Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 running out of time •• pv. sarah

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: running out of time •• pv. sarah   running out of time •• pv. sarah 1400359500-clockLun 24 Nov 2014 - 18:58
RUNNING OUT OF TIME
Ses yeux d’obsidienne s’ouvrirent de nouveau sur le monde fade qu’il avait tant espéré ne plus revoir - comme il l’espérait à chaque fois qu’il s’endormait. Aiden se redressa et observa le décor qui l’entourait, surpris de voir qu’il s’était endormi sur le canapé de sa cabane. Il était là depuis deux ans et pourtant, il lui arrivait parfois de se sentir comme un nouvel arrivant - peut-être parce qu’il venait d’être transféré dans cette nouvelle chambre. Ou peut-être à cause de son horloge temporelle... particulière. Il se redressa et passa une main dans ses cheveux qui avaient encore poussé durant la nuit - les changements physiques se faisaient ressentir de plus en plus au fil du temps.
Cet enfoiré de temps.

Regarde-toi Aiden, dans ce corps juvénile.
Regarde-toi dans ce corps qui ne s’arrête plus de vieillir.

Tu te sens normal ? Tu te sens humain ?
Pas vraiment.
T’as envie de vivre maintenant que tu le peux vraiment ?
Non, pas les couilles d’essayer.

C'était cruel d'expérimenter le contre-coup d’un pouvoir que tu n’avais jamais demandé. T’as toujours voulu qu’une existence normale et c'était à ça que ton unique souhait se résumait ; la seule chose qu’on a refusé de t’accorder. Tu t’es fait baiser Aiden, on t’a filé les moyens d’être plus fort que le monde sans t’octroyer le caractère pour y arriver. T’arriveras pas à mourir, tu pourras pas rester seul - t’as plus qu’à t’attacher en espérant un jour être capable d’oublier ces personnes dont tu finiras par être forcé de te détacher.

Ca fait presque cent ans et tout est resté. Ca fait presque cent ans, et maintenant qu’on t’a rendu la possibilité de vivre, tu comprends cette existence ne durera que le temps d’un soupir.
Tu vieillis Aiden, beaucoup trop vite - et t’as encore plus peur de t’attacher maintenant, t’es même incapable de savoir si t’auras le temps d’essayer. Elles sont belles toutes ces connaissances que t’as accumulé, sûrement pas plus utiles que cet argent que t’as économisé. T'as vécu une existence vide et ça ne fait que continuer.

On achète pas le temps Aiden, pourtant dans tes histoires c’est toujours la seule chose qui ait bien pu manquer.
Il ouvre la porte de sa chambre à la volée, glisse les mains dans les poches de sa veste d’aviateur qu'il a appris à ne pas quitter. Toujours la même dégaine, toujours ce regard qui a force de souffrir a cessé de briller. Cadavre, vampire, fantôme - c’est peut-être pas tellement éloigné de ce que t’es. T’es pas plus différent qu’un autre pourtant, rien de plus qu’un type en train de mourir - t’es malgré tout incapable de profiter d’une vie qui se terminera et d’une fin à laquelle t’avais arrêté de penser.

T’as peur de commencer quelque chose sans être capable de le terminer. C’est ça de vouloir toujours aller au bout des choses Aiden, on t’avait pourtant dit que chaque chose a une fin - simple vérité que le temps t’avait fait oublier. Il jette un regard dédaigneux à la salle intemporelle qui dépasse, se retient de frapper cette horloge qu’il a toujours détesté. Ruthel est le plus apte à le comprendre pourtant, alors Aiden comprend juste pas que cette salle puisse encore exister.

C’est pas un cadeau le temps, juste un délai qu’on vous force à tenir - et aujourd’hui on lui reprenait ce qu’il avait longtemps volé. Une vie, dont il n'a jamais été capable de profiter. Il grimpe les escaliers quatre à quatre, pousse la porte de la salle des miroirs pour s’y perdre, pour se perdre dans ses propres reflets. Regarder chaque jour l’effet que le temps lui fait. C’est logique Aiden, tu devrais le savoir, elle vient de là cette impression de pas être à ta place.
Dans ce monde qui n’a plus rien de celui dans lequel tu es né.

Plus rien, à quelques exceptions près. Car les sentiments restent et les regrets continuent de te brûler le coeur à chaque fois que tu te rappelles de ton passé - à chaque fois que certaines choses se chargent de te le rappeler.
Comme ce visage familier que tu ne pourras jamais oublier.

« Salut, Blackmore c’est ça ? »

Un nom qui n’en terminera jamais de brûler ta langue usée.
Usée par le mensonge et la lâcheté.

« Tu es magnifique. » lâche-t-il sans réfléchir.

La voilà, ta vérité. Son unique fierté, celle de ce bel héritage qu’il a laissé.
pv. sarah •• novembre •• lightsteelblue
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: running out of time •• pv. sarah   running out of time •• pv. sarah 1400359500-clockMar 25 Nov 2014 - 2:03