Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockVen 23 Aoû 2013 - 19:57

What the Hell ? An Awkward Meeting.


 
 
 


Ce matin, pas cours. Ca fait vachement du bien quand même. De plus que cette nuit, Miha avait enfin réussit à faire une nuit presque complète. Et ça, c’était un achèvement. Pour le coup, la Hongroise se trouvait plutôt de bonne humeur, elle décidé alors qu’il était tant pour elle de profiter de son week end pour remplir ses valises. N’étant arrivé que depuis peu, les seules affaires dont elle disposait étaient celles qu’elle avait emporté avec elle en arrivant, donc aujourd’hui, décidé, c’était sortie shopping.

Elle s’habilla, t-shirt, short et chaussure ouverte, rien de bien compliqué puisque qui dit shopping dit essayage.  L’expérience du petit haut trop petit, Miha la connaissait et avait de toute façon besoin d’être sûre d’elle avant de faire un achat de ce genre, parce que dépenser son argent dans des fringues, c’était vraiment pas sa priorité. Elle sortit aux alentours de 11h du pensionnat pour se retrouver dans la ville.

Elle se rappela avoir faillit se perdre lors de son arrivée sur l’île, aussi elle prit garde à chacun de ses pas. Finalement ses pas la menèrent à la galerie marchande. Dieu que c’était bon de venir le matin. Pas encore trop de mondes, il fait encore un peu frais dans les rues pavés… Une belle journée en perspective. Miha entra dans la rue dans laquelle elle avait le plus de chance de trouver des boutiques de vêtement.

Elle entra dans l’une d’elles, fit le tour des articles. Lui vint alors en mémoire ce prof bizarre qui arrête pas de lui dire de s’habiller avec plus de couleurs. C’est vrai que Miha n’était pas au summum de l’excentricité vestimentaire. Cela en tête, elle décida d’essayer, ne sait-on jamais, un petit haut couleur pêche. Deux articles supplémentaires aux bras, Miha s’engouffra dans l’allée des cabines d’essayages. Personne. Bien ! Pas besoin d’attendre. Elle entra dans la première sans fermer la porte. A cette heure du matin, même les vendeuses n’avaient pas l‘air  des plus actives, et pour quelques hauts, seule dans les cabines, elle n’en avait pas à s’en faire pour son intimité. Elle retira alors son haut  et s’affaira à passer sa tête dans le haut pêche.





Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockVen 23 Aoû 2013 - 21:07
Mais qu’est ce que les gens peuvent être susceptibles ! C’est quand même dingue de parvenir à prendre ombrage pour des futilités pareilles! Surtout que franchement, j’estimais avoir plutôt rendu service. Bah ouai, ce mec fumait comme un pompier. Donc au final, avoir allégé son porte monnaie d’une petite centaine d’euros était un geste de charité. Je conservais sa santé et éloignais le spectre du cancer du poumon qui ne tarderait pas de venir lui passer un petit coucou avant de l’entrainer dans une jolie petite boîte en bois. La nicotine c’était mauvais et se trouver dans un bureau de tabac pour prendre sa dose de poison à 18 ans n’avait rien de bien fameux. Heureusement pour lui, sa route avait croisé la mienne. D’ailleurs je ne doutais pas que ces parents écriraient une symphonie à mon éloge en sachant mon geste de bonté absolue. Néanmoins, malheureusement pour moi, j’avais croisé la route du grand frère du fameux fumeur ainsi que des amis du grand frère… Hum hum.
Ce qui m’avait conduit à une petite course poursuite dans les rues de la ville. Chance pour moi il faisait beau, ce qui était un temps idéal pour atteindre une pointe de vitesse et profiter de la foule présente pour se fondre dans la masse. Néanmoins, les bougres ne semblaient pas daigner lâcher l’affaire. Blasé par temps de hargne, mon regard fini par tomber sur une boutique de fringue. Subitement inspiré et désireux de me trouver une planque plutôt que de battre mon record niveau sprint, je pénétrais comme un boulet de canon dans la boutique.

Euh…gros changement d’ambiance. Le calme du lieu contrastait fortement avec la frénésie de ma situation. Néanmoins, ne disposant pas de mon temps à ma guise, je me jetais dans la première cabine d’essayage pour me planquer. Et là… j’eu presque envie de bénir la bande de gros bras qui voulait me lyncher. Pourquoi ? Bah il se trouvait que la cabine était occupée par une demoiselle en plein essayage. La vue étant charmante...très charmante. Je ne m’attardais malheureusement pas dessus. En effet, si la gente féminine avait bien une réaction type c’était « le cri strident ». The truc que je comptais éviter. D'une pour mes pauvres tympans qui n'avaient absolument rien demandé et ensuite parce qu'une bande d'individu ne manqueraient pas de venir voir si je n'étais pas la cause de tant de décibel. Bref, instinctivement à la vue de l’occupante, j’arrachais rapidement le vêtement couleur pêche qu'elle avait commencé à enfiler pour atteindre au plus vite sa bouche et l’empêcher de hurler.

M’armant d’un regard suppliant et espérant que mes yeux bleus gris cendre lui feraient un petit effet, je chuchotais en approchant mon visage du sien.

« Ne dit rien! J’ai juste besoins d’une cachette ou sinon ce sera le cercueil pour ma grande carcasse! »

Puis ne pouvant m'empêcher de laisser mon caractère naturel ramener sa fraise, j’ajoutais avec un sourire amusé :

« Mais tu peux faire comme si j’étais pas là… »

Néanmoins, vu que la coopération n’était pas encore officielle en provenance de la demoiselle, je conservais ma main sur sa bouche. Bien décidé à rendre hermétique cette petite cavité apte à me foutre dans des emmerdes monstrueuses. Pour ponctuer ma tirade, j’entendis la clochette de la boutique résonner et une flopée de voix masculines retentirent avec une discrétion des plus discutables.
Étant athée, je pris tout de même la peine d'adresser un petit coucou à la pseudo divinité qui régnait sur notre monde. Promettant de brûler un cierge chaque soir en son honneur si elle daignait me donner un ange gardien potable. Certes, la religion était à mon sens que de la connerie profonde, j'estimais néanmoins que je n'étais pas en position de cracher sur une quelconque forme d'aide. Après tout, comme présentement, je n'étais jamais à l’abri d'une bonne surprise!
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockVen 23 Aoû 2013 - 23:59



Par le pouvoir du crâne ancestral ! Qu'était-il en train de lui arriver ? Soudain son T-shirt lui avait été ôté violemment et une main était venue se coller contre sa bouche. Devant elle un jeune homme. C'est tout, un homme. C'est tout ce qui l'avait frappé. Un homme se trouvait dans sa cabine d'essayage une main contre sa bouche. Mais que fait la police ? Enfin, au moins les vendeuses.

Il se justifia en invoquant le fait qu'il s'agissait d'une question de vie ou de mort. Apparemment il ne savait pas avec qui il se trouvait puisqu'en dehors de cette cabine avec sa menace de mort ambulante ou dans une situation aussi embarassante avec la Hongroise, ses chances de rester en vie étaient tout aussi moindres.

La tentative d'agression de Mihaly se définit par essayer de tuer le garçon du regard tout en essayan de masquer au mieux sa poitrine avec ses bras et haut qu'elle avait récupéré au vol en se l'étalant sur le buste. Si elle ne s'était pas toruvé en soutien gorge, elle aurait certainement essayé d'étrangler le malotru, pas qu'elle s'inquiète pour son intimité, Miha ne faisait pas parti de ce genre de fille ultra-pudique. Un soutien gorge, c'est amais que la même chose qu'un maillot de bain de pièce, non ? Non, le problème, c'est l'éthique. On rentre pas comme ça dans une cabine d'essayage  tel un agresseur de supermarché.

Alors que son regard insisté sur le fait qu'elle était furieuse, notamment suite à la dernière remarque du gaçon, elle entendit retentir le "digling" de l'entrée de la boutique et des voix d'homme pressés évidemment furieux. Miha écoutait. C'était de lui que ce garçon se cachait ? Elle se décrispa. C'est comme dans ces films d'action, quand le suspens est à son comble alors que le héros se cache dans le bureau du méchant. De plus cette histoire ommençait à titiller la blonde. Elle entendit  alors des pas dans l'allée des cabines. Ces hommes ou une vendeuse ? Pas de tâlons aiguilles en tout cas. Et le pas lourd. Il n'y avait pas trente-six mille solutions. Afin de détourner l'attention des hommes, Miha dégagea sa bouche de l'emprise du garçon, fit passer le haut qu'elle tenait dans ses bras pa dessus la porte pour l'y accroché et prit sa meilleure voix de nunuche :

« Excusez-moi, est-ce-que vous pourriez m'amener la taille au-dessus ? »

On lui répondit avec un grognement, auquel elle répondit en s'excusant d'avoir cru qu'il s'agissait d'une vendeuse puis les pas s'éloignèrent. Puisqu'il s'agisait de la seule cabine occupé, il était évident que leurs cible ne se trouvait pas ici. Enfin, c'est ce qu'l croyaient puisqu'on entendit à nouveau la sonette de la porte d'entrée. Miha ouvrit la porte de la cabine et y passa la tête, ils n'était plus là. Elle passa alors son bras derrière le pervers-en-danger pour récupéré son haut puis attrappa le garçon par les épaule en souriant pur lui administré un joyeux coup de genou entre les jambes. pas trop fort, pas trop gentil, juste de quoi sonner un peu. Ayant vécu avec des garçon, elle savait bien se défendre.

C'est là qu'une vendeuse surgit pour essayait de comprendre ce qu'il se passait. Celle-ci reconnut le garçon qui était entré précipitemment dans la boutique pour se réfugié dans les cabines. A sa question "est-ce-que ce garçon vous ennuis ?", Miha répondu avec un sourire en coin taquin pour le jeune homme :

« Pas de problème, c'est mon petit ami. »

Suite à quoi elle enfila son haut comme si de rien était alors que la vendeuse repartait, un air mi-dégoûté mi-dubitatif sur le visage en grommelant des choses comme "halala ces jeunes... Moi à leurs âges...".







Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockSam 24 Aoû 2013 - 13:23
C’est sans grande surprise que je vis la jeune femme m’adresser un regard noir par-dessus ma main. Ouai bah si elle n’était pas contente, fallait en causer à la bande de gros bras qui voulait me refaire le portrait ! J’étais victime moi ! Puis quand on avait un minimum de jugeote on se fermait dans une cabine d’essayage ! Sinon fallait pas se plaindre quand un intrus vous rendait visite ! Je n’avais pas eu le temps de me pencher pour voir si une paire de pied était sous la porte! Fallait un peu se remettre en question de temps en temps d’abord ! Non mais les femmes je vous jure ! Toujours promptes à accuser les mecs, mais alors à juger leur propre comportement : LA JAMAIS!
Bref, je vis que la reine de la mauvaise foi tentait tant bien que mal de dissimuler sa poitrine (charmante !) avec ses bras et un vêtement. Ne se rendait-elle pas compte de la détresse de ma situation ? Ne pouvait-elle pas prendre pitié deux secondes et me laisser profiter d’une belle vue pour soulager mon âme malmenée par ce monde brute ? Visiblement non, j’étais tombé sur une sans cœur !

Quoi que, il y avait peut être un peu d’espoir chez elle. En effet, alors que j’entendais des pas se reprocher de la cabine, la demoiselle se dégagea pour faire son numéro de la cliente modèle. Pour ma part, je me collais contre le fond de la cabine pour grimper sur le petit tabouret qui s’y trouvait. Histoire de faire disparaître ma paire de pied du champ de vision d’un homme qui se pencherait pour compter le nombre d’occupant de la cabine.
Un grognement se fit entendre puis de nouveau la clochette du magasin. Visiblement mes poursuivants avaient conclus que je m’étais réfugié ailleurs, à mon grand bonheur. C’est donc avec un sourire ravi que je sautais en bas de mon perchoir. Ma sauveuse sans cœur en profita pour regarder à l’extérieur et moi j’en profitais pour regarder son fessier. Moi pervers ? Pas du tout. Mais vu qu’elle regardait ailleurs c’était le moment ou jamais d’évaluer la carrosserie arrière. Simple question de bon sens.
Vous savez quoi ? Cette femme était casse couille. Au sens propre comme au sens figuré. A croire que c’était une tradition féminine que de frapper dans les bijoux de famille des hommes. Une façon de nous baptiser ? C’était à se poser sérieusement la question. Bref, je lui lançais un regard blasé face à cette constatation affligeante. En plus, beau comme j’étais, ne se rendait-elle pas compte de toute l’hérésie de son acte ? A croire que non, encore une brebis égarée que je me devais de remettre sur le droit chemin !

C’est au moment où j’allais ramener ma science infuse qu’une vendeuse décida de ramener sa fraise. Vieille et au ton pédant, je la détestais immédiatement. A un certain âge les humains ne devraient même plus vivre tellement ils devenaient hideux sous l’invasion des rides.

"est-ce-que ce garçon vous ennuis ?"

MAIS JE L EMMERDE ! Je fais ce que je veux ! Et si c’était le cas ? Qu’est ce qu’elle ferait ? La vieille me sortirait sa technique du dentier boomerang ? Non mais franchement…si j’étais censé paniquer c’est clairement loupé. Néanmoins, c’est avec un regard curieux que je fixais l’hypothétique importunée!
Cette dernière m’adressa un sourire concupiscent! Hein? PARFAITEMENT! Puisque que je vous le dit! Elle me draguait maintenant ouvertement !!!!

« Pas de problème, c'est mon petit ami. »

Qu’est ce que je vous disais ! Si ce n’était pas la preuve indiscutable de ce que je venais de vous dire, qu’est ce que c’était? Néanmoins, c’est avec une moue boudeuse que je vis ma « petite copine » renfiler son haut. Me privant d’un panorama des plus intéressants. Méchante…
Au passage, je constatais que la vieille s’en allait en marmonnant toute son indignation face au comportement des nouvelles générations. Bah fallait vivre avec son temps !!! Fort heureusement on en était plus à l’époque où un homme se sentait terriblement émoustillé à la simple vu d’une cheville féminine dénudée ! On avait fort heureusement progressé!

Bref, et maintenant ? Bonne question… techniquement, vu le départ de mes pots de colles, j’étais censé m’en aller poursuivre mon destin. MAIS entre le désir initial et maintenant, une chieuse hypocrite avait attaqué mes bijoux de famille puis m’avait tendu une belle perche pour mettre une joyeuse zizanie…
Ainsi, j’ornais mon visage d’un sourire angélique puis, sans autre forme de procès, je la poussais fortement en dehors de la cabine pour me coller contre son dos en la prenant dans mes bras. BIEN EN VUE DE LA VENDEUSE, je plaquais ensuite mes mains sur sa poitrine et déclarais avec un naturel époustouflant :

« Franchement, le haut couleur pêche t’allait bien. Mais je persiste à dire qu’un petit corset noir et parme t’irait bien mieux! Tu sais ma Chérie, cela mettrait en valeur ta jolie poitrine! »

Et hop, un petit malaxage de seins pour souligner mes dires! Bon d’accord, je l’admets, il y avait une chance sur dix pour qu’elle n'essaye pas de me casser la gueule…MAIS c’était elle qui avait dit que j’étais son petit copain ! Je ne faisais que tout ce qui était en mon pouvoir pour rendre crédible son mensonge ! Donc oui c’était un acte de bonté de ma part, une preuve de soutien ÉVIDENT et je vous emmerde! Puis merde….elle était jolie et je me vengeais de son atteinte à mon entre jambe! Un point c’est tout !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockMer 11 Sep 2013 - 21:10



La voilà sortie, elle va pouvoir se défaire de ce gros naze. Mais, qu'est-ce-qu'il fait ? A peine un pied en dehors de la cabine que Miha sens le garçon se jeter sur elle. Ce qu'il dit, elle n'en a rien à fiche, mais se faire agripper la poitrine comme ça, c'est jamais vraiment agréable. C'est vrai, quoi, il aurait au moins pu l’emmener boire un verre avant. Désorienté, elle croise le regard assassin de la vendeuse à laquelle elle ne trouve rien d'autre à faire que de sourire bêtement. Elle aurait pu crier au viol et avouer que ce mec, elle ne le connaissait ni d'Eve ni d'Adam, mais non. Elle souriait comme pour s'excuser des manières de son « petit ami », elle se trouva même en train de répondre :

« Allons, roudoudou, pas en publique ! »

… Ce genre de moment où la parole va plus vite que la pensée. Il faut dire, ce réflexe lui était resté, elle s'était tellement retrouvé dans des situations glauques -et parfois étrangement familière?- que mentir à la volée était devenu un art qu'elle maîtrisait à la perfection. Oui mais voilà, ici elle n'avait pourtant plus à mentir. Quand cette pensée lui vint à l'esprit elle tourna pour qu'il n'y ait que le garçon qui puisse la voir et, passablement agacée, le mit en garde.

« A quoi tu joues, bordel ? C'est ta façon de me remercier de t'avoir aidé ? Lâche moi tout de suite si tu veux pas devenir manchot ! »

Elle se dégagea finalement des bras du garçon en bataillant un peu alors que la vendeuse, ouvertement dégoûté, avait déguerpie. Elle se rhabilla, dan le sens où elle remit en place ses vêtements froissés par l’étreinte. Tout ça, c'était pas qu'une histoire de seins mais une histoire d'éthique.  Si c'est vraiment lui ça, alors c'était tout à fait normal que des hommes l'ai pourchassé pour le tabasser. En fait, Miha était en train de peser le pour du contre de si elle devait, ou pas, l’emmener dehors pour un vrai duel de bonhommes quand un homme les interpella. En se tournant vers l'entrée des cabines, elle vit un homme massif avec un badge « sécurité » sur le torse. Et Miiiince. Regard accusateur vers le pervers et l'homme de la sécurité invite les adolescents à se diriger vers la sortie. Alors qu'elle allait pour chercher les articles qu'elle compter acheter, le gorille retint Miha. Il en fallait pour qu'on empêche une cliente de faire ses achats. Tentative de meurtre oculaire sur la personne du pervers.

Sans le moindre sac d'achat, Miha fut donc reconduit devant la boutique. Que d'humiliation. Mais il ne s'agissait plus de provoquer un scandale, elle comptait bien y retourner dans cette boutique. Mise à la porte avec celui qui avait provoqué tout ça, elle entendit une cloche retentir et sonner les douze coups de midi. Elle passa sa main sur son ventre, ses coups lui rappelèrent qu'elle n'avait pas mangé ce matin. C'est ce qui commença à lui donner faim. Ahlala, le corps humain, quel machin bizarre. Elle se tourna vers le garçon sans plus de cérémonies.

« On va manger tu payes. Ta façon de me remercier et de t'excuser pour tout à l'heure, puis on sera quittes. »







Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockJeu 12 Sep 2013 - 20:28
C’est avec une réelle admiration que je constatais que ma Darling parvenait à maintenir son rôle de brave petite chérie. En effet, malgré mes manières des plus douteuses, l’amour de ma vie se contenta d’un petit sourire timide et déclara :

« Allons, roudoudou, pas en publique ! »

Roudoudou… Je vous laisse imaginer sans mal le sale tic nerveux qui me tordit la bouche de travers à la simple entente de ce pseudo ridicule. Moi un roudoudou ? NAN MAIS C ETAIT QUOI CE BORDEL ?! Moi on pouvait me qualifier d’étalon, d’apollon, de dieu vivant ou de beauté céleste mais pas de ROUDOUDOU ! D’ailleurs ça me faisait penser à cette boule rose qui chantait merdiquement et passait son temps à gribouiller sur la tronche des gens ! Hein ? Ouai rondoudou mais c’est pareil on s’en tape. Bref, c’était niai et dégoulinant de miel. Le genre de surnom qui me faisait profondément pitié et dont je détestais être affublé. MAIS! Vu que cela venait de ma Petite Amie d’Amour, je daignais ravaler la réplique acerbe qui tambourinait contre mes lèvres pour sortir et me contentais de sourire d’un air énamouré.
Puis je vis Mon Rayon de Soleil se tourner vers moi avec une expression qui ne manquerait pas de lui créer de vilaine ride plus tard. Visiblement mécontente pour jenesavaistropquoi, elle me menaça d’un ton pincé :

« A quoi tu joues, bordel ? »

Euh… je joue à :
1/ Lui tripoter les seins car ( ils sont vachement cool à malaxer) je lui fais l’honneur de sentir mes divines mains sur son anatomie
2/ Lui pourrir la vie car j’adore (emmerder le monde) entrainer les gens à gérer des situations loufoques.
3/ Lui apprendre les jeux de rôle car  (j’ai rien de mieux à foutre) le théâtre est un art qui mérite à être connu.
Je lui sors quelle version ?

« C'est ta façon de me remercier de t'avoir aidé? »

Oh ça va hein, pour ce qu’elle avait fait franchement, y avait pas de quoi applaudir non plus ! La non assistance à personne en danger était un crime je vous ferais dire! Elle se DEVAIT donc de m’aider et de toute manière je ne lui avais pas franchement laissé le choix non plus.
Il n’y avait donc rien à remercier. Cette nana se prenait vraiment pour une héroïne, fallait arrêter le délire à la wonder woman!

« Lâche-moi tout de suite si tu veux pas devenir manchot ! »

Pourquoi tant de haine… Ne pouvait-elle pas s’exprimer avec amour et sollicitude? N’étais-je donc pas son roudoudou? Je plaignais sérieusement son mec si elle le traitait comme ça.  
Bref, mon petit oiseau des îles se dégagea de mon étreinte malgré mon expression scandalisé par une telle déferlante de propos douloureux. Moi qui lui donnais des conseils pour s’habiller, voilà comment elle me remerciait…INGRATE !
Alors que j’allais ramener ma science, un type genre gorille nous interpella et empêcha mon amour de se carapater vers les rayons. Je recevais donc un regard noir auquel je répondais par une langue tirée avec malice.

Rebref, quelques minutes plus tard notre petit couple se retrouva foutu dehors. Je ne manquais pas de constater l’air compatissant de l’homme de sécurité sur moi, m’adressant une sorte de « navré mon vieux, mais ce soir tu dormiras certainement sur le canapé». Et oui, la vie de roudoudou n’avait rien de facile. Surtout quand Roudoudette était aussi aimable qu’une huitre !

« On va manger tu payes. Ta façon de me remercier et de t'excuser pour tout à l'heure, puis on sera quittes. »

Aussi étrange que celui puisse paraître, un beau sourire pris place sur mon visage et je prenais ses mains dans les miennes en un geste d’amoureux transit.

« Que ne ferait pas ton roudoudou pour te faire plaisir…. »

Là vous vous dites : Tobias payer le resto à une gonzesse? Bug dans la matrice !
Evidemment que vous avez raison! C’était d’ailleurs notre ami le fumeur à qui j’avais piqué une petite centaine d’euros qui allait régaler ma douce colombe. Comme si j’étais du genre à claquer mon fric pour une nana que je ne connaissais pas et à qui je ne devais strictement RIEN !
C’est donc avec un comportement énamouré mais un regard malicieux que je fixais ma vis-à-vis en m’interrogeant sur le lieu où elle souhaitait aller manger. Par ailleurs, je me demandais si elle allait continuer de me considérer comme son roudoudou… Etrangement j’avais de gros doutes sur le sujet! Allez savoir pourquoi~
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockJeu 12 Sep 2013 - 21:28



Tiens ? C'était si facile ? Il doit cacher un truc... Mais un grondement provenant de son estomac fit taire ses investigation. Elle regarde à gauche et à droite. Rien, que des restaurants aux airs bien trop chic pour la blondinette. Le pompeux c'est pas son truc. Mais elle y repensa à deux fois, elle pouvait bien lui faire cracher son argent à ce trouble fête, non ? Enfin, le faire payer pour lui avoir peloté la poitrine, ça sonne un poil comme de la prostitution, non ? Son visage représenta le dégoût qu'elle éprouva un instant. Ça non, elle n'était pas femme à se laisser payer pour être touché !... Ça sonne mauvais, non ?

Bref, elle reprit sa contenance et passa son bras gauche sous celui du jeune homme  . Partit comme c'était. Oui, ça restait une bonne journée, en plus, elle se faisait payer à  manger. Des vêtements, elle pourra toujours s'en acheter plus tard. Elle se mit à marcher, et même si  sa façon de tenir le garçon pouvait sembler romantique à des regards extérieurs, elle en profiter pour le balancer et( le tirer dans tous les sens. 'Faut pas déconner non plus.

« Alors dis-moi, Roudoudou chouchou -Tu permets que je t’appelles roudoudou chouchou?- Où est-ce-que tu vas n’emmener manger ce midi ?... »

Alors qu'elle sautillait plus qu'elle ne marchait, exerçant par la même une certaine pression sur les épaules du garçon, elle s'amuser à pointer du doigt tous les restaurants qui avait l'air un peu cher et elle chantonnait :

« Celui-ci avec le design épuré et le tapis rouge à l'entré ? Ou celui-ci et ses jolies fontaines en marbre ? »

Bien sûr, ces mêmes restaurants dans lesquels elle n'avait aucune intention de mettre les pieds. Payer une cinquantaine de prism pour une salade qui ne prend même pas  un dixième de l'assiette ? Très peu pour Mihaly. Elle, c'est une jeune femme forte, pleine d'énergie et en pleine croissance. Oui, bon, peut-être qu'elle ne grandirait plus, mais quoi qu'il en soit, elle avait besoin de son quota de calorie journalier. Les régimes, les repas qui en mettent plein la vue mais rien dans l'estomac ? Non, non et non.
C'est pourquoi elle arrêta finalement son choix sur ce qui ressemblait à une baraque à frite. Elle lâcha le bras du garçon -s'en était fini de sa boutade, les choses sérieuses sont arrivées : Manger!- et se dirigea vers le snack ambulant où elle salua  le cuisinier à l'air amical qui l'accueilli :

« Un sandwich avec plein de frite et un soda, s'il-vous-plaît ! C'est lui qui paie alors donnez pas le prix, c'est plus romantique. »

Et une énième vanne tournée vers les resto de riche dans lesquels seul l'homme reçoit une carte avec les prix. Elle alla par la suite s'assoire à peine plus loin, à l'ombre, puis elle fit trotter ses ongles sur la table en aluminium qui fit résonner un bruit métallique par lequel elle invitait le garçon à s'assoire sur la chaise en face d'elle.







Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockVen 13 Sep 2013 - 21:24
Je ne semblais pas faire plaisir qu’à ma douce colombe car l’estomac de cette dernière montra tout son enthousiasme quand à la promesse d’un repas. En effet, le digne représentant du circuit digestif émit un grognement sonore que je soulignais par un petit sourire amusé.
Bref alors que j’allais soumettre l’idée qu’un repas simple était tout aussi bon pour la santé qu’une menu à 300 balles, Ma Darling me prit le bras et m’entraina (traina serait plus proche de la réalité) dans les rues piétonnes. Alors que la demoiselle gambadait joyeusement, mon regard se faufilait dans les coins sombres à la recherche de la petite troupe qui fantasmait sur mon visage en mode contusionné ( Bah ouai, valait mieux éviter d’oublier la flopé de mecs qui voulait me refaire la façade). Heureusement pour moi, la bande ne semblait pas dans les parages et je reportais mon attention sur l’amour de ma vie qui semblait décidé à me tirer le bras dans tout les sens. Au final, j’avais l’impression que mon extrémité gauche avait la maladie de parkinson… pouvait-on assimiler la gente féminine à ce genre de maladie dégénérative ? Hypothèse à creuser.
Quoi qu’il en soit, j’estimais que les hommes offraient facilement leur carte de crédit tout simplement pour ne pas se faire déboiter les épaules par ces spécimens dotés d’ovaires.

« Alors dis-moi, Roudoudou chouchou »

… De mieux en mieux. Je comprenais subitement pourquoi il y avait autant de femmes battues par leur mec. (Pas la peine de me huer ! J’ai le droit d’émettre mon point de vue tout de même!). Parce que franchement, le simple fait d’oser prononcer de telles énormités méritait de bons coups de pied dans le cul.

« Tu permets que je t’appelles roudoudou chouchou? »

Je ne sais pas vous, mais moi je sentais très bien tout l’aspect purement rhétorique de sa question. Du genre : « Mon vieux tu m’as tripotés les nichons, t’es bon pour le pseudo de merde maintenant et je te déconseille de râler! ». Mais qu’est ce qu’elle pouvait être rancunière cette nana… Un peu d’ouverture d’esprit que diable !

« Où est-ce-que tu vas n’emmener manger ce midi ?... »

Euh… je ne cachais pas que moins ce serait cher et mieux je serais heureux. En somme je comptais mettre un point d’honneur à éviter les restos et à privilégier les fast food au prix délicat pour « mon » fric. Néanmoins j’arrêtais là mes réflexions en voyant le doigt de mon syndrome de Parkinson pointer une multitude de lieu apte à faire pleurer mon porte monnaie. (Quand je vous disais que les femmes coutaient chères…Je vous l’avais pas dit? Bah c’est maintenant chose faite !)

« Celui-ci avec le design épuré et le tapis rouge à l'entré ? Ou celui-ci et ses jolies fontaines en marbre ? »

Là comme ça j’étais bien tenté de dire « NON ! ». Cette simple fontaine aurait suffit à racheter ma maison plusieurs fois et j’étais peu désireux de me faire ponctionner de la sorte par la vermine qui avait des goûts de luxes.
Néanmoins, ma colombe eu l’air de prendre pitié de ma fortune personnelle car elle orienta son choix sur une baraque à frite. TRES BON CHOIX ! Au passage, Parkinson me lâcha le bras et partie passer sa commande.

« Un sandwich avec plein de frite et un soda, s'il-vous-plaît ! »

Je fis la trogne en songeant à toute la graisse qui allait se faufiler dans l’organisme de l’amour de ma vie. Les gonzesses faisaient toutes une fixette sur leur silhouette mais mangeaient du gras en pagaille… fallait pas s’étonner après! J’aurai bien demandé discretos au cuisinier de lui donner les patates crus mais quelque chose me disait que ma délicate attention serait mal reçue de la part de ma chérie d’amour…

« C'est lui qui paie alors donnez pas le prix, c'est plus romantique. »

Bah voyons… un pique nique au bord d’un lac, là  je pouvais concevoir l’aspect romantique du truc mais alors dans le fait de ne pas donner les prix…
Bref, Miss Romantique partit s’installer à une table haute en métal. Pas franchement intéressé par ce qu’elle foutait, je passais à mon tour commande :

« Pour moi ce sera juste un soda. Et essayez de ne pas faire les frites trop grasses et de ne pas mettre trop de sel pour ma demoiselle… »

Puis je tendais la somme demandée par le Roi de la frite et allait m’assoir avec nonchalance à la table de mon syndrome de Parkinson. Puis je demandais avec une petite moue timide à la jeune femme qui me faisait face :

« Le roudoudou est tout pardonné et ne dormira pas dans le canapé ce soir ? »

Pour accompagner le tableau des rédemptions, je baissais le regard et me triturais une manche nerveusement. Si j’étais crédible ? Pas vraiment. Si je m’amusais bien ? Ça me paraissait évident. Fallait être honnête, Ma colombe avait un comportement qui me plaisait bien. Tout simplement parce que malgré mes derniers faits et gestes, elle m’avait épargné ses crises existentielles et les hurlements outragés. La demoiselle s’adaptait avec une certaine aisance à ma personnalité et j’en étais le premier agréablement surpris. Il faut dire qu’à Primsver j’avais un don certain pour me faire lyncher par la population locale… C'était presque à se demander pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockVen 13 Sep 2013 - 22:46



Mais qu'il est mignon ! Miha élargit son sourire débilement commercial, faisant gonfler ses pommettes tout en se tortillant sur sa chaise et s'accompagnant de ce genre de gémissements irritant qu'aurait pu avoir des femmes frustrée dans la quarantaine à qui on présente un nouveau né avant d'avancer sa main vers le visage du jeune homme dont elle se mit à pincer la joue frénétiquement.

« Tu sais trèsbien que je ne peux jamais être en colère très longtemps contre toi mon roudoudou! »

Puis elle se replaça sur sa chaise en laissant son rire s'exprimait. Ce jeu la faisait définitivement bien rire. Et puis, pour Miha, lui offrir à manger, c'était presque mieux que de se câliner sous les draps ! Presque. C'est vrai qu'au début elle n'était pas bien sûre des intentions du garçon mais un mec qui acceptait de se faire traîner comme ça et de jouer le jeu avec elle même s'ils n'en avaient plus besoin, il ne devait pas être bien méchant.
L'homme du snack apporta leurs vivres aux « tourtereaux » et Miha se jeta littéralement sur les frites, oubliant toute décence. Après avoir fait remarqué que le cuisinier n'avait pas eu la main lourde sur le sel, elle but une grande gorgée de son soda et désigna son vis-à-vis avec une frite qu'elle maniait avec la même dextérité qu'un maître d'arme.

« Au fait, qu'est-ce-qu'ils te voulaient les mecs de tout à l'heure ? »

Oui parce que c'est une chose de rester sur le fait qu'il était sciemment entré dans sa cabine d'essayage et qu'il l'avait, n'ayons pas peu des mots, agressée en public, mais il y avait une raison à ça. Et cette raison restait encore inconnue à la jeune fille. Elle s'approcha du jeune homme en se penchant sur la table d'aluminium en prenant garde de ne pas tomber la poitrine dans sa barquette de frite et de l'air le plus sérieux qu'elle pouvait prendre elle l'interrogea.

« ... Est-ce-que tu traînes dans des affaires de drogues ? »

Les yeux plissés de suspicion elle ne le quittait pas des yeux le garçon, pas même en prenant des gorgées de son soda.

« Non parce que si c'est le cas, ça te rend presque aussi sexy qu'Aaron Paul et dans ce cas, autant officialiser le tout tout de suite et j'te balance ma culotte au visage. »

Fallait vraiment qu'elle arrête les série. Et même si elle s'oppose à toute -bon, la plupart- des drogues, elle restait une jeune fille inconsciente et un petit côté bad boy ne la laissait jamais indifférente. Oh mon Dieu mais qu'est-ce-que ses frères diraient s'ils savaient ?

« Allez, sérieusement, une histoire de gang ? Une histoire... De fille ? »

Sur cette dernière supposition elle avait échangé un clin d’œil un des haussement de sourcil très approprié avec le roudoudou dont il était question.




Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockSam 14 Sep 2013 - 10:41
C’est avec une satisfaction évidente que je vis le sourire de ma colombe s’élargir pour lui manger le visage. Après quoi ma demoiselle se trémoussa sur son perchoir et émit des petits bruits qui me tapèrent immédiatement sur le système. En effet, ces derniers me rappelaient le genre de piaillement que faisait ma tante quand elle venait nous rendre visite. Notamment quand cette « chère » Tantine constatait une nouvelle fois que j’avais toujours des yeux aussi fabuleux et s’extasiait dessus au grand damne de mes compagnons de jeu qui attendaient que cette vieille pleine de botox daigne me relâcher.
Néanmoins, tous ces atroces gémissements ne furent rien face au pincement de joue qui suivit… Que lui avait fait mon sublime corps pour qu’elle le maltraite de la sorte ? Mon Amour Céleste tenait vraiment à se trimbaler avec un mec qui avait une tronche de demi-hamster ?

« Tu sais très bien que je ne peux jamais être en colère très longtemps contre toi mon roudoudou! »

Dit-elle en me défigurant la gueule…
Bref, mon rayon de soleil daigna libérer ma joue de son emprise agaçante et retourna poser son postérieur sur sa chaise en riant. Pourquoi elle se marrait au juste? Elle ne se foutait pas de ma gueule des fois ? J’arquais donc un sourcil interrogateur en me massant le visage qui avait du devenir rouge là où l’infâme agression avait eu lieu.
C’est au moment où j’allais lui demander le pourquoi de son hilarité que le cuisto nous présenta nos commandes avec un sourire commerciale tout en nous ventant les mérites de sa nouvelle friteuse… Chose qui me passionna d’une puissance inimaginable comme vous pouvez vous en douter.
Puis mon regard se posa sur celle que j’avais « invité », ou plutôt qui s’était invité, quand elle se jeta sur sa barquette de frite. A croire que son roudoudou l’avait laissé crever de faim jusqu’à présent. Un peu de tenue! Néanmoins, le manque de formalité de la jeune fille me fit plaisir. Si elle avait pris un temps apocalyptique pour manger en souhaitant suivre à la lettre l’étiquette d’une belle prestation à table, je crois que je lui aurais enfoncé ses frites dans les narines.
Lorsque ma darling m’informa de la radinerie du cuisto sur le sel, j’eu une moue étonnée. Du genre « des frites avec peu de sel ? Comment a-t-il pu !!! ». Puis pendant que ma muse se restaurait, j’envoyais un hochement de tête approbateur au roi de la friteuse qui me répondit par un clin d’œil complice. Ensuite, en attendant que l’estomac de mon vis-à-vis daigne lâcher un peu de moue dans l’attention de la jeune femme, j’ouvrais mon soda et en buvais quelques gorgés en laissant mon regard se balader sur les alentours.

C’est lorsqu’une frite menaçante se pointa sur moi que je ramenais mes iris sur ma petite amie qui faisait tourner le morceau de pomme de terre frit comme une escrimeuse.

« Au fait, qu'est-ce-qu'ils te voulaient les mecs de tout à l'heure ? »

M’exploser la gueule contre le bitume et réduire à l’état de masse ensanglanté mon corps d’apollon pour finir par venir cracher sur ma tombe une fois que mon cadavre aurait été identifié et enterré. Cependant, je ne me voyais pas dire cela. Après tout quel type de roudoudou inquiéterait sa chérie d’amour?
Bref, je vis ma raison de vivre (c’est fou la quantité de surnom merdique qu’on pouvait donner à sa meuf) se pencher une nouvelle fois sur la table pour se rapprocher de moi et tenter d’instaurer un climat d’intimité.

« ... Est-ce-que tu traînes dans des affaires de drogues ? »

J’ai l’air d’être un camé ? Quoi que l’on pouvait aisément tremper dans ce genre de substance et ne pas forcement en consommer. Bien que les trois quarts des dealeurs étaient de grands consommateurs. Bon je ne cachais pas d’avoir déjà touché à ce genre de truc. Après tout j’étais bien trop curieux pour ne pas connaître un trip digne de ce nom. Néanmoins j’étais vite parvenu à la conclusion suivante: Ma passion pour l’escalade et la pleine défonce ne faisait pas bon ménage. De plus les altérations physiques qu’apportait ce genre de consommation m’avaient vite rebuté. Donc non, je ne trempais dans aucune affaire de drogue. Pourquoi était ce la première hypothèse qui était venu à la jeune femme? Ca je me demandais si je tenais véritablement à le savoir…
Bref, je vis les yeux de ma muse se plisser comme pour me passer au rayon laser et trouver des réponses par la simple force de son regard. Tout en buvant son soda elle ne daigna pas fixer autre chose que mon corps de dieux grec. Chose qui enchanta mon égo déjà bien entretenu.

« Non parce que si c'est le cas, ça te rend presque aussi sexy qu'Aaron Paul »

C’est qui ce couillon ? Y a pas de « presque » qui tien. Je suis PLUS sexy que Paul jesaispasquoi. Et de loin. J’eu donc une moue indignée face à la déclaration de ma darling qui osait placer son roudoudou en seconde place…

« et dans ce cas, autant officialiser le tout tout de suite et j'te balance ma culotte au visage. »

Bon c’est pas tout ça, mais j’avais un fournisseur d’extasie à voir dans la soirée et je ne pouvais pas m’attarder très longtemps ici!
Tout ça pour dire que sa phrase me fit sourire vu que je ne m’attendais nullement à ce genre de sorti. Y a pas à dire, je l’aimais bien cette nana!

« Allez, sérieusement, une histoire de gang ? »

Gang ? Nan, j’étais un grand solitaire. Bien qu’au final c’était bien une sorte de gang qui voulait me refaire le portrait. J’avais plumé l’un de leur membre et toute la familie m’était tombée dessus. Heureusement pour moi, j’avais le don de mettre un pied devant l’autre relativement plus vite que la moyenne des gens, ce qui m’avait valu un temps d’avance non négligeable pour me planquer.

« Une histoire... De fille ? »

Le clin d’œil qui accompagna cette dernière supposition ne parvint en rien à retirer l’air blasé qui venait de s’abattre sur mon visage. Y avait pas plus craignos que de se faire choper pour une histoire de gonzesse. Le vol ok, l’usurpation ok, la violence ok, mais alors les meufs…
Néanmoins, en bon Roudoudou que j’étais, je pris une mimique des plus mystérieuses et me penchais à mon tour sur la table pour aller murmurer à mon invité :

« Ton Roudoudou tient à préservé son côté mystérieux. Paraît que ça aide pour la pérennité des couples ! »

Puis j’agrémentais le tout avec un clin d’œil malicieux en lui piquant une frite et en me rasseyant confortablement sur ma chaise tout en dégustant ma nouvelle acquisition avec nonchalance.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockMar 17 Sep 2013 - 13:35



Lèvres pincées, nez renfrogné, sourcils froncés et menton ridé, Mihaly boudait.

« C'est pas très gentil ça dis-donc! »

Des mèches de cheveux lui tombèrent sur le visage, ce qui rendu l'aspect général de la blonde encore plus pathétique. Elle cessa cette démonstration de ses talents d'actrice en balayant les mèches sus-citées d'un revers de la main.
En fait, si ça se trouve, il ne lui disait rien pour la simple et bonne raison qu'il n'y avait rien à dire ! Et si tout ça n'avait été qu'une mise en scène ? Non, impossible il ne savait pas qu'elle se trouvait dans sa cabine. Ou bien pour ça il aurait fallut qu'il ait une super vision rayon-x et tout ce genre de truc façon superman. Attendez. Ça c'était tout à fait possible !
Sans qu'elle y fasse attention, ses yeux se plissèrent de suspicion. Puis elle se rendit compte de sa propre divagation et laissa de côté ses hypothèses extravagantes.

« Alors dis-moi, chouchou, ça fait longtemps que tu traînes par ici ?  »

Certes, elle aurait peut-être été plus intéressé par ce sont il était capable, mais la question risquait de se reporter sur elle, et si elle pouvait éviter de penser à sa malédiction, c'était tout aussi bien. Et si dans la conversation il lui sortait qu'il avait vraiment un genre de vision rayon-x, ce ne serait pas sur le canapé qu'il dormirait caché dans un sac poubelle au fond d'une benne à ordure.
Elle-même n'était à Prismver que depuis un mois mais commencé tout doucement à apprécier l'endroit, même s'il se trouvait de plus en plus bizarre.

Enfin, quoi qu'il en soit, elle ne pouvait même pas être sûre qu'il fasse partie de l'école. Bah oui  ça pouvait bien être un mec qui ne demande rien à personne et qui traîne sa bosse dans le village.
Elle continuait de manger, prenant pour elle que la journée était encore plus agréable que ce qu'elle le pensait, passant sur l'intrusion passée, elle préférait encore passé un moment comme celui-ci à papoter sans prise de tête que de faire les boutiques. Ouaip, un truc de fille qu'elle ne comprenait pas vraiment, et outre son besoin, le lèche vitrine, très peu pour elle.




Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockJeu 19 Sep 2013 - 7:15
C’est avec amusement que je vis une expression enfantine prendre place sur ma chérie d’amour. En effet, cette dernière semblait contrariée par ma réponse et l’exprimait avec des mimiques attendrissantes pour le commun des mortels. Bah ouai, pour moi, son front plissé la reprochait plus de E.T (Mais si l’extraterrestre qui nous casse les couilles tout le long du film pour rentrer chez lui !) qu’autre chose. Mais je taisais là ce genre de réflexion qui aurait très certainement réduit considérablement l’espérance de vie de mes organes génitaux dont ma vis-à-vis semblait utiliser trop souvent comme défouloir… (elle l’a fait qu’une fois ? Bah c’est UNE DE TROP !)

« C'est pas très gentil ça dis-donc! »

Mais roudoudou faisait ça pour laisser du piment dans leur couple! Fallait pas mal le prendre! J’eu donc une petite mine aussi boudeuse que la sienne face à tant d’incompréhension de la part de ma moitié.  Snif…
Bref, il y eu ensuite un petit silence où je m’occupais en buvant mon soda. Je fixais la demoiselle en me demandant dans quel type de réflexion elle avait bien pu partir. A tous les coups elle devait se demander comment un mec aussi fabuleux que moi pouvait exister. Malheureusement il n’y avait pas de réponse. Je faisais partie des miracles de mère nature, Amen.

« Alors dis-moi, chouchou, ça fait longtemps que tu traînes par ici ?  »

Grimace bis de ma part sur le chouchou. Y avait rien à faire ce pseudo me rendait allergique… Il allait falloir que je la fasse opter pour autre chose et vite!
Bref, qu’est ce qu’elle entendait par « trainait par ici»?  Si je vivais dans le coin? Bah j’étais de Prismver… pas que ça m’enchantait mais la vérité était là. Vu que le sujet me passionnait autant que la marque de la friteuse du cuistot, je déclarais en agitant la main comme pour faire disparaitre le sujet de conversation :

« Pas vraiment, je suis un nouvel élève de Prismver. Y a deux mois, je vivais encore en France. »

Puis désireux de passer à autre chose, je faisais claquer mes mains sur mes cuisses et déclarais avec un air énamouré :

« Tu viens t’assoir sur les genoux de ton chouchou ? »

Puis j’ajoutais en une parodie exagéré du ton de la jeune femme :

« c’est plus romantique~ »

Petit papillonnement d’yeux pour souligner le tout. Vu que ma colombe castratrice semblait tant aimer le romantisme, je lui en offrais! N’y avait-il pas plus adorable qu’un jeune couple qui se collait avec un amour évident?  
Là je ne vous le cachais que c’était très clairement une épreuve: Une sorte de cap ou pas cap? Car un acteur de théâtre digne de ce nom devait d’être opérationnel et à fond dans son rôle! Adaptation et maitrise du sujet étaient les maîtres mots. Non que je sois particulièrement connaisseur dans les attitudes de préados n’amoureusement mielleux, mais j’avais vu twilight… Ce qui, de mon point de vu, était largement suffisant pour faire une imitation des plus potable d’un magnifique petit couple. Le côté vampiriquement constipé en moins, bien sûr.

Bref, j’attendais patiemment que la jeune femme se décide en ne la lâchant pas du regard. Ce dernier trahissant sans gêne tout l’amusement et le défit que m’inspirait cette situation.
C’est que roudoudou aimait beaucoup les câlins de sa colombe castratrice ~
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockVen 20 Sep 2013 - 10:07



Miha s'étouffa un instant en se tapant le torse  pour se libérer. Est-ce-qu'elle avait bien compris ?
Un sourcil relevé elle posa le regard sur roudoudou. Celui-ci semblait le plus sérieux du monde. Mais pourquoi diable ferait elle ça ? Elle qui n'aimait pas forcément se montrer en spectacle en avait déjà fait pas mal, non ? Et puis les démonstrations d'affection en publique elle trouvait ça d'un vulgaire. Alors elle l'interrogeait du regard et il fut évident que c'était une sorte de challenge que roudoudou lui lançait. Mais il faut bien être idiot pour accepter ce genre de chose juste pour relever un défi. Malheureusement pour elle, Miha était ce genre d'idiote.

Oui, la tentation de relever le challenge était grande, mais d'un autre côté c'était beaucoup lui demander. C'est vrai quoi, les dettes étaient épongées, ils avaient joués au petit couple depuis presque une heure, c'est bon, non ? On ne monte pas sur les genoux d'un inconnu juste parce qu'il vous le demande. C'est maman qui l'avait dit.

Commença alors l'un des duels de regard les plus épique des temps modernes. Le genre à la Clint Eastwood dans ses meilleurs films de western. Si l'idée d'incarner le cowboy au regard de tueur, il lui fallait avant tout se concentrer et peser le pour et le contre. Un combat intérieur tout aussi épique. Finalement Elle se leva de sa chaise d'un bond, s'approcha tout aussi férocement du garçon, se saisit de son soda, en bu une gorgée... Le tout aurait pu être mixé avec une musique de hans zimmer tellement c'était héroïque, puis après avoir reposé la canette, empoigna le dossier de la chaise de roudoudou, le tira en arrière puis fit passer ses jambes sur le côté pour se poser sur celles du garçon.

« Challenge accepté. »

souffla-t-elle dans le vent.
Puis elle regarda le garçon, la même étincelle de défi continuait de briller dans ses yeux. Oui, elle était idiote, et la compétition, n'importe qu'elle compétition, c'était son truc.

Puis elle passa un de ses bras autour du cou du garçon, ayant très bien comprit que c'était ça le jeu, elle se ventila de la main en soufflant.

« Tu trouves pas qu'il fait chaud, chouchou ? »

Puis elle re-centra son regard sur le dit chouchou, un rictus moqueur aux lèvres.

« Si t'as trop chaud, tu devrais enlever ton T-shirt. »

L'un dans l'autre, elle ne lui demandait pas la chose la plus difficile qu'il soit, mais se percher sur les genoux d'un garçon n'était pas non plus très difficile. Mais c'est comme ça qu'on devait jouer, non ? En commençant par quelque chose de facile puis aller crescendo dans la difficulté.
D'ailleurs, combien qu'elle-même devrait se retrouver à nouveau soutien-gorge à la vu de tous d'ici quelques minutes ?




Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockDim 22 Sep 2013 - 20:20
Ce fût très dur pour moi de ne pas me bidonner en voyant ma colombe castratrice s’étouffer avec sa propre surprise face à me dernière demande.  Cachant mon sourire d’une main, je tentais de conserver mon attitude roudoudesque malgré les tapotements désespérés de ma douce sur sa poitrine pour alléger sa situation. Lorsque que son adorable petit sourcil se releva avec une suspicion évidente, je maintenais un regard déterminé et décidé, bien que toujours empreint de défit. Bah ouai, avec son chouchou, les câlins c’était du sérieux ! On ne déconne (presque !) pas avec ça!
S’en suivit donc un magnifique duel de regard pour jauger la volonté de l’autre. L’air  fût imbibé de tension car aucun des deux partis n’était décidé à baisser les armes et je m’épanouissais totalement dans cette ambiance! Néanmoins cette dernière retourna en arrière plan lorsque ma darling leva ses fesses pour s’approcher avec une grâce des plus discutables de ma personne. Je ne vous cachais pas que l’espace de quelques secondes j’eu des craintes pour la survie de mes organes génitaux. Heureusement pour ma virilité (auquel je tenais profondément), l’attention de ma partenaire de vie se porta sur mon soda dont elle kidnappa une petite quantité de liquide… Me demandant si elle allait me le cracher à la figure, je me préparais deux trois répliques indignés aptes à me donner une belle répartie en cas de grabuge et sauver mes apparences roudoudesque. Cependant, cette précaution fut inutile dans la mesure où ma chérie d’amour se contenta d’avaler puis de tirer ma chaise en arrière. La demoiselle finit par se percher sur mes cuisses en déclarant silencieusement :

« Challenge accepté. »

Là ce fut plus fort que moi car un sourire narquois vint fleurir sur mes lèvres. Je commençais à vraiment bien l’apprécier. Je vous l’avais déjà dit? Bah c’était tellement rare chez moi que ça méritait d’être ramené régulièrement sur le tapis! Pas que je sois dans l’incapacité de ressentir un quelconque élan de sentiment positif envers mes congénère humains mais… il était évident que trouver un minimum de grâce à mes yeux relevait du miracle. J’étais donc, actuellement, agréablement surpris. Même si je n’en laissais rien paraître (mon égo vous emmerde).
Ma satisfaction prit de l’altitude lorsque je croisais les iris prometteur de défi de la part de ma colombe castratrice. Je sentais que j’allais bien m’amuser… Ceci devint une certitude quand mon syndrome de parkinson passa son bras autour  de mon coup. J’y répondis avec une mine attendris qui contrastait avec ma jubilation intérieure qui n’avait rien de choupinette.
Puis je vis ma sangsue se faire de l’air avec sa main. M’attendant au retour de la balle, je me tenais aux aguets…

« Tu trouves pas qu'il fait chaud, chouchou ? »

Chaud? Bon j’avais 18 ans alors forcement mon esprit parti dans des conclusions où la chaleur avait des connotations peu catholiques… bien que je supposais que l’utilisation de la demoiselle était beaucoup plus terre à terre. C’est donc avec un regard interrogateur que je recevais l’air moqueur de ma darling. Ca ne sentait pas bon du tout ça…

« Si t'as trop chaud, tu devrais enlever ton T-shirt. »

R.A.S mon général, fausse alerte! Avais-je chaud? Bah ma colombe me tenait chaud aux cuisses et au cou mais l’air en lui-même ne m’incommodait pas le moins du monde. MAIS vu sa tronche, j’en déduisais que mon bien être n’était pas son premier soucis. Ceci n’était autre que la suite du défit. En somme si je déclinais la chose, je perdais ! Et les E ne perdent JAMAIS! (sauf aux compétitions d’orthographes mais là ça ne compte pas parce qu’on ne se donne même pas la peine de venir). Bref, prenant une mine rougissante de gêne je déclarais à ma moitié parkinsonienne :

« Ton roudoudou n’osait pas se déshabiller. Il te sait jalouse et donc que tu n’apprécies pas que les autres regards féminins se posent sur lui… mais si j’ai ta permission… alors…»

C’est sans autre forme de procès que je caressais du bout des doigts le bras de ma compagne pour sous entendre qu’elle devait avant toute chose retirer son membre pour que je puisse enlever mon vêtement. Puis je rajoutais avec un air narquois :

« Bien sûr je peux toujours supporter d’avantage cette chaleur si mon Amour souhaite conserver cette position plus longtemps. Tu sais que ton roudoudou te fait toujours passer avant lui.»

Le jour où je ferais passer quelqu’un avant ma somptueuse personne... haha.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clockJeu 31 Oct 2013 - 14:53
Ce rp est-il toujours d'actualité ? Si oui, continuez à la suite, sinon, recensement, merci ;)
Archivage dans 1 mois si aucune nouvelles.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati   What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» What The Hell ? An Awkward Meeting. | PV : Tobias Infanati
» 08. This is awkward.
» [Hell In a Cell] Victoire de CM Punk.
» FICHE PUB PARTENAIRE: Heaven & Hell RPG
» Héllépathie!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: