» prédéfinis

» mini news
15.06 N'importe quel adulte peut maintenant avoir en filleul un élève de D ou E.

07.05 Prismver a 6 ans ! Le temps file ♥
» intrigue

» rps libres
RP CONTINU •• infos ici

Ne jamais déranger une pirate en pleine activité ♦️ Ashley Mera

ajouter le mien ?
» à l'honneur

Orson M. Dreemurr
www.

» infos en +



www. CHATBOX
www. annexes
www. animations
www. annonces des membres
www. casiers
www. event 4 mois
www. libre service
www. libre-service
www. liste des clubs
www. listings & recensements
www. partenariat
www. questions & suggestions
www. évènements
www. top-sites
LET'S. DO. THIS. SHIT.







Partagez | 
 


 LET'S. DO. THIS. SHIT.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Message Dans LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Ven 1 Mar 2013 - 12:03
avatar
Invité
Invité


LET'S. DO. THIS. SHIT.
I gotta feeling...

that tonight's gonna be a good night.



De loin: des rires, des cris, une bande de petits cons n’ayant pour objectif que de perturber le sérénité d’autrui. Dedans: trois amis, heureux de vivre et désinvoltes, voyant une nuit éternelle se profiler devant eux.

Holy n’avait jamais été aussi excitée depuis son arrivée à Prismver. À vrai dire, elle pensait n’avoir jamais été aussi excitée de toute sa vie. Sa nouvelle vie au bahut l’avait changée, et la rousse monotone était devenue la rousse criarde. Elle avait appris de nouveau à rire et à sourire avec les amis qu’elle s’était fait ici, et quelque chose de futile suffisait à l’enthousiasmer. Certes, l’événement qui se profilait n’étais pas si futile que ça: il s’agissait de la plus grosse soirée débauche organisée par et pour des Prismveriens, en toute illégalité, et sortant complètement du cadre des règles imposées par l’institut; mais Holy était une fêtarde accomplie, elle n’avait plus rien à se prouver. Ce qui la rendait aussi jubilante de joie et d’énergie était surtout le fait qu’elle allait passer une soirée fun et déchantée avec tous les gens qu’elle aimait beaucoup... et d’autres... qu’elle ne connaitrait pas. Parce que le secret d’une telle soirée ne pouvait se garder.

C’est d’ailleurs pour cela que la rousse s’arma de ses deux hommes d’action les plus fidèles et les plus dévoués: le grand blond et le dreadeux. Que de mieux que Cale et Wayne pour organiser une soirée? Une vraiment grosse soirée? Je sais, le choix pouvait paraitre bancal et stupide comme ça: Cale, Holy et Wayne n’étaient décidément pas les personnes les plus responsables du monde, ni les plus organisées. Mais en ce qui concernait préparer une grosse soirée, ils s’y connaissaient. Bien, même. Ils auraient put en faire leur métier. C’est en réalisant à quel point elle s’amusait avec ses amis que la rousse eut l’idée d’organiser cet événement, uniquement pour eux. Elle voulait qu’ils s’éclatent. Elle voulait leur offrir une soirée comme aucune soirée avant. Et c’était ce qu’elle allait faire.

La rousse, le blond et le rasta (ils formaient un trio atypique, mais vraiment fusionnel) avaient «sacrifié» leur vendredi de cours pour préparer cette soirée. Le matin, récapitulation des choses à rassembler. Wayne et Holy rassemblèrent leur matériel de fume, en prenant en compte que Quasimodo aussi en aurait, et que Quasimodo seulement en aurait à part eux. Dans un sac, ils rassemblèrent un bong, une pipe à shit, des blunt, des slims, du tabac, et des pochons généreusement remplis de têtes vertes. De quoi varier les plaisirs: Holy était une fumeuse plutôt qu’une buveuse, mais ça, tout le monde le savait.

La fume rassemblée, le trio de jeunes se rendit en avance à la plage pour examiner le lieu et trouver le meilleur emplacement pour passer une soirée de rêve. Ce ne fut pas compliqué: l’île était un trésor à elle toute seule, et sa nature regorgeait de merveilles. Le cœur de Holy pencha pour un morceau de plage vaste, pour qu’il y ait la place pour se déplacer sans devoir finir dans l’eau, près d’un arbre.

Ensuite, comme tous bons glandeurs qui se respectent, Wayne, Cale et Holy repartirent en direction du bahut pour faire une pause et se détendre sur la balcon, à faire une sieste au soleil pour être en forme le soir.

Puis, le reste des items était à rassembler: la rousse avait prévu trois grands draps à poser sur le sable, pour offrir un endroit de réunion sympathique pour les gens les plus calmes et posés en soirée. Elle avait aussi deux plus petites couvertures si les gens commençaient à avoir froid et voulaient s’emmitoufler ensemble. Cale s’occupait de la musique et réussit à emprunter à quelqu’un deux haut-parleurs sans fil qui diffusaient un son idéal pour ce genre de fête en plein air. Trois lampes électriques, grosses comme la tête de Cameron furent préférées à la faible lueur des portables, rares au sein de l’école avec les LMS.

Ils étaient déjà chargés comme des mulets, et Holy se rajouta du poids en plus, car étant paranoïaque et connaissant certains de ses amis, elle admit qu’il serait sage de prévoir une serviette de bain et des affaires de rechange. La rouquine s’habilla comme d’habitude pour ce soir-là. Elle n’était pas du genre à se pomponner pour aller en soirée, surtout pour aller à la plage où tout le monde ne ressemblerait à rien le lendemain de toutes façons. Elle se contenta de relever ses cheveux avec un bandana, et de pas se prendre la tête sur les fringues et de porter quelque chose qui marchait toujours: mini-short en jean, rangers, t-shirt simple et la fidèle veste en cuir.

Les Supers Nanas étaient reparties, chargées comme des ânes, deux sacs au bras chacun, mais très motivés pour aller FAIRE. DES. COURSES. Sûrement la meilleure partie de la journée. Morts de rire d’avance, les adolescents un peu retardés volèrent un caddie. Holy balança ses sacs dedans, et sauta à l’intérieur, s’installant dans le chariot comme dans une Formule 1. Wayne guidait, et Cale poussait le caddie comme un malade, et rentra dans un rayon de cornflakes, provoquant des regards calculateurs des clients, et les rires étouffés de Holy. Au rayon alcool, la tâche fut simple: de tout. La rousse n’était pas une friande de boissons trop fortes, mais adorait le rhum, alors se réserva une bouteille. Le caddie fut vite remplit de trois packs de bière, deux bouteilles de vodka, une bouteille de whisky, deux bouteilles de tequila, une bouteille de manzana, et quelques bouteilles de Smirnoff Ice et de Desperados. L’australienne espérait que les invités feraient comme elle avait demandé et ramèneraient chacun un petit truc. Puis, pour compléter leur liste de course, ils rajoutèrent cinq paquets de chips, trois paquets de bonbons (pour la pâteuse), deux bouteilles de coca, deux bouteilles de limonade, et une bouteille de sirop de pêche... et du jus d’orange. En gros, en passant à la caisse, ils n’étaient pas DU TOUT fichés, et affichaient tous les trois des têtes de coupables amusés.

Il fallut beaucoup de force d’esprit et de self control pour parvenir à la plage ainsi chargés. En arrivant, Holy posa le sac de six bouteilles qu’elle avait prit en grognant, et les deux poussins, accompagnés de la roue, procédèrent à creuser des trous dans le sable et à mettre les bouteilles dedans, pour les garder au frais.

Holy jubilait. Il était 21h45. Le soleil commençait à se coucher, et le temps était idéal: il faisait bon, tiède, contrairement à l’après-midi où l’on brûlait sur place.

Une fois qu’ils eurent finit d’installer la couverture, les lumières et la sono, Holy jugea bon de lancer un petit INTERNATONAL AFFAIR pour le roulage du premier joint de la soirée. Un petit rituel: avant de commencer à vraiment party hard, on se fait toujours un petit spliff avant. Le sourire au lèvres, regardant Cale et Wayne d’un air complice, Holy procéda à rouler un cône classique avec une slim pour garder le reste plus tard, et l’alluma, soupirant d’aise.

Ah les zincs... Qu’est-ce que je vous aime.

Elle tira quelques lattes, fit tourner à Wayne, qui ferait tourner à Cale...

Y a bientôt des geeeeeens, et ça va être trop bieeeeeeeeeen, et touuuuut!

À vrai dire, même elle ne savait pas exactement qui allait se pointer!


Code by AMIANTE


CALE ET WAYNE PRIOS POUR REPONDRE.
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Sam 2 Mar 2013 - 17:38
avatar
Invité
Invité



Shut Up And Let Me Go
« Lear me to love you biatch.»

Bon je sens que cette journée c'est un roman c'est pour ça que je vais commencer à raconter ma vie peu après que je sois allé voir Anabeth pour qu'elle soit ma cavalière de ce soir.

▬ Tu rentres dans le caddie, chérie ?

C'est exactement à partir de cette phrase que le délire commencé. La rousse rentre dans le caddie, un sourire muet vient se nicher au coin de mes lèvres et je murmure un "let's go".
Et voilà qu'on zig zague entre les rayons bondés du magasin, qu'on rit comme des kon et qu'on fou le bordel, Wayne guide, je pédale, Holy hurle
"RAJOUTE LA BOIISSONN" je m’arrête quand Wayne le demande, on ouvre des paquets de Haribo en avance, puis je prends mon élan pour lâcher le caddie à travers le magasin. Finalement on arrive devant le caissier comme si nous avions parcouru le marathon, il nous regarde bizarrement, mais ferme sa gueule, il louche un instant sur ma cravate, ouais je suis à prismver bitch please . Il passe les articles sans un mot en voyant les paquets de bonbons déjà ouverts, bon comme ça le dérange pas j'en profite pour piocher un dernier schtroumpf devant ses yeux, avec un sourire innocent puis je hausse les épaules l'air de rien avant d’éclater de rire en le voyant passer ce fameux paquet Haribo avec 3 schtroumpfs qui se courent dedans. just a biatch Par contre j’arrête vite de rire quand c'est l'heure de porter. À la fin j je portais presque le sachet de Holy qui elle aussi en pouvait plus. Nous arrivions donc sur notre petit coin de paradis qu'avait trouvé ce matin même la rousse (moi pendant ce temps je regardai un caillou, ok no comment... mais ce caillou il était en forme de coeur et... et je l'ai mis dans ma poche parce que j'ai pensé à skyezjfhzfzj lala.)

Donc, c'était ma rousse qui avait trouvé ce joli petit endroit près d'un arbre, elle avait prévu trois grands draps à poser sur le sable pour offrir un espace de détente pour les gens un peu moins à cran que nous et surtout beaucoup plus calme (et mature ? Herm), elle avait même pensé aux couvertures. Moi je m'occupais de la musique, mon job était de trouver des haut-parleurs et heureusement en échange de quelques numéros j'en avais eu deux parfaits pour les petites fêtes à l'extérieur, ou pour les repas, les barbecues... ouais la prochaine fois c'est barbecue, 18 heures - 22 heures, c'est cool comme idée ? non? non... Il y avait aussi des lampes électrique BLABLA et donc pour cette soirée j'avais prévu un duvet pour le soir comme je restais dormir, mais en fait j'allai sans doute squatter ET osef. je vends aussi des maillots de bain sexy pour les filles

Quand Holly arriva elle posa le sac de six bouteilles en grognant et Wayne et moi nous nous miment à creuser des trous dans le sable (comme des esclaves) pour mettre les bouteilles dedans, pour ne pas qu'avec la chaleur de l'été rendent les boissons tièdes.

21h43

Je vois déjà Holy frétiller d'impatience (je kiff trop ce mot frétiller, ça va venir me contaminer dans mes convers "je frétille d'impatience" < passe pour un mec de 90 ans < plus de filles < célibataires à vie), je demande donc l'heure à ce vieux fou de bro' qui me dit un truc du genre 21h45. DEJAAAA ? Le soleil commence à se coucher, je pose mes mains sur mes hanches et regarde la mer et l'horizon avec un sourire, le vent passe dans mes cheveux dorés et ok j'arrête de faire genre je suis dans un film. On finit de tout préparer et Holy commence à mettre de la musique. Sean Paul... ça fait été, ouais... Pour le premier spliff de la journée. Le sourire aux lèvres, elle nous regarde un instant, parfaitement heureuse avant de rouler la substance illicite. Elle l'allume avec un briquet et soupire à l'aise en nous disons


▬ Ah les zincs... Qu’est-ce que je vous aime.

YEAH MOI AUSSI JE M'AIME *sort*. Elle savoure quelques instants son spliff et fait tourner à Wayne, qui finalement fait tourner à moi ... échange mutuel de baveees, heureusement que ça me dérange pas. Et voilà ça commence cette fucking soirée, je vais en crever je vous jure *pleure*. Je prends le spliff entre mes doigts et le mets dans ma bouche à la façon cow-boy pour faire le con quelques instants et je recrache la fumée en manquant de m'étouffer c'est ça de faire le con, je brise le mythe de Cale Summers qui fume comme un dieu. Je repasse le pétard à ma rouquine qui complètement heureuse se met à sautiller sur place en s'exclamant ;


▬ Y a bientôt des geeeeeens, et ça va être trop bieeeeeeeeeen, et touuuuut!


Mon sourire s'élargie, genre mec de pub DE DENTIFRICE, sourire qui dévoile donc mes dents blanches et je dis en sautant presque sur Holy

▬ LA SOIRÉE COMMENCE JE PEUX TE FAIRE L'AMOUUUR.


Purement joke. Parce que j'arrive depuis quelque temps même plus à toucher correctement une fille, mais ça elle le sait pas. Je me reçois des tapes, je tire la langue et prends le visage d'holy entre mes doigts pour lui faire faire le poisson "je rigole rhooooo" puis je commence à voir des gens arriver. Je regarde un instant le soleil qui se couche et je dis comme dans les super héros dans les séries

▬ Vous voyez cet uniforme ? Demain il ressemblera plus à rien.

JE LAISSE MA CRAVATE A SKYGGE. Je reste quelques instants muet, je ferme les yeux et les réouvre et voilà que je vois déjà des petites têtes arriver, aujourd'hui mon job c'est de faire boire tout le monde, même ceux qui boivent pas, je suis le serveur, je me tourne vers les arrivant déjà avec ce sourire de vendeur, de requins, j'espère que je connais ces gens, parce que je vais pas me faire chier à faire connaissance, de toute façon demain j'aurai oublié leur visage.

© DONT TOUCH se code, please. ✤





HS:
 

Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Dim 3 Mar 2013 - 22:32
avatar
Invité
Invité


[A éditer pour le CSS)

Ce soir ça va être une pure soirée. Une party hard sur la plage de Prismver. Avec Cale et Holy, on a été faire un tour au centre commercial. Pour acheter ce qu'il y avait a acheter pour ce soir. Dont de l'alcool, des jus pour les personnes qui ne buvaient pas d'alcool et des trucs a manger. Du genre des chips et des bonbons. On était comme des cons avec ce qu'on avait acheter parce qu'on avait pas vraiment beaucoup d'argent sur nous. Mais c'est moi qui ait payé o/. Je suis gentil.

Arrive l'heure de la party. Dans les 22h. On a ramené des espèces de couvertures a mettre sur le sable, à l'abri de l'eau. Je suis assis à côté de Holy et Cale.

-Ah les zincs... Qu’est-ce que je vous aime.

Dit-elle. Une fois ceci dit elle tira sur son joint et me le passa. Je le prit en souriant de toute mes dents, tira une latte et donna le joint a Cale.

- Moi aussi Holy ma soeur.
-Y a bientôt des geeeeeens, et ça va être trop bieeeeeeeeeen, et touuuuut!

Je lui sourit une nouvelle fois et répondit en levant mes bras au ciel :

- OUAIS TROP TA VU \o/

Je regarde autour de moi. Des personnes commencent a arriver. Je leur fait signe d'un mouvement de la main pour qu'ils viennent vers nous. Je m'allonge ensuite et regarde les étoiles en souriant.

Je sent que cette nuit va être une pure soirée. Je me demande bien s'il y aurait des personnes que je connais.

(voila j'ai répondu désolé c'est court ;;)
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Dim 3 Mar 2013 - 23:24
avatar
Invité
Invité



Ça te prend quoi ? Trois heures ? Ça doit être ça. Trois heures devant ton miroir. Parce que ce soir. Grand soir. Ta proie ne se doute de rien (ta proie est fonsdé). Tu as tout prévu. La potion magique, les bougies, les roses et le bain moussant est parfumé. Tu t'observes. Maquillée, habillée, parfait. Tu portes une robe blanche, courte au dos dénudé, ainsi que des scandales. Tu n'en as rien à foutre, c'est l'été, ton string est sexy au pire, merde. T'as encore le temps, il est tôt. Tu vas sur l'ordi, tu reviens. Elle est où, Rose, déjà ?
QUASIMODO : Rose ?
Pas là. Tu regardes deux trois vidéos sur YouTube. HARLEM SHAKE. Et puisque c'est toi, tu tombes dans le délire. Tu danses toute seule dans le salon, puis au bout d'un moment tu vas à la porte, attendre ton rencard. Il est quelle heure ? 21 heure ? Il va arriver. Dernière revue sur ta tenue, tu ne fais pas ça tous les jours. Pourquoi tu fais ça ? Tu ne sais plus, tu l'as vu trois fois le mec. Mais t'es en rûte, surement. Tu regardes sur la table, distraite. Tu viens de te perdre. Et. Un bout de papier. 22 heures. Holy. Soirée. SOIRÉE. SOIRÉE. SOIRÉE ! La soirée de l'année que tu avais zappée ! Oh la conne. Tu cours à travers tout le cabanon, tu choppes tout ce qui se rapproche à une soirée. Holy avait dit d'amener le shit. Tu as du shit ? Ah oui. T'as autre chose, aussi. Tu prends trois bouteilles de vodka, une bière en canette pour la route et un sac de voyage. Enfin, l'espèce de sac à patate qui te sert de sac de voyage. Tu fourres la boisson dedans, ainsi que ta boite à shit, les feuilles, les toncars et tout ça, et tu ajoutes un bon sachet d'ecstasy et autres cachetons dont tu ne connais pas la provenance. Tu dévales les pentes et tu franchis les obstacles comme un chien de course. Tu n'as pas fermé le cabanon, pourvu que quelqu'un passe après toi. Tu croises ton rencard en chemin : un simple signe de tête lui signifie que non, pas ce soir. Qui dit fête et Holy, dit toute une bande de joyeux lurons, tels que Cale, Marwin, Shiki, Artus, Nino, etc. Mais surtout, surtout. Ça dit Wayne.

Un dernier saut te fait débouler sur la plage et tu cours jusqu'à ta bande de potos. Tu évites de balancer ton sac et le pose en douceur avant d'en dénicher ta bière, que tu ouvres sur le champ. Tu la vide d'une moitié en une traite. Tu es tout juste à l'heure, il doit être dans les 22h moins cinq minutes, un truc exact dans ce genre. Ayant reprit ton souffle, et délaissée de ta sueur, tu vas dire bonjour à tes potes. Un piou. Parce qu'en soirée, c'est bien connu, c'est sur la bouche. Coucou petite Holy, bonjour Cal(e)inou et tu termines par Wayne, auquel tu te colles en roulant toi aussi un joint, parce qu'un pour tout le monde qui va arriver... Laissez nous rire !
QUASIMODO : PARTY HARD MES FRIENDS ! Ce soir... Ce soir on change de vie.


Dernière édition par Q. Quasimodo Quest le Lun 4 Mar 2013 - 12:05, édité 1 fois
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Lun 4 Mar 2013 - 3:09
avatar
Invité
Invité






















❝ Party rock!Yeah!I know it's time to party rock yeah yeah... ❞



Emmerde, emmerde et…emmerde. Toujours avec son air aussi passionné, le rouquin regardait l’horloge tourné et tourné sous ses yeux brunâtres. Comment dire…Il s’ennuyait à mourir! Non, même je dirais à se pendre ou brûler vif. Pourquoi autant de mépris après soi-même? Eh bien voyez-vous, une « petite » fête a été spécialement organisé par sa sœur Holy et ses deux potes à elle Cale et Wayne. Osef de savoir c’est qui. La seule chose qu’il voulait c’était se défoncé au max pour au final finir saoul mort les deux jambes sur le mur avec une bouteille de whisky à côté et ses vêtements complètement…dégueulasse. Mais bon on s’en fiche! L’important c’était de s’amusé et pour ça, il aurait 100% s’il s’agissait d’une matière! 5…4…3…2…1! BAM! La cloche sonne! Les pieds du garçon s’ôtèrent de son bureau et volèrent jusqu’au sol. S’apprêtant à franchir la ligne divisant le couloir de trafique et sa classe, le prof l’arrêta immédiatement dans sa course. Nonnnn nonnn et non!!!! Lui voulant tant être le premier à se rendre au party. Pour une fois qu’il était motivé à ne pas être en retard il se ramassait dans sa classe.

« Tu sais Cameron, je crois que… »

Eh voilà! Le discours, la routine; « Je crois que tu manques beaucoup d’investissement dans tes études et blablabla… » Pourtant, ce ne fut pas le cas cette fois-ci. Le discours tourna d’un côté positif.

« …Tu as fait de grand effort dans tes derniers examens et je suis très fier de cette réussite »

Il serra la main du jeune homme et le regarde avec ses yeux émeraudes remplit d’honnêteté et de sagesse qu’il avait acquis durant ses dernières années d’enseignement. Quant à son élève, il ne bougea pas d’un pouce et fut surprit de cette réponse. Secouant sa tête, il sortit par avertissement de son prof. Pour la première fois, quelqu’un l’avait félicité dans sa vie.

Maintenant, il devait se secouer. Prenant sa planche il roula en fonçant dans plusieurs personnes, mais il ne s’attarda pas plus sur eux. Le party l’attendait et il devait se grouiller le derrière cela faisait maintenant 20 minutes que les cours étaient terminé et il n’était toujours pas changer et toujours pas en route pour l’endroit. Bon aller où est le foutu T-shirt qu’il avait placé dans son placard. Bordel il n’est pas là, ni là! Quel emmerde ça! C’est toujours quand tu en as besoin maintenant que la chose disparait. Bon aller, on enfile le jeans et on repart à la course jusqu’à la fête. Il faisait noir et le campus était vide de monde. On dirait que tout le monde s’est rendu là-bas…Ne prenant pas le temps de regarder plus longtemps le décor, il vit au loin des lumières jaillirent. Voilà! Ça c’est ce qu’on appelle une fête! Il vit des centaines d’étudiants sur la plage entrain de danser, boire et tout et tout. Il bouscula le peuple, mais s’en fichait. Il avait dit à Holy qu’il serait là plus tôt et pourtant, il avait échoué à sa tâche. Bah elle comprendra pensa-t-il.

Se grattant la nuque, il cherchait du regard dans cette masse de personnes qu’il ne connaissait pas une personne qu’il connaissait justement. Cameron n’est pas le plus social des hommes, mais il sait facilement se faire un trou dans ce noir de gens. Danser comme un con, boire à n’en plus finir, fumer un ou deux cigares, il s’en fichait complètement de l’avis des gens selon ce qu’il faisait. Tout ce qu’il voulait, c’était s’éclater! Peut-être allait-il réellement arrêté d’être gêner devant la gente féminine ce soir même qui sait.





© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia

Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Lun 4 Mar 2013 - 6:05
avatar
Invité
Invité


I wanna dance till my feet can't move.
We are just having some f u n.






✘ La lycéenne se regarda dans le miroir une dernière fois. Ses prunelles pêches se posèrent sur le reflet de ses cheveux roses, qu'elle avait prit soin de lisser pour l'occasion, mais cette coiffure différente de l'habituelle ne lui enlevait en rien de son charme. Un sourire satisfait vint effleurer ses lèvres tandis qu'elle prenait rapidement une photo d'elle grâce à son iphone, la rose la posterait sur Instagram plus tard. Contrairement à certaine Anabeth avait beaucoup trimer devant sa garde robe pour trouver une tenue convenable, tout en sachant pertinemment que demain matin il y avait de grande chance pour qu'elle ne ressemble plus à grand chose. Bref, aujourd'hui elle s'était vêtue d'une sorte de pull blanc batman (la classe sisi), un short en jean clouté avec par dessous des collants noirs. Pour ce qui était des chaussures, elle avait choisis de simple vans noires, parce qu'elles seraient surement plus adaptées pour marcher sur du sable que des talons. Assez chaud pour ne pas se les cailler sur la plage et assez pratique pour danser etc. En quelques mots : la tenue idéale. Un sourire fière déforma ses lèvres avant qu'elle ne détache enfin ses iris de sa silhouette. Ce soir elle allait être la cavalière de Cale, ce qui n'était pas pour la déplaire mais l'image de ses groupies en furie qui l'avait poursuivie jusque dans sa cabane parce qu'elle lui avait fait un câlin la hantait depuis quelques temps, alors elle était quand même un peu réticente à l'idée de se montrer à ses côtés, n'ayant aucune envie que cela se reproduise et voulant profiter un maximum de cette soirée. Comment en était-elle arriver là ? Le blond s'était ramené dans sa chambre quelques heures auparavant pour lui demander si elle voulait bien être sa cavalière, ce qu'elle avait d'abord répondue par un « NON. » catégorique. Mais il enchaîna pas l'argument fatale, c'est à dire le « bah si tu te montres à la fête avec moi ce mec il t'emmerdera paaas. » ce qui la fit malheureusement céder. Bref, elle était fin prête donc elle décida de partir un peu en avance, histoire de jeter un petit coup d'oeil au paradis que nous avait concocter Holy avant que tout le monde lui bouche la vue. 

✘ Ce fut donc avec le sourire aux lippes qu'elle referma la porte de sa cabane, tout en chantonnant gaiement un air de 'Smile' de Pinkie Pie. (Scarlet l'avait effectivement contaminée) Anabeth se rendait au lieu de rendez vous en trottinant, sautillant et en s'amusant à shooter dans de pauvres cailloux qui traînaient sur son chemin. Par contre, elle du arrêter (à contre cœur, bien sur) lorsque l'un de ces malheureux galets heurta la tête d'un chauve qui passa par la. Ce dernier cria avec exagération de douleur et tenta de choper le bras de la rose pour lui filer une bonne correction, mais cette dernière se trouvait déjà 3 kilomètres plus loin. Enfin elle pouvait apercevoir la plage au loin. La rose s'arrêta chez un marchand de sorbet pour pouvoir acheter les quelques sorbets qu'elle avait prévu pour la soirée, en plus des bouteilles d'absinthe (un alcool fort qu'elle appréciait tout particulièrement) et des canettes de coca sherry. Ses jambes se balançaient dans le vide tandis que sa langue faisait des vas et viens sur son sorbet, mais ses iris regardaient attentivement le spectacle qui s'offrait à elle. Un coucher de soleil, rien de tel pour la mettre de bonne humeur. L'astre solaire ayant fini sa descente dans la mer sombre ne pus réchauffer d'avantage Prismver de sa douce chaleur, ce qui arracha un frisson à la rose. Cette dernière se disant qu'elle avait assez trainer se remit en route tranquillement, vu qu'elle était toujours largement dans les temps. Environ 20 min plus tard, elle sentit enfin ses pieds martelait le sol doux et moelleux de la plage. (normalement le trajet cabane - plage aurait du lui prendre 5 / 10 min environ, mais elle ne pût résister à touts les magasins  qu'il se trouvait sur son chemin) La lycéenne vit au loin Holy, Wayne et Cale s'échanger un joint qui lui faisait bien envie, alors elle accouru auprès d'eux et chopa le joint que le blond était entrain de faire passer à Holy, tout en lui jetant un regard malicieux et amusé. Elle inspira profondément dans le tube de nicotine avant de laisser s'échapper lentement la fumée opaque de ses lippes. Et la cigarette fut repasser à la rouquine. 

✘ Anabeth les salua gaiement avant de se tourner vers Cale, lui brandissant le sachet remplis de boissons sous le nez. 

▬ TIIIIIEEEENS. J'ai ramenée des bouteilles d'absinthe, du coca sherry et des sorbets. Bon c'est pas grande chose, mais c'est déjà ça. Et je te le passe à toi vu que c'est toi qui distribue les boissons à tout le monde. N'est ce paaaas ?

✘ Elle balada son regard tout autour d'elle et ne pût qu'admirer le travail des trois organisateurs de la soirée, tout était bien pensé et réfléchi, que ce soit le système sono ou les trous qu'ils avaient creuser dans le sable pour que les boissons conservent leurs fraicheurs. Même l'endroit était vraiment agréable, avec une légère brise marine qui soufflait doucement dans sa chevelure rose. La rose repousse une mèche rebelle derrière son oreille et sourit. 

▬ Franchement vous gérez, perso j'aurais pas pu faire mieux. Tralalalala, on va bien s'amuseeeeer. ♪

✘ Et elle se remit à chantonner joyeusement. 





















































































HRP

910 mots, j'étais pas mal inspirée fufufu. :3
© Kinotto de Libre-Graph'.

Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Lun 4 Mar 2013 - 10:27
avatar
Invité
Invité





Party Hard

Feat PLEINS DE FOUS


C'par ici !

Vous n'imaginez pas le nombre de fêtes que j'ai pu faire dans ma vie de 16 ans. J'ai commencé bien tôt...Non, pas bientôt ! Bien tôt...JEUNE QUOI ! Enfin bref, ça c'était la petite anecdote. Ce matin j'ai pris mon temps -en séchant quelques cours- et je sais ce que je vais mettre en vêtement, décontracte. Un bermuda noir en tissu, des sandales parce que c'est à la plage puis au final, un haut sans manche, je sais pu comment on appelle ça en faite, vous m'excuserez hin ? Mais il est large pour moi et quand j'vais danser on va sûrement voir...Enfin bref ! On s'en fiche. Ma coiffure doit quand même est parfait ! Donc un moment dans le miroir bien sûr. Le plus dur c'est savoir quoi emmené à la soirée, ils ont dû déjà prévoir pleins de trucs...Je ne sais vraiment pas quoi prendre. Je suis sorti tôt ce matin pour chercher quoi acheter...Au final j'ai trouvé quoi prendre. On va bien s'amuser ce soir...C'est partie. Awi c'vrai, faut que j'aille voir mon professeur principale aujourd'hui. Je rangea mon achat dans mon sac et repart pour Prismver, j'ai encore le temps, ça commence à 22h...Pourquoi ne pas aller en cours maintenant ? Ouai, pourquoi pas. Il me restais 3h de cours.
J'y vais. Enfin j'vais pas vous dire ce que je fou en classe ? Ok, j'ai travaillé...Un peu, j'avoue. Mais c'était de l'Histoire quand même...J'ai maté le prof. Travailler. Mater. Travailler. Mater. Enfin voilà. Ensuite c'était du sport, je me suis foutu derrière un arbre. Je ne pensais qu'à la fête de ce soir. Dernier cours, j'sais pu. Enfin c'pas important. J'avais encore du temps devant moi alors je suis allé traîner en ville, quel ennui...Ne pas savoir quoi faire. Holy devait être occupée à préparer la fête avec les deux autres. Je me suis posé sur un banc et...Je me suis endormi. Je peux m'endormir partout moi, franchement. J'ai fais un rêve de merde. J'étais bourré et je me faisais tripoter par pleins d'inconnus...Imaginez ça va être ça !? Alors là, non !! Jaaaaaaamais ! Sauf si c'est des beaux-gosses de la vie. Je me demande bien si il y en aura. Une fête sans beau-gosse ? Déjà il y aura moi...Mais j'peux pas me tripoter tout seul !...Allez, je pris pour qu'il y en est. Déjà il y a des gens que je connais qui sont vachement canon et....Soooo sex'~ Et mon rêve continue avec...Tout pleins de trucs érotiques. Je suis un pervers...

Réveil, 21h50...Et meeeeeeeeerde. 10 minutes pour aller à la plage. Si je cours maintenant je peux y aller vite. Et la course commence, pourquoi j'pas un skate ou un truc comme ça ? En plus je sais en faire ! Allez, alleeez !...Arrivée : 21h57. C'est ce qu'à dis mon téléphone, il y avait dejà du monde alors je sortis de ma sacoche les achats et les leva en l'air en gueulant :

« Qui a assez de souffle pour gonfler des ballons de plages géant ? »




Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Lun 4 Mar 2013 - 17:18
avatar
Invité
Invité


∇ Fuck them all


∇ Aujourd'hui était un jour spécial. Mais dans le genre spécial, il n'y avait rien de plus important que ce jour dans la tête de Shiki actuellement. Parce qu'aujourd'hui, c'était LA PARTY HARD ORGANISEE PAR C'TE ROXXOR DE HOLY LA ROUSSE. Alors aujourd'hui, pas cours pour la petite bleue. Enfin, si, mais elle séchait aujourd'hui. Comme très souvent d'ailleurs. Bref. Séance habillage, coiffage et maquillage maintenant. Elle se coiffait, prenant un chouchou noir trop D4RK pour se faire une queue de cheval ; ensuite, elle se mis un ruban gris dans les cheveux ; un short noir trop chou ; un haut noir super smexy d'sa mère ; et des bottes grises. Un peu de fard à paupières gris, un vernis à ongles pikachu pas du tout assorti au reste et pouf ! Parfait pour la soirée. Qui était dans quelques heures, mais Shiki avait rendez-vous avec Nino pour aller acheter les provisions. Sauf que là, elle s'emmerdait en attendait sa sistah. Donc elle se roulait sur son lit, ou elle regardait la télé, ou elle jouait à la DS ou... rien pendant quelques minutes. MAIS. Elle en avait marre là. Donc elle se leva, pris sa petite veste au cas-où, son téléphone et elle partit se balader un peu dans les jardins de Prismver. Sauf que ça la saoulait aussi, donc elle rentra, et cette fois ci, elle se mit sur son ordinateur. Et si on pouvait la voir, on la verrait en train de jouer à des MMO, qui lui procuraient un amusement sans fin. Ou alors elle lisait des BD en lignes, ou alors elle regardait des vidéos. Toc toc. Hum ? C'était dans son ordi, ça ? Toc toc. Ah non, y'avait quelqu'un à la porte. Shiki verrouilla son ordi, le ferma et s'approcha en souriant de la porte qu'elle ouvrit et que vit-elle ? NINO. OH OUI. NINO. Ses yeux s'illuminèrent, elle se jeta sur sa sistah et la câlina beaucoup beaucoup (♥). Elles discutèrent un peu avant de partir en direction d'un magasin.

▬ C'EST PARTI POUR LES PROVISIONS, CHERIE !

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Lun 4 Mar 2013 - 19:17
avatar
Invité
Invité



Let's do this shit; with all

OH. MY. FUCKING. DOG.

Ok. D’ACCORD. Ok. Calme. Party Hard. C’est même pas la peine de réfléchir au pour et au contre. De toute façon, tu n’as jamais réfléchis. Une super soirée. Shiki. Omg. Ok, bon. Tu dois te vêtir petit enfant. Pas la peine de trop trainer, de toute façon tout l’univers sait que tu termineras en à poil ou en sous-vêtement avec un peu de chance. Tu prends ton maillot de bain, tu en auras surement plus besoin. Et tu enfiles rapidement le tee-shirt et short, les plus courts possibles. Trainée. T’as oublié que t’avais cours, comme la plupart du temps. Tu dois aller chercher Shiki, t’es d’ailleurs bien en retard. Omg, tu dois pas être en retard à la fête. Tu te presses, rien que d’imaginer tout cet alcool te rend surexcitée. En plus y’aura ta Holy-chérie. FHCMARFVGIEDHOLVPQ.

Tu laisses un mot à Joshua. Jeu suis a la partti arde !! wouou !!!!!! ;PDe tout façon il fera surement sa soirée avec une gonzesse carrément bonne. Tu te mets à courir dans tous les sens pour trouver de la thune, t’es même pas sûre que c’est à toi mais bon. Nixsamere. Tu fonces chez Shiki, tel le chien sauvage. TOC TOC. Elle entend rien celle la. TOC TOC. Shiki ouvre et te saute dessus. Omg, hug party. C'EST PARTI POUR LES PROVISIONS, CHERIE ! Pas le temps de trop câliner, il faut acheter tout ce qu’il faut. Et quand on dit tout ce qu’il faut. Ça veut dire.

SEL + LIME + VODKA = OMFD

Ok. Ok. T’as vu ce mélange dans Glee. Il faut absolument ces trois ingrédients pour ton tutoriel de bourrage de gueule. Tu attends ta shiki d’amour ilqjdoezdf. Tu la revois avec du Coca, beurk, de la bière et des pringles, miam. Avant de partir tu supplies Shiki de t’acheter une sorte d’os à mâcher pour chien. Tu descends au niveau de ses tibias et frotte ta tête à ses genoux. Tout ça en la suppliant caninement.

Ouaf, shikiiiiiiiii ~

Elle termine par céder, elle est quand même drôlement résistante. Après les achats, tu prends ton amie bleue par le bras. C’EST BON, tu cours en direction de la playa. Oh putaing, l’excitation est à son comble. Tu vois la chevelure rousse d’Holy. Omfd, elle est trop canon. Mais là maintenant, t’as pas trop l’envie d’aller saluer qui que se soit. Tu poses ton sac à un endroit précis. Tu regardes la mer s’agiter, tes yeux se mettent à briller. Tu fonces en direction de l’eau, pieds nus sur le sable, pourvu qu’il n’y est pas de bouts de verres, tu cours aussi vite que possible. Arrivé devant l’eau tu te retournes et regarde la party hard qui t’attend. CE SOIR C’EST LA SOIRÉE DU SIÈCLE OUAF. Plouf, tu tombes en arrière, ton haut s’enlève automatiquement. En te relevant tu ne tardes pas à enlever le bas. Tu cours en suite embrasser Holy. Tu es surement la première à être toute mouillée. Tu smack bien sur tout ceux qui entourent la jolie rousse. Avant de commencer ton stand. Tu avais même fais une petite affiche. Avec le sel, la lime et un coup de vodka. Enfin, c’est Shiki qui l’a fait parce que toi, tu dessines dégueulassement mal. Tu t’allonges au centre de la foule et ajoutes du sel sur le ventre. Tu passes en mode LECHEZ MOI LE BIDON.




Dernière édition par Nino L. Smith le Sam 9 Mar 2013 - 21:19, édité 1 fois
Message Dans « » | le Lun 4 Mar 2013 - 20:18
avatar
Invité
Invité


Swassanteneuf


Party Hard !! L'éclate, l'amusement, l'alcool, les joints, les délires et le sex... non pas celui-là finalement. Certainemetn la plus grosse soirée de l'histoire du pensionnat qui allait avoir lieu ce soir ! Ce qui n'était pas bien difficile au fond, puisque ce pensionnat n'avait pas dû en connaître des tonnes. Pour cette journée toute spéciale, j'avais prévu euh. D'amener des trucs. Le problème, c'est quoi ? Je me regardais brièvement dans la glace, les cheveux encore mouillé à cause de la douche, l'uniforme brièvement mise, chapeau accroché au dos : du haut de mon mètre soixante, passer à la caisse avec de l'alcool ? Grosse blague. Même avec trente centimètres de plus, j'en doutais pas mal. Un soupir s'échappa d'entre mes lèvres : tant pis, je me débrouillerai comme je pouvais.
Je m'arrangerai rapidement, remis comme il faut mon uniforme et me voilà parti pour une journée de cours. Emmerde et asociabilité au rendez-vous pour changer, rien ne se démarquerait d'une journée ordinaire avant ce soir. Je ne serai jamais plus qu'un type ennuyeux jusqu'à ce que 22 heures soient passés. Patience... un jour la flûte sonnera et les rôles s'inverseront. Cette phrase ne voulait absolument rien dire mais ça faisait vachement philosophie du vieux maître chinois comme dans les films américains. Oui, chinois et américains en coopération, ceci n'est pas un mensonge.

Bref. Me voilà arrivé en cours, prêt à me faire royalement chier. Un soupir et me voilà parti direction la salle des E, sans doute que pas mal de gens seraient absents comme la plupart du temps. Je pose mon sac et regarde autour, super on est 8. Le cours commence, pas possible de dormir à cause de l'effectif réduit donc je me force à écouter, holy shit. D'ailleurs elle est pas là. Elle doit travailler sur la fête, la pauvre. (Pendant ce temps, dans un magasin, Holy s'éclate dans un CHARIOT.) Bref je me fais littéralement chier quand enfin après de longues heures de torture la sonnerie de fin de journée retentit. eruigzjfioze enfin, je me lève limite je manque de trébucher, je me casse, putain enfin. Ok bon, maintenant je vais me faire chier jusqu'à la soirée tant pis je jouerai à Zelda. Du coup je me casse rapidement dans ma chambre et je prends une autre douche puis... je mets une tenue classe. Omg j'aurai jamais cru mettre un costard de ma vie. Ouais non j'ai pas envie de l'abîmer donc polo jean c'est bien, j'ai résisté à l'envie de courir nu sur la plage c'est déjà pas mal.
Je prends ma PSP, je commence à jouer à Zelda, je galère tellement et j'insulte tellement longtemps ce jeu en allemand que le temps passe trop vite et l'heure arrive enfin. Tout le monde va se coucher moi rebelle que je suis je me casse à la fête, Fred dans une poche, pistolet dans l'autre *SORT*. Je commence à râler puis j'entends Fred qui me répond genre "Ouais moi j'passe des journées dans ta chambre à me faire chier"zeghijfze putain il a encore prit une pilule ce con, j'ai encore cru que j'étais fou. Un jour je vais choper une crise cardiaque et il le regrettera.

Bref je traverse quasiment tout le pensionnat et me voilà arrivé à la fête, en retard comme toujours, à 21h69 soit 22h09 pour les intimes. Je regarde le monde présent et j'aperçois des joints hizergjze donnez-m'eeeen non je suis pas drogué mais sans ça je vais avoir l'air couillon au milieu de cet endroit à pas savoir quoi faire. Je vole le briquet de Wayne et j'allume ce truc qui m'a l'air bien chargé, consommer avant de dire bonjour, je sais c'est pas cool. Je m'éloigne un peu et tire deux trois fois, sentant ma tête tourner un peu, manque d'habitude peut-être. J'en prends encore quelques unes et reviens quelques minutes après, je l'ai éteint en faisant gaffe à pas trop l'abîmer et me voilà prêt à en découdre avec cette putain de soirée.

« PARTY HARD DANS LE 69 » gueulais-je bien fort comme un boloss.


codage par palypsyla sur apple-spring
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Lun 4 Mar 2013 - 22:09
avatar
Invité
Invité



The beach ◈ So many crazy people
High, stoned, fucked up, drunk...
Who cares? You're all getting in the same state.






R
ose passa la plus longue journée de sa vie, sûrement. Ç’avait été long, ce vendredi. Très long. Trop long. BEAUCOUP TROP LONG. Il n’y avait pas grand monde en cours aujourd’hui, à croire que tout le monde séchait. Était-elle la seule à faire passer ses cours avant des préparatifs pour une soirée. NAN LOLZ je rigole c’est une blague, elle n’alla en cours que la matinée, parce que sans surprise: vous vous en doutiez, il faut UNE PLOMBE à la meuf pour se préparer. Et oh, faut pas déconner, hein, ça sert à rien d’aller en cours et de trainer dans les couloirs sans qu’il y ait PERSONNE avec qui délirer. Cale avec Holy, Quasi avec euh... Neh... des gens? Ou à se péparer pour son dreadeux. Ou à flemmarder parce que pas envie d’aller en cours. Ou en train de fumer un gros spliff... Wayne avec la rousse et le blond. C’était vraiment la déprime.

Rose serra les fesses pendant le cours d’histoire: les secondes semblaient la narguer, et le tic-tac de sa montre lui riait au nez. Non, elle ne tiendrait pas toute l’après-midi. Surtout avec sport, et l’autre taré de prof. Celui-là lui fichait les jetons. Mais bon. Contrairement à son habitude, lorsque la sonnerie retentit, Rose sauta brusquement de son siège et se rua sur la porte de sortie, courant à travers la bâtiment dans son uniforme souligné de bleu, ses cheveux attachés en couettes basses. Elle n’avait pas à se presser, mais avait envie d’arriver au plus vite dans sa chambre, histoire de décompresser. Aussitôt, après avoir fais un smack à sa Quasi qui trainait par là, elle se mit dans son lit et fit une sieste. Intéressant, n’est-ce pas? Non mais c’était parce qu’elle avait vraiment besoin d’être en forme pour ce soir.

Réveil à 18 h 30. Ah ouais, bien dormi. Ca va être short. Rose bondit de son lit et saute dans la salle de bain. Douche, épilation, parfum, maquillage. Cheveux lâchés, ondulant sur ses épaules. On savait jamais qui il pouvait y avoir. Quelqu’un de mignon. Ou juste des connaissances, et elle voulait garder sa réputation de bonnasse. Ou peut-être Cliffiluzhefogierugèhirt... Bref... Le temps qu’elle se prépare et s’habille de sa petite robe bleue en dentelle et de ballerines noires, qu’elle charge son sac d’une bouteille de vodka qu’elle avait gardé d’une soirée (en espèrant que Quasi lui passe des pilules ce soir, elle avait vraiment envie de se mettre la race), Rose était partie, et pas dans n’importe quelle direction.

20 h. Elle tambourinait sur la porte de la cabane de Zadig, furieusement, et entra en bourrasque lorsqu’il daigna lui ouvrir, lui souriant d’un sourire éclatant, exposant ses lèvres rouge carmin. Lui, n’avait pas l’air aussi enthousiaste. Elle sortit sa lèvre inférieur pour tirer une moue de pitié et d’attendrissement, et prit les joues du brun.

«BAH ALORS. C’quoi cette tête toute pourrie là? Les p’tites cernes et tout? T’as pas passé tes journées où t’étais pas en cours à fumer des ouinjs? T’as abandonné Cale et Marley. Ils étaient tout tristes. Et toi tu fais peur à voir.»

Un moulin à parole, oui. Mais lui en vouloir il ne fallait pas. Rose était tout excitée et enthousiaste. Toujours, quand il y avait une fête. Elle allait s’amuser comme une folle ce soir. Au final, elle passa bien deux heures à convaincre Zadig qu’il devait venir à la fête, qu’il iraient ensemble et que ça serait trop bien! Il se laissa trainer avec regret et lassitude, alors qu’elle sautillait de partout. Heureusement qu’elle était là pour le tirer de son lit, sinon il n’aurait pas su ce qu’il avait raté.

22 h 20. Et il y avait déjà BEAUCOUP de monde. Rose ne savait plus où donner de l’œil. Elle repéra Holy, qui semblait être occupée à fumer avec Cale. Mieux valait ne pas leur dire bonjour tout de suite, et la blonde entraina Zadig avec elle et alla plutôt se ruer sur Quasi, pour la choper et lui faire pleins de poutous sur la joue, et fit la même sur Wayne.
«Mes chouchous, je fais un tour de table, et après je reviens, ne m’oubliez paaaaaaaaaaaaaaaaaaaas! <3» (oui le cœur à la fin de sa phrase était tout à fait audible).

La choupette alla passer quelques checks à des gens qu’elle aimait bien et connaissait cite fait genre Mike, à qui elle souffla:

«Pour tes ballons, demande pas aux fumeurs, ils vont vraiment s’étouffer sinon!»

Une tâche rousse attrapa son œil, et elle reconnut Cameron qui rôdait dans les environs, semblant chercher quelqu’un du regard. Oh joie. Comme il serait heureux de la voir (ironie). Mais tant pis, elle, elle l’aimait bien, il la faisait rire avec son air bougon, alors lle ne se gêna pas pour courir jusqu’à lui et lui faire une attaque câlin en souriant de toutes ses dents.

«Alors mon roux, je pensais pas te trouver ici! J’espère que tu vas pas bouder pour une fois. Je te promets, ce soir, j’ai une bouteille de vodka, et on se fait des shooters, tu m’oublies pas. Je veux te voir étant bourré, comme ça je pourrais reporter ton état aux gens. J’aurais des dossiers! <3»

Sur ce, elle rit joyeusement, et lui ébouriffa les cheveux en déposant un smoutch sur sa joue.

Elle revint vers Quasi et Wayne, toujours en entrainant Zadig dans sa course en le tenant par la main, et s’assit face à eux, lançant un regard malicieux à sa meilleure amie (sans sous-entendus bien sûr).

«Dis ma belle, t’aurais pas ramené des trucs forts pour ta chouchoubidou ce soir?»

Elle lança un regard furtif vers Cale et profita que les yeux du blond dérivent sur elle rapidement pour sourire et articuler un «Sugar» et un bisou, lui faisant comprendre qu’elle le verrait après.
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Lun 4 Mar 2013 - 23:49
avatar
Invité
Invité



Malheureux, qu'as tu encore fait ? Tu te redresses dans ton lit, en sueur, haletant. Personne d'un côté. Idem de l'autre. Une saloperie de musique te tambourine l'esprit. Tu reconnais Polysics, mais putain, qu'est-ce que ça fait chier. Il est nuit. Tu vois la lune pénétrer à travers la fenêtre. D'où tu sors ? Depuis combien de temps t'es là ? Tu sais plus, tu vois que tu sors d'une pause, mais de combien de temps... Bouche pâteuse. Même pas foutu de lever un bras. Ah, t'es à poil. Depuis quand ? Tu espères que personne n'est venu. Tu passes une main sur ton visage pour retrouver les traces du maquillage blanc sur tes doigts. Oh putain, tu sors vraiment d'un mauvais trip. A cause de quoi, de qui ? Tu te renfonces dans ton lit. Bordel.

Qui est l'abruti qui cherche à défoncer ta porte ? Tu as toujours la musique dans les oreilles, mais tu es légèrement plus frais. Tu enfiles un caleçon et tu rampes jusqu'à la porte. Où il est Skygge quand on a besoin de lui ? Et Voltaire ? Et Alban ? Alban il a disparu. Tu ouvres lourdement la porte pour laisser place à la blondinette. Ah merde, le suricate t'a retrouvé. Tiens, il fait jour. Tu es une loque, tu as la migraine et elle tu tues à coup de mots. Pas possible.
ZADIG : Heh, j'suis pas un nounours la souris !
Pourvu qu'elle abandonne vite. Quoi t'as abandonné Cale et Marley ? Nan pourquoi ? Qu'est-ce qu'elle veut ? A l'intérieur, tu pignes, tu hurles, tu danses, à l'extérieur, tu la regardes divaguer. Et ça dure deux heures. Temps durant lequel tu prends un bain et une douche, tu te maquilles, tu manges ton petit déjeuner, tu récupères une bouteille de rhum antillais ; du bon rhum antillais à 70°, si c'est pas bon ça..

Trop rapide. Tu te fais entraîner sans rien y comprendre par une blonde toute folle. Elle ne tient pas en place, horrible. Tu te fais traîner à travers la foule. Que de monde, surprise, tu ne t'y attendais pas à ça, heiiin. Agauraphobie, prends le dessus ! Et non, tu n'es pas malade, ni phobique. Tu vois les visages défiler. Shiki ici, Nino là, et Gautier, et Mike et tralala et trololo. Ce fut un bref regard vitreux pour Wayne et Quasi, puis, de nouveau entraîné dans la tornade, tu revis Mike, à qui tu pris un ballon, et un mec roux, une autre idole de Rose à qui tu lanças le regard "HOMME PRÉHISTORIQUE DÉCOUVRE UN TRUC (jor le feu)" avec la mâchoire pendante. Et demi-tour ! Face à Wayne & Quasi, de nouveau. Tu observais, jusque là t'avais même pas réussi à l'ouvrir. T'étais encore endormis, en fait. Tu écrasais ton front contre l'épaule de Rose, avec un râle d'animal qui crève.

Mais c'est à ce moment là que ça a pété.

Début de soirée ? Et alors ! Tu te relevas, tu pris le joint que Quasi tenait entre ses doigts pour tirer une looooooongue taff, puis tu courus jusqu'aux enceintes. Là, écrasant la musique rasta de tu ne savais pas qui, tu branchas ton baladeur (que Ramon t'avait gentiment apporté) pour mettre... I ME MY MINE. PAN, dans vot' gueule tout le monde ! Déjà, tu en vois plusieurs flipper, parce que les sirènes du début, voilà; puis ensuite tu lances ton rire diabolique parce que tu n'es plus le seul dans ce putain de délire, les mecs vous allez en baver. Et puis tu cours à travers la plage en poussant une gueulante du genre...
ZADIG : RATATATATATATA TOUT LE MONDE LA VIE C'EST MAL MAIS SUPPORTABLE VIVEZ L'AMOUR NE FAITES PAS LA GUERRE ET PRENEZ SOIN D'ETRE BEAUX PAS COMME MOI MAIS ÉCLATEZ VOUS COMME MOI ET PRENEZ VOTRE PIED COMME LUI DEVENEZ CON COMME ÇA PAS INTELLIGENT ÇA GÂCHE TOUTE LA VIE CE TRUC C'EST MIEUX D'ETRE BIEN ET BON...
Et ça continue un certain temps. Jusqu'à ce que tu files au comptoir pour lécher le ventre de Nino, puis prendre un shooter sorti de tu ne sais pas où, et lui relécher le bide et.

Là. Holy. Oh et puis merde encore. Tu cours vers elle et tu la plaques au sol façon rugbyman pour lui faire plein de bisous dans le cou.

Ah oui, t'as pris quelques cachetons sur le chemin, alors que Rose tournait le dos...
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Mar 5 Mar 2013 - 21:01
avatar
Invité
Invité




PARTY HARD - paye l'originalité du titre.


22H. 22H quoi ? Une heure que vient de lui balancer son LMS à la face, entre deux « UNACCEPTAABLEEE » ! 22H... Un mot que beaucoup semblaient d'ailleurs se passer. Affalé sur le lit de Quasi', il avait pu vaguement voir celle-ci s'activer, et sortir toutes ses réserves. 22H... Ah oui, Holy et tout ce beau-monde. 22H, Party Hard. Clifford jette un bref coup d'oeil sur son ipod – 21H, et il est apparemment censé faire acte de présence sur la plage ; il trouverait bien le temps de finir son niveau avant de partir.

21H40. Voilà une bonne chose de faite. La partie est sauvegardée, la console refermée, puis soigneusement rangée à côté de ses goggles, dans son joyeux bordel – ne lui manque plus qu'un lit puis un placard pour ranger ses rares fringues pour pouvoir accrocher une petite plaquette gravée « Léo Clifford Schiffer » sur la porte du cabanon. Soupirant, le roux se redresse, quitte la chambre sans se presser, songeant distraitement à ses quelques miettes d'une certaine Mary, Jeanne de son second prénom, consignées précieusement dans quelques petits sachets transparents. Peut-être lui en reste-t-il. Il l'aime bien, sa bonne amie ; il se consume avec elel dans l'ennui.

Il lui en reste un petit paquet – tant mieux. Holy n'aurait peut-être pas appréciée qu'il débarque les mains vides à sa sauterie. Par acquis de conscience, Clifford préfère faire un détour par les cuisines, histoire de s'assurer qu'un paquet de chips ne troublait pas la propreté et l'ordre irréprochable établit par le personnel de l'établissement ; ou en d'autres mots, passe y faire son marché. L'endroit est vide, et Léo a tout le loisir de vider les placards en sifflotant distraitement. Chips, cacahuètes, coca, limonade, mais surtout pas d'alcool. Pas comme si il avait l'intention d'en consommer ce soir (= FAITES BOIRE CLIFF.).

Ses emplettes faites, toujours la clope au bec, il vérifie une dernière fois l'heure avant de sortir. Oups, 22H10. Tant pis, Léo ne presserait pas le pas pour autant. Et puis, la plage, l'on y arrive assez vite, n'est-ce pas... ? Le roux n'a jamais eu le sens des distances, et ce n'était pas aujourd'hui que cela allait changer.

Il approche, tenant sa poche à bout de bras, et commence à entrevoir le monde ; arf. Loin d'être agoraphobe, mais n'aimant tout de même pas se retrouver au milieu de trop de gens. Heureusement qu'il en connaît la plupart dans le cas présent. Immédiatement, il part poser ses munitions et lance un signe de tête agrémenté d'un léger sourire signifiant « T'as vu je suis venu. Contente ? » à la touffe de cheveux rousse aperçue non-loin de là. Holy. Puis d'un coup d'oeil, repère Quasimodo, accompagnée de... D'inconnus. Et de... Rose. Huhçhgiuho. Il rougit légèrement à sa vue – mais vraiment très légèrement hein. Hésite à aller saluer les deux filles, puis se dit que, rester planté tout seul au milieu de la plage, cela ferait très con tout de même. En vient à la conclusion qu'il pouvait, ce soir au moins, faire un petit effort de sociabilité. Alors va les voir, en commençant par taper la bise à sa grande Sistah Black. (Et j'ai zappé avec qui vous étiez dooonc. WALLA.)

« Hey Triple Q ! J'me disais bien que sortir les trois quart de ta réserve d'un coup, c'était louche. Il se tourne vers Rose, lui offre un sourire – et espère, bordel, ne pas avoir rougit. Puis jette un regard circulaire au reste de la bande. Sinon, moi c'est Clifford. Euh... Enchanté ?

Pas vraiment doué pour se présenter.

Dans les cocktails, sous le soleil





Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Mer 6 Mar 2013 - 1:36
avatar
Invité
Invité



Can't believe I'm going to a party


Je lisse les petits plis de mon petit tee-shirt nerveuse. Mais en même temps, très excitée !! Je vais assister à ma première soirée! Enfin, je tape l'incruste, mais c'est pareil. En plus, il paraît que je serai la benjamine de LA fête. THE Party, celle que les dernières années de E organisent. Et je meurs d'envie de savoir à quoi cela ressemble. On ne m'a jamais invitée avant, je n'ai jamais eu d'amis/amoureux , jamais su ce qu'était une fête...Alors je compte bien m'amuser!

Je trouve ma tenue parfaite. Moi peut-être pas, mais ma tenue oui. Il paraît que la soirée se déroule sur la plage, et cela m'a posé problème: fallait-il mettre ma robe bustier courte verte pratique pour être jolie et danser, mais qui courrait le risque d'être âbimée par le sable? Ou ce que je viens d'enfiler, short en jean, petite tunique verte pâle et Converses argent? Avec la veste en jean bien sur.
J'ai fini par me décider pour la seconde option. Ca fait tenue détendue, adaptée à la plage.

Je décide tout de même d'essayer de me maquiller pour la première fois. Un peu d'ombre à paupières, de fines paillettes sur les joues, du gloss clair pour les lèvres. J'essaie d'appliquer le crayon, mais le trait dévie et me zèbre la joue. Avec patience je recommence, encore et encore, jusqu'à ce que ce soit parfait, puis ajoute un peu de mascara. Je contemple ensuite le résultat dans le miroir : le maquillage est très léger, il accentue juste la couleur de mes yeux, c'est parfais. Pas trop pour ne pas ressembler aux autres imbéciles.

- Mea, tu es parfaite! Mais laisse moi m'occuper de tes cheveux, tu comptes pas y aller comme ça!

Léa. Une camarade de classe que j'ai mise dans la confidence. Elle est restée dans ma cabane tout le temps où je me maquillais, sans rien dire.
Mais ils sont très bien attachés mes cheveux enfin! C'est quoi le problème?
Léa s'avance sans rien dire vers moi, me retire de force mon élastique à cheveux et commence à me démêler les cheveux. J'ai beau me débattre, elle refuse de me lâcher. Lorsqu'elle en a terminné, elle me pousse vers la glace et je dois reconnaître que c'est pas mal. J'ai les cheveux lâchés, qui tombent en cascade sur mes épaules, une partie retenue par une petite barrette sur le côté.
Je murmure un vague merci, et souriante, elle me pousse vers la porte avec un "amuse-toi bien et raconte nous tout" en me fourrant mon sac de provisions dans les mains.
J'ai pas mal de provisions, que je suis partie acheter tout à l'heure, vu que j'ai un bon paquet d'économies et que je n'achète jamais rien. Une dizaine de variétés de paquets de bonbons, quatres boites de Pringles, cinq sachets de chips, six bouteilles de Coca une méga boite d'assortiments de Pop Corns (nature, fromage, caramel...). Evidemment j'ai fais deux trajets à l'aller mais là, tout est bien arrangé dans le sac, je peux tout porter.

Arrivée à la plage, je vois une foule de gens. Je ne connais personne. Je cherche dans la foule une tête roussse. Holy qu'elle s'appelle, c'est l'organisatrice de la fête, et je tiens à la féliciter même si elle me connaît pas.
Je ne la trouve nulle part. Je pose alors tout ce que j'ai amené sur une table, les gens se serviront, moi je n'ai pas faim. Je me contente d'observer le comportement des gens.

Je me tiens près de la mer. Elle est belle, toute calme en comparaison du vacarme derrière! Heureusement que j'ai pris une couverture pour coucher à la belle étoile, près de la mer.
Silencieuse, emportée par le flot des vagues, c'est à peine si je perçois la présence derrière moi.

Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le Ven 8 Mar 2013 - 0:08
avatar
Invité
Invité




J'avais avertis Hole que je serais en retard, non en fait que NOUS serions en retard, à sa fête, parce que je n'y vais pas seul, aucun risque. Non mais faut me regarder la gueule pour comprendre que je ne vais surement pas me pointer a une fête sans deux ou trois gens avec moi -sinon bonjour l'ennui mortel, aussi bien aller jouer au ballon tranquillement tout seul, tien Wilson aurait été content-. Bref fraichement rhabillé -bah si, je garde rarement mes vêtements quand je visite la cabane de Fred qu'est-ce que vous avez cru?!- de mon jean, mon tee-shirt noir et une veste vert gazon par dessus, je regarde a nouveau l'heure à mon poignet. Une heure de retard, on a vu pire, même que c'était tôt vu ce que j'avais prévu de faire à Fred -mais que je lui avais épargné, vu qu'on c'était engueulé a la place-. Je presse quand même le pas, ma main serrant doucement la sienne, planquée dans la poche droite de ma veste.

Aller Fred, presse le pas merde, on doit encore aller ramasser bror...

Elle râle tout le temps de toute manière, Fred, alors un peu plus ou un peu moins. En plus, l'idée de m'accompagner à une fête devrait la mettre de bonne humeur, alors au diable le fait que je la presse. De toute façon, faut les dompter les meufs et comme je l'ai plus ou moins laissé gagné plus tôt -ouais, je l'ai LAISSÉ gagné, aucune meuf peut me battre!-, bah elle le mérite bien. Bon, un moment j'ai peur qu'elle se mette à trainer les pieds, rien que pour me faire chier -ce serait bien son genre à cette chieuse-, mais je tire tellement fort de toute façon qu'elle n'a aucune chance. On trouve donc la cabane de bror, un miracle vu mon sens de l'orientation, et je tambourine à la porte -ce qui veut dire que la porte me supplie de la laisser vivre tellement je la défonce la coquine-. Il doit dormir le con, il dort toujours, à croire qu'il est toujours en veille, comme les ordinateurs dans les lieux publiques. Bande de feignants !

BROR ! BROOOOOR ! Aller, lève toi enfoiré ! C'est l'heure !

Évidemment, je ne m'attend pas à ce qu'il m'ouvre la porte en souriant, mais cet air là, je ne sais pas si c'est vraiment correct. Il se rappelle que je suis son brah? Bah, même s'il me cognait, c'est pas comme si ça allait vraiment me déranger, je vais m'en remettre au bout de deux minutes, alors je me contente de lui sourire avec un petit air bien satisfait lorsque sa sale gueule d'endormi se plante devant nous. Il veut m'arracher la tête, peut-être même celle de Fred, mais ça le déstabilise qu'elle soit là non? Il a pas l'air de comprendre et je fronce les sourcils.

Bordel, t'as oublié hein ? La fête, la putain de fête ! Aller, ramène ton cul, on y va et tu viens !

Ce n'est pas une invitation, c'est un ordre et je pousse la porte, dieu merci il est a moitié endormi, sinon il aurait pu me la fermer à la gueule avant même que je réagisse. J'entraine Fred avec moi et on se poste dans la chambre de bror. Je souris toujours et si j'abandonne la main de la brune, c'est seulement pour retirer mon sac à dos et en montrer le contenu à celui que je considère davantage comme un jumeau que comme un frère. Y'a de l'alcool dedans; de la bière danoise -comment j'ai pu m'en trouver, ça c'est un putain de secret oui- et du Mjød, soit de l'hydromel de notre gentil pays natal, un produit que mon père s'assure toujours d'avoir et que j'ai piqué dans sa réserve avant de partir. Je ricane devant son regard, lui fiche une bonne claque sur l'épaule et lui indique le reste de la chambre.

Aller bror, couvre toi les fesses et on se tire !

Parce que hors de question que j'aille boire NOTRE alcool sans lui, y'a qu'un danois pour comprendre ça, même Fred n'y pige rien. Du coup, le temps qu'on arrive à la plage, ma main relachant rapidement celle de Fred, qui nous dépasse en souriant, visiblement contente, mon sac est déjà plus léger de trois bières -ouais il a bien fallut partager avec Fred, les sacrifices ça me connait-. C'est la fiesta ce soir, je vois déjà cette idiote de Nino un peu plus loin avec sa pancarte, Caille se balade entre les groupes en servant à boire et je renifle avec dédain. Mouais, vivement qu'on trouve Hole, mais pas possible de savoir où elle se trouve, alors je refourgue une bière supplémentaire à bror et sous un sourire étincellant, je lui fiche une claque dans le dos.

Essai de t'amuser et si tu cogne, appelle moi ! Ont se revois plus tard, bror !

Parce que une baston avec bror de son côté, ça ne se rate pas, JAMAIS! Puis je rejoins Winifred en courant, ma main se refermant contre un bout de hanche, la faisant se presser contre moi, l'un à côté de l'autre, alors que je plante un baiser contre son cou. Mes doigts palpent sa peau et je lui souris, ce soir je ne ferais pas la gueule, on va s'amuser et je dépose mon sac près d'un tas de gens -après avoir prit une nouvelle bière évidemment-, ils ont l'air pétés, mais à voir le baton de paix qu'ils se passent, pas étonnant.

HEY, surveillez le sac okay ? Mais pas touche, sinon je vous défonce la gueule, merci !

Voilà, si c'est pas gentiment demandé ! Et puis je me colle à Winifred, je l'attire en direction de la musique. Quitte à aller à une fête, il faut qu'on y danse, pas le choix -et tant pis si je danse plutôt mal, l'alcool fait tout oublié, d'ailleurs je termine ma bière vite fait et la laisse tomber au sol, Caille aura qu'a ramasser, ce con. Et pis alors qu'on passe sur le bord de la mer, d'ailleurs elle est pas mal ce soir, je remarque la fille plantée devant. Elle dit rien, elle ne danse pas, elle fiche strictement rien alors amusé, l'alcool ça me rend joyeux j'y peux rien, avec un bras autour de la taille de Fred, je choppe le cou de la meuf, je la connais pas. Elle a l'air jeune, mais si elle est ici, c'est qu'elle... bah rien, elle est juste là et elle a l'air de s'emmerder, alors je ris et parle plus fort, histoire qu'elle m'entende, mes lèvres frôlant son oreille.

Hey, la fête est par la petite, viens !

Je ne la connais pas, elle ne me connait pas, mais ce soir c'est la fête et ça me suffit. Du coup je l'attire sur la 'piste' aussi bien dire le coin où les gens dansent et comme avec Fred, elle n'a pas son mot à dire. On y va et elle vient, c'est tout. Une fois sur place, je dodeline déjà de la tête et je tend ma bière a la jeune, Fred a encore la sienne, donc on peut encore partager, mais il faut forger la jeunesse.

Bois, petite, bois !

Ouais, c'est le plus important ! Et moi j'attire Fred contre moi, l'encourageant à bouger. Bon, c'est pas trop son genre, mais je me dis qu'avec la musique, l'alcool, ma gueule, le fait que je lui pelote les fesses à nouveau, elle va peut-être se découvrir un intérêt pour la danse, évidemment je suis loin de me douter qu'elle connait déjà, qu'elle a passé trop de temps à faire la fête. Je suis égoïste comme ça. Enfin, jusqu'à ce que je vois Caille pas très loin et à mesure qu'il approche, je sens mes poings se serrés, je sens ma mâchoire se crispé et la musique perd de son intérêt. Connard, je vais devoir le taper. Aussi bien dire que mon sourire est tombé et que je fais tache dans le groupe des danseurs, parce que moi je fais la statue, une putain de statue mécontente.
HA HA HA HA HA HA HA, NO.
[ BROR (Skygge pour les non intimes) demande à être le prochain, ce serait donc gentil de lui laisser sa chance, je sais que vous avez ça dans le coeur ! ]
Ps. Mealla, très chère, c'est bel et bien à toi que je m'adresse dans ce RP. 8D (on va bâtir notre lien à partir d'ici !)
Message Dans Re: LET'S. DO. THIS. SHIT. | le
Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-