Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Reflexion || PV Solveig

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockDim 23 Mar 2014 - 15:36



Interdiction

Temps libre. Tu n'étais pas trop d'humeur à travailler cet après-midi, pas vraiment d'humeur à te rendre à la bibliothèque ou d'ouvrir un livre de mathématique pour prendre de l'avance comme d'habitude. Tu n'avais pas trop la tête à cela, car quelque chose d'autre occupait ton esprit ces derniers temps. Alors tu errais simplement dans les couloirs du bâtiment recherchant désespérément une occupation, à travers les étages que tu descendais et remontais par la suite. Personne. Il n'y avait personne et cela t'agaçait énormément. Normalement tu ne te plaignais pas de la solitude, cela t'était complètement égal. Mais là, c'était différent, parce que tu ne voulais pas combler l'ennui avec des cours.

Quatrième étage, encore. C'était facilement la sixième fois que tu étais revenue ici, au minimum. Tes mains se croisèrent un peu en dessous de ta poitrine et tu laissas échapper un long soupir exaspéré. La lassitude commençait enfin à se faire sentir après cette série d'aller-retour épuisants. Tu t'adossas contre un mur pour souffler un peu, et réfléchir sur ce que tu pourrais faire accessoirement. Aucune idée. Rien ne te vint à l'esprit. Rien ne te tentait. Jusqu'à ce que ton attention se portât vers les escaliers menant au cinquième étage du bâtiment, la partie réservée exclusivement au directeur. En y repensant, tu avais toujours souhaité visiter les lieux, voir quelles salles s'y trouvaient, comment elles se présentaient. Cependant, l'accès était prohibée, donc tu avais longuement abandonné cette idée et étais passée à autre chose. Ah. Tu avais beau être une personne très sage et obéissante de nature, la curiosité te titillait l'esprit et ces mystères te torturaient ce jour-là. Ton regard se détourna vers le reste de l'étage, et revint vers les marches. Oh et puis zut ! Tu t'ennuyais trop.

Tu te redressas entièrement avant de te diriger vers les escaliers pour les gravir énergiquement. Malgré le sentiment d'enfreindre le règlement qui te tourmentait, tu ne reculas pas une seule fois et atteignis le sommet en un rien de temps ; au lieu de t'arrêter, tu continuas ta marche en faisant attention aux inscriptions sur chaque porte — aux très rares portes. Le bureau du directeur. Il n'était pas question d'entrer dans cette pièce, vu que tu refusais catégoriquement de finir en heure de colle. Plus loin, il y avait une salle nommée la "Salle des Miroirs" qui te tapa à l'œil, devant laquelle tu te stoppas. En te demandant ce qu'il pourrait bien il y avoir à l'intérieur — bon, tu devinais tout de même qu'il y avait des miroirs —, tu saisis la poignée de la porte, la baissas un bon coup pour ouvrir et pénétras dedans.

À gauche, des miroirs ; à droite, des miroirs ; devant, un labyrinthe de miroirs ; derrière, la porte d'entrée. Le son de la portière qui se ferma derrière toi se fit entendre et te fit légèrement sursauter, tellement tu étais captivée par la multitude de ces objets réfléchissants.

Sans plus attendre, tu finis par entrer dans le labyrinthe, détaillant ton uniforme scolaire dans la glace. Mais... tu remarquas que sur le miroir se trouvait la silhouette d'une adolescente, au plafond.

Huhu ♥

(c) Ethylen/Ether Cohen codage pour Shen don't copy

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockDim 23 Mar 2014 - 23:40

Reflet & Tnversion & Réflexion


Fidèle à ses habitudes et à sa dernière marotte (l'architecture), Solveig avait longuement cherché un endroit qu'elle n'avait pas encore dessinée dans son carnet de croquis. Forcement, cela devait être un des endroits qu'elle ne fréquentait pas habituellement... La conclusion s'était donc imposé d'elle même : le cinquième étage (c'était ça ou l'extérieur et elle avait déjà assez donnée à ce grand ciel vide sans limite).

Solveig avait beau ne pas être réellement une rebelle, la notion d'interdiction ou de règlement lui passait un peu au dessus de la tête, la faute à une éducation trop permissive qui ne lui avait jamais donnée la moindre barrière, la moindre punition.
Aussi, elle ignora superbement l'interdit et les inquiétantes rumeurs à propos de lézard géant...
De plus, la jeune fille pris la précaution (enfin, c'était plutôt juste une habitude et surtout une transgression inconsciente du règlement de plus) d'activer son don et d'inverser sa gravité personnelle, transformant pour elle le plafond en un nouveau plancher.
C'était fou, le nombre de personnes plongées dans leur pensée ou leur vie quotidienne qui ne regardait pas en l'air dans un bâtiment. En plus, le pensionnat et ses majestueuses constructions avaient une bonne hauteur de plafond.

Errant un peu au hasard, Solveig fini par arriver devant une porte. Un petit aller-retour sol/plafond pour l'ouvrir plus tard, elle se retrouva dans une pièce étrange et merveilleuse : un labyrinthe de miroirs ! Certains étaient même déformant et l'adolescente ne pu s'empêcher de faire quelques grimaces et de rires devant ses reflets.
Heureuse d'avoir trouvé pareil endroit mystérieux, elle s'assit (toujours au plafond) et sortit son matériel de dessin.
Les labyrinthes l'avait toujours fascinée et elle voulait croquer celui-ci... Et malgré son enthousiasme, elle n'était pas téméraire : dans un pensionnat magique, il valait peut être mieux éviter d'aller se perdre au milieu d'un dédale de glaces déformantes. C'était un coup à errer pendant des heures pour rien.

Elle commença donc à dessiner ce qu'elle en voyait de l'entrée, se réservant l'exploration pour plus tard.
Un sourire amusée lui barra les lèvres : est-ce que son concepteur avait prévus le coup des gens qui pouvait marcher au plafond ou sur les murs ?
Hummm, visiblement oui, les miroirs montaient bien haut, pas de tricherie possible... Mais son angle de vue était intéressant, comme toujours quand on prenait les choses à l'envers.

Le temps passa alors qu'elle était concentrée sur son schéma, ignorant superbement tout ce qui se passait autour d'elle et ne relevant pas l'arrivée d'une autre jeune fille.

Solveig grogna de façon fort peu féminine : impossible donc d'avoir une vue d'ensemble à partir de l'entrée, elle allait donc devoir bel et bien explorer l'endroit si elle voulait en saisir l'essence et dessiner tous les méandres.
Soupirant, elle se releva... Et avisa qu'une personne l'avait rejoint dans la salle interdite !
Solveig sursauta, n'ayant pas entendu arrivée l'autre. Sous la surprise, elle laissa échappée son carnet et sa boite de crayon, qui commencèrent à s'abattre doucement, très doucement vers le plafond... Et oui, en plus de jouer à la chauve-souris, Solveig aimait travailler avec une gravité assez basse.
Le cliquetis des affaires de classe résonna pleinement dans la salle aux miroirs déserte. Bon, si jamais la nouvelle arrivante ne l'avait pas déjà remarquée, c'était chose faite maintenant.

Vaguement honteuse de s'être fait surprendre, Solveig ramassa vivement ses affaires avant de se tourner vers la nouvelle arrivante, un timide sourire d'excuses aux lèvres et un peu de rouge aux jouee.
Elle détailla celle-ci, l'observant de son point de vue inversée.
C'était apparemment une élève, vue qu'elle portait un uniforme. Une blonde au yeux verts en amande... Une métisse asiatique ? Plutôt mignonne en tout cas, avec ces tresses, ça lui donnait un air d'enfant sage. Elle ne semblait donc pas plus âgée qu'elle...
Solveig s'éclaircie la gorge avant d'entamer la conversation.  

"Ahumm...euh... Salut ?" bredouilla-t-elle. "Désolée, tu m'as surprise : je ne t'ai pas entendu entrer et je ne pensais pas que quelqu'un viendrait ici car..."
La suite étant "Parce que c'est strictement prohibé", Solveig s'arrêta dans un gargouillis gêné.
Vite, un excuse pour justifier sa présence ici !
Elle était venue... changer les ampoules au plafond ? Faire le ménage ? Faire les vitres et nettoyer les miroirs ? Pas crédible...

"Oh !" finit-t-elle par s'exclamer, réalisant que l'inconnue était aussi une élève, qui ne portait en plus pas de brassard de délégué. "Mais je n'ai pas à me justifier en fait : elle est autant en infraction que moi..."
Solveig s'arrêta à nouveau, tournant son visage inversée vers l'autre jeune fille.
"Euh... J'ai dit ça à voix haute, hein ?" souffla-t-elle, le rouge lui montant encore plus au joues. "Mauvaise habitude de solitaire, ça."
Elle pris une profonde inspiration, sourit pleinement et avança vers la nouvelle arrivante (toujours les pieds calés au plafond dans sa zone de gravité personnelle).

"Reprenons du début." déclara-t-elle d'un ton enjouée malgré l'incongruité de la situation. "Je m'appelle Solveig. Enchantée. Ne crie pas, merci. Je ne suis ni dangereuse, ni suspecte. Enfin, encore que, ça doit dépendre des définitions et du point de vue des gens..."
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockJeu 27 Mar 2014 - 16:58



Hello, little bat

Tu pensais que la forme humaine que tu distinguais dans le miroir était peut-être une illusion due à la fatigue, surtout qu'elle se trouvait tout en haut de la glace, autrement dit au plafond dans le monde en trois dimensions. Pour toi, il était évident qu'il s'agissait bel et bien d'une hallucination, ou peut-être même que c'était le miroir en lui-même qui créait cela, jusqu'à ce qu'un bruit te prouvât que la personne était bien réelle. Un peu surprise, tu te retournas rapidement vers la provenance du son, n'osant prononcer un seul mot. Personne. Il n'y avait absolument personne à part toi.

▬ Ahumm...euh... Salut ? Désolée, tu m'as surprise : je ne t'ai pas entendu entrer et je ne pensais pas que quelqu'un viendrait ici car... Parce que c'est strictement prohibé. dit une voix un peu gênée.

Tu te figeas instantanément. Ton visage se leva doucement en direction du plafond de la pièce pour enfin apercevoir la silhouette de tout à l'heure. Oui, tu t'en rappelas : son reflet se situait en haut. Tes yeux clignèrent quelques fois tout en restant braqués sur l'inconnue, afin de la dévisager. Cheveux Verts. Yeux rouges. Et surtout, elle était assise sur le plafond, comme une chauve-souris. Ce n'était pas si étonnant de voir quelque chose comme cela après 3 ans passés ici, alors tu ne crias pas et ne montras rien qui pourrait faire croire que tu étais étonnée. Non. Tu fis comme s'il s'agissait d'une situation tout à fait normale, comme si le plus anormal restait de voir quelqu'un au cinquième étage du bâtiment. Tu étais même plus amusée par sa honte qu'autre chose, honte qu'elle tentait de justifier, et tu décidas de lui adresser un doux sourire.

▬ Effectivement, je dois dire que je suis également surprise de trouver quelqu'un ici. lui répondis-tu, sans essayer de t'innocenter.

▬ Oh ! Mais je n'ai pas à me justifier en fait : elle est autant en infraction que moi... déclara-t-elle.

Silence. Tu arquas un sourcil en prenant une expression interrogatrice au vu de ce qu'elle venait d'affirmer. Venait-elle de parler toute seule, une pensée à voix haute ? Certainement, étant donné tu n'avais pas du tout l'impression que ces paroles t'étaient adressées. Cependant, en y réfléchissant un peu mieux, ses paroles sonnaient quelque peu comme une critique, une attaque, ou même une condamnation envers toi. Des termes bien exagérés, et pourtant ton amour propre te faisait voir les choses de cette manière-là.

▬ Euh... J'ai dit ça à voix haute, hein ? Mauvaise habitude de solitaire, ça. demanda-t-elle dans le vide.

Donc, elle insinuait qu'elle avait l'habitude de parler toute seule. Décidément, tu ne savais pas vraiment quoi penser du comportement de la jeune fille, hésitant entre les adjectifs comique et étrange. Ce fut seulement à ce moment-là que tu remarquas qu'il y avait même un carnet et des crayons à côté d'elle, également collés au plafond.

▬ Reprenons du début. Je m'appelle Solveig. Enchantée. Ne cris pas, merci. Je ne suis ni dangereuse, ni suspecte. Enfin, encore que, ça doit dépendre des définitions et du point de vue des gens... se présenta Solveig.

Solveig. Tu devais avouer qu'elle portait un bien joli nom. Habituée à présent aux noms anglophones, le fait de trouver des prénoms d'autres nationalités ou plus originales te plaisait beaucoup.

▬ Pour ma part, je m'appelle Chan, et je suis en A. Ne t'inquiète pas, je sais que tu n'es pas dangereuse. Par contre, je pense que beaucoup de personnes trouveraient suspect de voir une fille collée au plafond, même si ce n'est par contre pas mon cas. te présentas-tu calmement.

Tu voulais juste vérifier un détail avec la télékinésie, curieuse de ce phénomène étrange qui la retenait là-haut. Tu essayas de déplacer l'un des crayons, qui restait couché à côté d'elle, avec ta force mentale, mais l'objet en question n'était pas vraiment collé ; il était attiré par le plafond, comme du métal était attiré par un aimant. Suite à cela, tu relâchas l'emprise que tu exerçais sur son crayon, le laissant s'écraser doucement vers le haut.

▬ Ce n'est donc pas un effet de cette salle... conclus-tu en murmurant, comme si ce n'étaient que des pensées qui t'étaient adressées à toi uniquement.

Certaines salles du pensionnat possédaient des pouvoirs magiques, et comme parfois tu t'y rendais, cela ne t'aurait pas étonnée que celle-ci en eût aussi. Néanmoins, lesdites salles étaient connues pour n'avoir qu'une seule particularité, et celle de cette pièce se trouvait déjà être les miroirs ; sans compter que tu restais au sol sans problème, sans faire le moindre effort. Une seule explication.

▬ Du coup j'imagine que c'est ton don qui te permet de faire ça. Léger rire. Tu n'as pas le vertige alors, mais le sang va te monter à la tête et ça peut être dangereux. Enfin... je sais pas. La gravité agit toujours, la preuve est que je tiens encore en bas. continuas-tu avec un air légèrement moqueur.

Tu ignorais si tu avais réellement raison sur le sujet de l'hémoglobine, parce que, pour une fois, lui donner une leçon n'était pas ton but premier. Seulement la taquiner gentiment.

Hihi ♥

(c) Ethylen/Ether Cohen codage pour Shen don't copy

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockVen 28 Mar 2014 - 20:38

Explication & Invitation


La nouvelle arrivante semblait heureusement pas prête d'appeler à l'aide quelque membre du corps enseignant pour la dénoncer.
Bien au contraire, elle l'observa calmement, même si elle semblait intriguée et se présenta posément.

"Pour ma part, je m'appelle Chan, et je suis en A. Ne t'inquiète pas, je sais que tu n'es pas dangereuse. Par contre, je pense que beaucoup de personnes trouveraient suspect de voir une fille collée au plafond, même si ce n'est par contre pas mon cas."
Visiblement, c'était quelqu'un d'expérience, qui avait l'habitude des bizarrerie du pensionnat et de ses membres. Ouf.

Une de A, hein ? Solveig l'observa un moment en silence : l'élite du l'institution, logique qu'elle réfléchisse avant d'agir et elle devait surement tellement bien maitriser son don, quelque qu'il puisse être, qu'elle n'était pas impressionnée par la norvégienne suspecte qui pendait au plafond...
Cette Chan lui renvoyait l'image populaire des A : une étudiante calme, posée, probablement douée et sure d'elle. Mais elle ne semblait pas hautaine et méprisante comme le voulait le stéréotype...
Solveig sourit : elle n'aimait guère les clichés et préférait juger les gens sur pièce, plutôt que sur des rumeurs ou des on-dit.
Il faudrait qu'elle lui demande sa nationalité. Si elle était japonaise, il lui serait difficile de ne pas l'appeler Chan-chan...

Elle fut tirée de ses pensées par le cliquetis d'un crayon heurtant le sol, enfin le plafond. Curieux : elle ne pensait pas en avoir fait tomber d'autre.
Chan murmura quelque-chose à ce moment, mais distraite par ses réflexions, Solveig ne saisit pas ce qu'elle avait dit.
Mais elle n'eut pas le temps de lui demander de répéter que déjà la jeune blonde poursuivait.
"Du coup j'imagine que c'est ton don qui te permet de faire ça." déclara-t-elle, éclatant d'un petit rire avant de continuer. "Tu n'as pas le vertige alors, mais le sang va te monter à la tête et ça peut être dangereux. Enfin... je sais pas. La gravité agit toujours, la preuve est que je tiens encore en bas."

Ah, visiblement Chan essayer d'expliquer la position de Solveig. Et cela semblait l'amuser. Et elle semblait déjà avoir compris pas mal de chose. Avait-elle fait quelque expérience ?
Solveig pesa le pour et le contre, puis décida de ne lui rien lui cacher. Si certains paranoïaques s'amusaient à rester mystérieux sur l'étendue de leur talents dans cet établissement élitiste, ce n'était pas son cas.

"Bien vu ! c'est bien mon pouvoir qui me fait tenir là haut." rétorqua-t-elle joyeusement. "Merci de ta sollicitude, mais je n'ai guère à craindre un coup de sang. Et pour le vertige, j'avoue ne pas savoir : de mon point de vue, après tout, je suis sur le sol..."

Elle joua un instant avec sa petite tresse, qui pendait bien évidemment vers le plafond, avant de ramasser ses crayons et d'en laisser retomber un à nouveau pour appuyer la démonstration.

"Contrôle de la gravité." annonça-t-elle, directement. "Actuellement, je suis dans une petite zone où elle est inversée. Donc pour moi, c'est toi et le reste de la planète qui sont la tête en bas. Ma zone de gravité personnelle est un peu basse, du coup... Mmmhhh... En effet, à long terme je pourrais avoir quelques problèmes de circulation sanguine. Mais bon, il suffirait que je l'augmente, cela ne dépend pas de la direction."

La norvégienne lui dédia un sourire amusé, décidant à son tour d'asticoter un peu Chan.
"Quant à ta propre gravité... J'ai fais une zone plutôt petite, mais si tu sautes un peu vers moi, tu vas me tomber dans les bras. Envie d'un tour au plafond ?"

C'était pure taquinerie de sa part, elle ne s'attendait pas à ce que la jeune fille à l'air tranquille se jette ainsi dans l'inconnu.
Mais sait-on jamais... Solveig activa son don et modifia légèrement la zone de gravité, pour la réduire encore. Au moins, elle risquerait pas de se blesser comme ça, si elle répondait à l'invitation provocante de la norvégienne.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockMar 1 Avr 2014 - 20:04

Can I join you ?

Solveig semblait plongée dans ses réflexions, pendant que Chan attendait la confirmation de ses soupçons. S'il s'agissait bien de l'effet d'un pouvoir, elle ignorait encore lequel cela pouvait être.

▬ Bien vu ! c'est bien mon pouvoir qui me fait tenir là haut. Merci de ta sollicitude, mais je n'ai guère à craindre un coup de sang. Et pour le vertige, j'avoue ne pas savoir : de mon point de vue, après tout, je suis sur le sol... confirma Solveig, particulièrement énergique sur les deux premiers mots.

Elle devait avouer qu'elle n'avait pas réfléchi sous cet angle-là. Sa logique voulait que l'on vît tout à l'envers du moment où l'on se retrouvait la tête en bas ; elle n'avait pas pensé que de là où se trouvait la Norvégienne, on pouvait voir tout comme si elle se trouvait sur le sol. À cet instant, la jeune Chinoise eut soudainement envie de faire l'expérience, de la rejoindre pour comprendre son point de vue, ce que cela faisait de voir le monde à l'envers en ayant l'impression d'être à l'endroit. Solveig se mit à jouer avec ses cheveux tout en prenant l'un de ses crayons pour le lâcher, certainement pour bien lui montrer ce que son don pouvait faire.

▬ Contrôle de la gravité. Actuellement, je suis dans une petite zone où elle est inversée. Donc pour moi, c'est toi et le reste de la planète qui sont la tête en bas. Ma zone de gravité personnelle est un peu basse, du coup... Mmmhhh... En effet, à long terme je pourrais avoir quelques problèmes de circulation sanguine. Mais bon, il suffirait que je l'augmente, cela ne dépend pas de la direction. expliqua Solveig.

▬ Je n'y avais pas pensé, du coup je pense que ça ira pour ta circulation sanguine. rassura-t-elle.

Le contrôle de la gravité. Maintenant qu'elle le savait, elle remarqua que les cheveux de Solveig pendaient effectivement vers le plafond, et non vers le sol. Gravité inversée . En trois années passées dans ce pensionnat magique, la fille aux cheveux verts était la première à sa connaissance à utiliser cette faculté pour inverser sa propre gravité. Les autres se contentaient de s'amuser à l'annuler pour être en apesanteur ou à la réduire pour sauter comme sur la lune. Mais pas elle. Non. Solveig avait eu l'intelligence, selon Chan, d'aller plus loin et d'user de son don de manière intéressante et originale, plutôt que de simplement s'amuser.

▬ Je n'avais jamais vu quelqu'un qui utilisait ce pouvoir de cette façon. dit-elle d'une voix qui sonnait comme une félicitation.

▬ Quant à ta propre gravité... J'ai fais une zone plutôt petite, mais si tu sautes un peu vers moi, tu vas me tomber dans les bras. Envie d'un tour au plafond ? invita Solveig.

Était-elle sérieuse en l'invitant ? Peu importe. Chan y avait déjà cru. Elle restait immobile, assez stupéfaite d'avoir la permission de la rejoindre là-haut. Néanmoins, elle n'hésita pas une seule seconde ; le seul problème résidait encore dans sa future chute. Elle avisa quelques secondes pour trouver comment tomber moins douloureusement. Son don. Elle allait essayer de se transporter et de se retenir avec la télékinésie, même si elle n'avait jamais essayé sur elle-même. Elle esquissa de ce fait un sourire satisfait.

▬ Très bien, j'arrive. annonça-t-elle, enthousiaste.

Juste après avoir prononcé ces mots, elle s'accroupit légèrement ; puis elle s'expulsa vers le haut pour faire un saut. Lorsqu'elle sentit que la gravité changea de sens, que le plafond l'attirait, la sensation fut très étrange, mais elle tenta d'activer son don pour amortir sa chute. Ce fut un magnifique échec. La surprise l'avait déconcentrée. C'était sans compter qu'elle n'arrivait pas à utiliser son don sur elle-même, c'était bizarrement beaucoup trop difficile — apparemment elle ne pourrait pas l'utiliser pour se déplacer dans les airs. Ainsi, elle s'écrasa dans un fracas sur la poitrine, à côté de Solveig. Le choc la laissa sonnée durant quelques instants, le temps qu'elle retrouvât ses esprits.

▬ Aïe... Elle s'appuya sur ses coudes pour relever un peu la tête. Je pensais que j'arriverais à me retenir avec mon don. se justifia-t-elle.

Elle se mit en position assise, en tailleur, et commença à lever la tête pour détailler le plancher, devenu plafond pour elle.

▬ Hum... Elle tourna la tête à de multiples reprises, au ralenti. C'est vraiment bizarre comme impression... constata-t-elle, un léger sourire au coin des lèvres.

Toutefois, elle n'avait pas dit ce terme sous un sens péjoratif, bien au contraire. S'il y avait bien quelque chose de plus passionnant que d'observer un pouvoir quelconque, de comprendre son fonctionnement ou même d'apprendre toute la théorie à son sujet, c'était bien d'avoir la possibilité de le tester soi-même. Il ne s'agissait pas là d'une soif de pouvoir, mais simplement de changer un court instant. Alors, elle était très contente de "vivre" ce changement de gravité.

▬ Mais c'est impressionnant. Elle marqua une petite pause. Selon ce que je sais, le fait que je ne me sente pas attirée par la gravité terrestre s'explique par le fait que le plafond exerce une gravité plus forte, c'est ça ? Nouvelle pause. Sa curiosité légendaire faisait à nouveau surface sur le sujet de la physique. La maîtrise est impressionnante et tu n'as pas l'air fatiguée en l'utilisant. Cela dit... Je ne t'ai jamais vu en A. Comment ça se fait ? demanda-t-elle d'une voix basse et calme, qui rendit sa question moins directe et avec un peu plus de tact.

Elle se disait qu'une maîtrise aussi bonne était largement digne d'une A ; elle avait écarté l'hypothèse de ne simplement jamais avoir croisé cette élève dans sa classe.

Huhu ♥

(c)Alice-Dark/Ether Cohen Si tu touche... j'te bouffe


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockVen 4 Avr 2014 - 19:12

Décryptage & Révélation


Après son explication, Solveig vit avec plaisir que Chan avait bien cerné le fonctionnement de son don. Elle eut un petit sourire : visiblement une partie de la réputation des A n'était pas usurpé. Ils pigeaient vite, même si la norvégienne était un peu déçue que Chan n'ai pas immédiatement descellés certaines petits indices. Mais il faut dire que découvrir quelqu'un pendu au plafond dans une salle bizarre et interdite devait distraire un peu son attention.

"Je n'avais jamais vu quelqu'un qui utilisait ce pouvoir de cette façon." fit alors remarquer l'autre jeune fille.
Solveig haussa les épaules, ne remarquant absolument pas le ton flatteur.
"J'avoue ne jamais avoir vraiment fait attention à ce que faisait les autres qui partagent mon don. Je n'en connais pas personnellement,  d'ailleurs. Tiens, au fait, est-ce le même pouvoir ou une variante subtilement différente selon les individus ? Qui peut le dire..." marmonna Solveig en réponse.

Perdue dans sa réflexion, elle réalisa trop tard que Chan avait répondu à son invitation provocante. Elle aurait du se méfier : malgré ses airs de fille sage et posée, l'autre adolescente était elle aussi dans une salle étrange à un étage interdit et donc devait être plus aventureuse qu'il n'y paraissait...

"Très bien, j'arrive."
Solveig ouvrit la bouche pour lui prodiguer quelques conseils et avertissements, mais Chan avait déjà sauté d'un bond enthousiaste... Et avant que la norvégienne n'ai pu réagir, s'était écrasée, heureusement sans grand mal, sur le plafond devenu sol.  
"Aïe... Je pensais que j'arriverais à me retenir avec mon don." déclara-t-elle en se relevant.
Solveig haussa un sourcil, se retrouvant à son tour aux prises avec la devinette à laquelle jouaient les étudiants du pensionnat qui se rencontraient pour la première fois : mais quel est donc ton superpouvoir ?
Elle commença à faire quelques hypothèses. Donc, le pouvoir de Chan pouvait servir (peut être, cela avait été peu probant) à se protéger d'une chute.
Un bouclier ? Un corps renforcé ? La transformation en marshmallow ? Visiblement non. Et elle avait parlé de se retenir, pas de supporter le choc...
Vol ? Téléportation ? Peu probable, cela aurait été bien visible.
Bon, pas assez d'indices pour l'instant...

L'étudiante de A commença alors à observer les alentours d'un air intéressé.
"Hum... C'est vraiment bizarre comme impression..."

Solveig lui dédia un franc sourire.
"Je trouve aussi, et j'aime ça. Cela donne un sens amusant à l'expression changer de point de vue. Et l'air de rien, observer le monde ainsi permet de le voir différemment, de remarquer d'autres détails... Désolé au fait, j'aurais du t'expliquer un peu mieux la procédure pour me rejoindre. Il faut bien penser au salto, difficile à exécuter car tes sens te trompent lors du changement d'orientation..."
Elle se tut quelques secondes, réfléchissant quoi ajouter.
"Ah oui : et comme nous sommes des filles, mieux vaut porter un short sous ta jupe si tu fais ça en public."

Chan poursuivit en l'interrogeant plus avant sur son don.
"Mais c'est impressionnant. Selon ce que je sais, le fait que je ne me sente pas attirée par la gravité terrestre s'explique par le fait que le plafond exerce une gravité plus forte, c'est ça ?"

La curiosité enthousiaste de la jeune fille plut tout de suite à Solveig. Et cela confirmait de façon amusante le stéréotype de nerd des A.
Elle soupira et profita que Chan reprenait son souffle pour répondre.

"Pas exactement, si j'ai tout compris... Même si je me suis penchée un peu sur la question, la physique est...hum... a encore quelque subtilités qui m'échappent. D'autant plus que mon pouvoir semble en violer joyeusement quelques fondamentaux."
Elle se gratta la tête, vaguement gênée de pouvoir bien expliquer ça à une condisciple mieux placée dans la prétendue hiérarchie de l'école.

"Comme dire..." poursuivit-elle. "Dans ma zone, je... Ah ! J'ai trouvé ! Je hack les lois de l'univers. Je change un ou deux paramètres : l'intensité et la direction. Dès qu'on est à l'intérieur, nous ne sommes plus soumise à la gravité-Terre, mais à la gravité-Solveig... Les deux ne s'opposent pas, ne luttent pas, ne se superposent pas : elles sont complètement séparées, aussi bizarre que cela puisse paraitre."
Elle fit une petite pause, penchant la tête sur le coté, semblant avoir réalisé quelque-chose
"En fait, c'est vachement égocentrique comme pouvoir." marmonna-t-elle à moitié pour elle-même.

Chan poursuivit tranquillement ses questions, visiblement intéressée et déjà habituée à la situation.
"La maîtrise est impressionnante et tu n'as pas l'air fatiguée en l'utilisant. Cela dit... Je ne t'ai jamais vu en A. Comment ça se fait ?"

Solveig se tut, contemplant un moment leurs reflets inversés dans la salle des miroirs.
C'était un peu flatteur, chose qui faisait toujours plaisir, mais l'innocente question de l'autre étudiante touchés plusieurs points sensibles.
Elle hésita : répondre franchement ? Exposer ses faiblesses et ses pensées à une inconnue d'une autre classe ?
Un sourire mi-figue mi-raisin lui barra le visage, puis elle haussa les épaules. Après tout, pourquoi pas ?
Un peu de franchise ferait du bien dans ce pensionnat... Et puis, ne prônait-elle pas le fait d'avoir plusieurs point de vue ? Elle s'assit donc à coté de l'autre adolescente, laissant son regards se perdre sur les reflets déformés de la salle.

"Oh, ma maitrise n'est bonne que quand je suis en forme. Mon don n'est pas vraiment épuisant pour moi : après tout, je me contente de changer deux-trois paramètres de la Réalité..." commença-t-elle d'un ton goguenard.
Elle soupira, avant de poursuivre plus sérieusement.
"Mon don est encore très affecté par ma santé ou mes émotions. Avec moi, avoir le coeur lourd peut prendre tout son sens..."
Solveig refit une pause, une pensée inquiète lui ayant soudain traversée l'esprit.
"Désolé d'ailleurs... Mon invitation était à moitié une fanfaronnade. Outre le fait de t'être manger le plafond, cela aurait pu te mettre en danger si j'avais perdu le contrôle de ma zone. Coup de bol, visiblement aujourd'hui je suis dans un bon jour et bien en forme..."

Après ces vagues excuses, elle poursuivit plus avant, répondant à l'autre partie de la question de Chan.
"Je finirai bien en A un jour... Je ne suis pas pressée et il me reste bien des années à passer ici. Et pour tout dire je ne suis pas spécialement motivée pour cela : la poursuite du pouvoir pour le pouvoir m'indiffère un peu."

A nouveau, elle s'arrêta et soupira. La suite était déjà plus intime et révélait certaines de ses faiblesses.
"... Mon bon de niveau de maitrise sur ma gravité personnelle a une origine : il m'est absolument nécessaire. Je n'ai pas le choix : il faut que je définisse ma propre gravité. Ce que les autre subissent sans même sans rendre compte n'est pour moi qu'une option, mais une option vitale."
La norvégienne dédia un sourire incertain à sa camarade de A.
"Je suppose que tu es déjà allée dans la ville proche du pensionnat. Pas moi. J'ai du mal à m'éloigner des bâtiments ou des arbres proches de l'école... A l'inverse de beaucoup de monde, un ciel d'azur me terrifie. Je te laisse imaginer ce qui se passe quand je fais une... erreur de paramétrage, et que je me donne une anti-gravité. Sachant que plus je stresse et plus je panique, moins je contrôle mon dons te donc moins je peux corriger mes erreurs."

Se levant soudain, pirouettant gaiement (et sans doute de manière un peu forcé) en faible gravité, Solveig planta ses yeux rougeoyant dans ceux de Chan.
"Mais brisons là ces inconvénients sommes toutes mineurs !" déclara-t-elle d'un ton un peu artificiellement joyeux. "Quel pouvoir n'en a pas, surtout que nous sommes en phase d'apprentissage ? D'ailleurs, quel est le tiens, au fait ?"
Elle eut un petit rire pour masquer son embarras. Elle se sentait vaguement coupable de s'être épancher comme ça à propos de son don, surtout après les compliments que lui avait fait la A.
"Question classique, je sais... C'est une peu l'échange de carte de visite entre salary-men de Prismver, en fait : un passage obligé !"

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockLun 7 Avr 2014 - 10:13

So... You can't see the outside world...?

Chan n'était pas la seule à trouver la sensation étrange, à son grand étonnement. Même la détentrice du don, qui semblait totalement habituée à se trouver au plafond, comme si elle vivait cela tous les jours, confirmait l'opinion de la Chinoise. Elle ignorait ce que celle-ci voulait dire par "salto", car elle avait beau se trouver en classe A, parmi l'élite du pensionnat, la crème de la crème, elle restait humaine et n'était pas une spécialiste de chaque sujet, raison pour laquelle elle étudiait, étudiait sans relâche. Mais, elle oublia vite ce détail, ayant plus ou moins compris ce qu'elle voulait lui dire, et pouffa de rire en entendant la dernière phrase.

▬ Tu m'étonnes. Mais c'est bon : je porte toujours un short sous ma jupe. ricana-t-elle.

Elle détestait tout comportement pervers depuis si longtemps, particulièrement à cause de certains mangas qu'elle avait lus, alors elle prenait ses précautions depuis lors. En ce moment, elle avait juste hâte de connaître l'explication scientifique de ce phénomène, persuadée que celle-ci détenait la réponse logique de son interrogation.

▬ Pas exactement, si j'ai tout compris... Même si je me suis penchée un peu sur la question, la physique est...hum... a encore quelque subtilités qui m'échappent. D'autant plus que mon pouvoir semble en violer joyeusement quelques fondamentaux. Comme dire... Dans ma zone, je... Ah ! J'ai trouvé ! Je hack les lois de l'univers. Je change un ou deux paramètres : l'intensité et la direction. Dès qu'on est à l'intérieur, nous ne sommes plus soumise à la gravité-Terre, mais à la gravité-Solveig... Les deux ne s'opposent pas, ne luttent pas, ne se superposent pas : elles sont complètement séparées, aussi bizarre que cela puisse paraitre. expliqua Solveig.

Effectivement, Solveig violait ainsi les lois fondamentales de l'univers, particulièrement celle concernant les forces. Si l'on restait bien sur le sol, c'était bien parce que la gravité terrestre exerçait une force suffisante pour retenir n'importe quel objet moins lourd que lui — en résumé, n'importe quel objet présent sur la terre. Ce raisonnement aurait pu décevoir un individu s'imaginant une théorie purement scientifique, mais ce n'était pas le cas de Chan. Ce qui l'enchantait, c'était de savoir que tous ces principes que l'on étudiait, fondés sur des lois basées finalement sur une logique, un simple petit coup de magie de la part des élèves de Prismver suffisait à annuler ces lois. Réjouissant. La magie la fascinait en grande partie pour cette raison, pour tous ses mystères et ses possibilités infinies. Elle écoutait, attentive à chaque parole de cette fille qui devenait de plus en plus intéressante à ses yeux, devenant son centre d'intérêt principal en ce moment même. La seule question qui résidait, c'était pourquoi un pouvoir aussi fantastiquement bien maîtrisé ne méritait pas d'être en A ; et lorsqu'elle eut posé cette fameuse question, le silence de Solveig fut abrupt au point qu'elle se demandât si elle n'avait pas fait une sottise.

▬ Oh, ma maitrise n'est bonne que quand je suis en forme. Mon don n'est pas vraiment épuisant pour moi : après tout, je me contente de changer deux-trois paramètres de la Réalité... Mon don est encore très affecté par ma santé ou mes émotions. Avec moi, avoir le coeur lourd peut prendre tout son sens... Désolé d'ailleurs... Mon invitation était à moitié une fanfaronnade. Outre le fait de t'être manger le plafond, cela aurait pu te mettre en danger si j'avais perdu le contrôle de ma zone. Coup de bol, visiblement aujourd'hui je suis dans un bon jour et bien en forme. déclara Solveig.

▬ Je n'y avais pas pensé... murmura-t-elle.

Ce fut à ce moment-là qu'elle se rendit compte que son action avait été extrêmement impulsive. Elle avait été charmée par l'invitation, entraînée par sa curiosité et son envie de découvrir une sensation nouvelle, en négligeant sa propre sécurité, elle qui était si protectrice d'elle-même. Honteuse, elle baissa la tête de quelques centimètres, de manière à ce que l'action ne se vît à peine. Sinon, le reste de l'explication ne l'étonnait pas tant que cela, sachant qu'un grand nombre d'élèves contrôlaient leur don au dépend de leur humeur du moment.

▬ Je finirai bien en A un jour... Je ne suis pas pressée et il me reste bien des années à passer ici. Et pour tout dire je ne suis pas spécialement motivée pour cela : la poursuite du pouvoir pour le pouvoir m'indiffère un peu... Mon bon de niveau de maitrise sur ma gravité personnelle a une origine : il m'est absolument nécessaire. Je n'ai pas le choix : il faut que je définisse ma propre gravité. Ce que les autre subissent sans même sans rendre compte n'est pour moi qu'une option, mais une option vitale. Je suppose que tu es déjà allée dans la ville proche du pensionnat. Pas moi. J'ai du mal à m'éloigner des bâtiments ou des arbres proches de l'école... A l'inverse de beaucoup de monde, un ciel d'azur me terrifie. Je te laisse imaginer ce qui se passe quand je fais une... erreur de paramètre, et que je me donne une anti-gravité. Sachant que plus je stresse et plus je panique, moins je contrôle mon dons te donc moins je peux corriger mes erreurs. se confia Solveig.

Elle posa sa douce main sur sa bouche en écarquillant légèrement les yeux, imaginant simplement la scène que la fille aux cheveux verts venaient de décrire, l'imaginant voler sans aucune raison et avoir de la peine à redescendre. Compatissante, elle s'en voulait d'avoir évoqué un sujet aussi sensible, de comprendre le manque de chance qu'elle avait, alors que son but était tout autre. Chan avait appris à dompter la télékinésie par simple passion pour sa faculté magique, et non pour le pouvoir ; cela ne l'intéressait pas d'être la meilleure — la télékinésie ne se basait pas sur la puissance de toute manière —, cependant, faire tout ce qu'elle faisait avec de la magie lui plaisait énormément. Porter des sacs. Écrire sans son livre sans toucher au crayon. Toutefois, lorsqu'elle y repensait, il était vrai qu'au début, elle avait travaillé pour éviter les problèmes de manipulation, le contrôler pour éviter les mauvaises surprises, pour éviter de se retrouver dans une situation semblables à celle de Solveig, où son pouvoir deviendrait un poids lourd l'empêchant de faire certaines choses.

▬ La cité de Prismver ? Elle s'arrêta quelques secondes, triste de constater que la manipulatrice de la gravité ne pût pas avoir la chance de se rendre dans cette belle ville. Désolée... je ne savais pas, je trouvais juste que la maîtrise de ton don était formidable. s'excusa-t-elle finalement d'une faible voix.

Il fallait se justifier, au moins pour excuser cette affreuse maladresse de sa part ; mais également par fierté, pour ne pas être en tort dans cette histoire. Chan refusait de se tromper, ni même de porter le lourd fardeau de sa faute sur ses épaules, trop difficile à accepter. Heureusement, Solveig changea bien vite de sujet de conversation, tout d'abord en lui adressant un sourire plutôt joyeux du point de vue de la A.

▬ Mais brisons là ces inconvénients sommes toutes mineurs ! Quel pouvoir n'en a pas, surtout que nous sommes en phase d'apprentissage ? D'ailleurs, quel est le tien, au fait ? Question classique, je sais... C'est une peu l'échange de carte de visite entre salary-men de Prismver, en fait : un passage obligé ! demanda Solveig.

▬ Ne t'en fais pas, j'ai l'habitude après 2 ans passés ici — ce n'est pas comme si je me désintéressais de la question de mon côté. Pour ma part... rassura-t-elle.

Ses iris regardèrent en direction des crayons longeant le plafond, un sourire aux lèvres. L'affaire scolaire se souleva dans les airs, pour finalement venir vers elle et flotter devant l'autre petite curieuse.

▬ C'est la télékinésie, que j'utilise pratiquement tout le temps lorsque c'est possible. Mais... je viens de découvrir que j'étais incapable de me transporter moi-même. expliqua-t-elle, les dernières paroles presque marmonnées par le désespoir qui la rongeait à l'heure actuelle.

Elle soupira longuement, se trouvant, pour la première fois depuis une longue période, incapable. Au fond d'elle, elle refusait de croire que c'était impossible, que ses fonctions étaient limitées de cette façon. Puis elle releva la tête.

▬ Ne t'en fais pas, le plus important n'est pas d'aller en A, mais d'être à l'aise avec son don. Ce sera génial quand tu pourras aller dans la cité, je te ferai découvrir. déclara-t-elle d'un ton joyeux.

Son but était avant tout de donner de l'espoir, de lui dire qu'un jour tout irait bien.

T'excuses pas, j'ai bien aimé personnellement 8D


(c)Alice-Dark/Ether Cohen Si tu touche... j'te bouffe


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockMer 9 Avr 2014 - 20:00

Questions & Passions


Voyant l'autre jeune fille les yeux écarquillés à cause de ses révélations sur son don, Solveig s'en voulut un peu... Elle n'avait pas l'intention d'ennuyer ou de mettre mal à l'aise Chan avec ça... D'ailleurs celle-ci sembla s'excuser de sa question.

"La cité de Prismver ? Je ne savais pas, je trouvais juste que la maîtrise de ton don était formidable."
Solveig balaya l'excuse d'un geste de la main. Même s'il restait encore un petit pincement dans son coeur, cela faisait longtemps qu'elle avait dépasser les limitations et inconvénient de son don. Et l'intérêt de l'adolescente en A pour ses pouvoirs la flatté.

"Mais ma maitrise est formidable. Et mon don aussi. Et ma sympathique personne aussi, d'ailleurs." plaisanta-t-elle... à moitié. "Ta curiosité et tes interrogations sont bien légitimes."

Les deux jeunes filles pendues au plafond changèrent de sujet, au tour de Chan d'étaler ses dons sous les yeux pétillants d'intérêt de la norvégienne.
"Ne t'en fais pas, j'ai l'habitude après 2 ans passés ici — ce n'est pas comme si je me désintéressais de la question de mon côté. Pour ma part... "
Chan fit une petite pause qui parut insoutenable de suspense à Solveig. Un crayon se mit alors à flotter devant ses yeux ébahis, défiant outrageusement sa zone de gravité.
"C'est la télékinésie, que j'utilise pratiquement tout le temps lorsque c'est possible. Mais... je viens de découvrir que j'étais incapable de me transporter moi-même." poursuivit la jeune fille d'un ton curieusement étouffé, voire triste, limite grognon.
Solveig s'interrogea un instant sur l'intonation finale de l'autre adolescente. Peut être que la A n'aimait pas découvrir quelque-chose qu'elle ne pouvait pas faire ? Fichu culte de la performance qu'ils leurs implantaient dans le crane dans ce pensionnat...

Mais cette réflexion ne traversa l'esprit de Solveig qu'en un éclair et elle l'oublia aussitôt, bien trop fascinée par le don de sa condisciple.

"Mais c'est génial !" exulta-t-elle, les yeux pleins d'étoiles. "Quelle chance ! J'adorerais avoir ce don ! A mon avis, c'est l'un des plus versatile et probablement l'un des plus puissant qui existe..."

Avant qu'elle n'ai pu poursuivre dans cette voie, Chan poursuivit plus joyeusement, écartant le sujet sensible.
"Ne t'en fais pas, le plus important n'est pas d'aller en A, mais d'être à l'aise avec son don. Ce sera génial quand tu pourras aller dans la cité, je te ferai découvrir."
Solveig lui dédia un grand sourire, la remerciant ainsi de ses efforts pour dissiper le malaise.

"Ce sera avec plaisir." répondit-elle chaleureusement. "Et c'est pour bientôt, dès que je trouverais le courage d'oser en fait ou que je me trouverais une raison d'y aller... Comme tu peux le voir et si l'on en croit la classement idiot de ce pensionnat reflétait par la couleur du noeud de mon uniforme, ma maitrise devrait être largement suffisante. Y'a plus qu'à !"

A la mention de la classe d'élite de sa condisciple, Solveig ne put résister à une petite pique contre le système éducatif local.
"Franchement, ils devraient revoir leurs examens pour déterminer les classes. La puissance et la maitrise... Déjà que c'est dur à quantifier, ils ne prennent pas en compte l'imagination... Quel intéret d'avoir une magie puissante et fiable, si on s'en sert de manière monotone et prévisible ?"

Les yeux de Solveig finirent par revenir sur le crayon volant manipulée par Chan.
Elle hésita un instant, soucieuse à la fois de ne pas dévaloriser sa nouvelle amie qui lui avait avouée une limitation qui avait l'air de la chagriner et de se faire bien comprendre. Mais elle ne pouvait pas résister à étaler ses propres théories... Et ses nombreuses, très nombreuses questions.
Chan allait découvrir qu'elle n'était pas la seule à être fascinée par les dons des autres...

"A mon avis, cette magie est à la base de plein d'autres." affirma crânement Solveig en désignant l'affaire de classe volante. "Ta maitrises à l'air excellente.... Ah, suis-je bête, c'est évident vu que tu es en A... Donc, tu es limitée par le poids des objets que tu... transportes, si j'ai bien suivit ? Et la taille ? Tu crois que tu pourrais bouger des trucs aussi petits que des molécules ou des atomes ? Si c'est le cas, c'est la porte ouvert à émuler la Pyrokinésie et la Cryokinésie... Et tu dois voir ce que tu veux bouger ou il te suffit de l'imaginer ? Tu te représentes des mains invisibles qui bougent les trucs ou tu te contentes d'ordonner mentalement à l'objet de bouger ? Tu peux faire bouger un objet en mode automatique/programmer/inconscient ? Genre faire orbiter ce crayon autour de toi sans y penser ?"

Le cerveau de la norvégienne carburait à toutes allures, imaginant tout ce que l'on pouvait faire avec pareil don.
Elle fini par réaliser qu'elle était en train de noyer sa nouvelle connaissance sous un flot de questions.
Elle arrêta donc, laissant l'autre jeune fille respirer.

"Hum, pardon, je m'emballe un peu..." toussota-t-elle, vaguement gênée de s'être laisser emporter ainsi. "Mais y'a pas à dire, la magie c'est fascinant. Tiens, et si tu veux t'entrainer à émuler la Lévitation, je peux peut être t'aider : si c'est un problème de poids, je peux réduire la gravité. On doit être à 75-80% de la gravité terrestre, là, en mode inversé en plus. Je peux te la descendre encore, si tu veux... Mais mieux vaudrait descendre au sol, dans ce cas : je n'aurais à agir que sur l'intensité et tu ne seras pas perturbé par l'orientation..."



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockSam 12 Avr 2014 - 22:40

Yes, Magic is very interesting, isn't it ?

Le regard de Solveig commença à scintiller, à s'illuminer lorsqu'elle entendit la réponse de la A.

▬ Mais c'est génial ! Quelle chance ! J'adorerais avoir ce don ! A mon avis, c'est l'un des plus versatiles et probablement l'un des plus puissants qui existent... s'exclama Solveig, émerveillée.

Chan cligna des yeux quelques fois, silencieuse et en même temps surprise de cette déclaration imprévisible. Versatile, elle était bien d'accord avec elle, surtout lorsqu'elle se remémorait toutes ces années qu'elle avait passées à tenter de maîtriser ce don, petit à petit, pour terminer en B à son arrivée ; elle avait dû encore faire quelques efforts supplémentaires pour arriver en A, même si cela n'avait que pour unique but de perfectionner son contrôle et pas vraiment de sauter une classe. Le A était juste le symbole de sa réussite, cette simple lettre de l'alphabet qui prouvait que ses efforts avaient porté leurs fruits. Aucune fierté d'être dans l'élite, juste la fierté d'avoir réussi à être dotée d'un contrôle parfait.
Mais... Puissant ? La télékinésie était simplement un don permettant de déplacer quelque chose par la force de la pensée ; Chan associait la puissance avec la force destructrice, et de ce point de vue-là, elle ne trouvait pas que ce pouvoir était puissant. Les explosions étaient puissantes, la force sur-développée était puissante, la cristallisation était puissante, le berserker était puissant, mais la télékinésie sortait de ce registre. Cependant, elle ne répondit pas. Elle se rassit un peu plus confortablement en pensant qu'elle recevrait une analyse dans peu de temps.

▬ Ce sera avec plaisir. Et c'est pour bientôt, dès que je trouverai le courage d'oser en fait ou que je me trouverai une raison d'y aller... Comme tu peux le voir et si l'on en croit le classement idiot de ce pensionnat reflété par la couleur du noeud de mon uniforme, ma maitrise devrait être largement suffisante. Y'a plus qu'à ! dit Solveig.

Ce fut pratiquement la première fois qu'elle remarqua qu'il y avait une énorme faille dans le système de répartition de classes, comme si le commentaire de Solveig avait agi comme une sorte de déclic. Elle savait à présent qu'il s'agissait d'une B. A priori, un B n'était pas mauvais dans la maîtrise de son don, bien au contraire ; on associait la classe bleue au talent, à la réussite, aussi bien que la classe violette à la perfection. Mais, comment pouvait-on imaginer, au premier coup d'œil, qu'une B eût peur de sortir à l'extérieur à cause de sa magie, à laquelle elle ne faisait pas encore assez confiance ? La répartition créait des stéréotypes. Principal défaut. Chan hocha doucement la tête, pour montrer son accord.

▬ Effectivement. À première vue, une B devrait avoir une maîtrise presque parfaite. rajouta-t-elle.

▬ Franchement, ils devraient revoir leur examen pour déterminer les classes. La puissance et la maitrise... Déjà que c'est dur à quantifier, ils ne prennent pas en compte l'imagination... Quel intérêt d'avoir une magie puissante et fiable, si on s'en sert de manière monotone et prévisible ? se plaignit Solveig.

Étrange. Il lui semblait pourtant que la maîtrise était le seul critère d'évaluation lors de l'examens d'admission. Car, certains A pouvaient se transformer en animal inoffensif ; d'autres étaient surnommés Wikipédia. Chan ne les trouvaient pas puissants, fort intéressants mais pas puissants. Alors, cela ne comptait pas pour entrer dans l'élite. Et heureusement, car ce serait extrêmement injuste, en sachant que l'on ne choisissait pas son don. Par contre, pour la première fois de son existence, elle eut honte de sa propre personne et manière d'agir. Effectivement, s'il y avait bien une personne qui utilisait ses facultés magiques de manière excessivement monotone, c'était bien elle. Chaque jour, elle s'habillait en usant de la télékinésie. Chaque jour, elle portait ses sacs en usant de la télékinésie. Chaque jour, son crayon écrivait en usant de la télékinésie. Chaque jour, elle étudiait en tournant les pages en usant de la télékinésie. Chaque jour, elle remplaçait la plupart de ses actions physiques par la télékinésie. Elle trouvait que c'était classe, que c'était formidable de remplacer chaque geste par de la magie. Personne n'avait osé la critiquer.

▬ En fait... seule la maîtrise compte à l'examen, enfin ça dépend de ce que tu entends par "puissance." Sinon, question originalité, ça peut se discuter. Personnellement j'utilise beaucoup plus la magie que mes bras maintenant. Je pense bien que la seule manière de classer un don est la maîtrise... Parce que certains ne seront pas puissants, mais auront quelque chose d'autre d'intéressant pour compenser. dit-elle un peu honteuse, tout en imposant son opinion.

Un peu honteuse, mais également un peu vexée. Elle était d'accord qu'il fallait en découvrir toutes les facettes, tout ce que l'on pouvait faire avec, mais elle n'aimait pas être critiquée parce qu'elle l'utilisait un peu trop de manière prévisible. Ah, Chan, elle prenait les commentaires généralistes un peu trop personnellement, cependant elle restait une gentille personne. Fière d'elle-même. Cela la perdrait.

▬ A mon avis, cette magie est à la base de plein d'autres. Ta maîtrise à l'air excellente.... Ah, suis-je bête, c'est évident vu que tu es en A... Donc, tu es limitée par le poids des objets que tu... transportes, si j'ai bien suivi ? Et la taille ? Tu crois que tu pourrais bouger des trucs aussi petits que des molécules ou des atomes ? Si c'est le cas, c'est la porte ouverte à émuler la Pyrokinésie et la Cryokinésie... Et tu dois voir ce que tu veux bouger ou il te suffit de l'imaginer ? Tu te représentes des mains invisibles qui bougent les trucs ou tu te contentes d'ordonner mentalement à l'objet de bouger ? Tu peux faire bouger un objet en mode automatique/programmer/inconscient ? Genre faire orbiter ce crayon autour de toi sans y penser ? interrogea Solveig.

Elle avait du mal à retenir chaque question, chaque interrogation, pourtant elle arrivait à se rappeler du principal. Quelque chose en particulier l'avait marquée. En évoquant une théorie sur les molécules et les atomes, Solveig avait totalement captivé l'attention de la jeune Chinoise. Elle croyait enfin comprendre le point de vue de sa camarade lorsque celle-ci disait que la télékinésie était l'un des dons les plus puissants.

L'atome compose n'importe quel corps dans cet univers, composé lui-même de neutrons et de protons — constituant le noyau —, et d'autant d'électrons qu'il n'y a de protons. Suivant le nombre de ces particules, l'élément change totalement. Avec un proton et un électron, on obtient de l'hydrogène, le premier élément du tableau périodique ; avec deux protons de plus, deux électrons de plus et un nombre peu important de neutrons, on obtenait du lithium, un métal. Chaque élément est différent, pourtant tous constitués avec les mêmes particules simplement organisées d'une différente manière.

De ce point de vue-là, la petite Xiang avait littéralement le pouvoir de changer la nature d'un élément, de créer de la matière, de manipuler la forme et les propriétés de n'importe quel corps. Fantastique. L'adolescente n'avait jamais songé à avoir autant de possibilités avec de la télékinésie, et ses yeux s'illuminaient d'admiration envers ses propres capacités, même si elle aurait énormément de peine à manipuler un atome.

▬  Hum, pardon, je m'emballe un peu... Mais y a pas à dire, la magie c'est fascinant. Tiens, et si tu veux t'entrainer à émuler la Lévitation, je peux peut-être t'aider : si c'est un problème de poids, je peux réduire la gravité. On doit être à 75-80% de la gravité terrestre, là, en mode inversé en plus. Je peux te la descendre encore, si tu veux... Mais mieux vaudrait descendre au sol, dans ce cas : je n'aurais à agir que sur l'intensité et tu ne seras pas perturbé par l'orientation... proposa Solveig.

▬ Ne t'en fais pas, la magie est l'une des choses qui me fascinent le plus au monde, donc tes questions ne me dérangent pas. rassura-t-elle.

Un petit clin d'œil amical.

▬ En ce qui concerne mon don... Elle marqua une petite pause, pour bien réfléchir à son explication. Oui je suis limitée par le poids : je ne peux pas porter un objet que je ne peux pas transporter avec mes bras. Ma force physique et mentale ne font qu'un. Concernant les atomes... c'est tout de même ce qu'il y a de plus petit dans l'univers. Je n'ai jamais eu l'occasion d'en voir un ; les microscopes dont nous disposons ne sont pas assez puissants. Et en fait... je n'ai pas vraiment besoin de le voir pour le bouger, mais déplacer seulement par l'imagination, c'est comme si une personne voyante marchait dans l'inconnu les yeux bandés, ou encore comme si on écrivait un texte dans une pièce noire : on ne voit pas ce qu'on fait, on ne peut pas vérifier si l'on fait n'importe quoi, ou si cela fonctionne. Je n'ai pas besoin de voir l'objet, ni vraiment de voir le résultat pour qu'il fonctionne, mais j'ai besoin de voir ce que je fais pour être certaine de ne pas le diriger dans une mauvaise direction. C'est pour cela que je n'ai jamais manipuler d'atomes, parce que je ne suis pas sûre si je le fais vraiment bouger ou si le contrôle échappe à ma volonté, même si je ne pense pas que ce soit impossible. décrit-elle en faisant de brèves pauses entre ses phrases.

Encore une pause, cette fois-ci plus longue pour bien reprendre son souffle. Pour elle, c'était suffisamment illustré et bien expliqué pour être compris.

▬ Et sinon, c'est seulement ma force mentale, mais elle est toute aussi précise que mes mains, même voire plus encore... Par contre, je peux bien rendre certaines actions automatiques, mais elles nécessitent un minimum de conscience. C'est comme la respiration qui est automatique, mais que l'on peut contrôler. Quoique... hum... non mauvais exemple... faire tourner un objet comme un satellite a besoin d'un peu plus de concentration que de respirer... Je ne saurais pas expliquer là. En ce qui concerne me transporter moi-même, je pense que je suis premièrement un peu lourde pour moi, et que ce doit être... cette sensation de se manipuler soi-même. J'ai pas vraiment envie de réessayer tout de suite : je préfère être là pour le moment. continua-t-elle, toujours aussi concentrée sur ses descriptions.

Un sourire orna ses lèvres.

▬ On a tendance à oublier que chaque don a quelque chose d'extrêmement fascinant, que l'on soit en A ou en E. Je me demande comment le Ranker va trouver la personne qui arrive juste après lui. demanda-t-elle dans le vide.

Aucun problème (et à mon tour de faire un pavé... oh punaise je me suis bien emballée XD)


(c)Alice-Dark/Ether Cohen Si tu touche... j'te bouffe


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockLun 14 Avr 2014 - 23:39

Analyses & Critiques


Il y avait une pointe d'agacement compréhensible dans la voix de la pourtant si calme d'apparence Chan lorsqu'elle répondit à une des remarques acides de Solveig sur les examens.
La norvégienne, issue d'une famille ultra-permissive, aisée et dans un pays prônant l'égalitarisme de tout crin, n'aimait pas les examens et les classements, qui pour elle ne prenaient pas assez en compte l'individu et ses particularités.

"En fait... seule la maîtrise compte à l'examen, enfin ça dépend de ce que tu entends par puissance. Sinon, question originalité, ça peut se discuter. Personnellement j'utilise beaucoup plus la magie que mes bras maintenant. Je pense bien que la seule manière de classer un don est la maîtrise... Parce que certains ne seront pas puissants, mais auront quelque chose d'autre d'intéressant pour compenser."

Solveig espérait juste que sa remarque n'avait pas froissée la jeune fille de A, vu qu'elle critiquait implicitement sa place dans la hiérarchie de l'établissement.
Elle se fendit d'un vague sourire d'excuses et tenta de se justifier.
"J'avoue ne pas être dans le secret des Dieux et m'être mal exprimée... Par puissance, je pensais à la facilité à violer les loi de l'univers, ce qui doit rejoindre ton critère intéressant. Qu'on se transforme en écureuil ou en phoque géant m'impressionne grandement, par exemple : ce genre de don viole allégrement les lois de conservation de masse et d'énergie... Alors que la Régénération n'est le plus souvent qu'un accélération certes impressionnante, mais simple du métabolisme et des mécanismes de cicatrisation/réparation du corps humain. Certains pouvoirs me paraissent donc plus simple ou moins risqué à maitriser, notamment les pouvoirs intrinsèques... Raffiner sa vision d'aigle est peut être difficile, mais est-ce comparable à celui qui doit maitriser sa dangereuses Pyrokinésie ? Mais passons, je ne suis ni le Ranker, ni professeurs pour juger les pouvoirs des autres..."

Heureusement, le sujet dévia, la jeune fille aux trait asiatique commença à répondre aimablement aux questions de Solveig.
Celle-ci était ravis : comme Chan, elle aimait la magie et surtout, elle aimait y confronter son esprit et ses théories, cherchant à comprendre le phénomène. En savoir plus sur le pouvoir des autres était du pain bénit pour elle et ses yeux pétillaient d'intérêts.

Solveig écouta religieusement Chan expliquait le fonctionnement de son don. Machinalement, elle ressortit son cahier couvert de plans et schémas du pensionnat pour noter deux-trois trucs sur le pouvoirs de sa condisciple.

"En ce qui concerne mon don... Oui je suis limitée par le poids : je ne peux pas porter un objet que je ne peux pas transporter avec mes bras. Ma force physique et mentale ne font qu'un."

La norvégienne profita que Chan réfléchissait à la suite pour rajouter une question en douce.
"Cela veut donc dire que si tu fais de la musculation, ton pouvoir va augmenter ou tu vas pouvoir porter mentalement des charges plus lourdes ?" marmonna-t-elle en griffonnant l'information. "Ou alors il faut un entrainement mental aussi, genre méditation sous une cascade ?"

Mais déjà l'autre adolescente poursuivait ses explication.
"Concernant les atomes... c'est tout de même ce qu'il y a de plus petit dans l'univers. Je n'ai jamais eu l'occasion d'en voir un ; les microscopes dont nous disposons ne sont pas assez puissants. Et en fait... je n'ai pas vraiment besoin de le voir pour le bouger, mais déplacer seulement par l'imagination, c'est comme si une personne voyante marchait dans l'inconnu les yeux bandés, ou encore comme si on écrivait un texte dans une pièce noire : on ne voit pas ce qu'on fait, on ne peut pas vérifier si l'on fait n'importe quoi, ou si cela fonctionne. Je n'ai pas besoin de voir l'objet, ni vraiment de voir le résultat pour qu'il fonctionne, mais j'ai besoin de voir ce que je fais pour être certaine de ne pas le diriger dans une mauvaise direction. C'est pour cela que je n'ai jamais manipuler d'atomes, parce que je ne suis pas sûre si je le fais vraiment bouger ou si le contrôle échappe à ma volonté, même si je ne pense pas que ce soit impossible."

C'était très intéressant et potentiellement aussi versatile que Solveig l'avait imaginée. Les descriptions imagées de Chan lui mirent le sourire aux lèvres, l'aidant à comprendre le don de celle-ci.
"Je me demande si tu ne pourrais pas bouger l'air aussi, genre provoquer des tornades ou des explosions en le comprimant ou le bougeant violemment... Mais ça doit être dur à se représenter..." fit-elle remarquer en passant.
Après une pause qui permet à la norvégienne de terminer ses annotations, Chan poursuivit.

"Et sinon, c'est seulement ma force mentale, mais elle est toute aussi précise que mes mains, même voire plus encore... Par contre, je peux bien rendre certaines actions automatiques, mais elles nécessitent un minimum de conscience. C'est comme la respiration qui est automatique, mais que l'on peut contrôler. Quoique... hum... non mauvais exemple... faire tourner un objet comme un satellite a besoin d'un peu plus de concentration que de respirer... Je ne saurais pas expliquer là. En ce qui concerne me transporter moi-même, je pense que je suis premièrement un peu lourde pour moi, et que ce doit être... cette sensation de se manipuler soi-même. J'ai pas vraiment envie de réessayer tout de suite : je préfère être là pour le moment."

Solveig s'en voulut un peu (mais rien qu'un peu, la curiosité chassant cela) d'avoir poser des questions qui pouvaient mettre mal à l'aise Chan, soit en lui remémorant les limites de  son controle, soit en lui demandant de parler d'expériences désagréables. Après tout, à cause d'elle, elle s'était quand même cogner au plafond. Et apparemment, utiliser son pouvoir sur soi-elle même était désagréable.
La norvégienne aurait du s'en douter : quand elle-même utilisait sa magie, les changements de gravité la perturbaient parfois ou lui retournaient l'estomac, comme le commun des mortels, même si elle s'y était plus ou moins habituée avec le temps.
Mais Chan ne sembla prendre ombrage de ses questions et termina son explication d'un clin d'oeil complice avant de poursuivre.

"On a tendance à oublier que chaque don a quelque chose d'extrêmement fascinant, que l'on soit en A ou en E. Je me demande comment le Ranker va trouver la personne qui arrive juste après lui."

A la mention du Ranker, personnage énigmatique et bizarre aux yeux de Solveig amena un rictus de contrariété et d'agacement sur le visage de l'adolescente. Elle ne l'aimait pas, lui et ses idées. Elle se força donc à sourire et à prendre ça à la légère, ne connaissant pas l'opinion de sa camarade à son propos.

"Sans compter qu'on a tendance à toujours trouver l'herbe plus verte chez le voisin." renchérit Solveig, avant de poursuivre d'un ton qu'elle espérait neutre. "Quant au Ranker... J'avoue ne pas comprendre ses buts. A ma connaissance, il n'a jamais donné la moindre critère objectif dans ses classements, non ? Je doute qu'il trouve ainsi son second. Tout ce qu'il a réussit à faire, c'est semer discorde et rivalité, comme si des ados avaient besoin de ça en plus pour se regrouper en cliques ou se jalouser... Cela risque de mal finir et pourrit l'ambiance de nos études."

Le sujet était sensible, mais Solveig était lancée. Critiquer le pensionnat était certes un peu facile, mais la norvégienne avait à coeur de l'améliorer et souhaiter réellement le rendre plus agréable pour tous les élèves, peu importe leur niveau ou leur classe. Un rêve naïf, bien sur...

"D'ailleurs, il y a un autre problème avec la répartition en classes de niveau de maitrise, à mon avis." enchaina-t-elle, son ton devenant plus véhément. "Si c'est bien pour l'émulation et le culte de l'élitisme, qui peuvent être une bonne motivation à apprendre, c' est poussé trop loin ici. Il suffit de regarder l'état de nos salles de classespar rapport à celles des D ou pire, des E pour s'en rendre compte, sans compter les privilèges et passe-droits qu'obtiennent les étudiants les plus doués...  Alors que ceux qui ont le plus besoin d'aide et de conseils se retrouvent sans rien ou presque. D'une méritocratie, nous sommes passés à une sorte d'aristocratie... Ce qui donne évidemment envie à certains de trancher des têtes."

Elle fit une pause pensive, un truc lut sur ce ridicule panneaux d'affichage des rumeurs lui revenant à l'esprit
"Tiens d'ailleurs, ce n'est pas votre déléguée, la petite choupi qui ressemble à une poupée de porcelaine, qui se serait fait agressée récemment par une autre fille ? Même si je ne fais toujours attention aux rumeurs, j'ai cru entendre ça... Voilà à quoi mène le système de classement qui semble obséder les gens d'ici... Bon, c'est peut être juste une querelle qui n'a rien à voir, mais ce système mets tout le monde à cran... Y'a qu'à voir ces rumeurs à propos d'un groupuscule secret d'anarchiste, Entropy je crois..."

Le sujet devenait délicat et l'exaltation de la norvégienne qui s'emportait fini par retomber quand elle réalisa à qui elle parlait.
"Ah ! Désolé, je m'emporte encore !" s'excusa soudain Solveig, réalisant qu'elle était en présence de l'élite de l'élite et que ses propos pourraient passer pour une véritable agression. "C'est l'âge qui veut ça, sans doute... Voilà que je me découvre un petit coté rebelle,  révolutionnaire ou anti-système... Je ne voulais bien évidemment pas dénigrer les efforts que font les A et les autres pour maitriser leurs pouvoirs."

Elle espérait que ses opinions un poil trop tranchées n'avaient pas heurté la sensibilité de l'autre jeune fille.
Ou qu'elle ne s'était pas ridiculisé avec ses propos...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockMar 22 Avr 2014 - 19:39

This war is useless...

▬ "Cela veut donc dire que si tu fais de la musculation, ton pouvoir va augmenter ou tu vas pouvoir porter mentalement des charges plus lourdes ? Ou alors il faut un entrainement mental aussi, genre méditation sous une cascade ?"

"Je me demande si tu ne pourrais pas bouger l'air aussi, genre provoquer des tornades ou des explosions en le comprimant ou le bougeant violemment... Mais ça doit être dur à se représenter..."

Elle avait retenu cela et avait attendu de terminer toute son explication pour y répondre. La seconde remarque l'avait toutefois plus intéressée que la question, impressionnée qu'une élève lambda s'intéressât à tout ce qui était possible de faire avec la télékinésie ; Solveig allait plus loin, ses réflexions également, et devenait très différente des autres élèves qui se contentaient de savoir que Chan pouvait manipuler un objet par la force de la pensée. Fascinante. La Chinoise avait l'impression de se regarder dans un miroir, et d'admirer son propre reflet — car elle savait très bien qu'elle prenait un plus grand intérêt que la moyenne à découvrir le don des autres. Elle-même n'avait pas réfléchi à toutes les possibilités envisageables avec ses propres capacités psychiques.

▬ Oui, il me suffirait de faire de la musculation. Tout ce que nécessite la télékinésie, au niveau du mental, ne se résume finalement qu'à la concentration ; le reste ne dépend que de ma force physique. Pour ce qui est des tornades et des explosions, je ne sais pas comment expliquer les tornades ; les explosions sont sauf erreur des atomes qui entrent en collision les uns avec les autres. C'est de cette manière que fonctionnent les centrales nucléaires et le soleil. Je pense que ce serait possible, mais encore une fois je suis incapable de voir les atomes. Comme tu le dis, c'est dur à se représenter. résuma-t-elle, avec une petite touche de déception dans sa dernière phrase.

La science était si passionnante elle aussi. Chan ne pouvait pas nier avoir un intérêt particulier pour cette matière, car ce serait mentir. Elle s'y était intéressée davantage lorsqu'elle découvrit Prismver et la multitude de dons existants, cherchant une explication scientifique pour chacun d'entre eux, ou parfois voir quelle loi de l'univers un don pouvait défier ou même briser. Ah, Chan. Bien qu'elle le méprisait, elle se demandait si toute cette sorcellerie captivait le Ranker autant qu'elle, et voulait bien connaître ses critères de classement. En mentionnant le surnom de ce jeune homme, le sourire de Solveig se transforma, laissant deviner son avis sur le sujet avant même qu'elle n'eût à prononcer un seul mot.

▬ Sans compter qu'on a tendance à toujours trouver l'herbe plus verte chez le voisin. Quant au Ranker... J'avoue ne pas comprendre ses buts. A ma connaissance, il n'a jamais donné la moindre critère objectif dans ses classements, non ? Je doute qu'il trouve ainsi son second. Tout ce qu'il a réussit à faire, c'est semer discorde et rivalité, comme si des ados avaient besoin de ça en plus pour se regrouper en cliques ou se jalouser... Cela risque de mal finir et pourrit l'ambiance de nos études. commença Solveig.

Elle hocha la tête, avec un sourire scotché aux lèvres, contente de voir que son opinion était partagé.

▬ Je suis d'accord, et non, je ne me souviens pas l'avoir entendu donner un seul critère. Il est apparu de nulle part en demandant qui était le meilleur après lui... et c'est tout. répondit-t-elle en haussant les épaules.

Cela faisait une bonne année que cet étrange personnage avait semé la guerre des classes derrière lui, en pensant que cela lui permettrait de mieux classer les gens de ce pensionnat. Depuis le début, la petite A ne présageait rien de bon et écoutait les rumeurs le concernant avec un air agacé. Si les gens le prenaient vraiment au sérieux, elle, elle savait qu'elle ne prendrait le camp de personne et prônerait la paix plutôt que le désordre. Heureusement il ne se passait pas vraiment grand chose hormis quelques conflits passagers entre certaines classes, notamment entre les A et les E. On ne le prenait pas réellement au sérieux.

▬ D'ailleurs, il y a un autre problème avec la répartition en classes de niveau de maitrise, à mon avis. Si c'est bien pour l'émulation et le culte de l'élitisme, qui peuvent être une bonne motivation à apprendre, c'est poussé trop loin ici. Il suffit de regarder l'état de nos salles de classes par rapport à celles des D ou pire, des E pour s'en rendre compte, sans compter les privilèges et passe-droits qu'obtiennent les étudiants les plus doués... Alors que ceux qui ont le plus besoin d'aide et de conseils se retrouvent sans rien ou presque. D'une méritocratie, nous sommes passés à une sorte d'aristocratie... Ce qui donne évidemment envie à certains de trancher des têtes. critiqua Solveig.

Chan entendait exactement les mêmes propos qu'Entropy, exactement les mêmes phrases que celles qui sortaient de la bouche des élèves aux cravates grises. Malgré sa haine pour ce groupe de terroristes, elle ne pouvait pas nier qu'ils avaient raison. Elle savait. Elle savait qu'ils n'avaient pas tort. En réalité, elle aurait même rejoint Entropy s'il n'y avait pas un petit détail qui la gênait : la violence. Rien que pour cela, elle se considérait comme une anti-Entropy, toutefois sans rejoindre Bad Wolf. Elle souhaitait se montrer compréhensive, faire un simple geste pour montrer son accord, cependant les paroles ressemblaient trop à Entropy pour qu'elle les approuvât.

▬ Tiens d'ailleurs, ce n'est pas votre déléguée, la petite choupi qui ressemble à une poupée de porcelaine, qui se serait fait agressée récemment par une autre fille ? Même si je ne fais toujours attention aux rumeurs, j'ai cru entendre ça... Voilà à quoi mène le système de classement qui semble obséder les gens d'ici... Bon, c'est peut être juste une querelle qui n'a rien à voir, mais ce système met tout le monde à cran... Y'a qu'à voir ces rumeurs à propos d'un groupuscule secret d'anarchiste, Entropy je crois... continua Solveig.

▬ Tu es bien informée. Oui, c'est bien Prudence. La fille avec laquelle elle s'est battue est aussi une A, donc je ne sais pas vraiment s'il y a un rapport avec le système des classes. répondit-t-elle simplement.

L'Asiatique connaissait assez bien la déléguée pour tenir ces propos ; ce que faisait Prudence pour les A était, certes, admirable et respectable à ses yeux. Son attention était touchante dans le fond. Néanmoins. La reine était égoïste. La reine était cruelle. La reine regardait tout le monde de haut. La reine méprisait les gens. La reine était froide. La reine était manipulatrice. Chan n'appréciait pas ces traits de sa personnalité, et la soupçonnait d'avoir provoqué Ulysse avec autre chose que le système, parce que la Française ne le faisait que trop bien.

▬ Ah ! Désolé, je m'emporte encore. C'est l'âge qui veut ça, sans doute... Voilà que je me découvre un petit coté rebelle,  révolutionnaire ou anti-système... Je ne voulais bien évidemment pas dénigrer les efforts que font les A et les autres pour maitriser leurs pouvoirs. s'excusa Solveig.

Non, il ne fallait surtout pas qu'elle se retînt de critiquer. Son visage s'endurcit un peu, tout en restant étrangement serein et amical.

▬ Tu ne dénigres rien, c'est même bien que tu aies ce genre d'avis à cet âge — même si je ne sais pas ton âge. Elle laissa sa phrase faire son petit effet, un très bref instant avant de poursuivre. Entropy est loin d'être secret maintenant. Chacune de leurs actions est destinée à être remarquée par tout le monde, même si leur déroulement se fait toujours quand il n'y a personne, en pleine nuit. expliqua-t-elle.

Elle plissa les yeux, en soupirant.

▬ La guerre des classes est stupide, et la raison saute aux yeux. Et Entropy ne vaut pas réellement mieux finalement... J'admets que je partage leur idéologie : avoir les mêmes privilèges, que les classes basses soient plus soutenues, faire en sorte de ne pas abandonner les élèves dits médiocres. Mais après... Entropy s'attaque en faisant preuve de violence gratuite aux élèves privilégiés, alias les A et les B, alors qu'ils n'en sont strictement pour rien. Les A ont simplement reçu ce luxe de Prudence ; les B du fait que Flinn soit soumis à notre reine. Les "mauvais" élèves étaient les victimes ; aujourd'hui ce sont les E les coupables et les avantagés du système qui sont les victimes. Je trouve ça... dommage et c'est la raison pour laquelle je ne les approuve pas. justifia-t-elle d'un ton très sérieux.

Car elle était comme cela, Chan : elle rejoignait le camp de quelqu'un seulement si elle partageait ses opinions à 100 %. Ce que pensait la jeune B l'intriguait de plus en plus, et connaître le point de vue d'une telle personne devenait nécessaire. Elle avait l'impression d'avoir trouvé quelqu'un d'intéressant.

Sorry du retard ;-; j'étais en convention. J'ai regardé Patema Inversed là-bas j'ai pensé à toi 8D


(c)Alice-Dark/Ether Cohen Si tu touche... j'te bouffe


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockJeu 24 Avr 2014 - 20:55

Ordre& Chaos


La jeune fille aux traits asiatiques continua à répondre aux questions de Solveig, pour son plus grand plaisir. Cette dernière suivait les explications avec attention, les yeux pleins d'étoiles tout en écrivant ses observations dans son carnet.
Son enthousiasme était tel qu'inconsciemment elle réduisit encore la gravité alentour, procurant aux deux adolescentes une étrange sensation de légèreté.

"Oui, il me suffirait de faire de la musculation. Tout ce que nécessite la télékinésie, au niveau du mental, ne se résume finalement qu'à la concentration ; le reste ne dépend que de ma force physique. Pour ce qui est des tornades et des explosions, je ne sais pas comment expliquer les tornades ; les explosions sont sauf erreur des atomes qui entrent en collision les uns avec les autres. C'est de cette manière que fonctionnent les centrales nucléaires et le soleil. Je pense que ce serait possible, mais encore une fois je suis incapable de voir les atomes. Comme tu le dis, c'est dur à se représenter."

Solveig acquiesça en inscrivant ces informations dans son carnet de croquis.
"Hum, pas évident en effet." concéda-t-elle. "D'autant plus que je ne suis pas sur que l'esprit humain puisse réellement imaginer correctement ce qu'est un atome... Mais en fait, je pensais plus à un déplacement d'air. Après tout, tu dois pouvoir faire tourner ce crayon volant plutôt vite... Donc si tu fait tourner juste l'air lui même, tu devrais pouvoir faire une tornade... Ouais, on bien juste un courant d'air. Et en le tassant, en le comprimant, tu pourrais peut-être faire une sorte de bombe à air, qui exploserait quand tu relâcherais la pression. Ce ne serait pas vraiment une explosion d'ailleurs, plus un brusque déplacement... Mais là encore, il faut arriver à se représenter l'air comme un objet apte à être déplacer, j'imagine. Pas évident... Et l'eau, tu as déjà essayé avec l'eau ? La faire tourbillonner, la comprimer..."

Solveig s'arrêta dans ses folles questions et hypothèses, consciente de devenir un rien envahissante, pour écouter poursuivre sa condisciple en théorie magique.
Celle-ci et comme tout le monde n'en savait pas plus sur le Ranker. Dommage, c'est un mystère que Solveig aurait aimé percé, mais si même les A au pinacle de l'établissement ne savait rien de précis sur lui...

Chan la corrigea alors à propos de l'incident avec Prudence, la déléguée des A.
"Tu es bien informée. Oui, c'est bien Prudence. La fille avec laquelle elle s'est battue est aussi une A, donc je ne sais pas vraiment s'il y a un rapport avec le système des classes."
Solveig ne connaissait pas ce détail. Il faut dire qu'elle n'avait eut vent de la chose que par une rumeur qui courrait. Taciturne et peu sociable, la B n'était pas une abonnée au panneau d'affichage de Shu, qui portait pourtant les même couleur qu'elle.
Il était pourtant curieux que les A s'entre-déchirent... Mais d'un autre coté, cela prouvait qu'ils étaient tout aussi humains que le plus vindicatif des E et non quelques  sur-êtres les toisant du haut des cieux. Cette pensée amena un petit sourire amusé sur les lèvres de la norvégienne.

"Et dire que les A sont sensés montrer l'exemple de la maitrise... Ah oui, des dons, pas de soit !" plaisanta-t-elle un instant avec un clin d'oeil appuyé, avant de reprendre plus sérieusement. "Mais bon, tout le monde peut avoir des coups de sang. Mais je ne vois pas qui pourrais avoir envie de taper sur une fillette aussi mignonne que votre déléguée... Même si cet incident n'est pas lié directement au système de classe, je suis sur que cette atmosphère de compétition permanente et de stress, sans parler des agissements violents et plus ou moins impunis de certains, pourrissent l'atmosphère du pensionnat et favorisent ce genre d'anicroches."

Et apparemment, Chan avait l'air assez d'accord avec elle. Du moins, elle ne la prenait pas de haut, ni ne critiquait sans fondement ses opinons.

"Tu ne dénigres rien, c'est même bien que tu aies ce genre d'avis à cet âge — même si je ne sais pas ton âge." déclara d'ailleurs celle-ci.

La question était implicite et c'est avec un sourire que Solveig y répondit. Même si c'était un peu curieux après tout : la norvégienne avait assumée que Chan avait son âge ou approchant... Mais si elle se posait la question, ce n'était peu être pas le cas.
"15 ans, en route vers ma seizième année... L'âge bête, l'âge rebelle, dit-on. Si je suis réellement dans cette phase alors que je me mêle de rien en me réfugiant au plafond, je n'imagine pas quelle mollasse je serais quand je serais plus vieille ! C'est d'ailleurs peut être un tord : je ne m'implique peut être pas assez dans ces histoires à Prismver... Dans ce cas, comment la situation pourrait-elle évoluée ? Hummm..."

Pensive, Solveig écouta la suite, où Chan révélait ses sentiments sur Entropy.
Voir confirmer la réelle existence de ce groupe et surtout de ses agissements attrista la norvégienne. Elle n'écoutait les rumeurs que de manière vague et avait tendance à être un peu trop solitaire, aussi elle ne pensait pas que l'atmosphère s'était déjà autant dégradé et que les Entropistes était déjà tant passés aux actes.
"Entropy est loin d'être secret maintenant. Chacune de leurs actions est destinée à être remarquée par tout le monde, même si leur déroulement se fait toujours quand il n'y a personne, en pleine nuit."

"Comme c'est courageux..." grogna Solveig en remarque, le sang de ces ancêtres se rebellant contre ce genre de manœuvre d'intimidation lâche. Puis sa raison lui revint. "Remarque, les rebelles n'ont généralement pas beaucoup le choix, vu que le système en place est plus puissant qu'eux. C'est encore plus vrai si on ajoute les pouvoirs magiques dans l'équation."
Elle se tut pour laisser Chan poursuivre.

"La guerre des classes est stupide, et la raison saute aux yeux. Et Entropy ne vaut pas réellement mieux finalement... J'admets que je partage leur idéologie : avoir les mêmes privilèges, que les classes basses soient plus soutenues, faire en sorte de ne pas abandonner les élèves dits médiocres. Mais après... Entropy s'attaque en faisant preuve de violence gratuite aux élèves privilégiés, alias les A et les B, alors qu'ils n'en sont strictement pour rien. Les A ont simplement reçu ce luxe de Prudence ; les B du fait que Flinn soit soumis à notre reine. Les mauvais élèves étaient les victimes ; aujourd'hui ce sont les E les coupables et les avantagés du système qui sont les victimes. Je trouve ça... dommage et c'est la raison pour laquelle je ne les approuve pas."

Le ton de Chan était sérieux, aussi Solveig ravala sa plaisanterie sur les penchants aristocratiques des A. Appeler leur déléguée "Reine", quelle idée saugrenue... Et ils avait aussi un beau mec, un rien ténébreux, que l'on surnommait le Prince.
Mais Chan lui avait dévoilé ses opinions, aussi méritait une réponse plus consciencieuse.

"Les anciens esclaves font souvent les pire maitres..." murmura Solveig d'un ton un rien amer. "Je dois avouer que je partage tes vues sur Entropy et sur cette guerre des classes idiotes. Bon sang, personne n'ouvre jamais un bouquin sur la Théorie des Jeux ? On gagne toujours à coopérer... Et puis, fondamentalement, je suis contre la violence, comme toi."
Elle pouffa, amusé un instant par une idée saugrenue.
"Bon, j'ai quand même du sang de viking, donc je suis pas non plus une pacifiste à outrance !" ricana-t-elle, avant de reprendre plus gravement. "Mais avec nos dons, parfois à peine maitrisés, et nos pulsions adolescentes, c'est comme nous filer des armes chargées aux hasards et prier pour qu'il n'y'ai pas d'accident. C'est... irresponsable !"

Solveig prit une respiration pour se calmer un peu, même si apparemment Chan ne lui en voulait pas pour ses éclats.
"Il faut dire qu'on se trimballe Ruthel comme directeur... Sans vouloir être médisante." commença-t-elle avant de faire une pause pour repartir d'un ton plus sarcastique. "Bon, si en fait, je vais l'être. Il n'est ce que je pourrais appeler le plus... compétent pour s'occuper de tout un tas de jeunes sorcier déchainés. Son manque d'autorité est trop évident et son équipe enseignante ne sait surement pas sur quel pied danser à cause de ses frasques..."

Elle soupira.
"Je me demande s'il y a quelqu'un derrière lui ? S'il a un plan ou un truc du style ? Pourquoi laisse-t-il le Ranker, Entropy et d'autres faire presque ce qu'ils veulent ? Hummm, en fait ce pensionnat est aussi mystérieux que la magie en elle-même."
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockJeu 1 Mai 2014 - 21:34

Yes, this school is dangerous

▬ Et dire que les A sont sensés montrer l'exemple de la maîtrise... Ah oui, des dons, pas de soi ! Mais bon, tout le monde peut avoir des coups de sang. Mais je ne vois pas qui pourrais avoir envie de taper sur une fillette aussi mignonne que votre déléguée... Même si cet incident n'est pas lié directement au système de classe, je suis sûre que cette atmosphère de compétition permanente et de stress, sans parler des agissements violents et plus ou moins impunis de certains, pourrissent l'atmosphère du pensionnat et favorisent ce genre d'anicroches. expliqua Solveig.

La petite Asiatique restait là, à écouter docilement chaque critique sur sa classe, chaque commentaire sur leur comportement. Elle découvrit à quel point elle n'était pas attachée à sa classe, qu'elle ne prétendait pas seulement ne pas s'en préoccuper mais qu'elle ne ressentait aucune fierté particulière à porter ce nœud papillon violet. Finalement, peut-être qu'elle aurait dû rester en B, son caractère se rapprochant plus de la sympathie que de l'égocentrisme tout en restant intelligente. Elle aurait même désiré placer quelques commentaires sur la déléguée, ce qu'elle ne fit pas. Cependant, elle se demandait comment on pouvait considérer la déléguée comme une mignonne petite fillette alors que son comportement se dévoilait beaucoup moins innocent. Ses actes machiavéliques n'étaient-ils pas assez connus parmi les autres classes ? Étonnant. La petite fille était une personnalité très influente à Prismver, et la blonde pensait que tout le monde savait très bien de quel type de personne il s'agissait. Solveig la trouvait mignonne ? Elle, elle se demandait s'il existait ne serait-ce qu'une once de gentillesse chez cette fille aux cheveux bleus. Autre point. L'ambiance. Même si le Ranker n'était pas parvenu à réellement déclencher une guerre totale, l'atmosphère était devenue déjà trop compétitive pour Chan. La Norvégienne avait dû remarquer qu'elle ignorait son âge.

▬ 15 ans, en route vers ma seizième année... L'âge bête, l'âge rebelle, dit-on. Si je suis réellement dans cette phase alors que je me mêle de rien en me réfugiant au plafond, je n'imagine pas quelle mollasse je serais quand je serai plus vieille ! C'est d'ailleurs peut-être un tort : je ne m'implique peut-être pas assez dans ces histoires à Prismver... Dans ce cas, comment la situation pourrait-elle évoluée ? Hummm... se demanda Solveig.

▬ Personne ne s'implique réellement, à vrai dire. lâcha-t-elle juste après.

Sauf Entropy, malheureusement. voulait-elle continuer ; elle n'y parvint pas. Le groupe d'anarchistes ne méritait pas d'être complimenté de la sorte puisque la manière dont il s'impliquait ne lui plaisait pas le moins du monde. Mais hormis ce détail, elle était agacée de constater que la grande majorité des élèves s'était résignée à accepter de vivre dans cette ambiance. Personne ne voulait arrêter le Ranker ? Le blond ne se présentait pas assez dangereux, néanmoins quelque chose avait changé à cause de lui. Son visage redevint aussitôt sérieux.

▬ Je pense que personne n'a vraiment remarqué que le Ranker a créé cette ambiance de tension et de compétition. La plupart des élèves vivent leur vie au pensionnat comme si de rien n'était. C'est bien le problème. Pourtant il n'y a rien à perdre à se débarrasser du gêneur. continua-t-elle.

Et d'une certaine manière, Chan aussi. Malgré ses belles paroles, elle ne faisait pratiquement rien à part prôner puérilement et bêtement la paix avec Gautier. Sauf ces derniers temps à cause de l'absence inexplicable de celui-ci. Inexplicable, oui. Elle n'avait pas pris la peine de se demander ce qui se tramait, elle qui se croyait attentive. Elle semblait même être assez indifférente au fond d'elle, et en y pensant, elle se mordit discrètement la lèvre inférieure en signe de honte. C'était incroyable à quel point elle se découvrait lors de cette discussion, et s'apercevait que sa fierté l'avait empêché de se rendre compte de certains traits de sa personnalité qui, à présent, se révélaient si évidentes. Cependant, elle ne voulait pas fuir, parce que sa camarade était assez intrigante pour qu'elle eût envie de la cerner parfaitement. C'était rare de trouver quelqu'un avec qui partager ce genre de sujet ; il ne fallait pas passer à côté de cette occasion.

▬ Comme c'est courageux... Remarque, les rebelles n'ont généralement pas beaucoup le choix, vu que le système en place est plus puissant qu'eux. C'est encore plus vrai si on ajoute les pouvoirs magiques dans l'équation. fit remarquer Solveig.

Elle n'avait pas envie de croire qu'ils n'avaient pas le choix malgré l'évidence. Son expression reflétait légèrement son désaccord. Têtue, elle garda son opinion. Selon elle, la seule chose à faire pour que cette rivalité cessât était de vaincre le Ranker, tout simplement. Le seul fautif. Le seul coupable. Il n'était pas nécessaire de déranger l'"élite" pour assouvir leur rage ou leur soif de vengeance. Alors elle attendit la prochaine réponse plutôt que d'imposer son avis.

▬ Les anciens esclaves font souvent les pire maitres... Je dois avouer que je partage tes vues sur Entropy et sur cette guerre des classes idiote. Bon sang, personne n'ouvre jamais un bouquin sur la Théorie des Jeux ? On gagne toujours à coopérer... Et puis, fondamentalement, je suis contre la violence, comme toi. Bon, j'ai quand même du sang de viking, donc je suis pas non plus une pacifiste à outrance ! Mais avec nos dons, parfois à peine maitrisés, et nos pulsions adolescentes, c'est comme nous filer des armes chargées aux hasards et prier pour qu'il n'y'ai pas d'accident. C'est... irresponsable ! argumenta Solveig.

Un léger rire lui échappa. Contente d'avoir trouvé quelqu'un qui partageait son point de vue, elle esquissa un sourire pleinement satisfait. La B marquait même un point pour la coopération et sur les dons. Les Prismvériens étaient plus dangereux que de simples adolescents, et pour cette raison, la direction devait faire quelque chose afin d'aider les élèves dotés d'un pouvoir dangereux et d'une faible maîtrise. Entropy allait trop loin pour régler ce problème, surtout que leurs efforts se révélaient être vains au final. La direction se contentait de racheter le nécessaire sans prêter réellement attention aux terroristes, soit par désintérêt pour ceux-ci ou soit par entêtement.

▬ Il faut dire qu'on se trimballe Ruthel comme directeur... Sans vouloir être médisante. Bon, si en fait, je vais l'être. Il n'est ce que je pourrais appeler le plus... compétent pour s'occuper de tout un tas de jeunes sorcier déchainés. Son manque d'autorité est trop évident et son équipe enseignante ne sait surement pas sur quel pied danser à cause de ses frasques... Je me demande s'il y a quelqu'un derrière lui ? S'il a un plan ou un truc du style ? Pourquoi laisse-t-il le Ranker, Entropy et d'autres faire presque ce qu'ils veulent ? Hummm, en fait ce pensionnat est aussi mystérieux que la magie en elle-même. constata Solveig.

Effectivement, en y pensant, elle aussi se demandait pourquoi cet homme laissait le Ranker faire ce qu'il voulait. Lui qui donnait l'impression de considérer les élèves comme ses propres enfants, agissait presque comme un protecteur et adorait la paix — ses commentaires sur les rumeurs de Shu, que Chan regardait souvent juste pour cerner les gens, étaient très révélateurs. Pourquoi ? Chan se mit à réfléchir, à machinalement chercher une éventuelle raison justifiant cette tolérance exagérée. Croisant les bras, elle soupira.

▬ Disons que c'est Madame Schneider qui s'occupe du travail du directeur. Mais... j'avoue que je ne comprends pas pourquoi Monsieur Prismver n'essaie pas d'arrêter tout ça, lui qui n'a pas l'air d'aimer les conflits. Cela dit, ça m'étonnerait qu'il ait quelque chose derrière la tête... comme je le vois. répondit-elle en ayant un ton légèrement moqueur sur les quatre derniers mots.

Deux années à voir ce clown, cet imbécile heureux danser dans les couloirs de l'établissement. Elle considérait l'avoir déjà bien cerné pour affirmer ses dires.

▬ Haha, ça fait du bien de rencontrer quelqu'un comme toi, qui a un bon avis sur le sujet et qui est assez curieuse. Pourtant tu as juste deux ans de moins que moi. ricana-t-elle.

j'ai jamais mis aussi long... j'ai moyennement eu le temps cette semaine.


(c)Alice-Dark/Ether Cohen Si tu touche... j'te bouffe


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockSam 3 Mai 2014 - 21:55

Indifférence ou engagement


Solveig attendit les remarques de Chan sur ses paroles,  car avoir son point de vue serait surement très intéressant. Elle ne fut pas déçut.
"Personne ne s'implique réellement, à vrai dire."
Solveig comprenait : il était aisé de prendre des habitudes. Elle même, avant que Chan n'en fasse la remarque et n'amène son train de pensée dessus, n'avait pas remarqué combien elle se posait en simple observatrice.

"Je pense que personne n'a vraiment remarqué que le Ranker a créé cette ambiance de tension et de compétition. La plupart des élèves vivent leur vie au pensionnat comme si de rien n'était. C'est bien le problème. Pourtant il n'y a rien à perdre à se débarrasser du gêneur."
Voilà. Et elle était aussi coupable que les autres. Sommes toutes, avec un peu d'effort et de travail, il était aisé pour une chanceuse comme elle qui avait un don qui n'était ni particulièrement difficile à maitriser, ni particulièrement dangereux (enfin...), de suivre une scolarité aisée et aidée, d'accéder à quelques privilèges et de vivre tranquillement sa vie en ignorant les problèmes des autres.
La norvégienne n'était ni particulièrement courageuse, ni charismatique mais... n'était-ce pas de simples excuses pour n'avoir rien fait ? Au moins les gens d'Entropy ou des autres groupuscules qui foisonnait dans l'établissement croyaient en quelques-choses et agissait selon leurs désirs.

solveig réfléchit : devait-elle aussi s'engager, tenter de faire quelque-chose au lieu de passer ses journées à gribouiller au plafond ? Elle était assez amatrice de séries américaines et de films noirs pour tiquer un peu sur le "se débarrasser du gêneur".
L'idée supputait de la violence, ce qui l'étonnait de la tranquille Chan... Mais peut-être que parfois, on n'avait pas le choix, il fallait intervenir, brutalement au besoin.
La norvégienne n'avait jamais songé à se mesurer au Ranker, alors que pourtant celui-ci prônait chercher quelqu'un de "plus puissant après lui". Elle n'avait jamais eut l'intention de participer à se puéril concours de fanfaronnades.
Pourtant, Chan avait raison, supprimer le Ranker de l'équation résoudrait pas mal de problèmes... Mais surement pas tous.

"Hummm..." grommela-t-elle, alors que son cerveau se mettait à cogiter là dessus presque contre son gré. "Se débarrasser du Ranker... Même si je doute que cela suffise - un autre prendra illico sa place par pure vantardise  et le cycle reprendra - j'avoue que l'idée est tentante et pourrait bien arranger les choses... Il va falloir que j'y réfléchisse... Mais n'est-ce pas tomber dans le cercle vicieux de la violence ? N'est-ce pas faire le jeu du Ranker ? Pas évidemment tout ça..."

Mais la curiosité de Solveig était éveillée et peu à peu l'idée faisait son chemin, son esprit commençait déjà à échafauder plans et théories...
Elle n'écouta Chan lui parler de l'organisation du pensionnat que d'une oreille distraite, les yeux dans le vague.

"Disons que c'est Madame Schneider qui s'occupe du travail du directeur. Mais... j'avoue que je ne comprends pas pourquoi Monsieur Prismver n'essaie pas d'arrêter tout ça, lui qui n'a pas l'air d'aimer les conflits. Cela dit, ça m'étonnerait qu'il ait quelque chose derrière la tête... comme je le vois."

Malgré tout, ces paroles se frayèrent un chemin dans les méandres du cortex de Solveig.
"... Tiens, ça serait une idée ça, pour se débarrasser du Ranker. Après tout, Prismver a un règlement et j'imagine qu'il existe des fautes assez grave pour conduire à l'expulsion. Si nous pouvions faire en sorte que la Ranker en commette une... Cela nous permettrait de l'écarter sans violence. S'il se laisse faire, bien sur..."

L'hypothèse était tout de même assez faible. L'insidieux Ranker avait réussit tout de même à pervertir l'ensemble du pensionnat avec ces histoires de classement et cela sans que l'équipe enseignante ne bouge.
De même, les faits de violence, comme celle dont avait été victime la déléguée des A, et les dégradations dues à Entropy ou à d'autres élèves ne semblaient guère entrainer de punition bien sévère. Laxisme et, comme l'avait fait remarquer Chan, habituation.
La norvégienne replongea dans ses pensées, avant d'en être tiré par un éclat de rire venant de Chan.

"Haha, ça fait du bien de rencontrer quelqu'un comme toi, qui a un bon avis sur le sujet et qui est assez curieuse. Pourtant tu as juste deux ans de moins que moi."

La remarque suffit à sortir Solveig de ses ruminations. Et à faire orner de rose ses joues.
Un rien incrédule, elle jeta un oeil rapide à la silhouette de Chan, avant de réaliser que se reluquage était en lui même une insulte. Elle rougit derechef.
"Oh ! Je..." ânonna-t-elle, cherchant ses mots. "Je n'avais pas réalisé. J'avais imaginé que tu étais du même âge que moi..."
Ou plus jeune. Tu avais pensé plus jeune, Solvy, et te voilà bien attrapée...

"J'espère ne pas avoir manqué de respect envers une ainée avec mes remarques et mes critiques..." continua-t-elle avait de s'interrompre brutalement.
Après tout, Chan n'avait pas l'air d'avoir été choquée ou offusquée. Au contraire, elle semblait l'apprécier et s'était réciproque.
Secouant la tête avec un sourire amusé, Solveig arrêta de chercher des excuses débiles à sa gaffe. Après tout, la différence d'âge, aussi minime, n'avait pas d'importance.
Elle décida de changer de sujet, ou plutôt, de revenir à celui qui l'intriguait.

"Dis-moi, Chan, vous qui êtes en A, vous connaissez le pouvoir du Ranker ?" demanda-t-elle, curieuse. Il lui fallait plus de données sur le problème. "Et jamais personne ne l'a défié ? Entre les E au sang chaud, les révolutionnaires d'Entropy, les sommités de la classe A qui ont parfaitement maitrisés leurs pouvoirs... Personne n'a essayé ou... personne n'a réussit ?"

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clockJeu 8 Mai 2014 - 7:00

Yes, I would like to stop violence...

▬ Hummm... Se débarrasser du Ranker... Même si je doute que cela suffise - un autre prendra illico sa place par pure vantardise  et le cycle reprendra - j'avoue que l'idée est tentante et pourrait bien arranger les choses... Il va falloir que j'y réfléchisse... Mais n'est-ce pas tomber dans le cercle vicieux de la violence ? N'est-ce pas faire le jeu du Ranker ? Pas évidemment tout ça... débattit Solveig, intelligemment.

▬ Je ne pense pas que quelqu'un pourrait prendre sa place à l'heure actuelle : le Ranker est le seul élève à avoir une maîtrise digne de la classe S. Elle marqua une courte pause avant de reprendre. Sinon... ça dépend de la manière dont on se débarrasserait du Ranker. Si le directeur s'en occupe, ce n'en sera pas. justifia-t-elle ensuite.

Toutefois, elle n'avait pas réfléchi à la manière de se débarrasser du gêneur, et remarqua que ce serait difficile sans violence. À moins de parler au directeur, elle n'avait aucune idée. Mais, Ruthel était certainement une bonne idée. Enfin, c'était ce qu'elle pensa avant de réaliser quelque chose : avait-il déjà été en heure de colle ? Chan n'en avait pas l'impression. Pourtant, il le mériterait amplement vu la guerre des classes qu'il avait instaurée, sans compter tous les cours auxquels il ne participait pas. Elle pouvait comprendre, qu'en tant que membre de la classe S, il n'eût nullement besoin des cours de maîtrise de pouvoir, mais pour le reste, cela restait un adolescent normal. Elle refusait de croire qu'il avait acquis absolument tous les cours à la perfection. C'était absurde et impossible. En résumé, ce jeune homme séchait tout le temps, acte qui était punis ici.

▬  ... Tiens, ça serait une idée ça, pour se débarrasser du Ranker. Après tout, Prismver a un règlement et j'imagine qu'il existe des fautes assez grave pour conduire à l'expulsion. Si nous pouvions faire en sorte que le Ranker en commette une... Cela nous permettrait de l'écarter sans violence. S'il se laisse faire, bien sûr... proposa Solveig.

▬ Je ne sais même pas s'il a déjà passé en colle : vu le nombre de cours qu'il manque il devrait passer sa vie chez Madame Schneider. Pourtant... ce n'est pas le cas ; je me demande quelle faute l'expulserait alors. grommela-t-elle.

Elle réfléchit longuement, se demandant pourquoi provoquer la guerre des classes — de la haine autrement dit — n'était pas suffisant pour être renvoyé. Peut-être que Ruthel avait réellement quelque chose en tête, finalement. Seule explication possible. Elle n'y avait jamais vraiment songé, et jamais elle n'avait autant réfléchi sur le sujet du Ranker qu'en ce moment. Toute sa personne était un mystère, et son mystère s'épaississait lorsqu'elle essayait de le cerner, de l'analyser. Elle soupira, n'arrivant toujours à rien, avant de regarder Solveig à nouveau. Celle-ci, suite à la remarque de Chan, commença à rougir légèrement avant de détailler le physique de la Chinoise, avant de rougir encore plus. Elle la fixa plusieurs secondes ; puis elle plissa les yeux en esquissant un sourire légèrement moqueur. Évidemment. C'était prévisible. Elle comprit tout de suite la signification de ce réflexe, car elle avait parfaitement conscience de son corps et de son visage qui paraissaient plus enfantins que ceux d'une fille de 17 ans.

▬ Oh ! Je... Je n'avais pas réalisé. J'avais imaginé que tu étais du même âge que moi... s'exprima Solveig.

▬ Je sais, comparée aux Occidentaux, j'ai l'air d'avoir 14 ans à peine. Ma taille est assez petite et la forme de mon visage n'arrange rien. rassura-t-elle en haussant les épaules.

Elle mesurait seulement 1m62 et son visage ne s'était que très peu affiné, lui donnant une allure de petite enfant. Était-ce propre aux Asiatiques ou était-elle la seule à rester prisonnière dans un corps de petite jouvencelle ? Quand elle vivait en Chine et même ces quelques temps au Japon, elle semblait tout à fait normale ; mais comme deux années s'étaient écoulées depuis son départ et que les habitants de l'Orient ne couraient pas les rues à Prismver, elle ne pouvait pas se comparer à eux. Néanmoins, avoir l'air si jeune ne la dérangeait pas tant que cela ; elle craignait juste de ne pas être prise au sérieux en laissant penser qu'elle n'était qu'une gamine.

▬ J'espère ne pas avoir manqué de respect envers une ainée avec mes remarques et mes critiques... dit Solveig, gênée.

▬ Non, tu en obtiens même le respect. Ça me prouve juste que tu as un avis sur le pensionnat. répliqua-t-elle pour affirmer que cette attitude lui plaisait.

Chan aimait beaucoup Prismver, le foyer qui avait remplacé le sien depuis déjà deux années. Cependant, l'arrivée du S avait quelque peu ruiné l'ambiance conviviale qui régnait, aux yeux de Chan seulement. Elle pensait être la seule à s'en être préoccupé, et fut heureuse de constater que non.

▬ Dis-moi, Chan, vous qui êtes en A, vous connaissez le pouvoir du Ranker ? Et jamais personne ne l'a défié ? Entre les E au sang chaud, les révolutionnaires d'Entropy, les sommités de la classe A qui ont parfaitement maitrisé leur pouvoir... Personne n'a essayé ou... personne n'a réussi ? demanda Solveig.

Elle la regarda quelques instants, avant d'expirer un coup.

▬ Personne n'a essayé, tout simplement. Comme je l'ai dit avant, personne ne s'implique vraiment. Entropy veut mettre les classes sur un pied d'égalité, mais pas abolir la guerre des classes, en fait. Ah, quoique... souffla-t-elle en se reprenant sur la dernière phrase.

Elle leva légèrement la tête vers le haut, regardant le plafond — le sol — en signe de réflexion ; puis elle reposa son regard sur la B.

▬ Les E ont déjà affronté les S dans leur salle commune, à cause de l'histoire du classement de pouvoir, étant donné que le premier de ce classement anonyme était un E — mais les E se sont fait massacrer. Mais le Ranker, lui-même, non. ajouta-elle vivement.

Le mystérieux chef des dorés était caché quelque part, de manière à ne jamais être aperçu. Chan l'avait toujours connu sous forme de rumeur, un écho, ou peut-être qu'elle l'avait déjà vu dans le passé sans savoir ce qu'il allait devenir à ses yeux à l'avenir. À part son prénom révélé grâce à Shu, le reste était inconnu.

▬ Non, personne ne connaît son don. Mais il s'appelle Thomas — quelque chose comme ça. Et il a révélé que son don tirait son pouvoir de ce qui l'entoure... je crois. répondit-elle, déçue de ne pas pouvoir le savoir elle-même.

Elle croisa les bras, pensive.

▬ Même s'il m'énerve, j'avoue que je suis la première à m'intéresser à son don. Mais j'ai beau réfléchir, je ne vois pas. La simple description — ou indice — qu'il a donné peut donner une sorte d'indication sur la puissance de sa magie, mais pas son identité. Hum. Il donne moins envie à affronter, même si les gens avaient déjà d'autres préoccupations plutôt que de le défier. réfléchit-elle à voix haute, intentionnellement.

Et toi aussi, Chan. N'oublie pas de te mettre dans le même panier que ces gens.

Hihi ♥


(c)Alice-Dark/Ether Cohen Si tu touche... j'te bouffe


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Reflexion || PV Solveig   Reflexion || PV Solveig 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Reflexion || PV Solveig
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Reflexion || PV Solveig
» Réflexion sur la question constitutionnelle aujourd'hui
» Reflexions et choix
» Réflexion autour d'un repas [PV]
» Le temps d'une reflexion ... [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-
Sauter vers: