Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clockMar 4 Nov 2014 - 1:42
You should know that the lies won't hide your flaws
Ses iris du noir le plus intense dévalaient les mots encrés sur les pages blanchâtres de son tout dernier livre de psychologie acquis. Il devait parfois s’y reprendre à plusieurs fois, recommencer une ligne, un paragraphe, alors que ses doigts d’homme torturaient son front plissé. Doute, incompréhension. C’est qu’il n’était pas donné à tout le monde de comprendre cet ouvrage, mais John faisait parti de ces amoureux de l’apprentissage qui ne baissait pas les bras devant la difficulté. Et ce n’était là qu’un loisir, une lecture supplémentaire conseillée par une connaissance du milieu. John poursuivit sa lecture un bon moment avant de se laisser soudainement distraire par une pensée. Assis à la table du prof en salle d’arts, il saisit son sac pour en sortir une pochette de cours de laquelle il extirpa un petit paquet de feuilles polycopiées. Les cours de Terry Clayton, confiés par celui-ci à John pour les faire passer à ce cher Jim qui, nouvellement passé en D, souhaitait continuer d’acquérir les cours de la classe Elite. « Bien-sûr. » avait assuré John au professeur de sciences. Bien-sûr. Sourire carnassier aux lèvres, le A se pencha en arrière sur sa chaise, posant son pied contre la tranche du bureau pour se balancer en parcourant des yeux le cours destiné à Jim. Il n’y vit aucune information qu’il aurait pû rater, aussi, il se contenta de déchirer ces feuilles en de nombreux petits morceaux qu’il alla jeta dans la corbeille, emportant avec lui ses paquets de tabac et filtres.

Il trouva rapidement place à la fenêtre, se préparant une cigarette,  vérifiant l’heure à sa montre. Elle allait bientôt arriver, mais elle serait évidemment en retard. Il enfila sa cigarette entre ses lèvres, l’alluma et entreprit de la fumer à cette fenêtre du premier étage, observant les allers et venues des élèves et adultes en dessous. La silhouette de Nemesis apparu dans son champ de vision, et John fut rapide, déposant sa cigarette sur un rebord de muret à l’intérieur. Nemesis leva les yeux vers lui, et John lui adressa un signe de la main. Le surveillant ne semblait pas dupe, et lui demanda si il était en train de fumer; John pu alors lever les mains avec innocence, et le surveillant repartit à ses occupations en hochant la tête, probablement pas dupe. John sourit dans le vide en le regardant s’éloigner; Nemesis et lui entretenaient une excellente relation, et il avait une très grande estime pour lui.

L’instant cigarette se poursuivit sans accroc, mais au moment ou il la jetait en bas, John dû lever le nez par dessus son épaule: on venait de toquer, et deux silhouettes se tenaient sur le pas de la porte, n’osant entrer. Sourire. Le premier était un jeune garçon bien reconnaissable, à la chevelure noire épaisse, aux oreilles pointues et à la queue de diable oscillant derrière lui. A ses côtés, légèrement en retrait, une grande rouquine que John avait eu l’occasion de voir beaucoup plus excitée qu’elle ne l’était en le regardant avec ses grands yeux légèrement apeurés. Lukas et Mackenzie. Le A resta silencieux, les fixant intensément, se délectant de chaque seconde ou l’un comme l’autre n’osaient prendre la parole. Ce fut finalement le garçon qui grogna - sans conviction - que leurs affaires étaient là et qu’ils souhaiteraient les récupérer. John se redressa, l’air curieux et de bonne foi, suivant des yeux les gestes de Lukas. Deux sacs étaient effectivement abandonnés sur le côté de la classe.

- Ah.

John se dirigea vers les deux sacs qu’il saisit, adressant à Lukas et Mackenzie un sourire amical. Il n’y avait pas de quoi avoir peur au point de rester sur le pas de la porte...

Les sacs passèrent par dessus bord, jetés l’un et l’autre par la fenêtre. Roulement de tête, et John - souriant toujours - appesantit sur eux ce regard qui semblait signifier « j’ai tué l’intégralité de ta famille avec une tronçonneuse ».

- Vous avez dû vous tromper. Ils sont pas là. Désolé.

Il ne fallu pas trois secondes aux deux adolescents pour disparaître. John vérifia de nouveau l’heure à sa montre.

Elle était en retard.

Il revint au bureau, ouvrit son ordinateur portable pour l’allumer, et saisit son appareil photo en restant debout pour effectuer quelques réglages.

Il n’y avait plus qu’à attendre que Sarah Blackmore - sa nouvelle coloc, de ce qu’il avait appris aujourd’hui - deigne se montrer pour commencer cette séance de tests visant à déterminer si oui ou non, ils allaient faire un vrai shooting ou non. Mais que l’essai soit concluant ou non, ils allaient être amené à se revoir - et tous les jours - et ce dès le soir même.

Ô joie. N’est-ce pas, Blackmore ?



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clockJeu 6 Nov 2014 - 1:41


I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you We've broken our mirrors

♥♠♥♠♥♠

Saloperie d’administration.
Je jette un coup d’oeil agacé à la grande horloge tic-taquante, laissant mon exaspération s’échapper de chaque pore de ma peau. Pourquoi est-ce que la secrétaire est jamais foutue de préparer son travail correctement, hein ? Soupir lourd de sens. J’attrape le papier qu’elle me demande de signer, m’éxecute, et file vers la porte que je referme derrière moi avec autant de mauvaise fois que je peux me permettre. Prendre autant de temps pour un changement de chambre, je me demande où va le monde.

« Fais chier. »
Fais vraiment chier.
Cette chambre était un repère de plus, une attache solide - Morgan, Ernest, Ulysse, ils vont me manquer. Mais cette chambre, c’était aussi un lieu de souvenirs. Des souvenirs de Marwin, des souvenirs de Drew.
J’ai beau être passée à autre chose - du moins je m’en convainc jour après jour - il y a cette part de moi qui crie. Qui pleure de laisser ces souvenirs, d’abandonner ces lieux. Je voulais pas quitter cette chambre, je voulais pas tourner la page de cette histoire qu’est la mienne, parce que j’ai peur de découvrir la suite. Bien trop peur.

Et ça m’énerve, parce que c’est stupide - je suis stupide. J’ai Orwenn maintenant, et encore trop de mal à le réaliser. Trop de mal à me dire que tout mon malheur est terminé. Et dans ce nouveau bungalow, il y aura Etienne. Je ne suis pas seule - je ne le suis plus - je ne l’ai jamais été.

Je presse le pas dans les couloirs, mains enfoncées dans mon manteau hyper large, écharpe autour du cou. Pas que j’ai particulièrement froid, même si l’hiver commence à arriver - mais je ne peux m’empêcher de frissonner. C’est pas du bon frisson, ça. C’est du frisson de mauvais présage.
Soudain, j’aperçois deux silhouettes facilement reconnaissables débouler de l’autre côté du couloir. Voilà, je savais que ça sentait la merde. Mackenzie et Lukas, deux gamins faisant partie du groupe d’amis de ma “filleule”. Des boulets tous autant qu’ils sont. J’adopte l’attitude détachée, faisant mine de regarder ailleurs.

Mon Dieu, j’ai jamais cru en toi, et pourtant voilà la preuve que t’existe.

Visiblement trop perturbés par je ne sais quoi, ils ne font pas attention à moi. « Ce type est un loup, un démon, quelque chose de vilain, très vilain. Je suis sûre qu’il arrache les coeurs des filles et des garçons - un ennemi de l’humanité je te dis » - la rousse chuchote, la voix placée quelque part entre la peur et l’excitation.

J’ai beau ne pas du tout les suivre, j’ai ma petite idée de qui ils parlent. Un sourire moqueur s’étale sur mes lèvres.
Encore un coup de Corso, hein ? L’homme dont tout le monde depuis ces derniers mois. Celui qui lit en vous comme dans un livre ouvert - celui qui vous charme pour vous collectionner - celui qui vous arrache le coeur.
Celui qui vient de devenir mon colocataire.
Celui que je vais rencontrer en ce moment même.

Cette année j’ai décidé de faire de jolis cadeaux à tous ces gens qui m’ont soutenue sans que je leur renvoie une once de gratitude. Mais pour ça me faut des sous, et des sous, ce type en a une blinde. Je pousse la porte de la salle d’arts, y rentrant tranquillement, sans me presser. Desserrant mon écharpe d’une main, passant une main dans mes cheveux de l’autre. « Salut. Désolée du retard, j’ai été retenue au secrétariat.»
Détendue, Sarah, presque nonchalante.

Je m’assied sur une table, croisant mes jambes - et c’est une fois installée et une fois seulement que je pose mes yeux sur lui. Lui le bouffeur de coeurs. Lui qui d’un coup, me fait penser à Drew. Même carrure, même prestance, même aura - mêmes yeux impénétrables, insondables. Et même s’il reste ainsi silencieux, debout sur l’estrade, il y a comme un malaise qui me prend aux tripes, quelque chose que j’étouffe bien rapidement dans un sourire calculé. Bien négocié.

« On doit vraiment faire des présentations ? Dans ce cas là, je me présente, Sarah Blackmore, 19 ans, classe D. Mon don c’est le Scoop et à partir de ce soir je suis ta nouvelle coloc’. » Mais tu le sais, tout ça, n’est-ce pas ? - quelque chose dans mon regard l’interroge, lui demande. Une lueur inquisitrice se mettant à briller au fond de mes yeux fatigués.

Un loup, un démon, ou quelque chose de vilain. Elle avait tout faux, l’autre idiote. Corso n’est ni un monstre ni un ennemi de l'Homme. Il est un Homme. Et c’est bien ça qui le rend si dangereux.
Mais dangereux ou pas, je n’ai pas peur de lui.
Je n’aurais pas peur de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clockMar 11 Nov 2014 - 22:34
Sarah & John | Novembre | Couleurs: Dimgrey
- Salut. Désolée du retard, j’ai été retenue au secrétariat.
- Pas d’problème., lâcha John en la quittant des yeux un instant pour finir un réglage sur son appareil tandis qu’elle se mettait à l’aise.

Satisfait, il passa la bandoulière de l’appareil autour de son cou et posa les yeux sur elle qui, installée, le regardait. Ses yeux noirs se fixèrent dans les siens, bruns, et le silence se fit quelques secondes dans la pièce tandis qu’ils se regardaient en silence, quelques mètres les séparant. Il vit dans ses pupilles qu’en effet, elle était au secrétariat, et sut que c’était au sujet du changement de bungalows. Amusé à l’idée d’être désormais avec elle, il se contenta d’afficher un petit sourire amusé en restant silencieux et descendit la marche de la petite estrade pour s’approcher d’elle.

- On doit vraiment faire des présentations ? Dans ce cas là, je me présente, Sarah Blackmore, 19 ans, classe D. Mon don c’est le Scoop et à partir de ce soir je suis ta nouvelle coloc’.

John haussa les sourcils, penchant la tête, comme fortement intéressé par ses propos - après lesquels il saisit avec douceur sa main une fois près d’elle pour la porter à ses lèvres et, yeux dans les yeux, y déposer un baiser.

- John Corso. Enchanté.

Il libéra sa main et toujours avec ce même sourire, se détourna d’elle. Il n’avait pas besoin d’en dire plus. Il ne voulait pas en dire plus. Elle savait déja probablement beaucoup de choses sur lui, étant donné qu’il était un ami de son ancien colocataire Ernest, travaillait avec l’une de ses meilleures amies Charlie, et avait fait quitter à Jim sa classe de coeur. Quand au baise-main, il n’en avait aucunement honte ou peur d’être jugé; John était un gentleman old school qui s’assumait parfaitement. Il ne voyait pas où pouvait-être le mal à répugner ce genre de pratiques; lui était de ceux qui les faisaient perdurer à travers cette nouvelle génération et ne s’en sentait pas ridicule - pas quand il était capable de poser ses yeux enjôleurs droits dans les siens pour faire mouche. Et il y parvenait, il le savait.

Et puis, c’était une manière originale et distinguée de graver cette rencontre dans les souvenirs de Sarah; un baise-main, ça ne se recevait pas tous les jours.

- Je ne m’attendais pas à ce que tu te propose... Je suis un pro-A et vu la position de ton petit-ami dans la guerre des classes, ce n’est pas très sage de ta part d’approcher un lecteur de mémoire., dit-il avec simplicité en se dirigeant vers le bureau avant de manipuler son ordinateur portable, penché au dessus, bras tendu et main encadrant le bord en bois. Mais tu as le goût du risque de toute façon, puisque tu te méfie de moi comme de la peste. - Ce qui est totalement justifié.

Un regard de côté, un sourire indéchiffrable, et John reporta de nouveau son attention sur la machine pour récupérer sa carte SD à remettre dans son appareil.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clockMer 12 Nov 2014 - 0:29


I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you We've broken our mirrors

♥♠♥♠♥♠
Il y a de ces gens qui aspirent à une vie sage et sans complication .
Et il y a les gens comme moi, qui se jettent vers le premier risque qui apparaît sur leur chemin.
Un type nouveau qui à peine arrivé a déjà semé le désordre parmi mes proches ? Allez Sarah, va à sa rencontre, va l’attaquer directement, à la régulière.
J'ai beau essayer me rassurer, j'ai cette horrible impression que l’argent de poche est une excuse, et que c’est bien pour bouffer des complications que je me suis proposée comme modèle.
Je me déteste.

Sérieusement, faudrait être aveugle sourd et muet pour pas voir, pour pas sentir que tout dans ce type pue le danger. L’attitude parfaitement désinvolte, le sourire parfaitement lancé, la marche lente vers moi.
J’hausse un sourcil alors qu’il prend ma main. Il ne va pas quand même pas …
Le contact de ses lèvres sur ma peau me fait frissonner - et mon regard se durcit. Prédateur, il n’aura fallu qu’une seconde pour que la tension monte - et là voilà maintenant palpable, coincée entre nos deux regards. Deux abysses sombres qui sous leur apparence calme cherchent déjà à se mettre en échec.
Juste ce regard. C’est tout ce qu’il m’a suffit pour savoir quel type d’homme était Johnny, et que les rumeurs ne mentaient pas.  C’est tout ce qu’il m’a suffit pour comprendre que le danger qui me manquait, je l’avais trouvé.

Mais comme si j’allais me laisser bouffer.
« C’est un peu too much, le baise-main, tu ne crois pas ? » Je réponds simplement, allant ranger mes doigts au fond des mes poches. Toujours perchée sur ma table.

Je ne m’attendais pas à ce que tu te propose... Je suis un pro-A et vu la position de ton petit-ami dans la guerre des classes, ce n’est pas très sage de ta part d’approcher un lecteur de mémoire.
« Je ne vois pas ce que viens faire Orwenn ici. Que ce soit ma mémoire ou la sienne, on a aucun moyen de parer ton pouvoir.  De plus…  »  Je sors de mes poches mon paquet de clopes, en sortant une que je glisse entre mes lèvres et que j’allume.  « … je suis à peu près sûre que tu n’as pas attendu cette rencontre pour venir fouiller dans les poubelles de mon passé, je me trompe ? C’était intéressant j’espère ?  » Mots crachés en fumée, j’ affiche un demi-sourire amer, avant de me diriger vers la fenêtre pour continuer à fumer tranquille.

L’idée que quelqu’un, quelqu’un comme lui qui plus est ait eu accès à tous mes souvenirs me donne la nausée. Mais apparemment, tout le pensionnat doit apprendre à faire avec. Tu parles d’un chieur.

Mais tu as le goût du risque de toute façon, puisque tu te méfie de moi comme de la peste. - Ce qui est totalement justifié.
« Il faudrait être stupide pour ne pas se méfier de toi. Mais ne prend pas la grosse tête pour autant …tu ne me fais pas peur.  » Ca a au moins le mérite d’être vrai. Fréquenter des hommes de la pire espèce avant Orwenn m’ont endurcie sur ce point - ou complètement rendue inconsciente. J’hésite encore à savoir si c’est une bonne chose, de ne plus avoir peur du mal que les hommes peuvent me faire.
Et puis, j’ai confiance. J’ai confiance en ce morceau de bonheur qu’on m’a accordé -et jamais je n’irai le sacrifier. Je soupire doucement, me retournant vers lui, tapotant ma cigarette pour en faire tomber les cendres - avant de continuer.

« Bon, sinon, concernant les photos ? Quelque chose à me dire ? » Premier conseil pour ne pas courir à sa perte et à son auto-destruction dès le premier piège : rester fixer sur son objectif de départ.
J’ai nommé le portefeuille de ce beau parleur.  
Sourire en coin.
« Quelque chose à essayer ? »

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clockVen 14 Nov 2014 - 13:45
Sarah & John, Début Novembre, Dimgrey.
- Il faudrait être stupide pour ne pas se méfier de toi. Mais ne prend pas la grosse tête pour autant …tu ne me fais pas peur.
- Ce n’est pas vraiment l’intention., confia John de sa voix tranquille en refermant le clapet de l’appareil photo.

Son regard se dirigea machinalement vers Sarah, qui fumait désormais à la fenêtre.

- Bon, sinon, concernant les photos ? Quelque chose à me dire ? ... Quelque chose à essayer ?
- J’ai déja quelques idées., confia t-il en s’approchant tranquillement.

Cette fille l’inspirait. Mais ça n’avait rien d’étonnant ni de nouveau; dès le premier regard qu’il avait porté sur elle, il avait eu des clichés en tête. Voir son passé - car effectivement il y avait déja fouillé - n’avait fait que l’inspirer d’avantage. En musique aussi, le concept “Sarah” pourrait lui apporter des compositions, il en était absolument certain. Parce-qu’il n’avait pas besoin d’être son ami, son amant, ou même de la connaître: l’évidence s’était imposée à lui. Sarah était l’une des rares personnes qui était à ranger du côté créatif de son cortex cérébral. Pas une simple connaissance. Pas une relation. Pas que.
Mais une Muse.

Ca n’avait peut-être l’air de rien, ce n’était peut-être pas grand chose. Mais dans le coeur d’un artiste, trouver l’inspiration - où qu’elle soit - ça a son importance. Et Sarah, dans tout ce qui la composait, y compris tout ce qu’il ignorait encore d’elle, l’inspirait.

Clac.

Premier cliché, alors qu’aucune consigne n’avait été donnée. Un simple cliché d’elle en train de fumer à la fenêtre, le regardant. Clac. Un nouveau, focus sur ses lèvres, son épaule, sa clavicule. Clac. Nouvelle mise au point sur son profil tourné vers l’extérieur.

- Y’a un bar en ville, je connais le proprio, on pourrait s’y poser après la fermeture pour une séance.

John avait déja toute la décoration en tête: celle présente, comme les détails qu’il pourrait y apporter. Et des scènes prenaient place dans son esprit. Sarah assise sur le bar, avec des guirlandes derrière, une bouteille à ses côtés. Sarah ici, Sarah par là. Clac. Clac. Clac. Il se daplaçait, changeait d’angle, changeait de prise de vue, s’éloignant, se rapprochant, se baissant. Et entre deux réglages, il s’approcha plus encore.

- Tu permets ?

Il ferma la fenêtre, intima à Sarah de se placer devant, mains sur la poignée, cigarette ainsi, visage comme ça - il la plaçait lui-même, définissait sa cambrure par une simple légère impulsion de sa main dans son dos, glissait ses doigts sur les siens pour mieux les positionner; il vint placer une mèche par-ci, une seconde par là.

Il avait l’habitude de manipuler ses modèles. Mais Sarah n’était pas juste un modèle. Il y avait cette chose électrique dans leurs regards lorsque ceux-ci se captaient. S’accrochaient, s’arrachaient, se déchiquetaient sous les gestes doux du photographe manipulant son modèle avec rien de plus que du professionnalisme.

Clac. Clac.

- La plage, aussi. De nuit.

Clac.

Il laissa alors soudainement son appareil retomber sur son torse, se dirigea vers la table et son sac d’où il extirpa un carnet, se mettant à griffonner dessus ses idées, accompagnées de croquis à la va-vite.

- Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Et dans quelle ville ?, demanda t-il soudainement, toujours absorbé dans son carnet.

Parce-qu’il aimait connaître les gens. S’y intéresser. Tant pour le mal qu’il pourrait leur faire mais également pour le bien. Et en l’occurrence, pour Sarah, il désirait mieux la connaître elle, ses envies, son univers. Mieux la comprendre, pour mieux la saisir - artistiquement parlant évidemment.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clockLun 17 Nov 2014 - 23:24


I'm so ugly, but that's okay, 'cause so are you We've broken our mirrors

♥♠♥♠♥♠

Ce type est arrogant. Premier cliché, je hausse un sourcil, clope toujours aux lèvres.
Ce type est arrogant, et c’est bien ce dont il aura besoin pour pouvoir me prendre en photo. Il faut beaucoup de prétention pour pouvoir croire qu’on peut me rendre jolie, et encore plus pour espérer me capturer. J’écrase ma cigarette contre le rebord de la fenêtre, expirant ma dernière bouffée de fumée. Comme ça il avait des idées ? Sourire fier. Voilà qui faisait du bien à mon orgueil - bien qu’il n’ait pas vraiment besoin qu’on le gonfle. J’écoute ses propositions avec attention, ignorant le malaise qui surgit lorsqu’il parle du bar. C’est sûrement parce qu’il ressemble autant à Drew que j’ai ce mauvais pressentiment - le Mc Laren’s étant le premier nom qui m’était venu à l’esprit.

Il serait vraiment temps que j’oublie tout ça.
Mais je ne me sens pas encore prête à le faire.

Il s’approche de moi, et je vois dans ses yeux que quelque chose à changé. Il y a de l’inspiration - et c’est moi qui inspire doucement. Je ne suis pas une artiste. Je suis incapable de dessiner, danser, chanter, photographier - j’ai aucun talent. Mais cela ne m’empêche pas d’être sensible à celui des autres. Nos regards ce croisent, et je reconnais l’étincelle artistique qui brille au fond de ses yeux noirs d’encre. Je la reconnais et la comprend. Ce type n’est pas un amateur. Ce type a quelque chose, quelque chose qui force le respect.
C’est pour ça que lorsque ses mains ont trouvé mon visage, frôlé mes cheveux, touché mon dos, je me suis appliquée à ne pas bouger. Ne pas me débattre, me défaire - fuir cette alchimie qui déjà se composait entre nous. Faits pour s’entendre, ou faits pour se détester ? Je passe si vite de l’un à l’autre que j’ai bien du mal à trouver la bonne réponse.

Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Et dans quelle ville ?
« Mon passé ne te suffit pas ? Tu veux aussi mon futur ? Bien osé de ta part darling. » Je laisse planer un sourire, croise et décroise mes chevilles, avant de continuer. « Je retournerai sûrement en Angleterre. Londres me manque.» Son ciel gris, ses gens pressés, ses taxis bien trop confortables, sa mélancolie teintée de joie.  « Quant à mon métier …. je n’y ai jamais vraiment pensé.  » Je me mords la lèvre inférieure. Je pense pas à l’avenir, moi, j’ai déjà assez de mal garder la tête hors de l’eau dans ce foutu présent. Mas comment dire ? Comment expliquer qu’il y a des jours où je me dis que je ne vivrai pas assez longtemps pour avoir à faire ce genre de choix ? Des années que je me convainc de mourir avant d’être vieille et d’avoir des responsabilités. Des années que je vieillis, me rapprochant de plus en plus de la vie parfaitement normale qui me terrifie. « Le plus simple serait quelque chose dans le journalisme. Mais la psychologie me tenterait bien, aussi. » Deux idées imprécises trouvées sur l’instant, jetées avec honnêteté. Deux choses qui me passionnent, qui font partie de moi - mes précieux scoops, et mon amour des consciences.  Je secoue la tête, poussant un long soupir.

Moi aussi, j’aime observer les gens. Essayer de les comprendre. Essayer de trouver ce qu’ils ont de différent comparés à moi - pour mieux pointer, cibler mes erreurs. Un rire léger se coince dans ma gorge. Mais regardez ce que je pense, j’aime les autres pour mieux me détester. Je suis vraiment pitoyable.  Je me pousse du bord de la fenêtre pour aller le rejoindre, jetant un rapide coup d’oeil à son carnet, sans réussir à le lire. De toute façon, j’ai pas spécialement envie de savoir ce qu’il pense de moi. Mieux vaut éviter de se mettre en colère.
Je penche ma tête sur le côté pour capturer son regard. « A mon tour de poser une question. Qu'est ce qui te pousse à faire de la photo ? »
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clockJeu 25 Déc 2014 - 16:51
Abandonné :ohgod: sorry j'me rattraperai :huehue:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV   ♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
♪ And you should know that the lies won't hide your flaws | PV
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une glace à l'ombre [Pv Hide, Hentaï, Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: