Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Pris la main dans le sac! PV Alvin

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockDim 27 Jan 2013 - 23:42
Vive les classes A --'



La journée avait pourtant bien commencé, je m'étais levée pour une fois sans trop de difficultés, ce qui était en soit un exploit. Mais c'était peut-être, voir sûrement, dû au fait que je commençais 10h. Une fois lavée habillée et coiffée je pris la direction des salles de cours. J'avais adopté une coiffure plutôt normale pour une fois puisque je m'étais contentée de couettes basses. J'avais encore une fois mon casque sur mes oreilles, si bien que je n'entendis pas les avertissements de sols glissants et me vautra lamentablement sur le sol. Ce qui une fois de plus amusé mes camarades de classe. Mais je n'avais pas à me plaindre pour une fois je ne m'étais blessée. Je me relevai donc sans trop de difficultés et continua mon chemin en marchant un peu plus doucement et en faisant un peu plus attention. Je manquais de tomber seulement deux fois ensuite ce qui était, en soit, pas trop mal. Une fois installée confortablement sur la chaise de ma salle de cours, je sortis un bouquin et commença à lire. J'étais au fond à droite près de la fenêtre ce qui me permettait de me faire oublier et en même temps de passer le temps en regardant par la fenêtre lorsque je m'ennuyais en cours, ce qui arrivait relativement souvent.

Le livre avait pour sujet une jolie histoire d'amour avec un peu de fantastique et qui finissait bien (j'avais déjà vérifié), car pour moi la vie devrait être vraiment ainsi, magique, romantique et finir bien, car ça devrait toujours finir bien. Je savais pertinemment que la vie n'était pas ainsi et que les trois quarts du temps rien ne finissait bien et c'était justement pour ça que je me réfugiais dans les livres. Comme la vie réelle était trop nulle pour qu'elle ne m'intéresse réellement. Je me rendis compte que le prof était arrivé environ deux minutes avant le début du cours, je rangeai donc mon livre et mon MP3 pour prendre une feuille et ma trousse. Le cours ne m'intéressait pas tellement alors je commençai à écrire une histoire que j'avais l'intention de réécrire au propre durant l'heure du midi. J'avais toujours mon cahier sur moi, mais il était rare que j'écrive directement dessus, car j'avais tendance en me relisant à rajouter des éléments, les préciser, les détailler. Le prof qui pensait que je prenais consciencieusement son cours en note me laissa tranquille. Une fois les deux heures de souffrances intensives terminés je ramassai mes affaires et pris la direction du réfectoire. Il était l'heure de manger et j'avais faim, mais c'était peut-être dû au fait que j'avais oublié de déjeuner ce matin. Mais en même temps je n'avais pas spécialement envie de petit déjeuner.

Je choisis, une fois sur place, un plat de pâtes bolognaise, choix qui vous paraît plutôt anodin, mais pour moi c'était vraiment tenter le diable et ce dernier ne me loupa pas. Mais cette fois tout n'était pas de ma faute puisqu'un A me fit un croche-pied alors que je me levais et je me retrouvai une seconde ou deux plus tard, à moitié allongée sur le sol avec de la sauce tomates partout sur moi ( parce que je n'avais pas finit mon assiette et que j'avais emporté avec moi cette dernière). Géniale ! De plus la sauce était chaude donc je m'étais un peu brûlée les mains et le visage. Ce qui fit bien rire les élèves à l'entour, mais si je ne prenais pas mal le fait de tomber régulièrement à cause de ma maladresse, je prenais assez mal qu'on m'aide à me latter ainsi, surtout je n'aimais pas non plus avoir mal. Bien sûr mon assiette s'était explosée en tombant sur le sol et je ne manquais pas de me couper en passant. Toujours sous le regard goguenard de ce crétin. Mais son sourire fut de courte durée, car je me mis à le fixer droit dans les yeux et bientôt toute douleur et blessure me quitta pour aller rejoindre la cause de tout ce désastre. Le crétin fit un peu moins son malin une fois qu'il sentit la douleur de mes blessures devenir siennes. J'étais encore un peu rouge au visage mais cela allait encore et c'était plus dû à a sauce encore présente qu'autre chose. Je me dépêchais ensuite de quitter le réfectoire avant que le A décide de se venger. Je me réfugiais dans une salle vide pour passer l'heure du midi. J'avais décidé de sécher les cours de l'après-midi, car je n'étais pas en état d'assister à aucun cours et je voulais de plus me faire un peu oubliée. Je restai une heure supplémentaire à lire dans la salle, en attendant de me décider sur le programme de l'après-midi.

Finalement je me décidai de réintégrer discrètement ma cabane pour me changer (car des vêtements à la sauce tomate c'était pas terrible). Je me dépêchais donc de réintégrer ma cabane en faisant attention à ne pas me faire voir par un surveillant ou un prof qui n'aurait pas manqué de me coller pour avoir séché les cours. Il ne manquerait plus que ça ! Mais j'avais tout de même bon espoir que le prof' ou le surveillant, qui aurait le mauvais gout de me capter, aurait pitié et ferait semblant de n'avoir rien vu. Mais je réussis tout de même à arriver à bon port sans encombre. Je me réfugiai ensuite dans la cabane où je surpris mon très cher colocataire en train de fouiller mes affaires. La moutarde me monta vite au nez. Mais qu'est ce qu'ils avaient tous ces A ? Ils s'étaient passés le mot ou quoi ?! Je pris le premier objet que j'avais à porter de main et lui jeta à la figure, il s'agissait... d'un livre. Ce qui me donna un pincement de culpabilité, car je n'aimais pas abîmer les livres, mais quitte à l'abîmer j'espérais qu'il ait atteins sa cible. Je m'exclamai au même moment :

-Tu veux que je t'aide ?!

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockMar 29 Jan 2013 - 21:57
La lumière, comme chaque jour, venait percer les rideaux pour teinter la cabane d'une faible couleur. On pouvait alors discerner, bien que difficilement, la silhouette du jeune homme, assis sur une chaise face au bureau, assoupi sur ce dernier. Les quelques éclats lumineux finirent par tirer Alvin de son sommeil. Comme à chaque réveil, il s'éveillait dans une humeur maussade. Il n'appréciait pas réellement Morphée. 
Il lui fallut environ dix minutes pour réaliser qu'il s'était, comme bien souvent, endormi sur le meuble et non dans son lit. Il se releva sans grande conviction, optant finalement pour une douche. L'eau froide avait fait l'effet escompté: un peu mieux réveillé. La salle de bain était d'ailleurs une pièce assez problématique pour Alvin. Étant le seul homme dans cette cabane, il avait du mal à trouver des affaires masculines, ce qui était en soit logique. C'est d'ailleurs tout l'enjeux d'aujourd'hui. L'absence de shampoing avait parfaitement prouvé la tendance prédominante. Il avait ouvert tous les placard et n'était tombé que sur des putains de produits féminins. Il s'était donc rabattu sur le fin fond de la bouteille.
Il n'était guère resté plus longtemps. Étant le premier réveillé, il avait eu la merveilleuse idée de faire le moins de bruit et de nuisance possible. Il n'aimait pas vraiment les représailles de trois jeunes filles à peine levées. C'était assez effrayant. 
Il jeta ensuite un œil à sa montre. Six heures et quart. Bon. Maintenant, que faire? Il avait passé trois quart d'heures à errer dans les couloirs, découvrant de nouveaux lieux. Oh, rien de bien passionnant. C'en était même ennuyeux. Il était finalement ressorti pour prendre l'air, ce, jusqu'à ce que l'appel aux premiers cours se fasse. 
La matinée s'était passée sans encombre. Alvin était d'ailleurs à plat, à un point tel qu'il s'était endormi durant un cours. Bien au fond de la classe, comme à son habitude, par une chance inespérée, le professeur ne l'avait pas remarqué. Le reste des cours, il avait joué avec des crayons. De plus en plus passionnant. Il ne cessait de soupirer, agaçant parfois ses camarades. Enfin l'heure du déjeuné. Une image s'était immiscé dans l'esprit du blond depuis quelques minutes, voir heures. Il se souvenait de Rowan avec un cahier. Ce n'était d'ailleurs pas la première fois. Elle semblait y écrire quelque chose. Elle semblait bien trop passionnée pour qu'il s'agisse d'un cours. De plus, cela devait être intéressant, puisqu'elle y portait tant d'attention. 
Cette pensée ne lâcha pas son esprit de la journée. C'est donc en pleine après midi qu'il se décida. Il s'était discrètement introduit dans sa cabane, enfin leur cabane, prenant garde aux surveillants. Alvin, au cas où, avait monté tout un stratagème incompréhensible pour s'en sortir. 

Une fois rentré, en sûreté, il ferma les rideaux histoire de ne pas être repéré. Il fouilla ensuite méthodiquement la chambre, tout autour du lit de Rowan. Elle l'avait bien planqué quelque part son cahier. Il fouinait un peu partout, dans tous les tiroirs. Impossible de le trouver, malgré l'heure passée. Il ouvrit de nouveau un tiroir, de vêtement cette fois ci, faisant attention à ne pas négliger le moindre recoin.
Et à ce moment précis, juste là, la porte s'ouvrit. Horreur. Un surveillant. Un surveillant qui... Lui balançait un livre dans la gueule. Ah oui. Quand même. En théorie il n'avait rien fait de mal, peut être aurait il pu attendre son explication au lieu de l'agresser sauvagement à coups de livres. 

- Tu veux que je t'aide ?!

Oh, Rowan. Alvin s'était retrouvé étalé au sol. Mine de rien, elle avait tout de même un minimum de force. Et puis un livre, épais comme il était, ça causait un certain mal de crâne. Marmonnant quelques paroles incompréhensibles, Al' se redressa pour poser son regard sur elle, histoire de s'assurer qu'il s'agisse bien de la personne concernée. 

- À dire vrai, ce ne serait pas de refus. Tu...

Il cligna des yeux plusieurs fois face à son accoutrement. Elle était quelque peu tachée... Avec quoi? Du ketchup? Une autre sauce? En plus de cela, elle c'était bien tachée. Elle ne savait donc pas manger. Pire qu'un gosse de trois ans. Combien de fois avait-elle raté sa bouche pour bouffer son repas? Une trentaine? Profitant du potentiel sujet qui pouvait changer le fil de la conversation dont il était sûr de ne pas en sortir indemne, il finit par la questionner, bien que l'expression qu'il avait affiché en dise long. 

- T'as fait quoi? Tu t'es endormie devant ton assiette?

Il arqua, comme par réflexe, un sourcil suite à sa demande. En espérant que le sujet puisse la calmer et lui faire oublier ce léger malentendu. Il se releva, se frottant l'arrière du crâne endolori. Elle avait eu la chance d'avoir un don pratique dans ce genre de situation. D'ailleurs, il s'était toujours demandé ce qu'elle ferait si, pour une raison quelconque, elle était atteinte d'une douleur cruelle, monstrueuse, insupportable. Elle qui contrôle en quelque sorte la douleur serait elle capable de la refiler à un autre? Peut être lui demanderait il plus tard. 
Il posa ses mains sur le tiroir pour le refermer délicatement, histoire d'éviter que la malchance ne frappe. Il restait néanmoins attentif aux gestes de la jeune fille face à lui. Parce qu'elle était susceptible celle là... Un peu trop d'ailleurs. Elle prenait de façon excessive ses 'taquineries', même si Al était parfois, voir souvent chiant. Bien que ses réactions soient au fond, assez amusantes. Au moins il ne s'ennuyait pas, ce n'était pas plus mal. D'ailleurs, il y avait 80% de chances qu'elle prenne mal ses récentes questions. 

Il s'appuya ensuite contre le meuble, l'observant attentivement. Elle était vraiment dégueulasse. C'est Lemon qui allait être heureuse si elle répand sa saleté dans toute la chambre. Enfin, tant qu'elles n'hurlaient pas, ce n'était pas son problème. 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockJeu 31 Jan 2013 - 11:27
Petit moment colère...



J'avais atteint ma cible ! Moi la crétine, ma reine de la maladresse, celle qui ratait toujours, avait réussi à jeter un livre dans la figure d'un crétin et l'avait même fait tombé au sol ! Bref instant jubilatoire. Je ne m'inquiétai pas pour lui, s'il avait eu mal ce n'était pas mon problème, il n'avait qu'a pas fouiller dans mes affaires. J'espérais même qu'il avait bien mal, mais vu le bruit que cela avait fait je ne doutais pas que ce fut le cas. J'étais assez fière de moi et ça faisait du bien de ne pas se venger que grâce à son pouvoir. Car contrairement à ce que les gens pouvaient penser, je n'aimais pas particulièrement l'utiliser. Mais je n'avais en général pas vraiment le choix et comme je ne comptais pas me laisser faire par ces imbéciles et les choses ne changeraient pas de si tôt. Ce crétin semblait étonné de tomber sur moi et en vérité normalement je n'aurai pas dû être là et vu mon état je ne me voyais pas aller en cours. J'espérais que pour une fois les profs seraient cléments avec moi. De toute façon l'accident de la cantine avait dû faire le tour du pensionnat, ou du tout du moins des profs, ils ne devaient donc pas trop s'attendre à ce que je me ramène en cours.

Il commença sa phrase en disant qu'il aurait en effet bien besoin de mon aide, mais il n'alla pas au bout de son idée puisqu'il jeta un regard sur moi. Croyait-il véritablement que j'allais lui passer mes affaires alors que quelques secondes plus tôt je le surprenais le nez dans mes affaires en train de tut déranger ? L'espoir faisait décidément vivre ce genre de personne. Mais il ne semblait plus aussi concentré sur ce qu'il cherchait à présent qu'il m'avait vu. En même temps j'avais une assez bonne idée de ce à quoi je devais ressembler à ce moment-là. Couverte de sauce tomate, j'en avais même sur la figure, heureusement je n'en avais pas dans les cheveux, un miracle ! J'avais vraiment besoin de me changer et de me nettoyer le visage et les mains, mais je voulais d'abord tirer cette affaire au clair. Mais avant d'avoir pu ouvrir la bouche il me posa la question tant redoutée... Je m'attendais vaguement à ce qu'il me pose des questions, vu son air d'attarder quelques secondes plus tôt. Mais je ne m'attendais pas à ce que ce crétin pense réellement que je pouvais m'endormir dans mon assiette. C'était officiel je détestais les A ! J'essayai de me calmer en expirant calmement mais rien n'y fit.

-M'endormir dans mon assiette ? Tu te fous de moi ? Est-ce qu'il est écrit sur mon front souffre douleur des A ? Je suis arrangée ainsi à cause de l'un de tes attardés de camarades ! Ce débile profond n'a rien trouvé de mieux que de me faire un croche pied alors que je me levais de table. Et tu as vu le résultat... Oh, mais ne t'inquiète pas il doit bien morfler maintenant ! Puisque les brûlures dû à la sauce et les coupures à cause de l'assiette cassée sont à présent sienne ! Et je lui souhaite bien du plaisir !

Je repris mon souffle je m'étais de plus en plus énervée en racontant ce qui s'était passé, mais j'avais eu un air plus que satisfait lors que j'avais raconté ma vengeance. Il était rare que je pète un plomb, mais là je commençais sérieusement à en avoir marre, ma journée avait été merdique et apparemment ce n'était pas finis... J'inspirai profondément pour me calmer. Il n'était pas constructif de se laisser emporter par la colère. Il fallait un minimum de calme et de maîtrise de soit pour avoir une conversation aussi foireuse soit elle. Et je doutais de pouvoir m'empêcher de lui jeter autre chose à la tête si je ne gardais pas un minimum mon calme. Une fois que j'eus retrouvé un semblant de calme, je fixai Alvin, ce traitre, ce A, d'un air dangereusement calme, avec un vague sourire aux lèvres et lui demandai d'une voix faussement calme et douce.

-Maintenant veux tu bien me dire ce que tu faisais le nez plongé dans mes affaires ?




Hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockJeu 31 Jan 2013 - 21:03
Décidément, Alvin n'arrivait pas à se faire au caractère susceptible de Rowan. Elle contenait mal sa colère. De nouveau, le blond arqua un sourcil, l'expression faciale habituellement neutre.

-M'endormir dans mon assiette ? Tu te fous de moi ? Est-ce qu'il est écrit sur mon front souffre douleur des A ? Je suis arrangée ainsi à cause de l'un de tes attardés de camarades ! Ce débile profond n'a rien trouvé de mieux que de me faire un croche pied alors que je me levais de table. Et tu as vu le résultat... Oh, mais ne t'inquiète pas il doit bien morfler maintenant ! Puisque les brûlures dû à la sauce et les coupures à cause de l'assiette cassée sont à présent sienne ! Et je lui souhaite bien du plaisir !

Plusieurs fois il avait tenté de dire quelque chose, de la couper dans sa tirade pour se défendre, mais rien n'y faisait, elle était partie pour ne plus jamais s'arrêter. Pour peu, il aurait marché vers elle, passé à côté, ouvert la porte et serait sorti. Le calme tant chéri s'était envolé avec l'apparition de la brune. Finalement, Al avait simplement tiqué quand elle lui demanda si elle était souffre douleur des A. Bien entendu, il était compris dans ce lot. Et bien entendu c'était peu plaisant. Chieur il l'était mais pas persécuteur. Faire du mal aux gens pour les voir souffrir était loin d'être sa passion, que ce soit moralement ou physiquement. Il n'avait écouté que brièvement la suite, toujours buté sur la même phrase alors qu'elle sortait littéralement des ses gonds. Il commençait à sérieusement douter. Son pouvoir était le contrôle des métaux ou porte malheur? Bien sur, il s'agissait de la première option, mais la fâcheuse tendance qu'avaient la gente féminine à lui faire penser que porte malheur était plus approprié ne faisait qu'accroitre. Voilà un nouveau sujet qui le forçait à ne pas dormir ce soir.  Il ne savait pas comment appeler mais il avait une angoisse monstrueuse de cauchemarder. Alors il dormait le moins possible. Surtout quand ce genre de sujet revenait sur le tapis. D'où son manque cruel de sommeil, auquel il s'habituait tant bien que mal.

Elle sourit, étrangement calme. Oh. Alvin ne connaissait ça que trop bien. Après avoir vécu des années avec Voltaire, c'était le genre de situation à fuir. Mais alors très vite. Très très vite.

-Maintenant veux tu bien me dire ce que tu faisais le nez plongé dans mes affaires ? 

Pourquoi n'avait il pas sauté par la fenêtre? Alvin regardait son visage, comparable à une bombe à retardement. Lui, n'avait pas changé d'expression, bien que ce soit inutile de le préciser vu qu'il abordait toujours les mêmes traits faciaux. Deux solutions s'offraient à lui. Tenter de dire la vérité de la façon la plus naturelle possible ou fuir à jamais cette cabane et se cacher dans le placard, sous l'évier, de la cuisine comme un misérable rongeur. La seconde était plus tentante, mais plus risquée. 

-Hm, je cherchais ton cahier tu sais, là ou t'écris tout l'temps des trucs. 

Au moins c'était franc. Pas clair mais franc. La discrétion n'y était pas non plus. Mais qu'avait-il a perdre? Un second bouquin dans la gueule peut être. On pouvait d'ailleurs noter que sa vaine tentative de changer de sujet était réduite à néant. 

- Souffre douleur des A? 

Seconde tentative. Et elle avait éveillé sa curiosité. Mine de rien, il l'appréciait Rowan, même si elle était en C. Et c'était toujours dérangeant de voir une personne qui vous semble sympathique balancer ça comme si ça avait toujours été ainsi. Il fallait dire, il ne lui avait jamais posé de question sur elle. La vie des gens était ennuyeuse: toutes aussi banales les unes que les autres. Sauf quelques aspects, peut être, qui ont bouleversé la psychologie de ces personnes. 

Il se redressa, cessant de s'appuyant contre le pauvre meuble pour se diriger vers le bureau comme si de rien était, attendant sa réponse, rangeant le désordre accumulé à la surface. Alvin était très peu maniaque, et le désordre lui valait quelques altercations avec Lemon. 
Mais rangement était un bien piètre mot. Chez Al, il faisait juste des tas de livres sur le bureau et jetait les brouillons. Il de contenta cette fois d'empiler les bouquins rapidement, reporta son attention sur Rowan. 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockLun 4 Fév 2013 - 10:07
... suivit d'un grand moment de gêne.




J'attendais impatiemment qu'il me réponde. Etat dans une colère noire, je ne pouvais pas me contrôler, je n'arrivais pas à réfléchir normalement. Et à ce moment-là je n'arrivais pas, pas du tout à réfléchir calmement. Certes j'avais tenté de reprendre le contrôle de moi-même et si j'avais en apparence réussit ce n'était que pour mieux explosé ensuite. Certes je savais qu'Alvin était loin de me persécuter, qu'il s'agissait plus de taquinerie qu'autre chose. Mais j'étais en colère et j'avais besoin de me défouler. J'étais face à un ras-le-bol général et je savais d'avance que je regretterais d'avoir fait de lui a cible. Après tout s'il me cassait les pieds les trois quarts du temps, il faisait tout de même des rares personnes dont j'appréciais suffisamment la compagnie pour ne pas avoir envie de changer de pièce dès qu'il entrait. De plus il faisait partie des rares personnes qui n'essayaient pas de me tendre des pièges pour que je m'étale ou que je me ridiculise. Par rapport à certains ses taquineries pouvaient même passer pour totalement inoffensives. Mais il avait fallu que je le prenne en train de fouiller dans mes affaires, alors que j'avais passé une mauvaise journée et que je n'en pouvais plus de tous ces coups en traîtres.

Puis il ouvrit la bouche. Il prononça une simple phrase, mais cette phrase changea du tout au tout mon humeur. Je passai d'une humeur guerrière à une gêne plus que dérangeante. Pour le coup je ne pensai plus à ma colère, ni à ma journée exaspérante. Je pensais au cahier au fond de mon sac, celui que je ne montrais à personne, même pas à es grands parents. J'étais étonnée qu'il ait remarqué que je n'écrivais pas pour l'école. Mais ça me gênait aussi et le fait qu'il ait fouillé dans mes affaires pour voir de quoi il s'agissait me mettait mal à l'aise. J'avais ce cahier sur moi les trois quarts du temps, mais il m'arrivait parfois de le laisser dans la cabane. Il faudrait maintenant que je fasse attention à ne jamais l'oublier. Il était hors de question que je laisse quelqu'un lire ces textes. J'écrivais le lus souvent des histoires courtes. Le genre importait peu, tout dépendait du contexte, de ce que je lisais. Ou de ce que je faisais. J'en avais rempli un certain nombre, mais les autres étaient chez moi, ou chez mes grands parents et bien sous clefs dans un coffre cadenassé. J'avais trouvé ce coffre sur un marché et j'avais tendance à y mettre tout ce à quoi je tenais. Il y avait de nombreuses choses, une photo de ma mère le dernier cadeau de mon père, mon doudou que je n'osais plus sortir et bien sûr mes cahiers.

Pour le coup j'étais calmée et j'arrivais à voir les choses un peu plus clairement. Certes j'étais en colère, après tout il n'était pas normal qu'il se croit tout permis. Mais je n'avais pas non plus à lui jeter un bouquin à la figure. Il ne m'avait pas blessé physiquement je n'avais donc aucun droit d'en faire de même. J'avais le droit de lui crier dessus, c'était d'ailleurs notre activité favorite, mais pas de le blesser. De plus il me paraissait injuste de le mettre dans le même panier que cet autre A. Apparemment ce que j'avais dit l'avais un minimum blessé, car il semblait s'inquiéter de ce que j'avais dit. Il me semblait donc normal de me racheter un minimum, comme ça je pourrais lui crier dessus ensuite sans culpabiliser. Je regardai attentivement sa tête repéra l'endroit où le livre avait atterri. Puis je me concentrai (il était toujours difficile de transférer une blessure quand j'étais dans cet état) et bientôt la blessure fut mienne. J'avais mal à la tête, mais je ne savais pas si c'était dû fait du livre ou si c'était dû à la concentration dont j'avais dû faire preuve pour transférer la blessure. Mais je pouvais m'estimer heureuse, car quelques minutes plus tôt j'aurai été bien incapable de transférer quoique ce soit. Heureusement qu'il me fallait du temps pour me mettre en colère, car j'aurai pu transférer les blessures à la mauvaise personne sur le coup de l'émotion. Je pris ensuite la parole et répondit à Alvin.

-Je me sers de ce cahier pour écrire des histoires que j’invente, mais ne compte pas l’avoir je l’ai toujours sur moi donc tu auras beau fouiller mes affaires tu ne le trouveras pas et je e compte pas te le passer non plus. Je ne l’ai jamais montré à personne…

J'avais dit ces paroles d'un air plutôt gêné, je n'aimais pas parler de mes loisirs, on me jugeait sur tout, et je savais d'avance que je ne supporterai pas d'être jugée là-dessus. J'aimais assez écrire pour être blessée si on me disait que je n'avais aucun talent. Et comme je n'avais de talent pour rien, je ne préférais pas tenter le diable. De plus j'imaginais assez bien qu'Alvin se désintéresse de la chose en sachant ce que c'est Je n'imaginais personne voulant à tout prix lire des choses que j'airai écrite. Je pris ensuite une inspiration pour m'expliquer sur mes actes, 'excuser ne faisait pas partie de mes habitudes alors je ne savais pas vraiment comment m'y prendre.

-Pour les A, je ne parlais pas de toi en particulier, j’étais juste en colère, car un autre A m’a pris pour cible ce midi, et comme tu peux le voir ça a été assez humiliant surtout à la cantine. Il ne faut pas que tu prennes pour toi ce que j’ai dit. Je pourrai même te qualifier de sympa, presque. Tu es trop chiant pour l’être.

Bon d’accord comme excuse c’était pas génial mais c’était tout de même mieux que rien et puis il avait qu’à pas fouiller dans mes affaires d’abord !



HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockLun 4 Fév 2013 - 21:49
Voilà qu'elle changea de visage. Elle avait opté pour une mine presque gênée. Enfin, c'était ce qui lui semblait. Ses yeux bruns ne lâchaient pas ceux de Rowan. D'ailleurs, elle, regardait son crâne, ce qui attira bien entendu l'attention d'Alvin. Il posa sa main gauche sur ses cheveux, comme s'il allait y trouver quelque chose. Mais rien. Mais vraiment plus rien. Son mal de crâne avait pris la poudre d'escampette. En connaissance du don de la brune, il était simple de trouver la provenance de ce miracle. Au lieu de l'en remercier, il arqua un sourcil d'un air perplexe. Al était loin d'être douillet. Au contraire, il avait été contraint de posséder une bonne résistance à la douleur. 

-Je me sers de ce cahier pour écrire des histoires que j’invente, mais ne compte pas l’avoir je l’ai toujours sur moi donc tu auras beau fouiller mes affaires tu ne le trouveras pas et je ne compte pas te le passer non plus. Je ne l’ai jamais montré à personne…

Le fait qu'il s'agisse d'histoires était intéressent. Bien entendu, Alvin voulait y jeter un coup d'oeil. Mais tout de suite elle nia cette possibilité. Était elle timide? On pourrait presque acquiescer en constatant sa gêne. Oh, et plus on refuse quelque chose à Alvin, plus il le veut. Il trouvera son cahier. Avec ou sans son accord. On pouvait prendre ce refus comme une modestie, ou une sorte de peur de ne pas plaire, du moins, ce qu'elle écrit. Enfin, ça, c'était surtout Voltaire. Cette idée lui était venu d'ailleurs car il connaissait un comportement à l'extreme sur cette peur de ne pas montrer pour ne pas décevoir et donc se décevoir soit même. Mais sans doute tirait il des conclusion trop hâtives. Il n'avait pas assez d'éléments pour conclure. De plus en plus, il voulait trouver son cahier. Ça le démangeait.

-Pour les A, je ne parlais pas de toi en particulier, j’étais juste en colère, car un autre A m’a pris pour cible ce midi, et comme tu peux le voir ça a été assez humiliant surtout à la cantine. Il ne faut pas que tu prennes pour toi ce que j’ai dit. Je pourrai même te qualifier de sympa, presque. Tu es trop chiant pour l’être.

Serait-ce un compliment voilé? Cela n'empêcha pas Alvin de sourire. Difficile de savoir s'il était moqueur ou sincère. Après tout, la situation était plutôt comique du point de vue du blond. Elle se culpabilisait? 

- C'est une sorte de compliment?

Son sourire se fit un moment en coin avant de perdre petit à petit de son amplitude pour revenir à ses traits habituels. Il s'assit sur le lit, non loin d'elle l'observant. À peine avait-il répondu qu'il cherchait où se trouvait le recueil de comptes. Il semblait peu probable qu'elle l'ait sur elle au sens propre. Alors... Son sac? Mine de rien, il jeta un rapide regard sur la chambre en sa totalité, ajoutant ensuite, l'esprit un peu ailleurs: 

- Merci pour la tête. Je suppose que c'est toi. Mais tu sais, je suis pas douillet hein, j'allais pas mourir d'un léger mal de crâne.

Un voiture n'avait pas eut raison de lui -il devrait peut être remercier la chance- alors ce n'était pas un livre qui allait faire un meurtre. OH. Son sac. Il était là, à côté d'elle. Maintenant, fallait il que le cahier s'y trouve. En espérant que la chance soit toujours de son côté. 
Alvin avait localisé sa position. Il pencha alors la tête en arrière pour admirer le plafond. Comment pouvait il parvenir à sa cible? S'il bondissait, elle aurait eu pour réflexe d'attraper son sac et il ne doutait pas qu'elle l'aurait tabassé avec ce dernier. Surtout qu'il devait être rempli de livre. Et ça, ça faisait mal. Vraiment mal. 
Sinon il utilisait la méthode d'Artus. Fixer un point pour qu'elle détourne son attention et... Non. Là aussi il allait se faire arracher les yeux. Ce mec ne sert vraiment à rien, même ses idées sont inutiles. Alvin soupira. Les E sont vraiment des bon à rien.
Il releva légèrement le bras, reposant son regard sur sa camarade. Bras droit qu'il utilisait assez rarement dans les tâches quotidiennes, il le pointa vers son sac. Sous sa manche, le métal qui remplaçait son bras se déforma légèrement. Au niveau du coude, la matière s'affaissa un peu, remontant le long de son bras pour former une barre, le tout dissimulé par son habit plutôt ample, tout comme sa main ganté pour un souci identique, la dissimulation. En une fraction de seconde, le métal qu'était le titane, ressemblait à un long barreau sorti de sa manche tel un magicien avec ses foulards qui vient littéralement clouer l'objet souhaité au sol, prenant garde de ne pas abîmer ses affaires. 

- Il est la dedans?

Il souhaité une réponse affirmative. Oh oui. Elle avait bien dit qu'il était chiant. Alors ça ne devrait pas changer son regard sur lui. Sauf peut être au niveau de son don. Il ne l'utilise pas fréquemment. Peut être était ce l'une des premières fois qu'elle le voyait. Ou la première. Néanmoins, rien d'important. Tant qu'elle ne se sentait pas agressée. Il ne la lâchait plus du regard, cherchant le moindre signe qui confirmerait ce fait. Il s'était fait chier pour l'avoir ce sac, ce serait con qu'il n'y soit pas. Surtout que, bien que bloqué au sol, il ne l'avait pas encore dans les mains. 

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockMar 12 Fév 2013 - 22:05
Technique du ninja copieur xD



La vue de son petit sourire sur son visage m'énerva. Je ne savais pas pourquoi, mais je n'aimais pas le voir sourire suite à ce que je venais de dire. C'était assez dérangeant, je ne savais pas pourquoi, mais le voir sourire comme ça me donnait envie de le frapper. Mais je ne pouvais pas le faire, on ne frappait pas les gens parce qu'ils souriaient ce n'était pas bien. Mais d'un autre côté ça pouvait être assez agréable... Non non après, il faudrait que je reprenne les blessures infligées et je n'avais pas spécialement envie de m'en donner de nouvelles. Il faudrait donc que je me contente de voir son sourire idiot et moqueur sur le visage. Il osa même me demander si c'était un compliment, le gredin. Un compliment ? Je n'irai pas jusque-là. C'était juste une constatation, je n'éprouvais pas autant d'animosité envers lui qu'envers ceux qui m'embêtaient, mais ça n'allait pas jusqu'à de la sympathie pour le moment du moins. On ne savait jamais, peut être qu'un jour nous serons amis... Ouais non impossible. Bref il ne s'agissait là que d'une constatation, je le trouvais légèrement sympathique par moment mais ça n'allait pas plus loin, il n'était pas assez sympa. Et de toute façon ce n'était pas comme si on parlait beaucoup non plus, on ne connaissait rien l'un de l'autre ou presque. On ne connaissait seulement ce que l'autre voulait bien montrer.

Il me remercia pour son mal de tête, supposant que c'était moi qui l'avais guéri. Bonne déduction, c'était bien moi, en même temps je doutais que sa blessure se soit envolée comme ça. A moins qu'il s'agisse d'un miracle, mais là encore je doutais qu'il soit utile qu'un miracle se produise pour guérir ça ce serait tout de même du gâchis et je n'aimais pas le gâchis. Il me signala de plus que j'aurai pu lui laisser sa blessure, après tout il n'allait pas en mourir. Encore heureux ! Il ne manquerait plus que je le tue en lui envoyant un livre en pleine tête ! Vous imaginez la galère pour expliquer cela aux profs ! ''Pardon monsieur le directeur je n'avais vraiment pas l'intention de le tuer, mais vous comprenez il fouillait dans mes affaires...'' la poisse... Le pire c'est que ça pourrait réellement m'arriver... Mais comme ce n'était pas le cas je n'avais pas besoin de m'en inquiéter n'est-ce pas ? Sa blessure n'était que superficielle, une belle bosse et un mal de crane, mais c'est tout ! Et puis de toute façon je l'avais guéris et c'était moi qui avais mal au crâne alors pourquoi baliser comme ça pour si peu de choses ? Je suis vraiment bête parfois... Je finis tout de même par lui répondre.

-Ce n’était pas un compliment, juste une constatation. Pas de quoi pour ta blessure, et je n’allais pas mourir non plus de mes blessures tout à l’heure mais je les ai tout de même transférés non ? Il n’y donc pas de quoi en faire un plat.

Je pensais qu'il avait laissé tomber pour le cahier, mais pensez-vous ! Ce crétin n'avait pas changé d'avis il voulait toujours autant voir ce que j'y écrivais ! Mais ça ne pouvait tout de même pas l'intéresser à ce point, si ?! Encore si j'y écrivais mes plus noirs secrets, ou si c'était un journal intime, je ne dis pas. Mais là ! Franchement il ne pouvait pas le lâcher ?! Si c'était pour me dire que c'était nul, ou pire, me dire que c'était bien alors que ce n'était pas vrai, ça ne valait pas le coup ! Si j'écrivais c'était pour moi et pour moi seule ! Pour ne pas oublier ce qui me passait dans la tête, car moi je les aimais bien mes histoires. Mais je ne voulais certainement pas que lui ou n'importe qui d'autres les lise. Si un jour je devais les montrer à quelqu'un ce serait quelqu'un en qui j'aurai vraiment confiance et on ne pouvait pas dire que j'avais particulièrement confiance en Alvin... En même temps rentrer dans sa chambre et voir qu'on fouille dans ses affaires n'inspire pas spécialement la confiance non ?

Bref il utilisa son pouvoir pour essayer d'atteindre mon sac. C'était la première fois que je le voyais utiliser son pouvoir, j'étais plutôt surprise, il était plutôt cool ce pouvoir. Pour autant que je puisse le voir, car ce n'était pas en voyant une barre de fer sortir de son bras comme par magie que je pouvais savoir ce que c'était exactement, j'imaginais qu'il pouvait manipuler les métaux, ou un seul. J'avais envie d'en savoir plus. Pour une fois que j'avais l'occasion d'inverser la tendance je n'allais tout de même pas me gêner. Je l'avais bien entendu me demander si mon cahier était dans mon sac, mais je ne savais pas particulièrement bien mentir. De plus il était évident que mon cahier était dedans, je ne le cachais tout de même pas sous mon haut ! Mais j'étais bien décidée à éviter la question. Je pris donc la décision d'imiter sa méthode de diversion aussi pourrie soit elle. Je m'avançai vers la barre de métal pour la toucher. J'essayais de ne pas penser à mon sac, s'il me voyait paniquer il me le prendrait sous le nez. Il fallait que je détourne son attention. De plus j'étais vraiment curieuse, c'était peut-être l'occasion d'en savoir un peu plus sur mon colocataire. Je pris donc la parole en frôlant le métal de mes doigts, je me demandais comment ça marchait.

-C’est ça ton pouvoir ? Il consiste en quoi ? ca concerne un seul type de métal ou tous ? Tu peux manipuler autre chose ?

A la fin de mes questions je posai mon regard sur lui et tentai un sourire. Si je faisais l’effort de sourire il pouvait bien me laisser tranquille avec mon cahier non ?




Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockJeu 21 Fév 2013 - 23:18
Elle était restée silencieuse quelques instants, alors qu'Alvin l'observait dans ce même silence.

- Ce n’était pas un compliment, juste une constatation. Pas de quoi pour ta blessure, et je n’allais pas mourir non plus de mes blessures tout à l’heure mais je les ai tout de même transférés non ? Il n’y donc pas de quoi en faire un plat.

Oui. Enfin ce n'était pas pour les mêmes raisons. Enfin, il ne répondit rien, pas besoin de s'éterniser pour si peu.
Quant à sa question pour localiser le sac, elle décida d'utiliser la même technique. Si ça ne marchait pas sur une C, pourquoi espérer pour un A. Elle se contenta d'avancer pour toucher le solide qu'il avait créé, évitant toute réponse. Elle frôla du bout des doigts le métal. Alvin, lui, restait attentif au moindre geste. 

- C’est ça ton pouvoir ? Il consiste en quoi ? Ca concerne un seul type de métal ou tous ? Tu peux manipuler autre chose ?

Non. C'est naturel, voyez vous. Il garda sa remarque pour lui, sachant pertinemment qu'elle ne verrait pas l'ironie.  Certainement. Alvin arqua un sourcil face à sa curiosité. Il glissa quelques secondes ses iris sur le sac de Rowan pour revenir sur cette dernière. Elle avait souri. C'est qu'elle y mettait du sien. Néanmoins, Alvin n'avait pas changé d'expression faciale. Il y avait de quoi décourager.

- Oui. Je contrôle les métaux. Ça concerne tous les types de métaux. Et je peux manipuler seulement les métaux.

Il avait répondu de façon brève. Il n'y avait pas forcement de lien entre les phrases. Il avait seulement enregistré les questions et avait juxtaposé les réponses. Ce qui donnait quelque chose de très peu logique hors contexte. Elle voulait certainement gagner du temps ou changer de sujet, c'est pour cela qu'il ne s'étalait pas vraiment sur le sujet. Alvin s'avança ensuite lentement vers le sac, s'éloignant soigneusement de Rowan et le pris dans ses mains, ramenant le métal dans sa manche au fur et à mesure qu'il avançait pour revenir à la norme, toute trace de son don ayant disparu. Il fixa la jeune fille un long moment, l'aire hésitant. Il ne l'ouvrit cependant pas. Pas tout de suite. 

- C'est si gênant?

Pour être entêtée à ce point, cela cachait quelque chose. Ou bien elle était conne. Il ne voyait pas vraiment pourquoi elle réagissait de la sorte. Pour lui, seul la gêne pouvait l'expliquer. Le genre de truc que tu caches parce que tu as honte. Il ne voyait que ça, même s'il doutait fortement que ce soit le cas. 
Il ne la lâchait pas du regard, comme s'il l'analysait. Il la détaillait, notamment ses traits et leur potentiels déformation puis il posa le sac sur le bureau. De la sympathie? Il n'avait surtout pas envie de se battre avec elle. Elle se cassait la gueule et se cognait si souvent qu'il redoutait son pouvoir. Non parce que déjà il manquait parfois de sommeil, si en plus des petites douleurs s'accumulaient, son humeur se dégraderait à une vitesse phénoménale. C'était une chose qui serait vraiment... Emmerdante. Il sourit en coin, s'appuyant contre le mur, d'un air amusé. Peut être amusé de l'avoir inquiété ou tout simplement par gentillesse. Enfin, ça restait à voir. Alvin restait un être assez complexe. 

- Surveille mieux tes affaires.

Non parce qu'il faut s'attendre à tout ici. Entre ceux qui peuvent faire bouger le moindre objet, ou bien deviner tes états d'âmes, il y avait de quoi se méfier. Personne n'était réellement à l'abri mais paradoxalement, c'était un sentiment de sécurité qui régnait sur le pensionnat. Après tout, les E étaient des cas assez exceptionnels. Les tarés, ça se trouve à chaque couloirs ici. Chacun avait sa réputation et c'est à qui sera le plus effrayant. C'est assez pathétique, il fallait l'avouer. Ils avaient un sérieux problème psychologique. Certes, Alvin n'était pas forcément bien placé pour dire ça, mais il était loin d'être dans les pires cas. 
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clockMar 7 Mai 2013 - 18:24
Je viens prendre des nouvelles de ce rp :3
(je c/c le mot de leene, huhu)
(Merci de ne pas répondre à ce message à la suite de ce sujet, continuez juste le rp si vous souhaitez le faire et ce post sera alors supprimé, ou prévenez un admin par MP pour le jeter. Si pas de réponse dans un mois il sera jeté, vous pourrez le récupérer en demandant à un membre du staff.)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Pris la main dans le sac! PV Alvin   Pris la main dans le sac! PV Alvin 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
Pris la main dans le sac! PV Alvin
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Toi dans mes draps. | [PV] Hentaï.
» Alvin et les Chipmunks 2 [DVDRiP]
» [UploadHero] Opération dans le Pacifique [DVDRiP]
» Une petite détour aux sources [ PV - Hentaï ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs-
Sauter vers: