Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen

Aller en bas 
Hello my name is
Maître du Jeu
Autre(s) compte(s) ? : Animé par le staff
Masculin Âge / Classe ou Job : 69 ans
Messages : 177
Hello my name isMaître du Jeu
MessageSujet: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clockVen 11 Déc 2015 - 19:12
Vous avez été embarqué par ces gens étranges qui se disent cupidons, et, visiblement, téléporté. Vous avez le réflexe de regarder autour de vous - et force est de constater que vous n'êtes pas seul.

(Le lieu où vous avez été téléporté est dans la description du sujet)

Vous pouvez RP à votre convenance à la suite de ce sujet : il n'y a aucun ordre et aucune restriction, vous vous organisez comme vous le désirez.
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Ezio di Raphaeli
Autre(s) compte(s) ? : Kei, Isalynn, Delphia, Fen, Giulia
Personnage sur l'avatar : Toru, Stray Dog

Masculin Âge / Classe ou Job : 19 ans, E, 8ème année
Messages : 172
Hello my name isEzio di Raphaeli
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9370-ezio-di-raphaeli https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8937-listing-rp-de-rebbychoute-et-isalynn https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9375-why-did-we-need-a-friend#143742 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9376-i-c-e-got-your-lizard#143743

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clockMar 29 Déc 2015 - 17:12

Trapped with a Panthera

Feat. Warren

Se retrouver avec deux cavalières au même bal ce n'était pas forcément le bon plan...On voyait ça dans tous les films, le mec se trouvent deux rencart en même temps, au même endroit et ça fini toujours mal. Je marchais sur des oeufs surveillant Candice d'un coté, tenant compagnie à Zia de l'autre. A la base ma cavalière c'était Zia et c'est avec qu'elle que je passais les trois quart de mon temps, mais d'un autre coté je ne pouvais pas m'empêcher de fureter vers Candice pour m'assurer que Shaad n'ai pas de geste déplacé envers elle. Bon ok, ça m'aurait donné une bonne raison de le frapper et bal ou pas, je n'en avais rien à faire. Ceci dit je commençais à ne plus savoir où donner de la tête et alors que je quittais l'une pour aller voir l'autre, un élève me pris par l'épaule. Je me retournais pour voir la tête de ma future victime quand je me rendis compte que le décor avait changé.

J'étais dans une salle du pensionnat, mais comme étais je arrivé là? Oh je vois, ce petit bastardo avait du me téléporté et me voila revenu à la case départ. Non mais sérieux, ils ont pas fini de tyrannisé les S?  On se demande qui harcèle qui! Il y avait plein de dessin ici et là, comme si les gens confondait cette endroit avec la salle d'art. Attends  c'est pas la salle où tu dessine des trucs qui deviennent réels? Je n'avais absolument aucune idée de se que je foutais ici, je pivotais et vis que je n'était pas seul. Les sadiques, ils avaient mit avec moi un petit bonhomme aux cheveux bleu. Je me mit soigneusement sur le chemin entre lui et la porte et lui tapota l'épaule avec un peu plus de poigne que nécessaire.

-Alors délégués, la révolte se passe bien? Ils sont fatiguant ses S hein? Vivement qu'on s'en débarrasse.



Suite à cela il poussa un rire féroce faisant ressortir ses canines qui ressemblaient à s'y méprendre, à des crocs. Si il feignait l'amusement, il ne fallait pas trop le pousser sur le sujet. Il digérait assez mal cette soudaine rébellion contre 5 ou 6 élèves présent en S. Face à eux se tenait toutes une école, dont certains qui n'avait même jamais croisé leur route. Mais non, comme tout bon humain, quand un groupe décide d'en éliminer un autre il n'y a plus de discours qui tienne, plus d'argument, pas de discussion. Il trouvait les S menaçant? Pourtant Ezio était un E avant d'être un S, pire il avait été un B, un C, et un D. Et est ce que quelqu'un s'est intéressé à lui jusque là ? Non. Mais quand il est entré chez les S c'est devenu l'ennemi publique numéro 1 sans bouger le pti doigt. Ils étaient tous bouffés par les préjugés. Le pire c'est que Warren était censé le représenter, être son délégué.

-Tu es un peu pâle, tu n'es pas malade au moins? Tu as passé une bonne soirée sinon? Mais tu n'étais pas avec ta cavalière habituelle dit moi...Lhym c'est ça? Ou Leann? Je dois dire que je m'y perds.




_______________________


Slit the throat of reason and reality
Cut myself and scream for their insanity
Wake up to this nightmare that will never end
The main attraction of this twisted master plan

I will be your deadman
With nothing but this blood on my hands
Stuck in your "wonderland"
I want to make you bleed just like me

Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen Sprite_1_j_053
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clockJeu 21 Jan 2016 - 21:00
I'm gonna have a bad time Ezio
Ca se passait pourtant bien, jusqu'ici.

Même si ce n'était pas en compagnie de Lhym qu'il était venu, il ne pouvait nier avoir passé une bonne soirée ; en cette période de guerre, la classe D était parvenue à organiser un bal magique, tant dans son rendu que dans sa capacité à détendre l'atmosphère ─ il en avait eu bien besoin, et il n'était certainement pas le seul. Par dessus tout, cela lui avait permis de faire connaissance avec Thilda. Une fille qui révélait une nature tout à fait adorable sous ses allures extravagantes. Enfin, on pouvait compter qu'il avait eu de la peine pour Vladimir qui jouait le serveur ; mais dans l'ensemble, ça s'était très bien passé pour Warren.

Un peu trop bien, n'est-ce pas...?
Oh, mais ça ne pouvait pas se passer comme ça ! Sinon ça ne serait pas drôle.
On parlait bien du délégué malchanceux après tout.

Cette petite blague s'était déroulée si vite, si vite qu'il en fut complètement déboussolé. Il avait pourtant senti quelque chose l'attraper. Alors pourquoi ? Pourquoi personne ne se trouvait derrière lui quand il se retourna aussitôt ? Légèrement affolé par la tournure que prenait les choses, il survola continuellement les lieux des yeux, encore et encore jusqu'à reconnaître la salle dans laquelle il se trouvait. Quelques dizaines de secondes passèrent avant que sa mémoire ne s'éveillât enfin.

─ La salle illusoire...? se murmura-t-il à lui-même.

Ces paroles n'étaient destinées à personne ─ une simple conclusion pensée un peu trop fort. Warren ne devait pas être entré dans la salle illusoire bien souvent, toutefois les rumeurs qui circulaient à son sujet correspondaient bien à ce qu'il voyait. Des dessins qui couvraient les murs de la salle, dont certains se mouvaient, s'animaient et se déplaçaient librement. Un peu trop librement au goût du délégué, qui s'éloigna d'un pas par réflexe. D'un soupir un peu saccadé par l'inquiétude, il détourna son regard et remarqua enfin qu'une autre personne se trouvait ici. Un visage quelque peu familier. Un E ? Pas tout à fait... C'était étrange comme sentiment ; mais il ne parvenait pas à lui associer totalement la cravate rouge. Pourquoi cela ? Pendant quelques instants, il réfléchit intensément en fixant le brun, la tête penchée sur un côté. Jusqu'à ce que cela lui revînt.

Ah, oui. Ezio était en S.
Un S...
...

Son instinct le guida aussitôt vers la sortie, presque au pas de course ; malheureusement pour lui, Ezio se positionna suffisamment vite devant la porte pour le bloquer. Warren eut donc le réflexe de reculer doucement, d'un air paniqué ; il ne parvint pas même à cacher les tremblements qui le parcouraient quand Ezio s'approcha de lui pour lui tapoter l'épaule. Horrifiés, ses yeux fixaient maintenant le brun, comme un condamné attendant sa sentence.

─ Alors délégué, la révolte se passe bien ? Ils sont fatigants ces S hein? Vivement qu'on s'en débarrasse. commença-t-il.

Peut-être était-ce à cause de la peur qui embrouillait son esprit. Peut-être était-ce à cause du bal qui lui avait changé les idées. Ou peut-être était-ce parce que c'était Warren. Mais, il avait mis du temps à saisir le sens de ces mots, avant de se rappeler qu'à l'exception de cette soirée, c'était une cravate blanche qui pendait à son cou. Oh, c'était vrai. Warren avait en effet précisé à la réunion des délégués qu'il pensait que la classe S constituait un problème majeure ─ il fallait dire que leur attaque en ville n'était pas passée inaperçue. Le délégué s'était mêlé à l'initiative des blancs pour stopper ce carnage une bonne fois pour toutes. Ce n'était pas contre le Ranker, qu'il appréciait ; ce n'était pas contre Hadès, contre qui il n'avait rien ; ce n'était pas même contre Faust, pour qui il nourrissait une sorte de rancoeur. C'était simplement pour instaurer la paix et l'égalité, bien qu'il fallût se confronter aux S pour ce faire. Et même si Warren doutait de la réussite du plan des blancs, il essaierait.

Toutefois, pas sûr qu'Ezio le prît aussi bien...

─ Tu es un peu pâle, tu n'es pas malade au moins ? Tu as passé une bonne soirée sinon ? Mais tu n'étais pas avec ta cavalière habituelle dis-moi... Lhym c'est ça ? Ou Leann ? Je dois dire que je m'y perds. continua-t-il calmement.
─ Lhym. répliqua-t-il en murmurant.

Sans aucun bégaiement. Warren avait lâché cela assez directement, peut-être d'une voix douce mais directe. Depuis la manigance de Faust et le quiproquo que le blond avait engendré, le E n'appréciait plus vraiment les allusions à une éventuelle tromperie. Cependant, cette spontanéité ne résultait pas d'un quelconque courage ─ le pauvre continuait de trembler en sentant quelques sueurs couler sur sa nuque. Ainsi, il déglutit avant de continuer.

─ Et si...non oui... Oui ! J'ai passé une bonne soirée haha... Il marqua une pause. On s'était dits avec Lhym qu'on pourrait... euh... changer pour cette fois. Donc...! Elle est allée avec quelqu'un d'autre... et moi avec Thilda haha... raconta-t-il un peu nerveusement, continuant avec un rire nerveux alla en decrescendo.

Et il n'était pas le seul : d'autres élèves en couple avaient pris la même initiative pour ce bal. Pour changer. Malgré son rire qui s'atténuait, le jeune garçon aux cheveux bleus se sentait extrêmement mal à l'aise ; son interlocuteur avait la réputation d'être violent et agressif. Autant dire que Warren souhaitait quitter ces lieux plus qu'autre chose.

─ Sinooooon...! Je... je pense qu'on va sortir, qu'en... qu'en penses-tu ? Après tout, j...je ne pense pas que tu aies sp-spécialement envie de rester avec moi. N'est-ce pas ahaha...? bégaya-t-il en riant nerveusement d'une voix allant dans les aigus.

Quel lâche. Mais bon, il fallait dire qu'il n'avait pas spécialement envie de rester.



*  *  *

24 décembre Hihi ♥
©Flore



Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Ezio di Raphaeli
Autre(s) compte(s) ? : Kei, Isalynn, Delphia, Fen, Giulia
Personnage sur l'avatar : Toru, Stray Dog

Masculin Âge / Classe ou Job : 19 ans, E, 8ème année
Messages : 172
Hello my name isEzio di Raphaeli
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9370-ezio-di-raphaeli https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8937-listing-rp-de-rebbychoute-et-isalynn https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9375-why-did-we-need-a-friend#143742 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9376-i-c-e-got-your-lizard#143743

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clockMer 27 Jan 2016 - 11:04

Trapped with a Panthera

Feat. Warren

Pauvre délégué. Il était tout flippé de se retrouver devant moi, un peu comme la plupart des élèves devant les S. Cette classe était une éternelle source d'amusement, sans rien faire nous étions craint. Bon ok saccager l'île et terroriser les touristes, ce n'était pas rien, mais il faut bien que jeunesse se passe. Et puis c'est toujours pareil, si un humain nous crache dessous, nous baisserons la tête humblement. Mais si un mage attaque un humain alors c'est la honte, la panique, même au sein de sa propre communauté. Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai manqué de me faire attraper par la fourrière et où j'ai du conserver ma forme animal pour fuir, au risque de révéler mon pouvoir. Le humains se seraient félicité de ma capture. Pas sûr que si nous ramenions un humain dans l'enceinte du pensionnat, ça passe bien. Personne n'avait jamais essayé en fait...Une chose à la fois! Je devais empêcher la crevette de sortir afin de lui faire regretter un instant son engagement contre nature, surtout pour les E. Je poussais d'un bras l'armoire se tenant à coté de la porte et la renversait. Voila de cette façon elle barrait définitivement la sortie et je pouvais me déplacer à ma guise. Un vacarme résonna dans la pièce et un nuage de poussière se souleva.

-Ah oui Lhym, je ne sais jamais avec laquelle tu sors. Parce que tu sort avec non? T'es un homme Warren pas vrai? Parce que d'après Faust tout ça est un peu confus. D'ailleurs je ne comprend pas si tu sort avec une fille pourquoi en inviter une autre? En plus Thilda est plate comme une limande. Ah mais peut être que Lhym aussi en fait. Assez parlé chiffon, je ne voudrais pas te mettre en rogne.



Il avait suggéré qu'on sorte un peu avant que je ne fasse tomber cette armoire. Comme c'était regrettable, il paraitrait que nous allions devoir passer le reste de la soirée seul à seul. C'était une occasion en or après tout, Warren était toujours entouré de ses amis, de sa petite sœur récemment ou d'autres éléments perturbateurs. Mais là il était seul et sa cravate blanche ne le protègerait de rien. Je m'approchais de lui et le saisit par le col, sans pour autant le soulever.  J'inspectais ses yeux sans rien dire pendant un instant, ce regard plein de crainte et d'incompréhension. J'ai toujours cru que c'était une blague quand on disait que c'était le délégué, je pensais qu'n se foutais de sa gueule. Mais finalement non, il était bien délégué des E. Il avait sûrement été nommé pour troller en mode "On a pas besoin d'en jeter avec un délégué balèze".

-T'es le gars gentil toi en fait pas vrai?



Je le lâchais et marchais un peu autour de la pièce. Comme une panthère en cage, jouant un peu avec sa proie avant de bondir dessus sans crier gare. "Tout doux" intimai-je au fauve en moi, qui rugissait déjà, qui voulait sortir. J'avais beau en avoir parlé à Shanilae, je ne me sentais pas mieux pour autant. Qu'est ce qui pousse quelqu'un à trahir sa classe et ses idées? La classe E était celle ou je m'étais le plus plu avant la classe S. Les B ne pensaient qu'à arriver en A, les C étaient si neutre qu'ils en étaient ennuyeux à mourir, les D étaient sympa mais c'était un bande de hippie au fond. Les E avaient des trippes, des idéaux, une fierté, comme les A. Alors pourquoi tout abandonner pour une soi disant alliance que tout le monde n'avait pas rejoint? Contre les S en plus, mais qui dans ce pensionnat pouvait se plaindre d'avoir été ennuyé par un S? A peine quelque élèves, qui l'avait bien cherché je pari. Mais non, comme on se ligue pour exterminé un peuple, on allait se liguer à des centaines d'élèves contre quelque S. Sans distinction de leur classe d'origine. Ainsi le délégué que j'avais suivit et soutenu à une époque allait se retourner contre moi.

-Je ne t'ai jamais rien fait Warren alors je ne comprend pas pourquoi tu semble à deux doigt de t'évanouir. Tu réalises que c'est toi qui t'es enfermé dans cette crainte? Tu as fantasmé une peur irréelle et tu t'es prit au piège tout seul.



Je le regardais en souriant, mais pas un sourire franc et chaleureux, une sourire malsain et glacial.



_______________________


Slit the throat of reason and reality
Cut myself and scream for their insanity
Wake up to this nightmare that will never end
The main attraction of this twisted master plan

I will be your deadman
With nothing but this blood on my hands
Stuck in your "wonderland"
I want to make you bleed just like me

Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen Sprite_1_j_053
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clockVen 18 Mar 2016 - 7:15




I'm gonna have a bad time
▬ Ezio


Quand tu lui as avoué implicitement que tu souhaitais sortir d'ici, tu espérais vraiment qu'il acquiesce et, dans un élan de bonté, qu'il fasse preuve de pitié à ton égard. Dommage, Warren. Vois-tu, ton prédateur recule bien vers la porte, mais au lieu de te délivrer, il la bloque en renversant l'armoire devant celle-ci. Tu sursautes et laisses échapper un gémissement de terreur en sentant le poids du meuble faire trembler la pièce. Je vais passer un sale quart d'heure... Je vais passer un mauvais moment... continues-tu de te répéter intérieurement.

Toutefois Ezio semble plutôt d'humeur docile ; au lieu de te menacer ou quoi que ce soit, il continue de te parler de Lhym. Sauf que la manière dont il aborde le sujet ne te plaît pas vraiment, Warren ; en effet, il est vrai que normalement, tu aurais dû te rendre au bal avec ta petite amie. Mais que dire ? C'était simplement une décision commune, où vous étiez tous les deux d'accord. En quoi est-ce un mal si elle aussi favorisait une sortie entre amis ? Déjà, tu n'as pas beaucoup apprécié les commentaires qu'il a faits sur Thilda et Lhym ; mais ce qui t'as définitivement fait froncer un sourcil malgré la peur, Warren, c'est cette allusion à Faust. Faust qui s'est amusé à ruiner ton couple à une reprise. Faust qui s'est ensuite amusé à te narguer dès qu'il le pouvait. Et Faust qui continuera de s'amuser avec toi tant qu'il le pourra. Tu le sais. Tu le sais...

Mais calme-toi, Warren. Calme-toi un peu. N'oublie que ton interlocuteur peut potentiellement devenir dangereux. Tu le sais, n'est-ce pas ? Bien sûr. En réalité, c'est même d'ailleurs pour cela que tu refuses de lui répondre, effrayé à l'idée d'accidentellement le provoquer. Alors tu tentes tant bien que mal de cacher cette grimace agacée — notons qu'accompagnée des tremblements, ton expression est très, très comique à voir. De toute manière, Warren, tu n'as plus besoin de te forcer à le camoufler ; car toute pointe d'agacement est immédiatement remplacée par l'effroi quand tu remarques que ton prédateur s'approche. Il se rapproche lentement et te saisit alors par le col, sans te soulever pour autant. Ses yeux intimidants se plantant dans les tiens, ton corps tout entier se crispe. C'est la fin... commences-tu à te répéter, affichant un sourire forcé dans lequel on peut très clairement lire la peur. C'est la fin !! Et, trop lâche pour affronter la suite, tu détournes le regard en fermant bien fort les yeux et serrant les dents.

— T'es le gars gentil toi en fait pas vrai ?
— Hein...?

Oui, Warren. Tu as bien entendu. Le jeune félin semble se montrer clément à ton égard et décide de t'épargner. Il lâche ton col et s'éloigne de toi pour marcher autour de la pièce. Un long soupir de soulagement t'échappe alors que tu poses ta main sur ton torse, afin de calmer ton cœur affolé. Pendant un instant, tu as cru que c'était bon, que tu n'avais plus à craindre quoi que ce soit et que tu pouvais te calmer. Enfin, ça c'est avant que tu rouvres les yeux et remarques qu'il tourne autour de toi d'une manière oppressante. Comme les lions au zoo, que tu allais visiter étant petit avec ta famille et ta petite sœur, et qui t'inquiétaient toujours à marcher ainsi dans leur enclos. Ton regard recommence à le suivre avec inquiétude, alors que le reste de ton corps se recroqueville.

Finalement, au bout de quelques instants, il finit par reprendre la parole, t'expliquant qu'il ne t'a jamais rien fait et te demandant pourquoi tu as aussi peur de lui. Pourquoi tu as peur de lui ? Parce qu'il a la réputation d'être un S violent ? Parce qu'il a participé au carnage de la cité prismvérienne ? Parce que tu appartiens à un groupuscule qui ne semble pas vraiment lui plaire ? Parce qu'il t'a enfermé dans la salle illusoire et tourne autour de toi avec ce sourire malsain et carnassier ? C'est un peu tout cela en même temps, n'est-ce pas Warren ? Et il n'y a pas que cela : les deux dernières phrases qu'il vient de t'adresser, concernant le fait que tu es le seul responsable de ta propre peur et que tu t'es piégé ; tu ne les as pas tout à fait saisies. Les métaphores n'ont jamais été ton fort, et celle-ci en particulier semble trop abstraite pour que tu la comprennes.

— Euh... Quoi ? lâches-tu.

Enfin, pour une raison obscure — certainement par peur de l'agacer avec ton idiotie —, tu recommences à paniquer et tentes de te justifier.

— E-Euh...! Je veux dire...! Je... Je ne comprends pas tout à fait ce que tu veux dire et... Je ne comprends même pas pourquoi tu tiens à me garder ici, en captivité. Enfin... je veux dire... Que me veux-tu ? Qu'ai-je fait pour que tu m'en veuilles ? bégaies-tu.

Comme d'habitude, tu l'as dit sur le coup de l'incompréhension et de la panique. Mais bon, ce n'est pas très important finalement, Warren. Tu vas bientôt te retrouver avec un autre problème sur le dos. Et tu sais très bien ce que c'est, Warren. Trop bien même, à ton grand malheur. Cette sensation étrange parcourant le long ton corps, tu la connais tristement trop bien, n'est-ce pas ? Oui, toi aussi tu te disais plus tôt que tes transformations intempestives n'ont pas été trop dérangeantes aujourd'hui, bizarrement. Voyant donc qu'une queue de phoque et des nageoires remplacent désormais ton apparence humaine, tu commences à te demander si tout ceci n'est pas une énorme blague orchestrée par un esprit malin — ou quelque chose comme ça.

— C'est pas vrai... soupires-tu, presque en geignant.

Que veux-tu, Warren ? Le sort ne tourne pas souvent à notre avantage quand il le faut — tu devrais le savoir pourtant, toi qui pourrais nous réciter les lois de Murphy par cœur à force de les vivre en permanence. Tu peux déjà te vanter de ne pas avoir subi ce désagrément en compagnie de Thilda.

Ceci dit, il faut voir comment risque de réagir le félin face à ce retournement de situation.

*  *  *

▬ VOILOU



© YAM for Prismver



Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Ezio di Raphaeli
Autre(s) compte(s) ? : Kei, Isalynn, Delphia, Fen, Giulia
Personnage sur l'avatar : Toru, Stray Dog

Masculin Âge / Classe ou Job : 19 ans, E, 8ème année
Messages : 172
Hello my name isEzio di Raphaeli
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9370-ezio-di-raphaeli https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8937-listing-rp-de-rebbychoute-et-isalynn https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9375-why-did-we-need-a-friend#143742 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t9376-i-c-e-got-your-lizard#143743

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clockLun 21 Mar 2016 - 10:40

Trapped with a Panthera

Feat. Warren

Je commençais à douter sérieusement des capacités intellectuelles de Warren. Il n'étais pas capable deux mots l'un derrière l'autre. Dès que je lui parlais, je récoltais des "hein" ou d'autres mots ne dépassant pas les deux syllabes. Etait ce la peur qui le faisait réagir ainsi? Ce n'était pas drôle si il en devenait aphone, je voulais qu'il parle, qu'il tente de justifier son implication dans tout ce merdier, mais bien sûr il n'en ferait rien, c'était Warren après tout. Je m'étonnais même qu'il ne soit pas encore tombé dans les pommes, il était tellement livide, près à tourner de l'oeil si je m'approchais trop. Et d'un coup la panique le fit déblatérer un flot de parole bégayante et sans cohérence. Le garder en captivité? Hé, mais c'est pas de ma faute si il ne peut pas soulever une armoire. Et puis si il avait fuit en courant au lieu d'affronter ses paroles, nous en serions en même point, je ne faisais que lui rendre service au fond. Je reviens vers lui pour poser une main compatissante sur son épaule, ajoutant une pression supplémentaire.

-Hé te prend pas la tête la crev...



Je n'ai pas le temps de le toucher qu'il rétrécit à vue d'oeil, il rétrécit et se couvre de fourrure. Ah oui la transformation en phoque. J'essaye de ne pas rire mais je sent que je vais exploser si ça ne sort pas. Alors je relâche un fou rire qui doit me faire passer pour un dingue. On m'a toujours dit que j'avais un rire malsain et puissant, Warren allait vraiment finir par faire une crise cardiaque. Je riait à m'en faire péter la mâchoire. Sa transformation était elle liée à ses sentiments? Il se changeait quand il avait trop peur ou quelque chose du genre? Quoi qu'il en soit, à voir ses p'tites nageoire battre l'air, j'eus pitié et me pliais en eux pour le "ramasser". Cette bestiole pesait son poids tout de même... Je le mit face à moi et tentais de reprendre mon sérieux devant la tête de phoque du délégué.

--Mec, je veux faire un selfie avec toi.



Je posais Warren sur une table et sortit mon téléphone en mode photo. Je me mit a coté à coté de lui et dit avant de presser la détente :

--Aller, dit "ESQUIMAU" !!



Je pris la photo sentant à quel point c'était cruel. Je reposais Warren par terre et posa l'armoire du chemin en lui disant que si il s'en sentait capable, il pouvais partir à présent. Je retenais une nouvelle vague de rire en imaginant le petit phoque tenter d'atteindre la poignée de la porte. Décidément cette petite vengeance était parfaite et je bénissais les "téléporteurs" pour leur acte. Je remarquais d'un coup que les battements de mon cœur avaient accélérés. J'avais relâché ma vigilance et voila que la bête voulais sortir à tout prix. Ça pouvais devenir vraiment dangereux, et je ne savais pas si j'aurais l'instinct de chasseur en cédant à ma pulsion. Le meilleur moyen de savoir était de tester. Je laissais donc l'animalité prendre le dessus et me changea en panthère devant lui. Le combat classique du chat et du poisson.

Privé de la parole à la différence de mon collègue, je m'approchais du petit phoque en me léchant les babines pour rendre tout ça plus théâtrale. Les deux saphirs dans mes yeux devaient rayonner, je pouvais mettre m'entendre ronronner et c'était tout sauf un petit ronron de chaton, c'était plus profond et plus rauque, j'entrouvrais la bouche comme un félin qui part en chasse. Une fois devant lui je m'arrêtais et le reniflait, mû par l'instinct. Je posais le bout de ma pâte sur sa tête, puis le fit bouger mollement comme si je jouais avec avant de le dévorer. Je me contrôlais plutôt bien il faut dire, mais sous ma forme animale, la peur qu'il dégageait m'excitait de plus en plus. Il parut vouloir se dégager et par reflexe, ma patte pourvue de griffe bougea avant que je ne puisse réfléchir. Une des griffes acérés vint faucher "la joue" de Warren juste sous l'oeil. une goutte de sang perla, puis un ligne rouge se dessina sur sa figure.

Je reculais, hébété par la vue de son sang. J'inclinais la tête et vint lécher l'extrémité de ma griffe, de nouveau par reflexe. Le goût excita mes papilles, bien que mon esprit humain ne s'imaginait pas une seule seconde manger un autre humain. Et si je n'avais pas le choix, et si je bondissais sur lui et mordait dans sa chair moelleuse pour le déchiqueter? Une partie de moi trouvait que ça craignait et l'autre trouvait ça carrément envisageable. Ok, on va reculer encore un peu. Reculer pour mieux sauter? Non! Il ne fallait pas que je pense à ça, sa blessure allait déjà m'attirer des soucis, tout ce que je voulais c'était le faire flipper moi. De toute façon je n'avais plus trop le choix j'étais coincé sous cette forme pour un moment.



_______________________


Slit the throat of reason and reality
Cut myself and scream for their insanity
Wake up to this nightmare that will never end
The main attraction of this twisted master plan

I will be your deadman
With nothing but this blood on my hands
Stuck in your "wonderland"
I want to make you bleed just like me

Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen Sprite_1_j_053
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clockDim 17 Juil 2016 - 8:24




I'm gonna have a bad time
▬ Ezio


Un éclat de rire incontrôlable résonne dans l'immense salle, te faisant baisser la tête de honte, et trembler de colère après toi-même et ta propre malédiction. À ce moment précis, ton unique souhait serait de disparaître, de sentir la terre s'ouvrir en deux et te précipiter dans les abysses. T'as tellement honte de la situation, Warren. Et Ezio rigole si fort et si longtemps que cela renforce toujours plus ton sentiment d'indignation. Ah, tu hais tellement ton don, mais tellement...
Tu sens alors des bras s'enrouler autour de ta taille et te soulever dans les airs. Ezio te dépose sur une table, déploie son téléphone et prend un selfie. Ça s'est déroulé tellement vite que tu n'as pas tout de suite percuté. Et lorsque tu réalises la chose, tes yeux deviennent ronds comme des billes — si tu étais sous ta forme humaine, tes joues auraient même probablement virées au rouge tant tu te sens pitoyable. De nouveau sur le sol, tu tentes un saut dans l'espoir d'attraper le téléphone ; saut qui se solde en un échec lamentable ainsi qu'un atterrissage lourd et maladroit. Ah, quelle humiliation, Warren. Vraiment. Tu savais que ce moment avec Ezio ne serait pas une partie de plaisir ; mais tu aurais presque préféré qu'il te frappe plutôt que de subir ça. Et encore, tout ça accompagné encore et toujours du rire sadique du S. Mais tu sais, Warren. À présent la porte n'est plus bloquée — tu peux essayer de t'évader si tu le souhaites. C'est d'ailleurs ce que tu décides de faire, en rampant lentement jusqu'à la porte. Sauf qu'à l'entente d'un bruit intriguant, tu te stoppes et te retournes par curiosité.

Une panthère. À juste deux mètres de toi.

Tu te pétrifies. Complètement. Incapable de fuir, incapable d'agir, tu lèves les yeux vers le félin aux yeux océans. Son ronronnement... Son regard... Tout laisse présager une mauvaise suite à ce petit entretien, Warren. Tu te demandes alors ce qu'Ezio projette de faire avec toi sous cette forme. Et surtout pour quoi faire ? T'effrayer davantage avec ces crocs ? C'est réussi en tout cas, bien que tu aies conscience que ce n'est qu'une transformation. Car finalement, dans le fond c'est toujours Ezio. Un S dangereux, violent, mais un humain malgré tout. Sentant alors sa patte sur ta tête et la remuer gentiment, tu te crispes et te laisses faire docilement. Tu te répètes que ce... Ce n'est qu'une transformation... Ce n'est qu'une transformation ! Sauf que ça ne suffit plus : la vue de ses crocs te donne soudainement l'envie de te dégager et de fuir. Alors, c'est précisément ce que tu fais. Et tandis que tu te défais de son emprise, tu aperçois une lame glisser devant ton œil, et sens une douleur un peu en dessous. Tu lâches un couinement, et remarques la panthère reculer en se léchant une griffe couverte de sang. Du sang, hein ? Oh, tu as bien peur de comprendre d'où provient le liquide rouge. Horrifié, tu baisses légèrement les yeux et vois des gouttes de sang tomber sur ta nageoire, depuis ta joue. Et encore, si ce n'est que ça : le plus inquiétant, Warren, c'est le regard de ton agresseur, qui semble perdre peu à peu son humanité. Devenant carnassier... Tu tentes un sourire, crispé.

— H... Hé Ezio...? Tu... Tu me fais marcher n'est-ce pas...? Tu essaies juste de me faire peur comme avant, hein ? Non parce que... je... je vais vraiment finir par croire que tu essaies de... de me tuer pour de vrai donc... Tu marques une pause, continues de le fixer, et diminues le volume de ta voix. Donc...

Tu n'as pas vraiment l'impression de t'adresser au S de tout à l'heure. En fait, tu n'as pas vraiment l'impression de t'adresser à l'humain de tout à l'heure. Tu attends une réponse, des mots, une réaction qui pourraient dissiper ton doute. Alors, pour vérifier tes craintes, tu murmures une dernière fois :

— Ezio...?

Rien à faire, aucune réponse orale de sa part. Il semblerait que tu parles actuellement à un véritable fauve affamé, seulement guidé par l'instinct. Ah, Warren il faut dire que tu as souvent été dans le pétrin ; mais ce doit être la première fois que tu devras échapper à la mort en personne. Et le plus vite possible.
Immobile, tu demeures pétrifié devant ce danger de taille, la respiration bloquée par l'angoisse. La gorge nouée, tu tentes de ne pas bouger afin de ne pas exciter la bête ; mais par la même occasion, tes iris parcourent la salle pour trouver une cachette en vain. Tu es trop lent et lui trop rapide pour que cela fonctionne très cher. Tu te dis alors que tu es fichu, Warren, que ta dernière heure est venue. Il n'y a aucune issue possible. Alors, tu décides de reculer tranquillement, tout tranquillement, car tu es incapable de faire quoi que ce soit d'autre. Chaque seconde te semble durer une éternité tant l'atmosphère est oppressante.
Tu recules Warren, tu recules toujours plus, une nageoire posée sur ta joue pour éviter de l'exciter avec l'odeur de l'hémorragie ; sentant finalement un mur derrière toi, tu couines de frayeur et sens ton cœur accélérer.
Il aurait juste fallu le retenir suffisamment pour retrouver ta forme humaine. Juste ça pour t'en sortir.
Mais maintenant c'est fini.

Du moins peut-être pas ; l'une de tes nageoires sent la présence d'un petit objet, plutôt fin. Du coin de l'œil, tu réalises que c'est un crayon. Un crayon... Un crayon... Et la salle illusoire. Peut-être Warren. Peut-être que cela peut fonctionner avec de la chance. Tu n'as plus le choix, de toute manière.
Tu attrapes l'objet avec ta gueule, assez maladroitement dans la panique, et te dépêches de tracer une trappe sur le mur. Suffisamment grande pour toi, pas assez pour l'énorme félin. Et puis, tu glisses vers l'échappatoire que tu viens de créer.
Par miracle, tu sors de la salle, laissant le félin en cage. Te voilà dans les couloirs. De ce fait, tu t'empresses de t'éloigner davantage, davantage afin de définitivement le semer.

Voilà. C'est terminé.
Long soupir de soulagement.

C'est fini. C'est enfin fini. C'est vraiment fini. Tu finis même par retrouver ton apparence humaine à présent que c'est terminé. Alors, ton dos vient juste s'appuyer contre un mur, tandis que tu tentes de retrouver ta respiration normale. Ah Warren, tu as eu tellement peur que la première chose à faire maintenant, c'est de retrouver ton calme. Tu ne maudis même pas le hasard d'avoir désactivé ton don aussi tard ; tu es juste heureux d'avoir échappé à la situation d'avant. La main posée sur le cœur, tu inspires, et expires continuellement. Voilà, Warren. C'est fini. C'est terminé.
Tu te redresses gentiment, retirant ta main de ta poitrine et aperçois des tâches rouges sur ta cravate bleu marine. Ah oui, c'est vrai, ta nageoire a été posée quelques minutes sur ta joue pour empêcher l'hémorragie. À présent, voilà que ta paume est teintée d'un écarlate sombre. Tu passes l'un de tes doigts sur ton visage pour vérifier si ta cicatrice s'est bien refermée. Ça semble être le cas. C'était moins profond que ce que cela a semblé paraître, heureusement — néanmoins la blessure mettra du temps à disparaître.

Ah, quelle plaie. C'est le cas de le dire, Warren...

Tu prends la direction des dortoirs, afin de retourner dans ta cabane. Intérieurement, tu dresses le triste bilan de cette soirée. Un début superbe et une fin qui laisse franchement à désirer. Honnêtement, tu n'as pas vraiment envie de raconter autour de toi ce qui s'est passé avec Ezio. Ce n'est pas vraiment ton genre de dénoncer les autres, surtout lorsqu'au final, il ne s'est pas passé grand-chose de grave — enfin selon toi hein. Quant à ta blessure, qui sait ? Tu diras certainement que tu es rentré dans une branche en rentrant. En connaissant ta maladresse, on te croira certainement. Sauf les plus malins, comme Hadès, évidemment.

Ah sinon... Joyeux Noël, Warren, en tout cas.

*  *  *

▬ Enfin conclu pour ma part xwx



© YAM for Prismver



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen   Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Ezio Di Raphaeli & Warren Andersen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P :: Cupidons-
Sauter vers: