Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse

Aller en bas 
Hello my name is
Andrew L. Rosebury
Pseudo du joueur : Alice
Autre(s) compte(s) ? : Kam & Cha & Tyler
Personnage sur l'avatar : Itachi Uchiha (Lily art)

Masculin Âge / Classe ou Job : 29 ans - Psychologue
Messages : 153
Hello my name isAndrew L. Rosebury
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11329-be-patient-andy https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12101-do-it-now#172702 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12101-do-it-now https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11455-inspecteur-donovan-lms-andy

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse   Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse 1400359500-clockMar 1 Aoû 2017 - 10:05
Entre mon enfant, confies-toi à maman.
Voilà bien quinze jours que tu n'as pas mis les pieds sur l'île. Et ce n'était même pas un congé sabbatique. Oh que non. Tes vacances à toi, elles sont pendant l'année scolaire. Évidemment, que tu ne peux pas te permettre de partir un mois. Ce n'est pas dans tes mœurs. Tu es bien trop professionnel pour agir ainsi. De même que profiter de tes escapades forcées pour te prélasser sur une plage. Jamais il ne t'est venu l'idée d'agir de la sorte. Bien sûr que non. Et puis, pour toi les vacances ne sont rien si tu n'as pas Logan près de toi. Ce dernier ajouterait probablement que t'es une sangsue. Un petit sourire nostalgique se pose sur tes lèvres. Voilà presque un mois que tu n'as pas de ses nouvelles. Tu étais malheureusement bien trop occupé à gérer la fin d'année. Le départ de certains de tes patients, le suivi approfondit de bien d'autres et ton fameux voyage. Le même que tu effectues plus ou moins tous les mois. Cette fois-ci, tu t'es permis d'aller plus loin que d'habitude. Plus enfoncé dans le continent africain que tu ne l'as jamais été. Même ton escapade dans la forêt amazonienne passe pour une promenade de santé à côté de ce dernier voyage. Tu profites souvent de l'arrêt des cours pour te montrer téméraire. Parce que franchement, qui choisirait de parcourir le désert en long, en large et en travers à dos de chameau pour traquer un don ? Il doit te manquer une case quand tu choisis tes destinations...

Ce n'est heureusement pas pour parler de ça que tu te retrouves actuellement dans ton bureau. À dépoussiérer ce dernier et faire un peu de ménage. Tu le fais toi-même, car tu as formellement interdit aux femmes de ménage d'y mettre un pied. La raison la plus souvent évoquée est le secret professionnel. Mais en réalité, tu ne supportes pas que quelqu'un dérange ton bureau. Même le simple déplacement d'un stylo te fait grincer des dents. Pour le bien de tout le monde, tu te charges toi-même de ton ménage. Comme si tu n'avais pas assez de choses à faire comme ça... Tu dois d'ailleurs te dépêcher. L'un de tes patients réguliers ne va pas tarder à arriver. Ce n'est pas le plus fidèle au poste, mais ce gamin, tu l'aimes bien. D'ailleurs, tu prends un soin tout particulier à veiller sur lui. Le gamin est attachant, mais ce n'est pas la raison principale à ça. Oh non. Ce qui te fait agir de la sorte a plus à voir avec son don. Un don que tu as toujours pensé fabuleux. Jusqu'à Cassidy. Un échec cuisant pour toi. Tu n'as pas su détecter son problème. Et ça lui a coûté la vie. Tu ne reproduiras pas cette erreur. C'est pour ça que tu convoques le jeune Holm tous les mois. Pour que son ami imaginaire ne le pousse pas vers la sortie. Définitive.

Que de joyeuseté pour un retour.

Tu allumes ton ventilateur, parce que mourir de chaud ne fait pas partie de tes attributions, avant de sortir la fiche de Narcisse de ton bureau. La dernière fois s'est relativement bien passée. Peut-être, vas-tu essayer de parler de l'amitié pour commencer aujourd'hui. Oui, tu as entouré cette phrase plusieurs fois. Ne compense pas les vrais amis (PP). Sous-entendu les personnes physiques et juridiquement reconnues. Avoir quelqu'un de tangible sur qui se reposer est une bonne chose. Même si cette personne te trahit. Tu auras toujours quelqu'un à qui en vouloir, à accuser, de qui vouloir te venger. Ce qui est nettement mieux que de tout garder pour soi. À défaut de mieux.

Quand on frappe à ta porte, ton portable indique 10h. Tu te lèves pour ouvrir en constatant que ton invité est à l'heure. D'un sourire chaleureux, tu l'accueilles et l'invites à s'installer. Pas de canapé rouge où s'allonger ici. Tu trouves ça d'un cliché. Non, de simples fauteuils. Mais extrêmement confortable. Tu les as toi-même testé avant de les placer ici. La pièce est d'ailleurs très intelligemment disposée. C'est normal puisque, sans te vanter, c'est toi qui en as eu l'idée. À côté de la porte, se trouve le bureau avec ton ordinateur et quelques-unes des fiches de tes patients les plus réguliers. Puis en face du bureau, derrière la porte, se trouve les armoires à tiroirs métalliques où sont rangés tous les dossiers. À l'opposé, sous la fenêtre, mais tout de même proche du mur, tu sais pertinemment que ça rassure pas mal de tes élèves, se trouve les fauteuils en question. Autour d'une table basse sur laquelle tu disposes le plus souvent des feuilles blanches et des crayons. Ça aide certains de dessiner ou juste d'avoir quelque chose dans les mains.  

C'est donc ici que tu guides ton jeune invité. « M. Holm, installez-vous. » Le tout d'un ton calme et chaleureux. « Comment allez-vous aujourd'hui ? » Ta thérapie commence souvent par une discussion. L'essentiel étant de faire croire que vous êtes tous deux en terrain neutre. Et que le patient ne pense pas être dans l'antre de la bête. Si tu voulais jouer les tyrans Andy, tu serais dictateur et non psychologue.

ft. Narcisse E. Holm • Bureau d'Andy • 01 Août • Tenue



_______________________

“Le souvenir de nos erreurs est notre plus fidèle compagnon.”

Indisponible pour RP
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse   Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse 1400359500-clockDim 6 Aoû 2017 - 18:42



— « Entre mon enfant, confie toi à maman. »



L'humain est petit sur terre, c'est une boule ridicule de chair qui n'arrive pas à s'avouer qu'il n'est pas seul dans cet étroit univers. Il est là, comme un con à se dire qu'il est le roi. Il est là, imbu de lui-même, à se dire qu'il vaudra toujours mille fois plus que toi. Tu n'as jamais compris ces gens qui finissent pourris de l'intérieur, ils te font penser à des vipères qui crachent leur venin pour déraciner ton coeur. Narcisse, t'as toujours cru que tu étais toi aussi la définition fidèle de ton mythe, qu'une fois penché face à l'eau tu finirais par couler ; prendre la fuite. Ouais, tu te laissais berner par ces idées reçues, ces mots que Calipso te jetait dans l'âme pour te faire crever de souffrance ; ainsi était-il conçu.


Toi, Narcisse, tu faisais parti des humains qui n'avaient plus rien à faire de leur vie. Ces fous de rien qui s'lâchaient en fermant les yeux une liqueur glissant dans leur esprit. Pourtant, tu t'accrochais comme un idiot à un fil instable, tu t'accrochais à ce destin qui te semblait, de loin, infâme. Parce que ouais, tu t'étais fait à l'idée que ton existence ne valait pas le coup, que ce gars t'avais touché lors d'une soirée, que tes amis n'en pleurerait pas beaucoup. T'avais gravé dans ton coeur des idées noires, des secrets de rancœur qui alimentaient ta haine de rester ; sans espoir. Les psy diraient que t'es juste un peu déprimé que tu vois la vie que du mauvais côté. Qu'tu pourrais un peu te détendre, regarder le monde d'un oeil qui pourrait te surprendre. Néanmoins tu ne croyais pas ce que disait ces gars aux allures de je sais tout, ces gars qui d'un sourire te broient et te cassent le cou.


Mais t'étais là, comme à chacun de ces rendez-vous idiots qu'on t'avait imposé. T'étais là à marcher dans un couloir pour te ramener devant la porte de ce parfait étranger. Et tu bronchais pas Nar, tu bronchais pas parce que tu acceptais tout dans ta misérable façon d'être, tu laissais faire glissant un sourire parfait sur ta jolie petit gueule malhonnête. Fallait pas t'en vouloir, tu survivais à ces conneries comme tu pouvais, tu te fondais dans la masse en espérant ne rien laisser paraître. T'aimerais juste, t'aurais souhaité ne pas naître.


Or encore une fois tu t'y rends. T'aurais pu reculer, prendre tes putains de jambes et te barrer. Ouais, t'aurais pu. Mais merde alors, qu'est ce que tu foutais avec ce gars, si jeune qui fait un boulot tellement vicelard. Lui aussi tu le comprenais pas. Tu ne comprenais pas l'univers qui tournoyait comme un gosse autour de sa balle. C'était idiot de se rendre à ses séances, mais tu le faisais ; c'était pas d'la malchance. Tu le faisais pour ce psy qui t'avait accepté comme tu étais, qui était là pour pas que tu te passes la corde au cou ; il voulait que tu souris toi aussi. T'étais aveugle un peu, mais quitte à te faire aider, autant le faire les yeux fermés.


Et tu entres.


— Comment allez-vous aujourd'hui ?


Ce jour-là t'avais pas envie d'enfiler ton costume d'usurpateur, t'étais peut-être plat et faux mais pas moralisateur. Ta canine pinça ta joue, ton palpitant se broya sous l'effet d'la question du jour. Toujours la même, connasse de question qui te malmène. Pourtant, tu te mets un peu à sourire, trop fatigué pour faire semblant de mentir. Tu t'assois.


— Y'a pire, y'a mieux. Je sais pas trop. Il s'est passé pas mal de trucs en ce moment. Sans trop d'intérêt mais bon. Tu hausses les épaules en prenant un stylo entre tes doigts. Et vous, vous allez bien ?


T'aimerais te confier mais y'a tout qui te retient, tu aimerais tout balancer au monde et continuer ton chemin.

© by Narcisse.
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Andrew L. Rosebury
Pseudo du joueur : Alice
Autre(s) compte(s) ? : Kam & Cha & Tyler
Personnage sur l'avatar : Itachi Uchiha (Lily art)

Masculin Âge / Classe ou Job : 29 ans - Psychologue
Messages : 153
Hello my name isAndrew L. Rosebury
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11329-be-patient-andy https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12101-do-it-now#172702 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12101-do-it-now https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11455-inspecteur-donovan-lms-andy

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse   Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse 1400359500-clockMar 8 Aoû 2017 - 19:15
Entre mon enfant, confies-toi à maman.
C'est principalement pour aider les gens que tu as choisi cette voie. Parce qu'à la base rien ne te prédestinait vraiment à suivre ce chemin. Tu avais le tien tout tracé depuis la découverte de ton don. Voyager dans le monde pour le boulot, beaucoup en rêverait. Toi, tu as plutôt voulu en faire un passe-temps. Comme quoi rien n'est acquis, tout est malléable.

Tout comme les émotions qui passent sur le visage de ton jeune patient. Tu le vois parfaitement à ses mimiques faciales qu'il n'est pas très à l'aise avec les questions d'usages. Cependant, tu n'es pas là pour épargner les agneaux de la menace du grand méchant loup. Tu es présent pour les aider à comprendre la menace et à l'éliminer. Ou du moins la diminuer. Car le loup est toujours tentateur et effrayant. Et crier dans ces cas-là ne sert à rien. Le démon intérieur ne fuit pas le bruit.

Néanmoins, c'est une bonne chose de constater que c'est assit que le jeune monsieur Holm te répond. Ne pas prendre ses jambes à son cou et ne pas stationner debout sont toujours quelque chose que tu apprécies à sa juste valeur. Tout comme l'abandon des faux-semblants et la franchise. Aussi blessante puisse-t-elle être.

Hausser les épaules semble être un moyen pour ton invité de couper court à cette discussion. C'est une parade bien peu convaincante. Ton autonote restitue déjà la conversation depuis que ton patient a franchi la porte de ton espace. Quant à toi, tu te saisis de ton bloc note pour noter quelques mots. Pas mal de trucs, sans intérêts. À développer. Tu auras largement le temps d'y revenir après avoir répondu toi-même à la question. Tu aimes discuter avec les personnes qui viennent te voir. Plus que les questionner sans fin, tu préfères le dialogue. Il faut généralement un petit temps pour s'y habituer et que la conversation devienne fluide. Mais c'est justement ton travail d'y veiller. Tu apprécies d'autant plus quand ce ne sont pas des réfractaires qui se trouvent face à toi. « Relativement bien pour une reprise. On a tous du mal à reprendre le rythme. Mais vous avez encore un peu de temps avant de vous en soucier. » Même si ce n'est pas vraiment de vacances que tu rentres. Et ton expression est chaleureuse quand tu dis ça. Tu te souviens parfaitement de comment c'est d'être jeune. Te sentir vieux n'y changera absolument rien d'ailleurs.

Avant de poursuivre, tu joues les hôtes serviables. « Désirez-vous un thé ou une tisane monsieur Holm ? » Parce que oui, tu as une bouilloire sur ton bureau, remplie d'eau, et un coffret contenant différent de sachets de thé et de tisane dans le dernier tiroir dudit meuble. On ne pourra pas dire que tu ne sais pas recevoir tes invités. Ce qui est très inapproprié comme réflexion présentement. Surtout, que ce n'est pas ainsi que tu les reçois chez toi. Mais bien peu de tes patients ont eu le privilège de voir l'intérieur de ton chez-toi. Bien peu de tes collègues également. En fait, bien peu de personnes mêlées au travail. Tu préfères choisir un terrain où tu n'es pas observé ni jugé. La plupart ne font pas partie de tes amis de toute façon.

Tout naturellement, tu enchaînes. « Et ces trucs sans trop d'intérêt, monopolisent-ils suffisamment vos pensées pour les avoir évoqués ? » Que ce soit pris pour une parade ou non importe peu. Puisque l'objectif n'est pas de savoir, mais d'aider. Après tout, chacun est libre d'avoir son jardin secret. Particulièrement ceux qui viennent te voir. Tu ne cherches pas à être la lame qui tranche leur vie privée, tu aspires juste à devenir le bouclier qui protège leurs secrets des autres. Pour ceux qu'ils acceptent de te confier. Comme tu aimerais être un baume au cœur qui résout tout. Malheureusement, tu n'as pas ce don. Tu n'es pas sûr qu'un pareil pouvoir existe.

ft. Narcisse E. Holm • Bureau d'Andy • 01 Août • Tenue



_______________________

“Le souvenir de nos erreurs est notre plus fidèle compagnon.”

Indisponible pour RP
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse   Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse 1400359500-clockJeu 17 Aoû 2017 - 1:19



— « Entre mon enfant, confie toi à maman. »


Dès le début on t'avait dit que tu étais trop différent. Ils n'ont pas vu que tu étais autre chose ; un enfant. Et tu te noyais dans un masque de banalité face à eux tous, des milliers de fois tu voulais leur hurler dessus pour leur montrer ta véritable nature, que tu n'étais pas si seul, mais entouré d'ordures. Narcisse, tu ne te croyais pas innocent de tout le malheur qu'avait engendré ce pouvoir. Tu avais détruit toute ta famille à ton grand desespoir. Dès le début, à ta naissance tu étais une bombe que personne n'avait engrangé, mais il y eut ce moment où tu as laissé les rideaux s'ouvrir pour exploser.


— Désirez-vous un thé ou une tisane monsieur Holm ?


Tu décroches. Perdu. Ou tu ne veux pas t'aggriper.


T'as foutu l'feu à ton existence, t'as détruit toute cette fausseté et cette vraisemblance. Pourtant tu n'es pas resté comme un arbre à sa place, tu t'es enfuis au plus loin de ton esprit pour espérer n'être qu'un dessin qu'on efface. Une saleté de mauvaise herbe qu'à survécu, comme un con t'as continué ton chemin pour une raison inconnue.


Et tes doigts se serrent contre le fauteuil, tu deviens blanc et tu sens le liquide sacré de tes veines s'alourdir, tout doucement il commençait à ralentir. Nar, tu fixais ce gars en face de toi, tu fixais ses yeux comme si qu'il était la raison de tout, l'univers qui coule dans ses iris et qui se découe. Lui aussi n'était qu'un pantin du destin, lui aussi attendait sa mort comme tous les autres tandis que toi tu cherchais à la déclencher comme un con aux années mortes. Et peut-être c'était toi le lâche, peut-être que tu n'étais que l'idiot qui voulait prendre son peu de minutes à vivre entre ses doigts, serrer comme fou pour que tombe la courronne du Roi.


D'un froncement de sourcils tu dépassais tes pensées, oubliant que ces songes pouvaient parfois t'anéantir et te tabasser. Alors tu te concentres sur les mots que jettent le psy dans tes organes, il te nourrit de sa sagesse ; de la douceur qu'il émane. Puis tu te détends, espèrant que lui comprenne le silence qui t'anime, qu'il comprenne que tu n'es pas qu'un fou qui voit un gars invisible.


— Et ces trucs sans trop d'intérêt, monopolisent-ils suffisamment vos pensées pour les avoir évoqués ?


Tu sors de ta torpeur, les syllabes tapant dans l'creux de tes tympans. Tu sors de ta rêverie, te disant que tu étais encore vivant. Pour eux.


—Un peu oui...Ou peut-être beaucoup. J'y pense chaque matin en me levant. J'ai l'impression que mon esprit est trop plein. Je pense mal, tout du moins j'ai une grosse tendance à avoir des pensées mauvaises alors que je devrais pas. Du coup votre théorie de la personne avec un amie imaginaire qui se suicide sera vraie. Pause. C'pour ça que j'vous vois depuis...depuis je sais pas combien de temps. Vous avez tous peur que je me suicide, bravo, parce que moi aussi.


Et tu poses le stylo que tu tiens, t'enfonçant dans ton siège. Tu sais pas pourquoi, aujourd'hui tes mots dépassent l'entendement, comme un piège.


—Là n'est pas la question. Il s'est passé des trucs. J'ai rencontré quelqu'un. Celui que je considère comme un frère va mal et...bref.


Une main dans les cheveux,
ces nerfs qui se brisent,
ces souvenirs affreux,
ce futur que tu méprises.


© by Narcisse.
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Andrew L. Rosebury
Pseudo du joueur : Alice
Autre(s) compte(s) ? : Kam & Cha & Tyler
Personnage sur l'avatar : Itachi Uchiha (Lily art)

Masculin Âge / Classe ou Job : 29 ans - Psychologue
Messages : 153
Hello my name isAndrew L. Rosebury
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11329-be-patient-andy https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12101-do-it-now#172702 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12101-do-it-now https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11455-inspecteur-donovan-lms-andy

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse   Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse 1400359500-clockMar 5 Sep 2017 - 20:23
Entre mon enfant, confies-toi à maman.
Cependant, si un tel pouvoir existe, tu es prêt à faire les démarches nécessaires pour le retrouver. Dans les endroits les plus reculés du monde s'il le faut. Ne serait-ce que pour le rencontrer et savoir qu'une telle personne est capable de le faire. Même si tu te fais recaler, tu n'oublies pas un pouvoir que tu as traqué. Chaque don en fonction de chaque personne est différent. C'est comme l'ADN. Il est unique. Tu as particulièrement développé cet aspect de ton don. Parce qu'il est important de retrouver précisément une personne définie.

Ta proposition de thé ne semble pas atteindre le jeune Holm. Tu ne t'en formalises pas. Être dans ses pensées n'est pas mauvais. Tant qu'on ne s'y perd pas indéfiniment. Puis tu remarques que ton patient semble moins crispé, plus détendu. C'est une première victoire pour toi. D'apparence insignifiante, mais profondément importante. Tu n'en doutes pas.

Cette fois, Narcisse t'accorde son attention et une réponse. Bien. Il ne se contente pas d'un simple oui ou non. Tu en déduis qu'il ressent le besoin de parler. Que ce soit consciemment ou non. Que tu sois la personne à qui il veuille le faire n'importe pas vraiment. Enfin si, toi, tu pourras le guider. Des personnes quelconques pourraient le pousser droit au fond du gouffre. En fait, c'est carrément important que ce soit toi dans ce cas précis. Pour quelqu'un qui est hanté par un don pareil, tu ne peux te permettre de déléguer la tâche à un de ses amis.

Quant à sa réponse, tu ne t'y attendais pas. Clairement. Pourtant, tu es prévoyant et imagines le plus de cas de figure possible. Mais là, t'es légèrement déstabilisé. Grâce au ciel, tu ne le montres pas. Tu le notes juste. Peur du suicide. Avant de rayer le 'du' pour le remplacer par 'de se'. Ce qui est totalement différent. Et malheureusement, nettement plus concret. Tu ne laissas cependant pas tes pensées s'envoler vers Cassidy. Tu n'en as pas le temps. « Là n'est peut-être pas la question, mais si ce genre de pensées vous hantent tant, je ne peux pas vous laisser dans une telle détresse. » Puis ne voulant pas garder un ton dramatique, alors que ce n'était pas adapté, tu poursuivis. « Presque un an. » Devant son air un peu perdu, tu explicitas tes propos. « Ça fait presque un an que nous nous voyons. » Et parce que Narcisse avait envie de parler de certaines choses plus que d'autres, tu reviens sur cette personne à laquelle il pense.

Qui qu'elle soit, si elle arrivait à avoir l'attention du jeune Holm, au point de reléguer ses propres problèmes déjà suffisamment sérieux au second plan, tu voulais bien consacrer cette séance pour en discuter. À condition que ce ne soit pas un simple crush qui pleure son ex. Vraiment, tu n'es pas conseillé matrimonial... « Bref ? S'il va mal, à mon avis, ça n'a rien de bref. Surtout pour que vous vous sentiez concerné à ce point. » Tu prends quelques secondes pour réfléchir à comment amener ta prochaine idée. « Est-ce que ça a une quelconque incidence sur votre relation ? » C'est objectivement ce qui est le plus probable d'après toi.

Entrer dans la vie adulte n'est pas simple. Tu vas cependant faire en sorte que ce jeune homme allège un peu sa peine. Ça, tu sais faire.

ft. Narcisse E. Holm • Bureau d'Andy • 01 Août • Tenue



_______________________

“Le souvenir de nos erreurs est notre plus fidèle compagnon.”

Indisponible pour RP
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse   Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse 1400359500-clockJeu 14 Sep 2017 - 3:16



— « Entre mon enfant, confie toi à maman. »



T'es une boule du cosmos qui change, tu sens tes ailes s’écraser dans ton dos, elles veulent juste voir la lumière du jour ; s'déployer comme un ange. Or tu sais que c'est faussement idiot ce genre de pensée, ça se jette à la poubelle et pour toujours. Pourtant tu ne peux pas passer à côté d'ce chemin, t'es dans un carrefour qui t'annonce que c'est ici que continue ton destin. Soit tu devrais rester tel que tu es, ignorer les choses et vivre dans le péché, soit tu devrais juste être différent, un être humain qui se dévoile de lui-même de temps en temps.


Une impasse te cloue dans une cage, t'es comme un oiseau qui ne sait plus voler, comme des feuilles qui ne poussent plus sur un peuplier. T'as juste l'impression d'être barge. Juste l'impression d'être confronté à plusieurs personnalités qu'tu caches, plusieurs vies que tu aimerais avoir mais...tu n'es qu'un lâche. Narcisse t'es celui qui a peur de vivre, celui qui pense qu'un jour sans toi ne f'rait pas de mal à la terre, que tu serais l'engrais pour ceux dans la misère. Puis tu te mettais à penser que tu ne pouvais pas disparaître, qu'il y avait ceux qui étaient autour de toi, t'protégeant contre les mauvais démons de ton être.


L'impasse se traduit en fossé obscur, qui laisse une cicatrice béante dans ton cœur rempli de ratures. Tu ne pourras jamais gommer ton passé, mais peut-être peux-tu écrire ton futur ?


Alors dans un regard dans l'vide tu regardes ton psy, tu regardes son intérêt bienveillant, tu regardes son air sérieux de celui qui analyse dans un silence presque pesant.


— Presque un an.


Et tu tiltes. Tu te souviens des premiers mois, tu te souviens qu'il était venu te chercher en ayant peur que tu finisses six pieds sous terre, il voulait t'aider et te retirer de ces choses qui alimentent ta sphère. Alors tu le regardes encore dans les yeux, cherchant des réponses à ses propres questions. Cherchant quelque chose à dire au lieu de fuir comme un con.


— Bien sûr que je me sens concerné, c'est ma vie, mon entourage donc bon c'est logique. Une pause te fait réfléchir, tu cherches dans tes pensées, des événements, des choses dures que tu avais vécu dans l'passé. Et tu reviens à toi, mordant ta joue. Non ça n'a pas eu vraiment d'impact.


Tout s'emmêle dans ta tête et tu commences à lâcher le fil qui te lie dans la conversation, tu commences à te sentir stressé de cet endroit et de ces mots qui sortent presque par millions. Narcisse t'as l'impression d’être une ruche qui bourdonne sans arrêt, que ta tête et ton cœur ne sont jamais en accord sur les mots que tu disais.


— On peut arrêter de parler de ça ? C'est juste je me prends trop la tête pour rien.


Tu venais sonner la cloche, la cloche qui disait que c'était la fin.
© by Narcisse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse   Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Entre mon enfant, confies-toi à maman. | Narcisse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: