Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 entre deux fournées •• Idalia

Aller en bas 
Hello my name is
Na Hee Collingwood
Pseudo du joueur : Thea
Autre(s) compte(s) ? : /
Personnage sur l'avatar : Qui Tong de Tamen de Gushi (feat Jung Jin Sol IRL)

Féminin Âge / Classe ou Job : 17- 6e - A
Messages : 32
Hello my name isNa Hee Collingwood
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12368-na-hee-oo-veni-vidi-amavi https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12395-relations-oo-na-hee#174830 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12394-darling-oo-lms-de-na-hee

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: entre deux fournées •• Idalia   entre deux fournées •• Idalia 1400359500-clockSam 25 Aoû 2018 - 23:09
entre deux fournées

.

Toujours en vacances, Na Hee avait épuisé toutes ses idées quant à la manière de passer son temps libre. Elle n'avait fait que relire ses cours depuis le début du mois de juillet, n'était sortie qu'à de très rares occasions pour se promener dans le parc, jouer du piano dans la salle de musique, ou danser au rythme des battements de son cœur quand le monde autour d'elle devenait bien trop stimulant. Et toujours elle revenait, l'ennui au fond de ses yeux, une moue au coin de ses lippes. Elle connaissait Prismver les yeux fermés, ayant erré lors de sa première année dans les couloirs interminables de cet établissement qui l'avait tant émerveillé à son arrivée. Cet émerveillement avait disparu, effacé par des étés trop longs passés ici quand ses parents n'étaient pas disponibles pour l'accueillir. A ses yeux, il n'y avait plus de beauté dans l'architecture des lieux ; elle n'y voyait que de simples murs qui la tenaient éloignés d'un monde où l'envie, la jalousie, la peur finiraient par avoir raison de ses dernières barricades érigées autour de son cœur pour ne pas perdre la face, et les portes si majestueuses n'étaient plus que des barreaux. Et elle savait que c'était la peur de jamais pouvoir sortir qui s'exprimait à la place de son esprit, mais rien n'avait plus vraiment d'intérêt pour elle ; excepté peut-être les gens.

Mais les gens s'étaient révélés tout aussi stimulants que l'environnement, c'était-elle rendu compte, et elle n'était pas sûre qu'elle puisse le supporter. Sa curiosité était certes rassasiée quand elle se laissait aller à ses envies de sociabilité, mais la fatigue ne mettait jamais longtemps avant de la rattraper quand elle tentait tellement de plaire aux autres qu'elle se perdait dans cette volonté. Et elle était idiote de penser à cela maintenant, car d'autres souvenirs faisaient surface : une soirée, un piano, le rose de ces cheveux ; et son cœur était au bord de ses lèvres. C'était bien pourquoi elle cherchait tant à s'occuper, car elle était victime d'une maladie que le peuple nommait « pensée », maladie que l'ennui ne faisait qu'empirer.

Aujourd'hui aurait dû être l'une de ces journées où la coréenne faisait trop de choses à la fois dans le but d'oublier, ou ne serait-ce que de faire semblant de vivre. Mais les habitudes avaient la peau dure disait-on. Ainsi elle s'était très vite retrouvée avachie sur son lit sans une once d'élégance, les doigts tendus vers le plafond et des soupirs à chacune de ses respirations. Seules ses chaussures indiquaient qu'elle avait réalisé quelque chose depuis qu'elle s'était levée à six heures du matin : elle portait encore ses pointes de danse classique, et ses pieds commençaient à manifester leur douleur. Son corps se mit enfin en mouvement, et elle libéra ses pieds, étira ses muscles endoloris et prit enfin conscience que regarder l'horloge de sa chambre n'allait pas faire avancer le temps plus vite.

Après avoir enfilé une robe et son tablier, la A était descendue et avait pris possession des fourneaux de sa cabane. Ouvrir l'ensemble des placards fut la seconde étape, et elle fit un rapide inventaire de ce qu'elle avait en stock avant de retourner sur ses pas et de passer sa tête dans l'entrebâillement de la porte de la seconde chambre. Idalia y était, comme Na Hee l'avait espéré, et elle lui sourit quand cette dernière remarqua sa présence.

« Je comptais cuisiner quelque chose. Sucré, salé je suis pas encore certaine. Tu as des envies particulières ? », quémanda-t-elle dans l'espoir que sa réponse lui permette de se perdre dans la confection de quelque chose, au lieu de compter les heures avant le moment où le sommeil lui fera le cadeau de prendre quelques heures de sa vie. Na Hee aimait d'autant plus cuisiner pour quelqu'un d'autre, comme si elle était enfin utile, pouvait faire disparaître de leur mémoire ce que son don prenait. « Si tu veux tu pourrais même me rejoindre. »

Muette ne voulait pas dire que la présence d'Idalia n'était pas réconfortante. A ses yeux, le simple fait de savoir que quelqu'un était à ses côtés était suffisant pour qu'elle se sente moins seule.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: entre deux fournées •• Idalia   entre deux fournées •• Idalia 1400359500-clockMar 28 Aoû 2018 - 5:39
entre deux fournées// na hee
Privée de la lumière éclatante qu'est censée représenter la magie, le monde peut sembler bien fade. Ce n'est pas quelque chose que tu peux te vanter de connaître, et dans ton cas, la vision interminable de cet univers magique ne te paraît pas aussi resplendissant que ton âme d'enfant devrait le percevoir.

Quelque part, cette innocence se contente de clignoter par de si longues intermittences que ta maturité se permet de creuser. Le monde est monocorde, brûlant de l'éclat gris unique de cette humanité sans forme, aussi bonne qu'elle sait être cruelle.
Le monde est uni dans ces différences qui font la force des entités en son sein ; et tu veux croire, lèvres closes & cœur ouvert, tu veux croire en l'espoir de rendre cette utopie réelle.

Chaque jour, l'espoir nourri de ces croyances profondes feint ton visage de ce sourire altruiste et fait briller ces yeux d'un éclat sincère. Chaque jour, tu gardes ce visage sincère, réel, baigné dans une joie que seul un réel bonheur semble pouvoir motiver.

En quête d'une paix parfaite, le sourire semble se définir comme la clé de voûte de toute cette crédibilité. Tu n'as pas besoin d'une preuve de tes propres désirs dont la véracité te paraît plus qu'avérée, mais le réel désir de convertir les autres à cet optimisme si débordant.
Le monde est ainsi fait.
Pourtant, tu n'es pas assez naïve pour décider de porter sur toi le poids du monde ; et tu laisses les choses se dérouler selon le fil du destin que les vains efforts humains ne peuvent, au mieux, que faire vibrer.

Ce destin, tu veux en forcer la couleur et c'est ce qui t'a motivée à te présenter aux élections de déléguées.
Depuis cette décision - stupide ou pertinente, la conclusion ne résidait que dans les efforts permanents d'une volonté d'acier. La paix était le combat d'une vie, et tu reconnaissais assez l'importance de la tienne pour te permettre des pensées plus personnelles.

Un jour commun, après cette candidature téméraire et tu t'attendais presque à voir le monde changer là où ce n'était qu'une décision silencieux dont l'aboutissement ne se dessinerait qu'au terme de ton discours.
Tu n'y avais pas réfléchi.
Cette vérité t'avait tordu l'estomac comme un coup de poignard, mélangeant ton angoisse au scepticisme quant à ta légitimité à te présenter.

Dans cette sphère unique, opaque au monde extérieur, le visage souriant de Na Hee t'apparut comme une bénédiction nécessaire et tu ne te fis pas prier pour la rejoindre dans la pièce commune.

J'aimerais goûter un plat coréen. J'ai entendu tellement de bien de cette cuisine.

Tu rebouchais le feutre tout-support que tu avais obtenu gratuitement au marché et laissais le message sur le mur quelques instants avant de l'effacer d'une traite à l'aide de la brosse. Ce kit t'était bien utile, et tu étais bien contente de n'avoir plus à trimballer sur toi un carnet de notes - bien qu'il en demeurait un au fond de ton sac au cas où. À bien des égards, le feutre était beaucoup plus pratique.

Donne-moi tes instructions. Je vais t'aider.

Quelques instants d'attente, avant d'effacer le message à nouveau.
Tu réfléchis un instant, avant d'ajouter ;

Tu t'es présentée pour les élections ?


Revenir en haut Aller en bas
 
entre deux fournées •• Idalia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une bière, une clope...deux flingues [PV. mizuki] [ce n'est pas du hentaï mais âme sensible s'abstenir!]
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Un p'tit bain... Et plus? [ Seiko ♥ ] -Hentaï-
» Un coucher de soleil avec toi (pv Aisuru) (Hentaï possible)
» Quand deux corps s'enflâme [Pv Mafuyu Nekokami ][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: