AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous


N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire Empty
MessageSujet: N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire   N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire 1400359500-clockMer 23 Déc 2015 - 13:38


N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire

Surveillée de près par un adulte, Ambre était collée. Vous allez me dire : Oh, encore ? Et je vous répondrais : Oui, encore. La demoiselle avait cette fois-ci jeté une assiette de purée dans la figure d'un élève A qui insultait les C. Non pas qu'elle aimait les C, mais bien parce qu'elle en avait envie. Ces élèves trop parfaits lui tapaient sur le système. Si elle le pouvait, elle les tuerait d'un seul regard. Mais malheureusement, ce genre de pouvoir n'existe pas encore. La demoiselle était donc en train de recopier encore et encore cette fichue phrase d'excuse. L'adulte disait qu'elle la laissera ressortir quand elle aura bien retenu la leçon. Quelle connerie. Ambre, rester sage vis à vis d'une saleté de A ? Il fallait vraiment être fou pour penser une chose pareille. Pourtant, la brunette ne voulait pas rester ici toute la journée. Elle décida donc de prendre son air le plus désolé possible, tant bien que mal, et réussit à être lâchée par la surveillante. En vérité, Ambre n'était pas certaine que sa petite tête, peu mignonne, était la cause de l'abandon de cette punition venant directement par la pionne. Cette dernière avait reçu un appel juste avant, l'air grave, et semblait très triste en regardant Ambre. Mais cette dernière s'en foutait pas mal. Elle s'était dirigée vers le réfectoire en silence, mains dans les poches. C'est alors que la surveillante apparue à nouveau. Ambre s'attendait à des sermons de sa part, mais rien de tel. Juste une tête dépité qui s'exprimait avec une grande tristesse « Ambre... Tu sais... Le proviseur m'a demandé de te dire que ta mère est morte il y a une semaine... »

Un frisson avait parcouru le dos de la belle qui restait figée sur place, choquée. Elle ne savait pas quelle réaction adopter, même si elle avait envie de pleurer. Et alors qu'elle allait le faire, les deux femmes se firent bousculer en même temps par une élève à la cravate rouge. Là, plus rien. Un gros blanc. La demoiselle s'était excusée, la pionne avait hoché la tête, et cette inconnue était repartie tranquillement. Ambre se tourna vers la surveillante qui avait ses mains posées sur ses épaules, l'air pensive « Qu'est ce que je voulais te dire déjà … ? » La pensionnaire haussait les épaules, ayant elle aussi oublié de quoi elles parlaient. L'adulte se grattait la tête et lâcha un long soupir « Bon, pas grave. Sors un peu prendre l'air, tu veux ? » Ambre avait hoché la tête, se retrouvant seule dans le couloir étroit de l'étage.

Toute la mâtiné, Ambre ne cessait de penser à cette altercation. Elle sentait un sentiment de frustration l'envahir. Elle avait l'impression d'avoir oublié quelque chose, mais quelque chose de très important. Elle repensait alors à sa sœur, certaine qu'elle aurait pu être aidée par cette dernière si elle était là. La belle dirigea ses pas le long du lac et se retrouva à nouveau dans les jardins après quelques minutes de marche. Pour une fois, la demoiselle était bien calme. Mais pas dans un bon sens. Sa tête lui faisait mal à force de penser, mais Ambre avait le ventre noué et ne se sentait pas très bien. Elle repensait à cette bousculade, dans les couloirs. Puis, en relevant son visage, Miss Laubert vit cette fille. Celle qui l'avait poussé involontairement tout à l'heure. C'est sûr, elle y était pour quelque chose. Le hasard, Ambre n'y croyait pas.


La demoiselle se mit alors à courir vers cette inconnue. Façon de parler bien sûr, puisqu'elle la connaissait déjà légèrement. Une certaine Amelia, celle qui n'a jamais parlé de son don à personne. Peut-être que celui-ci était relié à la perte de la mémoire ? Sang-chaud de base, Ambre ne supportait pas qu'on fouille dans son passé, alors qu'on aille lui faire oublier quelque chose, c'en était presque impardonnable. Sans aucune douceur, la donzelle l'attrapa par l'épaule une fois arrivée à sa hauteur. Elle la secouait très légèrement, lui lançant d'une voix haineuse « Je suis sûre que c'est toi ! Amelia, rend-moi ma mémoire tu veux ! »


 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous


N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire Empty
MessageSujet: Re: N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire   N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire 1400359500-clockJeu 24 Déc 2015 - 16:25

N'écoute pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire


C’était leur faute. Elles étaient dans le passage. Selon les règles ordinaires de politesse, lorsqu’on discute avec une personne, il faut s’écarter du milieu du chemin par respect pour les gens qui passent, et surtout, pour les gens comme Amelia. Sautillant sur place sans regarder devant elle, une musique en tête qu’elle fredonnait, elle était passée entre deux personnes qu’elle n’avait pas prit la peine de regarder, les bousculant en passage. Elle ne leur jeta pas même un regard, se contentant de la satisfaction immature d’avoir pourri la vie de quelqu’un sur son trajet. Au final, elle ne savait même pas où aller. Elle voulait juste s’évader de l’école et en quitter l’enceinte lui sembler la proposition la plus pertinente.

Seulement, elle n’eut pas le temps de traverser les jardins qu’une voix l’interpella - une fille l’avait saisie par les épaules pour la forcer à lui répondre. Les yeux plissés, elle chercha une réponse pertinente à offrir à cette fille qu’elle ne connaissait même pas et qui lui tenait des propos absurdes. Elle se contenta de sourire avec amusement, avec cette expression qui avait le don d’agacer les gens tant elle paraissait exempte de toute empathie - mais si Amelia comprenait, elle ne s’en souciait pas.

« Bonjour, hm… étrange personne. » commença-t-elle, sans pitié.

Elle aurait voulu trouver un meilleur surnom mais ça n’était pas facile de juger une apparence pareille. Elle était aussi étrange qu’effrayante, et bien que la russe restait insensible à toute peur, elle retenait un rire à la vue de son style. Certaines personnes ne devraient pas s’écarter de la normalité - c’est ce qu’elle songea en levant les yeux au ciel, se moquant totalement de la question qu’Ambre venait de lui poser. « Maintenant, question d’usage : tu es stupide ou handicapée ? » Elle haussa les épaules, incapable de trouver une façon convenable de qualifier une personne si impulsive. On n’avait pas idée d’abîmer sa robe avec de telles bêtises - elle ne lui pardonnerait jamais ça, qu'elle soit une amie oubliée ou une inconnue assez bête pour l'aborder d'une façon si brutale.
Revenir en haut Aller en bas
 
N'écoutes pas le passé, il n'a rien de nouveau à te dire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le reflet du passé [Terminé]
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» [UPTOBOX] Puff, Puff, Pass [DVDRiP]
» Village Hentaï
» Les conneri** de l'an passé [Pv. Giada]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: