Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]   Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé] 1400359500-clockDim 6 Juil 2014 - 6:04



Ascenseur émotionnel

feat : Amy E. Hills
Qui vit de combattre un ennemi a intérêt de le laisser en vie.

- Chaud devant.

Et tu fonces alors que les élèves s’éloignent de ton chemin, traverses le hall illuminé de ces magnifiques reflets en toute vitesse, en skate. Il doit être quoi ? 10 h 45 ? Si tu ne te grouilles pas, tu vas être en retard pour ton cours de 11 h et te faire sermonner et/ou coller. En clair, tu vas être dans la merde, enfin, pas plus que d’habitudes, et ce n’est pas comme si les heures de colles t’étaient inconnues ou inhabituelles, c’est même le contraire. Dès que t’en a pas envie, tu manques un cours, ou tu dors pendant, et là, directe, une heure de colle ou pire, surplus de devoirs, comme avec la prof de bio, Ekatarina. Mais tu l’aimes cette prof, elle et son allure de militaire. Elle est géniale, du moins, c’est ton avis car, tu sais que pas beaucoup pensent comme toi.  

Tu t’engouffres dans l’ascenseur qui vient d’arriver alors que des élèves le quittent, pour gagner des minutes. Tes pieds quittent la surface de la planche à rouler et touchent le sol et en attendant que l’ascenseur commence sa montée, tu sors « ton portable ». Ton portable qui n’est pas vraiment le tien et tu rages. Tu avais passé le week-end dernier chez tes grands-parents paternels au pays de galle, y avait quelques cousins aussi. Vous aviez rigolé, déconné et fait des conneries. Comme vos glissades sur la pelouse du manoir de bon matin, pieds nus, en pyjama, comme il y a des années alors que vous étiez gosses. C’était votre rituel quand vous vous retrouviez après la séparation. Et durant tous ce week-end, ton cousin t’avait harcelé pour que tu échanges avec lui ton Samsung Glaxy S5 fraichement acheté  quand ton LG avait officiellement rendu l’âme, lors d’une énième chute d’une énième cascade. RIP à lui, heureusement que tu avais toujours des sauvegardes de tes photos et autres.
Il voulait que tu échanges avec lui contre l’un des portables de sa collection, son Iphone 5 S, mais tu ne voulais pas, tu avais résisté, et là. Le matin, avant ton départ, il avait échangé les portables, avait transféré tous tes documents sur l’Iphone et s’était cassé tôt. Tu avais envie de l’étriper au réveil. Mais il s’est fait pardonner,  parce que tu avais toujours eu le pardon facile, et parce qu’il t’avait envoyé une lettre où il s’excusait et un paquet qui contenait plusieurs coques de différents genres et styles, pour ton portable. Tu avais décidé d’équiper l’Iphone avec l’une d’elle, sur laquelle était peinte l’image de l’album « Tomb of the mutilated » de Cannibal Corpse, avec les initiales du groupe. Et puis il y avait aussi une casquette Green Lanterne avec Al-Jordan dessiné dessus, que tu portais en ce moment, avec ton uniforme, qui pour une fois était simple, pas de bidules en plus ni rien. En même temps, tu n’avais pas eu le temps.

T’as beau fouillé le téléphone en attendant de monter, l’ascenseur semble décidé à ne pas bouger. Tu relèves la tête de l’écran, et là. Déclique, tu avais oublié de cliquer sur le bouton désignant le cinquième étage. Tête à claque, va. Tu y remédies, et repart à l’exploration de l’Iphone à nouveau.
Quelqu’un venait d’entrer, juste avant que les portes ne se referment. Tu salues la personne sans lever la tête, trop concentré sur ton occupation.

- Salut.
H.S : Le rp se déroule peu après l'ouverture du bar de Jim et, citation de Nietzsche.
∆ RadioEuphoria for Prism
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]   Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé] 1400359500-clockMer 9 Juil 2014 - 1:22


Oh my gosh, you can't be there. You, here ? No. No, no, no. ▬ Amy

Dix heures quarante-cinq et déjà bousculée. Too much people. Une débile en skate. Je me retiens tout simplement d’aller lui arracher les tripes, sans rien dire. Me bousculer le matin n’est pas vraiment la meilleure des choses à faire. Enfin, elle m’a effleurée. Frôlée… Bon ok, elle s’est juste approchée à moins d’un mètre de ma personne, ce qui me dérange beaucoup. Je suis peu approchable avant… Vingt-trois heures ? - Ta gueule un peu, non ? Contente-toi de répondre à l’autre conne de Calliope, elle te spam d’SMS depuis tout à l’heure -. Sans blague Conscience, j’avais pas remarqué. Merci de ta clairvoyance, chose incompréhensiblement inutile. Je sors donc mon foutu iPhone 5S blanc, piqué à N juste avant de partir d’ailleurs, et regarde un peu la tonne de messages de l’autre italienne. Elle me demande où est-ce que j’ai foutu le couteau à viande, tiens. Oh, cette suicidaire me tape sur les ovaires. Je regarde le premier, le deuxième et la moitié du troisième message et fait défiler la page très rapidement, sans répondre. Elle croit tout de même pas que j’vais lui donner le couteau qu’elle compte se planter dans le coeur, si ? Quelle fille méprisante. Je suis outrée. Uh.

Je défile les autres SMS tranquillement, mes contacts… J’en oublie l’heure et surtout le cours auquel je dois me rendre. Je lève les yeux de mon phone et observe un peu les alentours, au niveau des escaliers. Oh my. Nope, pas par là. Vu le nombre de verres recroquevillés par là-bas, je pense que si je tentais de m’approcher je me ferais vite renversée. Foulure, cassage de cheville ou je ne sais quoi, hôpital ? Aha, bien sûr, et le pape dans mon lit aussi, non ? J’avance. Je regarde en face, l’ascenseur. Je m’y dirige et entre docilement, replaçant mon regard, agacé par le bruit des débiles heureux se poussant comme de bêtes enragées sur les marches des escaliers, sur mon portable. Un nouveau message : “Calliope : Jrigngfhusqx”. Ok. Passons. Une fois entrée, les portes se ferment directement. J’en déduis que la personne présente avec moi - présence féminine - se foutait royalement de qui pouvait entrer/sortir de l’ascenseur en même temps qu’elle.

   
 
▬ Salut.

Je hausse un sourcil sans lâcher mon phone du regard, me demandant pourquoi se donner du mal avec les formules de politesse comme celles qu’on dit en voyant les gens le matin, alors qu’on ne se connaît même p-. Mh. Je viens de relever la tête, en fait. - Hey, ce serait pas cette fille qui… -. Ta gueule. TA GUEULE. C’est impossible, t’entends ? C’est littéralement impossible. Une fille aux cheveux couleur flamme, une tête de plus que moi. Il n’y en a qu’une. Il n’y en avait qu’une, c’est terminé. Je regarde l’étrangeté à côté de moi, la bouche légèrement entrouverte, des questions sans réponses tournent dans ma tête. Ah et, un WTF par-ci par-là. Je n’ai pas répondu, je me contente de la regarder. Je me surprends en train de laisser échapper un ricanement nerveux, d’une demi-seconde. Le genre de ricanement débile qu’ont les gens surpris qui ne réalisent pas encore bien la chose. Un équivalent du “lol” ironique dit avec une voix purement imbécile. Je cligne une fois des yeux, puis deux d’affilé. Je replace mon regard sur mon portable, n’ayant pas encore réalisé que c’était bel et bien elle, la fille de l’hôpital.

Flashback if you want:
 

   
 
▬ Ok. Qu’est-ce que tu fous là ?

J’ai de nouveau relevé la tête, elle également apparemment. C’est et ce sera tout ce que je pourrais lui dire pour l’instant. Je suis sur le choc, voyez-vous. Quel mot désigne à la fois la joie, la surprise, la haine et l’amour envers une amie qui nous est chère ? L’ascenseur monte, les boutons s’illuminent et moi je ne quitte pas des yeux cette chose, ce fantôme venu d’un passé oublié.

© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]   Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé] 1400359500-clockLun 14 Juil 2014 - 15:41



Ascenseur émotionnel

feat : Amy E. Hills
Qui vit de combattre un ennemi a intérêt de le laisser en vie.

Tu étais absorbée. Tellement absorbée par les images de ton cousin, ce trésor qui défilait devant tes yeux et qui t’arrachait un sourire au coin, que tu n’avais même pas fait attention à la nana qui rentrait, enfin, tu avais pas fait d’effort pour relever la tête et la regarder. Les gens trouvaient ça impoli, toi tu t’en branlais, « la politesse c’est qu’une forme d’hypocrisie plus tolérée » que tu dis, pourtant tu l’arbores toi aussi. Tu te contredis ma fille, mais ça aussi tu t’en branlais, parce que dans ta tête tu étais sincère.

Entre les images de soirées et de ses potes, tu trouves un dossier spécial nommé « The asgardians » où il avait regroupé toutes les photos de famille, les plus récentes dataient de ce week-end, comme celle-là en pleine partie de strip poker, c’était son jumeau qui l’avait prise, tu étais à ses côtés en soutien-gorge et short, lui a poil, tout le monde se foutait de vos gueules. Surtout que tu avais proposé le jeu juste pour te venger de ta défaite à street fighter, c’était LE plan super démoniaque de la mort qui tue, mais tu ne pensais pas finir à moitié à poil avec lui. Les plans pseudo machiavélique, ce n’était vraiment pas pour toi. Et puis tu remontes, à contre-courant, tu vois des photos de toute la famille lors de différentes réunions, il y avait certaines du barbecue de l’an dernier en France avec le côté paternel et maternel réunis dans un immense manoir, entre cousins, tantes et autres, personnes ne s’ennuyait et l’animation était garantie par les conneries de la ligue des awesome, selon vous –ton cousin et son jumeau, ton autre cousin maternel et toi -, des attardés, selon vos autres cousins.

Puis, sans t’en rendre compte, tu stoppes en écarquillant les yeux devant la trouvaille. La nana à côté ricanait, pour dieu seul sait quelle raison. Son rire gêné semblait être un fond d’ambiance pour toi, comme un écho à ton état devant cette image qui datait de tes 13 ans, l’année de ta tentative de suicide. Tu ne savais pas qu’il les avait gardés. Putain, tu ne sais pas quoi pensé, tu te souviens que mamie et papy avaient fait le voyage pour te laisser terminer ton année scolaire et avant votre départ, il était venu lui et son frère avec ses parents, mémé et pépé après ta tentative désastreuse. La qualité des images n’est pas top, pourtant, tu reconnais une brune dans le lit d’à côté, sur l’une des images. Et les souvenirs défilent dans ta tête en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Tes premières journées d’hospitalisation sont toujours aussi embrouillés et indistinctes dans ta tête, mais les journées qui suivirent, tu t’en souviens bien, trop bien même, parce que tu n’étais pas seule. L’odeur du désinfectant, de l’alcool et des médicaments, les murs blancs qui agressent les yeux et le silence de mort de ta chambre, lors de ton réveil et puis, la brune à tes côtés, avec laquelle t’avais commencé une discussion de droguer parce qu’au début tu étais paumée et qu’elle était encore sous l’effet de la drogue à cause de laquelle elle avait fait un malaise. Puis, au détour d’une remarques de ta part, parce que ça te ressemble bien de parler sans tact, ça avait dégénéré, ça avait viré à un remake de mortal kombat. Vous vous êtes tapé dessus et t’avais trouvé qu’elle avait des tripes, parce que même à 13 ans, tu faisais grande pour les gosses de ton âge et elle, elle s’était pas dégonflée. Mais votre remake avait vite été arrêté par les infirmières. Et attacher comme des schizophrènes à leurs lits, vous avez été obligé de parler pour passer le temps et c’est comme ça qu’une amitié unique en son genre avait commencé. « Les plus belles amitiés sont vraiment celles qui commencent dans des tripes louches ou en baston » c’est ce que tu dis toujours et c’est vrai. Tu étais resté en contact avec elle après ton départ des USA, via net et téléphone. Puis lors de ta rentrée à Prismver tu ne pouvais plus lui parler, tu avais bien envoyé deux ou trois lettres pour lui dire qu’ici c’était ouf, mais ça s’arrêtait là. Et au fond, vos prises de bec, vos insultes puis vos confessions te manquent toujours autant.
Elle te manque.

- Ok. Qu’est-ce que tu fous là ?

Tu relèves la tête et ouvre grand la bouche. C’est quoi ce bordel ? Tu regardes une nouvelle fois la photo, puis tu la regardes. La dernière fois que tu l’avais vu, c’était sur skype un peu avant ton départ pour l’ile, elle avait les cheveux verts, et elle les as toujours.

- OH. BORDEL. PAR TOUS LES SAINTS DES ENFERS.

Tu ris, de ton rire de débile.
Et tu lui fous un coup de poing, juste pour la forme, par habitude. Sans trop réfléchir aux conséquences.
C’était Amy.
Et l’ascenseur s’arrête.
H.S : Le rp Le rp se déroule peu après l'ouverture du bar de Jim et, citation de Nietzsche.
∆ RadioEuphoria for Prism
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]   Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé] 1400359500-clockDim 3 Aoû 2014 - 22:26


C’est possible de me remettre du choc, ou non je me prends direct des droites ? ▬ Amy

Non mais en fait c’est simple. Je la vois, elle me voit, elle raconte n’importe quoi sur les enfers Satan et tout ce qu’elle veut et, évidemment vous vous en doutez tous vu que c’est très commun dans les retrouvailles, elle rit comme une conne et je me prends un poing dans la gueule. Pourquoi pas moi je dis, pourquoi pas ? Alors, bien sûr comme toutes retrouvailles banales, je riposte avec un bon coup de boule et esquive sa prochaine attaque en enchaînant avec un coup de genoux dans le ventre. C’est rien de personnel, juste j’avais envie, je sais pas pourquoi. J’me le demande tuvoa. J’ai qu’une envie c’est t’arracher les tripes, conn*sse. C’est possible de me remettre du choc, ou non j’me prends direct des droites ? Bordel. Bon, c’était la coutume, je ne l’avais pas oubliée. Mais là, je suis particulièrement en rogne : j’aurai aimé avoir le temps de comprendre ce qu’il m’arrivais, au moins.
   
 
▬ Moi aussi j’suis contente de te revoir, chérie.

Je la regarde et lui sourit ironiquement, l’ascenseur s’ouvre devant nous. Elle a l’habitude, elle comprendra. C’est notre humour, au duo Green et Red Lantern. J’avance, glissant mes mains dans mes poches - une des deux est accompagnée de mon portable, ce serait con qu’il lui arrive une couille pendant que mon amie me tabasse. Elle marche à mes côtés, ou pas loin du moins. Je saigne légèrement du coin de la bouche, tu m’étonnes, les gens me regardent chelou. J’avance pourtant, tête haute, me contentant de les faire fuir du regard. Je ne connais pas la honte, pour moi tout ce qui arrive doit arriver, tout est limite normal. Donc si demain matin en me levant je vois quelqu’un de déguiser en pot de peinture rose avec des prospectus - oui, dans ma chambre -, je ne m’en inquiéterai pas. Tout ça pour dire que, de toute façon, il faut que je me réhabitue aux saignements occasionnels, ou plutôt récurrents. Cette folle, ici, je risque cher, au moins quelques dents. Mais moi vivante, elle ne s’en sortira pas qu’avec des bleus. Je l’aime quand même, la grosse. On a sûrement beaucoup de questions à se poser, c’est pourquoi je m’attarde dans un coin du couloir, un peu plus isolé. Je l’ai amenée ici par le bras.
   
 
▬ Bon. Toi ici, maintenant on va s’expliquer, et pour ça rien de mieux que le bar. Je viens d’arriver, donc je sais pas ni comment ça marche, ni si on pourra s’en sortir tranquille. Tu sèches, je sèche, on parle. Ça te vas ?

Ce matin je ne suis pas trop d’humeur à crier et courir dans tous les sens en me foutant des autres, je veux juste que la journée passe pour que je puisse atterrir dans mon lit, je suis crevée. Je resterai dans un état de blasage total, comme à mon habitude avec les gens cons et inutiles, elle comprendra. Et encore, je trouve que j’ai déjà beaucoup parlé. S’il y’a bien une chose dont je suis sûre, c’est que le duo Lantern et une académie… Ça va être drôle. Ma complice de toujours est de retour, pour me défouler lorsque j’ai besoin de cogner, de parler, ou de défoncer d’autres gens. Je l’aime. J’ai tellement envie de lui défoncer la mâchoire, là. C’est beau l’amitié, vraiment. Si j’avais su plus tôt… J’ai besoin d’un verre. D’un verre ou deux, voire toute une bouteille, ce serait pas mal. On ne change pas les vieilles habitudes, et l’alcool est une des miennes.
HRP:
 
© By Halloween sur Never-Utopia

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]   Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé] 1400359500-clockMar 5 Aoû 2014 - 20:10



Ascenseur émotionnel

feat : Amy E. Hills
Qui vit de combattre un ennemi a intérêt de le laisser en vie.

Elle semblait aussi heureuse de te revoir Gueny. Elle aussi. La preuve, elle t’a donné un de ces coups de boules, dont elle seule a le secret, ça t’as sonné quelques instants et ça t’as empêché de lui foutre un coup de pied correctement, tellement tu ne sentais plus ton cerveau, alors elle a pu l’éviter. Vous auriez pu en rester là. Meh, LOL. C’était sous-estimé Amy, qui a profité de la situation et t’avais foutu un nouveau coup de genoux. Les vielles habitudes avaient la vie dur, hein ? Tu morflais. Un peu de bave était tombée par terre, et tu pleins l’infermière qui va nettoyer après toi. Heureusement que tu avais mis ton portable dans une poche de ton sac à dos, sinon il se serait ramassé par terre.

Et une nouvelle fois, tu éclates de rire. Tout ça t’avais manqué. Mais le truc, c’est qu’en ce moment précis t’avais l’impression que c’est comme si c’était hier.

- Moi aussi j’suis contente de te revoir, chérie. Dit-elle en souriant ironiquement.
- Oh mais pas plus que moi sale courgette mutante.

L’ascenseur s’ouvrit, et vous sortirent toutes les deux. Dire que tout un cheminement d’évènement s’était passé en un lapse de temps si réduit. C’était fascinant, digne d’une réflexion philosophique, mais t’avais pas le temps pour ça. En ce moment, fallait comprendre tout ce bordel. Tout ce bouleversement dans ton univers. WTF. AMY ICI. Et en A en plus. C’était comme dire que le père fouettard venait de rendre visite au père noël pour transformer la tournée de distribution des cadeaux de noël, en tournée « traumatisons les enfants ». Non sérieux. Cela annonçait le début d’un bordel inimaginable. Déjà que tu foutais le bordel à un point incroyable, avec Karmele, là ça allait être un cran au-dessus. L’union de Hal Jordan et Razer, de la série animée Green Lantern est reformée, tiens, tu te disais que Karmele pouvait être Kilowog ou un blue lantern, ou bien un red. Ouais, le rouge c’est pas mal et puis dans la série de comics, supergirl devient aussi un red lantern pendant un moment.
Et bien sûr, vous nous laissiez deviner qui est qui. Puisque votre logique est unique en son genre, tu es le green lantern, parce que t’as des cheveux couleur flamme et que ça fait un sérieux décalage avec la couleur, donc c’est fun, et puis t’étais une peace and love, même si t’avais des épisodes de rages, comme Hal Jordan lors de sa possession par l’anneau rouge à la mort Laira. Par conséquent, Elly était le red lantern, parce qu’elle avait les cheveux verts, toujours en se basant sur le principe du décalage, et qu’elle semblait consumer par la rage… Mais le mot clé, tu le savais c’était « sembler ». Question d’apparence, parce qu’au fond, tu étais tout aussi consumé qu’elle, juste, que t’essayais de faire bonne figure, de garder la tête hors de l’eau.

Elle te prend par le bras et te tires dans un coin déserté. Tu remarques qu’elle a la joue en sang, tu l’as pas loupé toi non plus faut croire.

- Bon. Toi ici, maintenant on va s’expliquer, et pour ça rien de mieux que le bar. Je viens d’arriver, donc je sais pas ni comment ça marche, ni si on pourra s’en sortir tranquille. Tu sèches, je sèche, on parle. Ça te vas ?
- Non mais attends, tu veux qu’on sèche ? T’sais que j’suis abonnée aux heures de colles ? Et que si je sèche on va se le faire mettre bien profond …. Mais wait, attends..Bar ? BITCH PLEASE. Azy que je viens. J’SUIS TROP UNE REBELZ MOI. Hahaha.

Ton semblant de culpabilité s’était vite dissipé en pensant à l’alcool, décidément, les vielles habitudes avaient vraiment la vie dur, chasse le naturel et il revient au galop.
Cette fois, c’était toi qui la traînais par le bras en direction de l’ascenseur dont vous veniez de sortir, il n’y a même pas une dizaine de minutes, tu cliques sur le bouton pour qu’il s’ouvre et vous vous engouffrez rapidement dedans.

- Mais avant, on va pas y aller avec les uniformes de prism’ sérieux …On se change et pis on y va. K ? Ah et pis tiens … Tu fouilles dans la poche extérieure de ton sac à dos, en sort un mouchoir en papier avec lequel tu essuies sa lèvre, et un pansement que tu appliques sur cette dernière. Voilà, comme ça c’est mieux ma beauté.

La porte s’ouvre, sans perdre de temps, vous vous dirigiez vers la sortie, quittant ainsi le pensionnat, laissant sa bâtisse se dresser fièrement derrière vous. [/b]

H.S : Fin, bref, si quelque chose cloche, mp le me :3. Et pis, j’espère que ça te dérange pas que j'ai mis Amy comme RL et Gueny comme GL. Genre, je trouvais le contraste drôle XD, sinon bah mp ♥...Citation de Nietzsche.
∆ RadioEuphoria for Prism
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]   Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé] 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Ascenseur émotionnel. With Amy E. Hills [Terminé]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» [UPTOBOX] Les Allumés de Beverly Hills [DVDRiP]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Une après-midi tranquille ? [PV Yuko] [Hentaï] [terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-
Sauter vers: