Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Disparate et Disharmonieux

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clockLun 8 Déc 2014 - 22:27

Générateur d'Improbabilité infinie

L'agaçante alarme de son portable tira Ashton de ses préparatifs, avec un juron obscène, comme il se doit.
C'était l'heure. En scène pour la représentation.
Il attrapa ses derniers accessoires : gants blancs, haut de forme, montrer à gousset qu'il glissa dans une poche de sa redingote et une canne (il se demandait si quelqu'un noterait qu'il s'agissait de l'exact réplique de celle de Gabriel Oswal). Pas de monocle, hélas : la soirée pourrait être mouvementé et l'obligation de porter un masque gâchait l'effet.
Le A hésita un instant devant son étui à cigares. D'habitude Ashton n'en avait que foutre, des convenances et n'hésitait pas à allumer un barreau de chaise bien puant sous le nez des gens, comme il le faisait présentement dans le bungalow (peut être pour chasser une nervosité qu'il niait).
Mais là, il sortait une jeune, trop jeune, demoiselle... Hum... Cela jouer gentleman ? Il pouvait bien simuler ça une soirée. Se ravisant, il se contenta d'un petit étui avec quelques cigarillos.

Juste avant de sortir, Ashton jeta un regard noir au miroir qui renvoyait sa silhouette courtaude et bouffie. Courtaude et bouffie, mais en costume ! Un classique costume queue de pie noir, avec redingote, chemise blanche. Rien d'extravagant, à part une cravate d'un rose vif qui jurait bien, vestige d'une farce qu'avait fait un gars et message subtil indiquant la pause de la guerre des classes pour la soirée (on a bien besoin de la plèbe pour faire le background... Bon, il fallait qu'il arrête de penser ça, il sortait avec une verte de la classe des hippies incapables d'avoir une opinion).

Ashton aurait bien aimé un costume plus provocateur ou abracadabrant, mais entre le Punisher qui lui avait saccagé ses affaires et les commandes à honorer auprès des demoiselles qu'il poursuivait de ses assiduités, il avait dû se rabattre sur du classique. Sous-traité auprès d'un tailleur londonien de sa connaissance, qui avait non seulement ses mesures hors-norme, mais qui en plus était gage de qualité (et qui devait quelques services à son père. A voir la compta, y'avait surement quelques petites mains qui bossait au noir à la cave...).
Un sourire torve traversa son visage poupin. Peut être était-ce dû à son sang british, mais malgré son obésité flagrante, Ashton trouvait qu'il portait bien le costume (sur mesure, certes).
A l'inverse de tant de jeune de sa génération, il n'était nullement gêné, ne se sentait pas engoncé, ni rien par l'uniforme de la vrai masculinité.

Bon, fallait être réaliste, avec son mètre-cinquante en babouche et autant de tout les cotés, il avait plus l'air du Pingouin dans Batman que de Sebastian Michaelis... Mais c'était presque mieux comme ça : il allait être remarquable et faire son petit effet. Surtout au bras de sa cavalière.

Sifflotant (faux) le générique de Fate/Kaleid Liner Prisma Illya (c'était soirée pédo, après tout) le grassouillet sortie en direction de la cabane de sa tendre et douce cavalière. Enfin, surtout bizarre et assez folle pour accepter de se rendre en public avec lui, dans une de ses créations, en plus.
En marchant, Ashton réfléchissait au futur déroulement de la soirée. Bon, par définition, une Jim's c'était un peu imprévisible, mais en bon puceau et probablement forever alone à vie (peu de jeunes filles se baissaient pour ramasser les crapaud-buffles huileux), il ne pouvait s'empêcher de ressentir un brin de nervosité.
Même si la donzelle à son bras n'aurait que 13 ans et serait plus innocente qu'une agnelle.
Même si elle n'y allait avec lui qu'en amie, surement juste pour s'afficher dans une jolie robe qui n'était surement pas de son âge (et encore, Ashton avait dû se retenir pour ne pas la rendre trop indécente. Bizarre ça, d'ailleurs : aurait-il encore quelques limites, des vestiges de scrupules ou de bienséance ?).

Agacé par ses propres pensées, Ashton grogna et secoua la tête. Si Kieran le voyait hésitant et nerveux comme un puceau geek qui n'était jamais sorti avec une fille en 3D, il allait se foutre royalement de lui.
Heureusement, il avait un accessoire pour se donner contenance. Pour une fois, c'était un masque physique.
Ashton revêtit donc l'ultime partie de son costume avant d'arriver. Là encore, il avait longuement hésité : masque de Fawkes (rien que pour titiller Kieran ça aurait été rigolo) ou un truc plein de plumes et de paillettes qui aurait fait passé le carnaval de Rio pour un enterrement.
Mais in fine, il n'avait tout de même pas osé le simple loup noir ou blanc, trop Tuxedo Kamen et il s'était décidé pour la copie d'un masque vénitien pâle et or (du plaqué), incrusté de perles (fausses, hélas ce mois-ci avec toutes ces robes à faire et son bungalow à réparer, le budget était tendu même pour quelqu'un d'aussi aisé que lui). Il était Ashton St. John, que diable, un peu d'extravagance et de dorures !

Le A sourit, amusé, quand il croisa quelques personnes se rendant aussi à la soirée et qui le dévisagèrent, masquant à grand peine leur dégoût ou leur surprise. Ah, la réputation qu'il allait se faire, à cette soirée ! Nullement besoin d'un pouvoir occulte pour manipuler les pensées des masses ! Ricanant, il s'imagina en plus victime de ces mystérieux "Cupidons" dont avait parlé Jim et qu'il avait accepté, joueurs et n'ayant aucun sentiment pour sa malheureuse partenaire d'un soir (quoique, d'ici quelques années, peut être que Gary se révélerait digne de ses intérêt les plus vils... Il n'est jamais trop tout pour semer quelques graines, non ? Ah, ah, même en pensée tu arrives à être salement libidineux, mon cher Ashton).
Le comble, se serait qu'il se retrouve en fait forcé de passer la soirée ou un moment intime avec une demoiselle de son âge ou plus, belle et sexy.  Oh, rien que pour voir son visage se remplir d'horreur en découvrant son obèse majesté après une cupido-connerie de Jim. Mieux encore, si le Destin s'avérait joueurs (et Ashton savait que cette vieille fripouille l'était), il retrouverait peut être ainsi sa douce Sonera (Ah, la traitresse avait décidé de l'envoyé paitre, ce qui n'était au fond pas étonnant, mais Ashton n'aurait rien contre semer un peu de drama et de zizanie, s'il la voyait au bras de quelque bellâtre).
Il avait hâte d'y être, tout ça nervosité désormais envolé sous l'impatience de la soirée.

Il fini par arriver à la masure (ah non, les cabanes étaient toutes les mêmes) de sa cavalière attitrée. D'un geste souple, il sortit sa montre à gousset pour vérifier l'heure (geste vain et surtout destinée à un éventuel public, Ashton étant toujours en représentation). Pile, à l'heure, parfait.
D'un geste grandiloquent, il frappa à la porte avec sa canne. Il avait évidemment fait la promesse à sa cavalière de venir la chercher, en bon gentleman (et surtout parce qu'il fallait que les gens les voient arriver ensemble, si possible bras dessus, bras dessous). La localisation de la Jim's n'était hélas pas pratique pour une arrivée en limousine, dommage et donc il faisait ça à pied.

"Garance, ma tendre amie ? Êtes-vous prête ? Votre Prince Charmant est avancé et nous devons nous hâter : le dépucelage d'une Jim's est toujours quelque-chose d'exceptionnel !"
Ashton St. John, 1m53 de connerie obèse assumée, un petit cochon rose pétri de vulgarité crasse s'entremêlant à un parlé ampoulée qui susurrait des insanités. La classe à l'état brute. Une sorte de petite grenade anti-personnel, mais toute festonnée. Le cavalier que toute jeune fille rêverait d'avoir pour sa plus grande rivale. Et encore, que si elle était unebitch super-cruelle.

"Allons faire tourner des têtes et des langues, avec votre beauté dans cet écrin qu'ont cousu mes mains." poursuivit-il, plein de verve. "Oh, j'espère que vous n'aurez pas trop froid et que vous allez faire sensation, même si cela doit être bien modeste comparer aux design de professionnels que votre peau si délicate a déjà dû endosser..."

Décembre - Soirée de la Jim's - #7c0856
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clockDim 14 Déc 2014 - 16:47
Garance regarda une dernière fois la robe que lui avait préparé Ashton pour la Jim’s, le sourcil se haussant un peu plus encore qu’au coup d’oeil d’avant. Elle était habituée aux cosplays, découvrant parfois un peu de peau mais là… C’était un autre niveau. Bien sûr, elle la porterait pour faire plaisir au jeune homme mais bénit intérieurement la saison. Il lui faudrait quand même un gilet par-dessus si elle ne voulait pas attraper froid. La petite C se hâta de l’enfiler et s’observa dans le miroir. Finalement, ça passait plutôt bien le dos nu, mais pas le corsage délacé. elle tenta donc tant bien que mal de relacer le tout et abandonna en mettant une longue écharpe et un gilet noir. Tout simplement.

Et comble du hasard, Ashton arriva sur ces entrefaites, se pavanant comme un paon qui voudrait séduire sa femelle. Et Garance n’était pas si loin de la vérité en pensant cela…

▬ Garance, ma tendre amie ? Êtes-vous prête ? Votre Prince Charmant est avancé et nous devons nous hâter : le dépucelage d'une Jim's est toujours quelque-chose d'exceptionnel !

La demoiselle en habits de princesse ecchi regarda Ashton fixement, pince-sans-rire et le sourcil toujours haussé. Ce langage alambiqué la laissait perplexe, ainsi que les choses qu’il sous-entendait. Il ne devait pas être au courant mais Gary était mentalement précoce, grâce à ou à cause de son autisme (tout dépendait du point de vue) et avait compris ce qu’Ashton voulait dire.

C’est pas ma première Jim’s hein… Et pourquoi tu parles comme ça ? Tu peux me tutoyer, on se connaît. Et c’est pas parce que mon papa est couturier de luxe que tu dois me traiter comme une bourgeoise, j’aime pas ça.

Ca, c’était dit. Gary mettait rarement les formes à ce qu’elle disait parce que comme son modèle fictif Applejack faisait, elle était honnête en presque toute circonstance et se faisait un devoir de dire le fond de sa pensée à son interlocuteur. Et Ashton n’échappait pas à cette règle, bien évidemment. Même Andromède, Adèle et Casimir en faisaient les frais après tout…

La jeune fille suivit Ashton à l’extérieur, se contentant de lui broyer le bras sous sa petite poigne de mouche plutôt que d’accepter d’y aller bras dessus bras dessous. Parce qu’elle n’aimait pas toutes ces manières que les gens lui collaient sur le front comme une étiquette. Ca faisait bourge, ce qu’elle n’était pas. Elle n’avait même pas pris la peine de se maquiller ni même de se coiffer parce qu’elle avait déjà supporter assez d’artifices pendant ses concours de mini-miss, alors ce soir, sauf habits, ce serait naturel en force !

▬ Allons faire tourner des têtes et des langues, avec votre beauté dans cet écrin qu'ont cousu mes mains. Oh, j'espère que vous n'aurez pas trop froid et que vous allez faire sensation, même si cela doit être bien modeste comparer aux design de professionnels que votre peau si délicate a déjà dû endosser…
Je t’ai dit d’arrêter de me vouvoyer, fit Garance d’un ton égal. Et j’ai mis un gilet et un manteau, c’est pour parer au froid. Ca ira pour moi ne t’en fais pas.

Gary ne fit aucune référence aux vêtements de couturier de luxe qu’elle avait pu porter avant de venir à Prismver, parce qu’elle n’aimait tout simplement pas en parler. Ca ne la dérangeait pas spécialement d’avoir été une petite princesse mais elle tenait à son image d’enfant sage et simple. Et considérait le pensionnat comme une trêve et un refuge où elle était à l’abri des nouvelles folies vestimentaires de son père.


Sur le chemin, Garance continua sans cesse de dire à Ashton de la tutoyer et ils échangèrent des futilités, jusqu’à la plage. Même si elle aurait préféré faire le trajet dans le silence total, elle s’attela tout de même à faire un brin de conversation avec le garçon potelé qui lui servait de cavalier en cette soirée d’avant-Noël. Arrivés devant la mer, elle tira le A jusque devant la foule en se frayant tant bien que mal un chemin à travers tous ces gens (on ne dira pas du tout la raison du “tant bien que mal” mais suivez les yeux de Gary en direction de son cavalier) et assista au show grandiose de Jim avec une once de sourire. Parce que depuis qu’Ashton était arrivé dans la chambre de la jeune fille, celle-ci n’avait lâché aucun sourire, il fallait le dire.

Au fait, si on se perd dans la foule, on se retrouve où ? Sur la plage ou sur le pont principal ?

Ca pouvait toujours être utile de se donner un point de rencontre au cas où. Et elle eut à peine le temps d’entendre la réponse d’Ashton qu’un des fameux cupidons la saisit à l’épaule et l’emmena autre part. Sur le yacht, mais à quel endroit précisément… Elle n’en savait rien.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clockJeu 1 Jan 2015 - 23:47

Troll et la fête est plus folle

Alors qu'il se pavanait devant sa conquête (enfin pas vraiment) d’un soir, Ashton vit son envolée lyrique brisée par le ton terre à terre d’une Garance qui tenait à sa modestie.
"C’est pas ma première Jim’s hein… Et pourquoi tu parles comme ça ? Tu peux me tutoyer, on se connaît. Et c’est pas parce que mon papa est couturier de luxe que tu dois me traiter comme une bourgeoise, j’aime pas ça."

Ashton soupira lourdement (il faisait tout ou presque lourdement, de toute manière) à la réponse de sa jeune cavalière.
"C'est une question d'ambiance, Garychou." répondit-il, se passant une main lasse sur le visage. Il n'allait pas nier que Papa Ní Mhaonaigh n'y était pour rien dans le choix de sa cavalière : il offrait une magnifique opportunité de contact dans le monde de la mode et de la haute-couture, domaine qui piquait de plus en plus l'intérêt d'Ashton. Il existait peut être une carrière alternative à celle de requin de la finance/maître de la City/Lord Voldemort qu'il envisageait.

Néanmoins, Ashton étant Ashton, il ne pouvait laisser passer pareille déclaration sans ajouter un peu de sel pimenté à la provocation. Cela lui permettait en outre de résister à la tentation de sortir son peigne en ivoire (un gentleman anglais sort toujours équipé) et de recoiffé la petite sauvageonne… Mais d’un autre côté, cet aspect échevelé et nature augmentait encore son côté sauvage et enfantin, qui contrastait à merveille avec la robe… Il résista et choisit plutôt de lui servir une déclaration pompeuse d’un ton guindé.

"Ce sera votre première Jim's en tant que femme, mon enfant, nimbée de mes créations qui mettent en avant vos autours. Quant à la bourgeoisie... Les gens se trompent, comme toujours. Incompréhension, raccourcis faciles et stéréotypes. Vous dîtes bourgeoisie, vous pensez snob, fat, limite caricature du noble ou du grippe-sous capitaliste sans cœur. Ce n'est pas ça, la bourgeoisie, ça c'est des images que la culture populaire vous a ancrée dans le cerveau. La bourgeoisie est la plus respectable des classes sociales. Sans les privilèges de la naissance de la noblesse, elle s'est hissée au rang des puissants, des possédants, des gens de pouvoirs. N'ayez pas honte du fruit du labeur de votre père et de vos ancêtres. Ne jouez pas les fausses modestes. Si vous voulez être humble, pourquoi pas. Si vous voulez briller de vos seuls talents et efforts, encore mieux. Mais ne niez pas vos origines, une partie de ce que vous êtes. Vous êtes une privilégiée ? Tant mieux ! Vous ne voulez pas vous en vanter ? Très honorable ! Mais il faut parfois afficher son rang, montrer l'exemple."

Son discours eut l'occasion de meubler leur cheminement, avec évidemment Garance qui insistait quand même pour être tutoyée alors qu'Ashton, l'œil brillant, ne pouvait s'empêcher de lui répondre dans un style volontairement ampoulé, tournant de plus en plus à la parodie d'un noble chichiteux. Le petit gros se demandait quand la jeune fille, qui était loin d'être bête apparemment, finirait par s'énerver ou de ne plus rentrer dans son jeu.

Au bout d'un moment, la foule se fit suffisamment dense pour qu'Ashton change de sujet et passe à un échange de futilité. Il finit même par glisser quelques tutoiements pour signifier qu'il était prêt à enterrer la hache de guerre.
Et niveau futilité, Ashton se complaisait dans le commérage et la critique. Dire du mal était l'un de ses passe-temps favoris. Ce soir, c'était lynchage de tenue de soirée.

"Non, mais vraiment..." commentait-il par exemple, pointant sa canne d'une manière un peu trop visible, parlant pas-trop-fort-mais-on-entend-quand-même. "Une robe moulante comme ça... Non seulement ça lui fait un gros cul qui ne va pas avec sa silhouette, mais... On n'a pas inventé le string pour rien et pas que pour le plaisir de mater des fesses, enfin pas que... Oh ! Et regarde ce gars, là-bas. Encore un costume en synthétique. Il va d'abord se les peler, puis va aller boire et danser, avoir trop chaud et transpirer dans son étuve en simili plastique. Quel manque de prévenance pour sa cavalière qui va devoir support l'odeur de sa sueur. Un costume est un investissement, pas un jouet jetable pour emballer les nanas. On se renseigne avant, bon sang ! Et regarde comment les porte ces gars... Ils se sentent engoncé, gênés, mal à l'aise de passer pour des pingouins. Ce qu'ils sont. Tout le monde n'a pas les moyen du sur-mesure, hélas, mais avec un brin de bon sens..."
Et ad nauseam, tandis que Garance lui faisait fendre la foule.

Le gros grossier fini par se taire lors l'ouverture fantasmatique de la soirée, non sans avoir glisser que "Jim est trop exubérant - la drogue et l'alcool, l'univers de la fête, ma pauvre amie - pour porter convenablement un costume, par contre Sony, ça peut le faire s'il s'en donne la peine, il peut avoir la prestance pour ça... Hélas, s'il persiste dans sa musique où certes il se défend..."

"Au fait, si on se perd dans la foule, on se retrouve où ? Sur la plage ou sur le pont principal ?" intervint Garance, alors que le show d'introduction se terminait.
"Je suis luxe et volupté, ma douce." susurra Ashton avec un clin d'œil coquin. "Je préfère les ambiances plus feutrée et sélect du yacht au charivari de la plage. Et ça fout du sable partout. D'ailleurs, je te déconseille de faire l'amour romantiquement sur une dune. ça gratte. Quant au patin à glace sur mer d'iceberg, très peu pour moi. Je n'ai pas le physique gracile d'un patineur artistique..."

Le petit obèse fut interrompu dans sa réponse fleurit par de la fumée blanchâtre et le débarquement de sbire costumé de Jim. Le A prétentieux fut bousculé, tournicoté et séparé de sa jeune amie (?).
Il lança quelques jurons bien sentit et se débrouilla pour donner quelques coups de cannes aux emmerdeurs en costumes blancs (fort peu d'ailleurs, ils étaient trop rapide et agile comparé au pachyderme nain en costume et la fumée n'arrangerait rien).

"Bon sang, mais quel chieur, ce Jim..." maugréa Ashton à (très) haute et intelligible voix. "Il fait une soirée qui nécessite un couple, épreuve qui broie nos cœurs et nos âmes d'adolescents et s'amuse à les séparer. C'est... brillant !"
Ricanant de manière malsaine et s'attirant par-là d'étranges regards, le A enrobé se fraya un chemin (à coups de cannes "malencontreux", assortit d'excuses qui sonnaient totalement faux) en dehors de la foule.

Bon, Garance avait disparu. Mais était-ce bien grave ? Hummm... C'est pas comme s'il se sentait responsable de la gamine ou s'en souciait plus que ça... Mais un des intérêts de la soirée était justement d'avoir cet enfant à son bras, dans sa jolie (et un rien trop sexy pour son âge) robe et de lui voler un baiser sous les yeux scandalisé des autres élèves.
Il avait également prévu de lui offrir au moins une valse (oui, ce n'était guère le style de la soirée pour l'instant, mais Ashton avait confiance en Jim's pour glisser ce genre de classique à un moment ou un autre ou dans une salle un peu plus luxueuse lors de la soirée).

Tout comme il avait consacré d'importants (et secrets) effort à apprendre quelques phrases de gallois, le petit porc de A avait discrètement prit quelques cours de danse pour l'occasion.
Rien que la valse, juste pour surprendre les gens qui le croyait à peine capable de se mouvoir. Et ça avait la classe. Mais Garance lui serait alors absolument nécessaire. Déjà parce qu'il fallait quelqu'un qui soit quasiment obligé d'accepter, mais également quelqu'un qui approchait sa taille de nain. La gamine serait parfaite pour ça, surtout qu'elle en jetterait avec sa robe.
Et elle faisait partie des gens qu'Ashton aimait asticoter, comme Kieran, juste pour voir comment ils réagissaient.

A propos de son condisciple de Kiri (il fallait que ce surnom deviennent officiel), il l'entendait gueuler. Visiblement lui aussi il avait perdu sa princesse.
Princesse à la robe blanche, princesse à la robe noire. Ashton se demanda si Kieran avait noté le jeu de couleur et s'il avait réalisé que bien sûr il avait accordé la tenue de Noëlle à la sienne, tout comme lui portait un costume sombre pour aller avec les habits de Gary.

Alpaguant un sbire, Ashton se prit une coupe de champagne à siroter tout en écoutant les beuglements affolés de Kieran.
"Aaaah, mon jeune ami, si vif, si intelligent, si prompt à t'enflammer..." murmura-t-il joyeusement. "Un Lord anglais, un A, un membre de l'élite ne cède pas si aisément à la panique et à la surprise. Un peu d'astuce et de sang-froid... Mais non, je ne t'aiderais pas, ni te soufflerait la solution..."
Se délectant du verre de champagne, qu'il abandonna ensuite sur la plage (petite mine surprise encore un peu pleine pour un inattentif) sans la moindre honte, Ashton sortit son stylo plume et un carnet de note de son veston. Un gentleman anglais devait être prêt à tout, et la veste offrait des poches intérieures magnifiquement coupée et qui ne déformait pas le costume malgré leur contenu.

Il rédigea quelques mots, calmement, avant d'arracher la feuille et de la plier soigneusement. Il ôta son haut de forme et souffla doucement "Zeratul. Réveille toi mon petit, j'ai hélas une mission pour toi. Et oui, pas possible de dormir tranquille même en cette période de l'année. Que veux-tu, je suis un vil exploiteur..."
Obéissant à son maître, le discret lézard sombre sortit du chapeau où il s'était réfugié.

Ashton était un homme de mots (qui font mal, comme l'épée) et de contacts (parfois, souvent, déplaisant). Aussi il n'allait pas donner congé à son lézard messager, même pour une soirée comme celle-ci. Quel homme d'affaire se priverait de son portable, même au cœur de la plus grande fête débauchée du monde ?
Et l'avantage de cette petite bête magiquement rendu intelligente et serviable (comprendre corvéable à merci, oh, les beaux idéaux que vous véhiculiez ici, Monsieur Prismver), c'est qu'elle livrait toujours le message à son destinataire. Bon, il y avait des méthodes pour l'empêcher, mais Ashton ne pensait pas que Jim aille jusque-là pour juste séparer les gens. Il tendit son message plié au petit lézard.
"Porte ça à Garance, le plus vite possible. Tu auras un bonus si tu l'escalades par les parties soigneusement laissée dévêtues de sa robe. Triple bonus si tu passes par son corsage, même si elle est encore un peu jeune..."

Une fois la bestiole en route pour livrer son LMS (pauvre bête, en hiver, vraiment il faudrait qu'il rédige une lettre ouverte pour troll...se plaindre de ça à Ruthel), il se mit en route vers le bateau.
Il y aurait surement un coin chaud, un bar et des gens à emmerder là-bas.
Qui sait, il pourrait peut-être croiser Sonera et son amant d'un soir et pourrait les mettre mal à l'aise. Ou bien pourrait-il se faire kidnapper par un de ces mystérieux "cupidons" et il pourrait jouir de la mine dégoutté de la (ou le ? Jim irait-il jusque-là ?) malheureux qui écoperait de son immonde présence.
Décembre - Soirée de la Jim's - #7c0856
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clockJeu 8 Jan 2015 - 21:59
▬ … plus feutrée et sélect du yacht… faire l'amour romantiquement sur une dune… physique gracile d'un patineur artistique…

Ce furent les seuls mots que Garance réussit à capter de la bouche d’Ashton, avant que les cupidons ne jouent les trouble-fête entre tous les fêtards, sans aucune distinction. Elle se laissa porter par le flot en soupirant sans se cacher, se disant déjà qu’elle aurait mieux fait de rester dans sa chambre à regarder Torchwood ou Stargate Universe. Elle se retouva donc seule pendant un court moment sur le pont inférieur du yacht à observer les gens qui passaient, sans l’ombre d’une expression sur le visage. Non, vraiment, elle aurait préféré rester dans son lit à supporter le boum-boum de la musique qui devait s’entendre du pensionnat plutôt qu’être ici, engoncée dans une robe qui laissait passer l’air de partout.

Gary commença donc à voleter comme un papillon entre les différentes salles qui se remplissaient petit à petit, toujours en guettant du coin de l’oeil un jeune garçon plus corpulent que les autres. Un homme au bar lui proposa un verre d’elle ne savait quoi et naïvement, elle se dit que c’était du jus d’orange (vu la couleur) mais recracha bien vite le contenu dans le verre.

Désolée monsieur, mais c’est vraiment mauvais votre truc, vous pouvez le garder.

Et “monsieur” de tirer une tête de six pieds de long devant Garance qui, une fois de plus, manqua totalement de tact. La petite demoiselle se mit donc en quête d’un coin calme et peu peuplé où Ashton passerait peut-être à un moment ou un autre. Elle s’ennuyait déjà, toute seule sans personne à écouter. Même les futilités mondaines du A l’aurait arrangée, c’est dire ! La seule chose qui occupait son esprit à ce moment-là, c’était la musique trop forte et les cris et rires des gens qui dansaient comme des forcenés, tous agglutinés les uns aux autres.

Pff si au moins Adèle et Casimir étaient là…

C’est alors qu’elle sentit quelque chose lui grimper le long de la jambe et son premier réflexe fut de mettre une claque dessus, laissant tomber alors la fameuse chose. Un lézard. Le petit coeur de Garance battait la chamade et elle se sentit coupable d’avoir frappé une chose vivante mais s’il s’était arrêté normalement devant elle, il n’aurait pas eu à subir le coup du ninja gallois. Elle ouvrit le message et découvrit que c’était Ashton qui lui écrivait. Pas bête comme idée ! La jeune fille n’avait pas pris son lézard et ne pourrait donc pas lui répondre mais c’était bien vu de sa part. Elle fronça les sourcils en lisant la fin, se demandant bien ce qu’elle irait faire dans le lit de Heath, qui était bien plus vieux qu’elle. Haussant les épaules, Gary se releva souplement et épousseta un peu sa robe pour partir à la recherche de son cavalier. Elle marqua un temps d’hésitation puis fit un pas vers sa gauche… Pour finalement revenir en arrière vers son ancienne droite et se remettre à hésiter. Où était le pont principal au juste ?

Ce fut le moment que choisit Ashton, presque comme par magie, pour faire son apparition, assez loin sur l’horizon - mais il fallait avouer qu’il s’en détachait parfaitement bien. Pour la première fois de la soirée, Gary eut un grand sourire et lui fit des signes de la main, bien contente de l’avoir retrouvé. Elle trottina jusqu’à lui et le serra un bref instant dans ses bras pour se reculer aussi sec.

Hem… Désolée. Je m’ennuyais sans tout ton blabla, je suis contente que tu m’aies retrouvée par hasard. Tu allais quelque part en particulier ? Un monsieur m’a donné un truc à boire mais c’était pas bon et depuis, j’ai rien bu… Ca te dit d’aller prendre un verre ?

Si on devait donner un quota de mots par phrase pour Garance, on aurait facilement pu dire qu’elle venait de l’exploser. Surtout en demandant à Ashton s’il voulait qu’ils fassent une activité tous les deux, quelque chose de social, impliquant des interactions entre êtres humains. Ce pourquoi Gary était tout sauf brillante. Naturellement, elle reprit le bras d’Ashton et attendit que celui-ci ne conduisit la marche. Elle savait déjà que la patinoire, ce serait non pour ce soir, sauf si elle trouvait quelqu’un pour y aller avec elle. Autant dire qu’elle n’irait pas du tout… Peut-être bien qu’elle ne s’attarderait pas trop ici, finalement. Jusqu’à minuit pour la tombée des masques et ça s’arrêterait là ? Elle soupira légèrement, le regard dans le vide et avança sans rien dire.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clockLun 19 Jan 2015 - 22:10

Na, na, na, na, na, na, na, Barman!

Ashton avait flâné sur le yacht sans se presser, confiant dans sa capacité à retrouver sa cavalière (c'est l'avantage d'être un point de repère vivant). Il saluait les rares A qui avait son estime ou un don intéressant, faisait son parasite social auprès de certains groupes pour glaner des rumeurs (on ne fait jamais attention au petit gros souriant bêtement en soirée, on l'évite, le regards le fuit, oh mon dieu surtout qu'il ne vienne pas me draguer... Et on néglige le fait qu'il a des oreilles et un cerveau).
A cela s'ajoutait un de ses autres petit plaisirs malsain : le... cockblocking.
Ashton se faisait une jois d'intervenir au moment le plus inapproprié, de surgir au moment le plus inopportun ou de laisser tomber une remarque grasse et sale briseuse d'ambiance pour tout les petits couples qui se formaient à la soirée placé sous le signe du romantisme.

Mais au bout d'un moment, le restant de chevalerie ou de bienséance qui surnageait dans la mare croupie de son âme lui souffla qu'il devrait récupérer sa gamine. Après tout, s'il continuait à déambuler seul et sans but, il allait passer pour un loser pas fichu de se dégotter une cavalière. Et il ne pourrait pas afficher un choquant détournement de mineurs s'il ne pouvait se pavaner au bras de Garance...

Il traina donc sa graisse sur le pont principal, se demandant ce que foutait Zeratul, son lézard. D'un autre coté, avec le monde et connaissant les tendances à l'errance de la petite autiste...
Ah si, la voilà qui lui fait signe, sans la moindre honte ! Parfait, parfait...
Il s'avança lentement, un sourire cynique aux lèvres, comme toujours, près à dégainer une vanne ou une remarque acide... Mais la jeune fille le surpris, le laissant un instant coi.
Elle lui souriait.

Déjà, normalement aucune fille, femme, homme ou même forme de vie ne souriaient à l'approche d'Ashton. Un rictus, à la rigueur, le plus souvent une moue de dégout, mais jamais un sourire aussi franc, lumineux.
Chose d'autant plus rare, étonnante et précieuse que Garance n'avait jusque jamais daignait lui sourire de toute la soirée (et c'était pas faute d'avoir raconté moult conneries).

Mais ce ne fut pas tout. Profitant de la surprise, de son moment de faiblesse, sa petite (enfin... de la même taille) cavalière lui sauta  presque au cou, tétanisant l'obèse peu habitué au contact physique (volontaire), surtout féminin.
"Hem… Désolée. Je m'ennuyais sans tout ton blabla, je suis contente que tu m'aies retrouvée par hasard. Tu allais quelque part en particulier ? Un monsieur m'a donné un truc à boire mais c'était pas bon et depuis, j'ai rien bu… Ca te dit d'aller prendre un verre ?" lança-t-elle promptement, après l'avoir lâché. Ashton tentait de cacher tant bien que mal son trouble derrière un masque digne, mais la rougeur de ses joues rebondies le trahissait.

Il s'éclaircit la gorge pour répondre, chassant l'image de cette jeune (trop jeune) fille pendue à son cou et qui lui souriant, voulant le retrouver, lui et se replongeant dans son personnage.
"Allons, je n'allais pas abandonner ma princesse d'un soir !" ricana-t-il aimablement. "Et je n'ai pas de but particulier. J'aime... observer les gens dans ces réunions sociales. Trainer pour voir quelles surprises Jim a bien pu inventé et quels comportements indécents et compromettant sauront mes petits camarades. D'ailleurs, excuse moi un instant..."

Ashton avisa un des sbires de blanc vêtus du maître des lieux qui lui apportait ce qu'il avait demandé tantôt. C'était l'avantage d'une Jim et de l'argent : on pouvait demander et obtenir à peut près n'importe quoi.
Et ce que lui apportait le serveur était une paire de jumelle d'opéra et un mégaphone.
"Je n'ai pu hélas te conduire valser sur la glace... Question de physique, tu comprends. Je le ferait sur la piste de danse, s'ils décident de passer une musique appropriée et pas ce grincement de sagouin. Mais d'autres plus athlétiques que moi s'y sont risqués pour les beaux yeux de leur princesse..."
Après avoir jeté un bref coup d'œil dans les jumelles par dessus le pont, il les tendit à Garance, lui indiquant la patinoire et un couple en particulier.
Ce qui avait de bien avec le mioche, c'est que sa couleur de cheveux le rendait facilement reconnaissable. Sans parler de la merveilleuse robe de sa petite amie...
Oh, et quel plaisir : le jeune athlète venait en plus de se ridiculiser. c'était si mignon !

Ashton empoigna donc le porte-voix.
"Tu t'en sors bien, Kiri !" beugla-t-il le plus fort possible. "Continue comme ça, Kiri ! Plus souple sur les genoux ! Vers l'avant ! Soit un cygne gracieux !"
Content d'avoir attiré l'attention de l'ensemble des élèves sur Kieran qui faisait l'étoile de mer alcoolique sur la glace, Ashton rendit le mégaphone à un serveur.

"Bon, maintenant que ça, c'est fait, allons nous rincer le gosier. Encourager mon fils prodigue m'a donné soif et le défis de trouver une boisson correspondant à tes goûts titille mon coté de fin gourmet et maître ès spiritueux et ès réparties spirituelles."
La prenant par le bras, oui comme un couple, Ashton était sur le pont principal, en représentation de la (toute jeune) Belle et la Bête, il l’entraîna vers un bar, chassant le serveur de part sa présence imposante (en volume) et son aplomb.
Il farfouilla un instant dans le bar bien achalandé. Heureusement, Jim avait un peu de tout...

Il saisit deux verres. Fit une pause. Alla prendre un caisse de champagne qu'il utilisa comme marchepied afin d'être à la hauteur du bar et des yeux de la demoiselle.
Ashton était loin d'égaler les barmans pro embauché par Jim, mais ceux-ci (peut être par pitié ou pour le laisser essayer d'éblouir sa belle) le laissèrent essayé et faire son mélange. Ce ne fut pas acrobatique, mais il réussit à préparer deux cocktails violets pâles avec moult glace pilée, qu'il décora d'une tonne d'ombrelles et palmiers en papier et d'un feu d'artifice grésillant.

Voilà ! Au choix, avec ou sans alcool  - mais la fête est plus molle - car je sais que vous êtes une frêle et délicate fleur qui n'a point envie de passer la suite de la soirée la tête dans les toilettes. Vodka, sirop d'orgeat, citron et jus d'iceberry à droite. La même chose mais avec du Perrier à la place de la vodka à gauche. Choisissez, Ms Anderson ! Je prendrais l'autre. Et si ça vous plait pas, j'en concocterais un autre, jusqu'à vous satisfaire. Ou roulez sous la table. Ou me faire jeter du bar."

Oui, Ashton n'avait aucune honte ou hésitation à proposer un breuvage alcoolisé à Garance, une fillette de 13 ans qui avait un petit grain. D'ailleurs s'il en croyait la réaction de celle-ci à la précédente boisson proposé par un serveurs (un adulte responsable, donc), il n'était pas le premier (penser à retrouver, traquer et couler ce connard avec un bloc de glace magique au pied).

Il était quasiment certain qu'elle ne prendrait pas la version alcoolisé de son mélange, mais dans le pire des cas, un verre ne devrait pas lui faire trop de mal. Espérons. Si l'alcool désinhibait les jeunes filles, en faisant des proies plus facile pour le mâle goguenard en chasse (bon, pour lui faudrait plus chloroforme et GHB, l'atténuation du bon sens avait des limites), il n'avait pas envie de gâché sa soirée en se coltinant une gamine complètement beurrée et qui risquait de souiller sa jolie robe en vomissant...
Ouais, espérons qu'elle soit lucide ou que j'ai pas trop dosé...

Décembre - Soirée de la Jim's#7c0856
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clockSam 21 Mar 2015 - 23:20
Ashton fit encore des ronds de jambe pour tenter de plaire à Mairéad qui restait toujours de marbre, à quelques exceptions près quand ses sourcils se haussaient à une remarque ou deux. Ce fut d’ailleurs le cas lorsqu’un cupidon lui remit une paire de jumelles comme celles qu’on avait dans les opéras et un mégaphone, la jeune fille se demandant ce qu’il pouvait bien vouloir faire avec ça. Et elle comprit rapidement en le suivant sur le bord du yacht et qu’il se mit à fureter en direction de la glace, s’excusant de n’avoir pu l’y emmener.

Tu veux tant aller danser que ça ? On pourrait s’asseoir loin des gens et parler en buvant un verre, ou euh… Je sais pas, mais bon, loin des fous qui sautent partout c’est bien aussi.

May n’était pas à l’aise avec les gens et surtout les foules compactes, elle n’aimait pas la chaleur alors les fêtes de ce genre, ce n’était pas son fort. Elle avait accepté l’invitation du A simplement parce qu’il lui avait promis une tenue… Qui s’était révélée un peu indécente mais qu’elle avait tout de même porté pour lui faire plaisir. Après tout, la seule chose qu’elle risquait, c’était un bon rhume carabiné. Ashton la tira de ses pensées en lui tendant les petites jumelles et ce fut avec plaisir qu’elle aussi espionna en suivant le point indiqué par le doigt grassouillet d’Ashton. Sans mal, elle reconnut Noëlle qui était très jolie dans sa tenue et Kieran, qui rampait sur la glace et gâchait son costume. Mairéad dut se mordiller les lèvres pour ne pas éclater de rire mais les paroles au volume augmenté de son cavalier achevèrent sa volonté et elle ne put se retenir plus longtemps.

Pauvre, pauvre Kieran ! Mince alors, je pensais pas qu’espionner les gens et les encourager pour faire mieux était aussi amusant ! Je crois que je devrais le faire plus souvent de mon côté, non ?

Même si elle y était mal à l’aise, l’atmosphère festive et l’approche de Noël rendait la petite galloise fébrile et surtout très loquace, plus qu’à l’accoutumée. Pour rattraper Ashton qui était déjà parti quelques secondes plus tôt, May trotta à sa suite et arriva à son côté en quelques enjambées, puisqu’elle était plus grande que lui.

▬ Bon, maintenant que ça, c'est fait, allons nous rincer le gosier. Encourager mon fils prodigue m'a donné soif et le défis de trouver une boisson correspondant à tes goûts titille mon coté de fin gourmet et maître ès spiritueux et ès réparties spirituelles.
Euh… D’accord, je te suis !

Ce fut ce qu’elle trouva de mieux à lui répondre, parce qu’elle n’était pas habituée aux gens qui faisaient des chichis quand ils parlaient, même dans le milieu de son père. Une fois de plus, elle se retrouva entraînée dans le sillage d’Ashton alors qu’il la prit par le bras et fut bien rapidement assise devant un bar, le A tentant de démontrer ses qualités de barman. Ca ne pouvait pas faire de mal à Mairéad d’observer sans rien dire - comme souvent.

▬ Voilà ! Au choix, avec ou sans alcool  - mais la fête est plus molle - car je sais que vous êtes une frêle et délicate fleur qui n'a point envie de passer la suite de la soirée la tête dans les toilettes. Vodka, sirop d'orgeat, citron et jus d'iceberry à droite. La même chose mais avec du Perrier à la place de la vodka à gauche. Choisissez, Ms Anderson ! Je prendrais l'autre. Et si ça vous plait pas, j'en concocterais un autre, jusqu'à vous satisfaire. Ou roulez sous la table. Ou me faire jeter du bar.
Moi c’est miss Ní Mhaonaigh, pas Anderson, mais d’accord je choisis ! Je prends le sans alcool mais je veux quand même goûter celui avec de l’alcool dedans, je me coucherais moins bête ce soir. Et puis mes frères disent que l’alcool c’est bon, comme ça je saurais aussi si ça l’est. Par contre si tu vomis ou si t’es chiant parce que t’as bu, je te laisse sur le yacht avec un cupidon et je rentre.

Oui, Mairéad n’était pas complètement débile non plus, elle connaissait les effets de l’alcool sur l’organisme et l’idée de rester avec un A ivre, ce n’était pas ce dont elle avait envie ce soir. Au moins, elle avait mis les points sur les i dès le début. Une fois la mise au point faite, elle attrapa le verre au Perrier pour le mettre face à elle mais s’empara également du verre alcoolisé pour en boire une bonne gorgée cul sec… Qui se finit en grimace et en frisson de dégoût très prononcée.

C’est mauvais. Puis, goûtant celle “safe” : Par contre ça c’est bon, c’est un peu le même goût mais la vodka c’est pas bon du tout ! Tu vas vraiment boire tout ça ? Non parce que c’est fort quand même...

Même si elle était incapable de juger si Ashton avait eu la main très lourde sur la vodka dans le verre qu’elle lui rendait avec plaisir, une chose était sûre c’est que Mairéad ne le finirait pas pour lui ! Elle avait senti le trajet de la boisson parcourir sa gorge puis son oesophage avant un sentiment désagréable de brûlure. Quand elle reverrait ses frères, elle leur dirait sa façon de penser sur l’alcool, c’était certain !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clockDim 29 Mar 2015 - 21:35

Eating, Drinking, Girl, what's else ?

Alors qu'il fouillait des yeux la patinoire à la recherche d'une cible à tourmenter, Mairéad lui fit par de ses préférences.
"Tu veux tant aller danser que ça ? On pourrait s'asseoir loin des gens et parler en buvant un verre, ou euh… Je sais pas, mais bon, loin des fous qui sautent partout c'est bien aussi."
Ashton fit une petit pause, sourit et fit un geste lent englobant son corps adipeux. Il espérait que c'était suffisamment explicite comme réponse, mais avec Gary, sait-on jamais.
En tout cas, pour une jeune fille de son âge, elle ne paraissait guère intéressée par la fête. C'était bien sa veine : une timide asociale...

Il comprenait ça parfaitement.
L'enfance et le début de l'adolescence d'Ashton avait été marqué par la timidité, la honte de son surpoids, la fuite des brimades, de l'ambiance délétère de son foyer éclaté, puis des simples contacts sociaux, au point qu'il ne sortait quasiment plus de sa chambre et de l'univers virtuel où il pouvait être lui-même... Jusqu'à ce que ça situation devienne insupportable et qu'il souhaite le game over.
Mais ça, c'était avant. C'était avant de se découvrir un pouvoir, un don, la preuve qu'il était non pas un cloporte insignifiant et obèse, mais un être élu, supérieur. Divin.
Le grand-écart mental de cette situation l'avait transformé.

Désormais Ashton était un être sociable, trop même : collant et gouailleur, chaotique, provocateur. Il aurait pu traîner la jeune fille comme un boulet, la jeter avec lui dans la fausse au lion qu'était la piste de danse ou les discutions entre élèves d'un Jim's... Mais s'il aimait pourrir la soirée des autres, le A n'aimait pas saboter la sienne. Et curieusement, il voulait que Mairéad s'y sente bien (ou presque).

"Vendu." confirma-t-il donc d'un ton  faussement enthousiaste, même si l'idée de montrer à ses paysans comme un gentleman anglais rondouillard valser en compagnie d'une pré-ado lui titillait l'esprit. "On se dégotera plus tard un endroit tranquille d'où nous pourrons toiser la meute.
Car oui, si Ashton appréciait les fêtes, c'était pour en explorer les travers... à travers les autres. Chaque alcoolique qui se ridiculisait, chaque belle gueule qui se souillait de son vomi, chaque minaudeuse habillée de façon putassière qu'il croisait le regard dans le vague et le parfum agrémenté d'odeur de chanvre indien le confortait dans son jugement : l'humanité n'était qu'un abject ramassis d'incapables et de connards, d'inférieurs. Dont il pouvait abuser, se moquer, jouir à leurs dépend.

Comme il profitait de l'instant de faiblesse de Kieran, le petit surdoué et athlète qui s'affichait en plus avec une jolie jeune fille que même lui avait du mal à haïr.
Et ça lui permettait de faire le pitre, de se distraire un peu et de faire pétiller d'amusement les yeux de sa cavalière.
Ce dernier point était curieusement agréable.
"Pauvre, pauvre Kieran ! Mince alors, je pensais pas qu'espionner les gens et les encourager pour faire mieux était aussi amusant ! Je crois que je devrais le faire plus souvent de mon côté, non ?" laissa tomber celle-ci.

La face bouffie d'Ashton fut encore plus lunaire que d'habitude suite au commentaire de sa cavalière. Son esprit pervers et gouailleur resta bloqué en mode écran bleu.
Mais, mais, mais cette gosse n'avait aucun sens de l'ironie ma parole !
C'était, c'était... génial ! Exploitable ! Imprévisible ! Tout ce qu'aimait le petit obèse violet. Pour lui rien ne valait la surprise, le chaos.
Décidément traîner avec Mairéad à cette soirée était encore plus intéressant que prévu... Rares étaient les élèves capables de surprendre Ashton.
"Oh oui, tu devrais..." susurra-t-il d'un ton mielleux après avoir reprit contenance. "Mais je te suggère au départ de t'en tenir aux renseignements, à l'étude avant de proposer encouragements et conseils. Il faut savoir de quoi on parle et comment le dire : certains risquerait de mal le prendre..."
Oh oui, douce et pure Garance, transforme toi en petit stalkeuse pour leur bien voyons...

Le couple (d'un soir) mal assortit se dirigea vers le bar où le sans-gêne et l'assurance affichée d'Ashton firent merveille.
Savourant son effet, le gros se demandait si la jeune fille oserait boire un truc qu'il avait préparé, même devant elle. La majorité des élèves du pensionnat, enfin ceux qui le connaissaient un peu ou par ouï-dire auraient un semblant d'hésitation, flairant le piège.
Curieusement, il n'y en avait pas. Pas de surdosage pour amoindrir son jugement, pas de petite pilule pour rendre docile une demoiselle, pas de laxatif propre à vous faire passer une soirée de rêve sur le trône, pas d'échange de verre à la dernière seconde.
Cela en était presque curieux.

En tout cas, la jeune fille finit par rendre son verdict.
"Moi c'est miss Ní Mhaonaigh, pas Anderson, mais d'accord je choisis ! Je prends le sans alcool mais je veux quand même goûter celui avec de l'alcool dedans, je me coucherais moins bête ce soir. Et puis mes frères disent que l'alcool c'est bon, comme ça je saurais aussi si ça l'est. Par contre si tu vomis ou si t'es chiant parce que t'as bu, je te laisse sur le yacht avec un cupidon et je rentre."
Ashton retint un énième soupir. Ces jeunes n'avaient aucune culture, pas fichu de retrouver une citation un brin déformée...

Il poussa le verre d'alcool vers la demoiselle, pour qu'elle satisfasse néanmoins sa curiosité pendant qu'il lui répondait.
"Tu n'as visiblement pas vu le film. Je te montrerais Matri..x." commença le petit porcelet, retenant à grand peine un jeu de mot idiot. "Et ne t'inquiète pas : l'avantage d'être un petit tonneau, c'est qu'on a une bonne contenance. C'est pas un petit verre qui fera de moi un idiot baveux, mais plutôt ton charme juvénile... Non que vous me faîtes vomir, bien au contraire, même si je suis hyper content."

Il toussota volontairement, avant que son esprit partent dans d'autres travers et ruine (encore plus) sa faible crédibilité. Il poussa donc les verres demandées vers la jeune fille.
"C'est mauvais." décida-t-elle en gouttant la version alcoolisé du cocktail. Heureusement pour le fier maître barman improvisé, elle aima la suite.
"Par contre ça c'est bon, c'est un peu le même goût mais la vodka c'est pas bon du tout ! Tu vas vraiment boire tout ça ? Non parce que c'est fort quand même... "
"Aucun soucis, fillette, j'suis un dur à cuire." affirma Ashton en récupérant le verre, buvant tout de même lentement en accompagnant ça de chips, cacahuètes et autres petits-fours qui traînaient alentours. "Je ne vais pas laisser passer l'occasion d'échanger avec toi un baiser indirect. Dans la plus pure tradition des manga, on sortira ensemble à la fin de la saison 3, du coup."
Le petit gros laissa volontairement échapper un ricanement sarcastique pour bien montrer à la naïve Mairéad qu'il plaisantait.
Ce genre de chose n'arrivait jamais dans la vraie vie. Surtout pas aux adolescents rondouillards d'un mètre cinquante-trois.

"Bon, on a prouvé que tu n'aimais pas l'alcool, malgré les recommandations fraternelles..." poursuivit-il. "Encore qu'il y en a des milliers de différents et que c'est surtout un goût acquis, donc on pourrait poursuivre les tests, mais je doute que ton estomac le supporte... Et comme tout ne semble guère à l'aise en public, ça me surprend venant d'une mini-miss, on va se dégoter un coin tranquille pour glander et discuter en attendant que sonne les douze coups de minuit et que je te ravisse un baiser qui te libérera de la corvée de te trimbaler avec moi..."
Ashton farfouilla néanmoins dans le bar, pour s'octroyer une bouteille de jus de fruit, ainsi qu'une autre, de jus de fruit fermenté (un vin blanc extrêmement doux, ça plairait peut être à ça cavalière).
Il s'empara aussi d'un plateau entier de canapés et autres hors d'œuvres, histoire d'avoir à grignoter un peu (et en priver plein de gens), s'improvisant serveur.

Fendant la foule tel un mini brise-glace, s'excusant à peine d'un "Pardon..." dégoulinant d'hypocrisie tout en chantonnant "I came in like an wrecking ball..." en marchant sur les pieds des danseurs, cognant du coude ou du plateau les autres élèves (ciblant particulièrement ceux en couples ou beaux, ou en couples et beaux), l'obèse violet conduisit la jeune fille dans les ponts supérieur du bateau.

Bien évidemment, Ashton étant Ashton, outre le fait d'emmerder les danseurs et convives, il prit un malin plaisir à se "perdre" un peu dans les coursives, suivant volontairement des duos d'élèves qui voudraient s'isoler dans les chambres luxueuses et de luxure du bateau.
Et bien sûr, le petit gros trimbalait en remorque Mairéad, ralentissant le pas quand ils passaient devant une cabine verrouillée d'où s'échappaient gloussement et bruits suspects, échangeant avec la jeune fille un lourd (très lourd) clin d'œil de connivence.
"T'inquiète, j't'emmène pas dans mon antre obscène. Je sais pas ce que tes frères t'ont conseillés là dessus, mais j'doute que tu veuilles que je te fasse découvrir ça..." assura-t-il, d'un ton à la fois doux et dérangeant, un rien pervers. Ashtonien quoi.

Et au détour d'une coursive, ils finirent par aboutir sur le pont supérieur, donnant une vue panoramique sur l'ensemble de la fête.
Comme prévus par le violet, il n'y avait pas foule : à cette hauteur il y avait quand même un petit vent marin un rien frisquet.
Il s'adossa nonchalamment au bastingage et contemplant un moment les gens qui s'amusait. Il pourrait être là-bas, avec eux, à les pousser au vice, à la consommation d'alcool et d'autres substances qui s'échangeaient toujours en marge des Jim's. Il pourrait être là, parasite méphitique, gênant l'intimité des couples, laissant tomber des phrases assassines ou balançant des rumeurs (vraies ou fausses) pour semer chaos et discorde pour se gausser des inévitables déchirements et drames d'un soir.

Mais là, il était présentement avec Garance, et l'air de rien la goutte de sang de gentleman anglais qui traînait dans son corps bouffit par la haine et la rancœur réclamait qu'il se comporte comme tel.
Négligemment, il se dévêtit de son veston et le posa de force sur les épaules de sa cavalière. Oui, il était bien assez large et tant pis s'il sentait la sueur mariée à l'eau de Cologne d'Ashton.
"Tiens, prends ça... Il n'y'a hélas plus assez de monde pour contempler ton jolie corps dans ma jolie robe et je préférerais que tu n'attrapes pas froid. Quelqu'un pourrait croire que j't'ai filé une MST."

Il désigna ensuite les plateaux de bouffe, lui indiquant ainsi que non, c'était pas tout pour lui et qu'elle avait le droit de se servir.
Ashton déboucha son vin, se servant un fond de verre (mieux valait être prudent avec la vodka qu'il s'était déjà enfilé, même si le cocktail avait dilué ça).
"Tu peux goûter ça, si tu veux." déclara-t-il après avoir jouer les taste-vins. "C'est d'une douceur à se damner, avec un taux d'alcool à ne pas négliger toutefois. Le parfait piège à filles en soirée ! Mais tellement plus raffinée et délicat que ces horreurs chimiques super-sucrée d'alcool-à-bourrer-pour-bourrer pour ado que les fabriquant de spiritueux ont créer pour conquérir le public jeune et féminin..."

Le petit grassouillet s'enfourna quelques bouchées de petits fours dans son ample gosier, avant de poursuivre en désignant la soirée qui battait son plein.
"Tu t'amuses, au moins ? Vous autres les solitaires ou les asociaux, on ne sait trop comment vous distraire... Et faut bien avouer qu'à part bavarder, bouffer et boire, j'ai pas grand chose à te proposer... Du moins en mode tout public."

Décembre - Soirée de la Jim's - #7c0856
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Disparate et Disharmonieux   Disparate et Disharmonieux 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Disparate et Disharmonieux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: