» prédéfinis

» mini news
15.06 N'importe quel adulte peut maintenant avoir en filleul un élève de D ou E.

07.05 Prismver a 6 ans ! Le temps file ♥
» intrigue

» rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Ne jamais déranger une pirate en pleine activité ♦️ Ashley Mera

Ballon prisonnier ♦️ Amélie Langevin

Drinking 'til we all get sick ♦️ Cattleya A. Taylor

Sunday Afternoons ♦️ Alice K. Andel

ajouter le mien ?
» à l'honneur

Amélie Langevin
www.

» infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
RED ; Riot [COMPLET]







Partagez | 
 


 RED ; Riot [COMPLET]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message Dans RED ; Riot [COMPLET] | le Dim 6 Juil 2014 - 15:37
avatar
Invité
Invité





REVOLUTION
_____________________________






Certains penseront que nous sommes fous, certains penseront que ça n'en vaut pas la peine, que tout ça est futile, vain. Ils ont probablement raison. Nous sommes fou. Fou de rage, fou d'espoir. Dans notre combat vain nous choisissons de rester debout, nous choisissons d'affronter nos peurs, nos doutes. Et nous laissons parler notre haine et notre dégoût. Les maîtres mots de la vague rouge.

Je marche au côté de Pythagore, nous nous regardons. Sans parler nous savons. Je sers les sangles de mon sac à dos contre moi. Je n'ai pas peur, mais je ne suis pas à l'aise non plus. Je sais que ce que nous nous apprêtons à faire aura des conséquences. Bonnes ou mauvaises... je pencherais plus vers mauvaises. Mais, qu'importe si c'est le prix de la reconnaissance je suis prête à faire des folies.

La route ne m'a jamais semblé aussi longue.
Je suis presque intangible et je n’émet aucun son si ce n'est celui de ma détermination. Seul le souffle lourd et bruyant de Pythagore résonne dans la nuit . Est-ce qu'il a peur ? Est-ce qu'il veut faire demi tour ? Non. Bien sur que non. Lui c'est un pilier, c'est un roc. Lui il est croit bien plus que les autres, avec Gautier et Heath et Joach. En fait, je suis peut-être la seule qui doute encore. Je suis peut-être la seule à trouver ça déraisonner. Mais ça ne change rien, je ne reculerais pas. Je m'y suis engagée. J'ai longtemps cru que mon pouvoir ne me rendait responsable de rien, me rendait libre. Je le crois encore. Mais... dans mon voyage j'ai rencontré des frères. J'ai rencontré des sœurs. Des gens qui m'ont tenu la main, même quand ils ne pouvaient la toucher. J'ai vu, de mon nuage, des gens qui souffraient. Comme je l'ai toujours fais. Des gens perdus, des gens rejetés. Des gens qui me faisaient voir ma propre réalité.

Je n'aurais pas l'audace de dire que je fais tout ça pour les autres.
Je fais tout cela pour moi.
Pour ma propre réalité, ma propre désillusion, et mon propre désespoir.

Je n'en peux plus. Je suis à bout. Si l'histoire est un éternel recommencement, ne devais-je pas faire tout ce qui est dans mon pouvoir pour m'accorder ne serait-ce qu'un semblant de bonheur? Beaucoup de mes amis me croient folle. Ils ont peur, me pensent en danger. La plupart pense que je suis sous l'emprise d'une secte. Quelle douce folie, et dérision. Heath n'est pas plus gourou que je suis solide. Heath est peut-être le plus perdu d'entre nous d'ailleurs. Il est celui qui s'est le plus battu, celui qui a le plus monté pour rejoindre ses rêves et qui s'est presque mortellement blessé le cœur en tombant. Je me demande ce qu'Ulysse ferait si elle savait tout ça. Si au lieu de voir sa propre défaite elle voyait celle de celui qu'elle a aimé. Et qu'elle aime encore j'en suis sûre. Toutes ses histoires d'amour me semble si lointaines.

De toute façon je ne veux pas aimer tant que mes yeux pleurent encore.
Je ne peux pas aimer tant que mon cœur est si lourd de culpabilité.
Peut-être que si je change les choses ici, ma dette sera remboursée.
Qu'est ce que tu en penses Oliver ?
Si je me bat pour que les choses deviennent meilleures est-ce que tu me pardonneras ? Est-ce que tu m'aimeras ?

Est-ce que tu me libéreras ?

Je suis nuage, je suis fumée. Un épais brouillard à travers cette allée. Un camouflage. Inutile certes, tout le monde sait que je suis la seule à pouvoir le faire avec Maxxie. Et ce n'est certainement pas lui qui irait la nuit dans le grand hall. Non, il est rebelle mais pas aussi fou. Quoi que.. Que sais-je vraiment de lui de toute façon ? Il est déroutant. Adorablement déroutant.

Je ne suis qu'un nuage sans forme, étendu. Entourant de mes bras cotonneux la carrure imposante de mon frère d'arme. Une porte se dessine devant nos yeux. Pythagore y force l'entrée, tandis que je retrouve ma forme. Mon cœur se sert un peu. Allez Jack ce n'est pas le moment de douter.

J'ouvre mon sac à dos, je place mon foulard sur ma bouche, et je sors mes bombes que j'agite. Mes bombes achetées avec l'argent de Joris.. ahah. Si il savait dans quel but je les avais achetés je crois qu'il me tuerait. De toute façon il le saura. Il le saura et il m'en voudra. Mais c'est trop tard maintenant.

Ma peinture a déjà touché les murs. Les particules rouges sont déjà entrées en contact avec ma peau. Des objets ont déjà volés en éclat sous le poing massif de Pythagore.

La vague rouge déferle et rien ne l'arrêtera.
Même pas moi.


code by ladybecool a.k.a Betsy dont touch


Dernière édition par Jacklyn O. Babylonn le Dim 6 Juil 2014 - 16:17, édité 4 fois
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mar 15 Juil 2014 - 0:41
avatar
Invité
Invité



La vague rouge.
C’est le surnom qui convenait le mieux à notre groupe, à nos idéaux. Une déferlante qui détruirait tout sur son passage, se fondrait dans la masse nocturne. Des agissements dans l’ombre, c’était ce que nous nous étions engagés à faire. Lâcheté ? Perfidie ? Peut-être bien. Dans mon cas, pour peu que ma réputation ait déjà sauté il y a de ça un moment, et ça m’était bien égal. La seule chose qui me dérangeait dans tout ça, c’était Jim. Je le savais : mon comportement le décevait, mais j’étais allé trop loin pour reculer. Je ne pouvais pas me permettre de faire faux bond à Heath, Joach ou même Jacklyn. C’était décidé, l’opération continuait, peu importe ce qu’il adviendrait de l’avis que l’on avait de moi.

Sauf le leur. Et c’est pour ça que j’avais rejoint le Grand Hall, emboitant le pas aux autres. L’opération était la suivante : détruire l’espace le plus prestigieux du pensionnat. Des dégradations sur cet endroit pouvaient entraîner de sévères conséquences, le personnel avait toujours insisté sur ce point. Tout était impeccable, sans la moindre trace. D’ici quelques minutes, tout ressemblerait à la salle de classe des E, sinon pire. Tandis que la moitié d’entre nous saccageaient les alentours, Pytha, Elise et moi étions chargés de porter des choses lourdes pour bloquer l’accès aux étages. Je partis m’adosser au mur, pris mon temps pour me concentrer, fermant les yeux, dans une immobilité parfaite.

J’avais parlé avec Heath quelques minutes avant l’opération : ma force décuplée de Berserker permettrait de gagner du temps. Je n’étais pas certain de pouvoir y faire appel par moi-même, mais je pouvais essayer. Alors, profitant du calme temporaire de la salle, je fermais les yeux et pris mon temps. Bientôt, même le pas et les discussions des autres du groupe disparut, le calme se fit dans ma tête - et une déferlante de pensées vint à moi. Anshu. Alessandra. Alessia. Holly. Toute cette colère, cette frustration, que je stimulais du mieux que je pus. Tout ce que je m’efforçais de contenir, tout ce que Dexter m’aidait à refouler. Maîtrise-le. Soumets-le. Je prends mon temps, laisse les émotions monter. Sentant la force grimper en moi.

Je rouvre les yeux, évitant de trop laisser mon pouvoir prendre le contrôle. Ma force en est réduite, mais avec le sport quotidien, c’est suffisant pour aider les autres. Quand bien même, ma raison n’a plus lieu d’être dans ces moments. Que l’opposition vienne, tout a déjà commencé. Des tables, des chaises, même les pots de fleurs qui longeaient l’entrée : le mur se construit peu à peu sous nos efforts. Pourtant, chacun de nous le sait, quand d’autres élèves arriveront, ce sera le chaos.
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mar 15 Juil 2014 - 3:07
avatar
Invité
Invité



RED
Tonight’s the night.
Il était temps pour eux de se réveiller, se rebeller. Il n’est plus question de se taire et laisser faire. Plus question d’être traité comme des déchets sans réagir. Ils ont tenté avec Entropy, ça a échoué. Maintenant, place à la vague rouge. Si le nombre de partisans a clairement diminué, la détermination, elle, est montée comme une flèche. La méthode a changé, les responsables de leur souffrance doivent payer, certains ouvrir les yeux. Pythagore avance, droit et sûr de lui. Il n’hésite pas, sait exactement ce qu’il veut, ce qu’il doit faire. Ce qu’il veut faire. Peu importe si l’opinion que les gens ont sur lui change. Il s’en fout. Complètement.

Le roux était venu, malgré les tensions qu’il pouvait avoir avec l’investigateur de tout ça. Il ne faisait pas ça uniquement pour Heath et c’est principalement pour cela qu’il était présent. Et il avait pris sa décision bien avant toutes ces emmerdes, il avait décidé de le suivre tant que les plans de Heath étaient en accord avec ses propres principes. Il avait pour mission de déplacer des choses lourdes afin de bloquer différents accès. Suivant l’exemple de Gautier, le E se saisit de tables, chaises et autre afin de les entasser un peu plus loin.

Joach, lui, était auprès de Heath. Pour changer. Ils étaient inséparable, ce n’était pas nouveau. Le fait qu’il se soit impliqué là-dedans a bien pu étonner certains. Pourtant, lui aussi en avait plus qu’assez du traitement de faveur dont bénéficiaient les A. Au détriment des E, bien évidemment. Mais plus encore, le suédois sera toujours derrière Heath, quoiqu’il arrive. Il se devait de le soutenir dans les moments les plus difficiles, les plus importants. La vague rouge sera une étape importante pour tous. Surtout pour le leader.

Jacklyn, Heath et lui-même laisseront les trois autres s’occuper de bloquer le passage tandis qu’ils détruiront le hall comme ils peuvent. Armés de batte, bombes de peinture et autre. Ils n’étaient pas là pour rigoler, ça non. Tout Prismver a été prévenu. Que les opposants se présentent s’ils l’osent. Qu’ils osent faire face à la vague rouge, cette vague composée de personnes blessées, prêtes à tout pour faire passer leur message.
love them! Joach : #6e022b ▬ Pytha : #A5001C
© kristen
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mar 15 Juil 2014 - 13:56
avatar
Invité
Invité




RED

Peut-être qu’ils prennent tout ça trop au sérieux. Ils sont là, tendus, concentrés, ou bien stressés. Certains pensent à mes consignes, d’autres envisagent ce qui se passera si des élèves débarquent. Jack a un peu peur, malgré sa détermination. Pytha m’en veut toujours pour l’histoire avec Charlie. Gautier espère réussir à contrôler son don, quand à Joach, il marche à mes côtés, plus déterminé que jamais à me suivre où que j’aille. Et il s’inquiète pour moi. Tous s’inquiètent pour moi. C’est en quelque sorte ma dernière carte, un élan kamikaze, un aller sans retour. Les conneries, on va les faire à visage découvert. On les revendiquera sur le blog. Bref, on se met en danger. ... Et peut-être que dès demain, on sera tous virés.

... Mais j’ai la conviction que ce ne sera pas le cas. Pas définitivement. Parce-que Ruthel ne peut pas laisser courir dans la nature un berserk, un mec capable de créer des tremblements de terre, une fille se volatilisant en fumée. Je l’ai relue, la lettre e Prismver. Les études seront assurées jusqu’à ce que l’élève possède une maîtrise de son pouvoir telle qu’il ne constitue plus pour lui un handicap. C’est peut-être Elise et moi qui risquons le plus gros, ce soir. Parce-que nous, on peut nous mettre dehors, on ne sera pas dangereux. Mais Gautier, Joach, Pytha et Jacklyn menacent de dévoiler le secret de la magie aux « autres. » Et c’est pour ça que Ruthel ne les mettra pas dehors.

Et puis, au pire du pire, il le fera. Ca ne changera pas grand chose, puisque cette école ne nous apprend rien. Ces élèves qui m’accompagnent sont conscients de tout ça. Ce dont ils ont peut-être moins conscience, c’est... combien je me fiche désormais de tout ça.

J’ai le sourire aux lèvres, moi. Je joue à faire tourner ma batte de baseball en fer, celle acquise quand j’ai failli reprendre la tête du club, avant de me remettre au basket. On m’a dit que c’était dommage, de ne pas le faire. Que j’avais de réels talents de batteur et sprinter. Soit. J’utiliserai la batte pour briser tout ce qui me passe sous la main, et mon sprint pour échapper à ceux qui essaieront de m’en empêcher.

Je souris parce-que je viens casser. Je viens me défouler. Je viens les emmerder.
Et je me fiche totalement des conséquences.

C’est un acte stupide, irréfléchi, la violence ne résout rien, j’ai toujours jugé d’un mauvais oeil les casseurs des manifestations. Mais la méthode pacifiste n’a pas marché, celle consistant à regrouper un maximum de gens, à unifier les classes, à faire entendre une voix commune réclamant l’égalité.
On nous a piétiné.
Et maintenant je vais les emmerder.

Arrivé dans le grand hall, je pose ce que je trimballe de mon autre main depuis mon bungalow: une énorme caisse à outils. Pytha et Joach amènent également deux énormes masses de démolition. Batte sur l’épaule, quelques outils minutieusement choisis en main, je me lève, passe mon regard sur les cinq autres qui, déja, sont à leurs postes. Ceux qu’on avait défini avant de venir, sauf qu’en approchant du lieu, les idées ont continué de germer dans mon esprit.

« Les gars, va falloir être rapides et efficaces. Plus que prévu. » Mon regard se lève sur l’horloge du hall indiquant 3:00 AM, et je reprend, posant mon regard sur un Gautier qui semble plus concentré que jamais pour maîtriser son don. « Les filles, ça change pas: Jack tu t’occupe des murs, et Elise tu amène les tables. Les gars: Gautier, tu prend la masse de Joach et tu explose les tables qu’elle amène. Pytha... » Je baisse légèrement le ton, c’est qu’il m’a collé une beigne y’a quelques jours, j’préfère pas me montrer trop exigeant avec lui. « Faudrait que t’éclate les murs avec l’autre masse. Toutes ces dorures à la con là... » On dirait un palais ce fuckin hall, ça me débecte que notre argent soit utilisé pour ces conneries. « Jo... éclate moi ces vitraux dégueux, répand le verre un maximum par terre. » Je lui tend ma batte de baseball pour exécuter la tâche, me séparant de mon moyen de défense - j’trouverai autre chose. Je secoue ma main tenant les outils. « Moi j’vais faire péter la plomberie, donc si vous êtes envahis par l’eau, c’est que tout se passe bien d’mon côté. »

J’ôte alors mon sac à dos, c’est que j’en aurai oublié le plus important. Je l’ouvre et dépose au sol l’enceinte portable qu’il contient, sur laquelle est fixé mon mp4. J’allume alors de la musique, pas trop fort, mais assez pour motiver les troupes.
Alors, je leur balance un grand sourire, provocant, à mettre de la musique dans un moment pareil. Je souris de plus belle.

« Hey les gars... Amusez-vous, c’est peut-être notre dernière soirée. »

Et sur ces mots je leur laisse la musique et me dirige tranquillement vers les toilettes du grand hall, outils en main. Sans perdre de temps je me met à défaire les canalisations des éviers - c’est pas compliqué, y’a des tonnes de vidéo sur Youtube. Je zape juste l’étape cruciale du “avant toute chose, couper l’arrivée d’eau”. Mon but à moi est de gaspiller de l’eau, d’en foutre partout, bref. Quelques boulons en moins et me voila déja mouillé; mais je suis loin d’avoir terminé.

Est-ce que quelqu’un va venir ? Des élèves ? Des adultes ? Alliés, opposants ? Personne ? Qu’importe; les gars ont des consignes en cas de visite, et moi, j’ai du renfort à appeler.






Mi-août

Après moi, Elise répond, puis on continue le RP normalement en répondant chacun notre tour. Mais après Elise, n'importe qui est libre d'entrer dans la partie quand il veut. :)
∆ RadioEuphoria for Prism
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mar 15 Juil 2014 - 16:51
avatar
Invité
Invité




#045FB4
Première nuit. Première mission de Red.
C'était un nouveau départ. C'était le commencement du nouvel Entropy, de celui qui remplaçait l'ancien mouvement, qui n'avait abouti à rien. Ou plutôt, celui qui avait abouti à du simple mépris à notre égard, à du rejet de la part des autres classes dans notre demande en détresse. Pouvais-je les pardonner ? Probablement pas. Non. Sûrement pas. Ils étaient allées trop loin pour obtenir ma miséricorde. Ils avaient piétiné nos espoirs ; ils nous avaient piétinés. Et ceux qui m'avaient le plus déçue n'étaient autre que les membres de la direction. Ruthel Prismver le directeur, et Kerstin Schneider la CPE. Ah oui, peu importe s'il me renverrait à la suite de ce saccage, je tenais à leur faire goûter l'amertume de notre vengeance, la même saveur que avions goûté et qui persistait en nous.
Peut-être tenais-je encore un peu à moi pour nourrir de la haine envers ceux qui me faisaient souffrir ? Oui. Certainement.

Je marchais d'un pas lourd en direction du grand hall, le lieu de rendez-vous fixé. Notre mission consistait de bloquer l'accès à l'entrée principale, et accessoirement détruire ce magnifique hall.

Oui, le hall. Ce n'était pas un hall ordinaire, oh, loin de là. Il s'agissait d'une gigantesque salle digne d'un manoir de nobles anglais de l'ancien temps. Ancien, mais si élégant. De belles bordures dorées ornaient les murs ; le style était si chic, si beau ; le parquet avait dû nécessiter plusieurs nettoyages pour luire de cette manière ; des vitraux colorés remplaçaient les banales fenêtres. Ah, lors de la visite du pensionnat, le jour de mon arrivée, on m'eut souligné à plusieurs reprises que détruire cette entrée entrainerait une sanction majeure. Mais je ne reculerai pas pour autant. Je m'y étais préparée avant de rejoindre la Vague Rouge, et même avant Entropy. Je connaissais les risques, j'étais consciente de ce qu'ils représentaient pour moi. Mais, encore une fois, je ne reculerai pas.

Cela passe, ou cela casse

Heath se tenait là, droit, prêt à répéter les instructions de cette soirée. Oui, nous devions faire preuve de rapidité, vu que la prestigieuse horloge du hall indiquait déjà 3 heures du matin. Les élèves du pensionnat se réveillaient dans les alentours de 5 heures 30 pour ceux qui se levaient tôt. Il ne fallait pas s'attarder, surtout qu'au temps d'Entropy, les minutes semblaient s'écouler à une vitesse affolante lors des quelques missions. Je m'en souvenais très bien. Heath nous rappela notre rôle, et le mien consistait à simplement transporter les tables. Une fois terminé, il nous décrit son propre rôle, et sortit ensuite un lecteur MP4 pour mettre un peu de musique à bas volume, un rythme motivant qui nous mit un peu plus dans l'ambiance.

▬ Entendu. répliquai-je discrètement.

Je soupirai longuement, silencieusement en repensant aux dernières paroles du leader. Oui, ce serait peut-être notre dernière soirée, ma dernière soirée à Prismver. J'ignorais la punition exacte que nous garantissait la destruction de l'entrée. Mais dans tous les cas, j'exécuterais le plan élaboré. Alors, esquissant un léger sourire, je me dirigeai vers le réfectoire à pas silencieux, tentant de trouver une manière confortable de transporter ces tables — la force ne me manquait pas, cependant, mes bras n'étaient pas bien longs. Je parvins au final à en prendre trois, avec quelques difficultés pour les garder sous mes membres, et avançai à nouveau vers le grand hall, ramenant à Gautier les meubles nécessaires.

▬ A toi de jouer. dis-je, sonnant un peu comme un "bonne chance" sincère.

Je connaissais les problèmes de Gautier concernant son don, des problèmes assez importants de mon point de vue. Il me rappelait moi-même, à l'époque où ma musculature sur-développée représentait un fardeau instable, une nuisance qui constituaient la majorité de mes lamentations. J'espérais vraiment qu'il parviendrait à en faire un atout, pour cette soirée et pour l'avenir. Même si j'étais loin de comprendre ce qu'il ressentait.
H.S : c'est parti

∆ RadioEuphoria for Prism


Dernière édition par A. Elise Fernandez le Dim 27 Juil 2014 - 15:35, édité 1 fois
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mar 22 Juil 2014 - 22:31
avatar
Invité
Invité


WAR BEGINS

Il y a comme une odeur de révolution dans l'air.

Dans les couloirs, on ne parle que de ça, de cette vague rouge qui va bientôt déferler sur le pensionnat. RED. Un groupe d'élèves en E en colère. Parmi eux, un homme attire beaucoup mon attention : Heath Ackland. Un individu fort intéressant dont j'ai appris beaucoup de choses en fouinant un peu. La principale donnée intéressante est qu'il avait créé Entropy. Il avait réussi à réunir des élèves sous une même couleur, le gris. Entropy avait échoué. Et maintenant il crée RED en disant qu'il va tout casser.

Pathétique.

RED n'est simplement qu'un regroupement d'élèves de classe E un peu plus jaloux des A que les autres. Oui, derrière leurs cris de protestations face au système des classes, il n'y a que ça : de la jalousie. Ils prétendent que nous les A, nous sommes des personnes arrogantes ; nous sommes seulement fiers de représenter l'élite du pensionnat. Ils se plaignent que nous avons le meilleur matériel ; ce matériel, nous l'avons mérité. Ils protestent parce que les professeurs viennent nous faire cours et pas à eux ; nous, nous les écoutons.

Je sais que la vague rouge allait bientôt passer à l'action. Alors j'ai noté tous les lieux sensibles du pensionnat. Toutes les nuits, à minuit, j'en fais le tour ; et à chaque fois je constate que encore aucune action n'a été lancée. À chaque fois, je ne sais pas vraiment ce que je ressens, du soulagement ou de la déception. Au fond de moi, j'avais envie que les choses bougent.

Cette nuit, je suis rentré comme d'habitude bredouille de mon tour. Mais impossible de m'endormir. Comme si je sens que quelque chose de grandiose va se passer. Les minutes, puis les heures, s'écoulent avec une longueur atroce. Toutes les demi-heures, mes yeux viennent rencontrer mon radio-réveil pour voir l'heure. C'est finalement aux alentours de trois heures que je me redresse sur mon lit. Il faut que je refasse mon tour.

Je sors discrètement de ma cabane et enfourche mon vélo. J'accomplis le tour des lieux sensibles. Arrivé au niveau de la porte du grand hall, mes doigts se crispent sur le guidon. Je m'arrête et tends l'oreille. Un bruit sourd me parvient. Un bruit de verre brisé aussi. Ça vient de l'intérieur, j'en suis sûr. Je planque mon vélo et m'approche de la porte. Je pose mes doigts et la tourne, le cœur battant. La porte est ouverte. Une poussée d'adrénaline envahit mes veines. Ils sont là, derrière cette porte. Ça y est, la vague rouge est lancée. Je rentre dans le grand hall.

Ce que je vois produit un mélange de sentiments étrange. L'étonnement de voir qu'ils sont vraiment passés à l'action, la pitié pour ces pauvres êtres désespérés, la colère de les voir tout saccager. La vague casse les murs, les repeint de rouge, brise les vitres, fait péter la plomberie. Je sais pas trop à quoi comparer ça. Ça ressemble plus à un chantier qu'à autre chose ; et les ouvriers sont très en colère. J'applaudis fort, très fort, de manière totalement ironique.

- Bravo, quel magnifique spectacle. Non, en fait, c'est très moche.

Je marche un peu, constate les dégâts. Pauvre grand hall. La seule partie du pensionnat d'origine qui restait ; et ils ont tout cassé. Je prends un air sérieux.

- La fête est finie maintenant, bande de cons.

Audace. Certes, je suis seul face à eux, mais je suis déterminé et le plus important : je n'ai pas peur. S'ils sont la vague rouge, alors je serai le barrage qui l'arrêtera.

[ HRP • Je me tape l'incruste %D S'il y a un problème, dîtes-le moi ;) • color : dodgerblue / #1E90FF ]
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mar 22 Juil 2014 - 23:55
avatar
Invité
Invité



RED
Ils se mirent naturellement au boulot une fois que les ordres du chef furent donnés. Pytha s’était contenté d'acquiescer brièvement avant de se détourner et se mettre à la tâche. Oui, il avait encore de la peine à lui adresser la parole comme avant, mais c’était compréhensible non? Il lui fallait du temps. Et puis, cette petite escapade nocturne lui permettrait de se défouler. La violence, le meilleur moyen d’apaiser sa colère selon le E. Colère alimentée par la trahison de Heath et Charlie, le manque d’attention à leur égard de la part du directeur et toutes les injustices qu’il pouvait y avoir dans ce pensionnat. Qui était sensé les aider, n’oublions pas.

Alors, c’est naturellement que le colosse abattit sa massue contre ces stupides décorations. Ruthel n’avait donc rien d’autre à foutre de son argent? Ne pouvait-il pas s’investir un minimum pour améliorer leur condition? Apparemment, non. Alors ils se vengent. On ne va pas dire qu’il ne l’aura pas cherché. Le roux n’a pas peur. Il ne se sent même pas coupable lorsque les dorures volent en éclat et s’écrasent au sol. Ce n’est pas la première fois qu’il commet un acte de vandalisme. Et pour le moment, c’était bien partie pour que ce ne soit pas non plus la dernière. Heath enclenche la musique et Pytha se met à siffler. Parce qu’en réalité, ça l’amuse, ça le décompresse. De voir toutes les merdes inutiles du dirlo détruits par lui-même.

Joach lui, sourit en entendant la musique. Il fait rouler la batte entre ses mains avant de donner un coup violent dans ses fameux vitraux. Et le bruit caractéristique de verre qui se brise retentit, pourtant couvert par la musique du leader. Que ce soit Pytha ou Joach, aucun des deux ne semblaient vraiment inquiétés. Ils savaient pourquoi ils étaient là et assumeraient toutes les conséquences. De toute manière, il était trop tard pour faire marche arrière. Le chicano joue de ses pieds afin d’éparpiller les morceaux de verre déjà au sol. Avant de prendre pour cible les vitraux restant.

Et finalement, une voix les interpelle. Les deux E lèvent alors la tête afin de découvrir quelle personne cela pouvait bien être, sachant que la voix ne correspondait à aucun des membres de RED. Joach plisse légèrement les yeux, l’air sceptique. Pytha, quant à lui s’approche du nouveau venu, reconnaissant ce dernier sans grande peine. Sex friend d’Alessandra. Évidemment. « Hum. Et qu’est-ce que tu vas faire? Nous assommer en étalant ta connaissance peut-être? » Il tape la massue contre sa paume libre, ne quittant plus le A du regard. Non, il n’allait pas le frapper. Il ne s’attaquera pas à lui si ce n’était pas nécessaire. Les indications d’Heath étaient claires: On attaque pas tant qu’on est pas attaqué. « Allez, fais pas le con. » Le roux passe un bras autour de son épaule, faussement amical. C’est pas parce qu’il baise de temps à autre avec Alessandra qu’il allait l’apprécier.

Alors, Pythagore tente de l’entraîner vers la sortie, sans se montrer trop brutal. Juste lui faire comprendre qu’on va pas de lui ici et qu’il ferait mieux de déguerpir avant que tout aille mal. On lui laissait une chance après, à lui de voir s’il voulait la saisir ou pas. « Les dortoirs, c’est par-là. » Et il lui adresse un sourire, un faux sourire, plus menaçant qu’autre chose. C’est ce qu’il voulait. Le dissuader de continuer, d’essayer de s’imposer. Parce que RED ne reculerait devant rien. S’il attaquait, le roux n’aura aucune pitié. Il deviendra alors ce tigre prêt à tout pour éliminer l’intrus empiétant sur son territoire.
love them! Joach : #6e022b ▬ Pytha :  #A5001C
© kristen
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mer 23 Juil 2014 - 4:06
avatar
Invité
Invité


Inquiétude.
Depuis ta discussion avec Elise, l'histoire à propos de RED et de leur motivation trottaient de plus en plus dans ton esprit. Tu t'imaginais ce qu'ils pourraient accomplir et à chaque fois ça te faisais rager à un point tel... Vraiment... Tu n'avais rien contre leur volonté d'avoir une égalité, un semblant d'équilibre. Mais de là à vouloir détruire ta maison, ton foyer... Ton école. Tu n'étais pas d'accord. Pour toi, ce n'était dès lors que des pauvres cons comme le ranker... Ils voulaient l'équilibre par la destruction.. Que c'était mignon et adorable, vraiment. Oui oui, et tu le crois franchement quand tu te dis qu'ils sont voués à être encore plus mal aimés qu'ils ne sont déja. Cette violence était si débile et déplacée. Si risible et si amusante à la fois. Tu ne savais plus quoi penser. Et avec ce qu'Elise t'avais dis l'autre soir... Tu ne savais plus comment réagir vraiment sur le coup. Ça t'énervait... Ça te bloquait... Ça te grugeait de l'intérieur... Mais en même temps... Au fond de toi, tu restais toujours d'Accord avec tout ce qu'Elise prônait... Mais Prismver, l'endroit où vit depuis si longtemps... Tu n'es pas d'accord sur la destruction de cet endroit si merveilleux...

C'était pour ça que tu avais commencé à surveiller ta meilleure amie pour voir ce qu'elle projetait. En temps normal, tu n'aurais jamais été aussi disgracieuse envers elle. Mais c'était un moment extraordinaire et tu voulais t'assurer que ton amie n'allait pas... détruire ton passé aussi stupidement. Ça te puais royalement au nez de devoir t'en prendre aux convictions de ton amie... Mais il fallait que tu fasse un choix. C'était un choix qui te faisait effroyablement mal... Mais tu y étais contrainte...

Silencieuse, tu avais observée ton amie le plus souvent que tu pouvais... Et le soir venu, tu avais redoublé de vigilance comme à tous les soirs pour t'assurer qu'elle n'allait rien faire comme les derniers jours.. Mais cette fois-ci se fut différent. ELise sortie de la cabane très tardivement. Surprise de son geste, tu avais décidée de la suivre en silence. Drapée de ta cape d'invisibilité que tu avais reçue il y a longtemps de ça, tu l'avais suivis en silence sans rien faire. Tu voulais voir ce qu'elle ferait, ce qui se tramait... Tu attendis tout le temps en silence à plusieurs mètres de distance. Tu étais intriguée et inquiète sur ce qui se tramait. Et quand tu arrivas proche du grand hall, tu préféras ne pas y entrer. Tu restas à l'extérieur à les observer un moment. Ton coeur s'était plusieurs fois serré à chaque geste que tu voyais posé. Tu avais mal, tu souffrais à la vue de ça. C'était une part de ton passé si cher... Ça t'énervait déja tellement. Tu observas longuement Elise en silence... Tu devais bouger... Mais en même temps, la présence de ton amie te faire reculer. Tu étais dans une profonde réflexion jusqu'à voir apparaître Scott... Curieuse, tu le regardas et écoutas agir... Jusqu'à finalement regarder pytha l'escorter si délicatement...

Un soupire filtra de tes lèvres... suivit d'un léger psshh énervé... Enlevant ta vieille cape tu la resserras en dans ton petit sac comme si de rien n'était... Puis après avoir rabattue la capuche de ton chandail kangourou, tu glissas tes mains dans les poches. Ainsi prête, tu décidas finalement d'entrer dans le grand hall. Regard bas, tu avanças lentement à pas calculé à l'intérieur. Tu ne portas aucune attention à scott et pytha quand tu passas proche d'eux... Sous tes pas le sol se cristallisait peu à peu où tu marchais, s'étendant légèrement.

'' Détruire le passé d'un bâtiment pour être entendu, pure foutaise. Lâchas-tu simplement d'une voix assez forte pour être entendue alors que tu marchais, jusqu'à te rapprocher lentement de leur 'base d'opération' improvisée. Après ta courte marche, tu finis par t'arrêter à une quinzaine de pas. Tu n'avais pas redressé ton regard encore pour les regarder.... Ils n'en valaient pas la peine.

'' Je viens pour jouer. J'espère que ça va être amusant. Vous semblez divertissant un minimum. Quelqu'un m'avait conjuré de ne rien faire.. Mais bon, je vais m'occuper de ce problème... Après, j'irai m'occuper d'Anshu... Et des S...

Un sourire appart alors sur ses lèvres alors qu'elle redressait son regard pour les observer un moment, alors qu'elle faisait agrandir brusquement la zone où le plancher devenait gelé, ses mains retirés de ses poches étaient déja entourées de cristal.

''Désolé Elise, je n'ai pas pue résister.'' Lâcha-t-elle simplement, jetant un court moment son regard vers Elise, son visage expriment facilement son ennui et sa tristesse...



-Hrp_ Vais ptête mettre un codage plus tard, si un prob mp -hrp-
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mer 23 Juil 2014 - 16:26
avatar
Invité
Invité




#045FB4
Je jetai un oeil sur les autres acteurs principaux de cette destruction, laissant Gautier faire son travail. Les actions se déroulaient vite, très vite, assez pour ne plus s'inquiéter du temps que nous avions à disposition. Tout allait pour le mieux, et j'avais beaucoup de mal à y croire, à croire que tout se déroulerait sans encombre.

Et j'eus raison de douter.

J'entendis une voix, qui n'était ni celle d'un des membres présents ici, ni celle de Heath. C'était celle d'un élève que je n'avais jamais aperçu, ou alors une fois sans y prêter attention. Un élève de petite taille que je fixai à l'instant où il termina sa première phrase. Sa remarque aux tendances ironiques me fit comprendre qu'il souhaitait s'opposer à nous, nous mettre des bâtons dans les roues et peut-être même par la force. Mais, je ne le craignais pas. Il était seul, sans aide, sans renfort, et je ne pensais pas qu'il pourrait vraiment nous blesser. Pytha eut donc le réflexe de venir à sa rencontre pour l'éloigner pacifiquement, montrant assez explicitement qu'il ne le frapperait pas. Alors, je soupirai longuement et oubliai déjà l'intervention de l'opposant.

Cependant, une deuxième opposante entra en scène, une deuxième voix que je connaissais mieux que quiconque. Ce fut Sélène.
Ah, je l'adorais, je l'avouais, elle était la personne qui m'était la plus chère dans ce détestable pensionnat. Mais. Son manque de compréhension m'eut déçue, cruellement déçue. Je ne pouvais pas lui demander de nous comprendre pleinement, elle qui n'avait jamais subi les mêmes injustices que nous, elle qui avait bénéficié des plus grands privilèges. Mais simplement de ne plus nous critiquer, simplement de nous respecter un minimum, de respecter les envies vengeresses de quelques âmes désespérées et exaspérées. Quand je voyais que même Cassandre ne m'avait rien reproché, je trouvais que l'attitude actuelle de Sélène fut quelque peu dégoûtante. Et le plus dégoûtant, de mon point de vue, était de nous qualifier de "divertissants", "d'amusants." J'eus l'impression qu'elle prendrait plaisir à piétiner nos sentiments, elle aussi, comme le reste de Prismver, qu'elle était du camp de ces opposants sadiques.
Elle disait vouloir jouer, et nulle autre que moi ne pouvait mieux saisir le sens exact de ce mot. Elle voulait se battre. Je restai là, scrutant les cristaux se répandant sur le sol petit à petit d'un visage impassible, avant de soupirer et de diriger mon regard vers le reste de l'équipe.

▬ Je m'en occupe. Continuez seulement. dis-je d'une voix monocorde.

Je m'approchai de Sélène, doucement, pour lui montrer que je ne me préparai pas à l'attaquer. Elle connaissait la Elise qui se battait pour s'amuser, la Elise qui courait pour donner un coup de poing ravageur, la Elise sportive qui ne prenait pas le temps de marcher en pleine action, du début à la fin.

▬ Parce que tu aurais une autre manière de se faire écouter ? Désolée, je sais que tu considères Prismver comme ton foyer, mais ton foyer refuse de nous écouter d'une quelconque autre manière. Ton foyer nous déteste, et nous le détestons aussi, à présent. expliquai-je d'une voix dure.

Moi aussi, je considérais Prismver comme ma maison, d'une certaine manière. Prismver était mon domicile depuis quatre années, depuis mes quinze ans. Néanmoins, depuis toujours, le terme foyer eut toujours sonné comme un enfer terrestre pour moi. Un lieu où j'étais sans cesse rabaissée, pas respectée, pas aimée, pas désirée, et ce, que ce fût mon ancien foyer avec mon père alcoolique, ou Prismver avec son administration injuste et tyrannique. Mon foyer, je l'avais toujours haï. Mon foyer, j'avais toujours envie de m'y sentir à l'aise, ou de le détruire si ce n'était guère le cas.

▬ Nous sommes ici pour détruire, certes, mais je te préviens, s'il y a une bagarre et des blessés ici, tu seras la seule responsable, Sélène. Nous, nous ne ferons que nous défendre parce que tu nous attaques. Nous n'avons pas l'intention de blesser quelqu'un lors de nos opérations, ce n'est pas notre but et ça ne l'a jamais été. prévins-je d'un ton sévère, accentuant le mot "tu" à chaque fois.

Pytha illustrait parfaitement mes paroles à l'instant. Il avait la réputation d'être une brute qui frappait plus qu'il ne parlait, parfois qualifié de pauvre écervelé. Une brute qui cognait tout ce qui l'agaçait, sans retenu. Et pourtant, il conduisait gentiment le petit gêneur hors des lieux. Alors, j'attrapais ses bras tendus, me crispant un peu en sentant les cristaux se répandre sur ma peau. Et en tentant de résister à la douleur, je la forçai, à l'aide de mon don, à l'éloigner du hall.

▬ Ça va peut-être t'étonner, mais je ne veux pas de bagarre. Tu connais le chemin jusqu'au bungalow. marmonnai-je avec peine, à cause des cristaux.
H.S : rien à rajouter

∆ RadioEuphoria for Prism


Dernière édition par A. Elise Fernandez le Dim 27 Juil 2014 - 15:38, édité 2 fois
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Mer 23 Juil 2014 - 20:55
avatar
Invité
Invité



It sounded a bit like a "boom"

Vous quittez la chaleur du bar pour vous retrouver à marcher dans les rues de la ville, titubant légèrement à cause de l'alcool absorbé. Il est tard, ou plutôt très tôt selon les points de vue et mieux valait rentrer vous coucher avant qu'il arrive une emmerde. Dans les rues ce soir on entend que vous, des rires et des cris un brin sauvages et amusés. Ivres vous l'êtes, toi sans doute moins que lui, juste assez pour ne pas faire attention où tu mets les pieds en fait. Et t'es déjà tellement maladroite de nature Alessandra... Il tombe sur toi, t'embrasse avec toute la passion d'un mec bourré contrôlant un minimum -très minimum- ses gestes, puis après avoir lutté contre vos pulsions pour ne pas vous déchirer les vêtements sur le gravier, vous reprenez la route tranquillement comme deux grands enfants. Deux grands enfants guillerets que rien ni personne ne pouvait atteindre.

3:10 AM
Vous escaladez les grilles le plus discrètement possible, étouffant quelques rires indiscrets par peur de vous faire repérer. Personne ne niera votre connerie ce soir, vous blaguez le moins fort possible, résistant de moins en moins à la tentation de le faire là, maintenant tout de suite. Alors vous variez les sujets, pouffez comme de gros gamins découvrant les premières joies de la vie. Vous avancez, trébuchant plus d'une fois à cause des racines et quelques fois même à cause de rien, et à chaque fois vous avez prit cette manie de placer une main sur la bouche de l'autre pour ne pas ameuter tout le monde. Complètement con. Complètement vous.

Puis il y a ce bruit sourd qui vous fait sursauter. Ce bruit, que vous venez d'ailleurs juste de remarquer, qui continue encore et toujours de façon régulière. Des boom, des paf, des bruits de verres qui se brisent. Un massacre pour vos pauvres oreilles fatiguées. Vos regards se croisent, le sérieux s'amène doucement alors que la curiosité est piquée à vif. Mais qui peut bien foutre un souk comme ça, à une heure comme ça. Le genre de personne qui ne tient pas à sa vie, tac o tac instinctif. Vous suivez donc le chemin avec cette envie monstrueuse de découvrir le fin mot de l'histoire, et c'est non sans une légère surprise que vos pas vous mènent près du grand Hall de Prismver.

Boom. Des voix, quelques bruits encore, mais surtout des mots. Durs, froids, des mots qui n'appellent pourtant pas à la rébellion, pas encore. Des explications. Tu trouves sa main pour l'attirer dans un coin sans vous faire repérer. Avec tout ce qui se passe, mieux valait être trop prudent. Papier et crayon en main, parce qu'une bonne prismverienne ne se trimbale jamais sans tout un attirail divers et varié, tu écris quelques mots, maladroitement. On le sent que t'as quand même un coup dans le nez, mais bon. Tu plies et tu réveil la lézardette trop bg qui sommeil au fond de tes affaires, lui demandant de "se bouger la queue pour amener se papier à Ashley." Parce que blondie pute elle connait pas encore et qu'elle aurait été capable d'aller trouver Tartiflette pour lui délivrer. Quoique, ça aurait pu servir en fait, mais no. Flemme d'alerter tout le quartier.

- Bon, now on fait une entrée de bg mec. Genre ils vont pas s'attendre à tomber sur the couple u seeeeee et du coup tu vas voir, la gueule de Pytha va être épicdfghk.

- J'ai hâte de voar sa tronsh.

On-va-trop-ri-go-ler. Trop vous faire latter aussi, mais c'est pas très grave si l'alcool vous a grillé un boulon. On s'en remettra de vous deux à l'hosto parce que trop con pour vous éclipser et ne pas jouer les guignols. Quoique. Vous n'êtes pas si ivres que ça en vérité, juste assez pour avoir oublié comment marcher et garder votre sérieux. C'est avec mal que vous vous hissez jusqu'aux portes d'entrées, face à tout ce beau monde visiblement très motivé.

A la lueur de la lune voit un carnage déjà bien entamé. Du verre au sol, des vitraux brisés, de la peinture sur les murs, des restes d'ovni (les tables) éparpillés un peu partout, et du cristal. Beaucoup de cristal. Parce qu'il y a cette nana un peu bizarre, là au milieu, cette nana que t'as toujours trouvé dingue mais qui ne t'as jamais effrayée. Une grande gueule de plus, un brin trop pseudo-menaçante pour toi qui prônait nudisme et coucherie à longueur de temps. Sélène. Et il y a Scott aussi, Scott qui se faisait ramener vers la sortie au même titre que la A, avant que vous n'apparaissiez pour bloquer le chemin. Et c'est Pytha que tu toises le premier. Pytha parce qu'il est ton meilleur ami et que t'as mit une grosse seconde avant de comprendre ce qu'il foutait dans un merdier pareil. Pourtant tu le savais, mais l'alcool tout ça, m'voyez. Mais osef, il est là alors autant en profiter comme il se doit non ?

- Stooooooooooooooooooooooop ! Vous bougez plus, vous parlez plus et vous me regardez plus comme ça avec vos yeux de frustrés trop jaloux de notre supériorité ok. J'vous aime pas moi et pourtant j'ai pas envie de me casser la gueule avec vous ce soir. PARCE QUE MERCI LE CADEAU DE RETOUR DE SOIREE HEIN ! Regard à ton meilleur ami. Regarde Pythaaa.. J'ai dû me trimballer mon mec parce que tu voulais pas venir bordel.. Et t'as vu comment il est Nath' là ? Il est défoncé... Big smile du concerné.

- Azyyy, j'suis pas si défoncé qu'ça, t'abuuuses.. Rire, fixe Pytha. T'es vraiment vraiment méchant Pytha de l'avoir laissé tomber, bouuuuh...mais t'inquiète mec j'm'en suis bien occupé.

- Owiii tellemeeeeeeeeent ! Rrraaaaaawrr..

Tu ris parce que tu peux pas t'en empêcher, et ils vont tous croire que t'es achevée avant même qu'ils te frappent mais c'est pas le cas. Pas totalement. Et tu le vis bien parce que t'as picolé et que t'es de bonne humeur, alors on fuck tous le sérieux et on bouffe de la connerie à pleines dents ce soir, ok ? En fait c'est pas vraiment une question. M'enfin. Clin d'oeil à Nathan, tu places tes mains en porte-voix pour te mettre à gueuler. Mais pas à gueuler nimp' parce que sinon c'est pas marrant. Un peu de tenue, t'es Alessandra Wälkky quoi. Bordel de bordel de mes deux.

- HEATH JE SAIS PAS OU T'ES MEC MAIS JE SAIS QUE T'ES LÀ ET QUE T'ENTENDS TOUT ALORS RAPPLIQUE NOW OU J'VIENS TE CHERCHER PAR LA PEAU DU CUL OK. Tsch.. P'tit con va. T'as pas encore totalement zappé le fait que ce connard ait trahit Pytha, et tu l'as pas franchement digéré non plus alors les insultes, c'est de bonne guerre. Hmm.. En l'attendant tu toises un à un les membres présents, même Scott que tu gratifies d'un sourire légèrement pervers, descendant avec provocation le regard vers la partie la plus intéressante. Puis ton sourire se rétrécit pour se loger sur un coin de tes lèvres et tu parles. Un peu dans le vide mais tu parles, servant de béquille à Nathan qui en fait de même pour toi. Boooooon, soyons sérieux. Je suis pas trop bourrée en vrai alors j'suis encore à moitié capable de voir que vous faites des trucs qui me plaisent pas. Putain les gars vous êtes trop cons, on dirait une bande de lopettes là. Genre Morgan t'sais...

Et c'est tellement pas un compliment en fait.



LE CODE EST DE SONY JTM BBEY| MI-AOÛT
PS : ASHLEY SE POINTE AU PROCHAIN POSTE JVM.

Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Jeu 24 Juil 2014 - 12:47
avatar
Invité
Invité




P’tit tour nocturne en ville pour ranger quelques affaires loin d’un Kéane fouineur qui devra se contenter de mon tiroir à petites culottes. P’tit tour dans des ruelles un peu glauques pour un début de repérage des lieux en mode « j’me suis perdue, don’t mind me ». ‘Fin si seulement la démarche débordante d’assurance ne trahissait pas ce léger manège. Bref. Next time, j’irais jeter un œil dans la boîte de ce prof de maîtrise de pouvoir.

Retour au bercail, enfin presque. Sur le chemin, la décision est prise d’aller jeter un œil sur le sweet boy prénommé Léo. Juste pour voir si il a toujours la gueule déglinguée. Poor lover. Even with your douchebag issues, one day, you're gonna feeling much better. Remarque, ça attirera peut-être plus de filles. Intrusive, je le retrouve à la même place que la dernière fois et viens m’asseoir à ses côtés. Trop près. Mes jambes s’étalent en travers de ses cuisses, mon coude se plante dans sa clavicule, un doigt vient lui poker la joue. Pour appuyer là où ça pourrait encore faire mal.

- Besoin d’un câlin ? D’une distraction ? D’un remontant ?

Le petit sachet suspendu entre deux doigts tendus vers lui se rabat vivement dans ma paume lorsqu’il tend une main.

- Mais t’es pas obligé. Pas tout de suite en tout cas.

Les pieds trépignent dans le vide, une légère impatience se répand dans les muscles alors que mon sourire s’étire.

- Viens. On va se balader en amoureux.

C’est certainement l’influence de Karmele qui me joue des tours. Le zonage de batgirls (en compagnie d’un batboy pck Robin il pue un peu) a pas d’heures va devenir une habitude à cause d’elle. Mais bien vite, le p’tit cul zigzaguant d’une blonde bruyante et son acolyte de la nuit attire notre maigre attention. Et puisque je n’ai pas eu à retenir mes ardeurs d’intoxiquées, l’envie d’espionner les espions me saisit. Parce que du bruit les a attiré comme le miel pour les ours, nous, on se tapit dans leurs ombres pour faire de même et donner du grain à moudre à nos vilains défauts.

Sneak a peek. Ah oui, c’est donc ça. Les « red trouble-maker » sont entrés en action –même si c’est peut-être un peu leur flatter l’égo d’en dire autant. Le p’tit Scott est là -it’s always the short ones you have to watch out for. La princesse de cristal aussi. En prise avec… Shit, j’vois pas, te mets pas devant Léo. Et la classieuse Alessandra fait son show –diva. Mais elle est où la vague rouge ? Si on décide de se montrer, on arriverait presque à égalité. Rrrawr~ Regard entendu à Léo, même si en réalité, on ne sait pas ce que l’autre va faire. Mais on se fait confiance ( ; Fière et railleuse, je sors de mon sac un bout de tissu que je montre à mon partenaire.

- 50 prism’ que j’en embrouille au moins un.

Clin d’œil. J’abandonne mon sac à ses pieds, avant de placer le tissu rouge sur le bas de mon visage et de nouer le tout. Tout de suite dans la foulée, je me faufile jusqu’à la bande qui se toise, s’agite, se défie, s’oppose doucement et tout le toutim. Je glisse vers l’un deux, accapare son attention lorsque mes pieds écrasent les bouts de verre devant lui. Eye contact. Face-to-face. Que je prends soin de concentrer rien que sur moi en posant une main sur son bras. Mon don s’active. J’abaisse d’un doigt le foulard qui dévoile mes lèvres. La persuasion se murmure lentement car il n’y a pas besoin de plus ou de grand discours recherché. Ma voix fait son effet.

- ‎Hey... Tu crois pas qu'il vaut mieux baisser cette batte ? Tu vas finir par te blesser ou blesser les autres… Et tu es trop gentil pour ça. Alors oui, c'est tout ce qu'il y a à faire. Me donner cette arme pour que je la mette en sécurité, c'est la seule chose à faire. Pour cette nuit en tout cas. Il vaut mieux que tu lâches cette batte et que tu me la laisses. C'est plus sûr. Pour toi, tes amis, tes frères. Pour tout le monde.

La simplicité toute ridicule de mes mots s’insinue en quelques secondes et convainc Joach de me céder l’objet de bois. Parce que ce n’était rien. Parce qu’il était distrait. Ça a été facile. Sourire goguenard à Léo, je m’éloigne déjà, posant la batte sur mes épaules, la faisant tournoyer de temps à autre dans le vide.

- Vous en faites du bruit…

Coup de fesses à la blonde à qui je n’accorde pas plus de commentaires. J’ai mieux à saluer.

- Hey smokette gurl ! Souffle dans ses cheveux d’un blanc lunaire. Tu dessines quoi de moche ? … Penchée en avant, je feins l’intérêt à son œuvre en plissant des yeux. …Tu veux pas me dessiner un mouton plutôt ? Un mouton égorgé qui baigne dans le sang à cause des méchants loups.

Quelques secondes en suspension. Est-ce qu’elle va rétorquer ? M’envoyer bouler ? Mais elle est un peu lente. Ou alors elle tente de m’ignorer. Et l’impatiente que je suis se balance sur ses hanches, les deux mains sur chaque extrémité de la batte et la provocation au fond des yeux.

- Ah mais oui, c'est vrai que c'est vous la meute de loups enragés. Regard qui balaye l’assemblée. Alors ça y est ça grogne… Oups. Ça hurle et mord sévère c'est ça ? Et il est où le chef ? Comme Alessandra, je cherche Heath des yeux. Il a déjà abandonné ses sous-fifres ? Mon visage revient sur la graffeuse, veillant à ce que ma voix porte tout de même bien plus loin. Non parce que après tout, avec son don à lui, qu'il le maîtrise ou pas, au pire ça va être quoi ? Une pensée cochonne qui va le faire bander ? Une prise de tête qui va lui filer la migraine ? Ouuuh, dur. ... Non vraiment, c'est peut-être pour ça qu'il se contente de tout casser en se fichant que ses agissements aient un impact ou pas et que les inégalités disparaissent ou pas. C’était peut-être juste un coup de bluff en fait ? Parce qu'il risque pas vraiment grand chose en ‎fin de compte apparemment. Maaiiis... Regard et sourire narquois sur Jacky avant de vriller d'un coup sûr Pythagore. ... Toi, un jour, tu deviendras tout rouge colère et ta baraque s'écroulera sur toi, ta femme et tes gosses ? Mmh c'est sûr, c'est plus emmerdant.

Mine faussement concernée, un brin gamine dans le choix de mes mots. Mais oui mais oui. J’ai fait mes devoirs et je m’inquiète pour la populace. J’suis en A après tout. Mais quand l’un dévoile sa vie sur les réseaux sociaux et que les autres tentent de rester plus discrets, il suffit juste de demander les infos à qui de droit.

Je dodeline de la tête, tangue volontairement sur mes deux pieds. Dérision. J’en profite pour pointer le ridicule tout de suite en minaudant. Pourtant, dans le fond, loin de moi l’idée de juger Heath. C’est juste histoire de mieux mesurer ce qui se trame de palpitant dans mon nouveau lieu de vie et de montrer un certain intérêt...

[#663333] NORAJ. LUV ♥♥ codage par Junnie sur apple-spring. Modifié par Lix. Thks ♥ Re-bidouillée par moua.
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Jeu 24 Juil 2014 - 15:06
avatar
Invité
Invité


Arrogance. Stupidité.
C'est ce que m'inspirent l'arrivée de ces opposants à Red.

Le premier reflète la parfaite inégalité entre nos classes. Son air de gosse de riche m'arrache un sourire ironique, dans l'instant où je lui accorde un bref regard, plus blasé qu'apeuré. Il est seul. Nous sommes six. Tout est dit - même s'il nous sortait un pouvoir puissant, il nous suffirait d'une simple ouverture pour venir à bout de lui. Notre confrontation contre Prudence l'avait prouvé, quand nous nous battions encore sous le joug d'Entropy - éprise d'arrogance, elle avait bouffé le coût de sa chaise hors de prix. Peut-être était-ce pour ça que la salle des A était remplie de fauteuils - enfin, laissez-moi vous dire que quand on a assommé la déléguée des A avec du mobilier, ce n'est pas un élève de sa classe qui va nous effrayer. Aussi cool puisse être sa punchline. Celui-ci avait deux problèmes : il donnait toujours cette impression d'être né avec une cuillère en argent dans le cul, bien qu'il tente de se donner un air méchant, et sa punchlin était moisie.

Je faillis lâcher un rire, me disant qu'il valait mieux ne pas envênimer les choses, si, dans un élan de raison, il décidait de quitter la salle - toutefois, je soupçonnais que la nouvelle arrivante l'en dissuade. Je détestais cette fille - et pas seulement parce que les initiales de son nom donnaient SEX. Son air arrogance, somnanbule et d'avoir déjà tout vécu dans la vie - elle avait le don de m'agacer prodigieusement rien qu'à l'entente de sa voix. Je refoulais l'envie d'un spectaculaire "Ta gueule" à son égard, contenant toute cette colère dans un violent coup dans la table qu'Elise m'amenait - en oubliant même d'aller prendre la batte de Joach selon les indications de Heath. Soupir, tandis qu'elle entamait son discours misanthrope, Elise venant se planter en face d'elle. Génial - j'étais désormais obligé de me les amener moi-même. Je fis quelques mètres en soupir, éclatant d'un coup de poing une nouvelle table - non sans douleur, mais au moins, il y avait de l'efficacité.

Parfois, j'aimais ce don de Berserker - c'était comme boire un baril d'adrénaline, et sentir sa force décuplée - dans mon cas, ce n'était pas qu'une sensation : j'étais bien plus fort.
Sourire satisfait. Casser les choses avait du bon, ça permettait de se canaliser. Dommage que mon plaisir fut de courte durée, écorché par l'arrivée de la blondeur par excellence, Alessandra. Le truc, c'est qu'elle avait eu la mauvaise idée de ramener un autre pote - et j'aurais peut-être été inquiété par l'arrivée de ces deux grandes personnes si elles n'étaient pas totalement déchirées. Une blonde et un roux - comme quoi les pigeons ne volent qu'avec les pigeons. Si Morgan est une lopette, ils sont inqualifiables. Soupir de pitié à l'égard de ce qui ne semblait être que deux imbéciles, et je me contentais de les snober royalement, arrivant vers une nouvelle table que j'éclatais cette fois d'un coup de pied. Les morceaux volèrent en éclats tandis que mon sourire s'élargit à nouveau - et comme en réponse à ce plaisir nouveau, une nouvelle opposante fit son apparition.

Il faut croire que quelqu'un avait annoncé une réunion pour les connards dans le Grand Hall, parce que je ne voyais pas d'autre explication.

La différence, avec cette fille, c'est qu'elle avait une cervelle. Ses actions m'auraient presque arraché un sourire - elle au moins, n'était pas venu pour se planter devant notre groupe et tenter de nous assassiner avec une punchline ridicule. Elle commença par voir Joach, lui subtilisant sa batte d'une façon peu orthodoxe. Mes yeux se plissèrent, enregistrant l'information : pouvoir d'ordres absolus ou de persuasion. Bref, il valait mieux lui péter les dents avant tout - autant pour son pouvoir que parce qu'elle parlait trop. Les métaphores des animaux, ça allait un moment - et quand elle se tourna enfin vers Pytha, je n'y tiens plus.
Non, sérieusement, la philo, on craque tous à un moment donné. Je m'approchais à grands pas dans son dos, ma main empoignant fermement la batte qu'elle avait prise à Joach. Un coup sec vers moi pour la reprendre - elle pouvait être forte, un Berserker l'était davantage. Je peux vous dire qu'à cet instant, la tentation de lui éclater l'objet sur le crâne était gigantesque. Je me contentais cependant de la regarder droit dans les yeux - la défiant comme elle avait osé le faire pour Joach, mais avec un petit sourire ironique aux lèvres.

- On a tous entendus parler de toi, à cause de Shu. Très sincèrement, j'pensais que tu serais de notre côté. T'as fait de la taule, tu dois comprendre ce que ça fait d'être considéré comme une grosse merde.

Et j'abats la batte sur la table à côté d'elle, dans un geste rapide et précis - mais nous savons tous deux que l'action a une conotation autre que celle d'une rébellion contre un pensionnat injuste. C'est clair ; la prochaine cible, si tu ne dégages pas dans la minute, c'est toi. Pourtant, mon sourire ne quitte pas mes lèvres alors que je lance la batte à Joach qui l'attrape en pouffant de rire - comme si j'avais besoin de ça pour éclater un peu de produit Ikea. D'autant que j'ai toujours rêvé de le faire, pendant ces grandes escarpades dans ce magasin avec mes grandes parents où j'ai dû voler quelques dizaines de leurs crayons. Comme quoi, chacun trouve son plaisir dans la vie - baiser, troller, casser les choses, on a tous quelque chose.

- Faudra penser à engager la Reine des Neiges, lançais-je avec un coup de menton vers Sélène. Aucun d'entre nous avait pensé à transformer la salle en patinoire. Manque plus qu'à trouver le moyen de lui faire fermer sa gueule.

Dommage pour vous, mais vous n'êtes pas les seuls à être exemptes de peur. Et, sur cette dernière provocation, c'est une nouvelle table qui vole en éclats - un coup de talon pour mettre le bois en pièces. Prendre tout avec humour m'aide à contrôler mon pouvoir - s'amuser, profiter, c'est ce qu'a dit Heath. Ces indications ont été bien plus précieuses qu'il ne le croit. Peut-être bien pourrais-je arriver à mieux contrôler ce pouvoir - pour continuer la lutte.
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Jeu 24 Juil 2014 - 18:44
avatar
Invité
Invité


coucou c'est nous ☻
coucou c'est vous
Ils planent. Délire total. S'approchant maladroitement de l'endroit d'où venait le vacarme, ils attérirent devant le hall. Nathan resta figé un instant, haussant un sourcil. Des voix se firent entendre, apparemment mécontentes. ça avait pas l'air d'être la fête à l'intérieur dis donc. Nathan n'avait pas envie de rester, ça sentait la merde et il avait pas spécialement envie de s'y fourrer dedans. Il voulait juste kiffer le restant de la nuit avec Alessandra. If u know what I mean. Alors il lui lança un regard, air de dire "on décampe ?", espérant ainsi qu'elle soit sensible à son appel. Mais ils avaient surement trop bu pour les messages implicites puisqu'elle lui prit la main pour l'emmener à quelques pas de là histoire d'écrire un message. Perplexe, le roux la regardait faire, attendant qu'elle lui dise ce qui se tramait dans sa petite tête blonde.

Bon, now on fait une entrée de bg mec. Genre ils vont pas s'attendre à tomber sur the couple u seeeeee et du coup tu vas voir, la gueule de Pytha va être épicdfghk.

Oh god, cette idée était jouissive. Elle avait les mots pour le convaincre. Quoique Alessandra était toujours très convaincante.

- J'ai hâte de voar sa tronsh.

Grand sourire, l'alcool allait une fois de plus lui faire faire une connerie. Mais il en avait strictement rien à foutre, quitte à foutre la merde autant le faire à fond rwar. C'est ainsi qu'il l'accompagna à l'intérieur, se retenant comme il pouvait de rire. Il leva les yeux vers les personnes présentes, les dévisageant sans retenue avec un sourire idiot collé sur la tronche. Il avait beau faire l'effort, il ne reconnaissait personnes, à part ce bon vieux Pytha à qui il avait lancé un sourire en passant.

- Coucou c'est nouuuus

Il avait bu, beaucoup, peut-être trop ou pas assez selon lui, et ça se sentait, ça se voyait. Il laissa parler Alessandra, qui elle semblait encore en possession de ses moyens. Et il avait cette putain d'envie de lui sauter dessus, là, tout de suite. Mais elle parle et lui baragouine quelque chose à l'intention de l'autre roux, il se rend pas compte des conneries qu'il dit, faut pas lui en vouloir. Elle rit et il en fait de même, s'appuyant sur la belle.

Elle hurle, gueulant pour quelqu'un qui n'était pas là. Heath. Il râle, fronçant les sourcils parce que ça lui donnait mal à la tête.

- pas b'soin d'gueuler p'tain...

Coup du sort ou véritable magie, une brune fit son apparition. Parlant de tout et de quelque chose que Nathan s'en fichait éperdument en fait. Il balayait la salle du regard, contemplant la manière qu'ils avaient de redécorer la salle. Attendant que mam'zelle ait finit son speech avec monsieur-je-casse-des-tables-bouh-je-fais-peur, il prit la main d'Alessandra et la serra contre lui, ou plutôt se posa sur elle pour ne pas tomber.

- C'est cool de redécorer le hall, ça r'ssemble un peu plus à la salle des E, sauf le sol dégueulasse là. Hey miss tu pourrais faire un effort de déco quand même...

Manque plus qu'à trouver le moyen de lui faire fermer sa gueule.

- La tienne aussi.

Et il lui adressa un grand sourire. Les yeux dans le vague il fixa le destructeur-de-meubles. olol on dirait un super méchant dans les films. Taggle Nath' t'es défoncé.
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Jeu 24 Juil 2014 - 19:25
avatar
Invité
Invité





go with me.

Plus un bruit ne montait aux étages supérieurs. L’escalier et les couloirs semblaient morts. C’était comme l’un des silences étouffés avant le coup d’envoi.  Si je me souviens bien c’était aujourd’hui, j’espère ne pas m’être trompé. Pourtant il n’y a personne aux étages supérieurs. Je longe tout de même le premier étage, certain de croiser l’un d’entre eux.

Ce bruit fracassant m'ouvrit rapidement les yeux, RED venait tout juste de commencer les hostilités. C'est la gorge nouée que je fais demi-tour vers les escaliers les plus proches pendant que des voix se fient entendre, lointaines, comme soufflées dans des tuyaux. L'idée de la savoir blessée me hante l'esprit. C’est sans aucun doute cette angoisse qui vaut ma présence, il faut que je la ramène à la raison, elle n'a rien à faire ici, les risques sont trop importants. Je ne voulais en aucun cas voir leur chef, ni avoir à leur parler, qu'importe qui ils sont, qu'importe ce qu'ils veulent, je ne suis pas venu pour eux. Je n'ai jamais pesé le pour ou le contre à propos de RED, jusqu'à avoir été informé qu'elle y était. Alors après avoir demandé des informations  j'ai cru comprendre l'essentiel ; Quelques personnes regroupées, remarquées et connues par leurs violents méfaits. Je n’ai surement pas d’importance au sein de cette guerre mais je ne peux pas supporter la savoir dans cette merde.

Une fois arrivé, je pouvais constater que pas mal de monde y était déjà. J'avance alors, discrètement, la cherchant impatiemment du regard. Je scrute l'endroit,  espérant qu'il ne lui est rien arrivé. Ces gens, ils m'étaient tous inconnu, à l'exception de Charlie. Je la croyais déjà au lit, elle n'avait pas l'air de vouloir sortir tout a l'heure. Je commence à me demander si j'ai bien fait de m'en mêler. Non, je chasse rapidement cette pensée de mon esprit. Je suis venu pour Jacklyn, c’est évident que j'ai bien fait. Il n’a fallu qu’une seconde pour que l’idée qu’elle refuse ma requête détruise mon courage. Et ça commence vraiment à m'inquiéter, un éventuel refus ne serait pas surprenant, bien que terriblement décevant pour moi. Elle était devant ce mur, une longue femme à ses côtés. Je reprends mon souffle, et me dirige vers elle les poings serrés. Je ne sais pas, je ne sais plus quoi dire. J'étais là, devant ses yeux, avec cette peur qui me prenait aux tripes.

Un mauvais pressentiment s’amplifiait rapidement en moi. Comme si je faisais quelque chose de mal, comme si je faisais tout de travers. Je n’arrive pas à trouver mes mots, pourquoi est-ce aussi difficile.

Jacklynn. Ma voix a du mal à sortir, je force un bon coup dessus pour assumer la suite de ma phrase. Viens, on rentre. J’ai beau essayé de la regarder dans les yeux, je n’y arrive pas. C’n’est pas le moment rêvé pour être intimidé, mais les circonstances me rendent nerveux. Je t’accompagne à ta cabane. Tu risques gros en restant ici, tu le sais. Bien sûr qu'elle le sait. J’essaie de me montrer convaincant, ce qui n'est pas gagné. J'aimerai juste que tout soit simple, qu'elle veuille bien m'écouter et me suivre. Mais je me rend bien compte que c'est trop demandé.



hrp: rip maxx, désolée pour les fautes il est tard (ou tôt idk) Charlie postera, elle arrive normalement avant Maxx'



Dernière édition par Maxxie Tucker le Ven 25 Juil 2014 - 13:49, édité 2 fois
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le Ven 25 Juil 2014 - 17:45
avatar
Invité
Invité





DECEPTION
_____________________________






Jack tu t'occupes des murs.

Ça c'est quelque chose que je sais faire. C'est quelque chose que je fais naturellement. C'est ma nature profonde. J'observe le monde qui m'entoure, je n'écoute déjà plus les paroles d'Heath. Je lui accorde un regard, et puis un léger sourire avant de hocher la tête. Je me souviens, je me souviens de notre discussion sur ce banc, quand il m'a dit qu'il était fatigué de tout ça, qu'il voulait que tout change. J'en avais déjà parlé avec Ulysse, elle m'avait dit que si il y avait bien une chose qu'elle ne pourra jamais lui reprocher c'est sa volonté de changer les choses qu'il trouve injustes. Je n'ai jamais été très entreprenante, fais les choses par besoin de changement. Mais là, ce soir, avec eux, j'ai l'impression de faire partie de quelque chose de grand. Quelque chose de beaux. Même si le fond est ridicule, même si ça inquiète les gens qu'importe, c'est quelque chose qui doit être fait, pour qu'au moins les générations futures puissent être sauvées de cette injustice.

Ma peinture glisse, lente, sinueuse sur les murs immaculés. Mon souffle ralenti, et lentement j'immole de mon art. Les flammes rouges enflamment le grand Hall. Elle raye, elle appose sa croix sur cette richesse incongrue. Sur cette étalage de beauté qui n'a pas lieu d'être dans une école où les pauvres trainent lentement les pieds. Dans une école où certaines salles sont presque vides. Vide de savoir, de volonté. Vide de tout. Matérialistes que nous sommes, nous posons notre désaccord. Si nous ne pouvons pas vivre dans de meilleurs conditions personne ne le pourra. Tel est la loi de la vague. Elle déferle, elle détruit.

J'entends la musique, je m'isole, me concentrant lentement sur ce son. Et J'ignore, oh oui j'ignore le bruit des nuisances qui s'attroupent maintenant autour de nous. Les A. Des mécontents, des puérils. Ils se pensent tellement au dessus de tout, comme si tout leur étaient dû. Oh bien sûr ils ne sont pas tous comme ça, et heureusement. Mais c'est toujours les pires qui ramènent leur fraise. Ce sont toujours les plus imbus, et moches intérieurement qui se permettent de faire du mal aux autres comme ça. Je connais leur point de vue, je connais la portée des efforts qu'ils ont du fournir pour en arriver là. Mais ça ne change rien, cette guerre, cette vague. Tout cela, c'est purement égoïste. On ne fait pas ça pour l'égalité, je ne fais pas ça pour l'égalité. Je me bat pour moi. Je me bat pour ma qualité de vie. Je m'en moque bien de leurs privilèges, qu'ils se les gardent. Moi je veux voir mon monde changer, je veux avoir envie de me lever le matin. Je veux trouver la passion de l'éducation, je veux être soutenu dans mes choix. Je veux maitriser mon don, je veux comprendre mes erreurs. Et je suis faible, incroyablement faible d'avoir besoin que les choses changent pour cela. Mais ma faiblesse c'est ma force, c'est ce qui me pousse à m'élever, à grandir. Alors je continue mes peintures, mes symboles. J'appose mes mots. J'appose ma vision de cette vie de merde.

Et je les ignore.
Terriblement.
Jusqu'à ce qu'une certaine demoiselle vienne me souffler son souffle de vipère au creux de mes oreilles.

Hey smokette gurl ! Tu dessines quoi de moche ? …  Tu veux pas me dessiner un mouton plutôt ? Un mouton égorgé qui baigne dans le sang à cause des méchants loups.  Je soupire, ma fumée s'évapore. Je sens déjà mes nerfs se tordre, distorsion face à son attitude. Je détourne légèrement mon regard vers elle, la fusille. J'aimerais lui répondre, j'aimerais lui faire fermer son clapet mais cela serait vain. Je n'ai pas les mots, je n'ai pas l'envie. Qu'importe mes paroles et mes actes elle continuera toujours. Et elle continue, elle s'enfonce. Elle appuie là où ça fait mal, elle pose des mots sur les craintes, trouvent de quoi rire de quelque chose de terrible. Elle se demande où est Heath, je la regarde, je plisse les yeux.

Non parce que après tout, avec son don à lui, qu'il le maîtrise ou pas, au pire ça va être quoi ? Une pensée cochonne qui va le faire bander ? Une prise de tête qui va lui filer la migraine ? Ouuuh, dur. ... Non vraiment, c'est peut-être pour ça qu'il se contente de tout casser en se fichant que ses agissements aient un impact ou pas et que les inégalités disparaissent ou pas. C’était peut-être juste un coup de bluff en fait ? Parce qu'il risque pas vraiment grand chose en ‎fin de compte apparemment. Maaiiis...  Toi, un jour, tu deviendras tout rouge colère et ta baraque s'écroulera sur toi, ta femme et tes gosses ? Mmh c'est sûr, c'est plus emmerdant.

Mes poings se serrent, je trouve ça tellement mesquin... Tellement … !
Pause. Une silhouette vient se placer devant moi je me recule légèrement pour la juger... Il ne manquait plus que ça.. Maxxie. je déglutis. Je l'observe, interdite. Qu'est-ce qu'il vient faire ici, lui qui est si pacifiste, lui qui détonne de gentillesse. Qu'est-ce qu'il veut. Et il ouvre la bouche, il prononce mon nom avec une telle tristesse, une telle peur. Et je me rend compte qu’inconsciemment je le toise avec la même noirceur avec laquelle je fixais Olive un peu plus tôt. Mes yeux se creusent, il me veut moi, il vaut que je vienne avec lui.

Je t’accompagne à ta cabane. Tu risques gros en restant ici, tu le sais.

Je reste muette un instant, mon regard se plonge dans le sien tandis qu'un sourire terrible vient étirer mes lèvres noires. J'ose à peine mais déjà un rire de gêne m'empoigne les tripes et je le fixe. Je fronce les sourcils, avant de me reculer tristement. Si pitoyable, et je sens déjà mon corps partir, ma fumée s'échapper. Et la colère me monte aux joues tandis que la déception vient s'immiscer dans mon cœur, comment peut-il me croire aussi lâche.

Je risque gros ?... Je rigole de nouveau avant de passer une main sur le coin de ma bouche, j'abandonne mes peintures et je m'approche de lui. Non Maxxie, je RISQUE  gros quand je vais en cours avec des gens qui ne maitrisent pas leur pouvoir. Je RISQUE gros quand je ne peux pas revenir à mon état normal. Je RISQUE gros parce que je suis un déchet aux yeux de tous. N'imagine pas un seul instant que je vais te suivre Maxxie Tucker, réveil toi ! Ici c'est la vraie vie ! Ptin.

Et je le pousse sans retenu, laissant échapper des brides de mon corps fumant. J'entend le rire d'Olive Bitch Cruz dans mon dos, oh elle doit tellement s'en amuser. Je me retourne pour lui faire face. Ça va lui faire plaisir, j'vais rentrer dans son p'tit jeu, j'vais même y plonger la tête la première. Alors je me place devant elle, je la regarde de haut, je la méprise. Elle me dégoûte cette suffisance sur son visage.

T'es si moche Olive. Si moche de croire que le monde est aussi pute que toi. J'suppose qu'on t'a pas vraiment appris la confiance en prison. J'suppose que t'as du t'en taper des gadins avant de te montrer aussi forte devant nous. T'veux quoi ? T'veux qu'on t'affirme qu'on est des merdes juste pour que tu te sentes meilleure ?
J'me retiens de lui cracher dessus et je sombre, la colère m'empoigne, je fulmine littéralement. Et toi alors..Je me tourne vers Scott, je le désigne d'un coup de tête. Ta mère t'as pas assez bercé en te disant qu't'étais unique ? Toi qui connait tout sur tout t'as pas assez réviser tes leçons d'histoire ou alors t'en as juste rien à foutre d'agir comme le plus gros des connards intolérants. J'm'amuse, je ris. Je me moque de moi-même et je me moque d'eux. Comment peut-on être aussi mauvais, j'plisse les yeux me tourne vers la blondasse. Et toi sac à bite c'est sur qu'tu t'y connais en lopette quand on voit le genre de mâle qu'tu te tapes. Mon regard tombe sur un Nathan pitoyable, le viole lui va si mal. Oh fait ça va Nathan t'as toujours envie d'me frapper ? Dommage que tu puisses pas m'toucher. Et bien sûr je finis mon petit tour par la meilleure, par celle qui maitrise le mieux son pouvoir ici et je m'avance vers elle de quelques pas. J'lève les bras, où ce qu'ils restent de mes bras. Oh.. et Sélène sérieux lâche ton air de fille badass tu fais peur à personne on dirait un mauvais film de série B, ptètre que t'arriveras à garder tes amis le jour où t'auras les couilles d'voir que y'a pas qu'ton ptit cul qui importe.

Vous m'faites vomir à vous croire plus forts que le reste du monde à cause de votre couleur de cravate. Allez y battez vous, arrêtez la fête si ça vous amuse. On a la volonté d'faire mille fois pire si il le faut. Oh et surtout merci d'nous motiver à continuer la lutte comme vous le faites.


Et puis là je les regarde, chacun d'eux. Une nouvelle fois. Et je m'attarde sur Maxxie, lui qui me regarde avec cette putain de pitié dans les yeux. Cette putain de peur et de déception. Je frissonne, lâche un soupir avant de détourner le regard. C'est comme tomber à jamais, c'est comme ne plus jamais voir le soleil. Je déteste ce sentiment, je déteste cette culpabilité. Et ça m'enserre. Alors je m'éloigne, je retourne à mon sac et je sors mon paquet de clope. Et je fume. Je fume pendant que je fume. Comme une nouvelle partie de moi ma fumée grandie, et je m'évapore presque.

Je voudrais disparaître à jamais.



code by ladybecool a.k.a Betsy dont touch
HRP : JE VOUS AIME QAQ
Message Dans Re: RED ; Riot [COMPLET] | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-