Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Venezia in tasca

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Venezia in tasca   Venezia in tasca 1400359500-clockLun 14 Avr 2014 - 0:43


Venise dans notre poche

feat Nolan Ambrose



Vendredi soir - Arrivée à Venise

Sonera fut la personne la plus heureuse du monde quand son pied toucha enfin la terre ferme, après le voyage en bateau, la Via Libertà étant exceptionnellement fermée pour travaux. Quand le panneau était apparu à ses yeux, elle aurait pleuré toutes les larmes de son corps, elle se serait roulée par terre en tapant des pieds ou se serait enchaînée quelque part pour que Nolan ne la décroche pas. Mais elle n'en n'avait rien fait, tout simplement parce que la jeune femme était trop fière pour laisser voir que sa plus grande phobie l'entourait chaque jour. Pendant le trajet, rapide, quinze minutes à peine, Soni broya littéralement la main de son camarade de classe alors qu'elle se concentrait pour ne pas tourner de l'oeil, les lèvres obstinément closes, les dents serrées.

Et sa libération vint enfin. La terre, le sol pavé de l'appontement. Elle n'aimait pas vraiment Venise et se demanda pourquoi elle avait invité Nolan dans son pire cauchemar, au lieu de lui proposer d'aller à Naples. Au moins là-bas, il y avait de l'eau mais pas à quelques centimètres d'elle ! Sonera lâcha la main du jeune homme et le regarda, crispée.

« Ne parle de ça à personne. Bienvenue à Venise, ma pire hantise ! Et la plus belle ville du monde en même temps. » Terrible paradoxe, il va me prendre pour une débile...

Maintenant, il fallait marcher jusque chez elle. Ce n'était pas spécialement loin et ils n'avaient même pas besoin de prendre de gondole ! La jeune fille lui expliqua qu'elle préférait au maximum rester loin de ces trucs flottants sans entrer dans les détails. Oh il se demanderait pourquoi mais pour l'instant, Soni se concentrait sur ses pas et l'itinéraire les conduisant à sa maison. Avec les personnes qui se promenaient encore sur les voies, elle avait instinctivement pris la main de Nolan pour ne pas le perdre, tenant de l'autre son sac pour le séjour. Surtout dans le petit labyrinthe de rues où ils venaient d'entrer.

Son pas assuré les menèrent rapidement à la résidence secondaire de la famille Di Gregorio, une vieille bâtisse de caractère bâtie assez loin d'un canal. Sonera déverrouilla le portail et fit entrer Nolan dans la roseraie de l'entrée, où tous les rosiers ou presque étaient en fleur. C'était l'endroit que la jeune femme préférait par-dessus tout, tous lieux confondus, surtout à cette période de l'année où la douceur de l'air se mêlait aux effluves florales. Dans les dernières lumières du jour, elle se mit à parler à voix basse. Du moins douce.

« Et nous voilà arrivés à destination ! C'est euh... Chez moi. Et grand aussi. M'enfin si tu te perds, je te retrouverai toujours, il y a des morts dans la maison ~. » Avec un petit sourire malicieux, elle se mit sur la pointe des pieds et lui planta un baiser léger sur la mâchoire, comme à son habitude quand ils étaient debout tous les deux. Cherche pas, tu grandiras plus, petit microbe...

Puis elle se dirigea en sautillant vers la lourde porte cochère et entra, en ayant frappé au préalable. Elle parla d'une voix forte, brisant le silence paisible qui régnait dans la maison, avec une petite musique en fond, pour appeler sa grand-mère et signaler leur arrivée.

« Nonna Cordelia, siamo arrivati ! » La jeune fille se stoppa alors qu'elle avançait vers le salon d'où provenait les échos d'un piano à queue et regarda Nolan en souriant, reprenant en anglais. « Ca va aller ? T'en fais pas, ma mamie parle anglais aussi bien que toi. Tu peux lui parler français aussi ! »

« En effet my dear, ma sono Italiano. » [En français et anglais dans le texte /PAN/] Sonera sursauta car elle n'avait pas vu sa grand-mère arriver ni entendu le piano s'arrêter et lui sauta dans les bras en riant joyeusement. Tu m'as tellement manquée... Elle chercha du regard une autre personne, quelqu'un d'autre qui lui manquait affreusement. Sans succès. Il n'était pas là. Son sourire disparut mais refleurit quand elle se tourna vers Nolan pour les présentations, en anglais.

« Mamie, je te présente Nolan, il est dans ma classe. Et NON pas ce regard, je le connais. » Sourire en coin des deux femmes, portraits crachés sur deux générations. « Nolan, je te présente ma grand-mère, tu peux l'appeler Cordelia. Il peut, hein ? »

La vieille dame acquiesça en souriant et tendit la main à Nolan. « Enchantée, jeune homme. Sincèrement. » Non mamie, ne dis rien de plus. Rien sur mon incapacité à me sociabiliser normalement. Rien sur le fait que j'ai l'air si heureuse avec quelqu'un, un garçon. Avec quelqu'un d'autre que Falco. Et ne dis pas non plus qu'il... « Vous êtes un charmant garçon, ça me rassure. » Trop tard... Facepalm de la part de Soni, qui rougit légèrement.



HRP : Oh c'est long... °-° Mamie parle en slateblue

(c) Riva - Dragounours Rose

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Venezia in tasca   Venezia in tasca 1400359500-clockLun 14 Avr 2014 - 11:44





N-S à Venise
1er jour de l’enquête sur Sonera Di Gregorio.

J’ai découvert, en arrivant à Venise, que Sonera m’a en fait emmené dans la ville qui anime à la fois toutes ses peurs et toutes ses passions. Bizarre. Etrange. Je dirais même plus, douteux… non, en fait, je comprends très bien. Mais ça a dû être difficile pour elle de vivre son enfance dans une ville entourée d’eau si elle en a peur… à moins que cette peur résulte d’un traumatisme récent ? Je me pose beaucoup de questions, mais je pense qu’il ne vaut mieux pas les lui demander. Je sais qu’elle me l’expliquera le moment venu !

Deuxième découverte : sa maison et sa famille. C’était vraaaaiment génial ! Sa maison est incroyablement belle. Apparemment, elle aime particulièrement aller dans la roseraie. Elle aime les fleurs ; je note ! Bref. Je l’ai aussi entendue converser en italien avec sa grand-mère (qui parle aussi anglais), nonna Cordelia, et j’ai eu l’impression de voir une autre Sonera ; celle qui a l’air réellement heureuse, qui perd la notion du temps. Par ce regard qu’elle lance à sa grand-mère qui déborde de bonheur, ou même quand elle regarde la ville autour d’elle, j’ai l’impression de la voir plus vivante que jamais...

Et sa grand-mère, parlons de sa grand-mère : évidemment, j’ai remarqué qu’elle avait des airs de ressemblance avec Sonera, mais surtout, elle me lance des regards curieux. Comme si elle fondait ses espoirs en moi, et ça gêne l’italienne. Moi, ça m’amuse ! D’ailleurs, quand je l’ai rencontrée, Cordelia m’a dit que j’étais charmant, d’un ton qui pouvait ajouter un « pour ma petite fille ». J’en ai rigolé et j’ai changé de sujet, mais Sonera n’avait pas l’air très à l’aise. Normal… !