Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 vacations days in hell // leann

Aller en bas 
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: vacations days in hell // leann   vacations days in hell // leann 1400359500-clockDim 5 Aoû 2018 - 21:50
vacations days in hell
Combien de temps avait-il mis à se décider ? Un mois, peut-être deux. Il n'en avait plus le souvenir. Depuis son départ de l'école, il semblait hors du temps - il faut dire que les journées défilent à une vitesse folle quand on les passe dans le noir de sa chambre. Ses habitudes ne changeaient pas. Pourtant, sa chambre ne lui manquait pas. L'école ne lui manquait pas, en dépit de toute l'agitation qui y régnait et du potentiel amusement qu'un retour signifierait. Ce n'est pas comme ça qu'il voyait les choses. Il en était incapable. Tous ces conflits, Hadès en avait assez. Il se souvenait des heures passées à réfléchir à une solution, mais surtout, de cette discussion avec Leann qui avait conduit à la solution de la jeune française. Que l'explosion du hall soit de sa faute ou non, Hadès s'en fichait. Qu'il y ait eu des morts, il n'en connaissait pas le moindre - et il ne comptait pas faire semblant de s'intéresser aux problèmes des autres. Le seul qu'il avait en tête, c'était Leann.

À en juger par son pessimisme, celui qu'on appelait démon rouge peinait à imaginer l'état dans lequel elle se trouvait actuellement. Si ce n'était pas les remords, c'était certainement une culpabilité aussi accablante qu'incompréhensible - alors que, soyons francs, elle était la personne la plus bienveillante qu'il connaisse.

À quelques exceptions près. Mais il avait pris les choses en main - à défaut de vouloir revenir sur place pour s'occuper des problèmes présents, d'autant qu'il s'en moquait pas mal - et il avait convié l'ex-leader des Colombe chez lui pour des vacances. Il ne savait pas lui-même quels sentiments se cachaient derrière son initiative... un peu de sympathie, de la pitié peut-être. Hadès ne le nierait pas, d'autant qu'il avait du mal à comprendre ses propres sentiments. La seule certitude dont il disposait, c'est qu'il n'avait aucun regret quant à cette décision aussi étrange qu'inattendue.

Ma chère Leann,

j'ai eu vent des problèmes récents de cette année à l'école. Pour être honnête, depuis mon départ, je ne porte plus aucun intérêt à toute cette histoire - aussi égoïste que ça puisse paraître. J'ai pensé que tu aimerais passer quelques vacances à l'écart de tout, aussi, j'aimerais t'inviter chez moi du 5 au 10 août. Le voyage sera à mes frais, bien entendu ; j'attendrai ta réponse et t'attendrai à la gare de Londres où nous prendrons un taxi jusqu'à chez moi.

Hadès.

Bien entendu, il était peut-être mal éduqué mais l'anglais avait assez de manières pour laver sa maison. Il s'y était pris plusieurs jours à l'avance, dépoussiérant les pièces, rangeant les vieilles affaires de ses parents et préparant leur ancienne chambre comme celle d'invité pour la demoiselle. Aisha venant régulièrement pendant les vacances, Hadès avait l'habitude de nettoyer régulièrement, aussi la tâche ne fut pas aussi difficile qu'il ne l'avait prévu (et il lui restait assez d'énergie physique pour passer quelques jours en sa compagnie sans faire de malaise ; malgré la chaleur).
Dans sa maison, la clim' lui sauvait la vie, en revanche, le trajet jusqu'à la gare fut un enfer malgré l'amabilité du taxi - et ses bons goûts musicaux, Hadès fut forcé d'admettre. Il sortit de la voiture, présent à la gare avec une bonne vingtaine de minutes d'avance et patienta sur le quai du train. À l'heure. C'était déjà ça. Il appréhendait le fait de revoir quelqu'un de l'époque, mais il était forcé d'avouer qu'il était un peu impatient.
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Leann De Laine
Pseudo du joueur : Meriveri
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin

Féminin Âge / Classe ou Job : 21 ans - B - 10ème année
Messages : 500
Hello my name isLeann De Laine
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8251-des-livres-d-autres-livres-et-leann-leann-de-laine https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8294-my-dear-diary-leann-s-timeline https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8281-a-peaceful-world-leann-de-laine#130043 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8282-tolkien-lms-de-leann

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: vacations days in hell // leann   vacations days in hell // leann 1400359500-clockLun 6 Aoû 2018 - 0:58
Il était assez peu commun que tu reçoive du courrier de l'extérieur Leann. A vrai dire, depuis que ton dix-huitième anniversaire était passé, tu n'avais pas eu la moindre enveloppe. C'est dire à quel point tu fus donc surprise quand tu en vit une sur ton bureau. Probablement qu'un de tes colocataire s'était dit que tu n'irais probablement jamais voir la pile de courrier par toi-même. Et il aurait eu raison. Tu gardais la missive entre les doigts quelques secondes, te demandant ce dont il pouvait bien s'agir. Quelques idées te traversaient l'esprit quant à l'identité de l'expéditeur. Ta mère, peut-être. Tu n'en avais pas entendu parlé depuis quelque années, mais les derniers évènements auraient pu la pousser à reprendre contact. Ou tout du moins, l'espérais-tu. Pour les même raison, Joshua aurait pu lui aussi donner de ses nouvelles. Tu serres les lèvres à cette pensée. Tu t'étais déjà donné assez de mal pour arrêter de te souvenir des évènement de l'an dernier. Puis tu te demandes s'il s'agit bien d'anciennes connaissances.  Ca pourrait venir de n'importe qui de l'extérieur, au fond, et t'avais pas vraiment envie de te confronter à de la haine de mage ou non-mage pour l'instant. T'as donc laissé ce papier trainer quelques jours avant de finalement trouver la force d'en lire le contenu.

Et aucune de tes supposition n'étais ne serait-ce que proche de la réalité.  Avant même de lire l'intérieur du message, tes iris cherchent le nom de l'expéditeur. Hadès. Après quelques secondes, tu chasses la confusion de ton visage de quelques battements de cils pour te focaliser sur l'objet de sa lettre. Décidément, tu avais du mal à comprendre ce personnage. Le démon rouge restait un mystère à tes yeux, tout comme la nature exacte du lien qui vous unissait. Pourtant, il t'invitait chez lui, en vacances, à Londres. Tu savais que Staunton te donnerai l'autorisation de sortie… tout du moins si tu n'en précisais pas la raison.

Tu te convainc de ne pas trop y réfléchir, de laisser ton intuition te guider. Alors sans plus attendre, tu saisis un stylo et du papier pour adresser ta réponse à l'anglais. L'exercice est plus difficile que ce à quoi tu t'attendais. Accepter quelque chose de quelqu'un que tu connais finalement si mal te met mal à l'aise, et tu t'y prend à plusieurs fois pour obtenir une tournure de phrase plus ou moins correcte. Tu n'es pas tout à fait satisfaite de te dernière tentative, mais elle fera surement l'affaire.

Cher Hadès,

Je ne te caches pas être assez surprise par ta proposition, mais ne devrais-je pas cesser de l'être depuis le temps? Je vais néanmoins mettre ma méfiance et hésitation de côté. Il semblerai que je n'ai pas grand-chose à perdre de toute façon, et malgré nos différences de point de vue, j'ai toujours apprécié tes conseils. Le fait est que tu sembles, encore une fois, avoir bien cerné la situation. Je ne saurai te remercier assez pour cette possibilité de m'éloigner un peu de l'île.

Leann F. De Laine


***

Le dimanche arrive bien vite, et te voilà sur le quai de la gare de Londres après quelques heures de train, valise en main, une longue robe d'été aux couleurs marines sur un haut blanc aux manches trois-quarts laissant tes cicatrices apparentes. Orion t'avait appris à assumer tes blessures. Celles qui restaient encore aujourd'hui ne partiraient plus, de toute façon, et l'entaille sur ta joue droite seraient toujours révélatrice.

Tu ne savais pas vraiment quoi ramener au jeune homme pour le remercier de son invitation. Des fleurs ou une bouteille n'auraient probablement pas été très bien accueilli, tu avais fini par te décider sur un livre retraçant l'histoire du premier ordinateur, The Thrilling Adventures of Lovelace and Babbage.

Tu arranges ta jupe une dernière fois, te diriges vers la sortie, suivant machinalement le flot de passagers quand tu distingues la silhouette de Hadès, attendant patiemment sur le quai. Quoi que surprise de voir qu'il a fait le trajet jusqu'ici malgré la chaleur étouffante de l'été londonien, tu te diriges prudemment dans sa direction.

- Bonjour, Hadès.

Un bref silence suit ton salut, et tu te rends à présent compte d'à quel point la situation est inconfortable. Tu ne sais pas faire la conversation, Leann, et tu es encore trop impressionnée par l'aura du démon rouge pour te laisser aller à des discussions trop légères.

- Merci encore pour cette invitation. J'espère que tu n'as pas attendu trop longtemps.


@'W. Ragnar Stone'
watching for comets



_______________________

I speak in #cc99cc.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: vacations days in hell // leann   vacations days in hell // leann 1400359500-clockMer 8 Aoû 2018 - 11:59
vacations days in hell
Elle était habillée simplement, comme toujours. Mais Hadès fut quand même surpris de ne pas la voir en uniforme, comme si elle était plus libre, dénuée de ce collier qui emprisonnait les élèves dans les problèmes que l'école créait. Cette cravate colorée, si étouffante. Au bout du compte, Hadès voulait apprendre à respirer par lui-même, ce fut l'une des raisons qui le poussèrent à quitter l'école. Il avait tout vu, tout vécu. Et si le racisme des monomageia était au cœur des problèmes de l'île, il estimait être parti au bon moment.

D'une part, quelqu'un d'appelé le "démon rouge" ne servirait sans doute pas une cause pacifiste, d'une autre, s'il pouvait vivre à l'écart des feux des projecteurs et profiter d'un confort personnel, au détriment du reste des monomageia, il acceptait volontiers. Bien entendu, ce n'était pas le cas de son invitée qui semblait tout aussi préoccupée que... distante ? Intimidée ? Hadès n'aurait su le dire.
Il était déçu de ne pas pouvoir converser normalement avec elle, mais pour peu qu'elle ait accepté de venir chez lui, ce problème serait l'affaire de quelques heures. Ils seraient livrés à eux-même, et il avait beaucoup de choses à lui dire. Le voir dans un t-shirt blanc simple, sans motif, avec un short rose, devait déjà paraître bizarre aux yeux de quiconque l'ayant connu à l'époque de Prismver sous ses airs effrayants, mais comme tout être humain, bien que son appartenance à cette race fut discutable, Hadès avait terriblement chaud.

« Quelques minutes d'avance, pour t'éviter d'avoir à le faire. Un taxi nous attend dehors. Je te prends ça. »

Il désigna sa valise qu'il empoigna avec force et hissa sur son épaule.
C'était plus une question de politesse qu'autre chose, et il guida la française jusqu'au taxi où le chauffeur attendait patiemment en écoutant quelques vieux tubes d'Earth, Wind and Fire. Le britannique posa le sac dans le coffre et s'installa à l'arrière aux côtés de Leann. Il n'eut pas besoin de directives, le chauffeur repartit vers le point de départ - quant à Hadès, il était assez prudent pour ne pas prononcer le mot "magie" en présence d'une personne affublée d'un cerveau.

« Je ne pensais pas que tu viendrais. » confia-t'il.

Son portable vibra dans sa poche. Plutôt qu'un message, c'était certainement la notification d'un jeu. Hadès ne s'était toujours pas habitué au retour de son réseau, et depuis qu'il était revenu de l'île, il consultait son téléphone beaucoup moins souvent, comme s'il était toujours inutile. Là-bas, il se forçait à le garder sur lui pour ne pas perdre l'habitude. Avec le recul, il aurait dû comprendre à quel point cette mesure était inutile.

« Mais tu as bien fait. Il n'y a rien, cette fois. Pas d'astuce, de plan, de piège ou je ne sais quoi. J'ai fait les pro-A et les S. Après tout ça, je comprends parfaitement l'envie de repos. »

Le trajet en taxi fut assez rapide, la circulation étant bien plus fluide vers les périphéries plutôt qu'en direction de la gare. De tout le trajet, il ne porta même pas la main à son téléphone ; en fait, il ne fit aucun geste spécifique. Il resta assis à observer ce paysage qu'il découvrait presque en même temps qu'elle, lui jetant quelques regards de temps à autres pour vérifier qu'elle ne se liquéfiait pas dans la peur qu'il ne le conduise en camp de concentration. Lorsque le taxi s'arrêta, Hadès s'étira et sortit prendre le bagage dans le coffre. La maison était difficile à rater. Au bout d'un long chemin parsemé de cailloux blancs, on trouvait une grande maison aux allures de château, aux parois emplies de végétations. Le jardin qui l'entourait était gigantesque, et lui appartenait - à vrai dire, après ce chemin, lui inclus, tout appartenait aux Stone.

« Je n'ai pas trouvé de jardinier à temps, mais ne t'inquiète pas, l'intérieur est plus respectable. »

Avec un pointe d'amusement, comme à son accoutumée. Ils montèrent les marches d'escaliers qui menaient à la terrasse, arrivèrent jusqu'à la porte d'entrée que Hadès déverrouilla d'un tour de clef et entrèrent dans l'air frais d'une maison climatisée. Enfin ! Le jeune homme se sentit revivre, et poussa un soupir de satisfaction. Il posa le bagage près de l'escalier et invita la demoiselle dans la cuisine avec un maigre geste de main.

« J'ai accroché des feuilles sur les murs un peu partout pour t'indiquer où mène chaque direction. Je ne suis pas sûr qu'une visite aurait suffi. Qu'est-ce que tu veux boire ? Si tu as faim aussi, n'hésite pas. »

Il l'invita à s'asseoir à la table de la cuisine et posa un verre devant elle. D'un geste presque théâtral, il ouvrit le frigo rempli de toutes sortes de soda inimaginables, qu'on ne citera pas pour éviter une attaque en justice - et bien entendu, de l'eau minérale.
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Leann De Laine
Pseudo du joueur : Meriveri
Autre(s) compte(s) ? : Matthew J. Adler && Myrcella B. Murphy && Mckenna A. Honeycutt
Personnage sur l'avatar : Fumi Ohno - Tsubaki chou Lonely Planet •• Marzia Bisognin

Féminin Âge / Classe ou Job : 21 ans - B - 10ème année
Messages : 500
Hello my name isLeann De Laine
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8251-des-livres-d-autres-livres-et-leann-leann-de-laine https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8294-my-dear-diary-leann-s-timeline https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8281-a-peaceful-world-leann-de-laine#130043 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t8282-tolkien-lms-de-leann

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: vacations days in hell // leann   vacations days in hell // leann 1400359500-clockSam 18 Aoû 2018 - 2:18
Tu ne peux t'empêcher de garder les mots d'Hadès en tête. Pas sûr que tu viennes, hein? Tu dois reconnaître ne pas avoir été persuadée de ta propre venue toi-même. Et de ne toujours pas être sûre de ce qui t'avais poussé à accepter cette proposition, même maintenant que tu te trouvais en compagnie de l'anglais. C'était toujours comme ça avec Hadès. Tu ne pouvais te résoudre à avoir confiance en lui - probablement une des rares bonnes décisions de ton instinct de survie - mais une autre part de toi était définitivement attirée par ce mystérieux personnage. Il avait une certaine forme de présence qui le rendait terriblement intrigant, et ce malgré sa carrure peu imposante.

Ton regard se posais non sans une légère appréhension sur l'ancien leader pro-A, détaillant sa ligne frêle. Regard désintéressé, expression toujours aussi neutre, il te semblait pourtant bien différent aujourd'hui de ce qu'il représentait à Prismver. Pas de Démon Rouge dans ce taxi. Pas d'élève à la cravate doré. Pas de plans, pas de piège. Tu ne peux pourtant pas t'empêcher de te demander ce qui l'a poussé à t'inviter dans ce cas-là, de la même manière que tu t'interroges sur ce qu'il t'a poussé à venir. Malgré sa réputation, l'anglais avait toujours su s'entourer, et tu ne faisais pas partie de ce cercle qui lui était proche. Vos interactions s'étaient limités à deux rencontres, dont une à la conclusion plutôt désastreuse et quelques LMS. On a vu mieux.

Mais rapidement, tu te perd dans le paysage qui défile derrière la vitre. Londres et ses vieux bâtiments, ses parcs et habitants pressés. Tu te souviens de ton dernier passage non sans une certaine nostalgie, mais préfère balayer ce souvenir encore trop douloureux de tes pensées. Rien de bon ne sortira de tout ça. Tu regardes le décors défiler, se transformer d'un environnement urbain à une périphérie plus calme, moins peuplée mais visiblement plus aisée comme l'augmentation de la taille des bâtisses te le laisse imaginer.

Quand le véhicule s'arrête, tu es surprise de toujours te trouver dans un tel quartier et face à la demeure des Stones, tu restes tout simplement sans voix. Tu n'aurais jamais pu penser qu'Hadès venait d'une famille si aisée. La gigantesque villa de pierre rouge face à toi à des allures de châteaux ancien qui ne manque pas de t'impressionner. Bouche bée, tu parviens difficilement à te retenir de poser un stupide "C'est vraiment chez toi?", mais ton regard sidéré en dit tout autant que des mots.

Tu suis timidement ton hôte jusqu'à la porte, le regard se perdant sur chaque détail qui passe sous ton regard. Le lierre dégringolant le long de la façade de fascine d'une certaine façon, de par la manière que ce dernier a de rendre l'ensemble tellement plus mystérieux. Hadès semble s'en excuser, expliquant ne pas avoir eu le temps de faire venir un jardinier. Tu ne peux t'empêcher de penser qu'il aurait été fort dommage de s'être séparé de cette particularité.

- Ne t'excuses pas. C'est déjà très généreux de m'accueillir.

La curiosité brille dans tes iris mélèze alors que tu franchis le seul d'un pas léger. Chaque mur, chaque porte de l'étrange demeure était couverte d'un ou plusieurs post-it, indiquant les direction à suivre pour rejoindre une grande variété de pièces. Après avoir posé ta valise dans l'entrée, Hadès suivi les indications qui menaient jusqu'à la cuisine où il t'invita à prendre un rafraichissement parmi une large sélection de soda. N'osant pas demander un thé, tu attrapais une bouteille d'ice tea pour remplir le verre que l'anglais t'avait présenté.

Une fois assise à la table de la cuisine, tu te permettais finalement un  premier commentaire. Il faut dire que tu étais jusqu'à présent trop intimidée pour  formuler une phrase correcte.

- Je dois reconnaître que c'est plutôt... impressionnant.

Euphémisme, pour quelqu'un qui n'a pratiquement jamais les dortoirs de Prismver ces neuf dernières années. Avales une gorgée de ta boisson pour cacher ton malaise, Leann, et fait l'effort de faire un petit peu la conversation. Après tout, plan ou pas, tu n'es pas venue pour que vous vous regardiez dans le blanc des yeux.

- Et surprenant aussi, ajoutes-tu avec un sourire morose en passant ta main sur ton avant-bras marqué par les cicatrices de l'explosion. Je ne pensais pas pouvoir susciter de la pitié au point d'en inquiéter Mr. Stone.

Lors de votre dernière discussion, tu étais déjà dans un état assez pitoyable. Excédée par le stress, dévastée par tes sentiments et en proie au doute, même sur tes plus fermes convictions. L'idée que ça soit la dernière image que l'anglais ait eu de toi te met relativement mal à l'aise. Mais malgré ses mots d'encouragement et l'accompagnement de tes amis, tu n'a finalement que peu évolué depuis ce moment. Tu as peut-être réussi à passer outre la culpabilité de ta séparation mais ce sentiment ne t'a pas quitté pour autant, bien au contraire. Tu te sens toujours responsable pour l'attentat, pour tous ces gens qui ont souffert de ton incompétence. Et qu'importe à quel point tu sais, dans le fond, que Jack ne cherchait qu'à t'enfoncer avec son message, tu ne peux t'empêcher d'y trouver un peu de vrai. D'autres innocents auraient peut-être dû survivre à ta place. Et tes sentiments quant à la meilleur chose à faire pour les mages? Elle était plus que jamais au point mort. L'échec de la mission des colombes t'avais mis du plomb dans l'aile. Quitter ton propre mouvement t'avait pourtant déchirer le coeur. Mais les propos du Leader te séduisaient, parallèlement, de plus en plus. Au final, tu étais tout aussi perdu que ce jour dans la salle de l'infini. Même si tu parvenais plus facilement à le cacher.


@'W. Ragnar Stone'
watching for comets



_______________________

I speak in #cc99cc.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: vacations days in hell // leann   vacations days in hell // leann 1400359500-clockDim 19 Aoû 2018 - 2:37
vacations days in hell
Impressionnant. Pour lui qui a toujours vécu dans ce décor, Hadès ne s'attendait pas à un tel compliment. Pour lui, tout ça est normal, et il a toujours vu les maisons de taille normale comme étant horriblement petites. Comment vivre dans un tel décor ?
Il avait beau se poser la question, sa maison ne lui semblait pas davantage accueillante. Tout était trop grand, trop vide, trop silencieux. C'était impressionnant, oui, mais sans raison précise, juste pour l'être, juste pour rebuter toutes ces personnes de milieu inférieur et les ramener à la place qui leur était due. Dans l'esprit de son père, cette maison était, comme chaque parcelle de son existence, un élément de son business. Était.

Il avait abandonné ce lieu depuis le décès de sa femme et son fils avec. Leur amour, Hadès y croyait à moitié. L'amour, tout court, il n'y croyait pas vraiment - sans doute qu'il tenait ça de cet homme. Deux ans après sa naissance, son père avait trompé sa mère pour s'assurer un second héritier dans le cas où lui-même tournerait mal. Hadès n'avait pas la sensation d'avoir mal tourné, mais son remplaçant avait fini par prendre sa place à peine quelques années après sa conception. Lui, il n'avait jamais été fait pour un travail de ce genre.

Il aurait brillé dans le domaine, sans aucun doute, mais il préférait largement sa vie d'amusement où passion rimait avec profession. Méritait-il cette maison, avec ce genre de mentalité ? En voulait-il seulement ?
Sa mère avait vécu là. Ses rares souvenirs d'elle demeuraient ici et il n'avait pas l'attention de s'en séparer. Son père aussi, visiblement, puisqu'il n'avait pas fait mine de vouloir reprendre possession des lieux. Il lui avait laissé son héritage, et à son retour, Hadès avait trouvé la totalité des clefs de la maison, et les papiers administratifs correspondants.
Son père était passé.
Il n'avait pas fait le moindre effort, mais ce petit acte était clair : cette maison était à lui. Cette situation était loin de déplaire au britannique qui haussa les épaules à la remarque de l'ex-chef des Colombe. Il ne l'avait pas invité ici pour le mobilier mais pour avoir une discussion avec elle. À vrai dire, l'un de ses regrets était de n'avoir pas mieux connu quelques personnes qu'il avait croisé à l'école, et Leann en faisait parti. Avait-il pitié d'elle ? Cette question était idiote. Le Démon Rouge n'avait jamais eu pitié de qui que ce soit, et Hadès non plus. D'ordinaire, il l'aurait gratifié d'un sourire froid pour appuyer ses propos mais ici, dans la maison de son enfance, il n'avait pas à jouer à ce petit jeu-là. Il serait même plus correct de dire qu'il n'en avait pas envie.

« Je n'ai pas pitié de toi. Et d'ailleurs, je ne savais pas comment tu allais. Tu fais peine à voir, à vrai dire, mais je n'ai pas pitié de toi et je ne suis pas inquiet non plus. Je ne doute pas que tu t'en remettras. »

Il attrapa une bouteille d'eau et se servit la moitié d'un verre sans rien ajouter. Son ton était neutre, mais concerné. Il énonçait une vérité honnête en laquelle il croyait. Rien de plus, rien de moins. En quelques instants, il engloutit le contenu de son verre et le posa sur la table sans autre forme de procès. La vaisselle serait faite plus tard. Il n'avait aucune envie de s'atteler à ce genre de choses maintenant - il avait déjà dû dépoussiérer toute la vaisselle avant l'arrivée de son hôte, Hadès avait le droit de s'accorder un peu de répit. Peut-être qu'après tout, il aurait dû payer un professionnel... mais il en avait assez de passer par des intermédiaires pour agir. Il voulait faire des choses par lui-même.
Bouger son corps lui avait rarement fait autant de bien que depuis qu'il avait quitté l'école. En sortant régulièrement, il avait l'impression de revivre. Bien entendu, il était loin d'avoir changé son mode de vie d'ermite, mais il faisait des efforts non négligeables. Hadès n'avait plus rien à voir avec celui qu'il était avant.

« Est-ce que tu veux vraiment discuter de ça ici ? Ça ne me dérange pas, mais je préfère te laisser y réfléchir avant de poursuivre cette discussion. En attendant, je vais te montrer ta chambre. »

Hadès s'étira longuement et se remit sur pieds. Le britannique avait vraiment une autre aura ici. Il était différent du gamin immature qui restait englouti par les méandres de ce dortoir impersonnel ; il était maître des lieux, bien plus lucide qu'il ne l'avait jamais été, et il se sentait bien mieux depuis qu'il n'appartenait plus aux catégories que Prismver lui collait. Il n'était plus le Démon Rouge et il n'avait aucune intention de le redevenir.
Il retourna dans le hall et fit signe à la demoiselle de le suivre, non sans lui laisser le temps de boire un coup. Il n'avait pas envie de la brusquer, aussi lui prit-elle ses valises avant de monter jusqu'au premier étage. Cette maison était beaucoup trop grande pour une seule personne.
Il y avait sa chambre, celle de ses parents - qui était davantage celle de sa mère, les affaires du paternel ayant disparu depuis belle lurette - et des chambres invitées. Ragnar n'avait pas de chambre ici, mais Hadès avait gardé une des chambres de côté au cas où il vienne à le rencontrer - il avait beau être un beau-frère illégitime, il restait de la famille et n'était qu'une victime de l'ambition stupide de son père. Aisha n'ayant pas besoin d'une chambre à part, le reste d'entre elles était vide et il avait préparé celle voisine à la sienne pour Leann - et c'est ici qu'il lui déposa ses bagages. Sur les portes, tout était soigneusement noté, mais la chambre de sa mère, tout comme le bric-à-brac où traînait le piano et ses affaires emballées étaient exemptes d'écriteau. Il n'avait pas eu la foi d'y entrer ni même de verrouiller la pièce : il se refusait à enfermer ces souvenirs dans un coin après avoir mis autant de temps à les retrouver au fond de sa mémoire.

« Je t'ai mis quelques sous de côté dans la table de nuit en cas d'urgence. Sait-on jamais. Fais comme chez toi, tu peux te balader où tu veux. »

Il s'adossa au mur, lui laissant de l'espace pour s'installer correctement. Pensif, son regard se perdit devant lui et il mit quelques instants avant de reprendre la parole, réfléchissant à la façon dont il pouvait mieux formuler les choses. S'il avait un désir imminent, c'était que Leann se sente plus à l'aise ici : leurs antécédents les rendaient naturellement méfiants à l'égard de l'autre, et de ces ressentiments demeurait un scepticisme à tout épreuve. C'était sans doute naturel, mais ça n'en demeurait pas moins frustrant.

« Je l'avoue, je ne suis pas désintéressé de ce qu'il se passe à l'école. Mais du reste, je n'ai pas menti. Que tu veuilles en parler ou que tu préfères te changer les idées, je respecterai ta décision. Et puis, j'ai toujours voulu discuter avec toi en dehors de tout... Prismver. Tu dois avoir des questions pour moi, toi aussi. Tu peux me demander ce que tu veux. Je m'engage à répondre à tout. »

Elle était curieuse. Un peu trop, parfois - il le savait mieux que quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: vacations days in hell // leann   vacations days in hell // leann 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
vacations days in hell // leann
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Mother's Day [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: