Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockSam 15 Fév 2014 - 12:27

shalalalala.


this is the storm of love baby.

Ne regarde pas en bas.

Ongles vernis, rouge à lèvres, et talons hauts. Si j’avais su que je me serais un jour faite belle en ce soir maudit ….. La radinerie d’Orwenn m’avait forcée à sortir de mon antre ce joli soir de StValentin – il n’aurait pas pu me donner un tout petit chocolat ?

C’aurait été trop mauvais pour sa conscience ?

Les règles de Prismver sont immuables – surtout celles écrites un jour de pleine lune par un directeur fou capable de transformer la moitié de la planète en pingouins – et de ce fait, je devais donner un rendez-vous à Orwenn.  Ce qui au final ne me dérangeait pas plus que ça : cela faisait bien longtemps que je ne l’avais pas vu, et j’avais des tonnes de choses à lui raconter. On s’était mis vite fait d’accord sur le toit, à 18 heures – histoire de contempler le coucher de soleil un verre à la main, la satisfaction d’avoir volé ce spot prisé aux couples niaiseux ancrée au fond du cœur .

Qui dit toit dit foutus escaliers.
Ne regarde pas en bas.

Ongles vernis, rouge à lèvres, et talons hauts. Equipement fort peu utile pour aller crapahuter  des mètres et des mètres de marches tournantes suspendues au dessus du vide le plus total. Putain mais quelle connerie j’avais pu faire.
Il était 17h54 lorsque que j’avais entamée mon ascension – et 17h56 lorsque la tempête était arrivée. Vent froid qui mord mes joues  – je serre ma veste contre mon cou dénudé. Une marche, deux marches.

Ne regarde pas en bas.

Le souffle m’oppresse et me compresse, et j’avance avec difficulté, me tenant d’une main à la paroi de la tour.

Ne regarde pas en bas.

Bourrasque,  et l’équilibre m’abandonne – cheville qui se tord sur son socle de cuir, j’étouffe un cri paniqué –
J’ai regardé en bas.

Vertige, un frisson glacial monte le long de ma colonne alors que le vide se rapproche trop rapidement. Le vent, ennemi invisible, m’agresse, et je me débats en vain. On est censé voir sa vie défiler devant ses yeux lorsqu’on est sur le point de mourir ? Bullshit. Je suis sur le point de finir en flaque de sang  80 mètres plus bas et tout ce que je vois c’est mes cheveux en train de m’agresser le visage.

C’est pour ça que je déteste la Saint Valentin.

Impulsion, et je viens miraculeusement m’accrocher à deux mains au mur, y plantant mes ongles. Je marque un silence avant de pousser un soupir de soulagement, me laissant glisser le long de la paroi. Putain de merde.
J’espère que cet imbécile va prendre conscience de ce que je viens de vivre à cause de sa putain de gourmandise mal placée. Oh, mais bien sûr qu’il va s’en rendre compte.

Rendez-vous sur le toît ? Qu'il me traîne, qu'il me supplie, qu'il me frappe. C’est mort, je ne bouge plus d’ici.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockSam 15 Fév 2014 - 15:18

sarah & orwenn


you jump, i jump, remember ?

Un rendez-vous avec Sarah. Pour la Saint-Valentin. Tu sais pas vraiment si tu dois en être content ou non. Passer du temps avec Sarah est quelque chose que tu adores faire. Là n'est pas la question. Mais avoir un rendez-vous avec elle un jour comme celui-là... ça pouvait porter à confusion. Enfin bon. Tu verrais bien.

Vêtu d'un pantalon sombre surmonté d'un simple sweet blanc -lui-même surmonté par un t-shirt noir- tu enfiles ta veste en cuir noir bariolée de quelques motifs d'un coloris différent. Veste que tu ne prends même pas la peine de fermer entièrement. Tu entoures ta nuque d'une écharpe en tissu léger, mais tellement longue qu'elle fait une épaisseur suffisante pour te tenir bien au chaud.

Et te voilà parti. Les mains vides. Tu t'arrêtes en regardant tes paumes. Merde. Faut peut-être prendre un truc, non ? T'as jamais vraiment eu de rendez-vous de ce type. Et même si c'est Sarah, c'est toujours bien d'apporter un truc à un rendez-vous, non ? Retour à la cabane. Tu fouilles ta piaule du regard et tu remarques un paquet de chocolats. Un cadeau envoyé par ta famille adoptive, pour dieu sait quelle foutre raison. Ça ferait l'affaire. Sarah aime le chocolat. Lets' go.

Rejoindre le lieu du rendez-vous ne te prend pas tellement de temps. Coup d'oeil à l'horloge. T'es ni en retard ni en avance. Tu commences à grimper les marches, une main dans la poche, l'autre tenant le paquet de chocolats. Plus tu montes, plus tu sens cette brise fraîche et un peu désagréable.

Soudain, tu t'arrêtes, apercevant une silhouette vacillante. Tu ne tardes pas à reconnaître ta confidente, gracieuse et décidément pas très équipée pour grimper pour l'ascension de ces escaliers. Tu la regardes pendant un moment, te demandant si elle est bourrée ou si elle a pété une pile. Puis elle s'accroche avec hargne à la colonne porteuse autour de laquelle les escaliers s'entortillent. Elle se laisse glisser jusqu'à poser ses fesses sur une marche.

Et tu continues de l'observer, perplexe.

▬ Navré de t'interrompre dans ton étrange danse rituelle mais tu peux me dire c'que tu fous au juste ?

Tu franchis les dernières marches vous séparant avant de t'accroupir devant elle pour la regarder. Elle semble paniquée, en proie à une peur certaine. Tu regardes autour de vous, puis en dessous. C'est assez haut, maintenant que t'y penses. Nouveau regard. Tu soupires et poses ta main sur sa tête avant de te relever et de t'asseoir prêt d'elle.

▬ Petite nature va. Tu lui fourres le paquet de chocolats entre les mains. Tiens, cadeau. Je contribue à ce que tu chopes le même cul que Jenifer Lopez. Remercie-moi. Ou pas. Légère pause. J'savais pas que t'avais le vertige. Tu me l'avais caché hein ? Idiote.

Petite bourrade amicale, chaleureuse. Sacré Sarah.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockSam 15 Fév 2014 - 18:37

shalalalala.


this is the storm of love baby.

Je serre mes genoux contre ma poitrine et ferme les yeux. Mon cœur  bat à tout rompre et ma respiration se hache en sifflements saccadés – alors c’est ça, je tombe amoureuse de la mort elle-même maintenant ? Belle gosse Sarah. L’air qui passe dans mes poumons résonne à traves mes veines battante – je sens mon pouls frapper contre ma gorge de manière ô combien désagréable. Je m’apprête à laisser filer un flot d’injures quand j’entends arriver mon prince – lawl – un regard sur son pas nonchalant alors qu’il grimpe les marches, parfaitement adhéré à la surface de pierre.

Tête qui tourne – je suis à la limite de le voir marcher sur les murs.

Navré de t'interrompre dans ton étrange danse rituelle mais tu peux me dire c'que tu fous au juste ?

Tch.  Je serre les dents pour éviter de lui tirer la langue comme une gamine de dix ans – et mes yeux viennent rouler dans leurs orbites d’exaspération alors qu’il vient se moquer de moi. Parce que ouais, en plus, il avait vu que je galérais, et il n’avait même pas eu la fuckin’ idée d’aller me secourir.
Bon allez Sarah, arrête de faire ta chieuse et de t’énerver parce que tu viens de te faire surprendre dans une position très peu classieuse- et que là, tout de suite, t’as l'estomac qui comme d'habitude danse la samba la tête à l'envers.

Il s’accroupit devant moi, et semble trouver dans mes yeux la preuve que j’étais sur le point de vomir – cela aurait été tellement romantique tiens, de commencer ce « rencard » par une jolie galette sur ses chaussures – venant me caresser doucement la tête.  Comme il a l’habitude de faire lorsque je viens le voir complètement désemparée – mon cœur réagit aussitôt.  Il ralentit le rythme, tout comme une boîte à musique qu’on vient arrêter de tourner. La sensation de mon corps sur le sol qui jusque là avait disparue revient brusquement.
Merci de m’avoir ramenée.

J’affiche un sourire alors qu’il se pose à côté de moi, me glissant dans les mains un paquet de chocolat. Tiens tiens … « Alors comme ça t’en avais en rab’ ? Alors pourquoi tu ne voulais pas m’en donner tout à l’heure ? Tu tenais tant que ça à avoir ce rendez-vous avec moi en … tête à tête » J’appuie sur les derniers mots d’une voix grave et sensuelle, haussant un de mes sourcils, avant de plonger la main dans le sac et d’enfourner un premier chocolat. Je contribue à ce que tu chopes le même cul que Jenifer Lopez. Remercie-moi. « Mmmueeerchhhmi ♥» Onomnomnom qu’est ce que c’est bon cette connerie – et ça s’apprécie encore plus alors que l’on vient de frôler la mort.

J'savais pas que t'avais le vertige. Tu me l'avais caché hein ? Idiote.
« C’est juste que tu ne me l’as jamais demandé. Voyons Orwenn, tu sais que je suis bien incapable de te faire des cachotteries ! Idiot toi-même. » Et puis ô, le vertige, c'est loin d'être un détail important. La preuve, je ne me souvenais même pas de ce petit inconvénient avant d'avoir commencé à grimper les escalier. Ahlala. Bêtise humaine.

Je tourne ma tête, dévisageant son profil qui se découpe dans le ciel impétueux. Mon regard glisse sur sa mâchoire avant de s’arrêter sur l’écharpe ultra-confortable et chaude qu’il porte autour du cou. Regard bref sur ma veste ouverte – sur ma clavicule solitaire. Frisson. Sans lui demander la permission – il manquerait plus que ça – je viens doucement tirer sur son écharpe afin d’en prendre un petit bout pour moi. Elle est super longue, il peut bien partager non ? Je l’enroule autour de ma gorge avant de me serrer un peu plus contre lui sous la pression d’une bourrasque hurlante. C'est pas ce qu'on fait à la Saint Valentin ? Partager une écharpe ? J'en ai foutrement aucune idée.

Précautions anti-froid, effectuées.

Je laisse flotter un silence – interrompu par le froissement du paquet de chocos - avant de demander sourire aux lèvres. « Alors mon cher Orwenn, tu as passé une bonne journée ?  Pas trop dur, toutes ces filles à tes trousses ? »

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockSam 15 Fév 2014 - 22:02

sarah & orwenn


you jump, i jump, remember ?

Elle engouffre rapidement le chocolat. Ce qui semble avoir l'effet de la calmer un peu. Il paraît qu'il faut manger ou boire quelque chose de sucré quand on est en proie au stress. Tu ne fais qu'appliquer les préceptes que ton grand-père paternel t'a appris. Des journées, des semaines, des mois entiers passés à t'instruire avec ce tuteur sévère et exigeant. Tu fermes les yeux, chassant les images de ton esprit. Un sourire ourle tes lèvres. Quand tes pensées te conduisent à de sombres songes, tu finis toujours par reprendre le chemin menant à l'orphelinat. Peut-être était-ce la misère. Peut-être était-ce délabré. Peut-être était-ce malsain. Mais, à tes yeux, ça restera toujours l'endroit le plus merveilleux du monde. C'est là-bas qu'elle est, ta vraie famille.

Tu es sorti de tes pensées par ta comparse qui tire sur ton écharpe, te faisant quelque peu perdre l'équilibre. Et te voilà calé contre elle. Coup d'oeil à sa tenue. Tu souris, amusé. Sarah est une fille parfois tellement à la ramasse que c'est sans doute ça qui t'a attiré en premier chez elle.

▬ Tu veux m'étrangler en vrai, c'est ça ? Moi qui t'ai amené des chocolats.

Tu t'écartes volontairement, reprenant même ton écharpe. Tu te lèves puis tu grimpes une seule et unique marche, venant t'asseoir derrière elle. Tu retires ton écharpe de sorte à pouvoir l'enrouler correctement autour de vos deux nuques. Tes bras se referment sur sa frêle silhouette, la ramenant contre la chaleur de ton corps. Le bas de ta joue se colle contre sa tête, et tu ne bouges plus.

▬ Quelle idée de t'habiller comme ça, franchement. La prochaine fois, on viendra en combinaison de ski avec trois épaisseurs en dessous. On sera les nouveaux Bibendum de Prismver. Super sexy.

Tu souris. C'est tellement stupide, mais Sarah serait bien capable de se prendre à ce genre de délire absurde. Le silence finit par s'installer, seulement bercé par le sifflement houleux du vent et, bientôt, par la friction du papier des chocolats. Sourire.

▬ Alors mon cher Orwenn, tu as passé une bonne journée ?  Pas trop dur, toutes ces filles à tes trousses ?

Tu hausses un sourcil, baissant machinalement les yeux vers elle.

▬ Quelles filles ? Personne n'est venu me voir.

Tu te revisionnes ta journée. Non, personne n'est venu te voir.

▬ J'aurais dû en voir selon toi ? Tu m'as bien regardé ? J'suis un E capable de faire exploser n'importe quoi et qui contrôle pas son don. Et j'ai franchement pas la côte comme l'autre à la mèche rose là, ou comme le type qui se transforme en pingouin là.

Toi et les noms hein. Tu attrapes un chocolat au péril de ta vie et tu l'enfournes rapidement dans ta bouche, appréciant le goût. Tu cours pas tellement après les sucreries, mais, de temps en temps, tu ne dis pas non. Et puis c'est la Saint Valentin.

▬ Et toi ? Comment ça se fait que tu m'ais donné ta fleur ? Marwin va pas te péter une durite ? Tu hausses les épaules. Bah. De toute façon, j'ai jamais compris comment t'as pu t'enticher d'un mec comme lui.

C'est pas que t'es jaloux, mais c'est évident pour toi que ce mec est malsain pour elle. Il la fait souffrir, il la frappe. Tu le sais. Tu le hais. Sa manière d'être avec Sarah, ça te débecte. T'as juste envie de lui exploser la tronche. Dans tous les sens du terme. Tu grognes avant de frotter ta joue contre celle de Sarah après t'être un peu baissé.

▬ T'es totalement maso Sarah. Courte pause. File moi un autre chocolat.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockDim 16 Fév 2014 - 0:29

shalalalala.


this is the storm of love baby.

Lorsqu’il reprend son écharpe et se lève, je cligne des yeux, désorientée. La chaleur que j’avais réussi à trouver s’était éteinte en un instant, laissant un froid autour de mon cou et mes dents se mettent à claquer – misérablement. Heureusement elle est bien vite de retour – les bras d’Orwenn m’attirant dans une étreinte moelleuse. Je me laisse aller contre son torse, remontant l’écharpe jusqu’au bas de mon menton. La chaleur de sa joue contre ma tempe fait stopper les légers tremblement qui secouaient mon corps – et je me blottis un peu plus contre lui.

Quelle idée de t'habiller comme ça, franchement.
« Je m’étais dit que tu devais en avoir marre de me voir toujours en pyjama et avec les yeux rouges. Mais bon, j’avoue que pour le coup, c’était pas un bon plan» Pour le coup hein. Pourtant tu sais très bien que tout ce que tu fais est loin d’être un bon plan, Sarah. Il parle d’une prochaine, fois, et j’explose de rire à l’idée de nous voir tous les deux en mode grosses patates rembourrées « Arrête, je suis sûre qu’on serait tellement beau qu’on se retrouverait avec une horde de fans à nos pieds. »

Mes derniers éclats se perdent dans le vent alors qu’il répond enfin à ma question – et je lève la tête, me retrouvant nez à nez avec son air blasé. Plus que ça. Amer ?

J'aurais dû en voir selon toi ? Tu m'as bien regardé ? J'suis un E capable de faire exploser n'importe quoi et qui contrôle pas son don. Son souffle vient caresser mon visage figé en sourire – pourquoi Orwenn te comparer aux autres ? Le toi que tu es soulève bien plus de vagues que tu ne le penses.

« Ce qui ne t’empêche pas d’être un jeune homme pas mal du tout qui traîne avec des gens extrêmement sexys – pour ne pas me citer.  Alors bien sûr que tu aurais du en voir. J’en connais une tripotée qui n’ont pas dû oser. » Et ceci peut être du fait de savoir que je l’avais déjà invité. La pensée m’attriste – et en même temps m’apporte une étrange satisfaction. Encore un coup de ma possessivité monstre qui prend le dessus.

Je fais mine de le mordre alors qu’il vient piquer un chocolat, mes dents s’entrechoquant en un bruit sec dans l’air.

Là, je suis juste bien.

Et toi ? Comment ça se fait que tu m'ais donné ta fleur ? Marwin va pas te péter une durite ? Là, j’étais juste bien. La pensée de Marwin en ce jour de St Valentin provoque un spasme violent de mes chevilles au somment de mon crâne, et je m’accroche aux genoux d’Orwenn. C’est de la tristesse, du dégoût, de la peur, et encore de la tristesse – la simple pensée qu’on aurait pu passer ce rendez-vous entre amoureux force un peu plus les fissures de mon cœur. Et en même temps, comment cela aurait-il pu être possible ? Je ne suis pas sa première préoccupation – sa foutue drogue est toujours la plus importante. De toute façon, j'ai jamais compris comment t'as pu t'enticher d'un mec comme lui.

Ma prise se relâche, et je prends une inspiration – l’air froid électrisant mes lèvres – avant de recracher un nuage de buée. C’est que le jour commence à baisser, et le froid devient plus mordant qu’il ne l’était déjà.

« C’est marrant, parce que moi non plus. » Le ton s’est fait involontairement sec – dénotant avec le sentiment jovial que j’exprimais un peu plus tôt. En même temps, c’était lui qui avait plombé l’ambiance. Les dents serrées, je laisse un silence, quand je sens sa joue se frotter contre la mienne, me faisant une fois de plus déposer les armes. Foutu Orwenn – il trouvait toujours le moyen de calmer mes colères, lui et sa foutue présence rassurante.

T'es totalement maso Sarah. File moi un autre chocolat.
« Oh oui j’aime qu’on me fasse du mal – ça m’exciteee ♥ » J’ironise fortement, prenant une voix aigüe de prostipute digne d’un film porno russe doublé par un québécois. Il a raison. Ô qu’il a raison – comme souvent d’ailleurs. Je viens chercher un autre chocolat pour le lui glisser à l’aveugle dans la bouche – lui donnant d’abord un coup dans le nez avant de trouver la bonne entrée- « On fait ‘aaaaaah ‘ » Mes doigts glissent lentement sur ses lèvres avant de redescendre mollement sur mes cuisses.

« Alors comme ça aucune fille …. Tu vas me déprimer, à force je vais finir par croire que je suis la seule ici à faire pitié, avec mes problèmes d'adolescente. T’as pas un truc croustillant à me raconter ? »

Je lève les yeux, cherchant ses orbes rouges – ah, toujours ces lentilles hein ? – une de mes mains venant toucher sa joue, rassurante – pupilles inquisitrices.
Juste un petit quelque chose pour détourner l’attention de mon cœur en lambeaux ?

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockDim 16 Fév 2014 - 19:19

sarah & orwenn


you jump, i jump, remember ?

Quand elle te dit qu'elle-même ne sait pas, tu émets un grognement. De tous les mecs présents ici, il faut pas dire que c'est lui le meilleur parti. Même toi tu vaux mieux. Ce drogué violent te sort par le nez. T'as juste envie de soustraire ta précieuse confidente de ce taré de type. Il finira par crever d'une overdose, c'est certain. Pourquoi Sarah devrait-elle souffrir de ça ? Putain si seulement il pouvait faire des efforts cet enfoiré. Parce que ça crève les yeux qu'il l'aime. Et ça crève les yeux qu'elle aussi. Et ça te met juste hors de toi.

Elle tente une plaisanterie à laquelle tu ne ris pas. T'aimerais être ce prince charmant qu'elle attend, comme toutes les filles. T'aimerais être celui qui l'arracherait de cette noirceur qui la bouffe, de ces gens qui l'enfoncent. T'aimerais aussi trouver un boulot parfait et verser de l'argent à l'orphelinat d'où tu viens, ou adopter tous les gosses orphelins du monde. Mais t'es pas un héros Orwenn, non.

Elle te tend un chocolat, se faile en te le foutant presque dans le nez avant de l'abandonner à bonne destination. Ses doigts glissent sur tes lèvres et s'en vont comme une caresse éphémère. Tu soupires et manges ton chocolat.

▬ Alors comme ça aucune fille …. Tu vas me déprimer, à force je vais finir par croire que je suis la seule ici à faire pitié, avec mes problèmes d'adolescente. T’as pas un truc croustillant à me raconter ?

Tu poses ton regard sur elle et elle effleure ta joue de sa main. T'es pas du genre à parler de toi. Mais Sarah a ce putain de magnétisme en elle qui fait que tu ne peux pas ne pas te confier à elle. Même pour lui dire de la merde. Cependant, tu lui épargnerais tes précédentes pensées sur Marwin. Tu sais qu'elle souffre de toute cette situation. Alors, par respect, tu garderais ça pour toi. Pour le moment.

▬ Hm. Qu'est-ce que je pourrais te raconter... ? Moment de réflexion. A l'orphelinat, pour la Saint-Valentin, on s'amusait à faire nos chocolats nous-mêmes. Quand on avait ce qu'il fallait pour tous. Autant dire qu'on était obligé de jeûner le dessert pendant plusieurs mois pour pouvoir faire nos chocolats.

Tu émets un rire, nostalgique. L'orphelinat te manque tellement. Tu en rêves toutes les nuits. Si on t'avait laissé le choix, tu ne serais jamais parti. T'as toujours vécu dans la misère. Quand tu es presque passé de ça au luxe, ça t'a fait un choc. Tu détestes tellement les personnes riches qui ne savent pas quoi faire de leur argent alors que, dans le monde, il y a des tonnes d'enfants qui attendent d'avoir ta chance. Oui, tu es conscient de la chance que tu as eu d'être adopté. Mais tu aurais préféré, au fond de toi, que ça profite à une personne mieux que toi. Tu fermes les yeux, et c'est la gorge nouée que tu reprends.

▬ Au final, on donnait tout à Soeur Mary. Moi le premier.

Ta voix tremblotante trahit ton émotion. Elle te manque tellement, elle aussi. Tu secoues la tête, te raclant la gorge.

▬ Ah, désolé. J'suis sensible sur le sujet, tu sais bien. J'aurais pas dû en parler. Désolé.

Tu serres Sarah contre toi, par mécanisme, posant ta joue contre la sienne. N'importe qui pourrait penser que votre relation est ambiguë. Ils n'auraient pas tort. La prendre dans tes bras, embrasser sa joue, lui prêter tes fringues ou la faire dormir avec toi, ça te bloque même pas. Après tout, Sarah est ta confidente. Et puis, elle aurait très bien pu être une des orphelines qui était avec toi en Amérique. Sourire.

▬ Au fait, j'y pense. Rien à voir. C'est toi qui m'a piqué un t-shirt ? Le noir avec une croix blanche style coup de peinture dessus. Avoue que c'est toi. Je SAIS que c'est toi. Rends-le moi. Sinon... punition céleste.

Tu commences à faire courir tes doigts sur ses côtes, la chatouillant. Point faible physique de la demoiselle. Tu ris, naturellement, librement. Oublié cet instant nostalgique et presque délicieusement douloureux.

▬ A moins que ce ne soit Crystal. Elle est tellement bizarre comme colocataire. Tu sais à quoi elle s'amuse ? Elle se planque sous la table, genre absolument pas discret comme planque. Et elle me regarde passer. J'crois qu'elle a un grain. Mais elle me fait rire, elle est mignonne. Tu la connais ?

Tu frottes de nouveau ta joue contre la sienne, comme un chaton le ferait avec son petit compagnon de jeu. Enfin, là c'est surtout parce qu'il fait un peu froid.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockMar 18 Fév 2014 - 19:28

shalalalala.


this is the storm of love baby.

Je plonge dans ses yeux et attend, assoiffée. Consciente du frémissement de ses lèvres chaque fois qu’il hésite  – je le dévisage. Il faiblit et commence à parler de lui, alors qu’un léger sourire vient illuminer mon visage.

Orwenn ne parle pas souvent de lui. La plupart du temps, c’est moi, en bonne égoïste qui lui étale mes problèmes sans penser une seconde à comment il se sent. Il m’écoute alors d’une oreille attentive et porte mes tourments à bras le corps. Sans se plaindre, sans un mot – juste avec son cœur. Son précieux cœur d’or qui manque à chaque fois de se faire pourrir par ma présence. Les fois où c’était à son tour de se confier étaient rares – et à chaque fois que je parvenais à lui faire raconter ses histoires,  mon cœur palpitait de joie dans sa poitrine.
Une petite victoire, certes, mais une victoire quand même.

Moi aussi je veux écouter, moi aussi je veux toucher tes peines – parce que nous sommes tous les deux le dernier recours de l’autre. Je m’enfonce un peu plus dans ses bras alors que sa voix s’élève dans les airs, prenant en assurance, en chaleur, et en émotion.

Souvenirs d’amour d’un orphelin. Le récit prend doucement forme, allant chercher dans les basses graves et profondes de la gorge du jeune homme. Touché. Ses cordes vocales tremblent d’émotion alors qu’il évoque le nom de celle qui s’est toujours occupé de lui – de la première femme qu’il a aimé, de sa mère. Touchée. Orwenn ne parle pas souvent, mais quand Orwenn parle, c’est toujours pour venir toucher mon cœur d’une manière à laquelle je suis incapable de penser. Comme s’il faisait ressortir le meilleur qui était en moi.

J'aurais pas dû en parler. Désolé.
« Mais non, en fait, t’étais trop mignon là. » - sourire dans la voix. Je viens déposer un léger baiser sous son menton, faute de pouvoir lui ébouriffer les cheveux ou lui embrasser la joue – et il vient me serrer un peu plus dans ses bras. Instant flottant qui semble durer une éternité – une enchanteresse éternité. Aucun problème, aucun mensonge, aucun doute – blottis l’un contre l’autre face au vent, on se laisse bercer, insouciants.

Comme deux enfants complètement ingénus et ignorants de toutes les rumeurs qui courent sur eux, en ce jour des amoureux. Soupir d’aise.

C'est toi qui m'a piqué un t-shirt ? Ignorance. Avoue que c'est toi. Insouciance. Je SAIS que c'est toi. Oh putain de merde. Je tente un sourire innocent, mais c’est déjà trop tard, ses doigts se retrouve à glisser le long de mes côtes, me provoquant un frisson compulsif du haut de ma nuque jusqu’à mes chevilles.

Sarah Edwige Blackmore – aucun point faible *korf* - mis à part … les chatouillis. Au niveau du ventre – non mais c’est vil c’est sensible c’est – fdsfkssfs. J’étouffe un gloussement qui meurt en gémissement au fond de ma gorge, envoyant mes jambes se ruer dans le vide alors qu’il prend un malin plaisir à casser la séquence émotion. « Bon d’accord j’avoue je –»

A moins que ce ne soit Crystal. Elle est tellement bizarre comme colocataire. Tu sais à quoi elle s'amuse ? Elle se planque sous la table, genre absolument pas discret comme planque. Et elle me regarde passer. J'crois qu'elle a un grain. Mais elle me fait rire, elle est mignonne. Tu la connais ?

Pause dans le film de notre petite soirée tranquille, mon sourire s’essuie de mon visage en même temps que mon corps cesse de réagir à ses papouilles écoeurantes. Crystal. J’ai bien entendu Crystal et mignonne dans une même phrase – tout ceci d’une voix tout à fait niaise – OUI NIAISE. Et on parle bien d’Orwenn là, aka je ne montre mes émotions qu’en extrême cas d’urgence. Haine colère haine colère jalousie. « Putain pas elle. » Les mots sifflent et s’échappent avec violence, et je pousse un soupir lourd de conséquences. J’ai pas envie de blesser Orwenn, mais je n’ai pas envie de lui mentir. La vérité et rien que la vérité, tel était la règle tacite entre nous.

Je me retourne, venant poser mes mains sur mes épaules alors que mes genoux cognent contre le sol – le regardant droit dans les yeux.

« Déjà cette fille batifole avec Marwin – et là, je viens d’apprendre qu’elle s’en prend à mon Orwenn – qui n’a pas l’air indifférent qui plus est. » Moue boudeuse délibérément exagérée. Je ne tiens pas à envenimer l’ambiance – même si la colère que j’ai envers cette fille ne faiblit pas. Elle est bien là, bouillant dans mes pupilles.

« Je vais devenir jalouse. » J’affiche un sourire taquin, et vient poser ma tête contre son épaule, passant mes mains dans son dos. Sentant son odeur, son coeur battant rapidement - pour elle. Jalouse jalouse – c’était plus une blague qu’une vérité. Jalouse jalouse – c’était quand même bien quelque chose qui fleurissait, là dans mon ventre, en une gerbe piquante.

Possessive avare aimante jeune fille.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockMer 19 Fév 2014 - 22:53

sarah & orwenn


you jump, i jump, remember ?

Y a comme un truc qui éclate. Comme une fenêtre qui viendrait d'être brisée et dont les fragments se détachent pour aller terminer leur course au sol dans un bruit cristallin. C'est comme si on avait tiré un coup de fusil et que les tonalités se répercutent encore et encore contre les obstacles de béton qu'elles rencontrent. Le silence s'installe, et la tension est presque palpable. Inconscient de la cause, tu sens pourtant bien que le sourire a quitté les fines lèvres couleur cerise de ta confidente. Tu es maladroit Orwenn, tu l'as toujours été.

▬ Putain pas elle.

Ça a claqué dans l'air
Comme un coup de revolver.


Tu clignes des yeux. Non pas que sa franchise te surprenne, loin de là. Sarah et toi avez toujours eu cette franchise l'un envers l'autre. Ce besoin, ce désir de ne jamais mentir à l'autre. Dire ce que l'on pense sans s'arrêter à des petits détails, sans buter dans un mur. C'est la confiance l'un à l'autre qui vous donne ce courage de tout dévoiler sans préavis, de dire vos pensées comme elles sont, sans prendre de pincettes.

Elle se retourne et te fait face, son regard plongé dans le tien. Tu attrapes machinalement ses coudes pour la maintenir en équilibre, clignant des yeux. Incompréhension.

▬ Déjà cette fille batifole avec Marwin – et là, je viens d’apprendre qu’elle s’en prend à mon Orwenn – qui n’a pas l’air indifférent qui plus est.

Tu hausses un sourcil. Crystal qui batifole avec Marwin ? La blague. Qu'est-ce que elle et Sarah peuvent bien lui trouver à ce mec là ? Tu préfères même pas demander tellement ça te paraît stupide. Et insensé. Et tu te penches sur le reste de ses explications. Puis tu esquisses un sourire attendri, venant écarter une mèche de ses cheveux de jais.

▬ Je vais devenir jalouse.
▬ Tu me flattes, Sarah.

Elle se rapproche de toi, t'enlaçant. Tu souris, retenant difficilement un léger rire. Et tu la serres fort contre toi. Car il est évident qu'elle en a besoin. Peut-être qu'avec tout ce qui se passe avec Marwin, elle se raccroche machinalement à toi pour ne pas sombrer. Tu ne sais pas. Tu ne veux pas demander. Car tu te fous de savoir ce qui la pousse à le faire. Ça change rien : tu seras là pour elle autant de fois qu'elle le voudra, et autant de temps qu'il lui en faudra. Tu entortilles une de ses mèches autour de ton index, joueur.

▬ Oui, c'est vrai que Crystal est plutôt jolie. Mais tu sais très bien pour qui j'ai le béguin, non ?

Le visage de la tendre Voltaire s'affiche dans ton esprit. Son sourire espiègle, sa chevelure rose, sa bêtise attendrissante. Oui, ça fait un bon moment déjà que tu craques pour elle. Et, bien entendu, tu en as parlé à Sarah. Tu ne lui caches rien. D'autant plus qu'elle semble être allée dieu sait où avec le gorille basketteur qui sert de garde du corps à Voltaire. Tu ne peux pas t'empêcher d'être jaloux de ce mec qui la prend dans ses bras de façon naturelle, sans être gêné.

▬ Tu sais, j'pense pas que Crystal soit intéressée par Marwin. Ou seulement par son allure de bad boy. Les filles aiment ça, il paraît.

Tu attrapes sa main avant d'embrasser ses doigts. Un geste de réconfort, pas un baisemain romantique. Tu la gardes contre toi, frictionnant son dos pour ne pas la laisser prendre froid.

▬ Et si jamais Marwin te laisse tomber pour elle, je te kidnapperais et on se faire rôtir aux Caraïbes. Au frais de la princesse. Et on pourra les maudire de t'avoir brisé le coeur. Et on boira du rhum en dansant autour d'un feu de camp. On se mariera et on aura plein d'enfants. Ça te va ?

Médaillé d'or de la stupidité.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockSam 1 Mar 2014 - 21:42

shalalalala.


this is the storm of love baby.

Je m’accroche à lui, le serrant de plus en plus fort – parasite. Je ferme les yeux, et me laisse un peu bercer.  Je veux disparaître dans l’espace de ses bras – je veux me faire oublier du monde – tout oublier ce jour de 14 février. Le silence entre Marwin et moi, la rencontre avec Drew,  ce foutu changement de chambre qui m’enferme en Enfer, ma dispute avec Heath, et la venue de ma sœur, démon personnel, au pensionnat.

Trop de choses passées en trop peu de temps.
Trop de cris et d’encre rouge qui coulent et s’éparpillent dans ma tête, trop de tâches, trop de bruits, trop de pensées qui s’entrechoquent, trop de tout.

Crystal qui vient s’ajouter à la liste de mes préoccupations avait fini de rompre le fil de patience sur lequel je marchais. Je chutais à présent – m’autorisais à tomber, yeux fermés  et ceci uniquement parce que je savais qu’Orwenn serait là pour me rattraper.

Oui, c'est vrai que Crystal est plutôt jolie. Mais tu sais très bien pour qui j'ai le béguin, non ?


Jolie parfaite petite poupée blonde. Bouffée acide.
Et oui Orwenn, je sais pour qui tu t’enfuis de mes bras – je sais pour qui tu serais capable de me laisser seule. Voltaire, la tendre jeune fille à la chevelure aussi pastelle que son âme. Lumineuse, idiote. Petit soleil qui a happé mon confident – ils sont biens tous les deux. Ils sont beaux. A chaque fois, Orwenn me parle de la manière dont ses joues chauffent quand leurs mains se frôlent. Ca me fait béatement sourire – cligner des yeux – rire. Tant de pureté. Il y a des fois où j’aimerais qu’il parte loin avec elle et qu’il laisse ce délicieux sentiment de plénitude prendre possession de son corps – au lieu de rester au stade d’ami avec elle.

Et puis il y a les autres fois.
Celles où mon estomac se tord en un honteux sentiment d’abandon. A chaque fois qu’il me parle des autres , mes dents viennent se serrer d’embarras. La petite sœur jalouse accrochée à la manche de son grand-frère, refusant de le laisser partir avec les autres – les ennemis – les mauvais. Et dire que j’ai 2 ans de plus que lui – je suis sérieusement conne.

Il me rassure, il me charrie, il fait en sorte de déposer un nouveau sourire sur le bout de mes lèvres. Des badboys hein ? -

« Si tu le sais, pourquoi tu ne deviens pas un  peu plus … méchant alors ? Libère ton côté sauvage je suis sûre que tu auras un succès fou. » Je marmonne ironiquement dans son cou, confortablement bercée par le rythme de son pouls. Le froid me pétrifie et je commence à claquer des dents – de manière tout à fait pathétique.  Mais peut être méritée.

La vérité, c’est qu’Orwenn est juste parfait tel qu’il est. Tel qu’il se montre à moi. Et que malgré le fait que je veux qu’il soit heureux, je ne peux m’empêcher d’être satisfaite d’être la seule à le connaître ainsi. C’est dégueulasse, mais c’est comme ça.

Il vient chercher mes mains pour les embrasser, et je frissonne au contact chaud de ses lèvres  sur ma peau glacée – sentant mes muscles se délasser un à un alors qu’il me frotte le dos.  Je serais capable de m’endormir dans la minute – si seulement ma conscience ne tenait pas à le laisser avec un cadavre sur les bras. Et alors que le temps semble flotter dans cette tendre étreinte, il ouvre sa bouche, et parle.

Rieur, soleil, innocence, complice.

Et on boira du rhum en dansant autour d'un feu de camp. On se mariera et on aura plein d'enfants. Ça te va ?


J’explose d’un rire venant du plus profond de ma gorge, tombant presque en arrière – me rattrapant de justesse à son cou. Qu’est ce que c’était que ça franchement ? Il vient de me faire une demande en mariage où c’est juste moi ? – il y a vraiment des fois où un taux de niaiserie pareil devrait être interdit. Mais en attendant – c’était ça. Juste ça. Il, encore et toujours, trouvait le moyen de recoller les morceaux de mon cœur qui s’émiettaient en permanence.

« Je le veux. » Sourire heureux, je viens poser mon front contre le sien, passant mes mains derrière sa tête – enfouies dans ses cheveux. « Et puis on construira un orphelinat tous les deux.  Avec plein d’enfants qui m’appelleront sœur Sarah – et ce sera là un bon coup de poing décoché à cette chienne de vie » Mon souffle se coupe encore en de doux éclats de rires qui font battre mon cœur d’une manière si agréable que je souhaiterai qu’elle soit infinie.

Puis, je reprends mon souffle, sentant le sien contre le mien, et le regarde dans les yeux une nouvelle fois avec tous mes sentiments tremblants fragilement à fleur de peau. Un peu heureuse, un peu désolée, un peu stupide – un peu trop moi.

« Merci Orwenn. » De passer ce moment avec moi, de me retenir à chaque fois que je suis sur le point de sauter dans le vide, de m’apprécier avec mes défauts, de me supporter – de me faire sentir bien. « J’espère vraiment que l’année prochaine, tu passeras cette fête avec la personne que tu aimeras le plus au monde. »
Parce que moi, je crois bien que je souhaite ton bonheur bien plus que le mien.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockDim 2 Mar 2014 - 14:18

sarah & orwenn


you jump, i jump, remember ?

Tu repenses à ses mots. Libérer ton côté sauvage ? Est-ce que tu en possèdes seulement un ? Difficile à dire. T'aurais plutôt tendance à penser que ce côté sauvage est déjà bien présent. Personne ne sait comment tu étais, sauf peut-être Artus avec qui tu partages beaucoup de choses. Sarah n'a que quelques détails. Non pas que tu refuses de lui en parler, mais l'occasion ne s'est jamais présentée.

Après ton adoption, tu as un peu changé. C'est là que ce côté sauvage est apparu, ou plutôt ce côté rebelle. Parce qu'être séparé des autres a été horriblement douloureux, surtout à un âge où on est capable de comprendre qu'on ne reverra probablement plus jamais des personnes qui nous ont élevé. Enfin, passons. Tout le monde sait bien que les orphelins ont un tempérament bien trempé.

▬ Un succès fou. Tu parles. J'recherche pas la popularité, c'est pas mon genre, tu le sais bien.

Et vous vous égarez dans quelques gestes tendres et affectueux. Comme deux enfants qui voient dans l'autre un moyen de s'échapper de la réalité, de dire merde aux problèmes, et de s'évader dans des rêves ridicules mais amusants. Tu lui proposes des choses totalement absurdes mais c'est de bon coeur. Et elle rit, comme toi.

▬ Je le veux.

Tu ris et elle pose ton front contre le sien. Tes mains épousent alors les courbes de ses hanches pour la maintenir droite. Tu te calmes un peu, conservant néanmoins un large sourire. Tu fermes un court instant les yeux pendant qu'elle glisse ses fins doigts dans tes cheveux. Tu as toujours adoré le contact de ses doigts dans tes cheveux. Sarah est probablement la seule à être aussi douce lorsqu'elle te tripote les cheveux. Tu ouvres les yeux, la fixant.

▬ Et puis on construira un orphelinat tous les deux.  Avec plein d’enfants qui m’appelleront sœur Sarah – et ce sera là un bon coup de poing décoché à cette chienne de vie.

Tu perds ton sourire pour faire place à une mine surprise. Les yeux légèrement écarquillés, tu la regardes attentivement. A-t-elle lu dans ton coeur ? Ce dernier a d'ailleurs loupé un battement à cause de ses mots. Pouvoir construire un orphelinat immense et permettre aux enfants de ne manquer de rien : un rêve pour toi. Presque une utopie. Mais tu essaierais, quoi qu'il t'en coûte. Et Sarah, elle, elle annonce ça de manière presque si naturelle que t'as juste envie de pleurer. De la remercier d'être celle qu'elle est, d'être prêt de toi pour te soutenir. D'exister, tout simplement.

▬ Merci Orwenn.

Bordel...

▬ J’espère vraiment que l’année prochaine, tu passeras cette fête avec la personne que tu aimeras le plus au monde.

Tu la fixes intensément. Comment elle fait ? Comment peut-elle souhaiter le bonheur des autres sans rien faire pour trouver le sien ? Tes mains resserrent leur emprise sur ses hanches. Comment peut-elle encore penser aux autres alors qu'elle est dans une merde sentimentale sans nom ? Comment est-ce qu'elle peut faire tout ça ? Tu voudrais le savoir. Pourquoi tant de gentillesse, tant d'égards ?

...abrutie.

Et sans savoir pourquoi, ni même comment, tes lèvres se posent sur les siennes. Un baiser éphémère qui semble durer une éternité. Et tu romps le contact, reculant légèrement la tête avant de soupirer et se laisser ton front tomber sur son épaule.

▬ Aaah bordel. C'est ta faute ça...

Bientôt, ce sont tes bras qui entourent sa taille. Parce que tu réalises ton geste, et que tu sais que ça pourrait foutre complètement votre relation en l'air. Tu ne veux pas qu'elle parte. Tu voudrais la soustraire à ces gens. A ce Drew, à ce Marwin. Juste pour qu'elle soit enfin heureuse, elle. Parce qu'elle le mérite bien plus qu'eux deux.

▬ Excuse-moi.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockDim 2 Mar 2014 - 22:26

shalalalala.


this is the storm of love baby.

J’ai vu quelque chose briller dans ses yeux, quelque chose s’enflammer, un espoir passer –comme une étoile filante. Un éclat de bonheur des plus fascinants. Ma poitrine se gonfle doucement. Est-ce que je l’ai rendu heureux ? Même rien qu’un petit peu ? Ce serait si étrange pour une fille comme moi, d’arriver à répandre un peu de joie.
Vraiment, très très étrange. Dérangeant.
Mais pas si désagréable.

...abrutie.

Sourire éclatant – je lui lance un regard rieur. Et je les vois. Ses pupilles si rouges plonger en moi – alors que ses lèvres s’avancent vers les miennes.
Contact.

C’est doux et léger – et ça à un goût de chocolat. D’innocents enfantillages. C’est rapide et furtif – bien trop rapide pour mon cerveau, et je cligne des yeux plusieurs fois avant de sentir cette tendresse disparaître de mes lèvres encore entr’ouvertes.

Qu’est ce que.
Aaah bordel. C'est ta faute ça...

Qu’est ce que. Ma faute ? – wtf is he talking about ? Bug mental – tout mon cerveau se retrouve évaporé en une brume douteuse.  J’ouvre la bouche pour faire un appel d’air – j’ai oublié de respirer. Mon cœur crève ma cage thoracique.

On a un gros problème.
Je crois qu’il vient de m’embrasser. J’en suis même à peu près sûre.
A 99%. Il vient vraiment de m’embrasser.
Tout d’un coup, la peur comme un éclair s’empare de moi, et je frissonne dans ses bras.
Ca ne devait pas se passer comme ça.
En aucun cas ça ne devait se passer comme ça.

Nous sommes des frères, des amis, des confidents – on est simples, ignorants et pourtant omnipotents et …. Non non non non. Il ne devait pas. Sinon, tous ses sourires, toutes ses étreintes, toutes  ses veillées prendront une teinte différente. Putain. Pourquoi ? J’ai le doute qui s’immisce en moi en même temps que son front presse mon épaule.
Si j’aimais Orwenn, c’est parce qu’il ne me voyait jamais comme ça. Comme une femme – comme la femme dont les lèvres étaient faciles à prendre. Et moi, j’avais pris soin de ne jamais le voir comme je vois les autres – il était l’original, l’unique. De ne jamais poser ma main autour de son cœur.  L’ami. Notre relation était basée sur ça. Simplement sur ça.

Est-ce donc impossible pour moi d’avoir une relation simple avec ces gens que j’aime ? - ça m'apprendra à vouloir être gentille. Ma faute. J'ai encore tout détruit ?

Excuse-moi.

Lui aussi l’a vu, lui aussi l’a senti, lui aussi le sait – il vient de faire quelque chose d’inexplicable, il vient de pendre notre relation. Je devrais fuir. Je veux fuir.
Mais quoi.
Ses bras retiennent ma taille, suppliants, alors que ses excuses résonnent de nouveau dans ma tête. Mon cœur qui syncopait jusqu’alors contre sa poitrine se calme, prenant le rythme de son pouls.

Mais quoi. Je ne le laisserai pas. Jamais je ne le laisserai, j’en suis bien incapable. Ses bras qui  me détiennent sont ce qui me permet d’être encore là aujourd’hui. J’ouvre la bouche pour rompre le silence gêné qui s’était installé, allant poser une main sur sa tête.

« On va dire …. Que c’est à cause du chocolat, de la St Valentin et tout ça. »

On va se créer un mensonge pour effacer cette erreur qui n’a pas de raison d’être. Cette anomalie. On va retourner sagement à notre place – à se raconter et à maudire tout cet amour inutile – on continuera à parler de bonheur et de rêves. Et tout rentrera dans l’ordre.

Alors relève la tête Orwenn. Je mords ma lèvre inférieure – encore tiède et sucrée. Regarde moi je t’en supplie.

« Oh putain regarde Orwy. »  Souffle ébahi alors que ma tête se tourne vers le vide.

Le coucher de soleil qu’on aurait du voir installés sur le toit s’étale devant nous, mélangeant ocres et feux, nous éclairant tous les deux – ses cheveux blancs brillant tout autrement sous la lumière du jour qui se meurt. Comme faits de poussière étoilée.

« Orwenn. » Ma tête roule doucement, et mes yeux viennent trouver les siens.  Hésitants et perdus. Redoutant une réponse qui pourrait faire une fois de plus muter cet étrange cœur qu’est le mien. « C’était à cause du chocolat. N’est ce pas ? »

Langoureux doute qui pigmente mon être.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockLun 3 Mar 2014 - 10:54

sarah & orwenn


you jump, i jump, remember ?

Con que tu as été. Profondément con. T'aurais aimé remonter le temps, maintenant, tout de suite. Effacer ce geste de vos mémoires. Putain quel con. Et à présent tu as peur. Vous vous connaissez suffisamment l'un et l'autre pour deviner ce que l'autre pense. Tes pensées font écho aux siennes, tu le sais. Mais quel con t'as été.

Tu dis que c'est sa faute alors que c'est évidemment la tienne. C'est toi qui l'a embrassé, pas le contraire. T'aurais dû te contrôler, te reprendre. Ne pas te laisser aller à ton trop plein d'espoir. Bordel c'que tu peux te détester là tout de suite. C'est tellement douloureux. Ton coeur est serré, prêt à exploser au moindre de ses mots. Et si elle se mettait à te haïr ? Qu'elle t'abandonnait ? Ce serait pire que tout. Et si elle ne le fait pas, tu sais que tu viens de poignarder votre relation.

C'était un baiser, oui. Mais il n'était vraiment pas planifié. Toi-même tu ignores pourquoi tu l'as fait. C'est une catastrophe. Rien ne sera jamais plus comme avant. Jamais. Par ta faute. Sarah tente alors de trouver une explication, la mettant sur le dos du chocolat et de la Saint-Valentin. Tu ne dis rien, ne préférant pas parler. Ta tête finit par se redresser, croisant ses prunelles avant de fixer le coucher de soleil.

Tes yeux se perdent dans ce contraste orange et rose. Déjà à l'orphelinat, tu regardais les couchers de soleil depuis les fenêtres. Et vous, petite famille d'orphelins, pensiez que c'était la promesse d'un lendemain meilleur. La promesse d'un espoir récompensé. Espoir qui ne vint jamais pour beaucoup, ou qui tarda à venir, une fois que tout est mort.

▬ Orwenn.

Tu tournes la tête vers elle, son regard captant le tien. Tu la regardes, silencieux. Tu devines la question qui arrive. La question dont la réponse sera décisive pour vous deux. Mais, quoi qu'il arrive, tu ne mentiras pas.

▬ C’était à cause du chocolat. N’est ce pas ?
▬ ...non.

Tu soupires et ta main quitte ses courbes. Tu te lèves, abandonnant ton écharpe autour de son cou, avant d'aller t'appuyer contre la rambarde des escaliers. Le regard plongé dans le coucher de soleil.

▬ C'était pas le chocolat. C'était tes mots. Tu tournes la tête vers elle avant d'esquisser un sourire et de regarder de nouveau le soleil. Tu as nourri mon espoir, mon rêve. Mon ambition. Par de simples mots, un simple sourire. Et tu as souhaité mon bonheur. Alors qu'on sait très bien que, de nous deux, c'est toi qui est la plus malheureuse. Tu fermes les yeux, poussant un soupir. Mon bonheur passera par le tien, Sarah. Ce baiser, c'était une manière de te remercier d'exister. Même si... il est évident que c'était la pire des choses à faire.

Tu t'écartes de la rambarde, descendant quelques marches avant de poser ta main sur sa tête, t'accroupissant pour être à sa hauteur.

▬ Pardonne-moi ce geste, Sarah. La prochaine fois, je te mettrais un coup de poing. Si tu acceptes qu'on continue à se voir, bien sûr. Je suis prêt à prendre mes responsabilités quant aux conséquences de ce baiser.

Tu dis que tu es prêt, mais il est évident que jamais tu n'accepteras que votre relation en soit brisée. Par ta faute, tu cours un gros risque : perdre Sarah. Et ça, tu t'en voudrais à vie si ça arrivait. Parce que tu l'aimes. Oh que oui tu l'aimes. Mais pas d'amour, pas d'amitié. Plutôt comme une soeur que tu voudrais couver jusqu'à la fin de tes jours.

C'est ton trésor.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockLun 3 Mar 2014 - 22:09

shalalalala.


this is the storm of love baby.


...non.

Et ça continue. Et il continue.

Il me laisse, il m’abandonne – défaisant notre étreinte pour se lever et partir. Mes dents viennent mordre ma lèvre inférieure avec force – et je baisse la tête pour qu’il ne voie pas dans mes yeux les émotions qui se noient et qui coulent.  Cruel sentiment de perte et rejet. De par sa chaleur qui quitte mes reins et de par ce simple mot. Ce simple geste qu’il avait eu. Il était en train de détruire tout ce qu’on avait été et ce qu’on aurait dû rester.
Orwenn  part. J’ai l’impression d’être dans un de ces cauchemars où tout s’effrite et vous laisse tomber – et où il ne reste plus qu’à la fin la solitude, le froid et le vide.  Orwenn part, et maintenant, je sens que je n’ai plus personne pour me protéger du vide.

Maudite St Valentin. La peur revient, et je resserre l’écharpe autour de mon cou – anticipant une suite, la suite.  Il doit y en avoir une. Je trouve sa silhouette appuyée contre la rambarde – et voit son profil se découpant dans la lumière orangée. Mes yeux se plissent, aveuglés, alors qu’il se met à parler.

Doucement. Boum. Tout doucement.

Ses mots se lient et traversent mon âme – je ne les comprends pas tout de suite. Je n’arrive pas à les comprendre. Je cligne des yeux plusieurs fois, et le revoilà en face de moi, sa main sur ma tête. Si chaude. Je m’y rapproche, encore perdue, encore flottante. Tu as nourri mon espoir, mon rêve. Mon ambition.  Je. Ce baiser, c'était une manière de te remercier d'exister.  Pourquoi ? Comment ? Je n’ai rien fait de beau – je ne fais rien de bien ;  je ne fais que détruire et me servir. C’est mal, ça ne va pas du tout – remercier mon existence ?  Comment peut-il – comment fait-il pour trouver ces mots qui me manquaient ?  Plus que tout, je suis coupable d’exister. Coupable d’être moi. Il ne pouvait pas dire ça. Pardonne-moi ce geste, Sarah.  Il n’avait pas à faire ça. Il n’avait pas à dire ça. C’est mal. C’est mal.

Je suis heureuse. Bien trop heureuse. C'est mal. Coupablement heureuse.

C’est mal ? Le bonheur ne reste jamais très longtemps, quand on l’a en nous, il faut vite le rendre – être trop heureux, c’est abuser. Mais je ne veux pas le rendre. Mais j'ai peur. Tellement habituée à la peine et à la douleur que lorsque le bonheur m'effleure je panique. Totalement.
Je suis heureuse. C’est donc ça – ce sentiment béat qui a éclaté au fond de mon ventre, et dont j’avais oublié l’existence même. Ok. Il m’a embrassé.  Il me fait un discours tout à fait et absolument irrésistiblement craquant. Ok.  Je suis censée  faire quoi ? Je suis censée – oh putain. Je croise son regard, une nuée de papillons s’envole dans mon estomac.

Si tu acceptes qu'on continue à se voir ...
« T’es vraiment un imbécile. » Je crie, je grogne, j'expulse.

Mes mains viennent trouver toutes seules son cou alors que je l’attire de nouveau dans une étreinte aussi maladroite que désespérée. Mes joues brûlent – c’est anormal, c’est honteux – et je le serre aussi fort que je peux afin qu’il ne voie pas la drôle de teinte qui a dû s’étaler sur mes pommettes. Je tremble – et je sens mes yeux devenir humides. C'est bien le moment de prouver que t'as un coeur d'artichaut Sarah, vraiment - tu vas finir par donner raison à ces cons de Valentins et Valentines. « La prochaine fois que tu dis des trucs aussi beaux sans prévenir ….. » Bouffée d’air difficilement acquise, mes ongles s’enfoncent dans son dos « … je crois que je te défonce la gueule. » Ou que je t'embrasse. Même si ça reste fondamentalement extrêmement étrange.

J’avale ma salive, restant un moment ainsi, transie et accrochée à lui, avant de me détacher avec une extrême lenteur – refusant de croiser son regard.
Je dois être tout à fait pitoyable niaise horripilante. Horrible Sarah.

« Donc c’est bon, c’est pardonné, oublié  c’est – » Soupir nerveux « Foutus chocolats, devait vraiment y avoir quelque chose. Regarde dans quel état je suis. »

Non vraiment. Le bonheur, c'est très peu pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clockMer 5 Mar 2014 - 17:45

sarah & orwenn


you jump, i jump, remember ?

I'm sorry I can't be perfect.

Elle t'enlace et tu lui rends son étreinte. Tu es rassuré. Profondément rassuré qu'elle ne te déteste pas. Qu'elle continue à t'aimer comme tu l'aimes. Malgré ta connerie. Malgré tout. Tes mains se referment au niveau de sa taille, et tu la serres contre toi comme si c'était la fin du monde, comme si le sol allait s'écrouler sous vos pieds. Mourir avec elle, ce serait pas si terrible que ça. C'est toujours mieux que de crever seul même si, d'un certain point de vue, quand on meurt, on est le seul à mourir. Même entouré.

Tu chasses ces noires pensées dans ta tête et tu viens caresser les cheveux de jais de Sarah. De façon tendre, apaisante. Comme tu l'as souvent fait. C'est soit ça, soit la baffe. Disons que c'est pas vraiment le moment de lui en coller une. C'est plutôt toi qui mériterait un bon coup de poing dans la tronche. Elle t'informe d'ailleurs que la prochaine fois, elle te défonce la gueule. Et tu ris, comme un enfant heureux d'avoir retrouvé une amie chère et précieuse. Comme une soeur que l'on aurait pas vu depuis des années.

▬ Ça compensera toutes les fois où je t'ai baffé parce que tu chialais à cause de Marwin.

Oui bon, décidément, tu peux pas l'encadrer celui-là. Et tu le rappelles à Sarah à chaque fois que l'occasion se présente. Elle mérite mieux, tellement mieux. Elle mérite le bonheur. Tu feras tout pour qu'elle le soit. Quitte à forcer Artus à l'épouser. Non quand même pas. Le plan c'est de coller Anabeth dans les bras d'Artus. Ne sortons pas de cette optique.

Elle te relâche mais ne croise pas ton regard tandis que le tien cherche ses yeux. Tu esquisses un sourire désolé. Sa réaction est tout à fait normale. Tu ne lui en veux absolument pas. Ça sera difficile, maintenant, de se comporter normalement. De faire comme si rien ne s'était passé. Quel con tu as été, franchement.

▬ Donc c’est bon, c’est pardonné, oublié  c’est – Foutus chocolats, devait vraiment y avoir quelque chose. Regarde dans quel état je suis.

Tu la regardes, sourire absent aux lèvres. C'est peut-être pardonné, mais pas oublié. Et ça ne le sera peut-être probablement jamais. Tu t'en veux tellement. Tu la libères de tes bras et tu lui tournes le dos, descendant quelques marches.

▬ Allez, grimpe. On va aller se bourrer la gueule et critiquer le monde en se goinfrant de pop-corn. On prendra des marqueurs et on ira taguer les murs du studio d'O'Connor. Et on jettera des cailloux sur les canards. Et si on en touche un, on le fera rôtir dans un feu de camp improvisé. Et on refera le monde !

Elle grimpe alors sur ton dos, s'appuyant bien sur toi pour que tu ressentes son poids. C'est pas la première fois qu'elle fait ça. En général, tu fais quelques mètres puis tu abandonnes parce qu'elle finit toujours par gesticuler de toute façon. Tu descends donc les marches deux par deux exprès pour la faire flipper et, une fois en bas, tu pivotes un peu la tête vers elle.

▬ Si tu gigotes de trop, je te fais tomber, et je m'écrase sur toi. Et tu m'étrangleras pour me faire partir, et on mourra tous les deux. Moi d'étouffement, et toi par écrasement. JE VEUX PAS MOURIR JEUNE, JE DOIS ACCOMPLIR MA MISSION. JE SUIS CAPTAIN AMERICA.

Captain Stupidity plutôt.
Et tu emmènes Sarah. Loin, loin de ce lieu. Loin de ses souvenirs. Le temps de cette fin de journée. Pour oublier, à travers l'alcool et les délires. Pour essayer d'oublier.
Et on vous retrouva endormis et alcoolisés dans un buisson devant ton cabanon le lendemain matin.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH   [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
[REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REAL] wuthering heights ♥ ORWENNxSARAH
» 2009 L'IDEAL ET LE REAL ?????
» Itsuka Tenma no Kuro Usagi
» Kakashi 'H Design [Pas de No-cuts]
» Le salaire des footeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-
Sauter vers: