Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 [TRASH] search and destroy Δ anshu.

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockMar 30 Déc 2014 - 22:42
search and destroy


ft. anshu

T'aurais pas dû rester dans cette cabane. Ta foutue nostalgie qui s'empare de toi, qui te force à squatter une dernière fois ta chambre – ton ancienne, bientôt. Tu sais que tu continueras d'y aller, même après que quelqu'un y ait élu domicile. Un peu dans les vapes à cause d'un manque constant de sommeil, tu t'écrases sur ton lit et jette un regard à l'armoire. Le tag devrait plaire au prochain arrivant ; se faire insulter tous les matins en voulant s'habiller, c'est une expérience assez particulière. Et un fin sourire se dessine sur ton visage, sourire malhonnête, dénué d'une seule once de joie.

Tu sais plus trop comment faire pour être vraiment heureuse. T'as tout essayé, jusqu'à passer une soirée avec Joach. Oh bien sûr que tu t'es amusée, que vous vous êtes amusés. Mais dès que tu tournais le dos, dès que ton regard dérivait pour se perdre dans le vague, tu revoyais l'eau autour de toi. Tu perdais de nouveau l'air dans tes poumons, remplacé par ce liquide que tu ne peux respirer. Et tu perdais pied, le tout en à peine quelques secondes. C'est pas un syndrome de stress post-traumatique. T'es juste toujours en train de te noyer.

T'as beau rire, narguer, hurler, battre ou simplement vivre, mentalement t'es perdue au fond de la piscine, incapable de tourner la page. Tu revois ces crocs plantés dans ta gorge, tu sens de nouveau la piqûre, tu sens ta peau déchirée par des canines impitoyables. Ton crâne fracassé, ta carcasse jetée comme un simple morceau de chiffon. Et ça te rend folle, de savoir que tu pourras peut-être jamais leur rendre l'ascenseur, qu'ils seront toujours plus forts que toi. Qu'ils auront jamais de pitié à ton égard.

C'est ça Anarchy, de défier les forts de ce monde. Tu pensais avoir compris la leçon, mais t'as fais qu'esquiver les faits. Et t'as finis par le gueuler, que t'avais pas peur d'eux. T'as finis par maintenir qu'ils n'étaient que des chiens, qu'ils ne méritaient pas qu'on se chie dessus à cause d'une bande d'esclaves SadoMaso. Au fond tu savais que le retour des flammes serait violent. Tu sentais que t'étais en danger, mais t'en avais juste rien à foutre. Tu l'entendais pas ton instinct, à ce moment-là. Tu percevais pas les hurlements silencieux de ta conscience, quand la blonde a enfoncé son poing dans ton visage, encore et encore.

Si t'avais pas cherché la merde chez plus puissant que toi, t'en serais pas là. Tu ressasserais pas un traumatisme enfoui depuis Août. Mais surtout, si t'avais pas fais confiance à Miller, si tu l'avais foutu dehors à l'instant où tu l'avais trouvé dans cette-même chambre, tu serais saine et sauve, t'aurais pas cette expression dégoûtée dès que tu voyais les cicatrices un peu partout sur ton corps. Chacune est plus violente qu'un tatouage, chacune a été assez marquante pour que tu ne l'oublies jamais, pour que la source reste implantée dans ton esprit.

Et maintenant que tu es de nouveau seule dans ce petit habitacle, entourée de posters et de consoles, tu te sens mal. Tu te sens menacée. C'est plus fort que toi, depuis ton retour tu fermes tout à double-tour chaque fois que tu changes de pièce, chaque fois que t'es sans Chan ou sans Ryan. Coup de langue passé nerveusement sur tes lèvres et tu verrouilles les fenêtres, la porte de la salle de bain. Tu laisses juste la porte ouverte, tes armes placées autour de toi.

Armes de pacotille, soit dit en passant – des bouquins, des boîtiers de jeux et un shuriken en papier (sisi). Mais, même si ça ne te protégera probablement pas de qui que ce soit, ça te rassure. De toute façon, personne ne s'est approché de toi pendant un moment. T'es en sécurité, non ? T'as plus besoin de tout barricader, de te faire une véritable forteresse.

T'es en sécurité.

Enfin c'est ce que tu te répètes, c'est ce que tu veux croire. T'essayes d'oublier la place, à côté de ton lit. Les tâches de sang séché, les souvenirs, les odeurs qui y traînent. C'est insupportable, de repenser à tout ça. T'aurais pu mourir tellement de fois. Tout est si fragile.

Toi en première, pas vrai Anarchy ?
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockMer 31 Déc 2014 - 0:29
[TRASH] search and destroy Δ anshu. Large
Boum.
feat Anarchy L. Scarlet



Cauchemar.

Sang.

Larmes.

Cris.

Déséspoir.

Souvenir.

Sang.

Sang.

Cris.

Nova.

Faiblesse.

Noir. Sombre.

Folie.

Abysses.

Anshu n’avait pas fermé l’oeil de la nuit. Sous sa couette, privant ses yeux des lumières astrales, il essayait de dormir - depuis des jours. Pas moyen de fermer l’oeil, et quand il y arrive, c’est les cauchemars qui hantent la paisibilité de son sommeil. Des cernes avaient déjà commencé à creuser ses yeux et leurs contours. Il n’était pas nerveux. Juste agacé, énervé. De devoir encore lutter contre ce genre de terreurs nocturnes débiles. Ca allait le suivre toute sa vie de toute manière - c’était stupide de sa part de penser que, tôt ou tard, elles allaient se calmer.

11:00 AM.

Son ventre était tiraillé par la faim, mais il s’en tapait, il avait pas la foi de trouver un truc à bouffer. Et l’anxiété commença à l’envahir. Son esprit, puis son coeur, et chaque battement que ce dernier émettait propageait cette sensation étrange dans son corps, pourrissant son sang. Des gens passent, des gens parlent. Quelques filles. Il écoute rapidement en passant devant elle.

Et ses pulsions s’intensifient.
Son rythme cardiaque s’accélère.
Il s’arrête, respire.
Ses mains, tremblantes, se glissent sur son visage, et s’arrêtent jusqu’à ses cheveux qu’il caresse nerveusement.
Inspire.
Expire.

Anarchy.
Anarchy.
Anarchy.
Anarchy.
Anarchy.
Anarchy.

Anarchy.

Ce prénom résonne dans son crâne. L’anniversaire de la deuxième dauphine, hier. C’était hier. Vraiment. Elle avait quelle âge à présent ?

Les images de la piscine. Les coups, l’odeur du sang mêlée à celle du chlore - senteur exquise. Oui, il s’en rappelle, de son visage haineux, même dans la souffrance. Cette fille était extraordinaire.

Extraordinairement masochiste.

Et, Anshu fait demi-tour alors qu’il se dirigeait vers les ruines. Il veut la voir, maintenant, tout de suite. C’est plus intense qu’une envie sexuelle. Ses muscles tremblent et ses lèvres se fendent en un large sourire rien qu’en se repassant la scène en tête. Elle devait sans doute être chez elle.

Ses yeux glissent sur chaque cabane. Il cherche son prénom sur chaque plaque. 10. Anarchy Scarlet. Il n’hésite même pas un seul instant, et toque, plutôt doucement pour pas paraître agressif. Il veut l’approcher en douceur. Des idées traversent son esprit. Il est plus fort qu’elle physiquement, ça sera sans aucun doute amusant.

Il entend la clé tourner mollement. Elle s’était enfermée à clé ? Normal. Ou peut-être n’était-ce même pas elle.

Si.

La porte s’ouvre. Son sourire s’élargit. Elle a l’air d’être fatiguée aussi. Son faciès se déforme d’ailleurs - elle ne devait pas s’attendre à le voir débarquer à une telle heure. Anshu l’empêche de refermer la porte en la bloquant puis la poussant avec sa main, afin de pouvoir l’ouvrir, et passer.

Le temps semble s’arrêter. Le visage d’Anarchy est souillé par la fatigue tout comme son âme - il sentait ce genre de chose. A chaque pas qu’il faisait, elle reculait. La porte claque violemment derrière lui.

Salut. Une voix calme, presque sereine. Mais son sourire est trop sadique pour que ce soit convaincant, et il retient même un rire au fond de sa gorge. Il a du la traumatiser...?

J’avais envie de te voir, Anarchy. Il articule ses mots, baissant la voix.

Rapidement, il s’empare de son avant bras pour l’empêcher de reculer davantage - de faire quoi que ce soit. Et il la plaque contre la porte qu’il venait de claquer, empoignant son autre bras pour plaquer ses poignets de part et d’autre de sa tête, ses doigts se plantant dans ses veines.

Tu m’as manqué. C’était ton anniversaire hier ? T’as quel âge ? Temps de pause, il l’interrompt avant même qu’elle n’ouvre les lèvres. Je m’en tape. Je vais passer la journée avec toi. Il sentait son corps trembler sous ses mains, et en profitait pour la surplomber de toute sa hauteur, son regard écarlate pénétrant le sien, dévorant son âme déjà en piteux état.

Il ne veut pas s’emparer d’une telle créature et l’emmener avec lui dans les ténèbres. Il veut juste la faire sombrer pour son propre plaisir. Parce que c'était drôle.

Il la lâche, la repoussant un peu plus loin alors qu’il ferma la porte à double tour, s’emparant des clés qu’il secoue devant elle. Je garde ça, au fait. Je te les rendrais quand je m’en irais. Et il les met dans sa poche, se rapprochant de la E qui semblait tétanisée, se penchant sur elle pour s’emparer une seconde fois d’elle, ses mains prenant simplement place sur ses épaules alors qu’il inclinait la tête pour mordiller son lobe d’oreille, doucement, alors qu’il murmurait au creux de son oreille.

On va bien s’amuser aujourd’hui, toi et moi… Rien-que-toi-et-moi, mhh?

Et sa langue glisse sur sa boucle d’oreille, au fur et à mesure qu’il resserre son emprise sur ses épaules. Et ses canines se glissent entre l’anneau, le tenant fermement.

Puis, Anshu tire, d’un coup sec.

Le prince, totalement redressé, observa son oreille en sang, alors qu’il lâcha sa boucle d’oreille, cette dernière tombant au sol, se mêlant aux quelques goûtes vermeils qui s’y écoulait déjà. Ses lèvres et une maigre partie du bas de son visage étaient tâchées de son sang qui avait giclé contre sa peau, alors qu’Anarchy elle, en était couverte, la texture amère coulait sur ses doigts alors qu’elle essayait vainement de stopper le saignement, dégoulinant sur sa main puis tachant alors son bras et ses vêtements.

Anshu lui arrache une main pour laisser le lobe de son oreille littéralement déchiré être exposé aux microbes de l’air qui s’accrochaient à sa plaie et la brûler plus encore alors que sa langue glissait sur ses doigts, essuyant le sang présent sur ces derniers - un goût dégueulasse commençait déjà à envahir son palet.

Ce jour-là, tu n’as pas connu l’enfer. Mais, aujourd’hui, tu vas y goûter, puis savourer. Et enfin, tu pourras être traumatisée. Peut-être à vie, qui sait ?

© Nightmare sur Épicode.
color ; #764a61


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockMer 31 Déc 2014 - 1:22
search and destroy


ft. anshu

Le premier éclair qui transperce ton esprit – la peur. Une peur panique, si intense que ton cœur semble manquer quelques battements, avant de partir sur un rythme effréné. T'as l'impression de rêver, d'être coincée dans un cauchemar foutrement réaliste. Et c'est quand il ouvre la bouche que tu prends conscience de la véracité de cette scène ; parce que tu t'entailles très légèrement l'intérieur de la joue avec une canine, un frisson parcourant ton échine. Cette voix calme, si calme qu'elle n'en est que plus terrifiante.

« J'avais envie de te voir, Anarchy. »

L'air s'échappe une nouvelle fois de tes poumons, chacune de ses paroles se plante dans ton crâne comme autant de couteaux – lames qui n'apportent que la même sensation, la même émotion. Tu sais déjà ce qui t'attend, tu devines aisément le sort qu'il te réserve ; son sourire parle presque pour lui.
Et ses serres emprisonnent tes poignets, t'empêchent d'exécuter le moindre mouvement. Par pur réflexe tu te débats inutilement, animée par la haine et la répulsion qui font briller ton regard bleu. T'es terrifiée, mais aussi pleine d'une rancune sans borne. Et c'est ça que tu veux exploiter, tu veux l'utiliser pour te défendre – mais sa poigne reste trop ferme, il est bien trop fort pour toi et tu le sais. Une dure vérité, qui se prouve une nouvelle fois. Changer de don est une bonne chose, sauf lorsqu'on est incapable de le maîtriser.

« Tu m'as manqué. C'était ton anniversaire hier ? T'as quel âge ? Mâchoires fermement serrées, tu fais passer toute cette rage passive dans tes yeux, inutile. Je m'en tape. Je vais passer la journée avec toi. »

Rejetant le désespoir qui cherche à s'abattre sur toi, tu tentes de maîtriser tes propres tremblements, de dompter ce corps stupide – stupide, mais qui réagit naturellement face au prédateur. T'as plus grand-chose d'humain, mais rien de bien terrifiant. Juste un chaton face au lion, au lion qui s'apprête cependant à le dévorer, ou à simplement le torturer. Le torturer pour savourer ses hurlements.

« On va bien s'amuser aujourd'hui, toi et moi... Rien-que-toi-et-moi, mhh?

Tu fermes subitement les yeux, t'attendant à la douleur. Douleur qui vient quelques instants plus tard – des lambeaux s'étendent depuis la blessure, coulant jusqu'à ta poitrine, jusqu'à chacune de tes terminaisons nerveuses. Le cri qui s'échappe d'entre tes lèvres te semble venu d'ailleurs, de loin. Portant instinctivement les mains à ton oreille déchirée, tu sens tes jambes ramollir, sans pour autant te laisser tomber au sol.

L'hémoglobine s'étend sur ton oreille, sur tes doigts. Tu sens le liquide épais qui coule sur ton épiderme, ravivant de douloureux souvenirs, de traumatisantes sensations. Mais pas un autre son ne sort de ta bouche, tu ravales les gémissements en même temps que ta salive. Tu transpires le dégoût, Anarchy. Le voir lécher ton propre sang, ça t'écoeure tout bonnement. Et tu le signifies dans un simple coup d'oeil plein d'un mépris foutrement honnête. Oui, derrière la proie apeurée tu gardes cet orgueil, cette fierté.

Parce que tu te sens capable d'endurer tout ce qu'il te fera, parce que tu refuses de te laisser abattre, peu importe ce qui t'attend.
« Ce jour-là, tu n'as pas connu l'enfer. Mais, aujourd'hui, tu vas y goûter, puis savourer. Et enfin, tu pourras être traumatisée. Peut-être à vie, qui sait ? »

Rassemblant les bribes de courage au fond de ta poitrine, tu passes un coup de langue nerveux sur tes lèvres sèches et ne bouge pas d'un millimètre. Tu le toises de ton mètres soixante-cinq, effaçant au mieux chaque parcelle de peur. T'es pas qu'une fille faible, t'es pas qu'une victime. Tu es Anarchy Scarlet, bordel de merde. Celle qui porte les couilles de ton con de frère, celle qui a déjà su arrêter un S. Alors tu laisses un léger sourire, plein de mépris, se dessiner sur ton visage, malgré la douleur, malgré la brûlure.

« C'est pas une merde comme toi qui va me traumatiser, tes manières de foutu prince ont rien d'impressionnant. »

Et ton rictus dévoile les crocs inhumains qui refusent de s'en aller depuis quelques jours. Tu ne ripostes pas, non. Tu préfères te battre par le stoïcisme, cette fois. Il n'aura pas le plaisir de t'entendre crier une nouvelle fois. Tu déglutis encore, soufflant doucement. T'as aucune idée du level de douleur qui risque de te tomber dessus, mais t'es déterminée.

« J'emmerde toute ta pseudo-classe, et ton grand manitou le Ranker en premier. »

Arrogance ? Non, fierté de rouge. Fierté de Scarlet.
Mais pas pour longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockMer 31 Déc 2014 - 15:47
[TRASH] search and destroy Δ anshu. Large
Boum.
feat Anarchy L. Scarlet



Anarchy ne se plie pas, ne se courbe même pas. Elle reste droite, fière, peut-être un peu trop. Et malgré la douleur, elle parvient à sourire, preuve qu’elle peut supporter bien plus, et que c’est pas ça qui allait la soumettre.

C'est pas une merde comme toi qui va me traumatiser, tes manières de foutu prince ont rien d'impressionnant.

Ah. Très bien. Peut-être l’avait-il un peu sous-estimée. Anshu se porte une main nerveuse à la nuque pour masser celle-ci, son visage affichant une mine un peu irritée. Il parvient à apercevoir des canines aiguisée surgir d’entre ses lippes, et, c’est trop concentré sur ça qu’il laisse les derniers mots de Scarlet raisonner dans sa tête sans prendre la peine d’y réfléchir ou même d’y répondre. Mais même s’il ne les as pas proprement analysés, il les a écoutés, et c’était suffisant.

Tu es… une fille étrange. Souffle-t-il, faiblement. Ses yeux se lèvent sur elle, soudainement plus calmes, en même temps qu’il cherchait son lit. Ceux-ci se posent sur une chambre, et, y jetant un coup d’oeil, il y remarque  lit défait et des volets entrouverts ; c’était forcément la sienne, personne d’autre qu’elle n’avait l’air d’être là pour l’instant. Il l’ammène à l’intérieur sans lâcher son bras, pointant son oreille dégoulinante d’un doigt dégoûté.

Tu vas finir par tomber dans les pommes si t’arrêtes pas ton saignement, espèce d’incapable irresponsable et faible, beh.

Elle semblait se foutre de ce qu’il disait - pas prête à montrer le moindre signe de coopération. C’est à la fois ennuyant et intéressant qu’elle soit ainsi, même si ça deviendra vite lambinant. Il embrasse la pièce du regard, à la recherche d’un truc, n’importe quoi, qui pourrait être intéressant.

Dur de ce concentrer avec une Anarchy qui se mettait à le griffer et qui se débattait pour s’échapper de sa poigne. Un regard en sa direction, il finit par lâcher son bras pour empoigner ses cheveux d’une main, lui faisant de ce fait relever la tête.

Les femmes, vous êtes vraiment toutes pareilles.

Sur ces mots il cogne son front contre bureau - pas spécialement fort, juste suffisamment pour la sonner et pour qu’elle se souvienne ce qui c’était passé à la piscine. Il prend rapidement l’écharpe qui tenait sur le dossier de la chaise pour la nouer autour de ses poignets désormais liés. Relevant sa tête, il la pousse contre le siège afin de la faire s’asseoir, se penchant ensuite à sa hauteur.

Ton audace me plaît. Mais à certain moment, il faut savoir mettre sa fierté de côté. A l’heure actuelle, c’est moi qui te domine, et jusqu’à preuve du contraire, c’est toi la plus faible. Alors… Sa main glisse sur son menton qu’il empoigne, le relevant afin de pouvoir observer ce regard de braise qu’elle lui offrait. Mais ses yeux s’attardent sur son cou. Anshu l’avait mordu à l’endroit où trônait à présent un tatouage - il en était sûr. Il l’avait mordu si fort qu’il avait senti sa peau se déchirer sous la pression de ses dents. Il lâche sa peau, lentement, ses yeux se posant sur les siens, plissés.

Pourquoi tu t’es fait un tatouage à l’endroit où je t’ai mordu ? Pourquoi tu as voulu cacher ça ? Il s’arrête, soupirant. ...Alors que je peux, maintenant, te laisser d’autres traces, encore et encore ? Tu comptes toutes les voiler ?

Les mains du prince se posent sur ses cuisses de sa proie, s’appuyant sur elle.

Moi qui commençait à avoir pitié de toi. Il glisse une main sur le bureau, le tâtant curieusement, un oeil la suivant du regard pour voir ce qu’il pourrait attraper. Une paire de ciseaux résidait dans un pot rempli de stylo et de merdes du genre. Il prend l’arme, glissant la pointe aiguisée sur le cou de la E tâché de son sang sec.

Je vais te le retirer, ton tatouage, ici-même, maintenant. Qu’en dis-tu, Anarchy Scarlet ?

© Nightmare sur Épicode.
color ; #764a61


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockJeu 1 Jan 2015 - 21:05
search and destroy


ft. anshu

L'assurance aurait dû s'envoler, la fierté aurait dû être remplacée par cette peur qui cherche à te consumer. Mais non, tu restes plantée là, arrogante et courageuse – voire suicidaire. Une fille étrange ? C'est pas la première fois qu'on te sort ça, même si d'ordinaire les circonstances sont différents. Et tu ne réponds rien, tu te contentes de le suivre platement, de te débattre et de le griffer avec toute ta force.

« Les femmes, vous êtes vraiment toutes pareilles. »

Tu grognes dans l'intention de lui faire part de ton avis sur la question, mais le premier coup se fait dur, impitoyable. Pas assez puissant pour entailler ta peau, juste pour t'étourdir, pour raviver des souvenirs que tu voudrais enfouir au fond de ta mémoire. Sans que tu ne puisses faire quoi que ce soit il t'attache et te force à t'asseoir sur un siège, celui-là même où tu trônais quelques jours plus tôt, occupée à regarder des animes suffisamment gores pour que la vue du sang te laisse totalement impassible.

Enfin, tout sang qui ne serait pas tien.

« Ton audace me plaît. Mais à certain moment, il faut savoir mettre sa fierté de côté. A l'heure actuelle, c'est moi qui te domine, et jusqu'à preuve du contraire, c'est toi la plus faible. Alors... Tu fermes pas les yeux, tu le fixes sans honte, sans cacher ta haine. Pourquoi tu t'es fait un tatouage à l'endroit où je t'ai mordu ? Pourquoi tu as voulu cacher ça ? ...Alors que je peux, maintenant, te laisser d'autres traces, encore et encore ? Tu comptes toutes les voiler ? »

Et tu restes enfermée dans ton silence de morte. Pas de réaction, pas de réponse. Comme si tu n'étais qu'un pantin. Qu'une poupée désarticulée.

« Moi qui commençait à avoir pitié de toi. Je vais te le retirer, ton tatouage, ici-même, maintenant. Qu'en dis-tu, Anarchy Scarlet ?
- J'en dis que tu peux aller t'faire foutre, Anshu. »

C'est articulé comme la pire d'insulte, et suivi d'un crachat. T'es pas prête de gémir, de le supplier. T'es loin d'essayer de t'enfuir – tout simplement parce que t'as compris depuis le début que ça ne servirait à rien. Or tu détestes les pertes de temps. Sans chercher à comprendre plus que ça, tu bascules sur le côté opposé à celui où l'arme est dirigée, et te laisses tomber au sol avec le siège. Tu pourrais essayer de ramper, de te réfugier n'importe où. Mais non, tu te contentes de pousser la chaise vers l'égyptien et de te relever, les mains toujours nouées.

Tu sais que t'as aucune chance en restant humaine, mais tu veux pas te transformer aussi tôt, tu veux pas qu'il comprenne exactement ce qu'est ton nouveau don. Alors tu te contentes d'un sourire provocateur, dévoilant de nouveau des canines prédatrices. Mais l'excitation et l'adrénaline sont trop fortes, tu sens déjà ta vision se brouiller, avant de devenir plus précise, plus claire. Tu jures et fermes les yeux – première erreur.

« Tu vois connard, y a des moments où c'est pas la force qui décide d'une putain d'victoire, mais l'environnement. »

Tu rabats une nouvelle fois tes paupières en arrière et le transperce de tes nouveaux yeux, transpirant la fierté et l'arrogance. Ces fentes noires, entourées de bleu. T'as presque l'impression d'être à la hauteur, jusqu'à ce que ton oreille te rappelle à l'ordre, jusqu'à ce que la perte de sang te mette à genoux. Nouveau juron craché d'une voix rauque et ta vue se trouble, tu t'écrases par terre. Il avait peut-être raison à propos du saignement.

Le meilleur dans l'histoire, c'est que t'es consciente. Mais t'arrives pas à te relever.


tentative d'être badass... fail.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockVen 2 Jan 2015 - 19:35
[TRASH] search and destroy Δ anshu. Large
Boum.
feat Anarchy L. Scarlet



Sa salive s’écrase contre ma joue, que je ne prend même pas la peine d’essuyer. Mes yeux se plissent, mes pupilles rétrécissent, mes poings se serrent. L’agacement commence sérieusement à me titiller et je commence à être lentement à court de patience. L’autre fois, ses réactions étaient plutôt excitantes et drôles, mais… là, j’ai limite même plus envie de rester ici.

Je passe une main derrière ma nuque, observant alors Anarchy au sol, elle, et son regard provocateur. J’ai toujours aimé les gens avec du caractère, mais c’est pas drôle s’ils se plient pas. Je peux pas vraiment faire grand chose, si je la défonce trop, certes les S verront leur réputation grimper mais ça va aussi me coller des problèmes avec les brutes épaisse de ce bahut. Sans mon ancien don, je suis plus autant sûr en ce qui concerne ma protection. Tellement barbant.

Tu vois connard, y a des moments où c'est pas la force qui décide d'une putain d'victoire, mais l'environnement.

Je me sens un peu mal à l’aise de pas arriver à déchiffrer la phrase d’une E, pour être honnête. Je laisse la paire de ciseaux tomber au sol et prend finalement place sur son bureau, écartant ses affaires. Ma myopie m’empêche de voir clairement ses pupilles, mais elles semblent différentes de d’habitudes. Plus fines. Plus félines - oui, j’ai observé de nombreuse fois ce genre d’yeux.

Hmm. Elle s’écroule. Fallait s’y attendre. Je lui avais bien dit.
Même si elle me rembarre, elle peut rien faire de plus, car, contrairement à elle, je tiens sur mes deux pieds. Je ne peux m’empêcher de sourire, repliant un pied contre moi.

Hey. J’étais pas au courant que t’avais un nouveau don. Canines acérées, et ça… Faudrait pas me prendre pour un con, je fais pas partit de ta classe d’attardés hein.

Si elle se transforme en chat ça va être dur pour moi de lui faire subir mes sévices, un chien, pourquoi pas mais je vénère trop les félins pour pouvoir leur faire du mal. C’est chiant.

Mon corps quitte le bureau, et je m’approche de son corps inerte qui m’observe d’un oeil affaiblit, une lueur sadique s’allumant dans mon regard. Elle se livre elle-même à son bourreau - si ce n’est pas mignon.

Pour tout t’avouer Anarchy, t’as de la répartie et ça me fait bien chier, mais bon. Je pose mon pied sur son crâne. T’étais déjà une merde avant, devoir t’adapter à un nouveau don… Ça doit être dur. Je presse mon talon contre sa tête, la toisant. Quand j’ai changé de don, j’étais aussi pas mal troublé, et je pensais avoir les même capacités qu’un E. Je me suis trompé, je sais au moins me contrôler quant à son activation.. Mensonge Anshu, mensonge. C’est sorti tout seul, et pourtant.

Je vois ses lèvres s’entrouvrir d’en haut, et avant qu’elle me lâche une autre fois des pics toxiques, mon pied s’abat contre son oreille meurtrie. Cette fois-là, j’entend un gémissement infime, s’échapper de ses lèvres. Et c’est cette réaction qui me pousse à aller plus loin.

Je lui donne un second coup de pied, plus puissant, dans le ventre cette fois-ci. C’est en m’apprêtant à lui en coller un au visage que je sens une douleur stridente électrifier mes bras et mes mains. Mes yeux se posent instinctivement dessus, avant de se plisser en observant le sang s’échapper de ma peau. Cette douleur, je l’ai vécu trop de fois pour m’en préoccuper. Dans tous les cas, même si elle aperçoit mon don, elle sera pas en état pour savoir ce que c’est, et même s’en souvenir demain, quand elle se réveillera.
...Si jamais elle se réveille?

Je me penche et agrippe sa chevelure entre mon poing, lui faisant de ce fait relever le visage. Heh… De ma main libre, j’attrape la paire de ciseaux au sol, avant de lui couper la crinière qui tenait entre mon poing, rattrapant le corps d’Anarchy avec le pied. Je lâche ses cheveux à présent séparés de sa tête, les laissant s’éparpiller au sol. Je préfère quand tu as les cheveux courts, cependant. Ca va mieux avec les traits de ton visage. J’déconne, j’y connais rien.

J’attrape ce qui lui reste de cheveux pour la relever, soutenant son corps avec mon bras. Mes ongles se plantent dans son crâne que j’empoigne fermement avant d’écraser son visage contre un des murs blanc de sa chambre, alors que je chante ce qui me passe par la tête, emporté par cette excitante adrénaline. Stop talking to me, just like I don't even bleed... Sa tête, tape une seconde fois, j’aperçois du sang s’échapper de son nez. This cross is heavy when you're my.. Temps de pause, son visage cogne une énième fois contre le mur qui commence à se tâcher de son liquide carmin. Soul.. Agrippant mieux sa tête, son front entre une ultime fois en collision avec le mur. Sucker.

Je lâche sa carcasse qui glisse contre le sol, laissant une traînée rougeâtre derrière elle.

Tu es un monstre, Anshu.

©️ Nightmare sur Épicode.
color ; #764a61




panda qui pleure panda qui pleure
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockSam 3 Jan 2015 - 20:53
search and destroy


ft. anshu

« Hey. J’étais pas au courant que t’avais un nouveau don. Canines acérées, et ça… Faudrait pas me prendre pour un con, je fais pas partie de ta classe d’attardés hein. Tu réponds rien, incapable de bouger le moindre muscle - t’as beau essayer, ne serait-ce que pour protéger ton oreille, rien ne répond. Pour tout t’avouer Anarchy, t’as de la répartie et ça me fait bien chier, mais bon. T’étais déjà une merde avant, devoir t’adapter à un nouveau don… Ça doit être dur. Quand j’ai changé de don, j’étais aussi pas mal troublé, et je pensais avoir les même capacités qu’un E. Je me suis trompé, je sais au moins me contrôler quant à son activation.. »

T’aurais aimé te relever et lui déchirer la jugulaire d’un coup de griffe, mais c’est son pied à lui qui tombe. Sur ton oreille blessée, geste qui t’arrache un gémissement à peine contenu. Tes forces te quittent déjà, les pics de douleurs s’infiltrent une nouvelle fois dans ton corps, prenant source aux différents endroits frappés par l’égyptien. Et à chaque fois tu serres les dents, tu retiens le cri qui tente de s’échapper, le muant en grognement, en glapissement ou simplement en juron.

Tu craches un mélange de salive et de sang lorsque tu remarques celui qui s’échappe de ses membres. Instinctivement, tu lèches tes lèvres pour les nettoyer, presque hypnotisée. N’oublie pas ça Anarchy, n’oublie pas. Rappelle-toi, même si ça t’oblige aussi à te rappeler de la douleur, des coups et des blessures. Et tu répètes ces ordres mentalement, plus faiblement au fil des secondes.

Tu les sens à peine, tes cheveux tendus. Tu remarques presque pas qu’il te les coupe, les yeux entrouverts. Tu vois les mèches mais le message ne monte pas au cerveau - cerveau trop occupé à évaluer les dégâts. Ton ventre te fait horriblement souffrir, tant et si bien que c’est plus fort que toi ; tu gerbes de la bile au sol, un goût amer emplissant aussitôt ta bouche. T’entends même pas ce qu’il te dit, assourdie par le flot de douleur qui s’enfonce en toi à chaque mouvement.

Et quand il enfonce ton visage dans le mur, tu redeviens brièvement lucide. Juste le temps de sentir le plâtre contre ton faciès, pour sentir ton nez se tordre et tes mâchoires s’entrechoquer brutalement. Tu le retiens pas, le grondement guttural - pas non plus le hurlement qui suit au deuxième coup. Il chante. Ce connard chante en t’encastrant dans ton propre mur. Tu t’étouffes à moitié dans tes propres fluides, crachant et soufflant dès que l’occasion se présente. Tu voudrais tomber dans les pommes, pour ne plus entendre ton crâne tinter sourdement contre la paroi, pour ne plus sentir l’hémoglobine remplir ta bouche, t’empêcher de respirer.

T’as l’impression que tu vas crever, t’as même plus les signaux de ton instinct, tu sens plus grand-chose à part ton corps meurtri. Mais lui, tu le sens comme jamais. Chaque terminaison nerveuse qui brûle littéralement, chaque futur bleu et, plus encore, ton nez ensanglanté. Les blessures réouvertes, les nouvelles qui s’incrustent, qui incendient toute ta carcasse. T’as la sensation d’être dans un incendie, à brûler vive sans que rien ni personne ne puisse te sauver, ne puisse atténuer ce calvaire.

Et tu t’écrases finalement au sol, non sans que ta tête frotte le mur blanc - pour le peindre en un rouge vermeil. Même plus la force de pleurer, de crier ou de gémir, encore moins de te transformer. Tu te recroquevilles - est-ce que tes arcades sourcilières sont toutes les deux ouvertes ? Tu sais plus de quelle plaie vient le sang qui coule sur ta peau, t’arrives pas à compter le nombre d’endroit où ta peau s’est fendue, où tes os ont manqué de se briser. T’es même pas sûre de survivre, ne serait-ce qu’aux hémorragies.

Inerte, simplement étalée au sol comme une poupée inanimée, t’ouvres difficilement les yeux, fixant un point fixe.
Le pire dans tout ça, c’est que tu peux même pas espérer que c’est bientôt fini. Parce que t’en as aucune idée.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockDim 4 Jan 2015 - 1:14
[TRASH] search and destroy Δ anshu. Large
Boum.
feat Anarchy L. Scarlet



Un silence, pesant.
Une odeur suffocante de sang. Leur sang. Mais surtout celui d’Anarchy.

Sa chambre en bordel. Ses murs tâchés de rouge. Un corps, inerte - celui de la E, baignant dans son propre sang alors que sur son lit était assis le prince, observant sa victime lutter, sans doute entre la vie et la mort.

Ça faisait à présent une demi-heure. Une demi-heure qu’elle était par terre, sans bouger un seul doigt. Mais elle était en vie, il entendait son souffle haletant, sa gorge sans doute encombrée par des caillots de sang qu’elle ne parvenait pas à cracher, lui coupant la respiration.

Senteur amère qu’Anshu a presque du mal à respirer. Tout ce sang ne le rendait pas indifférent, et l’anxiété réveillait un peu plus son don qu’il essayait d’intérioriser le plus possible. Avait-il déjà terminé de s’amuser avec elle ? Il l’interroge.

T’es morte, Scarlet ? Calme, serein, comme s’il venait simplement de lui mettre un poing dans la gueule. Pas de réponse, il pousse un soupir et se lève, venant s’accroupir à côté d’elle pour jeter un regard à son visage salement amoché - les yeux pourtant bien ouverts, et à présent posés sur lui. Il n’aperçoit même plus l’once d’animosité dans son regard, et c’est un second soupir qui s’échappe de ses lèvres.

Je sais que j’ai pas à te le dire, mais déteste-moi, Anarchy. De toute ton âme. Je veux que toute ta haine me sois dédiée. ...Toute ta haine, et toute ta peur. Anshu se lève, un sourire aux lèvres, jetant un coup d’oeil au réveil sur la table de chevet. Il est déjà treize heure, désolé pour toi. Je compte te laisser vivante, je pense pas être un meurtrier, mais sois sûre que j’ai pas terminé de m’amuser avec toi. Je vais te laisser quelques instants de repos, cependant. Moqueur. Ce serait inhumain de te faire endurer ça non-stop.

Le prince quitte la chambre, son sourire s’effaçant juste après, un rictus le remplaçant. Cherchant la salle de bain, il la trouve bien rapidement, jetant un coup d’oeil au miroir. Son teint était devenu livide et l’odeur du sang lui avait retourné l’estomac. Il plaque sa main ensanglantée à son visage, fermant les yeux quelques secondes. Tellement pathétique. Son propre sang lui fait tourner la tête, et c’est rapidement qu’il sent le peu de bouffe qu’il a ingurgiter remonter, se dirigeant alors rapidement vers les toilettes où il soulève la cuvette, l’agrippant comme s’il allait mourir, se laissant par la suite vomir.

Grimace. Ses membres tremblent - quelle sensation de faiblesse. Sans doute jamais eu autant honte de sa vie. Il tire la chasse, laissant retomber son bras le long de son corps, comme vidé de ses forces, se rinçant par la suite le visage. Perdre sa crédibilité si rapidement. Torturer quelqu’un, lui faire gerber son sang avant d’y aller à son tour, y’a rien de plus honteux.

Les lames étaient pratiquement entièrement sorties de ses mains, n’étant presque plus apte à les bouger tant la douleur était intense - au final, il a craqué avant elle, les paroles qu’il lui avaient craché tout à l’heure n’étaient que du vent.

Quittant avec regret la salle de bain, il rejoint la chambre - ou plutôt, la salle de torture tant elle était devenue glauque - d’Anarchy, se sentant presque défaillir tant cette horrible odeur ne lui avait pas manqué.

Le sang sur le mur avait eu le temps de sécher, et c’est quand il baissa les yeux sur le corps de la dauphine qu’il aperçoit qu’elle avait changé de position, à présent sur le ventre, alors qu’une tâche de sang représentant vaguement une main tâchait ses draps blancs. Il était certain qu’elle avait essayé de s’appuyer dessus afin de se relever, ou quelque chose du genre.

Anshu n’osait presque plus l’observer tant il l’avait amoché, à la fois fier et dégoûté de ce monstre qu’il avait crée. N’étant pas capable de se servir de ses mains, il entoura ses bras autour d’elle pour la redresser, évitant le plus possible de se tâcher, déposant son dos contre le mur et la faire tenir droit. Il prend place en face d’elle sur le lit, assis, l’observant un long moment pour savoir ce qu’il pourrait bien lui faire. Un silence s’installe, presque reposant.

Pourquoi continuer ?
Pourquoi être venu là, Anshu ?
Pourquoi avoir torturé Anarchy sans aucune raison, si ce n’est le plaisir de la voir pour une fois, soumise ?
Pourquoi faire tout ça ?
Pourquoi faire tout ça alors que tu vas peut-être subir mille fois pire par ses proches ?


Bonne question.
Il n’en avait foutrement aucune idée, même en réfléchissant.
Vraiment devenu cinglé, Anshu.

Je sais ce que je vais te faire.

Prenant son courage à deux mains, il dépose une lame contre le coin de la table de chevet. Et d’un seul coup, il exerce une pression violente sur sa main, l’attirant vers le bas, la lame arrachant sa peau, entaillant le dos de sa main, avant d’aller s’écraser au sol. Rien ne s’échappe de ses lèvres, Anshu reste crispé, plié en deux, les dents serrés à se les briser une par une, alors qu’il fondait littéralement en arme, la douleur étant trop intense. Et pourtant, il ramasse la lame au sol, ses yeux se posant jusqu’à Anarchy, tentant de reprendre le peu de contenance qu’il lui restait en se redressant, essuyant ses larmes d’un bras.

Il avait eu tellement mal que le fait de bouger ses doigts faisait que le chatouiller, et il profita de cette courte sensation - qui n’est rien d’autre qu’une illusion - d’avoir les mains indolores pour glisser au sol, entre les jambes d’Anarchy, lui relevant le haut tâché de sang, glissant un bout sous son soutien-gorge pour le faire tenir. L’idée de la violer n’a même pas traversé une seconde son esprit, alors qu’il posa la pointa de la lame au niveau de son estomac.

Ça va faire mal, très mal. Mais ce sera plus précieux que tous les tatouages que tu t’es fait jusqu’à maintenant.

Et la lame pénètre sa peau et la déchire, alors qu’il gravait lentement la lettre “S” sur son ventre. Il entend quelques gémissements s’échapper de ses lèvres, entrecoupés de toux. Le sang coule abondamment le long de sa peau, et l’odeur âcre n’en est que renforcée.

C’est une fois terminé qu’il laisse la lame tomber contre le sol, fixant intensément la lettre, comme un enfant fier du dessin de papa et maman qu’il a réalisé. Un maigre sourire, ressemblant plus à une grimace déforme son visage alors qu’il s’écarte, sentant les lames restantes rentrer lentement à l’intérieur de lui.  

Et, contrairement à un tatouage, il restera à vie.


© Nightmare sur Épicode.
color ; #764a61



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockDim 4 Jan 2015 - 17:45
search and destroy


ft. anshu

« T’es morte, Scarlet ? Je sais que j’ai pas à te le dire, mais déteste-moi, Anarchy. De toute ton âme. Je veux que toute ta haine me sois dédiée. ... Toute ta haine, et toute ta peur. Il est déjà treize heure, désolé pour toi. Je compte te laisser vivante, je pense pas être un meurtrier, mais sois sûre que j’ai pas terminé de m’amuser avec toi. Je vais te laisser quelques instants de repos, cependant. Ce serait inhumain de te faire endurer ça non-stop. »

Pour toute réponse tu lâches un espèce de soupir - proche du sanglot. Te laisser du repos ? C’est presque pire. Parce que t’as le temps de récupérer, de sentir toute la douleur faire rage dans ton corps, ans ton âme, dans ton cerveau. Oh pour le haïr tu le hais, tu le hais déjà avec toute ta force et toute ton âme. Mais il le sait - il le sent. C’est l’évidence. Et là, écrasée dans tes propres fluides, tu ne réagis même pas pendant quelques instants, rassemblant ton énergie dans l’espoir de pouvoir te relever.

Inutile.
Ton corps ne répond même plus à tes signaux. Tu sens chaque fibre qui le compose, mais aucune n’obéis à tes ordres - et des larmes commencent à couler silencieusement sur ton visage, se mêlant à l’hémoglobine, à la salive et peut-être à un peu de bile. Faiblement, mobilisant toute ta rage dans ce simple geste, tu t’accroches au drap, tu pousses pour te redresser. Mais bien vite la prise se relâche, tes poumons se vident de leur air et ta motivation s’efface. Tu l’entends s’affairer dans la salle de bain, la peur s’empare si rapidement de toi qu’elle te coupe le souffle, t’étouffe sans plus de cérémonie. Il ne va pas te tuer, oh non. Il va faire bien pire Anarchy, il va te faire souffrir à en hurler, à en supplier. Tu retombes mollement au sol, glissant une fois de plus dans la mare qui s’y est formée.

Et quand ses bras passent autour de ta carcasse inanimée, t’as de plus en plus envie de vomir, de cracher tout le venin qui passe dans tes veines. Tu brûles de l’intérieur Anarchy, t’as été empoisonnée par le plus foudroyant mélange - détester et craindre. Ton coeur bat si vite que différencier une pulsation de la suivante devient dur, tu vas peut-être finir par crever, sans qu’il l’ait planifié. Qui survivrait à ça, après tout ?

« Je sais ce que je vais te faire. »

Sa voix te semble si lointaine, comme surréaliste. Tu n’en comprends qu’à moitié le sens, complètement assomée. T’aurais préféré qu’il ne te tire pas aussi violemment vers la réalité. Qu’il se contente de planter cette lame dans sa chair à lui, pas dans la tienne. Ses paroles ne t’atteignent pas, mais la cuisante douleur qui s’insinue en toi à l’instant où l’arme perce ta peau t’électrocute. Une violente brûlure remonte jusqu’au creux de ton être lorsqu’il trace la première courbe au milieu de ton ventre, t’obligeant à serrer les dents si fort qu’un craquement retentit, venant probablement de tes mâchoires. Et tes yeux se révulsent à cause de l’entaille assez profonde pour faire couler un flot de sang sur ton corps, ton jean et le sol. Le sang ruisselant de ton visage t’empêche de voir, mais à l’intérieur tu sens la lettre qu’il grave, tu la comprends assez vite pour que l’horreur se mêle au kaléidoscope d’émotions déferlant dans ton esprit déjà en miettes.

La seconde courbe est découpée dans ta chair, t’arrachant cette fois le hurlement qui incendiait ta gorge. Tu cries et aussitôt le flot de larmes que tu retenais tant bien que mal coule, coule si fort qu’il draine le reste de ton énergie. Tu t’écroules en même temps que la lame, portant une main faible à la blessure. Tu pleures, tu pleures à t’en déshydrater. Mais tu ne supplies pas. Tu ne dis pas un mot. Tu serres toujours les dents, tu te mords la langue pour ne pas recommencer. Chaque battement de coeur te fait mal, chaque respiration brûle tes poumons.

T’en peux déjà plus Anarchy, et tu sais pas combien de temps ça lui a pris. T’as perdu la notion du temps, ça t’a semblé assez long pour que le monde autour de vous tombe. Tu vomis une nouvelle fois au sol, tes mèches coupées tombant faiblement sur le sommet de ton front ouvert.

Mais tu sombres pas. Tu te laisses pas bouffer par l’inconscience, tu t’accroches à cette douleur assez réelle pour t’obliger à garder les yeux ouverts. Endure. Endure.

Survis.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clockMer 14 Jan 2015 - 19:31
[TRASH] search and destroy Δ anshu. Large
Boum.
feat Anarchy L. Scarlet



Un silence écrasant s’était abattu. Seul les reniflements et la respiration bruyante d’Anarchy animaient cette pièce. Anshu sommeilait et profitait de ce calme pour mettre les choses au clair dans son esprit, les yeux entrouverts posés sur le plafond, préférant peut-être à l’heure actuelle ce blanc au rouge qui couvrait le sol, les murs, les vitres, et les meubles. Il allait s’en doute s’en aller après - si jamais il lui faisait endurer des trucs supplémentaires, son corps n’allait pas le supporter et ça la tuerait sûrement, d’autant plus qu’il n’a foutrement aucune idée de quand on la retrouvera ici.

Les heures passent. Lentement, terriblement lentement. Le prince a eu le temps de faire trois fois le tour du domicile et d’analyser chaque recoin de chaque endroit. Même en se rinçant le visage plusieurs fois, il avait l’impression que cette odeur de sang restait collé à sa peau et refusait de partir et c’était vraiment désagréable.

Une délivrance. Cette journée n’était pas si agréable, mais elle semblait pourtant tellement apaisante pour le S qui était rongé par ses démons affamés depuis des jours - si ce n’est des semaines ? -, cette pensée lui arracha un maigre sourire. Il se sentait comme un esclave affranchit - libéré de ses chaînes qui n’étaient rien d’autre que ses propres démons qui grattait la matière organique et dévoilaient sa chair.

Oui, Anshu n’était rien d’autre que la proie de ses pulsions sanguinaires et sadiques - ou peut-être est-ce c’est ce qu’il pensait être, une victime, tout simplement rongé par son passé qui lui courrait encore après alors qu’il avait tourné la page sur son ancienne vie depuis quelques temps. On sait tous qu’il avait encore les yeux posés sur cette page souillée et qu’il était juste fou. Que tout ça n’était rien d’autre que le fruit de ce qu’il a toujours voulu être pour se prétendre puissant.
Tu as réussi Anshu Agni - et qu’en est-il à présent ? Il te suffit d’assumer ta démence, rien de plus. D’assumer que ce n’est pas ton passé qui t’a rendu ainsi, mais toi. Toi, et seulement toi.

Il se redresse et se lève du lit, ses talons claquant contre le sol encore trempé de sang, créant des traces cramoisies à chaque pas qu’il faisait. Il s’arrête devant le corps encore inerte de la E souillée, corps et âme.

Il se fait tard, j’y vais. Il l’observe longuement avant de prendre un peu de recul, lui crachant dessus. J’espère que ça t’a servi de leçon - et j’espère qu’à l’avenir tu réfléchiras avant de te frotter à un S, ou plutôt à moi.

Il tourne les talons, sortant les clés de sa poche pour déverrouiller la porte et les jeter sur le canapé, claquant la porte derrière lui.

Jamais il n’a été aussi soulagé de voir la lumière du jour, et de sentir l’oxygène qui semblait si pur et rafraîchissant en comparaison à l’odeur renfermée et pourrie qui régnait dès à présent dans le cabanon d’Anarchy, et qui régnera sans aucun doute en elle pendant longtemps.

C’est en s’apprêtant à quitter la rue qu’il aperçoit une silhouette se dirigeant vers l’endroit qu’il vient de quitter - c’était celle de Gautier. Un sourire fendant ses lèvres sèches.

Tu vas être jaloux de son cadeau d’anniversaire.

FIN

©️ Nightmare sur Épicode.
color ; #764a61





jtm à Narchy, c'était cool et jouissif, au plaisir de refaire un rp avec toi panda cannibale mang
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [TRASH] search and destroy Δ anshu.   [TRASH] search and destroy Δ anshu. 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
[TRASH] search and destroy Δ anshu.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-
Sauter vers: