Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier   Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier 1400359500-clockVen 29 Aoû 2014 - 8:58


Tell me that I'm right, tell me that I'm right
Il a encore le cœur plein d’éclat de rire Spencer. Il a pas beaucoup dormi mais c’est pas grave. Il s’en fiche bien des cernes creusées sous ses yeux, Spencer ne prête attention qu’au sourire qui s’affiche sur ses lèvres et sur ces des ses acolyte. Spencer se sens fort. Presque grand. Presque quelqu’un. Peut être qu’il a grandi un peu plus la nuit dernière. Peut être qu’il a fait un pas dans un avenir. Un avenir plein de connerie, mais un avenir à lui. Spencer refuse ce qu’il peut être, mais surement qu’il s’accepte un peu plus tel qu’il est aujourd’hui. Spencer est un con. Un con heureux.

Il sait pas trop pourquoi il a eut cette idée la, ou peut être que si justement, il sait trop bien. C’était rien qu’une histoire de cravate, juste une conversation à la volé. C’était quoi dans vos histoires respectives hormis des mots trop sales a balancé. Est-ce qu’il a pensé ce qu’il a dit ? Certainement. Mais pas pour ta personne Gautier. Tu le verras un jour, un jour tu verras qu’en te traitant d’incapable, de menteur, c’est lui qui a voulu secouer. Tu sais, il est pas contre toi. C’est contre sa personne qu’il a du mal.  Il aurait voulu rire de l’amnésie de Heath. Te balancera la gueule qu’il avait raison, que vous commenciez a vous loupé. Ouais Spencer aurait voulu jouer les salauds. Il a pas vraiment réussi. Parce que c’était pas ça le fond de sa pensé. Il l’a voulu votre échec, pas assez fortement visiblement. Spencer veut pas de votre chute. Parce qu’au fond, plus que son passé, vous avez peut être réussi a lui donné le maigre espoir qu’il avait oublié. Spencer ce jour la, il a admiré la lueur dans ton regard. Cette façon de se battre pour rien, mais de pas renoncer.

Alors c’est peut être un peu trop pour toi qu’il les a volé ces cravates. Il a pas vraiment réfléchit. C’est pas son truc à Spencer. Il sait pas faire. Il a oublié comment faire. Peut être que t’aurais préféré Olympe. Cette partie que tu vois pas, cette partie comme toi.  Il a juste agit. Parce qu’il était tant de le faire non ? Agir, plutôt que de râler sur ceux qui osent bouger. Ca aurait du être une journée de cours comme les autres. Seulement c’est le cookie sur la table. C’est l’occasion de l’oublier, réellement, une journée. Olympe. Pour une journée complète, n’être que Spencer, plus personne d’autre.

C’est presque des fleurs posé sur une tombe, un adieu formulé tout pas. Au revoir Olympe, tu vois, je m’en sors très bien sans toi, tu vois, je suis heureux, vraiment. Je deviens quelqu’un, enfin. Il a juste à être ce gars qui fait des conneries. C’est son rôle à lui. Il ne sera pas l’intello que l’on insultait autrefois. Il a dit plus jamais Spencer, plus jamais comme ça. Et il a croqué un morceau. C’est le don qui change, c’est la journée qui se profile. Spencer pose ses doigts sur le bureau et c’est la couleur qui change. Il a rigolé. Il a voulu en parler à Keane. Et puis il a eut un plan. Encore. C’est presque comme des pinceaux que l’on aurait placé au bout de ses mains. Spencer frôle, Spencer touche. Spencer colore. Teinte la vie d’un jolie rose.  Teinte le silence d’un rire presque cristallin. Spencer n’est pas Olympe. C’est certain.

Il a couru, si vite. Il a gagné le repaire. Attrape les cravates entassées. Et il les a emporté Spencer, dans le hall. Là, au milieu des actes des autres, il a apporté sa pierre à l’édifice. Son non sens à cette structure.  Il a éparpillé le contenu de ses sacs sur le sol. Et il a couru de nouveau. Innarétable. C’était toucher chaque cravate a porté de main, provoquer tout le monde. Se foutre de ceux qui râlent. Défier l’ordre, c’était ça RED ? C’était un peu dans ses veines a lui aussi, au fond.  Et puis il y a eut ton regard Gautier. Il a relevé la tête, c’était pas de la provocation cette fois.  

C’est rien qu’une histoire de cravate, hein, Gautier.

«  J’ai toujours pensé que se serait mieux en rose… »

Cherche pas à comprendre Gau, c'est au fond de lui que ça se passe. C'est au fond de lui que s'est caché. C'est presque ses démons qui ont agits pour lui. Mais c'est son sourire qu'il te laisse, doucement. Tu peux penser que c'est rien qu'un cassos. Mais tu sais Gau, la vie n'est pas toute rose chez les A non plus. La vie n'est rose nul part. Il n'y a que les cravate pour porter cette couleur la.

Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier 1409193172-tumblr-m99v0e1vo01qh1ml4o6-r1-250

∆ RadioEuphoria for Prism
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier   Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier 1400359500-clockVen 29 Aoû 2014 - 12:19
C’était juste un conflit entre un affiliant et un opposant, un débat animé entre des points de vue totalement différents. Je n’avais jamais détesté Spencer. Cet air d’ahuri, de boloss insouciant, profitant de ses privilèges sans empathie pour le monde avait peut-être tendance à m’agacer, mais ça n’était rien. Parce que ses conneries abolissaient ces inégalités, parce que quand il s’en prenait à tous les élèves qu’il croisait, tout le monde était mis à niveau. Le E sur ses gardes qui le dévisageait se faisait quand même avoir, le A qui en riait pour s’immiscer dans le délire avait droit au même châtiment. Je ne savais pas comment il choisissait ses victimes, peut-être qu’il faisait juste sa vie sans même prendre gare à qui il s’en prenait.

Peut-être qu’au fond, c’est lui qui avait raison dans son choix de vie - se moquer de tout, tourner le dos aux conflits. Mais peut-être que d’un autre côté, quelqu’un en bas de l’échelle ne pouvait se le permettre. Je n’avais rien remarqué de tout au début, simplement ragé quand ma cravate rouge avait disparu de ma chambre. Bien en évidence, affichée aux yeux de tous - symbole de fierté volé, mes dents s’étaient serrées et j’avais failli m’énerver une fois de trop - mais nul besoin : je savais déjà quoi faire, la voler à un E inutile, style Richardson.

Oui, le plan était parfait. Je me douche rapidement, m’habille en deux minutes et fourre ma cravate bleue dans la poche du pantalon blanc que j’ai choisi. Je me moque bien de ma tenue pour l’occasion, et ce t-shirt Toad a beau ne pas aller avec le bas, ça m’est égal. Coup d’oeil rapide à mon lézard et mes affaires, puis je décide de sortir sans rien - décontracté, décidé à reprendre mon bien. Mais la colère s’envole quand je mets pied dehors - toutes les cravates disparues, les visages indignés des élèves incompréhensifs, la voix grave, colérique et perdue d’un Nemesis sans explication qui résonne dans le couloir. Et c’est un sourire qui s’étire sur mes lèvres quand je comprends enfin l’utilité de l’acte.

Et Spencer déboule en riant avec ses potes, teintant les cravates de rose, rendant certaines volées à leurs propriétaires. Rendant cette source de fierté et de conflits identique pour tous. Je fais tourner ma langue en réfléchissant à quoi dire - retiens un sourire amusé. Passé de colère à l’euphorie en un instant. Et il arrive en face de moi, avec ses mains qui valent de l’or, avec ses mains qui ont mit fin à toute cette guerre en un instant. C’est le cookie qui est responsable de tout, le cookie qui changera les choses l’espace d’un jour. J’ai oublié le mien. Demi-tour, je m’enfonce dans ma chambre et attrape le cookie, en prenant une grande bouchée.

Pas besoin de tout. Le pouvoir me suffit. Je sors ma cravate bleue, comme une évidence, comme pour tenter de changer sa couleur. Comme si ça marcherait - mais j’ai au moins essayé. Mon regard coule sur Spencer, se balade entre incompréhension et admiration. Quelques mots hésitants, puis je souris aussi. Arrête de faire semblant, arrête de garder cette distance parce qu’il aime pas ta façon de faire. Red guidera pas ta vie, personne a jamais su le faire.

« …T’as oublié l’autre cravate. »

Sourire amusé, ma main lui teint la cravate bleue - vas-y Spencer, fais-toi plaisir, efface ce symbole sans fierté, que j’aborde maintenant cette banderole rose de la paix. Sa main file, agrippe la cravate, la teintant de rose, frôlant mes doigts l’espace d’un instant. Un instant, mais il n’en fallait pas plus. Je m’immobilise, sens cette éclair traverser mon corps, ces images traverser mon esprit. Je vois tout, j’entends tout, je ressens tout, je comprends tout - j’ai vu Spencer comme il est, Spencer comme il a toujours refusé de l’être, Olympe comme elle l’a été. Je vois tout son passé, ses peines, ses sourires, toutes ces années qui l’ont effacée. Olympe. Nos regards se croisent - il sait que quelque chose a changé, il sait que j’ai vu un truc. Tout semble presque clair maintenant Spencer.

« Oh putain… »

Ma langue glisse sur mes lèvres pour les humidifier à nouveau, mes yeux se posent sur le plafond presque par réflexe et je me tourne, emportant cette cravate rose responsable de tout. Ma main pousse la porte de la cabane 19 et je me glisse à l’intérieur, loin de cette agitation, ressasser ces nouvelles pensées au calme. Assis sur le sol, le regard rivé vers la porte, attendant que Spencer me rejoigne. C’est pas que ton jour de fête me plaise pas, Spencer, mais ce que j’ai vu doit en rester loin. Loin de cette vie que t’as construite.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier   Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier 1400359500-clockDim 31 Aoû 2014 - 3:14


Tell me that I'm right, tell me that I'm right
Est-ce qu’il a déjà eut quelque chose dont être fier Spencer ? Qu’elle que chose a exhibé, quelque chose dont on doutera jamais. Quelque chose à raconter sans honte, sans tête a baissé. Quelque chose qui sort vraiment du cœur. Il a toujours cet air heureux lorsqu’il raconte ses méfaits. Mais c’est pas pareil cette fois. Il y a un but. Un but qu’il n’avoue pas. Ni au autres ni a lui-même. Seulement il sait. Il sait très bien Spencer. Et c’est un pas devant l’autre, et c’est enfin avancer. Vas-y Spencer, lance-toi. Exprime-toi. Existe. Il a jamais été aussi fort qu’aujourd’hui. Alors c’est ça de se battre pour une cause ? Est-ce que c’est se qu’il fait vraiment ? Il s’en fou. Il s’en fou de tout. Il s’en fou de Prism. Egoïstement, il a déjà bien trop à faire avec sa personne. Mais il a ouvert les yeux, il a regardé un peu autour, pour une fois. Il a fini de jouer les connards égoïstes. Il pense a Kéane, il pense a Orest, il pense a Zélie. Il pense un peu au monde. Il commence à vouloir se lier. Il comprend enfin Spencer que si il n’a jamais réussi à lutter, c’est bien parce qu’il était seul.

Tu lui fais face Gautier. Et il sait pas vraiment comment tu vas réagir. Il sait pas vraiment quel sens tu vas donner à tout ca. Il espère secrètement que tu comprennes l’intention caché. Parce que tu sais toi hein, Gautier, l’importance de ces cravates. Tu le sais trop bien. Rappelle-toi celle que tu as déchiré. La couleur qu’elle portait. Le sens qu’elle avait. L’arrogance que tu as voulu condamner. Et puis il y a tes mots, et il y a son sourire. C’est l’égalité Gautier. C’est te montrer qu’il est pas plus que toi. C’est te montré qu’il ne voulait pas ses paroles si dur ce soir la. C’est pas vraiment un soutiens a RED. C’est pas pour la guerre des classes. Pas vraiment. C’est seulement pour que le monde ne se brise pas. Il a jamais voulu la guerre Spencer. Ca lui ressemble pas. Il se bat pas comme toi. Il casse pas les murs. Pourtant, il a la même envie d’hurler. Il a la même rancœur contre le monde. Et c’est ça que cette nouvelle couleur veut te faire comprendre. Vous êtes pareil. Pas de Prismver. Pas de A. Pas de E. Juste deux personnes. Juste tout le monde. On est tous un peu trop pareil. Faut juste arriver à ouvrir les yeux sur les ressemblances.

T’es pas un B Gautier. T’es pas un héro. T’es pas un con. T’es pas inutile. T’es pas ces rumeurs. T’es Gautier. Et il n’est autre que Spencer. Aujourd’hui. Juste Spencer.

Seulement lorsque ses doigts attrapent le tissu, c’est tes doigts qui frôlent les siens. Et c’est Olympe que tu rencontres. Il le sait pas ça. Il a pas comprit. Il sait pas que toi aussi t’as bouffé ce putain de cookie. Il sait pas que par ce simple geste. Il vient de te livrer sa vie. C’est un film passé en vitesse accéléré. Ces les souvenirs que tu lui dérobe sans lui demander. Mais toi non plus, t’as rien demandé. Et c’est le sourire qui s’efface, en une seconde. Il sait pas ce qui vient de se passer. Mais Spencer a peur. Parce que Spencer se doute qu’il y a quelque chose, il l’a comprit dans le trouble de tes yeux. Qu’est ce qui s’st passé Gautier ? Qu’est ce que t’as vu ? Alors lorsque tu parts comme ça, bien sur qu’il te suit. Bien sur qu’il veut comprendre. Il passe la porte. Et il a ce nœud dans l’estomac. Ce stress avant de mesuré l’ampleur des dégâts. Il referme la chambre, comme pour se préparer à entendre le pire. Tu sais que tu le fais flipper Gautier ? Explique-lui bordel.

« … Sérieux il se passe quoi ? Ca va pas mec ? »

Il se doute pas que tu as aperçu celle qu’il enterre, celle qu’il déteste. Parle lui d’Olympe, allez, va y. Détruit le. Lui et ses belles convictions. Lui et ses envies d’être fort. Rappelle-lui qu’au fond, il est qu’une gamine faible, qu’une gamine en miette. Rappelle-lui qu’il n’a pas le droit de combattre, qu’il n’est pas de ces gabarits qui peuvent hurler. Parle lui des rumeurs, parles lui des rires, parles lui du malheur qu’il a su contenir. Expose lui son mensonge, son incapacité a s’enfuir. Dis lui Gautier, aller. Dit lui que tu sais. T’as le droit de vie ou de mort sur sa personne. Parce qu’en a la ramenant a la surface, c’est lui que tu vas achever. Elle était belle Olympe, enfouie dans un cœur qui a seulement voulu battre.

Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier 1409193172-tumblr-m99v0e1vo01qh1ml4o6-r1-250

∆ RadioEuphoria for Prism
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier   Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier 1400359500-clockDim 31 Aoû 2014 - 19:42
C’est pas venu de suite, tu sais. Y’a d’abord eu ces flashs, ces incohérences. Y’a eu ce visage masculin, sourire aux lèvres, et ces traits féminins brillants de larmes de tristesse. T’es apparu Spencer, mais t’étais pas seul. Vous étiez deux, vous étiez tristes, vous étiez tout ce que tu cherchais à fuir. Mais plus que tout, vous étiez comme moi. C’est pas évident à dire Spencer, c’est pas évident d’avouer qu’en un instant, j’ai pu lire toute ta vie, que je peux te comprendre. Le gars qui, quelques jours plus tôt, a mis ta cravate en miettes par simple colère, ébloui d’empathie. C’est loin d’être simple, et je me réfugie dans mes pensées, fixe le plafond avec interrogation, repense à mon passé. Fuite. Lâcheté. Je repousse l’échéance, évite ton regard soigneusement.

C’est bien trop dur à dire. Je pense à Crystal, à ces changements qu’elle m’a fait subir, à cette vérité faussée qui m’est apparue. J’imagine sa détresse, la détresse de savoir qu’on a le pouvoir de balayer la mémoire de quelqu’un en un instant. Je le suis des yeux, calme, prêt à m’écarter à tout instant. J’ai l’habitude d’avoir peur de moi-même, j’ai l’habitude d’échapper à autrui pour leur sécurité. Peut-être que je n’ai vu qu’une version altérée, que mon pouvoir a modifié son histoire pour qu’elle se calque sur la mienne. Je n’ai pas envie de savoir, j’ai envie de croire que je n’ai rien changé. J’ai envie de croire que que les choses sont comme elles ont toujours été pour lui.

Je déglutis, écoute ses paroles, me mords la lèvre. Je culpabilise presque de ce changement, craignant une conséquence durable. Même une simple lecture, pour moi, me parait déplacée. Je ne me suis jamais fait aux pouvoirs psychiques. Je décide de ne pas répondre tout de suite, passe mes mains dans mes cheveux pour les remettre en ordre. Malaise. C’est l’occasion pourtant, l’occasion rêvée de se comprendre et de faire la paix. Spencer a fait le premier pas malgré les risques, maintenant c’est à mon tour. Je souffle bruyamment, me relève et craque mes doigts avec nervosité. Je n’ai aucune idée de la façon dont il va réagir, mais je décide de ne pas fuir. Je ne peux pas me permettre, pas après lui avoir hurlé ma détermination à la figure.

« …J’ai lu ta mémoire. »

Ca sonne comme une volonté, comme le plan prévu dès le début. Mes doigts viennent se nicher entre mes dents, manie imprévue que je me découvre. J’ai peur sans doute, peur de détruite quelqu’un à nouveau. J’ai peur de détruire cette image que Spencer a construit, pour masquer son histoire. Ce que j’ai vu est bien différent de tout ce que j’aurais imaginé. Il y a ce garçon, Spencer, plein de sourires et d’espoirs, et puis il y a elle. Ce visage, le même que j’ai aperçu cette nuit, ce visage, si magnifique mais tant porteur de douleurs. C’est dur à dire, Spencer, dur d’avouer que celui qui était ton ennemi quelques jours plus tôt te connait mieux que quiconque.

« Je. J’ai pas fait exprès putain, c’est cette connerie de cookie ! »

Panique. Lâcheté. C’est l’influence du renard, aujourd’hui adoptée. Les valeurs d’honnêteté que Jim m’a inspiré s’effacent presque, cèdent place à cette colère. Mes dents se serrent, puis la lucidité revient quand l’image de son passé m’apparait de nouveau. Cette douleur, cette solitude identique à la mienne. Empathie. Ma main s’écrase sur mon front et ma tête se penche en arrière, échappe à cet agacement temporaire. Pas d’excuses non, j’ai appris à y échapper, à les contourner. Je préfère avancer, parler avec sincérité plutôt que regretter.

« Ca ressemble un peu au mien, toute cette souffrance. J’veux dire… avant et même en arrivant ici, c’était la même chose. La solitude, j’sais pas si quelqu’un connait mieux que moi. On est un peu pareil… Olympe. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier   Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Tell me that I'm right, tell me that I'm right • Spencer Gautier
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les couloirs sont très long ici. (Gautier A. Hoffmann)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: