Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 trust no body // hadès

Aller en bas 
Hello my name is
Leann De Laine
Pseudo du joueur : Meriveri
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin

Féminin Âge / Classe ou Job : 21 ans - B - 10ème année
Messages : 500
Hello my name isLeann De Laine
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8251-des-livres-d-autres-livres-et-leann-leann-de-laine https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8294-my-dear-diary-leann-s-timeline https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8281-a-peaceful-world-leann-de-laine#130043 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8282-tolkien-lms-de-leann

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockJeu 21 Sep 2017 - 16:58
Friday, September the 29th

♡ ft. Hadès O. Stone
trust no body
Du bruit, partout. De l'agitation, dans chaque salle, dans chaque couloir. Du monde, des questions, des demandes, des gens qui attendes des conseils, qui te proposent des choses à améliorer, puis ceux qui chuchotent à ton passage, qui pensent que tu n'entends pas leurs méchancetés, leurs critiques, leurs commentaire sur ta cravate noire et tes idéaux. Les rumeurs, les murmures, les cours, tes problèmes, le malaise dans ton bungalow entre Ezio, Joy et le nouveau, la rentrée, les pleurs, dès que tu te retrouves seule une seconde avec tes souvenirs. Tu ne supportes plus le bungalow, t'arrives plus à aller à la bibliothèque, tu fuis la salle commune. Tout, mais bien tout ce qui te rendait heureuse à Prismver pendant toutes ses années te donnes la nausée.

Ca fait des mois que Joshua est parti, et t'as toujours pas réussi à te relever et avancer. Tu t'étais promis de faire des choses pour les autres, des choses pour toi aussi. Les Colombes et PUMA, les missions, tout ça, tu voulais que ça réussisse, mais t'étais comme vide. Incapable de réfléchir, incapable de trouver quelque chose. T'étais seule avec cette responsabilité que tu t'étais imposée de prouver au monde que tout n'était pas aussi mauvais que ça en avait l'air. Qu'il y avait de l'espoir. Qu'il suffisait d'un peu de bonne volonté pour que tout le monde vive en harmonie. Mais la vérité, c'est que cette sérénité, elle était plus en toi. T'avais plus envie de croire en tous ces gens. T'avais essuyé trop de revers, trop de déception. Pourtant, t'avais pas des attentes hors du commun, mais hey, pour la première fois depuis bien longtemps, t'étais à nouveau seule. La famille d'Alwine avait senti le danger et elle était retourné chez elle, Lhym n'était plus là, tu te haïssais pour ça, mais le simple bonheur de Chan, Alexis et Orion te rendait malade, et d'Aiden ne te venais que le souvenir de sa rupture avec Seth, donc pas la meilleure image.

Tu regardais tout ce qu'il t'était arrivé cette année, et tu te demandais ce que t'avais fait pour mériter tout ça. T'avais  pourtant toujours fait le bien autour de toi, t'avais toujours aidé, sacrifié de ta propre personne, de ton temps, de ton énergie. T'avais tout fait pour eux, et voilà comment on te le rendait. En parlant dans ton dos, en t'évitant et en t'abandonnant. Alors pourquoi se donner la peine? Pourquoi se battre pour des gens qui ne te rendront jamais la pareille? Cette pensée désagréable ne cessait de revenir à toi, encore et encore. Plusieurs fois, tu t'en étais défendu. T'avais argumenté contre cette idée, tu t'étais battu contre elle, tu l'avais fait disparaître. Mais quand tu t'y attendait le moins, elle repointait le bout de son nez, avec ses simples "Pourquoi tu fais ça?" avec ses "Ils ne méritent pas ce que tu fais pour eux".

La personne si idéaliste que tu étais ne voyait plus que le pire dans les yeux des gens. Aucun de voulait la paix. Cette situation intenable, c'était juste l'occasion pour la plus part d'entre eux de se chercher des poux. Personne veut de tes idées, Leann. Personne ne veut de ton aide. Ce que les gens veulent, c'est une occasion pour se battre. Tout le monde l'attend, la boulette d'un côté ou de l'autre. Elle va arriver. Ca va arriver, par ce que tu le sais, au fond. L'humain est comme ça. Tout le monde a cette peur maladive de l'inconnu, et la peur fait faire des choses bien stupides. Alors qui es-tu pour empêcher ça? Pour faire oublier à tant de gens ce comportement primaire? Au mieux, avec toute la bonne volonté du monde, peut-être pourras-tu le retarder, mais quels que soit tes efforts, ça finira par exploser.

Dans le silence de la salle infinie, tu fais voler tes feuilles dans un cri de désespoir. Tous tes plans, toutes tes idées, tous les scénarii que t'as imaginés pour arriver à quelque chose. Y a que du papier qui plane autours de toi et viens se poser sur le planché déjà trop rempli de l'endroit où le silence à si rapidement reprit ses droits.

- Ca sert à rien… Tout ça, ça sert à rien.

Les mains cachant l'intégralité de ton visage, tu retiens tes larmes, tout en restant incapable de retenir tes court spasmes qui agitent tes épaules. Il n'y a que ta respiration saccadée qui résonne dans cet pièce désertique. En boule dans un coin, entre une commode débordant d'objets divers et un vase à la forme étrange, t'es à peine visible, juste une petite tâche tremblante, comme une enfant perdu dans la foule.

- J'y arriverai jamais. Je pourrais jamais changer quoi que ça soit. Personne ne veut que ça change, ça ne peut pas … ça ne peut pourra jamais marcher.



_______________________

I speak in #cc99cc.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockJeu 21 Sep 2017 - 19:58
Les choses sont différentes, ça fait un moment que tu es conscient. Les regards ont changé, la peur s’atténue et bien que tu ne daignes jamais accorder de l’attention à ceux qui ne semblent jamais la mériter, tu dois reconnaître que la situation commence à porter atteinte à ton quotidien. Tu ne sais pas ce qui peut bien causer tout ça mais tu es certain d’une chose : les circonstances ne resteront pas en l’état. Ta réputation ne sera sans doute jamais plus la même mais l’irrespect ne fera pas parti de ton nouveau quotidien, pas tant que tu veilleras au grain. Les gens qui parlent en ton absence ne méritent pas ton attention et tout le monde en est victime, à en commencer par cette tête d’affiche que tu vois installée à quelques pas de toi.

La salle d'infini n’a jamais fait parti de tes priorités mais tu dois avouer avoir négligé tes études depuis un certain temps : génie invaincu ou non, travailler était une obligation dans les études si l’on voulait des résultats et tu n’étais pas assez naïf pour croire en la réussite de ton seul talent. Les choses ne marchaient pas comme ça dans la réalité, du moins, pas dans ce domaine - et la fuite dans une autre dimension ne règlerait pas ce problème. Depuis ce matin, tu y étais attelé et tu n’avais fait qu’une brève pause pour avaler un maigre repas à la cantine. Tous ces comportements étaient inhabituels mais depuis l’instabilité du monde extérieur, tu savais que seul un dossier en béton saurait faire oublier la présence d’un pouvoir, et le tien pouvait être en diamant avec un peu d’efforts.

Tu avais déjà quelques idées intéressantes pour changer la situation, dont une particulièrement alléchante pour laquelle tu avais besoin d’aide et de préparation. Les choses n’étaient pas en la faveur de Prismver et tu croyais à ta réussite scolaire. En plus d’être un plaisir en de nombreuses circonstances, les efforts s’avéraient devenir une nécessité peu à peu et ce n’était pas pour te déplaire. En plus de ça, tu avais toujours su maintenir un niveau excellent : cloîtré dans le top 5 de ta classe sans aucune matière négligée. Cela dit, tout plaisir que tu prennes, tu étais incapable de te concentrer depuis le cri qu’avait poussé la Colombe à l’instant. Clignant des yeux avec surprise, tu tentais de te plonger de nouveau dans ton travail, bien trop lancé dans tes révisions pour te soucier d’autre chose - en théorie.

Mais tout avait volé en éclats. Ta concentration était balayée par ta curiosité, et bien que tu t’en doutes, tu laissais échapper un soupir d’agacement avant d’attraper l’un des papiers qui avait glissé à tes pieds. Des idées de missions, en très grand nombre. En nombre bien trop important à vrai dire, mais ce n’étaient que des ébauches, la plupart étaient maladroits, utopiques, illogiques. Leann tentait d’aboutir à quelque chose sans parvenir à calmer ses nerfs, car comme elle semblait si bien le montrer, elle était au bout du rouleau. Ça n’avait rien d’étonnant : elle portait bien trop de choses sur ses épaules et ses croyances étaient bien trop utopiques pour qu’elle ne reste loin de la déception. Tu fermais ton livre d’un mouvement sec et te glissais sur la chaise à côté d’elle pour l’observer, le visage neutre.

"Heya. Tu as l’air de passer un mauvais moment."

Une entrée en matière simple, sans sourire, sans gentillesse ni compassion. Leann état suffisamment habituée à ça avec toi, et si elle avait oublié, la majorité avait l’air de faire son effet à ce sujet-là. Tu pouvais le comprendre.
Tu posais sa feuille ramassée juste devant elle, juste pour signaler que tu l’avais lu - tu aurais pu ironiser sur le fait de jeter des feuilles dans une bibliothèque ou d’y faire du bruit mais elle semblait trop désespérée pour faire attention à ça. Son état, c’était quelque chose et tu ne l’avais jamais vue aussi peu confiance. Pourtant, tu la voyais souvent avec toute l’attention qu’elle se réservait au nom des Colombe - mais ces dernières étaient, en effet, étonnement discrètes ces derniers temps. Sans le moindre doute, les deux faits étaient liés.

"C’est mauvais, tout ça.", lâchas-tu en désignant la feuille.

Ce n’était pas une provocation. L’heure n’était pas à ça. Tu n’étais pas venu pour l’aider non plus, mais tu étais curieux de savoir où te mènerait la situation. Son état mental te préoccupait, non pas dans le bon sens mais parce que tu en ignorais la cause. Et c’était dégoûtant à voir, pour l’égoïste raison que tu ne supportais pas l’idée de ne pas en être l’auteur.
Leann faisait parti des gens que tu voulais voir sombrer de la sorte mais si tout arrivait en absence, le jeu n’avait plus d’intérêt.

"Qu’est-ce qui t’arrive, Leann ? La réunion des délégués, le White Day, et maintenant tu laisses tomber ? Alors, dis-moi... qu’est-ce que tu penses de la situation actuelle ? Elle est si désespérée ?"

Tu plongeais tes yeux dans les siens et l’observais sans la moindre gêne. Si tu voulais analyser clairement la situation, tu te devais de comprendre ce qui avait changé dans son jugement du monde. Tu connaissais l’ancienne Leann mais tu étais capable de dire ce qui pouvait bien passer dans la tête de la personne qui te faisait face.
ft. leann •• septembre
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Leann De Laine
Pseudo du joueur : Meriveri
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin

Féminin Âge / Classe ou Job : 21 ans - B - 10ème année
Messages : 500
Hello my name isLeann De Laine
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8251-des-livres-d-autres-livres-et-leann-leann-de-laine https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8294-my-dear-diary-leann-s-timeline https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8281-a-peaceful-world-leann-de-laine#130043 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8282-tolkien-lms-de-leann

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockVen 22 Sep 2017 - 20:49
Friday, September the 29th

♡ ft. Hadès O. Stone
trust no body
Entre tes reniflements, y a ce bruit qui parvient à tes oreilles. Celui de pas qui s'approchent, lentement mais surement, de ta petite cachette. Un rythme vaguement familier, mais pas pour autant habituel. Tu jurerais l'avoir déjà entendu, à une occasion bien particulière. Tu baises tes mains, doucement, révélant le visage de celui qui t'avait rejoint dans la salle de l'infini. Tu reconnais cette tignasse aux reflets écarlates, ce teint affreusement pâle à côté de toi. Le démon rouge. Tes yeux se fige sur son visage inexpressif. Y a un mélange de peur et de résignation qui se dessine sur tes traits, une sorte d'abandon qui t'es pourtant si inhabituel. Il te salut, comme si de rien n'était. Comme si vous étiez de vieilles connaissances. Ta bouche se courbe en une grimace désagréable. T'avais besoin de tout sauf de ça. La simple présence de l'ancien S te rappelle votre précédente altercation, quand t'étais parti à la recherche de Joshua dans sa mauvaise période. C'est tout ce dont t'as pas envie de te rappeler, tout ce que t'es venue fuir en allant te réfugier dans cet endroit magique que tu fréquentes si peu habituellement.

Tu restes silencieuse, te contentant de trembloter sans lâcher le jeune homme du regard. Il s'installe à tes côtés, agitant les feuilles dont tu viens de te débarrasser, qualifiant leur contenu de mauvais. Le regard fuyard, en rassemblant tes cheveux détachés sur ton épaule gauche, tu acquiesces. Tu sais déjà tout ça. TU sais que c'est mauvais, et que même si c'était meilleur, ça ne serait pas assez. Pas assez pour faire ce qu'il faut pour que tout aille mieux. Ses paroles, pourtant loin du ton désobligeant qu'elles pourraient porter, ne faisaient que te renvoyer ta médiocrité dont tu étais déjà pleinement consciente. Ca craint. Plus que jamais, t'étais sur le point de craquer. Cette coïncidence était la goutte d'eau de trop, mais fallait pas que tu pleures. Pas devant lui. T'avais déjà était suffisamment pathétique devant les yeux de quelqu'un pour aujourd'hui. Pourquoi même quand tu allais t'isoler dans le dédale de la salle de l'infini, il fallait que quelqu'un vienne te trouver? N'aurais-tu donc plus jamais le droit à un peu de calme et de repos? N'allait-on donc jamais te laisser tranquille? Juste un peu de silence était donc encore trop demander?

Tu frottes tes yeux rougis d'un geste mou, avant de finalement regarder l'anglais avec un peu plus d'attention. Encore une fois, son comportement t'intrigues. Que peut-il bien te vouloir, au fond? Au vu de votre relation jusqu'à présent plutôt houleuse, il aurait probablement préféré t'observer en riant de loin. Alors d'où lui venait cet intérêt soudain? Tu ravales ta salive pour te donner un peu de courage, mais t'arrives pas encore à prononcer le moindre mot. T'as trop peur de ce qu'il peut t'arriver si tu fais encore le mauvais choix, comme la dernière fois. Ta gorge restait indubitablement nouée, tout tes muscles tendus. Prismver semblait ne plus autant craindre le démon rouge qu'avant, mais toi, il te faisait toujours trembler. Ton bref passage dans son monde parallèle avait suffi à te montrer ce dont il était capable alors que tu n'en avais finalement eu qu'un aperçu limité.

- Qu’est-ce qui t’arrive, Leann ? La réunion des délégués, le White Day, et maintenant tu laisses tomber ? Alors, dis-moi... qu’est-ce que tu penses de la situation actuelle ? Elle est si désespérée ?

Tu n'en revient pas. Là, dans cette situation étrange, Hadès te demande ton avis sur l'actualité. Tu lèves les yeux aux ciel, puis tu repenses à la fameuse réunion et au White Day dont il parle. Qu'est-ce qu'il t'arrives? Qu'est ce qui a changé depuis? Tout. Tout a changé. Les dons ont été révélés au monde. Prismver a perdu son indépendance. Ruthel est devenu une marionnette du gouvernement britannique. Les soldats sont partout sur l'île. On vous impose de plus en plus de règles, comme si la guerre avait déjà été déclarée. Staunton forme sa petite garde d'élite qu'elle envoie où bon lui semble pour toute forme de missions. La guerre des classes a beau avoir disparu, elle a immédiatement été remplacée par ces affrontements d'idéaux avec des badges et des drapeaux qui viennent même semer la discorde au sein des classes. Si ce n'est pas la preuve que le pensionnat ne connaîtrait jamais la paix… Tu soupires. T'en a bien assez fait avec tout ça. Si les mages ne veulent pas se donner la peine de vivre une vie paisible, alors tant pis pour eux.

- La situation n'est pas … désespérée. C'est le comportement de tous ces gens qui la rend ingérable. Personne ne veut que ça se passe bien, hein? Quand c'est pas la GdC c'est ça, et si les problèmes avec les non-mages s'arrange, ça sera autre chose. J'en ai marre de me battre contre des moulins à vent.

Les yeux dans le vide, t'expliquais ça d'une voix calme, inexpressive. T'avais plus la force de t'emporter. Plus la force de faire des discours animés comme ceux du White Day. Plus la force de te lever et brandir fièrement tes rêves et idéaux.

- Je te l'ai déjà dit. Je ne suis pas aussi bête que ce que j'en ai l'air. J'ai bien conscience que personne veut de ma paix et de mes idées. Personne ne veut que ça se passe bien. C'est comme ça. Et j'en ai marre de me fatiguer pour le bien de gens qui n'en ont rien à faire. Ca m'apporte quoi, au juste, de faire tout ça hein? Regardes moi, je fais pitié, à aller me planquer dans une salle pour pleurer toute seule.

Un rire nerveux s'échappe de tes lèvres. Ca fait longtemps que t'as pas parlé comme ça à quelqu'un. C'est peut-être ta plus sincère confession depuis bien longtemps, et au fond, ça te fait du bien de te libérer de tout ça, de laisser aller tes pensées à quelqu'un d'extérieur de ta vie, quelqu'un qui ne fait pas partie de ton cercle proche. Pourtant, en sa présence, tes muscles se relâches, tu sens que tu te décontractes un peu.

- J'ai tellement personne à qui parler que c'est à toi que je me confie. C'est pitoyable, hein?




_______________________

I speak in #cc99cc.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockSam 23 Sep 2017 - 0:02
Tu ne sais pas comment réagir face à ses paroles ou à la nouvelle qu'elle te partage, hésitant entre une satisfaction et la déception absolue. Depuis toujours, tu attends de voir quand Leann risque de flancher. Depuis toujours, tu attends d'y arriver, de la faire ployer et pour ce, tu veux être en forme parfaite. Tu veux l'écraser au maximum de tes capacités par respect, non, plutôt, par principe, pour l'équité, pour n'avoir aucun regret selon l'issue des choses. Tu voulais tout ça, autrefois. Tu voulais la victoire à tout prix, faire disparaître ses illusions, non pas pour son bien mais pour une domination totale sur les politiques de l'école. Elle avait beau n'avoir aucun argument physique ni même mentale, surtout lorsqu'on en venait à la manipulation, elle avait cette détermination indémodable qui en faisait une personne aussi difficile à atteindre qu'elle était bon leader.

Leann n'était pas à sous-estimer. Et elle avait tort de te dire que tu ne la pensais pas aussi intelligente qu'elle l'était - tu n'avais jamais pensé le contraire bien que tu ne le montres pas forcément. L'arrogance était ta voie de la normalité ; tu devais t'exempter de te comparer avec les autres pour avoir un point de vue plus ou moins acceptable et réaliste sur les choses, et hormis ce fait-là, tu étais plutôt objectif et possédais un bon jugement. Tu savais ce que les gens étaient. Tu savais ce de quoi ils étaient capables car tu pouvais déduire, d'une observation physique, d'un regard dégoulinant de pertinence tout ce dont ils pouvaient prétendre à faire. Et Leann, étonnement, était haute dans les possibilités. Plus haute que Joshua avait pu l'être et ne le serait à présent qu'il était parti. Plus haute que la plupart des A, si intelligents, l'esprit dissimulé derrière la satisfaction de leurs résultats obtenus.

Masqués par la réputation de la classe, l'effet de groupe, les points de vue communs. Elle était bien plus que ça. Elle allait contre le courant dominant, contre les principes présents pour créer le sien auquel elle avait réussi à rallier des gens. Sur bien des points, elle était impressionnante et tous ces points disparaissaient à la mesure de chaque mot. Leann n'était plus. Elle était remplacée par un être déçu, et bien qu'il fut trop tôt pour parler de brisée, elle semblait bien entamée par sa désillusion. Elle n'avait plus rien à voir. Autrefois, tu serais venue l'aider pour lui porter conseil parce qu'un combat sans adversaire n'avait rien d'amusant. Maintenant, tu étais porté par des raisons différentes mais qui ne se recoupaient pas pour autant avec une quelconque compassion.
Tu cherchais encore à te comprendre mais ce n'était pas la plus grande question ici. Avant tout, il te fallait la comprendre.

"Pitoyable ou pas, je ne sais pas. Et je suis bien incapable de dire si tu avais raison de poursuivre tes idéaux. En revanche, je sais qu'il n'y a pas plus qualifié que toi pour mener à bien la paix."

Si ça venait de quelqu'un d'autre, c'aurait pu être sentimental, mais ce n'était pas son cas. L'analyse était froide et objective. C'était une pensée honnête et il n'avait rien à ajouter à ce sujet : Leann était faite pour ce genre de combats tout comme tu étais fait pour celui que tu avais mené. La différence était qu'aujourd'hui, tout cela ne t'intéressait plus. Tu ne le faisais pas par bonté d'âme, ou par soucis d'amusement mais pour donner ton avis sans arrière-pensée.
Ce que devenait le futur n'était plus ton problème.
Ce que ferait Leann à l'issue de tout ça ne serait pas de ton ressort, mais à présent qu'elle s'était confiée, tu lui devais des réponses - et tu n'étais pas du genre à mentir, quelle que soit la situation.

"Cependant, les choses sont destinées à finir ainsi. Il y a sept milliards de personnes concernées par le débat que tu mènes. Ne pense pas être capable de convaincre le monde alors que tu n'as pas pu le faire lors de la Guerre des Classes, c'est utopiste. Les mots et les promesses de paix ne suffiront pas. Tu le sais maintenant."

L'incitation douce, facile, tu ne proposais rien, te contentais de souffler des idées, des possibilités, d'indiquer ce qui semblait être le mieux. Ce n'était pas même au sujet de la vice-directrice dont la présence t'indifférait, dans le fond, depuis que tu te savais hors d'atteinte. Cette vieille-femme était capable de bien pire qu'elle ne semblait l'indiquer et de ton point de vue, PUMA n'était qu'une mise-en-bouche. Simplement, si Leann avait conscience des choses alors c'était un pas en avant pour l'évolution de son mouvement.

"Tu ressembles à un enfant qui vient d'apprendre que le Père Noël n'existe pas. Étais-tu assez arrogante pour penser que ton point de vue était absolue ? Considérer le fait d'avoir tort n'est pas du doute mais de la prudence. Si tu ne peux pas te relever de ça et faire évoluer tes idées avec ta nouvelle vision du monde, tu n'avanceras jamais. Cesse d'écrire des choses en lesquelles tu ne crois plus."

D'un geste dédaigneux, tu désignais ces papiers.
La Colombe devait commencer à grandir.
ft. leann •• septembre
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Leann De Laine
Pseudo du joueur : Meriveri
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin

Féminin Âge / Classe ou Job : 21 ans - B - 10ème année
Messages : 500
Hello my name isLeann De Laine
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8251-des-livres-d-autres-livres-et-leann-leann-de-laine https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8294-my-dear-diary-leann-s-timeline https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8281-a-peaceful-world-leann-de-laine#130043 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8282-tolkien-lms-de-leann

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockLun 25 Sep 2017 - 16:14
Friday, September the 29th

♡ ft. Hadès O. Stone
trust no body
Pour la première fois depuis un moment, t'entends des paroles qui te réconfortent un peu. "Qualifiée pour mener à bien la paix". Tu te demandes bien quand est-ce que tu as obtenu un tel crédit aux yeux du A. Et malgré la flatterie, tu soupires. Parce que tu n'y crois pas, par ce qu'au fond qu'est-ce que tu as bien pu faire, concrètement, pour arranger quoi que ça soit. Le White Day n'avait finalement convaincu qu'une partie, le déplacement des élèves de classe S avait entrainé des blessés et l'explosion d'un cabanon suite à la rage de Faust, tu n'avais absolument rien fait après l'arrivée de la vice et ses passages en E pour des raisons douteuses, et si t'avais bien pu réunir des gens sous une même bannière, la belle idéologie des colombes restait bien sagement au placard avec aucune action mise en œuvre depuis sa création.

Hadès garde néanmoins ce point de vue qui lui est propre. Flou, dont l'on ne connait ni les tenants ou les aboutissants, une sorte de zone grise forgée par sa vision pessimiste. Les choses sont ainsi faites et personne ne saurait mettre un terme à un débat mondial comme celui-ci. Pas toi, pas même lui, et probablement aucun Homme, mage ou pas. Néanmoins, en ne faisant rien, l'un comme l'autre courent à leur perte, et enfermée sur ton île, qu'est-ce que tu peux faire de plus que des jolis discours? Qu'est-ce que tu peux faire de plus de d'essayer de leur montrer qu'il n'y a pas mieux que la cohabitation qui a toujours existé? Et si tout cela est inutile, à quoi bon lutter? Les autres groupuscules d'opinions plus radicales finiraient bien par piailler assez fort pour que partout autours, les hommes finissent par se révolter, avoir peur puis, inévitablement, prendre les armes. Autant se préparer à l'avance, vous aussi, à vous battre. Il ne serait, finalement, pas si compliqué de s'enfuir d'ici et de se disperser aux quatre coins du monde pour semer le chaos. Il serait si simple d'utiliser vos dons pour assoir votre domination. En formant des équipes stratégiques avec les possibilités de chacun, un Prismver dispersé dans la masse humaine aurait toutes ses chances.

Alors pourquoi c'était si difficile de faire l'inverse? Pourquoi t'avais systématiquement l'impression d'être à contre-courant? Pourquoi chaque idéal, chaque mouvement en lequel tu croyais était l'inverse absolu de l'idéologie "par défaut"? Personne ne jugeaient les Adler d'idiots paranoïaque, personne ne semblait avoir été véritablement horrifié par les répercussions de l'interview de Faust. Le démon rouge t'as toujours cru plus naïve que tu ne pensais l'être. Tu avais toujours douté de tes solutions, toujours manqué de confiance en ce que tu proposais, mais tu dépassais à présent ce stade. Tu en avais simplement marre. Marre d'aller systématiquement dans la mauvaise direction. Marre d'être toujours vu comme le groupe des faibles. Marre de faire tant d'effort pour n'arriver à rien. C'était pourtant tellement simple d'être avec ces gens dont le simple objectif est de frapper fort de de faire du badbuzz. D'aller faire un paintball au milieu de la ville, de tagger la salle des délégués, de détruire les salles de classes, de repeindre des salles à ses couleurs, quand on a rien à proposer, quand on a les angoisses primaires de chacun avec soit, quand on a pas besoin d'avoir à justifier de son idéal.

Tu penses à tout ça, sans prononcer le moindre mot. Tu ne sais plus vraiment où tu en es. Une part de toi aimerai se montrer à la hauteur de tes attentes, aimerait être la gentille Leann, cette image que tu te donnes tant de mal à donner. T'aimerai être cette fille gentille et toujours à se soucier de son prochain, sereine et généreuse. Mais tu songes à nouveau à tes longues années à Prismver, et ce que cela t'a apporté. Tu revois ton amitié avec Chan, avec Alwine, avec Sonera, Lhym, Allyson, Alexis, Aiden, Colton, Orion, Joshua même avec tant d'autres personnes. Tu te demandes où sont ces gens, maintenant. Est-ce que ça valait vraiment la peine? Est-ce que ça vaut toujours la peine? Est-ce que si tu pensais un peu plus à toi, tu ne serai finalement pas dans cette situation. Tous ces gens qui n'en font qu'à leur tête et sont finalement peut-être mieux lotis que toi.

- Et si je ne crois plus en tout ça? Si je ne crois plus en la possibilité de faire quelque chose de positif ? Si au fond, je penses que t'as raison depuis le début. Que quoi qu'on fasse, même unis, on finira par être perdant? J'ai vu les gens dehors, tu sais? J'ai vu leurs manifestations, leur regard haineux, j'ai ressenti comme si j'étais à leur place ce qu'ils pensent de nous. J'ai vu un mage effrayé, persécuté, j'ai vu des gens souffrir pour cette différence. Des milliers de gens continuent d'être discriminés pour moins que ça. Y a soixante-dix ans, on continuait de mettre les religions, avis politique et sexualité qui dérangeaient au bûcher. Alors des gens véritablement dangereux … !

Tu soupires, encore. Y a pas d'espoir pour une intégration dans un futur proche ni lointain. Il y aura toujours des gens pour vous détester, sauf que la moindre tentative de réplique aura des conséquences désastreuse avec la magie, qui suffiront à raviver la haine. T'as beau retourner le problème dans tous les sens, mais tu réalises que c'est un puzzle insoluble.

- J'ai juste été trop stupide pour le réaliser avant, mais à la moindre altercation, les conséquences d'une riposte d'un monomageia seront terribles. Les gens vont s'enflammer, et  ça ne fera que pousser plus de gens à nous haïr. Au fond, ces gens dehors sont comme nous, y en a des deux côtés, certains qui veulent la paix et d'autre pas, mais chez eux aussi, allumer la braise est tellement plus simple que de d'éteindre l'incendie.





_______________________

I speak in #cc99cc.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockLun 25 Sep 2017 - 18:46
Tu es réellement surpris par son changement de direction et il te faut un moment pour faire le lien entre le discours connu et ce que tu as autrefois connu de Leann. C’est si perturbant que tu ne sais pas comment réagir et t u restes immobile, décontenancé, incapable de trouver un sens, une raison suffisamment forte pour briser un tel esprit, un fait qui la fasse flancher au point d’en renier ses convictions. Ce n’était pas un simple doute - Leann était perturbée opposée à ses anciennes croyances, incapable de penser avec la même pureté d’esprit dont elle avait autrefois fait preuve. Elle était méconnaissable, en d’autres mots, et tu ne réalisais pas tout de suit ce qui se tramait dans sa tête. Tu ne réalisais pas tout de suite qu’elle n’était pas juste perturbée, négative, mais complètement brisée - et avant d’être opportunité, cette situation était une déception.

Avant d’éprouver quoi que ce soit d’autre, tu noyais dans cet ennui, cette certitude que, à présent que Leann était tombée, il n’y avait plus rien d’intéressant là-dehors.
Elle n’avait pas le monopole de l’intérêt, bien entendu, mais entre toutes les personnes que tu avais côtoyé et qui s’opposaient à tes croyances, elle était bien la seule à te faire face avec bravoure.

Chacun d’entre eux avait abandonné. Chacun avait décidé de t’ignorer, ne pas te compter dans l’équation de peur de perdre le contrôle, chacun, même les dorés, avaient coupé court à toute action - et tu supposais que la venue de Théa était plus un gage qu’une réelle envie de te punir. Tu savais parfaitement te débrouiller contre ce type de dons et c’est bien pour cette façon de faire les choses qu’il t’avait accepté parmi ses rangs. Tu n’étais pas fier de ton temps chez les S mais tu en avais appris des choses et notamment le fait que cette classe n’en valait pas la peine. Parmi tous, Leann était la plus combattive et sa disparition de cette intrigue signifiait beaucoup.

Le monde était déjà assez ennuyeux alors sans elle, tu n’osais pas imaginer à quoi les choses finiraient par ressembler. Ses mots étaient durs, puissants comme une certitude et malgré ça, tu ne parvenais pas à croire en l’entièreté de leur signification. Ses mots étaient honnêtes et malgré ça, tu ne pouvais t’empêcher de penser qu’elle restait la même. Leann était trop déterminée pour céder ainsi, du moins, c’est ainsi que tu voyais les choses - et de son point de vue, il devait être tout aussi improbable qu’une telle discussion ait lieu entre vous. Pourtant, c’était le cas - et ces impossibilités vous rendraient presque similaires à peu de choses près... ou beaucoup trop, en fait.

"Si tu penses ça alors décroche. Personne ne te force à agir. C’est ce que j’ai fait et je me porte à merveille."

Tu l’observes avec un sourire flottant sur les lèvres et lui décroches un clin d’œIl amusé. Tu as définitivement dit adieu à ce type d’action, et pourtant, une dernière peut-être menace de se déclencher - une possibilité ultime, un dernier soupir, la certitude de tirer sa révérence sans le moindre regret. Tu étais conscient de la façon dont pouvaient finir les choses, de l’éveil du Démon Rouge, cette conséquence ignoble que l’on semblait redouter, de tes derniers efforts balayés mais tu gardais cette idée en tête. Déserter le champ de bataille était une chose et tu n’avais jamais considéré la fuite comme une défaite dans la mesure où tu ne fuyais jamais vraiment.
Tu ne te battais pas toujours et c’est cette présence d’esprit que les gens avaient du mal à cerner. Tu n’étais pas assez idiot pour te lancer à corps perdu dans les moindres combats et c’est cet épuisement à force de vouloir tout contester qui avait mis Leann dans cet état.

"Choisir ses batailles est important. C’est un premier pas vers la victoire."

Et en ça, tu te reconnaissais, parce que depuis toujours, tu n’avais jamais accepté un défi avec bêtise.
Comme à chaque fois, tu jouais sérieusement, sérieusement préparé, tu envisageais les moindres possibilités à partir d’un scénario de base sur lequel tu avais récolté les moindres informations. Comme à chaque fois, tu étais le plus prudent alors que tu dégageais cette impression de nonchalance et d’un génie surpassant toute prédiction - mais il était stupide de croire en une telle image. Personne d’ainsi n’existe, ou du moins, c’était le cas de ta sœur qui s’était avérée ne pas exister. Personne n’était assez bon, même pas toi qui excellait déjà dans ce genre de réflexions uniques. Pas même toi qui, déjà, semblait au-dessus de la majorité. Il n’y avait pas de solution miracle, quel que soit le domaine et si Leann n’ouvrait pas les yeux, elle resterait bloquée à jamais dans son pessimisme récent.
Si Leann ne réalisait pas qu’elle était capable de se battre avec ses propres armes, comme elle l’avait toujours fait, que sa situation n’avait rien de nouveau et que la réalisation de quelques éléments ne changeait rien à son combat alors son chemin s’arrêterait là.

"Je ne te contredirai pas en disant que le but des Colombe me semble utopiste. Votre logique est une suite de dominos que n’importe qui pourrait détruire en une seconde et la bonne foi des autres est votre seule garantie. Franchement, c’est ridicule."

Tu haussais les épaules en soupirant doucement, fidèle à toi-même, aussi révolté qu’étonné par sa naïveté qui n’avait maintenant plus lieu d’être. Sans elle, que restait-il aux Colombe ? Sans elle, ce mouvement déjà perdu finirait sans conteste dans un mur.

"Mais tu oublies une chose : rien n’a changé. Tu as juste réalisé certaines vérités alors que depuis le début, tu joues dans ces conditions défavorables. C’est parce qu’il est bien plus facile d’allumer l’incendie que ta campagne est d’autant plus impressionnante. Ne te méprends pas, je ne changerai pas d’avis sur tes opinions, mais le parcours en lui-même est impressionnant."

Tu attrapes une nouvelle feuille et sors un stylo de ta poche. Le regard distrait, tu observes la feuille et barres une à une les différentes idées. Sans plus de formalités, tu jettes les feuilles en arrière pour en saisir une nouvelle par la suite jusqu’à ce que plus aucune d’entre elles ne soient à ta portée. Il n’était pas question de te lever pour aller les chercher - ton altruisme avait une limite. Tu posais quelques feuilles devant Leann et parmi elles, une poignée, moins de cinq actions étaient entourées au stylo, signe de ton approbation. En l’état, tout était mauvais, mais avec un peu de réflexions, elles pouvaient être exploitables.
Tu continuais de l’observer sans la moindre gêne, ton expression toujours aussi forcée mais avec une lueur moqueuse dans le regard.

"Si je dois choisir une fin, je préfère autant que ce soit la tienne. Tu peux te battre. C’est ton choix, maintenant."
ft. leann •• septembre
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Leann De Laine
Pseudo du joueur : Meriveri
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin

Féminin Âge / Classe ou Job : 21 ans - B - 10ème année
Messages : 500
Hello my name isLeann De Laine
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8251-des-livres-d-autres-livres-et-leann-leann-de-laine https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8294-my-dear-diary-leann-s-timeline https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8281-a-peaceful-world-leann-de-laine#130043 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8282-tolkien-lms-de-leann

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockJeu 28 Sep 2017 - 0:07
Friday, September the 29th

♡ ft. Hadès O. Stone
trust no body
Ses premiers mots te font sourire. Au fond, qu'est-ce que ton abandon changerait, hein? Pour ce à quoi tu sers, il est vrai que plus personne ne doit encore attendre quelque chose de toi. Peut-être que ça t'enlèverai au moins une épine du pied. Combien de fois t'es-tu figée en entendant les chuchotements de certains? Combien de temps as-tu gâché à penser comment redorer le blason des colombes? Choisir ses batailles, hein? T'as tout simplement plus envie de te battre. T'as envie de faire partie de cette majorité qui se laisse porter par le flot des évènement, plus envie de chercher à comprendre, plus envie de réfléchir à ce qui est bien ou pas bien, ce qu'on l'on pourrait faire de mieux, parce qu'au final, rien ne change, quand on fait les choses dans les règles.

Utopiste. Y a quelques mois, t'aurai rugit à ce mot. T'aurai défendu bec et ongle le mouvement, ton mouvement. T'aurai répété à qui veut bien l'entendre que faire du monde quelque chose de meilleur, c'est un choix à prendre ensemble, que finalement, vous êtes pas si différent des autres dehors et qu'il suffirait de faire un pas pour les comprendre pour tracer le chemin de la paix. Ça te faisait mal de le reconnaître, mais le mot "ridicule" correspondait finalement assez bien à ce discours.

A vrai dire, plus tu te faisait à cette idée, plus tu sentais ton cœur se serrer dans ta poitrine. Comme une sensation désagréable de faire le mauvais choix. T'as envie de pleurer à chaque fois que t'as ces pensées, à chaque fois que tu renies cette partie de toi. Mais au fond n'est-ce pas pour le mieux? N'est-ce pas ce qui va finalement arrêter cette longue liste de personnes qui t'abandonnent? Tes mains trembles nerveusement à la simple venue de ce mot dans ton esprit. Même ton ami imaginaire t'avait finalement laissé tomber. Tu t'en veux d'avoir été si heureuse à sa disparition, parce que c'est dans une situation comme celle-ci que t'aurai aimer sa présence. Qu'est-ce que tu devais faire? Prendre la dure décision de tourner le dos à tout ce que tu avais accompli, jeter à la poubelle toutes ces années de lutes, tes rêves, tes espoirs pour le futur, tes promesses? Ou les maigres, si maigres chances de pouvoir changer les choses étaient-elles un motif valable pour affronter le monde?

- Mais tu oublies une chose : rien a changé.

Rien a changé. Ses mots te font trembler à nouveau. Rien à changer. Malgré les tremblements de terre qui remuent ta vie depuis des mois, rien à changer. Les mages sont toujours sur prismver, privés de tout droit d'en sortir, les militaires sont toujours là, à faire leurs rondes, Staunton dirige toujours le pensionnat d'une main de fer, tandis que l'application du Black Decree fait toujours son chemin dans la tête des pensionnaire. Ruthel est toujours peu présent. La  GdC est toujours en trêve plus ou moins explicite. Les non-mages sont toujours partagés quant à votre sort. Et ce, malgré la disparition de Kei, malgré tout le travail que t'as fourni pour arriver à maîtriser ton nouveau don, malgré les critiques sur ta cravate, malgré le début du mouvement des Adler, malgré ta réponse à leur annonce, malgré ton changement de classe, malgré les heures enfermées dans ta chambre à éplucher les livres de droit, malgré le départ de Joshua. Rien n'a changé. Et toi, t'as décidé de tout arrêter, t'as décidé de tout laisser tomber parce que sous ton nez, il n'y avait plus que des ruines. Parce que tu n'as pas pris la peine de regarder autours de toi. Parce que t'as refusé de voir plus loin que tes maigres préoccupation. Le monde s'arrêtes pas de tourner pour tes problèmes, Leann. Et les problèmes ne se résolvent pas tous seuls.

L'inaction est-elle vraiment pour toi? Pourrais-tu vraiment supporter de voir les choses se passer sans avoir ton mot à dire? Serais-tu prête à accepter tout ce que l'on te propose sur un plateau? Au fond de toi, ne serais-tu pas frustrée de voir les Colombes s'envoler sans toi? Tu as les réponses à ces questions, et tu sais que tu ne pourrais tout simplement pas renier tout ce que tu as fait jusqu'à présent.

Tu saisis les feuilles tendues par le violet, d'un geste toujours timide, mais bien plus déterminé que ce qu'il ne l'a été depuis le début de votre entrevue. Tu inspectes ses annotations d'un œil plus vif, plus analytique. La plus part des lignes sont rayées d'un trait sec, mais tu aurai probablement été bien plus sévères envers les idées restantes. A vrai dire, une seule parmi les cinq propositions te semble réellement viable. Peut-être ne serait-elle pas suffisante pour faire des modifications en profondeur, mais elle restait cette qui pourrait avoir le plus fort impact si réussit. C'était un pari à prendre, mais tu étais d'humeur à oser prendre le risque.

Y avait cette énergie qui semblait perdue depuis si longtemps qui reprend possession de ton corps. Tu remarques des détails qui peuvent être améliorés, des choses à simplifier, des gens pour cette mission. Puis, tu réalises à quel point tu t'es plongé dedans, en oubliant toutes choses autours de toi. Tu relèves lentement la tête vers Hadès, les yeux encore rougis par les larmes, mais habité par la détermination.

- Je ne comprends pas ce que tu cherches à faire Hadès. Pourquoi te bats-tu pour un camp que tu ne souhaites pas voir gagner? Pourquoi est-ce que tu m'aides, alors que tu méprises tellement ce que je vais faire de ton aide? Cherches-u si désespérément un adversaire? Même toutes les Colombes réuni ne sommes pas de taille face à ce que tu pourrais faire. Alors pourquoi?

T'alignant à sa hauteur, tu l'interrogeait avec une réelle curiosité. La complexité du personnage qui se tenait face à ses yeux continuait de la dépasser, et son comportement chaotique ne serrerait probablement jamais de la surprendre.

- Admettons que je suive ton conseille, admettons que malgré la si faible probabilité de gagner, je continues de me battre, qu'est-ce que cela t'apporterai, à toi? Qu'est-ce qu'il fait que tu aimes tant être cet élève mystérieux et sans pitié, si dans le fond, tu préfèrerai la paix?




_______________________

I speak in #cc99cc.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockJeu 28 Sep 2017 - 14:47
Que cherches-tu à faire ? Tu n'as pas la réponse. Veux-tu vraiment la paix ? C'est une bonne question. Elle a peut-être changé d'opinion mais Leann reste très clairvoyante et elle ne se laisse pas approcher bêtement sans se poser de questions. C'est le bon réflexe, et tu aurais déçu qu'elle se montre trop naïve, mais aujourd'hui il n'était pas question de manipulation. Lors de cette discussion, tu n'étais plus le Démon Rouge, cet adversaire redoutable qu'elle avait pu avoir, celui qui avait connu Joshua et l'avait exhorté à rejoindre les dorés. Tu n'étais plus un opposant et tu te moquais bien de ce que pouvait choisir Leann au terme de votre discussion. C'était ça, la différence : tu t'en moquais totalement. Que le monde devienne chaos ou une île paradisiaque, le résultat ne changerait presque rien à ton quotidien.

Que tous les mages de l'île meurent ou que seuls tes proches survivent, tu n'y voyais aucune différence. Au mieux, ce que tu ressentais à l'égard des inconnus était de la curiosité - le respect se gagnait, bien qu'il s'inscrive dans la tête de la plupart des gens comme une norme à respecter. Tu n'étais pas dépendant de ce genre de pensées, bien au contraire, tu avais tendance à te perdre en essayant de comprendre ces idées basiques. Ce n'était pas différent du combat que vous meniez à l'extérieur : la pensée commune à l'égard des mages n'était pas différente de la tienne au sujet des gens en général. C'était un combat de plus à mener et tu n'avais pas l'étoffe pour le faire : tu étais trop pessimiste quand les choses touchaient aux humains pour la simple et bonne raison qu'ils étaient aussi imprévisibles que de mauvais augure. Les sciences concrètes, elles, ne mentaient pas et c'étaient comme des appuis solides, une assurance. Tu étais trop prudent pour te fier aux gens et le combat de Leann était comme marcher pieds nus sur du verre coupant.

Un bref regard coulé en sa direction t'indiqua tout le sérieux qu'elle venait de regagner et même si elle était loin de cette même prestance qu'elle avait avant, même si elle ne semblait plus aussi inaccessible, incassable qu'elle avait pu l'être par le passé, elle reprenait peu à peu cette détermination qui la caractérisait. Tu l'avais abordé dans l'espoir de comprendre et tu avais fini par lui redonner confiance - ce n'était pas une défaite en soi puisque tu ne jouais plus, mais ça en disait long sur tes nouvelles intentions. Que voulais-tu vraiment ? Quelque part, ce n'était pas vraiment la paix. La paix n'était qu'une illusion maintenue par un gouvernement contrôlant les médias - pour toi, le monde n'avait pas évolué dans ce domaine-là. Tu repensais au mouvement des A, à ton départ en S, à tes quelques missions, à ton retour ici. Tu repensais à tout ça, à la façon dont tu avais pris les choses, à tes décisions jusqu'ici - absolument tout avait été fait pour que tu retournes à ta situation de base.
Ce n'était pas une peur du changement, après tout, tu cherchais à le provoquer mais tu détestais perdre tes habitudes et si quelque chose menaçait de les changer, ça ne te plaisait pas. Avoir cours avec les E ne te plaisait pas. Le fait que l'école devienne un musée ne te plaisait pas. Tout était une question d'équilibre - car par-delà le fait de t'ennuyer comme un rat mort, de chercher un adversaire décent, tu protégeais cette notion simple, peut-être abstraite mais autour de laquelle toute ta vie semblait tourner, comme le boss final d'un jeu.

"Je n'ai jamais été contre ou pour une quelconque opinion. Je cherchais une occupation, un adversaire, alors j'ai agi. Mais récemment j'ai fait face à un dilemme et j'ai dû faire un choix."

Ta voix avait durci sur la fin. Tu te rappelais les souvenirs qui t'étaient revenus au sujet de ta mère, le pouvoir de Delphia, ton enfance effacé, tordu, mise en miettes, ta sœur disparu. Était-il vraiment sage de lui révéler tes sombres pensées ?
Elle s'était montrée franche et s'était ouverte alors tu pouvais bien en faire de même en lui avouant la raison de ta retraite anticipée.

"Qu'est-ce que je préfère, jouer ou ne rien faire ?"

Bon. Ce n'était peut-être pas cette raison-là.
Tu haussais les épaules et lui adressais un clin d'œil amusé.

"C'est tout. Pas de manipulation, de mensonge ou de chose prévue derrière. J'aime observer les gens et tourner en rond sans avoir la moindre responsabilité. Je suis trop paresseux pour être un joueur trop tryhard dans ce nouveau jeu. (Le dire comme ça, c'était plus simple pour toi.) De toute façon, je n'ai jamais pris ça sérieusement."

Et ce n'était pas une provocation, et ça devait se sentir dans ta voix. Tu ne voulais pas la sous-estimer, juste lui partager tes états d'âme actuels.
Qu'elle ne te fasse pas confiance, ça t'était bien égal. Qu'elle décide de te tourner le dos en décidant que tes propos n'avaient aucun sens, tu le concevais - et tu n'aurais qu'à poursuivre tes décisions comme si tu n'avais rien vu parce que les Colombe te laissaient indifférents, parce que cette intrigue te fatiguait, parce qu'elle ne méritait pas que tu lui fasses du chantage pour garder ses propos secrets, parce que si Faust voulait jouer, il pouvait bien le faire seul et que tout ça ne valait définitivement pas ce quotidien relaxant auquel tu t'étais habitué car tu devais l'avouer, Prismver était définitivement devenu un repère, l'un de ces endroits confortables pour toi à différents égards.

"L'équilibre." répondis-tu platement.
Tu la considérais un instant pour qu'elle y réfléchisse par elle-même.
"J'ai toujours gardé une certaine distance avec les gens, les actions. La majorité des gens doivent penser que je suis pro-A, que je suis Adler. Ils ont tort. Je me moque du système de l'école ou de l'existence ou non d'une supériorité. Je suis définitivement neutre."

Comme toujours, Leann savait faire parler. Quelque chose qui n'était pas dérangeant, en soi, dans la mesure où parler était l'une des activités qui dépensaient le moins d'énergie et que tu affectionnais le plus. Parler était une chose intéressante, une manière de débattre, apprendre des choses comme tu aimais le faire, emmagasiner des connaissances voire tout bêtement étaler ton point de vue écrasant sur les choses à des pauvres victimes ignorantes. Tout cela avait commencé avec les Colombe et ça finirait avec toi ? Ce n'était pas une mauvaise chose.
Tu savais que, contrairement à bien des choses, elle ne posait pas ces questions pour la forme en guise d'un remerciement idiot. Elle s'intéressait aux choses - et si tant est qu'elle était aussi gentille que le prétendait son mouvement, aussi ouverte d'esprit et extérieure aux jugements, tu n'étais pas contre le fait de lui expliquer tes réflexions.

"Idéalement, je suis contre cette ouverture sur le monde. Je ne fais pas du tout confiance aux humains à l'extérieur de cette île."

Et une promesse t'empêche de leur faire du mal - mais tu gardes ce détail pour toi. Elle n'a pas besoin de le savoir. Il n'empêche, c'est un fait plus qu'important puisque cette promesse t'a empêché de ne pas t'en prendre directement à la vice-directrice responsable de tout cela. Un petit tour dans ton monde l'aiderait à revoir son opinion. Ce serait l'affaire de quelques minutes, mais non.
Tu n'as pas le droit. Tu as promis et tu ne peux pas te permettre de manquer à ta parole. Tu ne l'as jamais fait, et surtout pas envers elle.

"J'ai une solution radicale pour ça, pour faire cesser la venue incessante de gens sur notre île. Tu comprends l'idée ? En quelques heures, je pourrais mettre fin à tous les groupes."

Cette fois-là, ta voix a glissé dans le sérieux absolu, mais cette fois-là, ce n'est pas un mensonge. Tu l'observes un instant le temps de lui laisser diriger l'information - et ce n'est pas un mensonge. Quand tu as envoyé un message à Allyson, tu avais déjà une idée en tête et à présent, alors que tu corrigeais ses feuilles, tu as mené ta propre réflexion et tu sais où est le cœur du problème. Tu sais comment renvoyer Prismver dans les abysses de la non-existence, loin du monde et en laissant le temps faire son œuvre, à cicatriser les moindres souvenirs en les transformant en légendes.

"Mais je vais te laisser le bénéfice du doute. Après tout, ta solution n'est pas si mal puisque je suis contre la violence. Si le monde doit s'ouvrir, autant que cela arrive avec les Colombe aux commandes."

Tu t'étirais silencieusement durant quelques secondes avant de poser à nouveau ton regard sur elle. Depuis toujours, tu n'avais pas menti. Ce n'était pas ton genre. Cependant, tu ne pouvais t'empêcher de douter de ta décision - si Leann ratait son coup et que les Voltor ou les Kiwi s'en mêlaient, les choses deviendraient chaotiques.
Le pari était très risqué et ce n'était pas ton genre de mettre de côté la prudence - mais tu voulais croire à tout ça. Pour personne, pas même toi, la guerre n'était un scénario intéressant. Tu doutais même que Faust apprécie l'idée - et dans ton cas, tu préférais largement une ouverture pacifiste. Tu avais pris le temps pour t'en rendre compte mais tu préférais largement les combats de jeux vidéo à ceux de la vie réelle, et plus il y aurait de joueurs, plus ce serait intéressant !
ft. leann •• septembre
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Leann De Laine
Pseudo du joueur : Meriveri
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin

Féminin Âge / Classe ou Job : 21 ans - B - 10ème année
Messages : 500
Hello my name isLeann De Laine
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8251-des-livres-d-autres-livres-et-leann-leann-de-laine https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8294-my-dear-diary-leann-s-timeline https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8281-a-peaceful-world-leann-de-laine#130043 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8282-tolkien-lms-de-leann

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clockJeu 5 Oct 2017 - 1:11
Friday, September the 29th

♡ ft. Hadès O. Stone
trust no body
Tu l'écoutes expliquer son point de vue, sincèrement intéressée par les motivations si ténébreuses d'une personnes comme Hadès. Tu ne peux pas nier avoir toujours été en partie attirée par ses comportements ambigüe, par l'étrangeté de ses actions, par la singularité de son comportement qui, couplées à son intelligence sans égal, lui donnait cet air si inaccessible. Il restait tout aussi énigmatique, pourtant, et ses allusions floues à des décisions et questions rhétorique ne faisait que te confirmer qu'il choisissait méticuleusement ses dires et ne rajouterai pas un mot de plus sur ses positionnements. Un simple jeu. Tu sentais à son vocabulaire que malgré ses propos, il essayait de se distancer au maximum de ces évènements. Par volonté de ne pas s'impliquer? Ou parce qu'au fond, il ne voulait pas voir son propre camp gagner cette bataille?

Son discours sur sa parfaite neutralité t'étonnes pourtant un peu. Tu es à Primsver depuis suffisamment longtemps pour te rappeler de période où il était à la tête de mouvements très engagés. Aurait-il changé depuis? Ca ne t'étonnerai pas. Après tout, de l'eau a eu le temps de couler sous les ponts depuis, et l'adolescent de l'époque avait eu le temps de se transformer en un jeune homme plus mature. Toi-même, tu avais énormément évolué depuis ton arrivée sur l'île, de cette courte période pendant laquelle tu aimais tant le violet de ta cravate, à ta haine de ta classe, ton passage en B, ce qui t'avait amené à changer d'opinion sur les acolytes du Ranker… Puis il y a quelque chose qui inspire la confiance dans cette étrange atmosphère, dans cette situation si improbable, qui te donne envie de le croire sur parole. Ce n'est pas de la naïveté, ce n'est pas une confiance aveugle, mais ton instinct qui te guide sur cette voix. T'as l'impression de pas avoir eu ce genre de lueur depuis une éternité, et tu choisis de t'y fier, aussi étrange soit le chemin sur lequel elle te mène.

Contre l'ouverture. Contre ceux de l'extérieur. Manque de confiance. Il semblerait que ça soit le cas de la plus part des opposants, plus qu'une véritable envie de suprématie monomagique. C'est principalement pour ça que tu veux créer un lien de confiance entre vous et les autres, dehors. C'est parce que tu es persuadée que quelque part, il suffirait que ça se passe bien une fois pour donner un peu d'espoir, pour déjouer toutes les statistiques, pour que toi-même, tu arrives à y croire à nouveau. Montrer à certains que ceux de l'extérieur ne sont pas tous mauvais, et à ceux qui craignent tant la magie qu'ils n'ont finalement pas grand-chose à craindre. C'est ça ton plan. Et pour cela, c'est finalement de la communication dont tu as besoin.

La simple mention de sa solution radicale te fait néanmoins déglutir. Tu sais qu'il arrivera à accomplir tout ce qu'il voudrait, et bien qu'encore peu détaillée, son plan t'effraie un peu. Il t'effraie, parce que tu sais qu'il serait une réussite, et que sa victoire laisserai un sentiment de peur que tu ne saurai jamais faire disparaître de l'esprit de tous ces gens dehors. Alors la chance qu'il te laisse, c'est la seule cartouche à ta disposition.

- Je hais devoir l'admettre, mais je te suis redevable. Considère donc que j'ai une dette envers toi.

Un maigre rire s'échappe de tes lèvres, alors que tu essuie tes yeux une dernière fois d'un revers de manche. Tu détestes admettre que tu avais besoin d'aide, tu détestes admettre que tu ne pouvais pas avancer seule, mais c'est un fait que tu ne peux nier.

- Je vais saisir l'opportunité que tu me proposes, puis ce que tu me le permets. Mais… Mais je ne te promets pas de te laisser faire pour autant si tu décides de mettre ton plan à exécution.

Remontant ta monture argentée du bout de ton indexe, ton regard se pose sur celui du démon rouge quelques secondes. Un instant, tu te demandes si tu as, ne serait-ce qu'un peu, participé à ce changement en lui, celui qui fait qu'il t'as aidé aujourd'hui. Tu ris intérieurement, ne pouvant t'empêcher de penser que tu ne devrai pas laisser ton égo gonfler comme il venait de le faire. Tu préfères t'en aller sur cette pensée, parce qu'elle te plait bien, l'idée d'avoir pu influencer quelqu'un comme Hadès. Tu te relèves d'un mouvement maladroit, réarrange vaguement les mèches qui encadre ton visage, tenant bien fermement tes papiers dans tes deux mains.

- Je ne te ferai pas l'affront de penser que tu es trop stupide pour me laisser te serrer la main et prendre le risque que j'utilise mon pouvoir, mais …

Tu fini ta phrase par un sourire sincèrement reconnaissant. T'es pas sûre des mots à employer, mais s'il y a bien quelque chose que tu souhaites lui dire, c'est ceci.

- Merci.

Toussotement gêné, puis tu tournes les talons. Ta difficulté de mettre fin à une telle entrevue se fait sentir, mais tu te sens par pour autant soulagée d'être seule. Car aussi étranges que soit ta relation avec le A, tu sais que chacune de vos rencontres sont le début d'un nouveau chapitre, et tu as besoin de temps pour les préparer.



_______________________

I speak in #cc99cc.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: trust no body // hadès   trust no body // hadès 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
trust no body // hadès
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-
Sauter vers: