Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez
 

 Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre]

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre]   Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre] 1400359500-clockMer 15 Aoû 2012 - 2:07
Bonjour, mon nom est Wyatt Heaven, je suis un jeune noble ainsi que successeur de la plus grande famille de majordome qui existe de nos jours. Heureusement pour vous, je ne suis pas venu ici pour vous décrire toute l'histoire de ma famille, mais belle est bien pour m'entrainer pour une future audition pour un concerto... et aussi pour vous expliquer en détail mon passé artistique qui n'est que très peu évoqué dans mon histoire.

Wyatt était un jeune homme très courageux, il n'avait pas reçu le don pour la musique, mais c'est par sa force qu'il créa son propre talent. Depuis l'âge de neuf ans après avoir entendu une de ses domestiques jouer d'un instrument, le bel homme s'attacha à la musique classique et voulais à tout prix en jouer. Mais pour commencer il fallait choisir quel instrument il voulait et pour un enfant ce n'était pas si simple que ça ! Même après avoir fait bon nombre de boutique, le jeune garçon de l'époque était déçu ne n'avoir rien trouvé de bien plaisant et il était maintenant l'heure pour lui de rentrer comme chaque jour chez lui. Cependant, accompagné cette fois-ci par sa domestique préférée, il passa tout d'abord chez le nouvel antiquaire. Bien sûr, il n'y avait aucun suspens, c'est ici que Wyatt était pour la première fois illuminé par un tel objet, c'était un violon assez ancien, par pur hasard un violon pour gaucher et donc un des rares spécimens encore intacts qui avait circulé dans le monde entier. Après quelque pleur et quelques caprices, le petit garçon reçu ce violon, car c'est celui-ci qu'il voulait et pas un autre, sans quoi il jurait de fuguer la maison principale dès qu'il en avait la possibilité. Il rejoint alors grâce à l'influence de ses parents une grande école de musique, mais il fut très vite rejeté... Après tout il était seulement pistonné et n'avait aucun talent, alors qu'ici seul les meilleurs étaient sélectionné. Par force, par envie et par passion, le majordome s'entraina chaque jour jusqu'à l'épuisement où jusqu'à ce qu'un défaut du matériel fasse surface. Un mois, c'est l'intervalle de temps qu'il mit afin d'apprendre le solfège soit très peu de temps pour un jeune enfant. Pourtant, cela n'était pas assez pour rivaliser avec ses camarades de classe, car il était loin d'avoir une musique mélodieuse, la sienne étant plus saccadée et les fautes de rythme encore fort présent. C'est là que son courage est intervenu, pour la première fois dans sa vie et même la dernière, car il regrettait énormément son choix, il demanda à un de ses camarades un peu d'aide. Celui-ci se moqua de lui et s'amusait à répandre des rumeurs des plus obscènes sur le jeune garçon. Forçait de se taire pour pouvoir continuer à avancer dans son parcours, il accepta toutes les remarques négatives des autres enfants. Hélas, toute l'académie l'avait maintenant pris comme cible et lorsque Wyatt reçu son diplôme de premier niveau amplement mérité certains criaient à l'injustice disant qu'il n'était uniquement pistonné, mais au final il avait peur de sa marge progression. Très vite le jeune homme passa les examens de second et de troisième niveau avant d'être recalé au quatrième niveau. Et ce n'était pas à cause de sa musique qu'il était refusé, mais à cause de sa prestance lors de ses mouvements. Le jeune majordome était là encore jeune et n'avait pas le charisme qu'il peut avoir aujourd'hui. Cependant, il continua de travailler sa finesse, mais surtout sa mélodie. S'il ne pouvait corriger ses défauts il n'avait pour le moment qu'à améliorer et perfectionner ses qualités. C'est donc trois mois plus tard qu'il obtint son diplôme de quatrième niveau. Il avait en ce jour 12 ans et pratiqué maintenant du violon depuis trois ans... Malheureusement le dernier niveau n'était pas aussi rapide et était très dur à obtenir, en moyenne chaque individu prenait dix ans pour obtenir le dernier niveau, mais les vrais génies n'en mettaient que deux ou trois. Wyatt qui ne se décourageait pas travailla d'arrache-pied et ce, de plus en plus fort et obtint cinq ans plus tard le tout dernier niveau de sa formation. Il avait maintenant dix-sept ans. Il pouvait alors commencer une carrière amatrice, chose qu'il refusa et vous en connaissez la cause ; son départ pour le pensionnat Prismver.

Wyatt venait d'entrer dans la salle de musique se situant au premier étage du pensionnat. Il était équipé d'une mallette contenant son violon et divers accessoires pratique ainsi que d'une autre boite où là était rangé un matériel plus précieux. Il ouvrit sa mallette et en sorti ce qu'on aurait dit un violon, cependant, celui était à nu il n'avait donc aucune corde de fixée. Il n'était pas neuf et n'était pas le même que celui qu'il gardait dans son pays natal, cependant celui-ci était de plus grande renommée et son luthier était très reconnu pour ses performances. Il l'était peut-être un peu moins qu'un stradivarius, mais son son resplendissait. Le majordome sorti alors de l'autre boite des pochettes où se trouvait de nouvelles cordes. Il les installa et les sera grâce à l'aide des chevilles en faisant bien attention à la tête du violon, mais sans forcer, car ce n'était pas bon pour un instrument à corde d'avoir des fils trop tendus et de plus il fallait que Wyatt place encore de chevalet en dessous. Le jeune homme fixa ensuite les derniers détails grâce au tendeur de l'instrument puis il réajusta la mentonnière pour qu'elle soit des plus confortable lors de son entrainement. Le bel homme se re-dirigea vers sa boite où il souleva une partie de la boite et on y trouva un double fond. Un double fond très astucieux permettant d'y intercaler toutes les partitions dont il avait besoin, on pouvait donc retrouver devant lui des partitions de célèbre pianistes comme Chopin ou de grands violonistes... Il y avait de tout type d'auteur, de vrai partisan de musique classique vers un son plus baroque, Franz Schubert, Anton Reicha, Franz Liszt, Gustav Holst et bien d'autres étaient présents. Cependant, au lieu de prendre les partitions et de les placer en face de lui, celui-ci les garda dans ses mains et s'assit le long du mur. Il était maintenant en train de penser sur la manière dont il devait jouer chaque morceau et lequel lui serait le plus bénéfique pour l'audition. Ce n'était donc pas le bon moment pour le déranger, car il devait écouter son coeur et prédire comme réaliser certains passages d'une oeuvre et donc y inclure une variation de tempo qui n'était pas là pour le compositeur. Ne vous inquiétez pas, chaque violoniste et même chaque musicien se devait de faire des ajustements quant à sa manière de jouer. Chacun ne pouvait avoir la même musique, car personne ne joue de la même tonalité. Ces changements sont provoqués par les émotions que ressent le musicien lorsqu'il entre sur scène, chacun ayant une réaction différente, personne ne peut jouer de la même façon.

''- Mon fils, un jour tu seras un grand musicien !'' Voilà qu'elles étaient les paroles de sa mère. Cependant, Wyatt ne voulait pas devenir uniquement un musicien, il voulait surtout être un artiste et pour suivre cette voie, seul une issue était possible. Il ne voulait pas être un simple compositeur et de toute manière cela reviendrait à être qu'un simple musicien, non il se devait de faire les deux à la fois. Il devrait sentir sa musique, écrire sa musique et ensuite transmettre sa musique, car comme je l'ai dit précédemment, la musique vient du coeur et des sentiments, transmettre sa musique c'est ouvrir son coeur à ses auditeurs. Premièrement, il fallait déjà réussir sa première audition face à un grand public, car des recruteurs seraient là comme juge et se montrer plus que les autres pouvaient avoir de grandes retombées par la suite. On dit toujours qu'un artiste ne parle jamais de son passé, mais ce n'est pas par envie, mais simplement par devoir, car il doit toujours prévoir son avenir. Deuxièmement s'il réussissait son audition il fallait par la suite réussir à se faire un nom et donc obtenir de beaux rôles dans des concerto pour violon en solo, ce qui est bien évidemment le plus dur à faire. Cette étape passée, il pouvait commencer à se livre à ses compositions, mais pour le moment il n'était pas très recommandé de le faire. Il était préférable d'ajouter des notes personnelles à des musiques mythiques ayant fait résonner le coeur de millions de personne dans le monde entier. Car oui là musique c'est quelque chose de magnifique et d'inhumain, c'est une chose capable de réunir n'importe quels sexes, quelles orientations politiques ou même n'importe quelles origines seulement pour une oeuvre de trente minutes à une heure au maximum. En y repensant bien de nombreux grands compositeur avait commencé de cette manière, on pense surtout dans ces cas-là à des personnes comme Mozart ou encore Ludwig Van Beethoven reconnu maintenant bien plus en tant que compositeur qu'en tant que musicien. Après cette petite pensée et après avoir retravaillé chacun de ses textes Wyatt était prêt à s'installer et à commencer à son rythme. Cependant, il n'était pas pressé, il rangea premièrement le matériel non utiliser sans boite et hésite à placer une sourdine à son violon. La sourdine était un petit dispositif permettant de limiter la vibration des cordes et donc de limiter la propagation de la mélodie. Le jeune homme la tenait dans les mains et tellement il la fixait que n'importe qui aurait retenu la couleur blanche de celle-ci. Au final, le beau majordome finit par la ranger, il estimait que peu de monde pouvait l'entendre d'ici, il s'assura cependant que toutes les fenêtres étaient bien fermées ainsi que les portes afin que le son n'aille pas plus loin que cet étage.

''- Commençons'' dit-il à haute voix. °Pour me mettre à l'aise, je commencerais bien par mon traditionnel Ave Maria de Franz Schubert histoire de vérifier les cordes et mon nouveau violon°pensa-t-il par la suite. Wyatt était en train de se préparer, autant il pouvait paraitre très serein mentalement autant physiquement on le voyait tendu. Le verdict allait être sans appel, soit il savait reprendre son violon en main soit tout était fini pour lui. Pourquoi tant de manière me direz-vous ? Je vais vous expliquer... Peu avant son départ, ses anciens camarades de classe en colère avaient appris son départ pour une ile ralliée au Royaume-Uni et donc la plupart l'envier de pouvoir se faire connaître en Europe, la zone où tous les plus grands compositeurs sont nés. Par jalousie, ses camarades s'en prirent à la personne la plus chère du garçon, sa petite soeur. Wyatt fou de rage en apprenant la nouvelle ne pus se retenir et rechercha alors activement la bande de jeune qui avaient osés faire du mal à sa petite soeur Amy. En les croisant, le jeune homme ne sut se contrôler et même à un contre cinq il s'engagea dans une bagarre de rue. Au final, son pouvoir à faible dose sur chacun de ses coups l'avait permis de gagner le défi, mais ce jour-là il perdit quelque chose de très important... Pendant quelques jours, les doigts de Wyatt étaient tout simplement inertes ! Sans opérations, mais après un soin intensif et une rééducation quotidienne Wyatt repris plein usage de ses mains, mais était-ce au point de ne rien avoir perdu de la musique ? Nous allons le savoir prochainement. Le majordome était en posture et prêt à commencer à jouer, on le voyait de plus en plus tendu et même son visage faisait peine à voir. Il commença alors, la première note s'accrocha et les suivantes aussi pourtant le jeune homme ne voulait pas s'arrêter et s'encourager éperdument. Hélas, après cinq minutes d'incessant essais il posa alors son violon...

Il était figé là, on se demandait ce qu'il se passait, il n'y avait plus aucun bruit et l'on crut que la salle était vide. Soudain quelques bruits se faisaient entendre, des bruits que l'on n'aimerait jamais entendre, les pleurs d'un artiste déchu avant même d'avoir réussi quelque chose dans sa vie. Il n'avait joué que cinq minutes, mais il avait abandonné l'idée de réessayer, il était maintenant loin d'être l'enfant courageux qu'il était dans le passé. Chacune de ses années l'avaient finalement marqué, il n'avait plus la force de reprendre seul son violon et de s'isoler du monde autour de lui pour progresser à nouveau... Soudainement, on entendit un choc, Wyatt s'était écroulé au sol et avait perdu tout espoir de carrière et était maintenant des plus désespérés. Personne et même pas sa petite soeur ne l'avait jamais vu ainsi, c'était pour lui-même la toute première fois qu'il goûtait à l'échec. Il était encore pour lui possible de reprendre le violon et de reprendre le coup, mais ce choc psychologique qu'il n'avait jamais connu avant était en train de le bouleverser. C'était un monde qui s'écroulait autour de lui, un monde dans lequel il ne pouvait se relever. Wyatt pleurait, il pensait avoir perdu quelque chose de précieux, si seulement quelqu'un, quelqu'un d'assez honnête passait par ici afin qu'il l'aide à se relever et le pousse enfin à redevenir ce qu'il était. Sans son violon le majordome qui n'avait jamais eu de relation avait perdu son seul moyen de transmettre ses émotions.

Mon nom est Heaven Wyatt et aujourd'hui j'ai besoin de votre aide. Serez-vous capable de me tendre la main, moi qui suis si dur avec vous alors que vous ne le méritez pas forcément. Ce n'est peut-être pas l'appel d'un ami, mais c'est un appel qui vient du cœur alors s'il vous plait, ne l'ignorez pas !
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre]   Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre] 1400359500-clockMar 4 Sep 2012 - 18:46
Liloo Wedley se trouvait alors dans le couloir du premier étage, passage obligé pour se rendre aux étages supérieurs, notamment l'étage des A, là où elle trouverait le calme et la sérénité afin de travailler ses illusions.

Elle ne fréquentait pas souvent la salle de musique, en fait, presque jamais. Pourtant elle aimait la musique. Mais pas jouer des instruments. Non, elle c'était le chant, la voix. Petite, elle en prenait des cours tous les samedi, avec un professeur qu'elle adorait. Il lui apprit beaucoup en la matière. Faire sortir les sons de son cœur plutôt que de sa tête tout particulièrement. Car là est la base du chant. Le chant ce n'est pas une banale suite de mots que l'on doit prononcer en mélodie. C'est une histoire que l'on raconte, on y fait passer ses émotions, ses impressions, ses sentiments par le rythme de la voix et le tempo de la mélodie. On parle aux gens, on essaye de leur transmettre quelque chose. En chantant, on doit faire parler sa voix et y rallier son corps. Surtout les mains. Autre leçon de son maître. Dans les mains est concentrée la puissance de la voix. "Pour chanter, il faut le sentir. Sinon on chante comme on dort. C'est le rôle de tes mains. Oui, de tes mains." Disait son professeur. Il faut les accorder. Comme sur une guitare. Mais les accorder à la voix, que leurs mouvements correspondent aux sentiments voulus de la mélodie chantée. Ainsi Liloo découvrit le style de musique pour lequel elle était faite : le jazz, contre toute attente. Mais un jazz rythmé et heureux. Raconter l'histoire d'un soir avec joie, sentiments personnels et touches d'humour sur un rythme de saxophone est un bon exemple de son type de chant. Étrange comparé à son caractère... À croire que Liloo a un coté positif. Et il s'est avéré que Liloo chante bien, pour le moins que l'on puisse dire. Cela ajouta d'ailleurs encore plus de vanité et de fierté à ses parents qu'ils en avaient déjà. Mais elle arrêta ses cours à l'âge de 9ans car elle réalisa qu'elle se moquait de ce talent, bien plus attirée vers les études générales qui lui paraissaient nettement plus prometteuses et où elle excellait aussi bien de toute évidence. Capacité qui elle aussi fut rapidement recouverte par une autre : son pouvoir. Donc maintenant qu'elle était entrée dans un pensionnat de magie, qui eu cru qu'un talent enfoui depuis des années ressurgirait de nulle part ?

C'est justement à cela qu'elle pensait en écoutant d'une oreille distraite les quelques premières notes -fausses mais harmonieuses- d'une mélodie connue. Quand le violon s'arrêta de fonctionner, elle prit conscience qu'elle était littéralement clouée sur place, là, à attendre plus de sons. À la place, elle cru entendre des sanglots. Elle s'approcha de la porte et le bruit d'un poids tombant par terre retentit. Liloo pouvait paraître sournoise et vouloir laisser les gens à leurs dépressions, et ce n'est pas faux à vrai dire. Mais ce bruit là, ce chagrin profond qu'elle ressentit, ce sentiment qu'elle ressentit au fond de cette salle la touchèrent. Discrètement elle ouvrit la porte, en pensant que son pouvoir patienterait, puis referma après être entrée. Elle s'approcha et découvrit un élève de sa classe, plus âgé qu'elle, étendu sur le sol, en larmes. Son regard fut ensuite attiré par un violon -sûrement celui qu'elle avait écouté- posée sur le sol, non loin de son étui. Puis elle revint sur le garçon. Elle se demanda quoi dire, chercha ses mots, se trouvant très bête, là, debout, devant cette âme en peine.

- Je... hum... ça va ?

Réussit-elle a articuler.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre]   Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre] 1400359500-clockVen 7 Sep 2012 - 19:30
La déception, l'anéantissement de tout un travail, voilà ce qui l'avait attendu depuis son malheureux accident. Le jeune homme avait là perdu une partie de son âme et pourtant il savait qu'avec un peu de cœur il aurait réussi à l'empêcher de partir. Il avait les moyens de s'accrocher à elle et de la garder près de lui, par force et par courage, mais certainement pas en baissant les bras si tôt. C'est d'ailleurs pourquoi il avait se dégout de lui même aujourd'hui. Pourquoi baissait-il les bras si rapidement, alors qu'auparavant il était un guerrier, quelqu'un qui luttait pour tout même s'il se sentait inférieur ? Il savait qu'en s'exerçant il allait devenir un jour meilleur que les autres et qu'il pourrait ainsi les regarder de haut. Mais aujourd'hui qu'est ce qui lui manquait pour être tout aussi authentique ? Serait-ce ce manque de challenge qui l’ennuierait et le pousserait vers le bas ? C'était assez difficile à dire. Une chose est sûr et dont on était convaincu, ce n'était pas d'avoir fait ces quelques mauvaises qu'il le perturbait autant, mais bel est bien de renoncer aussi vite. Il sanglotait et fini par s'arrêter. Il ne pouvait rester dans une telle situation, il avait besoin de se reprendre ne main et de paraître grandiose avec la manière et avec la fierté. Cependant avant même qu'il ne puisse se relever et faire de nouvelles tentatives quelqu'un était déjà auprès de lui, une jeune fille aux couleurs violettes qui faisaient donc partie de la classe A. Était-elle cependant plus jeune ? De son petit coin isolé, la lumière était peu transmise, il ne voyait donc pas vraiment la physionomie de la jeune demoiselle. Celle-ci n'était pas là sans rien faire, car elle transita la situation par quelques mots, mais ne la connaissant pas, il ne savait reconnaître sincérité ou simple moquerie. Des mots qui pouvaient à la fois soulager, mais un autre côté enfoncer encore un peu plus le majordome.

« Je... hum... ça va ? »

Wyatt releva une attitude hésitante et donc ne voyait par la un manque de confiance. Ce manque de confiance évoquait de nombreux signes d'infériorité et qu'un de faible ne pouvait se permettre de critiquer les autres, parce que leur bêtise ne ferait que grandir. Néanmoins, le jeune homme avait pour habitude d'attendre d'avoir plus d'informations avant de classer quelqu'un. Un manque de confiance ne signifiait pas toujours la faiblesse d'une personne, certes l'infériorité était présente, mais seulement vis à vis de l'interlocuteur et pas du monde en général. Après cette étude, il savait maintenant comment s'adresser à l'inconnue, elle était en A, avait le respect pour s'occuper de ses aînés, elle avait donc le droit à une réponse délicate et surtout positive. Le jeune homme savait très bien être dur dans ses mots pourtant son raffinement et sa connaissance lui permettait de choisir les termes exactes à une situation, c'est pourquoi il se permettait de juger n'importe qui se présentant à lui.

« Mon problème est résolu, je note toutefois l’effort que vous avait faire pour venir vous renseignez et je vous en remercie. »

Après s'être relevé là différence de taille était inévitable. Il y avait bien entre eux trente centimètres, un peu comme avec toutes les autres filles du championnat mise à part une dénommée Mackenzie. Cette différence imposa alors aux yeux de Wyatt une description physique de la jeune fille. Une fille dont les cheveux noirs à reflets mauves et sa forme physique élancée était les faits les plus marquant. Pour ce qui était du reste, on ne pouvait juger son attitude vis à vis de style vestimentaire puisqu'elle portait son uniforme, le minimum d'exigence pour quelqu'un de la classe A, cependant, elle démontrait une nature coquette puisque de sa position il était possible de ressentir les quelques douceurs de son parfum. Après s'être incliner en signe de politesse, il fit abstraction des faits passé et se redirigea vers ses outils. Après ses nombreuses fausses notes il se devait de faire les quelques retouche à son violon qui avait subit d'énorme souffrance. Toutefois, si la jeune demoiselle n'était pas présente il aurait laisser échapper quelques gentillesses à son violon pour qui il avait plus de respect que pour un simple être humain. Continuant ses réajustements il continua la discussion par les traditionnelles présentation, c'est donc d'un ton fier qu'il réengagea l'échange.

« Pour répondre à vos attentes et à vos questions, je me nomme Wyatt Heaven et je suis un septième année. »

Il n'avait pas besoin d'être des plus distant puisqu'il laissait une chance à son interlocutrice et surtout que pour le moment il ne se permettait pas de la juger honorablement. Cependant si la moindre chose devait être dite par la suite, alors il ne se gênerait pas pour exprimer très clairement son opinion. Il n'était pas venu à ce pensionnat pour faire des cadeaux à tous ces camarades, mais bel et bien pour travailler encore et encore, augmentant ses acquis, diminuant ses lacunes et devenant alors un peu plus chaque jour une personne un peu plus complète capable de répondre aux attentes de sa nation. L'Homme parfait n'existe pas et si aujourd'hui Wyatt se savait inférieur à d'autre, il savait qu'avec caractère un jour, il pourrait être le meilleur des Hommes sans pour autant devenir un être parfait. Son ambition était de diriger son pays dans la bonne direction et ce avec des arguments convainquant et non pas avec de simples suppositions...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre]   Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre] 1400359500-clockSam 8 Sep 2012 - 11:09
Ce garçon l'intriguait. Il avait l'air froid et insensible. Pourtant ce qui avait amené l'adolescente ici, c'était bien ses pleurs. Liloo se posait beaucoup de questions, qui est-ce garçon ? Il lui disait quelque chose, c'est vrai, mais elle ne parvenait pas à s'en rappeler. Pourquoi y-a-t-il dans de chagrin en lui ? À cause d'un violon ? Ou d'un souvenir évoqué par ce dernier ? Et enfin, pourquoi, elle était venue dans cette foutue salle, avec ce foutu élève, alors que niveau consolation, c'est la pire de toutes les personnes qu'un être malheureux désirerait voir ? Elle était plus faites pour écraser les gens au fond de leur désespoir le plus total que leur tendre la main pour les sortir du gouffre. Mais elle n'eut pas le temps de s'interroger plus longtemps car le jeune homme lui répondit.

« Mon problème est résolu, je note toutefois l’effort que vous avait faire pour venir vous renseignez et je vous en remercie. »

Ses paroles étaient claires, nettes et précises. Mais il était galant et poli. Sa voix avait pourtant une certaine mélancolie, une certaine lassitude ou plutôt un vide. En fait, c'était très étrange. Comme s'il lui manquait quelque chose. Quand à lui, de toute évidence, il mentait. Résoudre un problème aussi rapidement, impossible. Mais elle ne lui dirait rien. À quoi bon ? Il n'avait pas envie de se confier, c'était son problème. Et il ne la connaissait pas vraiment, c'était normal. Le jeune garçon commença à se relever. Et quand il fut totalement debout, Liloo, bizarrement, se détendit. Il était grand, très grand, immense même. Mais comme ça, elle se sentait mieux. Elle préférait s'adresser naturellement à quelqu'un de droit et grand qu'à une personne étendue de tout son long sur le carrelage. Et puis elle pouvait mieux détailler la physionomie de son interlocuteur. Tout semblait symétrique et proportionné chez lui. Ses cheveux étaient longs, très longs. Et violets. Elle sentit une pointe de jalousie lui monter à la gorge. Qu'ils étaient beaux ses cheveux ! Mais elle passa à autre chose et et regarda son visage. Il avait le visage fin, ses traits aussi. En général, on pouvait dire qu'il était magnifique. Mais une peu trop grand pour Liloo, évidemment. Lui aussi portait l'uniforme. Il ne semblait pas y avoir ajouter de touches personnelles mis à part d'avoir légèrement retroussé ses manches. Puis il ouvrit une seconde fois la bouche.

« Pour répondre à vos attentes et à vos questions, je me nomme Wyatt Heaven et je suis un septième année. »

C'était donc lui. Le "prince démon". Pas insensible apparemment. Il avait 18 ans. Trois ans d'écart. Liloo songea à lui poser des questions mais se ravisa. Il fallait avant tout qu'elle se présente. Après elle aurait tout le loisir de se renseigner à son sujet. Elle, on la connaissais moins. Depuis bientôt quatre années qu'elle vivait dans ce pensionnat elle n'avait fait qu'étudier, sans penser aux autres. Alors maintenant qu'elle se trouvait devant ce dénommé Wyatt, elle commençait à s'interroger elle-même. Or c'était loin d'être le moment. Elle prit donc un ton chaleureux, arbora son plus joli sourire et s'avança de quelques pas.

« Enchantée Wyatt. Je suis Liloo Wedley, étudiante en quatrième année. C'est ton violon ? »

Elle désigna le violon d'un geste de la main. Elle posait cette question pour observer la réaction du jeune homme. Elle savait qu'elle avait peu de chance de voir une bribe d'émotion passer sur son visage mais si elle n'essayait pas, elle n'obtiendrait, de toutes façons, rien.
Pour donner à la pièce une atmosphère plus agréable, elle donna l'illusion d'un rayon de soleil traversant la fenêtre. Piètre illusion, mais par expérience, elle savait que plus de luminosité rendait les gens plus détendus. En général, évidemment...
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre]   Un passé & un avenir, tout ce joue ici. [Libre] 1400359500-clockSam 8 Sep 2012 - 20:00
La jeune fille était attentive sur chacun des faits et gestes du septième année. Elle ne le quittait pas des yeux et ça le troublait, qu'avait elle à le fixer si imprudemment ? Il avait eu pitié d'elle et ne lui avait rien reprocher, mais dans l'état actuel des choses la moindre erreur et il n'aurait sut se retenir. Après avoir tenter de retoucher à son violon, il ressentit quelques douleurs dans ses doigts, en face de lui la jeune fille le regarder toujours et était prête à sauter sur le moindre défaut du bel homme, tant curieuse qu'elle s'efforça de poser des questions.

« Enchantée Wyatt. Je suis Liloo Wedley, étudiante en quatrième année. C'est ton violon ? »

Question futile, qu'est-ce que cela pouvait-il bien faire que ce soit le sien ou non. Certes la curiosité peut être une merveilleuse qualité, mais utilisée à tord cela en devient plus abstrait, plus superficiel. Toutes ses informations n'avaient pour but que de répondre à un caprice, à un péché de sa part et y répondre ne serait que perte de temps, de simples bavardages n'étaient pas tolérables à ce niveau de responsabilités. Mais voilà, le majordome se devait comporter comme tel jusqu'à ce qu'il sache très clairement quelle est la situation de la jeune fille en face de lui. C'est une chose assez cruel, mais jamais le jeune homme ne tenta de convaincre les pensionnaires qu'il était autre qu'hypocrite. Si la marchandise était bonne il fallait s'en occuper, dans le cas contraire il suffisait de la jeter par dessus bord pour ne pas garder ce poids qui ne le ferait que le ralentir. C'est donc d'un ton clair et d'un visage neutre qu'il se décida de répondre.

« Cette information n'a pas à être divulgué, vous devrez donc vous contentez de suppositions. »

Il n'avait pas le temps pour des bavardages si découragent, néanmoins si la jeune fille se décidait à arborer une discussion plus sérieuse, Wyatt se ferait un plaisir de lui répondre., mais pour le moment ce n'était pas le cas, elle était plutôt un gêne. Le majordome posa un instant son violon afin de retourner prendre quelque chose dans sa sacoche. De celle-ci il en retira des bandages, il ne pouvait continuer à souffrir ainsi sinon sa musique ne pouvait qu'être mauvaise. Il utilisa alors les bandages sur ces doigts de manière intelligente avant de se remettre en place. Cette fois-ci il n'avait pas envie de reprendre la musique classique, mais d'effleurer le jazz qu'il pratiquer au piano et qui lui permettait détente et liberté. Cependant, au violon la tache n'était pas si facile et jouer un air convenable avec ses doigts si durement affaiblit, allait être une tache très laborieuse à première vue. Quand il se lança, les notes étaient plus clair il y eu par la suite un soulagement de la part du jeune successeur. Hélas son ancien niveau était encore loin et il ne pouvait comparer une musique noble comme la musique classique à une musique si libérée qu'est le jazz. Néanmoins on en retint sa prestance qui elle n'avait pas changé et qui cette fois-ci avait le mérite de tirer sa performance vers le haut.