Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Falling Away || SARAH

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Falling Away || SARAH   Falling Away || SARAH 1400359500-clockMar 9 Sep 2014 - 23:37


« Aquarium, 15h, demain. Me plante pas ou je brûle ton legging Batman. »
C’était clair. Un sourire satisfait s’était dessiné sur mes lèvres quand je m’étais finalement levé pour quelques heures de jeux vidéos en compagnie de Lenzo. Je la voyais plus souvent depuis notre discussion aux manèges, et quand la flemme de sortir se présentait, c’était les parties sur Starcraft. Elle avait cette capacité à me sourire le matin après m’avoir collé la raclée de ma vie la veille, et ça me mettrait certainement d’une humeur massacrante si je n’avais pas depuis longtemps accepté mon niveau médiocre aux jeux vidéos. Cette partie-là fut encore plus rapide que les précédentes, et quand mon dos s’écrasa contre le dossier de mon siège sous l’épuisement, je repensais une dernière fois au rendez-vous que j’avais donné à Sarah avant d’aller me coucher. L’espoir de reconstruire mon ancienne vie.

C’est quand l’eau vient s’écraser sur le haut de mon crâne que je me réveillais pour de bon. Je levais la tête, fermant les yeux, me donnant quelques secondes pour me détendre. Je repensais à notre relation avant mon changement, à celle qui avait longtemps été ma meilleure amie. Tout cela était-il une bonne chose ? Nous n’étions peut-être plus aussi proches qu’avant, mais nous étions honnêtes l’un envers l’autre. Si nous pouvions lier les deux, ce serait parfait - il fallait l’avouer, maintenant que je m’étais donné le temps de repenser à mon ancienne personne, elle me manquait vraiment.

Rien que de l’admettre, je m’accélérais dans mes mouvements, terminais de me préparer en moins d’une dizaine de minutes - enfilant maladroitement une chemise bordeaux et un pantalon noir avant de sortir. Sa couleur préférée. C’est ce genre de connaissances, des petits détails qui font la différence entre une amie et une meilleure amie - et si Sarah ne l’était peut-être plus, j’espérais qu’elle le redevienne. Si vous me le demandez maintenant, je serai incapable de vous dire pourquoi j’ai choisi l’aquarium. Si vous réfléchissez assez pour vous souvenir du qualificatif « thon » souvent utilisé vis-à-vis de la gente féminine, sachez que ça n’a rien à voir. Sarah est très jolie. Et, ça aussi, ça n’a rien à voir avec le rendez-vous.

Pire encore, c’est toute une symphonie de pas qui me conduisit jusqu’à l’aquarium, le claquement du regret suivi de l’impatience, l’affection qui se laissait dépasser par la tristesse. Je ne savais pas quoi penser, je n’avais aucune idée de ce qui m’attendait là-bas. Sarah avait cette faculté à se montrer imprévisible, ce regard étanche à toute émotion, couplé à ce sourire qui témoignait de sa sincérité. Sarah était spéciale à sa façon, et j’aimais sa façon de faire. Il y avait mille et une raisons que ça se passe mal, et peut-être tout autant pour qu’elle me pardonne. Voire même davantage.

Et pourtant, c’est la peur qui me noue le ventre quand je me poste au milieu du hall vide pour l’attendre, en avance. La peur de perdre définitivement quelqu’un de précieux.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Falling Away || SARAH   Falling Away || SARAH 1400359500-clockMer 10 Sep 2014 - 13:39

comme des enfants

Dans 3 mois, j’aurais 20 ans.
C’est difficile quand même, vraiment rude, deux dizaines d’années de combat et de morsures. 20 rondes années. Il m’aura fallu du temps, quelques coups et beaucoup de baisers pour comprendre que le monde ne tournait pas qu’autour de ma petite personne. Ce matin pour aller en cours, j’ai bien enfilé ma cravate jaune que je considérais il y a encore quelques mois comme une corde au cou. Veste, jupe, tout est enfilé de manière plus ou moins propre et ordonnée. J’ai déambulé dans les couloirs, j’ai lancé des sourires - les épaules bien droites, les épaules d’une déléguée de 19 ans. C’est la rentrée. Nouveaux objectifs, nouveau départ. Pour une fois cette année, je vais m’intéresser aux autres plus qu’à moi même, faire preuve d’un peu plus de maturité.

Enfin, ça c’est la théorie.

Là, maintenant, je cours, Martens délacées, cheveux en bataille bousculant tout ce qu’il bouge sur mon chemin - sans même une excuse. Je. Suis. En. Retard. Je savais très bien que j’aurais pas du prendre tant de temps sous la douche, et hésiter autant avant de m’habiller finalement comme mon habitude. Simple slim noir, chemise à col, trait d’eye-liner. Mais je sais pas, il y avait eu cette hésitation, cette légère nervosité qui vous fait douter et qui rend vos paumes moites.
J’aillais revoir Gautier. Le retrouver. Et cette pensée seule suffisait à me gonfler le coeur d’impatience, de joie, et de peur. Qui n’aurait pas peur face à celui qui était son meilleur ami ?

Celui dont j’ai lâché la main, engloutie par mon égoïsme, il y a presque un an de cela. Boule dans ma gorge. Il faut vraiment que je le voie.

Alors que je manque de me faire renverser par un livreur de pizza au vespa d’un bleu étrange, ça tourne à toute vitesse dans ma tête. J’imagine les scénarios. Est-ce qu’il va me sourire ? Et moi ? Est ce que les mots vont réussir à enfin franchir cette distance qu’on a creusée, chacun de notre côté ? J’imagine ce que je vais dire, j’me prépare un discours, tout prêt - un discours qui tourne en boucle dans ma tête depuis qu’il m’a balancé cette invitation.

Mes pas s’arrêtent avec un couinement sur le sol stratifié du hall de l’aquarium. Ma respiration accélérée par ma course, mes maisns tremblantes d’excitation, mes yeux plantés sur lui.
Lui, habillée de ces couleurs qui ne sont pas choisies au hasard, lui qui ne semble pas avoir changé.

« Gautier ! »

Je l’appelle, un sourire encore timide sur le bout des lèvres. Nos regards se croisent. Ma voix reste suspendue. J’ai complètement oublié mon texte. Et alors que je plonge dans ses pupilles d’un bleu toujours si pur, mon sourire s’étend s’étend s’étend. Et je me rends compte à quelle point il était stupide de craindre cet instant.

En plusieurs foulées qui crissent sur le sol, j’ai déjà mes bras autour de lui. Le serrant, comme s’il allait s’échapper, le serrant comme la Sarah qu’il connait depuis 4 ans le faisait. Au diable la maturité, les responsabilités, la vingtaine qui m’appelle et qui me demande d’être adulte.
Aujourd’hui, je serais pas adulte. Aujourd’hui je serais juste à lui. Parce que maintenant que je j’ai sa carrure de petit homme entre mes bras, je me rends compte du temps qu’il nous a manqué. Son dos sous mes paumes semble beaucoup plus grand.

« Tu m’as manqué. »
Vraiment manqué. Sincérité pure, si rare, si simple. Je rigole, légère. Si c’était ces mots que j’avais tant redouté, j’étais vraiment conne.
Conne d’avoir oublié que l’amitié n’est pas comme l’amour - que l’amitié est bien la seule chose qui résiste au Temps. Prenons le temps, Gautier. Toute cette après midi rien que pour nous, pour nous retrouver.

Nous, les deux gamins qui voulons arrêter de grandir. Au moins pour aujourd’hui.

Oh simple thing where have you gone? I'm getting old and I need something to rely on - Somewhere only we know

robb stark

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Falling Away || SARAH   Falling Away || SARAH 1400359500-clockDim 14 Sep 2014 - 14:47
Elle est là, elle m’appelle, celle que j’ai toujours connu. Elle a répondu présente, sourire aux lèvres, déforme mon prénom d’une joie réciproque. Sarah se tient là, fidèle à elle-même, le même style de vêtements qu’elle avait l’habitude de porter. Ses yeux marqués d’un trait d’obsidienne, les habits sombres lui collant à merveille - elle est plus normale, et plus rayonnante que jamais. Elle n’a jamais été une distributrice de sourire, mais je savais qu’avec moi, elle n’avait pas besoin de se forcer. Sa vision forçait le sourire, sa voix forçait l’écoute et ses étreintes chaudes et sincères forçaient l’affection. Elle avait toujours bien agit avec moi, en dépit du fait que nous étions tous deux loin d’être tout blancs. C’était ça, la force de cette amitié - la capacité à oublier nos vies pour nous retrouver, plus amis que jamais.

Comment avais-je pu douter un seul instant ?
Sa voix me ramène des mois en arrière, me rappelle notre vécu, nos moments passés ensemble. Elle a toujours fait des efforts, cherché à se montrer sur son meilleur jour. Elle a toujours sourit, blagué, caressé ces cheveux avec affection, même quand c’est elle qui en avait le plus besoin. Mes dents viennent mordre ma lèvre inférieure en repensant à une nuit, datant maintenant, où elle était venue me trouver, fondant sa mine décomposée dans l’obscurité. Je n’avais jamais eu le courage de lui demander quelle tristesse se cachait derrière ce faux sourire, quel malheur avait-elle dû affronter. Peut-être était-elle venue pour ça, dans l’espoir de trouver du réconfort - et pourtant, j’avais été incapable de sacrifier ce moment de bonheur pour l’aider.

Tout à coup, ce câlin me faisait l’effet d’un poison.
Mes mains se mirent à trembler, mon esprit accéléra, tournant à mille à l’heure pour écraser cette culpabilité en sein de mon bonheur. Des mots vides de courage et une étreinte, c’est tout ce que j’étais capable de lui offrir - et éventuellement, un manuel sur ma merveilleuse capacité à être inutile. Posant mon menton contre son épaule, j’observe devant moi, me rappelant la fois où nous nous étions vus à la plage. La fois où j’avais commencé à changer. Je lui avais proposé mon aide, refusant de me reposer sur elle une fois encore. Elle avait longtemps étouffé le Mal du monde dans ses sourires, et maintenant que je le voyais enfin, je me sentais minable.

« Tu m’as manqué, toi aussi. »

Je me fends en un sourire sincère, parce que c’est bien plus facile. Mon regard se perd sur les alentours, cherchant à étouffer cette noirceur qui commence à s’attaquer à mon bonheur. C’est vrai, je ne suis plus la même personne depuis. J’ai abandonné cette innocence qui, en plus d’être emplie de bonheur, aspirait celui des autres. Devenu un homme à part entière, je me sens différent, plus mature, plus apte à supporter la vie par moi-même - et pas seulement parce que mon corps avait enfin eu le bon sens de grandir. Je repensais aux innombrables conseils de Jim, à cette perpétuelle lumière qu’il nous offrait.
S’il y a bien quelque chose qu’il m’avait apprit, au-delà du fait de profiter de la vie, c’était d’avancer, de rattraper ses erreurs plutôt que de se morfondre à leur sujet.

« J’vais bientôt devenir plus grand que toi, va falloir t’y habituer. Bientôt le petit frère idéal, promis tu pourras me pleurer dans les bras. Mes muscles sont confortables. »

C’est dit avec humour, mais c’est plus sincère que jamais. J’ai envie d’échanger les rôles, pour une fois, de devenir un soutien pour elle comme elle l’a toujours été pour moi. Lui faisant un signe de tête, je m’engageais dans l’aquarium, marchant à ses côtés, les mains glissées dans les poches de mon pantalon. Pas vraiment intéressé par les animaux derrière leur vitrine, cette visite faisait plutôt office de toile de fond. Une manière d’occuper nos yeux tandis que nous discutions.

« Tu savais que le requin avait 3000 dents ? T’as vu, j’bosse en ce moment, j’apprends des trucs. Sourire amusé. J’déconne, c’est marqué sur la pancarte. »

Je me penche, défie le requin des yeux, me collant presque à la vitrine. Je claque des dents, moqueur, jusqu’à ce que la bestiole fonce vers la vitrine et me fasse faire la crise cardiaque de ma vie, avec en prime un bon en arrière qui me fallut un passe directe pour mon derrière. Mine blasée, puis je me relevais, la laissant guider la visite. J’avais eu mon lot de poissons pour aujourd’hui. Dans le même temps, mon esprit trifouillait, réfléchissant à ces mois que j’avais passé sans la voir. Elle m’avait manqué, mais j’avais surtout eu peur de la décevoir, lorsqu’elle découvrirait ce que j’étais devenu. Aujourd’hui encore, j’étais le même, bien qu’au fond, je suis totalement différent de celui qu’elle avait connu. Et cette question, pendue sur le bout de ma langue, commençait à me brûler sévèrement les lèvres.

« J’suis vraiment content de te revoir en toute normalité, mais… tu t’es jamais questionnée sur tout ce qui a été dit sur moi, tout ce temps ? J’sais pas, ça doit forcément te surprendre. Genre, la comparaison de Shu entre Bolton et moi. En tout cas, si tu veux tout savoir, j’te raconterai. »

C’est à ça que servent les meilleurs amis.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Falling Away || SARAH   Falling Away || SARAH 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Falling Away || SARAH
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sarah Wild
» Sarah Eilanö
» Sarah Washington
» Messager matinal [Sarah, Alexender] [07 et 08/03/42]
» Présentation de Sarah Bellanger [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: