant clairement que le prochain qui devient violent aura à faire à lui. Tu regardes de nouveau Reed, puis Bloomkvist, tes mains quittant leurs épaules. Tu secoues la tête en soupirant. Puis tu esquisses un sourire en coin, un sourire se voulant rassurant.

▬ J'espère que la prochaine fête à laquelle tu m'inviteras sera moins agitée.

Tu tapotes sa tête, adressant un regard à Betsabe en te relevant.

▬ Veille à ce qu'ils restent calmes, je reviens.

Tu tournes les talons, adressant une petite tape rassurante sur la tête de Selwyn puis un hochement de tête à Sarah. Regard rivé sur Summers et Ashley, tu les rejoins. Tu t'accroupis près d'eux, posant une main sur leurs épaules. De nouveau, tu utilises de ton don pour calmer leur rythme cardiaque et, par le fait, les apaiser. Et éviter qu’ils ne se brusquent par ton arrivée.

▬ Ecoutez-moi bien les jeunes. Je me fous absolument de ce qu'il se passe entre Reed, Bloomkvist et vous. Mais la violence n'est JAMAIS une solution. Et la provocation encore moins. Faudra apprendre à vous contrôler à l'avenir.

Tes mains quittent leurs épaules et tu sais que tu as capté leur attention. Tu fixes Summers un moment, inspectant la marque laissée par Reed. Tu secoues la tête.

▬ Si vos relations étaient tendues à la base, il aurait peut-être mieux fallu ne pas venir à cette fête. Vos histoires ne regardent que vous. Vous auriez pu faire profil bas, pour les autres. Vos actes à tous les quatre étaient d'un égoïsme pur. Je vous conseille de rentrer pour repenser à tout ça. Vous êtes plus des gosses.

Tu ne les commandes pas, et c'est toi le premier à être surpris. Surpris de voir que tu te soucies autant d'eux tous. Toi qui dit tout le temps que tu détestes tous ces gosses. Te voilà en train de jouer le rôle du grand frère protecteur. Y a un début à tout il faut croire. Tu portes ton regard sur Ashley, lui adressant un sourire rassurant.

▬ Je crois que Summers a besoin de quelques soins. Tu devrais le raccompagner. Et si jamais un professeur vous demande ce qu'il s'est passé, dites-lui de se référer à moi.

Tu les laisses, leur adressant un geste de la main tout en retournant vers les autres. Sérieusement, qui aurait cru un jour que tu puisses être aussi frère poule ? C'en est presque écoeurant. Lorsque tu arrives de nouveau devant le feu, tu t'approches du couple, t’accroupissant près devant eux.

▬ Ça va mieux ?


HRP ; NEMESIS OU BATMAN. NANANANANANANANA ♪

template coded by always and forever of atf

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMar 24 Déc 2013 - 16:57



Mon ventre se remplit, la vie chante - et tout se déroule dans le meilleur des mondes quand tout à coup.

#YOLO.

Morgan et Cale se prennent la tête en deux bonnes blondasses qu’elle sont – je savais que c’était pas une bonne idée, je savais que.  Marrant de me faire traiter de barbie par une pute aux cheveux blonds. Putain. Putain les filles, calmez vos ovaires quoi -  ça pue.

Sourcils haussés,  j’écoute dans un silence de mort les deux barbies de Jim se disputer pour une question de bigoudis ou je ne sais quoi. L’ambiance est retombée, l’air est lourd. Mon regard s’accroche à  Jim, qui se lève dans la direction de Cale – et par extension, de la mienne.

Un frisson parcourt ma colonne vertébrale et mes ongles viennent s’enfoncer dans les côtes de Cale – c’est pas bon ça, pas bon du tout.  Jim soulève Cale, je regarde Cale – et un poing vient s’écraser en plein dans sa figure dans un craquement sonore. L’odeur du sang afflue. Hu. Ma bière, mon estomac – c’est parti pour un tour de grand huit offert par la maison, merci Jimmy.

Je ferme les yeux dans l’attente du choc, pensant que mon Canard indigne allait se vautrer sur moi, vidé de toute force, mais rien ne vient. Seul le son de son corps qui s’écrase près du mien retentit, et je sursaute à l’entente du râle qui sort des lèvres de Cale. Un râle de douleur pure, perçante – cruelle. Au fur et à mesure que les mots sortent de sa bouche, la glace s’injecte dans mes veines. Insoutenable, irrespirable. Elle se répand dans l’air comme un poison, un poison qui vient faire briller les yeux d’Ashley de larmes pures. Saigner le cœur de Jim. Attaquer la santé mentale de chaque personne ici présente.

Et à moi, qu’est ce que ça me fait ?
Ca me fait me sentir horrible – parce que cette douleur, c’est à peine si je l’avais vue ; trop occupée à parler de mes petits problèmes. Horrible, c’est bien le mot. Et le pire, c’est que je ne peux rien faire.

Les mots sont d’une violence rare, et même si Nemesis intervient, le mal est fait, le mal se répand.

Cale se tourne vers chacune des personnes qu’il connait. Cale attaque. Et quand il se tourne vers moi, j’ai juste la prestance de planter mes yeux dans les siens. Calme. Ne comprenant pas – il faut dire que mon cerveau a toujours eu du mal à gérer les situations tendues. Il aurait pu dire nombre de choses sur moi. Des choses qui m’auraient fait mal, vraiment mal, qui m’auraient mise ouvertement en colère. Mais. Sarah franchement t'en a pas marre d'aimer une merde qui te fais souffrir ? je veux que tu sois heureuse  - Finalement, il n’aurait peut être pas pu faire plus douloureux.  Quelque chose se craquèle au fond de moi, et de ma bouche ne sort juste qu’un souffle, un souffle de son prénom – Cale ….
Là, tout de suite ? Je me rends compte de l’odieuse amie que j’ai été – l’ai-je seulement été, amie ?  J’ai envie de disparaître, de partir loin de cet endroit où je n’ai pas ma place. Je veux dire, eh les mecs, je vous aime tous les deux moi. Vous, avec vos déboires, vos travers, vos démons. Qu'est ce que je peux faire maintenant ? Tout se mélange dans ma tête. Je veux partir. Loin.
Je n’ai jamais été à ma place dans cette fête au départ, de toute façon.

Et depuis tout à l’heure, je reste juste immobile, statufiée.  L’expression intacte sur le visage. Ni surprise, ni peur. Placide. Trop couarde pour essayer de prendre position.
Suffit.   Ashley  qui a été bien plus vive que moi, s’était interposée, avec toute la force qu’elle pouvait avoir, fragile créature qu’elle est. Et cette même Ashley se prend un retour de flamme de la part de Morgan, qui s’était tu – et tout explose – et tout se déchire et tout –

« Putain. »

Un peu faible comme réaction ? Moi je la trouve parfaitement amène à décrire cette situation hautement bordélique. Jimmy, qu’est ce que t’as foutu ? Je croyais que t’étais capable de te contrôler – je croyais que ton don c’était les probabilités, et franchement tu pensais quoi en réunissant ce tas de personnes qui avaient pour seule envie de s’entrebouffer. Bordel.

Mes membres se décident enfin à me porter, et je me lève doucement, observant du coin de l’œil Ashley emmener Cale un peu plus loin. Ce que j’aurais fait, sans aucun doute, si je n'avais pas été si lente à réagir. Mais bon, les deux meilleurs amis réunis,  c’est sûrement mieux comme ça. Mieux vaut ne pas les déranger – même si j’en meurs d’envie.

Papa Némesis prend la situation en main, la stabilise. Regarde si personne n’est en train de faire un malaise. Personne ? Mission accomplie pour Papa Nem. Je lui offre un faible sourire pour montrer que tout va bien, et le suit du regard alors qu’il se dirige vers le petit groupe isolé.

Bon.
Comment dire.

« Vous savez quoi les gens ? Vous êtes vraiment des imbéciles.» Brillant, Sarah.
C’est sûrement tout ce qui me vient de constructif sur le moment. Et bizarrement, je n’arrive même pas à trouver ne serait-ce qu’une once de trouble dans ma voix. Stoique Sarah. Mon regard se pose sur Jim et Morgan, assis par terre.  « Vous avez une sale gueule.»

La vérité était que j'avais moi aussi envie de les frapper, Cale y compris - tous autant qu’ils sont, hommes de malheur. Mais tout ça était amplement suffisant, en mon humble avis.
Râclement de gorge, et je viens chercher la bouteille censée faire de cette soirée quelque chose de génial – rire – dans le sable. La redonnant à la personne la plus proche de moi,  qui est donc par hasard, le Prince. Je lui lance un regard exaspéré, lui murmurant un «Quelle misère. »

Situation générale ?
A.W.K.A.R.D.
Merci les garçons.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMar 24 Déc 2013 - 19:02
nc

Il observe avec attention la cuisinière dévoiler ce qu’on pourrait appeler une confidence. Sourire. C’est vrai que même s’il passe ses journées à la traiter de frigide, posséder ce pouvoir doit pas être une grande partie de plaisir. Même en ce qui concerne la douleur, ne rien ressentir doit juste être… être troublant, c’est le mot.

Son regard suit le sien ; posé sur sa main. Minute de refléxion. Il soupire. Oh tu sais si ton pouvoir t’handicape tant que ça je peux toujours te le… Ah, non. Je ne veux pas devenir frigide. C’est dommage. Sourire. Mais bon, au moins tu ne ressens pas les douleurs à vif comme nous on les ressent. C’est déjà mieux, je trouve. ...Tu parles à un connaisseur, là, tu sais.

Tape amicale sur l’épaule, sourire - trop - niais aux lèvres. Il ne la quitte pas des yeux, l’observant s’allonger comme une campeuse sur le sal insalubre de la place - c’est quand même sale. C’est vrai, après tout, des milliers de personnes marchent avec ou sans chaussures dessus. Les microbes doivent tellement s’y plaire.

Il se mord la joue face à sa question, tournant le regard un instant vers les autres. …Ils sont si niais. Regarde-les, c’est vrai… J’ai fait un effort, mais c’est pour Jim que je l’ai fait. Je ne porte presque même pas la moitié dans mon coeur, pour te dire. Et pourquoi est-ce qu’il a été inviter Selwyn, attends…? Cette fille sait réellement s’amuser ? Rien qu’à la regarder… Il serre les dents, préférant s’arrêter ici. C’est vrai qu’il lui vouait quand même une rancoeur indescriptible. C’était certes en partie à cause de ce qui se passait avant la mort de Drew… Mais cette fille volait entre deux terres. Elle est aussi souillée que pure ; c’est horrible. Il grimace.

Et il couperait presque la parole à Betsabe, hochant rapidement la tête en direction de Jim et Cale. Oi, regarde-les. Il sent les pics que se lancent les.. euh, eux ? Haussement de sourcil. Un silence s’était doucement formé, toute l’attention s’étant rivée sur eux. Regard échangé avec Jim. Il plisse les yeux, un sourire se déssinant lentement sur ses lèvres emprisonnées par ses dents.

Le temps semble presque s’arrêter. Non.
Le temps ne s’arrête pas, il défile à une vitesse ahurissante, aussi ahurissante que le sang s’échappe sèchement et brutalement de la bouche de Summers. Il écarquille les yeux un instant, l’observant se viander à côté de la vile ingénue.
Il n’a besoin que de quelques secondes pour prendre conscience de la situation. Il sourit légèrement. Tout semble exploser. Le ton monte, la tension monte, la colère s’évacue, la haine s’empare de l’euphorie et de l’allégresse présente il y a pourtant quelques instants. Ce sourire, il ne peut pas s’empêcher de l’exprimer. Son corps tremble presque - pas de satisfaction, pourtant.

Il s’était reçu un coup de Jim, une fois. Morgan était bel et bien son point faible. Il n’écoute même plus les paroles de Cale, énumérer presque chacunes des personnes présentes, leur collant un adjectif bien propre. Non. Il repasse en boucle le poing que Jim lui avait collé, avec toute la hargne qu’il pouvait avoir. Son regard, il l’a senti. Et là Jim, est-ce que tu es satisfait ou tu vas toujours être dégoûté d’avoir frappé quelqu’un - tu n’aimes pas frapper, je le sais, on le sait tous. Et pourtant… Es-tu heureux, à l’heure actuelle ?

Et le temps passe et passera toujours à cette même vitesse fulgurante. Tout s’est déjà terminé, les hurlements, un silence règne à présent - on parvient à entendre faiblement des voix au loin. Il suit Nemesis du regard se diriger vers Ashley et Cale qui s’étaient eclipsés. Le silence. Observant les trois autres converser plus loin, il soupire, détournant finalement ses yeux sur Jim et Morgan - presque dans les vappes ou on ne sait comment à cause du pouvoir du surveillant.

Et il applaudit alors - comme si c’était le moment. Bravo, Reed. C’était… C’était joussif. Il ne l’ouvre pas plus, cette remarque étant déjà que trop déplacée. Quand il disait que la présence de Cale était néfaste, c’était pas pour rien. Mais lui, il ne parvenait pas à sentir la “pourriture” qui était censée s’émaner de lui. Ce qu’il voyait, c’était un gars juste blessé d’une rupture amoureuse - on parle bien de Skygge - se voulant faire une autre image de lui. Cale est très loin, très loin d’être pourrit de l’intérieur.

Et il se lève de son plein gré, s’approchant un peu des personnes restantes, un grand sourire aux lèvres. Ah ça non, si l’ambiance devait être pesante comme elle l’était actuellement c’était une très bonne raison de rester ici ! Ah, il retire ce qu’il disait quand il parlait de niaiserie avec cette populace.

Et Nemesis s’approche d’eux, s’accroupissant. Ca va mieux ? CA VA MIEUX ? Pourquoi tu leur demande si ça va mieux ?! Bordel, après avoir mit un pain dans la gueule d’un con, moi, ça irait très bien ! Mais bon, une fois de plus, Morgan a été… un peu inutile. C’est toujours lui qui attise les flammes haineuses, en fait. A part provoquer - très doué en cette matière -, il ne fait rien. Les rôles s’inversent toujours un court instant.

Il observe Sarah à côté de lui, elle semblait lui passer… une bouteille. Pourquoi avait-il fallut qu’il se pose juste ici…? Il grimace, regardant la brune puis la bouteille. Déglutit. C’était sûr qu’elle l’avait fait exprès. Finalement, il prend la bouteille, la regardant quelques instants. C’était une lutte avec lui même à savoir s’il déclinait l’offre ou s’il acceptait et buvait pour sa fierté, finissant presque bourré au bout de trois gorgées.

Et finalement, il choisit la deuxième option. Son regard se glisse un instant sur Sarah alors qu’il approche le goulot de ses lèvres étirées. … Misère ? Je trouve ça génial. Et il soupire, s’abandonnant alors sur la bouteille, laissant le liquide alcoolisé brûler sa gorge. Quelques secondes. Il passe la bouteille à la personne la plus proche de lui - n’y faisant même pas attention, trop occupé à se répugner du goût de l’alcool.



codage par Palypsyla sur APPLE SPRING - modifié
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 1:32
Oh tu sais si ton pouvoir t’handicape tant que ça je peux toujours te le… Ah, non. Je ne veux pas devenir frigide. C’est dommage. Mais bon, au moins tu ne ressens pas les douleurs à vif comme nous on les ressent. C’est déjà mieux, je trouve. ...Tu parles à un connaisseur, là, tu sais.

Tu souris en écho. Tu sais très bien de quoi il parle, du moins tu l'imagines. Tu sais que pour lui ce n'est pas facile aussi bien physiquement que moralement parlant. Tu te mords la joue et ne le quitte pas des yeux quand il se remet à parler. D'un côté t'es plutôt heureuse qu'il se confie à toi, de l'autre tu te sens vraiment désolée face à tout ce mépris pour les autres. T'aimerais un peu le soulager de tout ça. T'aimerais lui dire que c'est pas bien de rester dans le noir et qu'il serait beaucoup plus beau en étant lumineux. Tu sais Anshu... Tu hésites. Il t'interpelle et tu te retournes pour regarder les autres. L'ambiance était- elle aussi froide avant ? Non. T'as beau rien sentir tu ressens bien le malaise. Ça pue l'embrouille à des kilomètres. Tu te redresses, tu te mets debout. T'aimes pas ça et quand Jim frappe Cale en plein visage tu sursautes. Tu ne le connaissais pas aussi violent. Tu te rapproches sans même penser à Anshu parce que tu ne connais que trop bien les pré quelles d'une baston et tu sais que ça va forcément dégénérer. Nemesis l'a bien sentie aussi et il a peut-être même été plus rapide que toi. T'entend la remarque de Cale. Tu te figes sur place. Ton regard glisse sur Nemesis qui te regarde en haussant un sourcil. Merde merde merde merde merde est-ce que le fait que vous avez couché ensemble était si évident que ça ?! Non parce que c'est ce qui a tout changé pour toi. Tu sens ton œil pulser, tu détournes le regard. Avant – ya même pas trois mois de ça – t'aurais levé les sourcils en rigolant mais là tout de suite tu te contentes de déglutir. Touché.

Mais t'as déjà plus le temps de penser à ça parce que Nemesis fonce sur Jim pour l'empêcher de s'en prendre de nouveau à Cale. Tu écoutes ce qu'il lui répond et tu as honte. T'as honte des méchancetés de Cale et de celles de Jim. T'as honte d'assister à ça. Et visiblement tu n'es pas la seule. Tu entends Ashley hurler et tu vois son poing s'abattre sur Jim. Bordel, qu'ils sont cons ces gosses. Il ne t'en faut pas plus pour la retenir. Tu l'immobilises, tu la sers dans tes bras.

Calme toi Ashley.

Mais toi t'es la femme insensible, tu ne sens pas son petit corps entre tes bras, tu la vois s'agiter, tu la vois te donner quelques coups pour essayer de s'échapper, mais tu sens rien. Tu doutes même. Et si tu lui faisais mal et si tu la serrer trop fort ? Tu relâches un peu la pression dans le doute et elle en profite pour frapper Jim encore. Alors tu la reprends dans tes bras et cette fois ci tu la lâches plus jusqu'à ce qu'elle te le demande. T'observe Morgan avec des yeux noirs. Casse toi ducon c'est pas le moment de jouer les princes charmants.

Ton regard vrille sur Nemesis et l'espace d'un instant tu te dis qu'il est trop classe à jouer les supers héros comme ça. Tu lâches Ashley et tu baisses les yeux vers Jim et Morgan assis par terre.

Veille à ce qu'ils restent calmes, je reviens.
No problemo.

Tu te retournes vers les autres et tu les regardes d'un air désolé. Ton regard croise celui d'Anshu et tu te mords la lèvre de le voir autant prendre son pied. Et puis tu t'accroupis pour regarder Jim. Tu glisses ta main pour relever son menton.

T'es vraiment un idiota Jimo... Tu analyses sa blessure, tu plisses les yeux. C'est moche. Sarah a bien raison ils ont une sale gueule. Tu te relèves pour aller chercher ton sac un peu plus loin laissant le temps à Nemesis de revenir vers eux. Dans ton sac t'as toujours une trousse de premier soin que tu trimbales partout. C'est l'infirmière qui t'y oblige parce que tu peux te blesser à tout moment sans t'en rendre compte. Ya qu'à voir la gueule de ta main actuellement. Tu retournes vers eux. T'adresses un regard à personne, tu rigoles plus. Pousse toi 5 minutes Nemesis. Tu t'accroupis face à Jim et tu sors de quoi désinfecter sa plaie. T'y vas pas de main morte et tu t'en fiches un peu que ça pique. Il a du chocolat sur la gueule et du sable dans la blessure bordel heureusement que t'es là pour nettoyer ça. Tu fronces les sourcils. T'iras à l'infirmerie de ma part Jim, et c'est pas une question.

Ton regard glisse sur Morgan on dirait un enfant. Franchement l'amour ça rend vraiment con. Tu te redresses avant d'ébouriffer leur cheveux. T'as beau être super déçue de leur attitude ça reste des gosses et toi quand tu vois leur petites bouilles tout tristoune t'y peux rien tu fonds. Tu lèves la tête vers les deux autres mais ils sont déjà parti ou alors tu les vois pas parce que comme d'habitude t'as pas pris tes lunettes. Tu soupires. Putain faites des gosses sérieux.  

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 1:40

Juste un peu de vodka

Spoiler:
 

Nemesis a fermé les yeux. NEMOU A FERMEY LES ZIEUX. C'est la fêteeeeee !! Je vous jure rien que pour ça ranafout' je bois. Je chope la première bouteille qui passe, je me sers un verre et.... oh et puis yolo, je bois au goulot, à la vie, à la fête de Jim, au scooter, à cette magnifique table, à la couleur d'Ashley à... à Prismver quoi. Je vois Levy qui passe, je la hug, puis je retourne près de Sarah pour lui voler la bouteille que Jim lui a lancé, j'en bois un peu, je lui rends et je cours vers la table. I have no idea what i'm doing. Je mange un truc par ci, par là, c'est sans importance, et puis j'entends des gens qui se charrient, en temps normal j'aurai grimacé mais #ALCOOL donc je me tourne comme si on venait de me réveiller avec un mal de tête horrible. Je fais face à la dispute, à la tension qui monte lentement.

Il est là, figé. Il observe la scène. Le regard brouillé, les informations mettent plus de temps à lui parvenir, il ne comprend qu'au bout de quelques secondes que c'est une dispute qui éclate au beau milieu d'une Jim Party. Que cette soirée qui semblait mieux partie que toutes les autres a déjà commencé à virer au cauchemar. Morgan et Cale ? Vraiment ? Il n'a pas le temps de comprendre. Jim s'est levé, il a frappé. Cale tombe, sonné. Bien fait, pense la part bourrée de son cerveau, mais au fond, il sait, il sait que cette fois, ça n'a rien de marrant. Il sait que Cale ne se contentera pas d'un sourire, d'une excuse et d'un faux air larmoyant avoir de retourner faire la bêtise qu'il avait commencée. Il comprend que ce soir, que parmi tout ce qu'il croyait avoir entrevu, entre ces sourires, ces regards, ces clins d'oeil, parmi tout ce qu'on avait voulu lui faire croire, tout n'était qu'un épais mensonge.

Et depuis quand ? La peur lui contractait l'estomac. Pas depuis le début. C'était la seule chose qu'il espérait. Il ne pouvait qu'observer, et ça n'aurait pas été le cas s'il n'avait pas été aussi torché. Il a l'air ridicule, comme ça, à observer la scène avec une bouteille à la main. Il regarde, il écoute les insultes. Cale semble sérieux, et cette fois, c'est réel. Il est surpris, il veut s'avancer, il remarque l'éclair de haine dans les yeux de Jim. Il ne reconnaît plus personne.

Allez, c'est cet alcool qui me joue des tours...
Non. Ouvre les yeux et fais face à cette putain de réalité. Regarde-les tels qu'ils sont vraiment. Regarde donc Cale tel qu'il l'est, encaissant le coup, crachant sur Jim, regarde-le se défendre, défendre Ashley, démenant tout ce voile de mensonge qui s'était installé ce soir-là. Regarde-le lui, être honnête, faire ce que tu n'arrives jamais à faire vraiment. Regarde-le aider Sarah, et même accorder un coup de pouce à la cuisinière, à Betsabe. Il a dit des choses horribles, et au fond, c'est lui qui a commencé. Pour ça, tu lui en veux. Mais au final, tu le trouves cool, le Cale. Tu es fier de ce qu'il a fait. C'était la chose à faire.

Et Jim parle. Jim répond. Le Roi se lève, il prend la parole, il fait face, il assume l'acte qu'il a porté plus tôt. Il frappe, et maintenant, il répond. Mais ce n'est pas lui. Jim est méconnaissable. Il n'apparaît plus comme ce grand-frère bienveillant toujours de bonne humeur, qui aide les gens, qui créé des couples. Aujourd'hui, ce n'est pas lui. Car malgré tout cet alcool qu'il a ingurgité, Gautier a compris l'histoire. Il n'a pas le temps d'en paraître surpris ou d'en rire, car cette fois, c'est un règlement de compte entre eux. Car cette fois, Jim a brisé des coeurs. Et lui, cet imbécile de nain bourré, lâche sa bouteille à moitié remplie qui s'éclate par terre et vient lui écorcher une jambe. Il regarde. Il comprend, mais déjà, il aimerait oublier.

C'est Ashley qui frappe cette fois, et tout part tellement vite. Betsabe intervient, Nemesis vient bloquer Jim, et Cale s'isole, blessé, Ashley l'emmène à l'écart. Il les vois passer devant lui, il se rend compte de leur proximité. Il comprend qu'il est inutile de s'en mêler. Il était inutile dans cette affaire. Il voit Jim rejoindre Morgan à nouveau, Sarah elle, se contente de quelques mois à leur égard. Elle est perdue, elle ne sait pas quoi penser. Tout est allé tellement vite. Plus jamais d'alcool, plus jamais, ces putains de boissons qui me piquent les yeux. Les larmes coulent. Il reste là, silencieux, se frotte les yeux, déglutit un bon coup et redresse la tête. Et enfin, il sait ce qu'il doit faire. Il s'avance vers Jim et Morgan.

Au final, je ne vais rien dire. La table est juste derrière, fais juste comme si tu allais chercher un gâteau. Ce sera parfait. Allez, ne regarde pas. C'est pas tes affaires. C'est pas comme si quelqu'un en avait quelque chose à foutre, de mon avis. Non, pas cette fois. Tu voyais déjà ton chemin bifurquer, mais à nouveau, tu marches vers eux. Lentement, la tête levée. Le jeune E s'accorde une nouvelle fois le loisir de se frotter les yeux, essuyer ses quelques larmes. Pour lui, c'est une profonde désillusion. Mais au fond, c'est l'une des personnes pour qui ce sera bénéfique... connaître vraiment ses amis. Il s'arrête devant Jim et Morgan et reste silencieux, créant une atmosphère pesante. Il regarde brièvement Betsabe, mais ne s'attarde pas. Une dernière fois, il se rappelle.
Les paroles de Cale.
Le coup de Jim. Ses mots tranchants.
Les insultes de Morgan pour Ashley.
Vraiment, il ne peut pas choisir. Une dernière fois, il peut fuir. Une dernière fois, il peut feindre de n'avoir rien vu et s'asseoir avec eux. Il n'aura rien vu, ni le visage bousillé du Roi, ni la colère de Morgan. Il n'aura rien vu, tout ça pour ne pas avoir à affronter l'éclat de haine qui brille dans le regard de Jim. Il attend une, deux, trois secondes. Il n'a pas peur, il connaît autant Morgan que Jim, et pourtant, la surprise a fait monter le doute en lui. Mais il ne se défendra pas. Si Morgan le frappe, si Jim le frappe, il restera ainsi et attendra le matin, leur versera un seau d'eau sur la gueule pour que, sans la moindre goutte d'alcool dans leur sang, ils constatent ce que leur amour aura fini par engendrer. Mais au fond, il espère, il pense que ni l'un ni l'autre ne lèveront la fin sur lui, pas avant qu'il n'ait fini de parler. Il lève enfin la tête vers eux, et Gautier prend la parole. Ses yeux rouges sont clairement visibles et sa voix légèrement déformée par les larmes et l'alcool.

- Je m'attends à ce que tu me dises que rien de tout ça ne me regarde ou que je suis le plus mal placé pour en parler avec toi, mais je vais quand même te le dire, Jim. Une pause. Il est déçu, ça se ressent. Il jette un regard entendu à Morgan, parce que tout ça le concerne aussi. Je suis content pour vous deux, vraiment. J'étais surpris mais... tu sais, ça m'est égal. Seulement, vous embrasser là c'était pas sympa pour Ashley. Et puis, tu l'avais invitée toi-même, si tu voulais qu'elle s'amuse, c'était la pire chose à faire ! Tu te rends compte Jim ? Tu as pourri ta propre soirée à cause d'une insulte que Cale ne pensait même pas ? Depuis quand tu es devenu comme ça ? Il fait une pause. Il veut tenir. Sa voix ne tient même pas du reproche... mais davantage du regret, de la tristesse. Lui-même, la révélation le surprend, l'attriste. Il aimerait l'engueuler aussi, mais le coeur n'y est pas. Et pourtant, il continue. Il sait que ça finira mal. Être amoureux c'est génial... mais si pour connaître ça on doit oublier tous les autres, piétiner toutes tes anciennes relations... moi, je préférerai m'en passer. Tu ne peux pas tout mettre sur le dos de tes sentiments, parce que c'est toi qui a fait tout ça, toi et personne d'autre. Habituellement, tu répands la bonne humeur et les sourires... aujourd'hui c'était le contraire. Avant Jim, je voulais être comme toi. Maintenant je me dis qu'il vaut mieux que ce soit l'inverse.

Les derniers mots étaient ponctués d'une pointe de tristesse, à quelques secondes près, sa voix se brisait. Il refuse de montrer signe de faiblesse. Il voulait tout dire jusqu'à la fin sans flancher, absolument tout. Et il l'a fait.  

À nouveau, il le regarde. Il lui fait face, il le fixe dans les yeux. Il pense au fond qu'il ne pèse pas assez, qu'il n'est pas assez proche pour le faire changer. Mais ça lui est égal. Son regard se pose sur Morgan, longuement. Ils sont proches, ils ont fait beaucoup de choses ensemble. Gautier le regarde, il n'a pas la foi de se lancer dans un autre monologue. Il ressent de la déception, un éclat de colère et de tristesse. Mais au fond, ils se connaissent. Morgan sait tout ça, il se doute qu'il n'a pas agit correctement non plus. Rien qu'une fois, peut-être ? Ce n'était pas la bonne. Morgan était aussi concerné par ses paroles, sans doute qu'il s'en tamponne simplement. Gautier s'en fiche, il a tout dit. Il n'a plus rien à faire.
Il observe à sa gauche, le bout du scooter hors de l'eau, vestiges d'un passé proche où cette fête conservait un tant soit peu de bonne humeur. Non... en a-t-elle seulement eu un jour ? Au fond, il n'y croit même plus. Il est perdu. Il part s'asseoir à l'écart, dans le sable, il prend une nouvelle bouteille avec lui. Il la lève, prêt à la boire, mais il n'a pas la foi. Il ne peut qu'attendre, seul, se torturant l'esprit, se convaincre qu'au fond, ce n'était pour lui qu'un mauvais rêve.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 2:42
Tu es heureuse. Tout simplement. Tu assistes à une des fêtes les plus convoitée du pensionnat, tu es avec une de tes meilleures amies, avec des copains, y'a de l'alcool, et surtout, il y a Jim. Dire que ce baiser ne t'as pas marqué serait du pur mensonge, sauf que tu le savais. Tu savais pertinemment que ne serait ce que tomber amoureuse est la pire des conneries à faire, en articuler du mec à problèmes. Tu savais que Jim est en couple avec Morgan, tu savais que tu avais et as encore aucune chance, et tu sais toujours que s'il devait se produire quelque chose, ça ne t'apporteras rien de bon mis à du désir, de l'amour et tout ce qui va avec.

Mais Maryne n'a pas le temps de répondre qu'autre chose détourne déjà ton attention. Une affirmation de la part de Jim, claire, simple. Cale a été le premier dans le lit de Jim. Malgré tout, tu reçois un espèce de coup de poing dans le ventre que tu en as le souffle coupé. Machinalement, tu diriges ton regard vers Ashley, livide elle aussi.  C'est plus fort que toi, tu ne peut pas rester indifférente à ça même si c'est du passé. Et comme si ça ne suffisait pas, Cale en rajoute une couche. Tes yeux se voilent durant un court instant, tandis que tu vacilles doucement. Toutes les convives sont captivées par la scène. 'Pitié vos gueules les mecs'Penses-tu en fermant les yeux. Ne se rendent-ils pas compte de l'impact de leurs paroles ? Mis à part toi, tu éprouves une pensée pour Ashley, car malgré la haine que vous entretenez l'une pour l'autre, voilà un de vos points faibles communs, en l'occurrence, Jim.

Mais après tout, jamais deux sans trois ? Morgan se ramène, réplique face au blond, qui n'est pas fichu de fermer sa gueule, évidement.

Après, c'est allé très vite. Ce qui est très clair, c'est que Jim a foutu son poing dans la face à Cale. Tu grincent des dents et sers les poings, au point de voir tes phalanges blanchir. Putain mais Jim, pourquoi faut-il que tu foutes en l'air toutes tes soirées, pourquoi faut-il que t'en fou une toujours à quelqu'un ? MERDE.

Et comme ça suffit pas, chacun se crache dessus, vociférant comme des échappés d'asile tandis que Némésis tente de maitriser les deux et que Betsabe retiens Ashley, et Sarah qui raconte nawak peut être à cause de l'alcool et surtout à cause de ce qui se passe là, tout de suite.

Et puis, bordel, qu'est ce que ça fait mal... En train de s'engueuler pour une réplique au hasard, lancée par Jim, plz, dévoilant de toutes pièces la vie de Mister Cale et de Jim, à l'occasion, parce que c'est plus drôle. Et alors que le calme est presque venu, tu te frayes un chemin dans les invités, et, putain Levy d'où tu sors, tu peux pas la fermer ? Non, t'arrives, pour dévoiler le fond de ta pensée et à quel point ça te brise les ovaires la situation présente. "Le prochain qui à la bonne idée de gâcher la soirée en refaisant le portrait de l'autre, j'vous jure qu'il aura droit à un joli autographe de ma part sur la gueule, okay ?!" Le plus déstabilisant, c'est que t'es parfaitement sérieuse et les accidents dus aux pouvoirs sont nombreux. Au moins, c'est clair, net, et précis. Pas que tu manques de tact mais au moins c'est direct. Et tu ne le rediras pas deux fois. C'est bon, à la base t'étais venue là pour t'amuser. Tu te mêles peut-être d'un truc qui ne te regarde pas, mais si c'était réellement le cas ils ne s'afficheraient pas devant tout le monde, donc tu t'en fous.

Tu te diriges sans réfléchir vers Jim, lui attrapes le bras, pour lui parler à l'écart. T'es visiblement en colère, car tu ne pus t'empêcher de serrer ta poigne.
Une fois face à lui, tu croisas les bras et dis : "Pourquoi ?" tu marquas une brève pause puis continuas "Hein, pourquoi ? Regarde moi quand je te parle ! Pourquoi faut-il que tu gâches toutes tes soirées en exerçant ton poing sur la face de quelqu'un ? Pourquoi a-t-il fallut que tu t'emportes, que tu gâches tout ? Pourquoi t'as été obligé de dévoilé  la vie privée de Cale au grand jour, en te comportant comme une égoïste ? Et, putain, malgré le fait que je porte pas Ashley dans mon cœur, pourquoi l'as-t-il fallut que tu remues le couteau dans la plaie, que tu te comportes comme un minable, POURQUOI BON SANG ?!" Tu cries maintenant. Tu n'as plus de souffle l'air te manques, tu as envie de pleurer, tes yeux te piquent, parce que t'en as pas grand chose à faire d'Ashley, c'est surtout que merde, ça fait mal. Ça fait un mal de chien. La dure réalité à laquelle tu te croyais immunisée te mutile de l'intérieur. Tu trembles, tu abats ton poing contre son torse tandis que tu baisses la tête. Un ridicule coup de poing car tu te sens faible d'un coup. Tu as envie de crier mais aucun son ne sort de ta gorge, d'entre tes lèvres. Tu croyais pas que savoir Jim en couple te ferrai réellement mal, que savoir qu'il a couché avec Cale te rendrait malade ou même qu'Ashley a eu une place dans sa vie. Tu as longtemps ignoré la douleur, mais quand elle se fait trop grande, tout explose. D'un coup. Pour t'anéantir.  

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 7:11

Some vodka to keep us warm w/

Anshu, Ashley, Betsabe, Cale, Gautier, James, Jessica, Jim, Keith, Levy, Maryne, Nemou, Sarah & Selwyn

notes: Souris, connard
Make a run, make a run, make a run down


On nous sépare, on nous force à nous asseoir, j’étais pourtant sûr d’avoir assez d’adrénaline pour me débattre et riposter, mais nan, coup de barre. Comme un vertige. Et je me retrouve en tailleur dans le sable. Chelou. Je me souviens pas m’être souvent fait engueulé par mes parents, alors quand quelqu’un d’autoritaire me remets à ma place ça me perturbe direct. Aucune résistance.

« Maintenant vous allez rester ici et vous calmer. La violence n'est JAMAIS une solution. Et je me fous bien de savoir les raisons qui vous ont poussé à le faire. Vous êtes plus des gosses bordel ! Faut apprendre à vous contrôler un minimum ! »

Tout le long j’ai pas osé garder la tête haute. J’ai pas honte, et pourtant j’ai cette sensation désagréable qu’on a quand on me fait un briefing des conneries que j’ai bien pu faire, j’ai l’embarras qui me brûle le visage. Finalement je me risque à reporter mon attention sur Nemesis. Mais nan mais c’est quoi c’regard... pourquoi est-ce qu’il me sourit ?! J’PENSAIS QU’IL ALLAIT ÊTRE SUPER MÉCHANT MOI IL FAIT QUOI LÀ. Je perds mes moyens, baisse les yeux, m’écrase et ferme ma grande gueule pour une fois. “Mais vous pouvez pas comprendre c’est la fougue de la jeunesse, c’est-” nan, nan j’vais vraiment me la fermer, il a raison et je le sais très bien. Il se lève pour s’absenter du coté de Summers et Bridgestone. Enfin un peu de calme, ça fait presque bizarre. L’autre m’a tellement ralentit que j’ai l’impression d’être shooté tout à coup. Silence. Je n’ose pas regarder Jim, me contente de fixer le sable à mes pieds. J’ai l’impression d’être une bête de foire, affiché aux yeux des badauds, ridiculisé sur la place du village. « Vous avez une sale gueule. » Merci, MERCI Sarah pour avoir brisé ce blanc plus qu’awkward. Sa remarque me donne presque envie de sourire. Mais nan, évite de sourire, Morgan. Nem revient et j’ai pas envie de passer pour le mec qui se marre tout seul pour rien.
« Ça va mieux ? »

On va mentir un peu, pour abréger. « Ouais, je... » Je quoi ? Je rien. Y a rien à ajouter. Sois polis. « Merci » Et dégage. « J’vais rentrer. » J’vais me lever, et m’éloigner de cette ambiance de merde. Sauf que j’ai à peine essayé que je me ravise aussitôt, ça tourne trop. Normal quand on force ton rythme cardiaque à ralentir aussi soudainement. J’vais rentrer, dans 5 minutes, c’est prévu.
Une silhouette qui s’avance, je lève les yeux. Gau’. Sur ses joues, deux lignes renvoyaient à peine la lumière, nettes, qui partaient du coin de l'œil pour dévaler son visage jusqu'au menton. J’ai un de mes amis qui m’est le plus cher en face de moi, complètement chamboulé, limite en train de chialer, et je n’ai absolument aucune idée de comment réagir. J’imagine que je dois juste l’écouter.
« Je m'attends à ce que tu me dises que rien de tout ça ne me regarde ou que je suis le plus mal placé pour en parler avec toi, mais je vais quand même te le dire, Jim. » L’écouter faire des reproches à Jim, à moi, à nous. Rien de très surprenant. « Je suis content pour vous deux, vraiment. J'étais surpris mais... tu sais, ça m'est égal. Seulement, vous embrasser là c'était pas sympa pour Ashley. »
« … J’crois que j’m’en cogne. Désolé... »
Nan, vraiment, j’en suis désolé. Parce que je suis quelqu’un de terre à terre, et que je suis une logique. Elle est venue de son plein gré. Elle aurait pu se lever pour nous coller une tarte amplement méritée. Elle aurait dû. Sauf qu’à partir du moment où elle a gardé ses ressentis pour elle, personne ne doit être tenu responsable à sa place. Tu condamnes pas quelqu’un alors que t’as pas énoncé clairement son crime. C’est pourtant simple à comprendre, pas la peine d’en faire toute une histoire… Conclusion: j’écoute pas, je zappe la moitié du speech.
« Être amoureux c'est génial... mais si pour connaître ça on doit oublier tous les autres, piétiner toutes tes anciennes relations... moi, je préférerai m'en passer. Tu ne peux pas tout mettre sur le dos de tes sentiments, parce que c'est toi qui a fait tout ça, toi et personne d'autre. Habituellement, tu répands la bonne humeur et les sourires... aujourd'hui c'était le contraire. Avant Jim, je voulais être comme toi. Maintenant je me dis qu'il vaut mieux que ce soit l'inverse. »
Regard blasé et épuisé, sans une once de méchanceté je toise Gau’, poussant un long soupir. Il me fait de la peine. C’est mon pote, je devrais me montrer compatissant. J’en ai envie, je vous l’assure. Mais quitte à passer pour un enfoiré, au point où on en est autant aller jusqu’au bout. « Jim n’est pas un distributeur de sourires, et j’crois que vous avez tous du mal à piger ça. » Peut-être que si je me limite à répondre sèchement et de manière agressive aux autres, on finira par me laisser tranquille. Je veux juste qu’on me laisse tranquille.

« Le prochain qui à la bonne idée de gâcher la soirée en refaisant le portrait de l'autre, j'vous jure qu'il aura droit à un joli autographe de ma part sur la gueule, okay ?! »

Je me crispe tout à coup. Putain. De. Merde. C’est pas le moment, Levy. Je crois que je supporte de moins en moins les folles dingues impulsives. Ça me désespère de faire des efforts pour me contenir et ne pas m’emporter plus que ça, et elles, elles se permettent de jouer les hystériques de service. Et on trouve ça normal. On tolère. C’est pas juste. Au pire si je ferme les yeux, que je donne des coups dans le vide et que ça atteint Levy, on pourra techniquement considérer que c’est un accident nan ? Si seulement j’avais pas ce foutu principe de ne jamais lever la main sur une fille. Principe qui s’effrite lorsque je la vois s’approcher de nous, de lui. Je la dévisage, la fusille du regard. Haine, haine pure. Pas contre elle en particulier. Contre eux, contre le monde entier, ils me paraissent tous menaçants. J’ai envie de me lever, de la bousculer, la pousser fort pour qu’elle recule. Vire de là, lui parle pas. Elle voit pas que c’est pas le moment de continuer le drama ? Son “The show must go on”, elle peut s’le carrer où j’pense. Mais j’arrive pas à bouger, j’ai le corps qui fonctionne au ralenti à cause de Nem. Soupir.

Abandonne Morgan, arrête de te débattre, c’est terminé de toute façon.

Levy et Jim s’éloignent. J’ai même pas pu lui parler à lui. Le remercier de m'avoir défendu. J’aimerais tellement lui dire que j’suis désolé. J’suis désolé Jim j’ai encore trop parlé et j’ai tout foutu en l’air.
Je frissonne, ramène mes jambes contre moi et croise mes bras sur mes genoux. Juste… quelques secondes de répit, histoire de pas faire un malaise en me levant. Et puis promis après je me casse. J’irai dans ma piaule, pour aller pioncer direct. Une bière intacte à portée de main. Je la saisie, fais tinter la capsule et descend trois longues gorgées, fixant les flammes.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 11:16
Come morning light you and I'll be safe and sound

Des rires. Des sourires. Puis d’un coup, des cris et une tension dans l’air. Presque électrique. Presque matérielle. Comme un démon qui venait de s’inviter à la petite fête et qui dansait entre les gens. Les sourires s’effacent. Les gloussements meurent dans les gorges. Tous les regards se tournent entre les deux blonds qui s’affrontent. Qui se mordent rien qu’avec leur regard. Selwyn n’a pas suivi. Hors concours, carrément à des milliers de kilomètres. Mais lorsque Cale évoque une dépressive, tu ne peux que recevoir cette déclaration en pleine face. Elle te cloue au sol. T’achève. Tu t’es reconnue évidemment. Tu as reconnu ton reflet dans toutes les pupilles brillantes des invités. « … la dépressive qui veut se faire sauter par le mec d'une autre... » Il parlait de Némésis et elle, là ? Quelle enflure ce mec. Et Selwyn serre les dents, serre les poings pour contenir sa colère. Quelle étiquette de merde. Si seulement il savait. S’ils savaient tous.  Ses muscles sont tendus à craquer, un grondement sourd monte dans sa gorge alors qu’elle fixe le sable. La bouteille du surveillant se glisse entre ses mains qui se crispent aussitôt sur le verre.

Craquement.

Son cœur s’arrête. Son souffle meurt dans sa poitrine. Un geyser écarlate. Non… Jim a écrasé son poing dans la figure de quelqu’un. Jim. Jim, le pacifiste. Son éclat de soleil. Non… Un, deux trois. Stupéfaction. Battement de cil.  Horreur. Les secondes lui échappent et le sang ne circule plus jusqu’au bout de ses doigts qui compriment la bouteille. Elle sent son pouvoir se détachée d’elle, se mouvoir par vagues, toujours plus violentes. Elle tremble alors que la force de l’océan qu’elle absorbe afflue dans ses veines. La moindre parcelle de son corps est douloureuse. Morgan et Jim, au sol. La caresse de Némésis sur son crâne ne parvient pas à la calmer. Son palpitant est dingue, se fracassant contre les barreaux de sa prison ; sa cage thoracique. Elle ferme les yeux si forts que c’est douloureux. Le souvenir revient. Par flash.

La brûlure sur sa joue. Les cris suraigus. La peur qui lui broyait les entrailles. Le désir si vif de mourir à cet instant précis. La force de la seconde gifle qui met à terre. La bouche entrouverte. La douleur qui se diffuse dans toute la mâchoire. L’humiliation profonde. Les regrets. Les étoiles qui tourbillonnent. Combien de temps la jeune Selwyn est-elle restée au sol ? Des heures entières alors qu’elle l’avait jetée dans sa chambre après l’avoir à demi étranglé avec son-t-shirt. Elle se rappellera toujours de cet accès de violence qu’avait eu sa génitrice ce jour-là. Parce qu’une gamine avait osé mettre les bijoux de sa mère. Un traumatisme parmi tant d’autres.

Elle relève la tête. Son cœur l’irradie. Tout est en vrac. Sans dessus-dessous. Et torturée par son passé, elle est incapable de revêtir le moindre masque. De contenir le moindre de ses sentiments. Une larme roule sur sa joue alors qu’elle cherche à capter le regard de Jim. Pourquoi ? La réponse est juste sous ses yeux, juste à côté de son ami. Une crinière semblable. Souffrance. La malédiction frappe à nouveau. Ceux à qui elle tient se déchirent. Ses lèvres tremblent alors que le sel vient légèrement envahir sa bouche. Dans ses prunelles, c’est la troisième guerre mondiale. Les mots ne seront jamais assez puissants pour décrire ce qu’il s’y passe. La mort domine. La peur étreint chaque nuance de ses orbes. Le noir de ses iris est aussi sombre que le fond d’une tombe. La rage, les tourments, la folie, les orages, la fureur, les craintes, la honte, les doutes, le désespoir, le chagrin, la torture, le manque, la douleur, la solitude, tout s’emmêle et explose au sein de ses yeux. C’est fini.

Un dernier regard pour Jim. Un regard de détresse. Un regard égaré. Un regard vide et néanmoins plein. Ce n’est pas elle qu’on avait frappé pourtant elle crève de douleur. Elle se lève, titubant légèrement. Juste Jim. La bouteille de Némésis semble s’être intégrée à ses doigts, elle ne peut plus la lâcher. C’est son point d’accroche. L’ancre qui la maintient dans la réalité. Et vacillante, elle fuit cette cohue. Elle fuit vers les rochers que l’écume vient lécher. Elle fuit dans l’obscurité, son élément. Son havre. Son royaume. La Reine noire, Jim avait raison. On ne peut mélanger l’ombre et la lumière. Le jour et la nuit. Ils sont indissociables mais incompatibles, gravitant chacun dans un univers différent. Jamais il n’aurait dû l’inviter. Jamais ils n’auraient dû se lier d’amitié.

» Les ténèbres sont en train de le bouffer.

The Morgan Prismverien ♥  - Modifié. COULEUR : #731B26

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 12:39



fuck you anyway

(Pardon d’avance, je suis saoûl, le vin m’a rien fait hier soir mais là c’est violent gvcfxdfvgjbh j'espère que ça ira - Sinon, Levy, tu te trompe, Jim a jamais frappé, et il a jamais niqué l'ambiance d'une fête. Le seul qu'il a frappé c'était Anshu, au cabanon, parce-que ce dernier a blessé Morgan ;) (Oui Anshu, vu que RIP Chojub, on dira qu'il lui a mis une beigne a la place du gros démon mais je suppose que tu avais compris ~)

Ashley. Une beigne. Puis deux. Il l’incendie du regard, la lèvre écorchée. Il la brûle. Ses pupilles ne quittent pas les siennes alors qu’elle lui hurle dessus; il a le regard dément. Un sourire provocateur vient même étirer ses lèvres; mais on lit la peine dans ses yeux, la souffrance, et la trahison. « Bien-sûr Ashley. Je ne peux pas me permettre de juger son passé. Alors qu’il ne se permette pas de juger mon présent. Parce-que, même si ça vous débècte, Morgan est mon passé, mon présent, et mon avenir, et si ça vous convient pas comme ça, on a plus rien à faire ensemble. » Ceci glissé à voix basse, Jim ne la quitte pas des yeux alors que Morgan intervient, la poussant assez violemment pour l’éloigner de moi, l’incendiant à son tour. On est comme deux chiens galeux, nous protégeant l’un l’autre face à une bande de vétos qui veulent nous piquer, parce-que notre situation les dérange. Jim a la rage, il a la rage contre Cale et Ashley, et se réjouit d’être amené ailleurs, parce-qu’il en a marre de voir leurs gueules d’hypocrites. Hypocrites, oui. Parce-que Jim, lui, ne s’est jamais permi de juger personne. Il n’a pas jugé la queue balladeuse de Cale, il n’a pas jugé les difficultés d’Ashley en cours, il n’a pas jugé les tendances étranges d’Anshu, ou encore l'imbécillité dont peut faire preuve Gautier. Il n’a jamais jugé quiconque, il aime les gens comme ils sont, avec leurs défauts, leurs passions, leurs conneries. Et mieux que de les aimer, il passe sa vie a essayer de les rendre heureux. Et là quoi, la gueule de son mec leur plaît pas, alors ça déchaîne les passions ? Mais qu’ils aillent se faire voir, sérieusement.

Nemesis le force à s’asseoir, et cette fois, il ne sourit plus. Son regard est tombé dans le sable, sa main s’est portée à son coeur, griffant sa peau, alors que des points noirs envahissent sa vue. Chute de tension, brutale. Il a envie de gerber. Il frissonne, il a froid. Mais au moins, il n’a plus de pulsion violente. Il lève les yeux, comme soudainement drogué; l’ascenceur émotionnel et cardiaque a été trop violent. Ses yeux se posent sur Morgan, à ses côtés, dans le même état que lui. Ouais, ils se sentent shooté, et il pouffe même de rire à la remarque de Sarah. Mais c’est un rire nerveux, parce-que dans ses yeux, brûle toujours la haine, la souffrance et la trahison. Oui, il se sent trahi. Clairement. Et ça lui donne envie de  gerber, ça aussi. Il entend la remarque d’Anshu, qui semble s’amuser dans ce chaos. Normal. C’est Anshu. Depuis la mort de Drew, ça doit être la première fois qu’il voit un peu de tension et de sang; véritable vampire qu’il est, il lui faut ça pour l’exciter un peu. « Content que tu t’amuse bien Anshu, j’avais peur que tu t’ennuie. » C’est dit avec légèreté, ça aurait pu l’être si Jim ne sentait pas le poid de tout ça, qui l’épuise, à chaque mot prononcé ou chaque geste fait. Nervosité. Il n’en a tellement pas l’habitude. Finalement,  c’est Betsabe qui vient lui violer la gueule avec ses produits de merde; il grogne un moment, puis se laisse faire; quand elle veut, elle a la poigne de Tyson, il préfère pas jouer aux cons avec elle.

C’est finalement Gautier qui débarque, et Jim lève sur lui un regard plus brûlant qu’il ne l’aurait voulu. Mais il sait ce qui l’attend. Gautier est sérieux, il a même pas besoin de parler, Jim sait. Il va défendre Cale. Evidence. Ca n’a que le don de l’énerver plus encore, et Morgan résume sa pensée dans sa réponse. Le p’tit continu, et Jim aurait salué son courage, si ce n’était pas pour lui en mettre plein la gueule. « Avant Jim, je voulais être comme toi. Maintenant je me dis qu'il vaut mieux que ce soit l'inverse. » Il ricane, tourne le regard, et sent son coeur se serrer violemment, alors que de violentes larmes envahissent soudainement ses yeux. Il ferme la bouche, serre les dents,  retenant ses larmes. Gautier a beau être aux yeux de tous un débile amusant, il vient de piquer Jim plus profondément que Cale. Il vient de le piquer en plein coeur, le bouffon vient de blesser le Roi. Qui l’eu crû, qu’il soit si émotif face à Gautier ? Comme quoi, finalement, y’a pas grand monde qui le connait réellement, Jim. Et alors que Gautier  s’éloigne, Jim meurt d’envie de se lever, de lui parler. De lui expliquer son point de vue. De lui expliquer qu’il n’est pas sans faille, qu’il n’est pas la perfection; celle-ci n’existe pas. Il veut lui expliquer que lui aussi a des faiblesses, qu’il ne peut pas toujours être le grand Jim qu’il espère, qu’il est humain. C’est pas un super-héros, c’est un type normal, qui s’efforce jour après jour d’être le soleil qui illumine la vie des gens, mais putain, c’est comme ça qu’on lui rend ? En un geste, un mauvais geste de sa part, c’est ça le retour de flamme qu’il se prend... ? Il a envie de leur dire, à tous, qu’il ne peut pas être qu’un... « Jim n’est pas un distributeur de sourires, et j’crois que vous avez tous du mal à piger ça. » Un battement de coeur, violent. habituellement Morgan termine ses phrases, on dirait que désormais, il exprime aussi ses pensées. A cet instant, Jim le sent plus proche de lui que jamais. Finalement, c’est réellment le seul à le connaître vraiment. La main du blond vient se poser dans la nuque de Morgan, la gratifiant d’une caresse du pouce, sans prendre la peine de le regarder. Ils savent. Ils savent qu’eux deux se comprennent mieux que quiconque.

... Le calme est enfin là. Le regard de Jim se pose sur Selwyn, pleurant, qui s’éloigne. Ca a le don de lui briser un peu plus le coeur, mais il n’a pas le courage de se lever. Il est prêt à beaucoup de choses pour elle, mais il ne peut pas l’illuminer dans un instant où lui même est éteint. Il n’en a pas la force. Il aurait aimé qu’elle reste. Les personnes encore présentes autour de lui, ça lui réchauffe le coeur.

Finalement, c’est Levy qui s’excite. Elle le force à se lever, et il ne suit que parce-que depuis les mots de gautier, il est redevenu lui-même. Une bestiole pacifiste, et soumise. Celui que tout le monde croit connaître, mais que presque personne ne connaît réellement. Celui qui offre du bonheur depuis ses 12 ans, et qui se fait torpiller pour une parole déplacée, alors qu’il tentait de se défendre et défendre celui qu’il aime. Ce qui le fait le plus rire, dans l’histoire, c’est que si il avait fait tout ça pour défendre Ashley face à des agresseurs différents, il aurait été le héros de la soirée. Mais non. Non, là il défend le Mal, l’amant du placard, la secrétaire du bureau. C’est ce qu’on dirait, et pourtant, juste comme ça, Jim et Morgan sortent bel et bien ensemble. Quoi de plus normal que de défendre son mec ? Levy crie, Levy hurle, il ne la regarde même pas. Honnêtement, il n’en a rien à faire. Il la regarde pleurer, s’énerver; décidément, il aura déçu du monde ce soir. Alors, calmement, il prend ses mains, cherche son regard du sien. « Calme toi, t’a aucune raison de te mettre dans cet état pour moi. j’estime que j’ai aucune justification à te fournir. Maintenant, soit tu respecte ce que je fais sans me juger, parce-que c’est ma philosophie et que je veux qu’on agisse comme ça avec moi, soit tu fais comme les autres, tu me considère comme un gros connard, et dans ce cas, on a plus rien à se dire. Dans tout les cas, retourne voir Maryne, et te prends pas la tête pour des choses qui ne te concernent pas. » Une tape amicale sur l’épaule, il la lâche et la quitte, retournant près de Morgan. Nemesis et Gautier l’ont apaisé. Ils ont réussi à rendormir la bête. Mais désormais, tout le monde sait qu’elle existe. Désormais, tout le monde sait que Jim n’est pas Parfait. Ca fait un choc, hein ? Il s’assied entre Morgan et Anshu, car même si ils se haïssent, ils forment à eux deux le cocon dans lequel il a envie de se réfugier. Finalement, sa tête de pose sur l’épaule de Morgan, et il ferme les yeux une seconde, soupirant, épuisé. « Bon, si tout le monde en a terminé avec moi, j’aimerai bien que tu me roule une petite douceur, Chéri. » Il rouvre les yeux, son regard s’élevant sur Gautier. Il faudra qu’il lui parle. Quand il saura quoi lui dire. Il vient peut-être de perdre Cale et Ashley, ce soir, il espère que ce ne sera pas le cas du petit, qui malgré lui, est son petit soleil. Un regard vers les rochers, où Selwyn a disparû. Inquiétude. Il ira. Il ira la chercher. Mais pour le moment, il a besoin qu’on s’occupe de lui, avant de s’occuper des autres.


Pour une fois.

▬ Lix ▬CODE COULEUR : #FF1A48
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 14:56


 

Juste un peu de Vodka pour se réchauffer



Ashley rougit quand il lui dépose un baiser sur la joue. Il ne peut pas s'empêcher de penser qu'elle est mignonne quand ses joues deviennent rouges. Il s'inflige une gifle mentale. Qu'est-ce qui lui prend de penser ainsi ? James ne sait pas. Il ne veut pas le savoir. L'ignorance a toujours été son maître-mot. Elle sourit mais pas besoin d'être un bon observateur pour voir que ce sourire est peu convaincant. Elle souffre. Soudain, il s'en veut d'être aussi passif. Mais en même temps… peut-il se permettre de la prendre dans ses bras et de la consoler ? Ashley lui propose une part de gâteau. Il aurait volontiers accepté s'il n'avait pas été interrompu.

Cale parle. Puis Jim. Puis Morgan. Pas besoin d'être un génie pour deviner que la situation n'ira qu'en se dégradant. Quand Jim frappe Cale, James écarquille les yeux de surprise. Il ne réagit pas vraiment. De toutes façons, que peut-il faire ? Cale entame une espèce de tirade mélodramatique. Le délégué ne comprend pas tout. Il crache, provoque. Cela ne lui fait ni chaud ni froid. James ne ressent rien pour les deux combattants. Il commençait à détourner le regard lorsque Ashley intervient. Non. Pas ça. Cale l'incite à frapper le Roi de la Fête. Son cerveau lui hurle de se lever, de s'interposer. Son corps ne bouge pas, comme déconnecté. Trop habitué à avoir un rôle passif. Jim fait déborder le vase avec la goutte de trop. Ashley le frappe.

Tout ce festival de violence pour quoi déjà ? Il ne se souvient déjà plus. Voir Ashley pleurer lui fait l'effet d'une main broyant son cœur. Et il sait ce qu'est la main. Tous les sentiments négatifs qu'il ressent en ce moment. De la haine envers lui-même. Soudain il se déteste d'être cet animal si placide qui ne réagit jamais. De la jalousie. Parce que ça lui saute aux yeux depuis le début de la soirée. Ashley aime encore Jim. Il commence à le détester aussi. Jim. Son petit copain parle. Cela lui fait l'effet d'un coup de couteau. Ne dis pas ça. James a désormais envie de lui mettre son poing dans la figure. Comment peut-il parler d'elle comme ça ? Ses poings se crispent, ses dents se serrent. Non. Il entend les paroles du surveillant. La violence ne résout rien.

Chacun engueule les gens à sa façon. Il voit Levy prendre Jim à part et s’époumoner contre lui. À quoi cela sert-il ? Même si les invités ont du mal à le reconnaître, c'est bien Jim qui l'a frappé. Il est comme ça et ne changera pas, selon l'avis du délégué des D. Il se décrispe les poings avec difficulté, desserre les dents. James doit parler avec Jim. Il se dirige vers lui avant qu'il parte dans les bras de son petit ami.

« Je dois te parler Jim. Avant que j'oublie ce que je veux te dire. »

James a un faible sourire. Il n'a jamais eu une bonne mémoire.

« Je ne vais pas t'engueuler. C'est vrai que c'est dommage ce qui arrive mais ce n'est pas entièrement de ta faute. Mais bon, je ne suis pas venu te faire la morale. »

Il se racle la gorge, cherche un instant les mots.

« Je pense qu'il est préférable qu'on prenne nos distances pendant un moment. Parce que y a des choses que je ne supporte plus. »

Comme le fait que tu fasses souffrir Ashley. Encore et toujours. Que, malgré tout, elle t'aimes. Et pas moi. Il aimerait lui cracher tout ça à la figure. Et pourtant, il n'arriva pas à avoir une autre ton que son ton habituel, calme et à moitié endormi.

« Voilà, c'est tout ce que j'avais à dire. Je te laisse tranquille. Je pense que tu as eu ton lot d'engueulade pour aujourd'hui. »

Il s'éloigne, s'assoit près du feu. Cette fête est un vrai fiasco. Il regarde un à un les invités. En apparence, à Prismer, tout le monde les voit comme les plus populaires, les plus cools. Les meilleurs. Mais en réalité, c'est tout autre chose : des écorchés vifs dont les sentiments semblent décupler, que ce soit pour la haine ou l'amour. Rayonnant extérieurement pour certains, mais corrompus par les tourments à l'intérieur pour tous. James en fait désormais partie. Il regarde dans la direction où Ashley est partie et l'aperçoit avec Cale. Il faut qu'il parle à Ashley. Il ouvre une bouteille au hasard et l'entame. C'est fort, ça lui donne le vertige, mais ça lui donnera aussi la force de lui parler.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 15:17




PEOPLE & NEMESIS

les petits boivent de la vodka
moi je bois du whisky



La tension est redescendue. Mais elle est toujours présente. Presque palpable. Tu pourrais presque la saisir et la briser entre tes doigts. Betsabe s'approche avec sa boîte de soins, t'ordonnant de te pousser. Tu hoches simplement la tête, te levant avant de t'écarter. Tourné vers la mer, tu secoues la tête, bras croisés. Gautier prend alors la parole et tu t'étonnes du sérieux dont il fait preuve. Seulement, même si certains mots sont emplis de vérité, ils sont mal agencés, maladroits. Mais tu ne dis rien. Lorsque Ashford prend la parole, menaçante, tu la regardes, lui offrant un regard noir.

▬ Ashford, n'en rajoute pas.

Mais elle ne t'écoute pas et embarque Reed à l'écart. Encore une erreur. Cette fille est d'une impulsivité stupide et inutile. Nouveau soupir. Ton regard croise celui d'Anshu. Tu repenses à ses mots. Oui, il a changé. Drastiquement. Depuis la mort de Drew. Il n'est plus ce garçon qui se jouait des autres pour se divertir. Dorénavant, il n'a soif que pour la violence, la discorde. Tu le rejoins en quelques enjambées, te plantant devant lui, ton regard plongé dans le sien. Ta main se lève vers son visage, tes doigts effleurent sa joue. Tu te retiens de faire ce que tu te permettrais en privé. Tu murmures de façon à ce que lui seul t'entende.

▬ Je sais ton attrait pour la discorde, Chaton. Mais ne jette pas de l'huile sur le feu, s'il te plaît. Si tu ne le fais pas pour les autres, fais-le pour moi.

Ta main se pose sur son crâne et tu ébouriffes ses cheveux, un demi sourire aux lèvres. Reed est revenu et Marshall lui parle à son tour. Tu secoues la tête à ses propos. Ces gosses sont de vrais abrutis. Tu regardes Reed s'appuyer contre Bloomkvist. La soirée aura été mouvementée pour eux. Tu espères qu'on les laissera tranquille maintenant. Et tu y veilleras. La fête doit reprendre pour calmer les dernières tensions. Tout ça t'a donné soif. Tu cherches Selwyn à qui tu avais confié ta bouteille. Mais elle n'est plus là. Tu fronces les sourcils, regardant autour de toi. Tu interroges Reed du regard, et quand il capte ton regard et ta question silencieuse, il te fait un rapide geste du menton. Les rochers. Tu t'y rends d'un pas rapide, inquiet.

Il fait sombre, presque trop sombre. Tu trébuches dans les rochers, te rattrapant à un autre qui t'écorche l'intérieur de la main. Tu grognes puis tu l'aperçois enfin, ses cheveux aussi sombres que la nuit dansant au vent. Elle a quelque chose d'énigmatique, d'irréel. Et c'est ce qui te pousse à t'approcher. Tu te plantes prêt d'elle. Tu lui donnes un petit coup de coude.

▬ Dis-donc. Il ne me semble pas t'avoir autorisé d'emporter ma bouteille aussi loin de moi.

Tu reprends la dite bouteille, passant ton bras sur ses épaules pour la forcer à te suivre. Tu ne lui laisses pas le choix. Reed aurait voulu qu'elle soit parmi eux, pas seule à se morfondre dans l'obscurité.

▬ Ce sont des choses qui arrivent. Les disputes, les bagarres. Vous êtes encore jeunes. Il ne faut pas te laisser emporter par de sombres pensées, Selwyn. Reed a besoin de toi, ne l'abandonne pas. Tu es capable de l'aider, je le sais.

Tu ramènes la jeune fille prêt du groupe, la poussant vers Reed avant de retourner t'asseoir plus loin, en retrait. Ils ont besoin de se calmer seuls, sans toi. Un sourire traverse tes lèvres. Tu ne t'attendais pas à tout ça.


HRP ; NEMESIS OU BATMAN. NANANANANANANANA ♪

template coded by always and forever of atf

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clockMer 25 Déc 2013 - 15:33
Jim ne comprend pas. Il ne peut pas comprendre. Remarque, comment pouvait-il savoir que ça te blesserait. D'un coup, c'est toi la faible. Tu as envie de te barrer. De rentrer chez toi. De pleurer. De hurler. De frapper. De t'énerver. Mais qu'est-ce que ça changerait ? Petite Levy sans défenses ?

Tu baisses les bras,honteuse, soumise. Jim ne semble pas très réceptif. Mais il est redevenu lui même. Au moins. Ca t'agaces parce qu'il en a strictement rien à foutre de toi. Tu trembles plus encore. Il te prends les mains. Il te parle doucement. T'expliquant qu'il est comme ça et qu'il ne changera pas. Il veut passer pour un gros connard ou ça se passe comment ? Tu secoues la tête. Tu ne le juges pas. Tu l'aimes comme il est. Tu l'aimes. Peut être ça le soucis. Et alors qu'il se s'en va, tu lui murmure, de manière à ce qu'il t'entende : "Ca sert à rien d'essayer de passer pour un connard Jim. C'est plus compliqué que ça, crois moi... Parfois j'aimerai te détester, ça serait tellement plus simple..." C'est limite si tu révèles tes sentiments mais tu t'en fiches.

Tu essuies une larme qui t'es échappée, et d'un pas traînant tu rejoins les autres. Tu te diriges d'abord vers Morgan, lui glisse à l'oreille unJe suis désolée.Puis, alors que le trou se fait plus grand, tu attrapes une bouteille de vodka, et t'éloigne de la fête. Tu n'as plus envie de faire semblant de t'amuser. Dans le sable,tu t'assois, buvant au goulot de longues gorgée d'alcool. Tu chiales réellement maintenant, silencieusement, les larmes s'étalent sur tes joues, faisant de longues traînées de mascara. La lune est belle ce soir. Alors que tu refermes la bouteille, tu enlèves tes Doc, et tu marches d'un pas lent jusqu'à ce que tes chevilles soient sous l'eau. La mer est gelée, elle te glace les os. Tes doigts jouent à la surface, le brouhaha de la fête semble loin, tu te renfermes dans ta bulle. Clip clop. Tu inspires, ta douleur ne cesse de se répandre.

Idiote.

Tu es faible.

Minable.

Pathétique.


Il faut arrêter de se voiler la face. Tu sers les dents. Alors que tu refermes ta main sur ton bras, une douleur aiguë te traverse, différente de la précédente. Tu rouvres les yeux, et contemples le sang qui coule de ton bras ainsi que les griffes souillée, le reflet de ta médiocrité.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.   Juste un peu de Vodka pour se réchauffer. - Page 4 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.
Revenir en haut 
Page 4 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Juste un peu de Vodka pour se réchauffer.
» Un p'tit tour, juste pour dire bonjour !
» Pour se réchauffer, petite chanson de La Réunion...
» Histoires sympas pour ce réchauffer...
» Au coin du feu [Privé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-
Sauter vers: