Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 Révolution des non-mages - Ragnar

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Révolution des non-mages - Ragnar   Révolution des non-mages - Ragnar 1400359500-clockSam 23 Juin 2018 - 0:15
30 JUIN

Quand est-ce que tu as commencé à te rendre compte que tu ne fuyais pas seulement ton imagination ?
Tu ne sais pas, Ragnar.
Tu ne sais pas non plus combien ils étaient dans ces passages secrets, supposés ne pas l'être. Et pourtant, aujourd'hui, personne n'était là.
Personne pour te sauver, comme toujours.
Comme l'autre fois.

Ça avait commencé par une insomnie, cette fois-là. Depuis que Laetitia refusait de te fournir, ou que tu avais trop vite épuisé le stock envoyé, tes nuits avaient empiré, comme si tu avais perdu l'habitude du désespoir qu'elles t'inspiraient. Depuis ce jour-là, les nuits étaient si insoutenables qu'il était devenu habituel pour toi de sortir de promener.
Les yeux surplombés de cernes, le corps engourdi, à moitié endormi sans pouvoir se relâcher. Une lampe torche dans la main, c'était la première fois que tu passais par cet endroit - l'obscurité te rebutant suffisamment d'habitude. La nuit te calmait autant que les ombres te paniquaient. Ce soir-là, pourtant, tout se passait tellement bien.

Ta respiration était contrôlée, ton pas régulier, tu semblais calme.

Tout était parfait. Du moins, tout l'aurait été si ces types-là n'étaient pas apparus. Dans le noir, dans le silence résonnant, leurs pas s'entendaient.
Ils étaient là, se rapprochaient.
Qui est là ?
Tes yeux étaient habitués au noir, habitués à cette peur permanente, habitués à cette torture mentale. Tu savais, Ragnar. Tu connais ces intentions, cette haine, tu connais ces gens tu sais ce qu'ils sont ce que tu es tout ça tout ça tout ça...
Ça suffit.
Ça suffit.
Ça suffit.

- Qu'est-ce que tu as dit ?
- Ça suffit. Laissez-moi.

Laissez-moi à mes maux, à cette douleur imaginaire. Laissez-moi espérer que cette douleur demeure éphémère. Pensez-vous me faire peur, hommes anti-magie ? Ils le pensent, Ragnar. Ils veulent te mettre à taire, pensent faire de toi un exemple. Mais qui pleurerait sur la défaite d'un monstre que tout le monde déteste ?

Qui te regretterait, Ragnar ? Les monomageia veulent entrer dans les deux mondes, toi, tu ne correspondes à aucun des deux. Tu es une erreur, un garçon au mental si effrité que tu as cessé d'espérer guérir.
Que pensent-ils faire, Ragnar, avec leurs petits poings ?
Que pensent-ils faire, si loin de la lumière ?

- Prépare-toi, monstre répugnant. On va te saigner.

Que penses-tu faire Ragnar, en continuant de vivre ?
Que pensais-tu faire Ragnar, quand tu as commencé à espérer ?

- Hé, dans mon souvenir, tu étais plus effrayant, même si tu n'étais qu'un... haha... hahaha... HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA

Le son résonnait, comme un bourdonnement incessant.
C'est peut-être à ce moment-là que tu avais compris. C'est quand tu avais commencé à rire de ta douleur que tu avais pour de bon perdu la tête.
Tes pieds martelaient le sol sur place, ta tête tenue entre tes mains et tu riais, riais si fort, riais sans vraiment y croire, sans vraiment le vouloir, sans pouvoir t'arrêter. Tu riais parce que tu ne pouvais rien faire, parce que tu voulais tant cesser d'exister.

- O...On est vraiment obligés de l'attaquer lui ? Il est taré...
- Ne t'inquiète pas, il n'est pas vraiment danger—


En un claquement, suivi d'un bruit de verre brisé, la lumière s'était éteinte. La lampe de poche brisée sur le dos qui clignota quelques fois avant que le Monstre n'apparaisse.
Pouvais-tu le voir, Ragnar ? Sans doute pas.
Tu avais déjà sombré - et il fit un massacre, cette nuit-là. Le nombre d'assaillants qu'il a mis à terre, tu ne les comptes pas. Il n'en restait qu'un, au visage grave, plus vieux, constatant avec mépris ce que tu avais fait. Il n'en restait qu'un et avec un calme affolant, il t'aspergeait d'un spray qui annula ton pouvoir. Tes sensations semblaient différentes, ton corps rapetissait et lorsque tu repris tes esprits, il était en face de toi, le poing levé.

D'une certaine manière, une personne peut être plus effrayante qu'un groupe entier. Dans ses poings, tu ressentais la haine envers toi, la haine de tes actions imminentes que tu ne pouvais pas réaliser. Dans ses poings, tu pouvais voir les raisons de la colère qui les poussaient à frapper.
D'abord, il t'écrasa les jambes avec ses pieds pour t'empêcher de fuir, comme une certitude d'une victoire déjà acquise.

- Hé, hé, Mr B, ça ne fait même pas mal. Les aiguilles à couture étaient bieeeeen pires que ça... tu en as pris pour moi, j'espère ?
- T'es vraiment un cas toi, hein ?
Hé, Mr B, prends une autre photo de moi ! J'ai les doigts maquillés !

En suivant, ce fut la mâchoire. Il était sûrement fatigué de t'entendre, et sans ça, tu aurais continué de rire jusqu'à ce qu'il ait perdu connaissance. Les côtes vinrent après, et avant de s'attaquer à ton visage, il te traîna jusqu'à chacun des hommes que tu avais frappé, assommé et blessé afin que tu réalises tes propres erreurs.
Y avait-il vraiment un intérêt à tout ça ?
Lorsque tu avais commençais à lui sourire à la moitié du parcours, il avait compris combien il était futile de chercher à te faire comprendre quoi que ce soit. C'est à ce moment-là qu'il t'avait frappé au visage, sans doute parce qu'il était fatigué de voir ta gueule. Tu subissais sans un cri, habitué à la douleur, et tu fixais ton regard sur tes ongles colorés pour garder l'esprit droit et ne pas sombrer.
Ce n'est qu'un rêve, Ragnar.
Le monstre ne te ferait jamais mal.

- Oh, Mr B, tu es là... prends-moi en photo...

Ta voix était bien trop faible, ton regard flou, le corps affalé sur le sol des passages secrets. Il avait fallu des heures à cet homme pour sortir ses amis de là, un à un, te laissant agoniser sur le sol durant tout ce temps. Il en avait fallu quelques autres de plus pour que quelqu'un te trouve ici, une autre en plus pour que tu sois transporté à la clinique.
Ce ne fut pas mortel, juste très douloureux. Et tu n'en fus pas vraiment affecté.
Après tout, tu étais sûrement le pire qui puisse t'arriver.
Revenir en haut Aller en bas
 
Révolution des non-mages - Ragnar
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: Fini m'dame-
Sauter vers: