Familles à l'honneur
Prédéfinis forum
Prismver
Course des maisons
Hamamelis
Dracunculus
Vinca
Mini News
23.12 Horoscope magique disponible ici
RP libres
Ajouter mon RP - Pas de RP en cours

Partagez
 

 La chaussette perdue - Séraphine.

Aller en bas 
Hello my name is
Séraphine Grant
Personnage sur l'avatar : Starfire ((DC)) par Picolo.

Âge / Classe ou Job : 20 ans, 9ème, D.
Messages : 1
Hello my name isSéraphine Grant

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: La chaussette perdue - Séraphine.   La chaussette perdue - Séraphine. 1400359500-clockLun 24 Sep 2018 - 17:41


Séraphine Grant

Âge 20 ans CLASSE D ANNÉE 9ème NATIONALITÉ irlandaise GROUPE colombe

Contrôle des probabilités
Si pour ceux qui rêvaient de voir les liasses s'accumulées sur la table de poker du Casino du coin, ce don peut paraître comme une bénédiction divine, pour d'autres -comme Séraphine- il relève plus d'un empoisonnement perpétuel. Il faut dire que ce n'est pas dans les aptitudes communes d'apercevoir des chiffres se balader sur les objets, sur les gens, sur ce qui compose la vie de tous les jours. Vous le saviez vous, qu'une paire chaussette mise dans la machine à laver n'avait que trois chances sur quatre de revenir intacte ? Elle le savait. Même trop bien. Le problème dans tout ça, c'est que même si elle avait pu profiter de la chance -comme on l'appelle dans le milieu- pour fausser la réalité et s'en mettre plein les poches, elle aurait pu y trouver la mort le lendemain. De ce que j'en sais, la vie a toujours été faite ainsi : à l'équilibre, de ce fait, il lui suffirait d'une chance trop démesurée pour s'attirer les foudres de cet équilibre et  alors elle n'obtiendrait qu'une malchance à l'image de la chance obtenue.

i'm in love with your personality


« Et finalement, la probabilité de retrouver sa chaussette dans le lave-linge est de… »

Sa main heurta sa joue et la marqua d’une couleur orangée qui s’accordait à sa chevelure. Le réveil de sa chambre indiquait 00:30, la pénombre s’était installée depuis quelques heures déjà et seul l’écran de son ordinateur éclairait son visage d’une lumière glaciale.

« Ils ne me croiront jamais… »

Elle détestait les présentations orales, et dès qu’elle pouvait elle faisait tout pour y passer la dernière, ou ne jamais y passer. C’était un trac qui la guettait depuis toujours, elle n’aimait sûrement pas sa voix, ou sa prestance, je ne l’ai jamais su. Peut-être exténuée, peut-être agacée, elle laissa son corps tomber délicatement dans le sofa rouge au bout de la chambre, s’éloignant le plus possible de ce maudit traitement de texte où les moindres mots qu’elle devrait prononcer le lendemain se suivaient, bien ordonnés alors que dans sa bouche, ça ne l’était pas.

La poignée s’abaissa et un léger grincement vint la réveiller, buste droit, elle écarquilla les yeux comme pour prouver une détermination qu’elle n’avait pas.

« Tu t’entêtes, on sait tous que t’y arriveras pas ».

Le rictus ne put s’empêcher de se dessiner sur ses lèvres. La paume de la main sur l’accoudoir, elle se releva, et claqua d’un geste brusque la porte en sortant, laissant ce minable endroit de travail seul dans l’obscurité d’une nuit d’hiver.

« Tu crois qu’il y aura Aed ? »

Trop impatiente.

« Combien de verre avant qu’il ne soit bourré ? »

Trop excitée, et un blanc se posa sur les deux jeunes gens tandis qu’ils traversaient les rues pavées de Dublin sous la lumière des réverbères.

« Des fois je me demande bien pourquoi les gens disent qu’on se ressemble, t’as rien d’un bad boy solitaire. Trop propre sur toi ».

Owain se tourna en lui affichant son plus beau doigt. Elle étouffa un rire et lui passa devant en courant comme une enfant.

« Toi même, ‘culé ».

Son frère et elle n’étaient pas aussi proche que les gens auraient pu le croire, mais ils étaient assez liées pour savoir qu’une seule soirée enfermés chez eux les brisait peu à peu.

Le pub affichait une devanture des plus classiques pour la capitale irlandaise, elle vit Aed au loin et accourut pour l’enlacer, à mon goût trop rapidement, trop aisément et surtout de manière plus qu’amicale. Ses lèvres n’avaient jamais touchés les siennes mais Owain fronçait déjà les sourcils de voir sa cadette si proche d’un autre, d’un qui ne lui apportait sûrement rien si ce n’est du malheur. Les verres s’enchaînaient, l’euphorie de la nuit poussait parfois même les plus sages au vice. De la musique entraînante, des lumières chaleureuses, l’atmosphère d’une nuit éphémère dans un endroit mythique de la ville.

La liqueur blonde dégoulina, sur un coup de coude inconnu, sur la chemise d’Aed, elle s’arrêta alors brusquement de danser, de rêver, d’aimer. Ses excuses ne finissaient plus et le jeune brun l’attrapa par le bras pour la traîner dehors.

« Tu m’en payeras une autre ».

Malgré le froid mordant, beaucoup s’étaient assis autour de petits instruments métalliques contenant une flamme réconfortante et le brouhaha s’amplifiait alors que le jour se rapprochait. C’était exactement ce genre de situation qu’elle redoutait, elle détestait avoir à admettre la vérité, surtout quand il s’agissait de blesser des gens. Elle ignorait le regard insistant d’Aed mais ne pouvait s’empêcher de surveiller qu’il ne s’échappe.

« Tu peux pas le laisser comme ça », balança-t-il en allumant une cigarette dont la fumée s’échappa instantanément et se figea dans l’air glacial.

« Facile à dire ! T’es même pas concerné. Tu sais pas ce que ça fait de … »
« Je le sais plus que toi, Séra. Ils se sont quittés pour … -il tira une nouvelle fois sur sa cigarette, sa rage ressortant un peu plus- pour une putain de connerie. Plus t’éviteras la question, pire ce sera. »
« Et s’il le prenait mal ? T'y as pensé ou t'es trop con pour voir le mauvais côté des choses ? »
« C’est ton frère. »

Elle haussa les épaules.
La rouquine se dégagea du froid et rentra dans le pub, se commanda une ultime bière et rejoignit son frangin aux abords de la zone des fléchettes. Encore une fois, il avait atteint le mile et elle ne pouvait que le féliciter. Tous ces petits moments de bonheur, aussi forts étaient-ils, lui semblaient comme une mélodie grinçante, comme si du jour au lendemain, tout ce petit monde qu’elle aimait tant pouvait se détruire en un instant. Les larmes montaient, mais elle ne lui montrait pas, elle se contentait de se terrer dans son coin et d’applaudir dès qu’un des joueurs atteignait le centre.

« Owain, j’y vais. »
« Déjà ? Petite joueuse », ce à quoi elle esquissa un faux sourire.

Le retour était mélancolique, presque déprimant mais elle ne se laissait pas abattre. Elle avait appris à ignorer beaucoup de choses pour échapper à ce qu’on appelait « don ». Elle préférait souvent le bruit à la vue, l’odeur au toucher et le mensonge à la vérité.

L’ordinateur était toujours là, mais le contraste s’estompait alors que le soleil pointait le bout de son nez. Elle s’assit face à celui-ci et repris sa lecture.

« Et finalement, la probabilité de retrouver sa chaussette dans le lave-linge est de 75% »

it's physical
I had a thought of you,
In solitude without rescue.
Your thoughts are in the pouring rain,
And you feel the way you did before I met you


"Mais elle sort d'une BD celle-ci ou quoi ?".
Elle connaissait ce refrain par coeur et n'avait jamais rien fait pour faire taire les rumeurs et les insultes. Ni chaud ni froid, c'est ce que lui inspirait les mots volatiles qui sortaient des bouches puantes de ses confrères, et de ses consoeurs. Elle était taillée sur un petit mètre soixante, mais elle agrémentait souvent sa tenue de basket légèrement compensées pour atteindre le mètre soixante-deux qu'elle n'aurait jamais. Sa peau n'était jamais assez bronzée pour qu'on lui demande si elle était allée à la plage, mais l'hiver lui permettait de jouer au miroir avec les lueurs qui l'entouraient.

"Cachet d'aspirine", et encore, elle trouvait ça bien gentil.

La première fois que je l'ai rencontrée, je m'étais dis que si Dieu existait, il lui avait accordé une belle faveur en la munissant de ses iris vertes, presque trop irréelles pour être vraies. Elles n'étaient pas simplement vertes comme des émeraudes, mais surtout elles n'étaient pas vertes comme on le disait des yeux qui tendaient plus vers le noisette ou le jaune. Deux petites pierres précieuses accrochées à son doux visage. Mais qui s'arrêtait vraiment pour regarder ses yeux si pétillants ? Non, les gens allaient et venaient dans les couloirs comme dans la rue, sans esquisser un seul sourire, sans même prendre le temps de savourer chaque seconde qui leur était accordée, parfois, certains se retournaient pour contempler sa crinière de feu. Des femmes pour la plupart, jalouse de n'avoir que de pauvres cheveux bruns ruisselant sur leurs épaules, et quelques hommes, souvent pour admirer l'arrière-train en prétextant regarder la longueur.

Ce qui m'a toujours attristé, c'est cette aisance avec laquelle on ne la remarquait pas. Il n'y avait que ses cheveux roux pour attirer l'attention, et encore, elle était bien trop éphémère. J'ai toujours aimer sa façon de se détacher de ce qui était dans la norme, de ne jamais choisir ses vêtements selon la mode actuelle et surtout, sa capacité à n'avoir pour le rien du monde, changer sa veste préférée qui s'encombre de plus en plus de petits défauts du temps. Jamais personne ne l'avait vu porté une robe, ou même un dans un ensemble trop habillé, à l'instar de ceux que l'on porte lors d'une soirée. Elle affichait toujours ces mêmes shorts et pantalons détruits, des chaussettes dépareillées qui montraient parfois son amour pour les petits chats, d'autres fois son amour des glaces et toujours ces mêmes hauts sortis des magasins touristiques ou pour adolescents.

Quand elle sortait, et c'était souvent à cause de l'ennui qu'elle pouvait éprouver devant un bouquin de mathématiques ou de toute autre matière scientifique impliquant des calculs, elle balançait son skateboard rosée sur le bitume délabré et s'élançait, seule, à la poursuite d'on-ne-sait-quoi pendant des heures, espérant que les regards ne se braqueraient pas sur elle, que les gens la laisseront tranquille et surtout, qu'elle reviendrait en vie.






omg omg guyyyz it's story tiiiime !


Vous pouvez choisir de répondre au formulaire ou d'écrire un paragraphe, à vous de voir. Si vous avez des questions, pensez d'abord à consulter la FAQ. N'oubliez pas, la découverte du pouvoir ne se fait pas avant 10 ans minimum !

• Lieu de naissance :
• Situation des parents :
• Membres de la famille :

• Déroulement global de l'enfance (+événements marquants ?) :
• Déroulement global de l'adolescence (+événements marquants ?) :

• Age et circonstances de découverte du pouvoir :
• Réaction du personnage / de ses proches :
• Réaction lors de la réception de la lettre / de la visite d'un traqueur :
• Age d'entrée à Prismver : (Pour les adultes, tenez compte du fait que le pensionnat a ouvert en 2003 !)
• Ancienneté à Prismver :

• Les ressentis du personnage concernant le secret des pouvoirs dévoilé dans le monde entier :
• Et ceux concernant l'explosion au Pensionnat par des non-mages :
•  L'avis du personnage au sujet de Mrs Staunton ; du nouvel apprenti surnommé le Leader :
• Est-il actif dans son groupe (Adlers, Colombes, Kiwis, Pinguinos ou Voltors) ; quel avis sur la classe PUMA (précisez si membre de cette classe) :

• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, sa filière : Mathématiques coucou.
• Si le personnage a entre 18 et 21 ans, ses 4 matières choisies :Sport, Italien, Physique/Chimie et Astronomie.

• Si le personnage est adulte et est parti après le cursus scolaire obligatoire, son parcours entre Prismver et son retour :

• Autre / à savoir :


sinon toi comment ça s'passe

pseudonyme MacGabver
autres comptes ici ? c quoi un dc
âge 20 ans et toute ses dents
sexepoulpe
comment avez-vous connu le forum ? jack + les top site
personnage sur l'avatar

Code:
► [b]Starfire[/b] ; [i]New Teens Titans[/i] ★ [url=http://prismver-rpg.forumgratuit.org/u2746]Séraphine Grant[/url]

(ne pas retirer les balises code)
petit mot de la fin aled
code du forum je crois j'ai tout supprimé ?? #teubélife
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
InvitéInvité
MessageSujet: Re: La chaussette perdue - Séraphine.   La chaussette perdue - Séraphine. 1400359500-clockDim 30 Sep 2018 - 0:50
alors là rousse + D
je ♥️

Cette vague de colombes n'empêche **
ça fait plaisir

j'ai bien aimé ta plume, agréable en originale sans être trop stylisée

Courage pour le reste de la fiche ♥️♥️♥️
Revenir en haut Aller en bas
Hello my name is
Kamyl T. Wolff
Pseudo du joueur : Alice
Autre(s) compte(s) ? : Andy & Cha & Tyler
Personnage sur l'avatar : Kuroo Tetsurou - Haikyuu!!

Masculin Âge / Classe ou Job : 18 ans - 7E
Messages : 389
Hello my name isKamyl T. Wolff
https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11145-back-to-black#163660 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12085-pour-un-monde-rempli-de-chat-kamyl#172579 https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t12085-pour-un-monde-rempli-de-chat-kamyl https://prismver-rpg.forumgratuit.org/t11156-zulu-lms-kamyl

Carte spéciale
Inventaire, objets importants pour le personnage:
MessageSujet: Re: La chaussette perdue - Séraphine.   La chaussette perdue - Séraphine. 1400359500-clockSam 27 Oct 2018 - 12:52
Hello toi.
Voilà un mois que tu as posté ta fiche, où en es-tu ? Ta fiche est déplacée dans la catégorie "en danger". Tu disposes désormais de 10 jours pour la terminer ou demander un délai supplémentaire. Sans quoi ton compte sera supprimé :/



_______________________

Warriors
As a child you would wait ; And watch from far away ; But you always knew that you'd be the one ; That work while they all playIn youth you'd lay ; Awake at night and scheme ; Of all the things that you would change ; But it was just a dream !

Indisponible pour RP

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: La chaussette perdue - Séraphine.   La chaussette perdue - Séraphine. 1400359500-clock
Revenir en haut Aller en bas
 
La chaussette perdue - Séraphine.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: «blah blah blah :: RPs :: R.I.P-
Sauter vers: