predefinis

mini news
19.08 Du changement dans le système de prédéfinis !

28.02 Déménagement de la Chatbox !


intrigue
rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Utopie ♦ Colombe V. Spam

Danse Macabre ♦ Sven V. Pszaniawski

ajouter le mien ?
à l'honneur

infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
[FINI] EXPLAIN ft. Miles




Partagez | 
 


 [FINI] EXPLAIN ft. Miles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Message Dans [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Mer 20 Sep 2017 - 20:20
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : nothing
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 3385

Messages : 459
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


le savoir est source de pouvoir



autant se faire un avis par soi-même, avec cette compagne nommée curiosité, celle qui vous pousse à vous y intéresser mais toi, tu le fais aussi pour protéger.

-- je m'occupe de ce qui ne me concerne pas et je m'en occupe bien, quoiqu'il en soit.

I
  l y a bien des choses que l'ont peut reprocher à Ezéchiel ; son côté intrusif, envahissant, horripilant, trop impatient, cette manie de toujours trop en faire, de toujours mettre l’accent sur l'excès et le doigt sur ce qui dérange -- ne pas pouvoir se taire de cette franchise à toute épreuve, avec cette langue tranchante et méchante quand l'envie l'en prends, de cette froideur étrange et de cette chaleur brûlante, de cette simplicité si simple et de cette complexité si complexe.

Ezéchiel c'est un boulet de canon qui entre dans vos vies quand celui-ci a décidé de s'y glisser, de s'y incruster et de se l'accaparer -- parce qu'il est dévoré de cette curiosité trop curieuse, de ce vilain défaut parmi tant d'autre qu'il cultive, qu'il adore et qu'il admire, parce qu'Ezéchiel ne s'implique pas, ne s'implique jamais à une exception près ; Ezéchiel il veut juste savoir, connaître et comprendre, trois petites choses si simples qui lui assurent tellement de choses.

Ezéchiel n'est pas un gentil, pas un méchant non plus, il est dans ces teintes de gris indistinctes où il se plaît à s'y noyer, à s'en barbouiller, de cette couleur qu'il adore et qu'il chérit comme le plus beau des trésors ; il n'est pas ce qu'il montre, ce qu'il fait, ce qu'il dit, il n'est pas celui que l'ont croit, il ne se cache pas et ne se dévoile pas -- il en fait trop et pas assez à la fois.

((r a v e n))

C'était arrivé, il y a de ça quelques jours, peut-être un peu plus, il ne sait plus vraiment ; toujours est-il que cela avait engendré des choses et d'autres qu'il savait lié sans en comprendre le sens. Killiam et Théa, Théa et Killiam -- tout juste après cette information et c'était un peu trop, un peu trop voyant pour qu'il ne comprenne pas vraiment ; et pourtant, pourtant.

Ezéchiel ne s'implique pas, jamais, si ce n'est dans un but entièrement égoïste et à présent, tout ce qui touchait à Killiam était une preuve d'égoïsme qui lui appartenait. Il n'avait aucune idée de l'implication de Théa dans le projet Raven mais d'une manière ou d'une autre, ça avait été l'élément déclencheur chez Killiam puis envers Théa -- et ça, il ne le comprenait pas. Peu désireux de fouiller de leurs côtés, il préférait se glisser du côté de la neutralité, de ce leader affirmé ; la vrai question demeurait :pourquoi Raven et quel est le lien avec les jumeaux ?

Toujours est-il que cela ne restait que pure curiosité, un questionnement au creux de sa tête qui tournait, tournait dans un silence presque offensant et c'est seulement ces quelques jours plus tard, ces peut-être-semaines plus tard, qu'au détour de quelques heures seul et sans occupation, cette question lui revint d’emblée ; et quelle belle occupation que celle de remuer le tout, de s'imposer avec sérénité sans le moindre tabou.

C'est dans cette optique qu'il vint à ce bungalow numéroté sept, entrant comme si les lieux lui était familier alors qu'il n'avait aucune affinité avec aucun des occupants, se glissant dans le salon commun, jusqu'à ouvrir la porte qui l'interressait, entrant dans cette chambre, dans ta chambre, avec la force d'un ouragan -- un ouragan dont le vent frappe avec la force d'une claque au visage.

Et il se jette, se cale, s'installe sur ton lit ; sans plus de cérémonie.

heeeeey... miles ? c'est ça ? fit-il de son air si particulier alors que ses prunelles ambrées se focalisaient sur ta petite personne --


-- malicieusement agaçant.







❝ If he doesn't hit you

(( karma fucking will ))




Dernière édition par Ezéchiel Prince le Sam 18 Nov 2017 - 19:46, édité 1 fois
Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Mer 20 Sep 2017 - 21:52
avatar
Invité
Invité


C'était difficile, depuis ce jour-là.
C'était difficile depuis la révélation et Miles savait très bien que les choses se passeraient ainsi. Peut-être que Théa avait eu raison de rester anonyme, Miles ne pouvait en juger mais les conséquences directes, presque immatures de sa révélation semblaient tant le toucher qu'il regrettait de ne pas les avoir considéré plus que ça. C'était difficile et Miles se devait de prêter attention à tout ça. Toute la journée, c'est avec un sourire et sa maturité habituel qu'il abordait les remarques quant à Raven, les insultes, répondaient en clin d'œil, confiant en lui, certain de ses options. Miles ne craignait rien.

Il était en E, il possédait un avenir qui n'était pas rattaché à Prismver si tant est que son avenir importait encore. Et dans le cas contraire, ce n'est pas l'administration qui lui ferait peur - il s'était placé dans une impasse où la peur n'avait pas sa place. Miles était tranquille, mentalement, mais il ne pouvait profiter de son quotidien et c'était la seule chose qu'il regrettait. Peut-être étaient ses derniers jours, après tout. Il n'allait pas mourir - mais il était difficile d'imaginer qu'il pourrait continuer sa simple petite vie après ce qu'il avait fait. Brûler la ville. Le bureau du directeur. Causer une émeute, interrompre un concert - ses portes de sortie musicales seraient déjà closes si son identité de leader sortait et qu'on le savait à l'origine de tout cela.

Non - Miles n'était pas naïf. C'était déjà trop tard. Il n'avait pas besoin de penser qu'il avait le droit à un futur comme un autre. Il n'avait pas besoin d'être rassuré, d'avoir de l'aide, de savoir que quelqu'un veillait sur lui. Il n'avait besoin que de lui-même car il était la réponse à ses propres envies : son culot, ses certitudes, son courage et ses envies démentielles. Sans cette personnalité, Miles s'ennuierait, et ce danger, si stressant soit-il, rendait sa vie excitante. Miles ne regrettait rien. Mais lorsqu'il rentra dans sa chambre, épuisé, et tourna en rond sur son fauteuil de bureau, il se laissa aller pendant quelques minutes et le temps sembla filer dans son cerveau comme une eau claire de fluidité. Black-out. Une voix l'interrompe et Miles se redresse, observe le nouveau venu qui s'est glissé dans sa chambre sans honte.

Il a dû faire du bruit, ou non, ça ne change rien. Il est là. Et ce n'est ni le premier, ni le dernier - à la différence près qu'il fait ça quand Miles est là. Ce dernier soupire, aussi blasé qu'agacé, décidé à ne pas perdre du temps.

"C'est en rapport avec Raven, je suppose ? Lâche-toi donc."

Et il tourne sur sa chaise de nouveau, observant le plafond, sa nuque posée contre le haut du dossier de sa chaise. Il n'est pas détendu, bien au contraire. Miles est humain et il connait la peur, le stress, l'impatience, l'envie de savoir. Et cette curiosité domine, pend son cerveau aux lèvres d'Ezechiel.
Il ne veut que ça, maintenant, savoir une bonne fois pour toute, se débarrasser de cette envie, te débarrasser de cette haine pour en revenir à son existence simple - et tant pis si cela doit lui coûter. Il en a assez de prétendre. Assez de se soucier de tout cela.

"J'écouterai ce que tu as à me dire mais j'espère que ce n'est pas un débat sur mes méthodes. Sincèrement, tu perdrais ton temps. Je suis déjà décidé."
ft. eze-sama •• Septembre
Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Dim 24 Sep 2017 - 18:43
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : nothing
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 3385

Messages : 459
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


le savoir est source de pouvoir



autant se faire un avis par soi-même, avec cette compagne nommée curiosité, celle qui vous pousse à vous y intéresser mais toi, tu le fais aussi pour protéger.

-- je m'occupe de ce qui ne me concerne pas et je m'en occupe bien, quoiqu'il en soit.

H
        aussement de sourcil inquisiteur qui s'élève haut si haut qu'il disparaît sous ses cheveux blonds et tu déblatères, tu déblatères encore et encore et c'est un silence qui ponctue ta phrase, un long, très long silence qu'il ne brisa pas avant un long moment ; et sans pouvoir se retenir, c'est un très léger rire qui vint chanter au fond de sa gorge, un rire étouffé par sa main alors qu'il s'amusait étrangement de ton accueil -- l'instant fut bref et c'est un soupire qui se succéda, alors qu'il se calait plus confortablement contre le mur.

bonjour à toi aussi ? répondit-il de façon goguenarde en passant une main dans sa tignasse, alors qu'il se moquait ouvertement de toi ; en réalité, il s'attendait à une certaine forme de surprise et non pas à un rejet si fort et si formel comme s'il était la énième personnes à venir dans cette chambre pour régler des comptes ; oh, Milès, tu ne peux pas avoir plus tort.

j'sais pas trop pour qui tu me prends, mais j'crois que tu fais erreur mec... continua-t-il sur un ton léger en détaillant la pièce de ses deux orbes ambrés trop curieuses et si impétueuses, alors qu'il s'appropriait l'espace sans en demander l'autorisation.

j'ai pas trop suivit l'affaire Raven, en fait, j't'avoue que j'm'en fous... et cette fois-ci son timbre n'engageait rien, tout n'était que parenthèses et longs espaces, comme s'il te confiait une information de maigre importance ; parce que Raven n'était rien, pour lui.

Il cherchait juste une corrélation.

et puis, t'façon on s'connait à peine, t'as aucun compte à m'rendre non ? sourit-il d'une façon horriblement adorable alors que ses prunelles retombaient sur ta personne, qu'il détaillait toujours comme s'il essayait de lire en toi sans y parvenir vraiment ; comme si l'envie, n'y était pas vraiment.

tu connais killiam et théa, les jumeaux ? fit-il de but-en-blanc avec un fascié étrangement distant.


-- oh, qu'il adorait parler, avec cette impression de tout maîtriser.






❝ If he doesn't hit you

(( karma fucking will ))


Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Dim 24 Sep 2017 - 20:07
avatar
Invité
Invité


Quelque chose ne va pas. C’est clair, c’est visible, c’est une évidence. Quelque chose cloche avec ce type et Miles n’arrive pas à mettre la main dessus. Il ne comprend pas son rire, ce ton léger, ses manières changeantes et sa façon de débarquer si soudainement en opposition totale avec cette manière fluide et structurée de commencer les discussions. L’américain fronce les sourcils, arrête de pivoter puisque de toute façon, cette sensation de malaise le prenait littéralement à la gorge. Il le sait ; à quelques instants près, il aurait pu tout dégueuler sur le parquet mais il s’est perdu dans ses pensées, sa réflexion, cette voix fluette sur laquelle il ne peut mettre un visage pour la simple et bonne raison qu’il n’a pas daigné l’observer. Miles se tourne vers lui, redresse son visage et cesse d’être durant quelques instants alors qu’il détaille Ezechiel des yeux. Il est mignon. Une première évidence qui lui traverse l’esprit et rapidement frappé par quelque chose d’encore plus gros, quelque chose qu’il a apprit à reconnaître, à travailler, à montrer lui aussi. C’est faux. Tout est faux. Ce type est grossièrement faux et il n’a aucune gêne quant au fait de venir se présenter au président du club de théâtre avec ce genre de comportements en tête.

Ça devrait l’énerver mais il se contient sans problème, il respire doucement, se redresse, prend le temps d’étirer ses jambes une seconde durant avant de se redresser dessus. Il est debout et il fait face, sans la moindre étincelle de colère. Parce que Miles est un bon élève, un peu catastrophique sur les notes mais responsable, et il n’aurait pas l’immaturité de mal agir dans cette situation. Le leader de Raven, lui, en est capable. Mais contrairement à ses propos, il ne vient pas pour ça alors Miles se rassure, écoute, avec un peu de détachement, tout ce qu’il a à lui dire. Il tourne en rond, il joue.

Le E aussi en serait capable mais ce n’est pas son genre. Il pourrait être le même, faux, changeant, mais ce n’est pas son genre. Et il n’a aucun compte à rendre à personne. Cette remarque fait tiquer et son regard croise celui d’Ezéchiel du fait de cet élan de vérité au milieu de toutes ces remarques sans queue ni tête, une mise-en-bouche étrange qui ne le perturbe pas vraiment. C’est vrai, il ne doit rien à personne - il estimait le contraire depuis que Raven était public, mais dit comme ça, tout semble différent. Il n’a pas à écouter leurs conneries à tous, ni les tiennes d’ailleurs. Et il ne le ferait pas s’il n’était pas si curieux.

Et il ne le ferait pas si tu n’avais pas prononcé ces mots. Rapides, secs, tabou.
Et tout fait sens - car lui aussi, derrière ces défenses, cette fausse aisance, derrière tout ce cinéma, cette mise-en-scène, pour vous deux, il y a quelqu’un à protéger, et il suffit juste de le comprendre.

Ouais. Il tousse, reprend sa voix. Ouais, je les connais. Théa fait parti du club de théâtre et de Raven. Et Killiam est venu me voir au sujet de ce même Raven dont tu sembles te foutre, alors pour être franc, je ne sais pas trop ce que tu me veux.

C’est dit sans agressivité, sans problème. Parce que Miles en a assez. Assez de tous ces cons qui se permettent les moindres choses, assez de ces insultes, de cette ingratitude, assez de se battre pour un monde pourri, pour lui, pour Eze, pour Killiam qui le hait, pour Théa qui semble ne pas s’arranger, pour ces connards de l’extérieur ; il en a assez de se battre, de souffrir, de se dire que son avenir est déjà foutu, de penser au pire qui reste encore à venir quand il aura fait son dernier geste, de cette opération qui depuis le début n’est rien de plus qu’un mouvement suicide auquel on s’en prend si aisément parce qu’il n’a pas d’officialité. Il préférait largement quand il passait des nuits à mater des films avec sa meilleure amie Aisha ou jouait au baseball avec Autumn. Il préférait ce quotidien bête mais bien assez suffisant.

Mais il se battra. Parce qu’il est comme ça Miles, il a pas besoin de retour, de récompense, d’un quelconque compliment. Il s’attend à ça depuis le début. Parce qu’il n’en est que l’instrument. Il est préparé à tout ça et il aimerait juste profiter de ses derniers jours de calme. Alors il s’avance jusqu’à la pièce commune, récupère un peu de limonade. Il en sert dans deux gobelets dont il qu’il s’avance pour tendre à Ezéchiel - qu’il accepte, qu’il refuse, qu’est-ce que ça changera ? Rien, du moins, pas à son plaisir de lui, y goûter.

J’ai eu le droit à ce genre de visites de façon quotidienne depuis que j’ai lancé ça alors s’il te plait, viens-en au fait. Je n’aime pas tellement tourner autour du pot.
ft. eze-sama •• Septembre
Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Lun 16 Oct 2017 - 23:21
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : nothing
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 3385

Messages : 459
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


le savoir est source de pouvoir



autant se faire un avis par soi-même, avec cette compagne nommée curiosité, celle qui vous pousse à vous y intéresser mais toi, tu le fais aussi pour protéger.

-- je m'occupe de ce qui ne me concerne pas et je m'en occupe bien, quoiqu'il en soit.

B
    rûlant.

Est le premier mot qui lui traverse l'esprit quand ses prunelles tombèrent dans les rubis que formaient tes yeux, à l'image de ce feu intérieur qui semble y habiter et y brûler, brûler, jusqu'à tout incendier, de cette cravate rouge que tu savais porter, de cette détermination et cette résignation mêlées -- comme si tu te battais sans y être obligé, comme si tu combattais sans savoir ce que tu y gagnerais.

Killiam est venu le voir, racontes-tu et légèrement ses paupières vinrent à se plisser comme s'il réfléchissait rapidement avant de reprendre ce fascié parfait quand tes paroles avouèrent que tu ne savais pas le pourquoi du comment de sa venu -- alors il hausse les épaules, comme peut désireux de répondre immédiatement mais finalement tu enchaînes des mots pressants, presque embêtés ; avec qu'une seule envie, que cet échange se finisse au plus vite, comme si tout cela te passait bien au dessus de la tête.

Oh, tu as raison Milès, comme tu as raison -- tout cela, ce n'est que du théâtre, de la poudre aux yeux juste parce que l'idée l'amuse, juste pour passer le temps, s'occuper l'esprit dans une rencontre qu'il ne désirait pas vraiment ; après tout, il n'avait aucune véritable raison d'être là à cet instant devant toi, sur ton lit de surcroît avec ce regard souligné, étiré, peaufiné qui au final, ne lui allait pas vraiment.

Alors il t'observe Ezéchiel, il t'observe et il réfléchit, il réfléchit et rigole un peu ((brièvement seulement)) reposant son dos contre le mur, basculant sa tête ((légèrement seulement)) sans te quitter des yeux, sans te lâcher du regard -- et ses épaules s’affaissent, ses traits se détende et il ne sourit plus, ne rigole plus, ne s'amuse plus ; tu demandait de la franchise, il le savait, à toi bien au dessus de tout cela, au dessus de ce jeu ridicule et futile, comme un amuse-gueule avant le plat de consistance - la fausseté d'un sourire, d'un regard, d'une parole.

est-ce que raven est un danger d'une quelconque manière pour théa ? et sa voix est plate, son timbre n'inspire à rien, il semble dénué soudainement de tout intérêt ; tu avais déjà répondu à sa première question, il n'en avait plus vraiment, en vérité.

-- et il ne te regarde plus,
soudainement très loin, soudainement ailleurs et peut-être un peu perdu.






❝ If he doesn't hit you

(( karma fucking will ))


Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Mar 17 Oct 2017 - 19:56
avatar
Invité
Invité


C’est toujours ça. Toujours Raven, le corbeau, les mouvements, le parole, le statut de leader. C’est toujours ça, jamais pour lui, toujours pour ça, ses convictions, ses actions, le corbeau qui s’envole et jette son ombre sur toute l’école - c’est ta propre identité qui disparaît, souillée, piétinée au profit de ces actions surplombant l’île, le monde dans son entièreté. Miles se sent invisible, transparent, les gens qui lui parlent mais s’adresse aux corbeaux, les gens qui voient au travers de lui. Il a l’habitude maintenant, il sait vivre avec la rancœur, les affrontements, avec la haine des gens. On ne le regarde plus et c’est parfait ainsi. On ne le regarde plus et il adore ça, et il est libre, les mains détachées, il est libre et il n’a jamais tant aimé mener sa barque. Pourtant, il ne comprend pas. Il ne te comprend pas.

Il te regarde dans les yeux mais il ne voit pas quelqu’un, il y voit du brouillard. Il t’observe mais il n’en tire aucune réponse, juste davantage de questions. Qu’est-ce que tu es, Ezechiel ?
C’est l’interrogation qui le guide et le maintient à l’affût, c’est ce qui l’empêche de te traiter avec la même nonchalance que les autres. Pas plus dangereux, plus effrayant, plus intéressant - encore que si, il doit bien l’admettre, mais c’est ce mystère qui bascule entre la fascination et la méfiance et le rend si distant à ton égard. Raven, pas Raven ? C’est toute la question à laquelle il connaît déjà la réponse, parce que c’est tout ce qu’il représente, c’est tout ce qu’il est.

C’est tout ce qu’il ne deviendra jamais.

"C’est dangereux. Il faut être stupide pour croire le contraire."

Ils risquent leurs identités, leurs futurs, leurs noms. Raven n’est pas un gagnant, c’est l’indéfectible perdant, le bouc émissaire, le bienfaiteur qui sera jugé à l’ingratitude du monde. Depuis toujours, Miles s’attendait à ça - mais maintenant qu’il y pense, sans doute que les autres ne le voyaient pas de cette façon. Peut-être qu’au fond, il était le seul vent furieux de cette opération kamikaze - et cette étincelle suffira à étaler en lui toutes sortes de pensées à la base de ses remords. Il sait que rien ne finira bien. Il sait qu’il y aura des dommages collatéraux, que Raven ne rendra pas le sourire mais se contente d’attiser cette frustration que chaque membre porte en lui. Il sait qu’il n’est pas le héros mais un défaitiste aux allures de malfrat.

"Killiam m’a posé la même question, mais tu sais, j’en vois pas l’intérêt. Tu peux te défouler si tu estimes que je suis responsable mais c’est une décision qu’elle a pris toute seule comme une grande."

Il lui fait face sans mensonge, subterfuge du moindre genre, l’observe les yeux dans les yeux, témoignant de l’honnêteté dont il fait preuve en général.

"Elle a l’air d’avoir beaucoup de problèmes, Raven mis-à-part."

Et il s’inquiète, légitime, parce qu’il a beau empirer les choses, en un sens, il est sincère. C’est un ami avant tout - et il se moque totalement de ce statut de S qui ne veut rien dire pour lui. Miles déglutit, lâchant à brûle-pourpoint la remarque qui le titille, manquant de délicatesse sans trop le vouloir.

"C’est pas une discussion qu’il faudrait avoir avec elle ? Je veux dire, tu es le deuxième à venir me demander des évidences mais Théa est libre de ses choix."
ft. eze-sama •• Septembre
Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Jeu 2 Nov 2017 - 19:31
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : nothing
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 3385

Messages : 459
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:


le savoir est source de pouvoir



autant se faire un avis par soi-même, avec cette compagne nommée curiosité, celle qui vous pousse à vous y intéresser mais toi, tu le fais aussi pour protéger.

-- je m'occupe de ce qui ne me concerne pas et je m'en occupe bien, quoiqu'il en soit.

C'
    est dangereux.

Sa tête ballotte de gauche à droite, une moue sur le visage, les yeux rivés sur le mur d'en face -- ah, c'est dangereux. La vérité c'est qu'il n'y pense rien de cette déclaration, il n'y pensait rien et n'y pense toujours rien ; la vérité, c'est qu'il ne sait plus vraiment trop quoi penser de vraiment concret - alors son visage se baisse, attends la suite qui ne se fait pas tarder à venir.

killiam m’a posé la même question, mais tu sais, j’en vois pas l’intérêt. tu peux te défouler si tu estimes que je suis responsable mais c’est une décision qu’elle a pris toute seule comme une grande.

((et ça sonne comme un soupir))

elle a l’air d’avoir beaucoup de problèmes, raven mis-à-part.

((et ça sonne comme une parenthèse))

Et tu t'inquiètes et il s'inquiète -- et vous vous inquiétez. Il ne bouge pas, reste statique, entends tes phrases sans les comprendre vraiment ; avec cette sensation de je-ne-sais-quoi, cette sensation figé dans le temps où il ne sait plus vraiment où il en est vraiment ; peut-être ici ou ailleurs, surement ailleurs - d'ailleurs.

disons que j'ai pas envie de venir la saouler avec mes questions alors que... puis j'ai du mal à la cerner. répondit-il d'un air lasse en laissant sa tête retomber sur son épaule avec nonchalance - il semblait fatigué, subitement.

je voulais juste être sûr que le problème actuel était raven, mais j'ai l'impression que c'est plus que ça en fait - et il semblait se parler à lui-même - du coup, vu que j'avais rien à foutre, je me suis dit que venir te voir m'occuperai en plus de ne pas trop m'impliquer dans le délire... rajoute-t-il ensuite en relevant les prunelles pour les encrer dans les tiennes, étirant un semblant de sourire.

la vérité c'est qu'il était très peu habitué
à être simple spectateur ; plus âme d'acteur

t'es pas responsable, c'est plus profond que ça et je crois que cette partie-là ne me concerne pas... je voulais juste être sûr, tu vois ? mais si killiam est venu te voir, alors j'en suis certain...

puis
(brusquement)

tu veux que je dégage ?


-- et son sourire resplendissait.






❝ If he doesn't hit you

(( karma fucking will ))




Dernière édition par Ezéchiel Prince le Ven 17 Nov 2017 - 18:51, édité 1 fois
Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Dim 12 Nov 2017 - 20:20
avatar
Invité
Invité


"T'es un mec étrange, Ezéchiel."

Et c'est sorti inconsciemment alors que ce n'était qu'une pensée un peu trop forte, mais tellement réaliste que la phrase a quitté le domaine de l'imaginaire pour se déverser dans une discussion à la tension indiscutable mais si fluctuante que Miles s'en trouvait perdu, incapable de saisir cette entité étrange, submergée par des désirs changeants tandis que lui était certain de son propre avenir.

Il en comprenait la forme, les contours indécis, cette liberté d'esprit si élargie qu'il ne saurait être emprisonné dans une prise de parti autre que la nonchalance la plus totale et pourtant, pourtant, Miles se refusait à l'accepter. La frustration le gagnait, pourtant étrangère à son visage impassible et respectueux mais cette lueur d'incompréhension planait dans son regard rougeâtre comme une question sans réponse à l'énigme qu'était Ezéchiel. Killiam lui, avait été terriblement clair. La franchise maître des lieux, tenant leur relation dans un respect mutuel.
L'affection de Théa en tête de liste, dominant tous ses désirs. Colombe aussi, malgré sa façon d'être si impulsive, avait conclu leur rencontre en un débat constructif - mais cette fois-là, tout était différent.

"Je vais être honnête, je ne sais pas comment réagir. Je ne sais pas si tu es en colère ou si tu t'en tapes. Je m'adapte à l'humeur des gens par politesse mais je ne sais pas comment m'adapter à toi."

Mais qui saurait, à ce niveau-là ? Leurs personnalités étaient donc si différentes ?
Ezéchiel était décousu, incompréhensible, comme ce morceau flottant d'un jazz à la fois enjoué et si calme, aux deux tempo si opposés que leur rencontre était aussi explosive qu'insaisissable. Durant une seconde, Miles ressentit tout le charme de cette personnalité, la dangerosité qu'il pouvait incarner - et il comprit ce numéro de charme, cette façon de se comporter si hypocrite que dangereuse. Il comprenait cette opposition agaçante à sa façon d'être si carrée et à la fois, toute l'origine de cette envie endiablée de rester à l'écart du réel. Alors, en réponse à tout ça, il fit de son mieux. Miles haussa les épaules, indifférent - s'il était incapable de s'adapter, il laisserait Ezéchiel décider des choses.
S'il ne pouvait rien contrôler, il n'avait qu'à tout laisser filer.

"Tu veux continuer à en discuter ? Je répondrais à toutes tes questions. Tu veux qu'on fasse connaissance ? Ça me va aussi, je te trouve intéressant. Je ne peux pas le deviner alors je vais te le demander : qu'est-ce que tu as envie de faire ?"
ft. eze-sama •• Septembre
Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Ven 17 Nov 2017 - 20:58
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : nothing
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 3385

Messages : 459
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



T'es un mec étrange Ezéchiel.

Haussement de sourcil et esquisse d'un sourire alors que tu détailles l'intensité de cette couleur sanguine qui se loge dans ses deux orbes scrutatrices, à l'image de ce rouge qui se lie à son cou comme s'il l'étouffait, de ce vermeil qu'il porte si bien et où il s'y complaît ; presque provocatrice. Tu ne lui réponds pas et tu ne comptes pas lui répondre, parce que tu te trouves toi-même étrange, Ezéchiel, tu ne sais pas vraiment ce que tu fais là, pourquoi tu te donnes tant de mal pour pouvoir définir ce qui ne vas pas dans cette relation qui ne t'appartient pas, à venir quémander des réponses à quelqu'un qui ne peut pas t'offrir plus que ce qu'il a ; t'es un peu perdu, en vérité, t'as ce sentiment de ne pas comprendre, de ne pas savoir et il faut le dire, cela te perturbe, t'as cette impression de juste assister à cette chose que tu ne comprends pas vraiment -- mais tu sais Ezéchiel, il vaut mieux parfois ne pas tout comprendre, tout savoir, le monde ne t'appartient pas et tu le comprendras bien assez tôt ; il faut lâcher prise, Ezéchiel et grandir.

Y a ce silence qui s'écoule, seconde par seconde, qui se succèdent, qui s'enchaînent, jusqu'à former des minutes et vous vous dévisagez sans oser briser cette étrange atmosphère ; t'as l'horrible impression qu'il fouille dans ton regard pour y trouver ce qu'il cherche désespérément et toi si détendu, si à l'aise, tu sembles légèrement anxieux sans vraiment comprendre d'où vient ce sentiment qui ne te correspond pas - comme s'il lisait dans ton esprit, comme s'il analysait quelque chose sans savoir par où commencer ; comme s'il entrait dans ton intimité.

et ses paroles le prouvent
comme un garçon qu'il découvre

Et encore une fois, encore une fois, tu ne lui répond pas Ezéchiel, tu restes étrangement silencieux et t'as cette soudaine envie de hausser les épaules avec nonchalance, de détourner le regard, de relever le menton et de lui sortir un joli sarcasme qui signifierait que ce n'est pas son problème, avec ce culot presque indécent, cette impertinence presque obscène - avant de partir, juste comme ça, sans un mot de plus, sans une parole, juste par dédain ; t'as cette soudaine envie, comme si tu saisissais que vous sembliez bien trop différents pour continuer cette discussion qui n'avait pas plus vraiment de sens -- mais ce n'est pas lui le problème Ezéchiel, c'est toi, c'est toi et tes grands airs, toi et ton cheminement incompréhensible, toi et ton côté bancal et pas banal, toi et cette hypocrisie sous-jacente mêlé à cette honnêteté sans faille, toi et ton inquiétude, lié à cette méchanceté qui déforme tes traits ; et vous être si différent, trop différent, lui si structuré, lui si déterminé dans cette quête qui est sienne et si désolé des conséquences qui en découle - tu ne peux pas comprendre Ezéchiel, ce besoin d'agir pour tous, pour le bien de tous et tu ne comprendras jamais.

Tu veux continuer à en discuter ? Je répondrais à toutes tes questions. Tu veux qu'on fasse connaissance ? Ça me va aussi, je te trouve intéressant. Je ne peux pas le deviner alors je vais te le demander : qu'est-ce que tu as envie de faire ?

Oh vous êtes trop différent Ezéchiel -- et tu l'observes toujours dans ce silence presque dérangeant, mais tes pupilles s'agrandissent et tes paupières se plissent alors que tu l'observes et peut-être en viens-tu à le contempler - c'est quelqu'un de bon, Ezéchiel, c'est quelqu'un de bon, de patient et de véritablement honnête ; pourtant, pourtant, tu n'arrives pas à lui faire confiance, tu n'arrives pas vraiment à le croire ; et tu ne te savais pas à ce point sur la défensive, comme si la discussion précédente semblait avoir refroidit cet entrain qui te caractérisais -- mais il faudra t'en accommoder.

Alors tu restes, tu restes sur ce lit où tu oses t'asseoir, te redressant, prenant enfin la parole alors que tu viens te positionner en tailleur, croisant tes bras autour de toi, comme si tu voulais te protéger de quelque chose que tu ne connaissais pas -- et c'est lui, c'est ce garçon en face que tu ne connais pas, que tu ne comprends pas plus qu'il ne te comprend et finalement, finalement, cette défensive t'es attribué, comme si tu intéressais enfin à lui, comme si tu l'analysais à ton tour, dans se besoin soudain de le connaître réellement et t'es méticuleux, t'es méticuleux et peut-être légèrement farouche, alors tu fais attention ; peut-être un peu trop intensément.

Par politesse ? Peut-être que c'est là, le problème, peut-être que tu ne sais pas réagir avec moi, tout simplement parce que moi-même je ne m'impose pas toute ces règles de savoir vivre et de bienséance structurées et préfabriquées, quel ennui. glisses-tu avec un léger sourire, un réel sourire, discret, comme si tu ne le contrôlais pas vraiment.

Pour te parler franchement, Raven, je m'en tape mais les conséquences que cela a sur mon entourage, un peu moins. No offence, hein, je suis venu ici parce que je voulais savoir si oui ou non, la cause de toute cette merde, venait bien de Raven, mais finalement, je pense que c'est plus profond que cela... souffles-tu, mais ces réflexions-là, elles t'appartiennent.

Intéressant, hein ? et le fait de le dire à voix haute de ta propre bouche, ne peut que te faire rire, bêtement. Quel compliment ! J'ai toujours fait ce petit effet chez les gens. railles-tu enfin, si sarcastique envers toi-même, de cette façon que tu as, d'en faire toujours trop, même quand c'est assez.

Personnellement, je ne te trouves pas très intéressant. fis-tu en détachant chaque mot, avec cette langueur suppliante - et ta langue si tranchante semble claquer l'air, comme si tu retenais l'instant en suspend. ...Pour le moment. et tu lui lance ce regard, ce regard presque complice, comme si tu acquiesçais finalement à ses paroles trop douces, trop chaleureuses, pour le garçon que tu représentes. Alors pourquoi pas ? Faisons connaissance, peut-être que je reverrais mon jugement, tant que j'suis là... autant voir ce qui se cache vraiment derrière l'image de Raven, mh ? Parce qu'on te définit par ça... mais c'est un peu triste, non ? fis-tu dans une moue presque adorable. T'es qui, vraiment, Milès ?

-- t'es pas seulement un leader, t'es un adolescent
qui y croit peut-être un peu trop intensément


❝ If he doesn't hit you

(( karma fucking will ))


Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Sam 18 Nov 2017 - 10:30
avatar
Invité
Invité


T'es chiant Miles - c'est ce qu'avait dit la première, alors qu'il y croyait vraiment, qu'il voyait cette première comme celle dont il avait toujours rêvé. Il avait fait de son mieux, partagé ses passions, le club paternel, héréditaire, les études abandonnées, la magie découverte, le club fondé. Il avait tout donné pour se montrer intéressant et pour s'immiscer dans tout ce qu'elle aimait. Il avait tout donné, patient, aimable, polyvalent. Il avait discuté avec elle, s'adaptant, multicolore, transparent. C'est peut-être ce qui avait cloché, cette première fois. Il était sans doute trop parfait, impersonnel, incapable de voir plus loin qu'au travers du regard de ceux qui le jugeaient. Il était ce gamin à l'avenir tout tracé, épaulé de quelques passions pour lesquelles il fera des démarches avant de céder à la facilité. Il se souvient de ses sentiments, de ce maigre rempart presque intangible qu'il avait dressé, comme une sécurité. Il se souvient de ses pensées prudentes et cette nature qui rendait le tout tellement faux.

T'es chiant Miles, c'est ce qu'avait dit le dernier, Aaron, lui faisant le maigre honneur de le détester pour leurs différences plutôt que ce qu'il était. Il se souvient de cette relation explosive et du fait qu'il ne puisse changer tant il tenait à ses opinions. Il se souvient de cette relation si excessive qu'elle en brûlait d'honnêteté, de sa vraie nature qui était ressortie à ce moment-là, à sa façon tellement personnelle de se montrer. Il se souvient de cette absence d'égoïsme, de ses projets de groupe, du club qu'il préside, des seconds rôles qu'il se coltine alors qu'il est le plus doué.
Il se souvient des regards agacés d'Aaron, de la façon dont il l'avait cerné et aussitôt détesté. Il se souvient de leurs divergences trop grandes, trop évidentes, trop ancrées pour qu'il n'arrive à changer.

T'es chiant Miles, mais t'y peux rien, c'est ce que t'es.
T'es chiant Miles, t'as tout donné, t'as sacrifié tout ce que t'es pour espérer tout changer.
T'as rien à perdre Miles, pas parce que t'as rien, mais parce que t'as rien accepté. T'as rien créé pour toi, juste dessiné ces portes, ces bouts d'avenir, cette flamme d'espoir pour ceux qui se refusaient à cette société menteuse aux guerres ensevelies. T'es chiant Miles, et c'est comme ça qu'il aime les choses, se mettant sur le côté, parlant au nom des autres, des images, d'un club, d'un futur déjà dessiné.

"Je dirais que je suis ton opposé, sur ce point."

À celui qui se permet, à celui qui s'autorise à vivre. À celui qui aime, qui déteste, qui détourne les règles, à celui qui ne s'intéresse qu'à lui, aux siens, à tous ceux qu'il a décidé d'aimer. C'est sans doute ça qui t'énerve, te répugne, ça qui l'empêche de te cerner. Parce qu'il a trop d'obligations qu'il s'impose, de règles, de façon d'être, tant de choses sur lesquelles il ne s'autorise pas à fermer les yeux.

"C'est triste, peut-être. Mais Raven c'est moi, parce que j'y ai tout donné. Je peux pas tout lâcher et laisser le monde livrer à lui-même. Je l'aime trop pour ça. C'est vrai que je suis plat, inintéressant, mais ça m'est un peu égal. Je pourrais choisir de penser à moi et de vivre dans mon coin, mais ça ne serait plus moi."
ft. eze-sama •• Septembre
Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le Sam 18 Nov 2017 - 17:57
We got science
avatar
Autre(s) compte(s) ? : nothing
Masculin Personnage sur l'avatar : oc kelpls - fay & irl paul craddock
Âge, classe & année : 18yo B 7ème

Prism' : 3385

Messages : 459
Date d'inscription : 08/05/2017

We got science
Voir le profil de l'utilisateur

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:



Alors, alors, il prend la parole et tes bras se délient, ton menton se relève et tu l'observes plus franchement et t'as cette soudaine impression, de je-ne-sais-quoi qui rend impossible à tes épaules de se détendre, ce truc qui fait que tu n'es pas véritablement à l'aise, comme si au final, lui aussi avait compris à quel point vous étiez différents, que vous étiez diamétralement deux garçons où tout s'oppose, deux pièces incompatibles d'un même jeu dont les règles ne seraient pas les mêmes ; et quand il reprend, quand il aligne chaque mot par un autre, tu es persuadé que le sentiment est partagé.

(( quel intérêt

Je pensais que t'étais juste un gars trop bon, mais en fait, t'es juste débile. claque-t-il soudainement, penchant la tête dans un même mouvement, comme s'il avait affaire à une toute autre personne, dans un étonnement feint, gratuitement méchant ; comme si, finalement, il avait réussit à te cerner avec cette simple phrase, ce simple dévouement, cette simple discussion.

Le silence qui s'enchaîne ne dure qu'une seconde, peut-être bien trop longue, alors que tu déplies tes jambes et saute sur tes pieds, retrouvant son regard de ces yeux qui ne sont pas vraiment les siens, dans ce jugement que tu revois, aussi puissant que si tu avais la capacité de le toiser de haut ; et t'as cette envie, cette envie de rire dédaigneusement ; chose dont tu ne te prives pas.

Ah ! C'est pas triste, c'est affligeant. Tu t'es perdu toi-même pour représenter un mouvement. Raven ne va pas durer et quand ça sera fini, tu seras plus rien. Tu crois que le monde a besoin de toi pour aller mieux ? Désolé, Milès, mais le monde s'en fout. Livré à lui-même ? Sérieusement ? Ah ah ah ! et tu rigoles vraiment, presque hilare. Que tu es bon, avec tes idéaux, on dirait des rêves d'enfants, c'est presque mignon. et dans ta bouche, tu y craches le dédain, la raillerie et le sarcasme.

Tout ça, tout ça, ça te semble ridicule Ezéchiel - il est ridicule. Tout cela t'amuses fortement et ta langue fourche méchamment ; et t'as conscience d'être méchant, t'as conscience d'être mauvais, t'as pris conscience de cette part de toi après la mort de Clara, t'as pris conscience que tu faisais pas parti des gentils Ezéchiel ; t'as cette rage au cœur, t'as cette haine du monde, ce dédain sur cette vie qu'on t'as brusquement retiré, de cet autre toi qui était un peu plus toi que tu ne l'étais toi-même et t'as pris conscience, t'as pris conscience de qui tu étais vraiment - et il te reste que très peu de temps avant de comprendre ce sentiment d'injustice du monde qui t'entoure ; comprendre que tu n'es plus un enfant.

Et lui, avec ces airs si carrés, si structurés, si arrangés, comme pour se confronter, se préparer à ce monde ; parce qu'il a tout donné. Il a donné jusqu'à se perdre lui-même, jusqu'à arrêter de vivre pour lui, pour vivre pour les autres et il affirme, il affirme que vivre pour lui, ça ne serait plus vraiment lui et quelle idiotie ! Tu le trouves risibles Ezéchiel, tu le trouves drôle, finalement, tu le classes dans cette catégorie de mégalomane inavoué qui croit avoir une destiné, qui pense pouvoir, de ses petites mains, rendre le monde meilleur, peut-être même le sauver et c'est si absurde pour toi Ezéchiel, si absurde que tu ne peux que lui rire au nez, tu ne peux que taquiner de tes mots cette loyauté sans sens, ce besoin de faire au mieux pour le mieux, que lui claquer à la gueule une vérité terrible --

-- que son existence n'a pas vraiment de sens.

Tu sais quoi, laisse tomber l'idée de faire connaissance, fis-tu de ce petit sourire adorable, le rire dans la voix, alors que tu passais devant lui pour te rapprocher de la porte, te retournant vers lui, les prunelles rieuses. Je crois que je ne pourrais pas m'empêcher de rire à force de me foutre de ta gueule. reprends-tu, léger, posant ta main sur la poignée de la porte, l'ouvrant légèrement.

... J'ai hâte de voir ce monde auquel tu tiens tant, s'écrouler sous tes pieds.

-- et tu te détournes ; sourire insupportable.



❝ If he doesn't hit you

(( karma fucking will ))


Message Dans Re: [FINI] EXPLAIN ft. Miles | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-